Une-vie-de-lumiere-et-de-vent

 

Les vacances..la lecture…

Trois-jours-et-une-vie

 

La lecture est une partie intégrante et importante de ma vie, même..en vacances..

 

La-fille-de-Brooklyn

 

 

Cet été (août 2017..), mes livres de lecture étaient les suivants :

 

- Alexander von Humboldt und die Erfindung der Natur 

     (auteur Andrea Wulf – éditeur C. Bertel..),

- Der geschmack von Laub und Erde

     ( auteur  Charles Foster - éditions Malik..),

- Les Religions, la Parole et la Violence

     (auteur Claude Hagège – éditions Odile Jacob..),

- Sauce tomate : la mafia derrière ’'l’or rouge’’ ?

    (auteur Jean-Baptiste Malet – éditions Fayard..),

- L’Avenir de notre liberté

    (auteurs Jean-Hervé Lorenzi et Mickaël Berrebi – éditions Eyrolles..),

- La génération Y

    ( auteur Olivier Rollot – éditions PUF..

Détaillons d’un peu plus près ces différents livres et lecture..

 

Tout d’abord le premier :

 

Alexander von Humboldt und die Erfindung der Natur 

[Gebundene Ausgabe – 11. Oktober 2016]

 

Copie de-livre-Alexandre-Humboldt-

 

Résumé:

 

KLAPPENTEXT

 

Aus dem Englischen von Hainer Kober. Was hat Alexander von Humboldt, der vor mehr als 150 Jahren starb, mit Klimawandel und Nachhaltigkeit zu tun? Der Naturforscher und Universalgelehrte, nach dem nicht nur unzählige Straßen, Pflanzen und sogar ein "Mare" auf dem Mond benannt sind, hat wie kein anderer Wissenschaftler unser Verständnis von Natur als lebendigem Ganzen, als Kosmos, in dem vom Winzigsten bis zum Größten alles miteinander verbunden ist und dessen untrennbarer Teil wir sind, geprägt. Die Historikerin Andrea Wulf stellt Humboldts Erfindung der Natur, die er radikal neu dachte, ins Zentrum ihrer Erkundungsreise durch sein Leben und Werk.

 

 

 

Was hat Alexander von Humboldt, der vor mehr als 150 Jahren starb, mit Klimawandel und Nachhaltigkeit zu tun? Der Naturforscher und Universalgelehrte, nach dem nicht nur unzählige Straßen, Pflanzen und sogar ein »Mare« auf dem Mond benannt sind, hat wie kein anderer Wissenschaftler unser Verständnis von Natur als lebendigem Ganzen, als Kosmos, in dem vom Winzigsten bis zum Größten alles miteinander verbunden ist und dessen untrennbarer Teil wir sind, geprägt. Die Historikerin Andrea Wulf stellt in ihrem vielfach preisgekrönten – so auch mit dem Bayerischen Buchpreis 2016 – Buch Humboldts Erfindung der Natur, die er radikal neu dachte, ins Zentrum ihrer Erkundungsreise durch sein Leben und Werk. Sie folgt den Spuren des begnadeten Netzwerkers und zeigt, dass unser heutiges Wissen um die Verwundbarkeit der Erde in Humboldts Überzeugungen verwurzelt ist. Ihm heute wieder zu begegnen, mahnt uns, seine Erkenntnisse endlich zum Maßstab unseres Handelns zu machen – um unser aller Überleben willen. 

 

Le deuxième livre

 

Pour le second, celui qui m’a le plus intéressé et passionné:

 

Der Geschmack von Laub und Erde

Charles Foster

WIE ICH VERSUCHTE, ALS TIER ZU LEBEN

téléchargement (2)

 

Tier sein – ein radikaler Selbstversuch

Was fühlt ein Tier, wie lebt es und wie nimmt es seine Umwelt wahr? Um das herauszufinden, tritt Charles Foster ein faszinierendes Experiment an. Er schlüpft in die Rolle von fünf verschiedenen Tierarten: Dachs, Otter, Fuchs, Rothirsch und Mauersegler. Er haust in einem Bau unter der Erde, schnappt mit den Zähnen nach Fischen in einem Fluss und durchstöbert Mülltonnen auf der Suche nach Nahrung. Er schärft seine Sinne, wird zum nachtaktiven Lebewesen, beschreibt wie ein Weinkenner die unterschiedlichen »Terroirs« von Würmern und wie sich der Duft der Erde in den verschiedenen Jahreszeiten verändert. In die scharfsinnige und witzige Schilderung seiner skurrilen Erfahrungen lässt er wissenswerte Fakten einfließen und stellt sie in den Kontext philosophischer Themen. Letztendlich geht es dabei auch um die eine Frage: Was es bedeutet, Mensch zu sein.

 

Charles_Foster

 

Charles Foster ist ausgebildeter Tierarzt und Anwalt, unterrichtet Ethik und Rechtsmedizin in Oxford. Er ist Fellow der Royal Geographical Society sowie der Linnean Society, ist auf Skiern zum Nordpol vorgestoßen und hat am Marathon de Sable teilgenommen. Er hat Bücher zu diversen Reise- und Wissenschaftsthemen publiziert; dies ist das erste, das auch auf Deutsch erscheint.

laubunderde100_v-contentgross

 

Professeur à Oxford, Charles Foster a tenté une expérience sidérante: vivre plusieurs mois dans la peau d'un blaireau, d'une loutre, d'un cerf, d'un renard et d'un martinet. Une tentative vivifiante qui se lit d'une traite.

 

bedrohte-tiere-102-resimage_v-variantSmall16x9_w-320

 

Quel goût a un ver de terre? Charles Foster n'en peut plus de répondre à cette question. "Oh, my God! Ceux que j'ai mangés au pays de Galles avaient un goût de bave et de terre. On s'y fait, à la longue..." Si l'honorable professeur à Oxford Charles Foster a dévoré des lombrics, dormi dans un terrier, nagé dans des rivières glacées et déféqué nu sur des rochers, ce n'est pas par une excentricité toute britannique, mais parce qu'il a tenté une expérience sidérante: vivre plusieurs mois "dans la peau de bêtes", en l'occurrence d'un blaireau, d'une loutre, d'un cerf, d'un renard et d'un martinet. De ces mois "embedded" dans la sauvagerie du monde, il a rapporté un livre drôle et troublant à la fois. 

fuchs-104-resimage_v-variantSmall24x9_w-640

"J'ai pensé que le seul moyen de comprendre vraiment ce que ressentait un blaireau, c'était de creuser un terrier et de sortir la nuit pour trouver des vers de terre, explique le naturaliste. Chez l'homme, la vue domine les autres sens. Quand nous voyons un arbre, notre cerveau traduit cette sensation en mots et en souvenirs. La vision du monde du blaireau est conditionnée par son odorat. En marchant à quatre pattes comme lui, j'ai pris plaisir à sentir les fougères et j'ai commencé à me bâtir un paysage olfactif." 

 

21811e0be30078c4fe23297bafbf90a3v1_max_635x357_b3535db83dc50e27c1bb1392364c95a2

 

 

Poussant l'expérience très loin, Charles Foster a nagé des jours entiers dans une rivière du Devon en essayant de se prendre pour une loutre. "J'ai détesté, avoue-t-il. La loutre a des besoins alimentaires déments. Rapporté à mon poids, c'est comme si je devais ingurgiter 88 Big Mac par jour! Et comme j'ai été incapable d'attraper un poisson sous l'eau..."  

 

bild-63740-resimage_v-variantSmall16x9_w-320

 

Réveiller notre sauvagerie

charles-foster-dachs-maske

 

Se prendre pour un cerf poursuivi par une meute de chiens dans l'âpre Rannoch Moor écossaise n'a pas non plus ravi notre professeur. "Il y a vraiment des moments où je me demandais ce que je faisais là, à courir dans la neige, alors que j'aurais pu être au chaud avec ma petite famille à la maison..." 

 

Au fond, Dans la peau d'une bête est un livre sur nos cinq sens. "Bien sûr, je ne suis pas parvenu à être vraiment un renard des faubourgs de Londres, même si j'ai adoré ça, raconte Foster, qui se nourrissait de restes de pizzas glanés dans les poubelles. Je ne saurai jamais quelle sensation violente lui procurent les coussinets de ses pattes quand un camion passe à proximité. Mais j'ai compris qu'à force de nier la sauvagerie en nous, nous n'utilisions pas assez nos cinq sens. Il suffit de se concentrer sur l'odorat, le toucher, pour vivre plus intensément. Je ne suis plus le même depuis." 

 

Cette tentative vivifiante de se départir de notre anthropocentrisme se lit d'une traite, grâce à l'humour très british de Foster. L'ouvrage, qui a figuré un temps sur la liste des best-sellers du New York Times, est même en cours d'adaptation au cinéma. On ne connaît pas encore le nom du comédien qui interprétera le rôle de Charles Foster. Mais on lui souhaite bien du courage. 

 

 

Petit condensé et essai de lecture en impressions

 

Leseprobe zu "Der Geschmack von Laub und Erde"

Vorbemerkung des Autors

(remarques de l'auteur..)

charles-foster-2


Ich wollte wissen, wie es ist, ein Wildtier zu sein.
Möglicherweise kann man das erfahren. Die Neurowissenschaften helfen uns dabei, und ein bisschen Philosophie und eine Menge Lyrik von John Clare tun das Ihre dazu. Aber vor allem muss man den Stammbaum der Evolution gefährlich weit hinunterklettern, bis in ein Loch in einem walisischen Hügel und unter die Steine eines Flusses in Devon, man muss etwas über Schwerelosigkeit lernen, über die Gestalt des Windes, über Langeweile, Mulch in der Nase und das Zittern und Knacken sterbender Wesen.
Im Allgemeinen hieß Schreiben über die Natur, dass Menschen, die wie Kolonialherren durch die Welt stolzierten, schilderten, was sie aus 1,80 Meter Höhe sahen, oder dass Menschen so taten, als würden Tiere Kleider tragen. Dieses Buch ist ein Versuch, die Welt aus dem Blickwinkel unbekleideter walisischer Dachse, Londoner Füchse, Otter im Exmoor, von Mauerseglern aus Oxford und Rothirschen in Schottland und Südwestengland wahrzunehmen; zu lernen, wie es sich anfühlt, sich schlurfend oder gleitend durch Landschaften zu bewegen, die vor allem von Gerüchen und Geräuschen und weniger von visuellen Eindrücken geprägt sind. Es war der Versuch eines literarischen Schamanismus, und es hat sagenhaften Spaß gemacht.
Wenn wir einen Wald betreten, teilen wir die sensorischen Reize, die er bietet (Licht, Farbe, Geruch, Klang etc.), mit allen anderen Geschöpfen, die sich dort aufhalten. Aber würde auch nur eines von ihnen diesen Wald anhand unserer Beschreibungen wiedererkennen? Jedes Lebewesen erschafft in seinem Gehirn eine andere Welt. Es lebt in dieser Welt. Wir sind von Millionen unterschiedlicher Welten umgeben. Sie zu erforschen ist eine aufregende neurowissenschaftliche und literarische Herausforderung.
In den Neurowissenschaften hat es in letzter Zeit beträchtliche Fortschritte gegeben. Wir wissen oder können aufgrund der Arbeiten über ähnliche Spezies intelligent schlussfolgern, was in der Nase und den für den Geruchssinn zuständigen Gehirnregionen eines Dachses vorgeht, wenn er durch den Wald streift. Aber das literarische Abenteuer steckt noch in den Anfängen. Es ist eine Sache zu beschreiben, welche Hirnregionen eines Dachses in einem Kernspintomografen aufleuchten, wenn er eine Nacktschnecke riecht. Eine völlig andere ist es jedoch, das Bild eines ganzen Waldes zu malen, wie er sich dem Dachs darstellt.
Traditionelle Naturschilderungen kranken an zwei Fehlern: Anthropozentrismus und Anthropomorphismus. Die Anthropozentristen beschreiben die Natur, wie Menschen sie wahrnehmen. Da sie Bücher für Menschen schreiben, mag das in kommerzieller Hinsicht recht clever sein. Aber es ist ziemlich langweilig. Für die Anthropomorphisten sind Tiere einfach Menschen in anderer Gestalt: Sie stecken sie in echte (etwa Beatrix Potter) oder metaphorische Kleider (so Henry Williamson) und statten sie mit menschlichen Sinnesorganen aus.
Ich habe versucht, beide Fehler zu vermeiden, und natürlich ist es mir misslungen.
Wenn ich eine Landschaft beschreibe, wie ein Dachs, ein Fuchs, ein Otter, ein Rothirsch oder ein Mauersegler sie wahrnimmt, bediene ich mich zweier Methoden. Erstens vertiefe ich mich in die relevante physiologische Literatur und finde heraus, was man aus dem Labor über die Funktionsweise dieser Tiere weiß. Zweitens tauche ich in ihre Welt ein. Wenn ich ein Dachs bin, hause ich unter der Erde und esse Regenwürmer. Wenn ich ein Otter bin, versuche ich, im Wasser mit den Zähnen Fische zu fangen.
Bei der Beschreibung der physiologischen Erkenntnisse muss man die Aufgabe meistern, nicht langweilig zu sein oder in einen unverständlichen Fachjargon zu verfallen. Bei der Beschreibung, wie es ist, Regenwürmer zu essen, gilt es zu vermeiden, dass man als schrullig und lächerlich abgetan wird.
Die den Tieren zur Verfügung stehenden Sinnesorgane geben ihnen eine viel, viel größere Farbpalette an die Hand, mit der sie das Bild des Landes malen, als sie irgendein menschlicher Künstler je besaß. Dass die Tiere so eng mit dem Land verbunden sind, verleiht ihnen eine weitaus größere Autorität, als selbst ein Farmer sie beanspruchen kann, dessen Vorfahren hier schon seit dem Neolithikum die Scholle bestellen.
Das Buch ist anhand der vier klassischen Elemente aufgebaut, jedes wird durch ein, die Erde durch zwei Tiere repräsentiert: Für die Erde buddeln sich Dachse durch den Untergrund, und der Rothirsch galoppiert darüber hinweg; der Stadtfuchs, der helles Licht kennt, steht für das Feuer; der Otter für das Wasser; und für die Luft der Mauersegler, dieser ultimative Himmelsbewohner, der auf seinen Schwingen schläft, sich nachts von thermischen Strömungen in die Höhe schrauben lässt und kaum je landet. Hinter dieser Aufteilung steht die Vorstellung, dass etwas Alchemistisches passiert, wenn man die vier Elemente im richtigen Verhältnis mischt.
Kapitel 1 gibt einen Einblick in die Probleme meines Herangehens. Es versucht, einige davon durch Vorwegnahme aus der Welt zu schaffen. Wenn Sie keine Probleme sehen, überblättern Sie das Kapitel, und begeben Sie sich ohne Umweg in den Dachsbau von Kapitel 2.
Kapitel 2 handelt von Dachsen. Es spielt in den Black Mountains von Wales, wo ich viele Wochen zu verschiedenen Jahreszeiten verbracht habe. Ich habe etwa anderthalb Monate unter dem Erdboden gehaust, teils in Wales und teils anderswo, allerdings über mehrere Jahre verteilt. Das Kapitel verdichtet diese Aufenthalte auf wenige Wochen und eine Rückkehr und bildet eine Collage aus all diesen Zeitabschnitten.
Es ist ein langes Kapitel, denn es führt in viele Themen und wissenschaftliche Fragen ein, die für die folgenden Kapitel relevant sind – zum Beispiel geht es um die Vorstellung, dass eine Landschaft eher durch Geruchseindrücke als durch visuelle Wahrnehmung konstruiert sein kann. Wegen dieser Ausführungen sind andere Kapitel kürzer, als sie es sonst wären.
Kapitel 3 befasst sich mit Fischottern. Sie sind Wanderer, die weite Strecken zurücklegen, und so sind sie in einem weit größeren Gebiet »daheim« als die anderen Säugetiere in diesem Buch. Sie schlängeln sich die Furchen des Landes entlang; wer ihre Wege kennt, der weiß, wie sich die Erde aufgefaltet hat. Und sie leben in verdünnten Lösungen dieser Erde. Wie auch wir, obwohl wir es normalerweise nicht so sehen. Ihre und unsere Vorfahren kamen aus dem Wasser, und die Otter kehrten später wieder dorthin zurück. Allerdings nicht ganz. Was mir den Zugang zu ihnen leichter macht als zu Fischen.
Dieses Kapitel spielt im Exmoor, wo ich einen großen Teil des Jahres verbringe. Es erstreckt sich über ein weites Gebiet, wie es Ottern entspricht, aber die Ausgangspunkte bilden East Lyn River und Badgworthy Water sowie deren Zuflüsse aus dem Hochmoor und die Nordküste von Devon, in die sich der East Lyn River ergießt.
Kapitel 4 betrachtet den Stadtmenschen mit Nase, Ohren und Augen eines Fuchses.
Es ist im Londoner East End angesiedelt, wo ich viele Jahre gelebt habe. In dieser Zeit streunte ich nachts durch die Straßen und hielt Ausschau nach Fuchsfamilien.
In Kapitel 5 bin ich wieder im Exmoor und in den westlichen Highlands von Schottland, diesmal bei den Rothirschen.
Wir sehen sie vom Auto aus und glauben, wir würden sie besser kennen als die krabbelnden, wühlenden Wesen. Unsere Mythologie unterstützt diese anmaßende Vorstellung und widerspricht ihr zugleich. Gehörnte Götter wandeln anmutig durch unser Unbewusstes. Sie sind groß und sichtbar, aber dennoch Götter und stehlen sich davon, wenn sie uns bemerken.
Viel Zeit meines Lebens habe ich damit zugebracht, dass ich versuchte, Rothirsche zu töten. Dieses Kapitel ist eine andere Art von Jagd – es ist der Versuch, in den Kopf des Hirsches einzudringen anstatt aus zweihundert Meter Entfernung in sein Herz.
Kapitel 6 beschäftigt sich mit Mauerseglern, und der Handlungsort ist die Luft zwischen Oxford und Zentralafrika.
Mauersegler sind mehr als jedes andere Tier Geschöpfe der Lüfte und so schwerelos wie eine mikroskopisch kleine Qualle.
Ich bin von Mauerseglern besessen, seit ich ein kleines Kind war. Wenn ich in meinem Arbeitszimmer in Oxford am Schreibtisch saß, scharrte ein Pärchen in seinem Nest knapp einen Meter über meinem Kopf. Die kreischenden Sommerpartys in unserer Straße wurden genau auf meiner Augenhöhe gefeiert. Ich folgte den Mauerseglern quer durch Europa bis ins westliche Afrika.
Das Kapitel beginnt mit einer Reihe von Fakten, die viele verständlicherweise für umstritten und tendenziös halten. Ja, ich weiß, die Belege für viele dieser Annahmen werden sehr kontrovers diskutiert. Aber haben Sie Geduld mit mir, und lassen Sie uns sehen, wie weit wir damit kommen.
Indem ich mir die Mauersegler vornahm, habe ich mein Scheitern vorprogrammiert. Es war ziemlich dumm. Sie lassen sich nicht ansatzweise in Worte fassen. Man möge es mir als mildernden Umstand für meine Art von Annäherungsversuchen in diesem Kapitel anrechnen.
Im Epilog blicke ich auf meine Reisen in diese fünf Welten zurück. Waren sie vergebliche Liebesmüh? Habe ich etwas anderes beschrieben als das, was sich nur in meinem Kopf abspielte?
Ich hatte darauf gehofft, ein Buch zu schreiben, in dem nichts oder nur wenig von meiner eigenen Person aufscheint. Diese Hoffnung war naiv. Es wurde (viel zu sehr) ein Buch über meine Rückkehr zur Natur, mein Bekenntnis zu meiner vormals ungekannten Wildheit und meine Klage über den Verlust dieser Wildheit. Tut mir leid.
Oxford, Oktober 2015


Zum Tier werden

Copie de homme-couche-sur-le-sol-en-foret_5873559


Ich bin ein Mensch. Jedenfalls insofern, als meine beiden Eltern Menschen waren.
Das hat gewisse Konsequenzen. Beispielsweise kann ich keine Nachkommen mit einer Füchsin zeugen. Damit muss ich mich abfinden.
Aber Artengrenzen sind, wenn nicht illusionär, so doch zumindest vage und manchmal auch durchlässig. Das kann Ihnen jeder Evolutionsbiologe und jeder Schamane bestätigen.
Es ist kaum dreißig Millionen Jahre her – gerade einmal ein sachter Lidschlag in der Existenz unseres Planeten, auf dem sich vor 3,4 Milliarden Jahren Leben entwickelt hat –, dass die Dachse und ich gemeinsame Vorfahren hatten. Gehen wir noch läppische vierzig Millionen Jahre weiter zurück, teile ich meine Ahnentafel nicht nur mit Dachsen, sondern auch mit Silbermöwen.
Alle Tiere, mit denen ich mich in diesem Buch beschäftige, gehören zu unserer näheren Verwandtschaft. Das ist eine Tatsache. Wenn uns unsere Gefühle etwas anderes sagen, liegt das daran, dass sie von Biologie keine Ahnung haben. Hier ist Umerziehung gefragt.
Im Buch Genesis finden sich zwei Schöpfungsgeschichten. Wenn man sie strikt historisch betrachten will, sind sie völlig unvereinbar miteinander. In der ersten Version wird der Mensch als Letztes erschaffen. In der zweiten zuerst. Beide Darstellungen geben jedoch aufschlussreiche Hinweise auf unsere Verwandtschaftsbeziehungen zu den Tieren.
Nach der ersten Schöpfungsgeschichte ist der Mensch zusammen mit allen landlebenden Tieren am sechsten Tag erschaffen worden. Es verbindet uns also einiges durch unsere Herkunft. Wir haben denselben Geburtstag.
Im zweiten Schöpfungsbericht wurden die Tiere eigens geschaffen, um Adam Gesellschaft zu leisten. Allein zu sein tat ihm nicht gut. Doch Gottes Strategie ging nicht auf: Die Gesellschaft der Tiere genügte Adam nicht. Also erschuf Gott Eva, was Adam sehr freute. »Endlich!«, seufzte er. Diesen Seufzer haben wir alle schon einmal ausgestoßen oder hoffen, es eines Tages zu tun. Es gibt Einsamkeit, die eine Katze nicht lindern kann. Allerdings bedeutet das nicht, dass Gottes Plan völlig fehlgeschlagen wäre – dass Tiere als Gefährten des Menschen nicht taugen. Wir wissen, dass das nicht stimmt. Der Markt für Hundekekse ist riesig.
Adam gab allen Säugetieren und Vögeln Namen – und stellte damit eine Verbindung zu ihnen her, die in die Tiefen seiner und ihrer Existenz reichte. Seine allerersten Worte waren ihre Namen. Wir werden geprägt durch das, was wir sagen, und wie wir Dinge bezeichnen. Also wurde Adam durch seine Interaktion mit den Tieren geprägt. Diese Interaktion und diese Prägung unseres Bewusstseins ist schlicht ein historischer Fakt. Als Spezies sind wir mit Tieren als unseren Kindergärtnern aufgewachsen. Sie brachten uns das Laufen bei, gaben uns Halt, wenn wir, Hand in Huf, dahinwackelten. Und die Bezeichnungen – mit denen Herrschaft einherging – prägten die Tiere ebenfalls. Auch diese Prägung ist eine offensichtliche Tatsache, mit oftmals verheerenden Folgen (zumindest für die Tiere). Mit den Tieren haben wir nicht nur die genetische Herkunft und einen hohen Anteil an DNA gemeinsam, uns verbindet zudem die Geschichte. Wir waren alle auf derselben Schule. So ist es vielleicht nicht verwunderlich, dass wir einige sprachliche Gemeinsamkeiten haben.
Ein Mensch, der mit seinem Hund redet, weiß um die Durchlässigkeit der Artengrenzen. Er hat den ersten und entscheidendsten Schritt auf dem Weg zum Schamanen getan.
Bis in die jüngste Vergangenheit genügte es den Menschen nicht, Doktor Dolittles zu sein. Ja, sie sprachen zu den Tieren, und die Tiere sprachen zu ihnen. Aber das reichte nicht. Es wurde der Intimität der Beziehung zwischen Mensch und Tier nicht gerecht. Und man konnte zu wenig damit anfangen. Denn manchmal wollten die Tiere ihre kostbaren und überlebenswichtigen Geheimnisse nicht preisgeben, etwa wohin die Herde zog, wenn der Regen ausblieb, oder warum die Vögel das Marschland am Nordende des Sees verlassen hatten. Um diese Informationen zu erlangen, musste man die Realität der gemeinsamen Abstammung auf ekstatische Weise heraufbeschwören. Man musste zum Rhythmus der Trommel um ein Feuer tanzen, bis man so dehydriert war, dass einem das Blut aus den geplatzten Nasenkapillaren schoss, oder singend in einem eiskalten Fluss stehen, bis man spürte, dass einem die Seele wie Erbrochenes in die Kehle stieg, oder Fliegenpilze essen und sich selbst beim Fliegen über das Blätterdach des Waldes zusehen. Dann konnte man die dünne Membran durchstoßen, die diese Welt von anderen Welten und die eigene Spezies von anderen Spezies trennt. Während man sich mühsam zur erleuchtenden Erkenntnis hindurchquälte, umhüllte einen die Membran wie einst die Fruchtblase im Mutterleib. Und man ging als Wolf oder Gnu daraus hervor.
Diese Transformationen sind Gegenstand der frühesten Kunst des Menschen. Im Jungpaläolithikum, als das im Lauf der Evolution entstandene Neuronengestrüpp erstmals von menschlichem Bewusstsein erhellt zu sein schien, kroch der Mensch in kalte Höhlen und begann Therianthropen zu zeichnen – Mischwesen aus Mensch und Tier: Menschen mit Tierköpfen oder Hufen, Tiere mit Menschenhänden und Speeren.
Sogar in den urbanisierten und reglementierten Kulturen Ägyptens und Griechenlands beherrschten Therianthropen die Religion. Die griechischen Götter verwandelten sich ständig in Tiere, um die Sterblichen auszuspähen; die religiöse Kunst Ägyptens ist eine Collage aus menschlichen und tierischen Körperteilen. Und im Hinduismus setzt sich diese Tradition unverkennbar fort. Während ich diese Zeilen schreibe, blickt mich das Abbild des elefantenköpfigen Gottes Ganesha an. Für Millionen Menschen sind die einzigen anbetungswürdigen Götter diejenigen mit einer zwitterhaften Natur: Wesen, die zwischen den Welten pendeln können. Und die Welten werden durch menschliche und tierische Formen repräsentiert. Anscheinend gibt es ein uraltes und tief empfundenes Bedürfnis, die Welt der Menschen und die der Tiere zu vereinen.
Kinder, die noch urtümlicher sind als die Erwachsenen, wissen um dieses Bedürfnis. Sie verkleiden sich als Hunde. Sie malen sich die Gesichter an, damit sie wie Tiger aussehen. Sie nehmen Teddybären mit ins Bett und möchten in ihrem Zimmer Hamster halten. Bevor sie einschlafen, lassen sie sich von ihren Eltern Geschichten über Tiere vorlesen, die wie Menschen sprechen und angezogen sind. Peter Hase und Jemima Pratschel-Watschel sind die neuen schamanischen Therianthropen.
Bei mir war das nicht anders. Ich sehnte mich verzweifelt danach, Tieren nahe zu sein. Teilweise rührte dies daher, dass ich davon überzeugt war, sie wüssten etwas, was ich nicht wusste, was ich aber aus irgendwelchen Gründen unbedingt wissen sollte.
Es gab da eine Amsel in unserem Garten, deren gelb-schwarze Augen so wissend aussahen. Das machte mich ganz verrückt. Sie protzte mit ihrem Wissen, und ich war so ahnungslos. Das Blinzeln dieser Augen war für mich wie ein flüchtiger Blick auf eine zerknitterte Piratenschatzkarte. Ich konnte sehen, dass ein Kreuz eingezeichnet war und eine Stelle markierte. Kein Zweifel: Was da vergraben lag, musste etwas Atemberaubendes sein, das mein Leben verändern würde, wenn ich es fand. Aber ich kam beim besten Willen nicht dahinter, wo dieses Kreuz zu finden war.
Ich probierte alles aus, was mir und jedem, den ich fragte, nur einfiel. Ich hatte buchstäblich »einen Vogel«. Stunden über Stunden saß ich in der örtlichen Bücherei, las jeden Absatz, in dem Amseln erwähnt wurden, und machte mir dazu Notizen in einem Schulheft. Ich kartografierte die Nester in der Umgebung (vor allem in vorstädtischen Ligustergehölzen) und suchte sie täglich auf, ausgerüstet mit einem Hocker, um mich draufzustellen und hineinzuspähen. Sämtliche Vorkommnisse hielt ich minutiös in einem zweckentfremdeten Ausgabenbuch fest. In meinem Zimmer hatte ich eine Schublade voller Amseleierschalen. Morgens schnupperte ich daran, weil ich in den Kopf eines Nestlings vordringen wollte, damit ich an diesem Tag etwas amselartiger aufwuchs, und abends, weil ich hoffte, in meinen Träumen als Amsel geboren zu werden. Ich besaß mehrere getrocknete Amselzungen, die ich überfahrenen Tieren mit der Pinzette entfernt und auf Wattebäusche in Streichholzschachteln gelegt hatte. Tierpräparation war meine zweite große Leidenschaft: Über meinem Bett kreisten, an Drähten von der Decke hängend, Amseln mit ausgebreiteten Flügeln; einige ihrer Artgenossen lugten ziemlich deformiert von Sitzstangen aus Sperrholz herab. Neben meinem Bett bewahrte ich ein in Formalin eingelegtes Amselhirn auf. Immer wieder drehte ich das Glas hin und her, versuchte, mich in dieses Hirn hineinzudenken, und hielt es oft noch in der Hand, wenn ich einschlief.
Aber es funktionierte nicht. Die Amsel entzog sich mir ein ums andere Mal. Ihre verlockende Rätselhaftigkeit ist eines der großen Vermächtnisse meiner Kindheit. Hätte ich auch nur einen Moment lang geglaubt, ich hätte das Mysterium gelöst, wäre das eine Katastrophe gewesen. Womöglich wäre ich dann Ölarbeiter oder Banker oder Zuhälter geworden. Wer in jungen Jahren zu der Überzeugung gelangt, etwas vollkommen beherrschen oder geistig durchdringen zu können, wird später ein Monster. Diese geheimnisvollen Amseln halten mein Ego auch heute noch im Zaum und beglücken mich mit der Erkenntnis, wie unzugänglich alle Geschöpfe sind – und vielleicht besonders der Mensch.
Was aber nicht heißt, dass wir es nicht besser machen können als ich damals mit den Amseln. O ja, das geht durchaus.
Für mich steht völlig außer Frage, dass durch Schamanismus eine echte Verwandlung möglich ist. Tatsächlich habe ich es selbst erlebt: Ich könnte Ihnen dazu eine Geschichte über eine Rabenkrähe erzählen, aber davon ein andermal mehr. Allerdings ist diese Methode beschwerlich und für mich auch schlicht zu beängstigend, als dass ich sie regelmäßig anwenden würde. Und was dabei herauskommt, ist so bizarr, dass es die meisten wenig ansprechend finden. Es mag eine Menge Gründe dafür geben, warum man ein Buch über das Dasein als Dachs liest, das jemand geschrieben hat, der in seinem Wohnzimmer halluzinogene Drogen genommen und geglaubt hat, sich in einen Dachs zu verwandeln. Aber das Bedürfnis, mehr über Dachse oder Laubwälder zu erfahren, steht dabei wohl nicht im Vordergrund.
Ebenso verhält es sich mit dem Quasischamanismus von J.
A. Baker, von dessen gefeiertem Werk »Der Wanderfalke« man sagen könnte, es leiste für eine Spezies das, was ich hier für fünf versuche. Baker folgte seinen Wanderfalken bis zu dem Punkt, da er mit ihnen eins wurde. Sein ausdrückliches Ziel war es, sich selbst aufzulösen. »Wohin er (der Wanderfalke) diesen Winter auch gehen mag, ich werde ihm folgen. Ich werde die Furcht und Freude seines Jagens teilen, und auch die Langeweile. Ich werde ihm folgen, bis meine bedrohliche Menschengestalt das wirbelnde Kaleidoskop, das die Sehgrube seiner glänzenden Augen füllt, nicht mehr in Angst verdunkeln lässt. Mein heidnischer Kopf soll im Winterlandboden versinken, auf dass er rein werde.«
Wenn man Baker Glauben schenken kann, hat es funktioniert. Er ertappte sich dabei, wie er unbewusst die Bewegungen eines Falken nachahmte, und seine Pronomina wechseln von »ich« zu »wir«: »In diesen Tagen im Freien leben wir dasselbe rauschhafte, angsterfüllte Leben.«
Niemand bewundert Baker mehr als ich. Aber sein Weg ist nicht der meine. Er kann es nicht sein: Ich bin nicht so tief verzweifelt und unglücklich wie er und teile weder seine Sehnsucht nach Selbstauflösung noch seine Überzeugung, dass eine genickbrechende und Jungtiere ausweidende ruchlose Natur eine Moral verkörpert, die besser ist als alles, was der Mensch ersinnen oder woran er sich orientieren kann. Zudem ist die Selbstauflösung als literarisches Mittel eine ziemlich heikle Angelegenheit. Wenn J.
A. Baker wirklich verschwindet, wer erzählt dann die Geschichte? Und wenn nicht, warum sollten wir die Geschichte dann ernst nehmen? Wie Robert Macfarlane bemerkte, versuchte Baker, dem Problem mit der Entwicklung einer neuen Sprache beizukommen: Flügellose Substantive stürzen und gleiten, erdhöhlenbewohnende Verben trudeln am Rand der Atmosphäre, Adverbien benehmen sich abscheulich. Ich liebe diese Fremdartigkeit, aber sie lehrt mich mehr über Sprache als über Wanderfalken. Und stets bleibt die Frage: Wer spricht hier? Ein Wanderfalke, der in Cambridge studiert hat? Oder ein zum Wanderfalken mutierter Baker? Weil wir das nie genau wissen, funktioniert die Methode nicht so recht. Es liegt in der Natur der Dichtkunst, dass sie ihren Urheber nie ganz offenbart.
Sieht man von schamanischer Transformation ab, wird immer eine Grenze zwischen mir und meinen Tieren bestehen bleiben. Also bekennt man sich am besten gleich dazu und versucht, den Grenzverlauf möglichst exakt zu beschreiben – und sei es nur um der Stimmigkeit willen. Es mag ziemlich prosaisch wirken, wenn man von jeder Passage des vorliegenden Buchs sagen kann: »Hier schreibt Charles Foster über ein Tier« anstelle von: »Das könnte die mystische Äußerung eines Dachsmenschen sein«, aber es schafft doch weitaus mehr Klarheit.
Meine Vorgehensweise besteht daher schlicht darin, mich so nahe wie möglich an die Grenze vorzuwagen und mit allem, was mir an Hilfsmitteln zur Verfügung steht, ins unbekannte Terrain hinüberzuspähen. Dieser Prozess unterscheidet sich grundlegend von reiner Beobachtung. Der klassische Beobachter hockt mit seinem Fernglas in einem Versteck und schert sich nicht um Anaximanders schwindelerregende Frage: »Was sieht ein Falke?«, ganz zu schweigen von der modernen, weiter gefassten neurobiologischen Variante dieser Frage: »Welche Art von Welt konstruiert ein Falke, indem sein Gehirn die Reize seiner Sinnesrezeptoren verarbeitet und sie vor dem Hintergrund seiner genetischen Prägung und individueller Erfahrung interpretiert?«
Diese Fragen stelle ich mir.

 

Cet ouvrage existe en Français bien-sûr !

 

dans-la-peau-d-une-bete-par-charles-foster-trad-de-l-anglais-par-thierry-pielat-jc-lattes-250p-19eu-en-librairie-le-10-mai_5873555

 

Le troisième livre :

 

Les Religions, la Parole et la Violence Broché – 29 mars 2017

 

téléchargement (3)

de Claude Hagège (Auteur) – aux éditions Odile Jacob.

 

« Habité depuis l’enfance par une folle passion des langues, qui m’a conduit à devenir un linguiste professionnel, je suis également envahi, depuis longtemps, par un questionnement : d’où vient donc le besoin qu’ont les humains de croire en un dieu ?
Pourquoi l’histoire des religions est-elle hérissée de tant de violences, alors que, suscitées par les interrogations et les angoisses humaines face à un monde encore largement inexpliqué, elles auraient dû avoir pour vocation de réunir toute l’humanité ? En effet, elles proposent quelques explications, certes différentes, mais qui ont pour point commun de rassurer.
Telles sont les considérations qui m’ont conduit à proposer ici mes réflexions sur les problèmes universels que soulève l’étude des religions. »
C. H.

738_054_cen00149

 

La Linguistique et la Langue Française :

 

La linguistique générale se propose pour objet d’étude :

 

le langage comme faculté définitoire de l’être humain

 

les langues comme manifestation historique et sociale de cette faculté.

 

Ma chaire dont l’intitulé est " Théorie Linguistique " illustre cette polarité. En effet, au centre se trouve le langage, étudié à travers les thématiques de l’acquisition par l’enfant sur fond de compétences innées et avec l’apport de l’environnement social et d’autre part les langues, étudiées dans leur diversité et par leur contenu symbolique. La diversité est mise en relief par l’étude typologique, c’est à dire la recherche des types de langues dans les domaines phonologique, morpho-syntaxique et sémantique ; cette répartition typologique peut coïncider ou non avec les parentés génétiques, c’est à dire l’appartenance des diverses langues humaines à une des grandes familles : indo-européenne, sémitique, ouralienne, altaïque, bantoue, caucasique, amérindienne, sino-tibétaine, austronésienne etc…

 

Le contenu symbolique des langues correspond à leur pouvoir identitaire, c’est à dire au reflet qu’elles offrent des nations les plus variées. L’attachement de ces dernières à leurs langues est le plus souvent très puissant et peut être générateur de conflit.

 

 

 

Claude Hagège, linguiste et professeur au Collège de France, s’interroge sur les problèmes universels que soulève l’étude des religions dans son ouvrage "Les religions, la parole et la violence", Odile Jacob, mars 2017

 

 

claude-hagege-et-ses-explications-en-langue-basque

 

Pourquoi a-t-on besoin de croire en Dieu ? Pourquoi l’histoire des religions est-elle si tumultueuse quand la croyance aurait dû nous rassembler ? Pour comprendre notre rapport au sacré, Claude Hagège entre dans notre psyché par la porte dérobée…

 

Pour comprendre notre rapport au sacré, ce professeur honoraire au Collège de France sort de son champ disciplinaire pour faire une « chevauchée, assez personnelle, à travers le champ des religions, depuis fort longtemps labouré »

 

Auteur de La Structure des langues, de L’homme de paroles, lui qui a livré un Combat pour le français en 2006 et s’est élevé Contre la Pensée unique, chez Odile Jacob encore en 2012, publie chez le même éditeur Les religions, la parole et la violence.

 

 

 

Claude Hagège est linguiste et professeur au Collège de France. Il est lauréat de la médaille d’or du CNRS. Il est l’auteur de livres qui sont d’immenses succès : Le Français et les Siècles, Le Souffle de la langue, L’Enfant aux deux langues, Halte à la mort des langues, Combat pour le français, Contre la pensée unique et Dictionnaire amoureux des langues.

 

 

Introduction

Il ne semble pas qu’il existe de communauté où l’on n’observe pas la croyance en un pouvoir plus qu’humain qui surplombe toute initiative person­nelle. Une telle croyance existe depuis des temps immémoriaux et dans tout l’univers. On peut en conclure qu’elle reflète un besoin inhérent à l’espèce, et donc définitoire. Un esprit naïf ou pur de toute préconception pourrait en déduire que ce besoin, de par son universalité même, rapproche toutes les communautés. Or l’histoire, ancienne, moderne et contemporaine, laisse apercevoir, tout au contraire, des affrontements dont la violence ne paraît pas connaître de limites. C’est une tentative d’observa­tion et d’interprétation de ce phénomène qui consti­tue le propos du présent livre. Écrit par un auteur qui s’intéresse aux mots, il fait une certaine place à ces derniers. L’ouvrage pose une question et s’efforce d’y répondre : pour quelles raisons les discours que tiennent les diverses religions, au lieu d’unir les humains, sont-ils loin d’être des facteurs de paix ?

 

Habité depuis l’enfance par une folle passion des langues, qui m’a conduit, à travers des recherches de terrain et une étude de longue haleine, à devenir un linguiste professionnel, je suis également envahi, depuis fort longtemps, par un questionnement : d’où vient donc le besoin qu’ont les humains de croire en un dieu ? C’est la raison pour laquelle je propose ici mes réflexions sur les problèmes universels que soulève l’étude des religions.

 

La première partie est composée de deux chapitres, l’un sur la relation entre croyance et rationalité (cha­pitre 1), l’autre sur la parole et les textes des religions (chapitre 2). Une deuxième partie examine successive­ ment le judaïsme (chapitre 3), le christianisme (cha­pitre 4), l’islam (chapitre 5). Une troisième et dernière partie traite des croyances et philosophies de l’Orient lointain, ainsi que de l’âge moderne : zoroastrisme, hindouisme, shintoïsme, bouddhisme, confucianisme (chapitre 6), comtisme et transhumanisme (chapitre 7). Telles sont les principales articulations d’un ouvrage où l’on verra qu’un linguiste qui traite des religions donne une place centrale aux paroles par lesquelles elles s’expriment. À cela s’ajoute le souci de souligner à travers tout le livre, plus que cela n’a été fait jusqu’ ici, le lien, pour une part inattendu, entre la notion même de religion et la violence. Ce lien, qui apparaîtra ici dans de nombreuses pages, explique le titre de l’ouvrage. — C. H.

 

D’où vient le besoin des humains de croire en un Dieu ?

Besoin de transcendance et d’exorciser la mort ; l’homme a toujours été en quête de sens qu’il se cherche un Dieu ou simplement un art de vivre. Mais d’où vient ce besoin ?

 

Claire Servajean reçoit le linguiste Claude Hagège, qui publie Les religions, la parole et la violence aux éditions Odile Jacob.

 

Les religions sont-elles source de conflits ?

Dans une époque très marquée par un retour du religieux, la montée du terrorisme et des guerres, on se pose la question : la religion est-elle source de conflits ?

 

Claude Hagège, linguiste et professeur au Collège de France. Dans son dernier ouvrage, Les religions, la parole et la violence, il se demande pourquoi les hommes ont un tel besoin de religions et pourquoi leur histoire est-elle autant hérissée de violences.
A ses côtés, Joseph Macé-Scaron, journaliste à l’hebdomadaire Marianne et auteur de L’horreur religieuse, un essai sur la possibilité d’une société sans religion. Et Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions et membre de la rédaction de la revue
 Esprit.

 

La parole religieuse de Claude Hagège

Pourquoi a-t-on besoin de croire en Dieu ? Pourquoi l’histoire des religions est-elle si tumultueuse quand la croyance aurait dû nous rassembler ? Pour comprendre notre rapport au sacré, Claude Hagège entre dans notre psyché par la porte dérobée…

 

Pour comprendre notre rapport au sacré, ce professeur honoraire au Collège de France sort de son champ disciplinaire pour faire une « chevauchée, assez personnelle, à travers le champ des religions, depuis fort longtemps labouré »

 

393_213_philosophia-20014-claude-hagege-philosophies

Photo ci-dessus, Claude Hagège, en présence de Fabienne Keller (ancienne maire de Styrasbourg..), lors d'une conférence pour la présentation de l'un de ces livres.

Claude Hagège : « j'aime les langues comme les femmes »

 

Le Point : Vous prétendez aimer les langues comme vous aimez les femmes. Toutes les langues et toutes les femmes ?

 

Claude Hagège : Bien sûr que non ! Cela dit, cette formule n'est pas seulement métaphorique, elle correspond à une expérience biographique. A deux reprises, j'ai eu l'occasion de vérifier la parenté entre ces deux amours. Dans les deux cas, j'aimais une femme et, au même moment, le CNRS ou une autre institution m'offrait la possibilité d'aller sur le terrain pour pourchasser et décrire une langue non écrite. Je savais que je perdrais la personne aimée. Mais, chaque fois, entre la femme et la langue, j'ai choisi la langue.

 

En somme, vous collez au plus près au concept de « dictionnaire amoureux » ?

 

« Un dictionnaire ne peut pas être amoureux, c'est l'individu qui est amoureux » , m'a-t-on fait remarquer. En rhétorique classique française, ce transfert s'appelle une hypallage, figure de style qui consiste à transférer un qualificatif d'un mot vers un autre. Les savants citent souvent comme exemple un vers de « L'Enéide » : « Ibant obscuri sola sub nocte. » Mot à mot, cela signifie : « Ils allaient obscurs sous la nuit seule. »En fait, c'étaient eux qui étaient seuls et la nuit obscure.

 

Merci pour l'hypallage. Mais laissons là l'amour. Pour la science, qu'est-ce qu'une langue ? Vous admettez, je suppose, que le babil que l'on parle aux enfants n'en est pas une.

 

Je vous l'accorde. On parle de langue lorsqu'on a affaire à une organisation très articulée de systèmes, phonologique parce qu'il faut des sons, morphologique parce qu'il faut des formes, syntaxique parce qu'il faut des phrases pour agencer les mots entre eux et, enfin, sémantique parce que tous ces éléments combinés doivent produire du sens.

 

Une mécanique aussi complexe peut-elle se passer d'une écriture ? Peut-on vraiment parler de langues orales ?

 

Evidemment ! Il existe d'innombrables dialectes, africains, amérindiens, océaniens. Pour le linguiste, ce sont des langues. Je dirai qu'une langue est un dialecte qui a réussi et qui a acquis une prééminence en fonction de trois paramètres. Elle s'écrit et produit une littérature. Elle se parle là où s'est établie une autorité politique : le dialecte va être promu langue quand le lieu où il se parle devient celui du pouvoir. Enfin, elle est l'objet d'une entreprise de planification et de réforme dont l'enjeu est de dégager une norme dialectale. C'est ce qui s'est passé pour le français et qui se reproduit aujourd'hui pour les langues régionales. Ceux qui veulent donner à ces langues une dignité ont très bien compris qu'elles souffraient de leur dispersion. Il existe six dialectes occitans et au moins cinq variétés du basque. On s'achemine apparemment vers un processus d'unification.

 

Une langue, vous l'avez dit, c'est aussi une littérature. Justement, toutes n'ont pas créé Racine ou Dostoïevski. Pour sympathique que soit votre postulat selon lequel toutes les langues se valent, est-il opératoire ?

 

Ce postulat de l'égalité n'est pas formulé explicitement, mais j'admets qu'il est sous-jacent à ce que j'écris. Je n'affirme nullement que toutes les langues aient produit des littératures d'égale beauté. Elles se valent comme instruments de communication et parce qu'elles possèdent les caractéristiques que j'ai énoncées plus haut. Elles se valent à un autre titre : contrairement à ce que l'on croit, n'importe quelle langue peut être traduite en n'importe quelle langue. Les petites langues tribales de Nouvelle-Guinée, les langues d'Afrique parfois réduites à un village sont aussi capables que n'importe quelle autre de traduire des textes politiques, poétiques ou littéraires. Tout simplement parce que, quand un mot leur manque, elles l'inventent.

 

Mais comment inventer le mot quand on ne connaît pas la chose ? Par exemple, toutes vos « microlangues » sont-elles capables de traduire « démocratie » ou « liberté » ?

 

On se contente de fabriquer un mot décrivant le sens. Ainsi, pour « démocratie », on reprendra tout simplement l'étymologie grecque et l'on traduira par « pouvoir du peuple ». Liberté, en chinois, se dit « mouvement (décidé par) soi-même ».

 

Vous ne pouvez pas refuser l'évidence : certaines langues sont plus sophistiquées que d'autres. Il y a des grandes langues comme il y a des grandes puissances.

 

Je dirai plutôt que certaines langues ont quelque chose de sommaire, une syntaxe moins précise, un lexique moins étendu : ce sont les pidgins, ces langues qui naissent spontanément sur les marchés d'Afrique et d'ailleurs pour permettre à des gens venus de tribus et de villages différents de commercer ensemble. Il leur manque une caractéristique capitale pour être des langues : le fait d'avoir été transmises dans la petite enfance. Mais, comme les relations de marché et d'échanges finissent par créer des communautés, certains pidgins s'enrichissent et engendrent des créoles [NDLR : système linguistique mixte] qui se transmettent au sein de la communauté. Le guadeloupéen, le martiniquais et le guyanais ont commencé par être des pidgins et sont maintenant des créoles.

 

Vous n'êtes pas loin de penser que le verlan des cités est une langue. Nierez-vous que c'est une langue pauvre qui ne permet guère de penser la complexité du monde ?

 

Non, je ne prétends pas que le verlan soit une langue. Pas tout à fait. Comme l'argot des prisonniers ou des hors-la-loi, c'est une langue inventée par des populations rejetées en lisière de la société pour communiquer entre elles. Elles sont moins richement équipées pour traduire toute la réalité que les langues au sens plein du terme, mais elles ne sont pas faites n'importe comment, elles obéissent à une construction grammaticale, même inconsciente.

 

Vous appelez au sauvetage des langues menacées. Mais vous ne semblez pas voir l'appauvrissement de nos chères et vieilles langues qu'on ne sait plus parler ni écrire. Vos lunettes progressistes vous aveugleraient-elles ?

 

A toutes les époques, les communautés cultivées ont eu l'impression que la langue s'appauvrissait. Pourquoi ? Parce qu'elle évoluait. Certains mots et tournures disparaissent, d'autres apparaissent. Ceux qui ont vécu la transformation du latin en différentes langues romanes, aux IIIe et IVe siècles, ont été horrifiés par la simplification des déclinaisons, la réduction du vocabulaire, la germanisation. Or que s'est-il passé ? Le latin a cessé d'être parlé quand on s'est rendu compte qu'il n'était plus accessible aux masses. Et il a donné naissance à de nombreux créoles, qui sont ensuite devenus d'extraordinaires langues littéraires. Le français, l'italien, le portugais, l'espagnol et le roumain sont des créoles du latin. Les contemporains qui vivaient cette mutation comme une catastrophe ne pouvaient imaginer que ce qui était pour eux du latin de cuisine allait donner naissance à de telles merveilles. Tous les linguistes vous le diront : la langue ne s'appauvrit pas, elle change.

 

On a parfois l'impression que vous aimez toutes les langues sauf une. La domination de l'anglais vous hérisse. Peut-être que l'anglais est le pidgin d'un monde globalisé, une langue qui s'invente pour commercer.

 

Si on accepte l'existence d'une langue de communication mondiale, à laquelle on prête naïvement un rôle purement utilitaire, on accepte à terme qu'une langue exerce son hégémonie. L'anglais est un danger mortel pour la diversité des langues. Bien sûr, les langues vivent d'emprunts. Seulement, au-delà d'un certain seuil, il ne s'agit plus d'emprunts, mais d'invasion, en particulier quand la langue pourvoyeuse est celle d'une grande puissance. L'américanisation du français est ridicule. Mais l'exemple du Québec montre qu'on peut résister. En 1975, quand le Parti québécois de René Lévesque a fait voter la loi 101 qui fait du français la seule langue officielle de la Belle Province, tout le monde s'en est gaussé. Mais ce fut un succès. Lacordaire disait, comme on sait : « Entre le fort et le faible, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. » Le recours à la loi est indispensable. Sinon, dans deux siècles, nous parlerons tous anglais.

claude-hagege-professeur-violon-maignelay-montigny

Photo ci-dessus, Claude Hagège professeur vioàloniste.

 

BÉATRICE DALLE ET CLAUDE HAGÈGE : «C’EST SI GRATIFIANT DE PARLER COMME VICTOR HUGO»

Par Anne Diatkine— 4 août 2017 à 17:26

Elle sacralise le savoir des autres, lui est un puits de connaissances tous azimuts. Echange entre deux passionnés et amoureux des mots.

Copie de 1044504-beatrice20dalle20et20claude20hagege200879

 

«Claude Hagège !» Le nom du linguiste, professeur au Collège de France, médaille d’or du CNRS, a immédiatement franchi les lèvres de Béatrice Dalle lorsqu’on l’a appelée pour lui proposer une rencontre inattendue. C’était lui, et personne d’autre. «C’est un homme tellement cultivé ! Je serais honorée et ravie.» Le rendez-vous est fixé dans le salon de thé-restaurant du cinéma Le Panthéon, à Paris. Entre Béatrice Dalle, la comédienne volcanique et incroyablement sympathique et sincère, et le puits de science qu’est Claude Hagège, il y a apparemment peu de points communs. C’est sans compter l’insatiable curiosité qui les anime tous les deux, leur exubérance, leur fantaisie, l’amour des autres, le goût d’apprendre et les limites toujours repoussées. De temps en temps, Claude Hagège s’inquiète :«Vous allez vraiment écrire tout ce qu’on dit ? Vous savez, je suis quelqu’un de sérieux, avec une réputation à tenir.» Non, on n’a pas tout écrit. Mais la rencontre a bien eu lieu.

 

Claude Hagège : Parmi ce que j’ai lu sur vous, Béatrice, il y a une expérience que certains pourraient trouver terrible : vous avez mangé un petit bout d’un cadavre humain. Est-ce que c’était bon ?

 

Béatrice Dalle : Ça n’avait absolument aucun goût. Comme on avait pris beaucoup de drogues, ma copine et moi, peu importe ce qu’on aurait mangé, on n’en aurait eu aucun souvenir.

 

Claude Hagège : J’ai mangé de la viande humaine au Cameroun, où je faisais une enquête de terrain. J’avais demandé à mon assistant de m’acheter de la viande au marché, il m’a rapporté de la viande d’homme sans me le dire. J’ai juste trouvé que c’était un peu sucré par rapport au buffle que l’on mange là-bas. C’est quand je lui ai posé la question sur l’origine de la viande que tout contrit, il m’a dit«Il ne restait plus que cet étal dont les policiers s’apprêtaient à arrêter le vendeur J’ai donc mangé malgré moi de la viande humaine et je dois dire que son goût ne se différencie pas radicalement des autres viandes.

 

Béatrice Dalle : Moi, c’était un petit bout d’oreille, trop cartilagineux pour avoir un goût particulier.

 

Claude Hagège : L’oreille ? C’est peut-être plus fin comme goût ! Excusez-moi, j’ai l’air de m’enfoncer dans l’horreur ! Mais les empereurs chinois consommaient des pattes et des oreilles d’ours. Qui étaient considérées comme un mets très fin.

 

Béatrice Dalle : En Arabie Saoudite, quand j’ai raconté cette expérience de gamine de 15 ans défoncée, ils ont publié des photos de moi dans la presse avec des articles qui proclamaient que je devrais être mise en prison pour atteinte à l’intégrité d’un cadavre.

 

Claude Hagège : C’était un cadavre d’Arabie Saoudite ?

 

Béatrice Dalle : Non.

 

Libération : Que faisait-il avec vous, ce cadavre ?

 

Béatrice Dalle : Ma copine était étudiante en médecine. Dans son apprentissage, elle prenait des cours de dissection et je l’ai accompagnée une ou deux fois.

 

Claude Hagège : Si c’est une étudiante en médecine, c’est moins grave, car son effraction est en partie professionnelle.

 

Libération : Faire une expérience cannibale ne vous a troublé ni l’un ni l’autre ?

 

Claude Hagège : J’ai plutôt apprécié cette aventure à mon insu, car elle n’est pas courante.

 

Béatrice Dalle : C’est exactement ce que j’ai pensé. Je suis prête à tout expérimenter, sinon la vie m’ennuie. Ce qui me tient à cœur, c’est de ne pas atteindre à l’intégrité physique et morale des gens. A partir de là, je fais ce que je veux de ma vie.

 

Claude Hagège : Il y a des religions où le corps humain, même celui de quelqu’un qui est décédé, a un caractère sacré - et c’est peut-être le cas des personnes qui vous ont ennuyée en Arabie Saoudite. Vous pensez ne pas blesser, parce que le bout d’oreille fait partie d’un cadavre qui sera malmené par des étudiants - et j’étais dans la même position au Cameroun car je ne crois pas en la vie après la mort -, mais il y a toute une aura de sacralisation autour des cadavres humains. On est moins regardant avec les animaux.

 

Béatrice Dalle : Je suis catholique, je crois au Christ. Mais quand je suis dans une église, il faut se taire, il faut se couvrir, il ne faut pas provoquer les hommes de Dieu. Moi, je fais ce que je veux dans une église, qui est un endroit d’amour et de tolérance, ou qui devrait l’être. Si j’ai envie d’emmener des enfants, de rire, je ne vais pas m’en priver.

 

Claude Hagège : Je vais vous donner un blanc-seing…

 

Béatrice Dalle : C’est quoi, un blanc-seing ?

 

Claude Hagège : L’autorisation de faire quelque chose… Pas un blanc sein ! «Seing», c’est la même racine que «signer»… Joshua de Nazareth - que je ne nomme jamais Jésus - aurait certainement accepté d’innombrables choses que l’Eglise refuse. Il serait, s’il revenait, stupéfait de tous les interdits qui pèsent sur les malheureux croyants.

 

Béatrice Dalle : Et de toute la souffrance produite au nom de Dieu.

 

Claude Hagège : Ce qui s’est construit sur lui a peu de rapport avec ce qu’il prêchait. Il entraînait des hordes de misérables, des malheureux à qui il promettait la vie éternelle, et il ne se doutait pas qu’un jour, il y aurait toute une structure hiérarchique en son nom. Le christianisme, en fait, c’est un paulinisme. C’est Paul qui a érigé la religion en pouvoir. Joshua de Nazareth n’a pas construit une Eglise. Tandis que Paul, homme politique, voulait une structure.

 

Libération : Que voulait Jésus, selon vous ? Qu’on croie en lui en tant que fils de Dieu, par exemple ?

 

Claude Hagège : Joshua de Nazareth était un juif pratiquant. Il connaissait les prières, la Bible par cœur. Il y a un passage dans l’Evangile selon saint Marc qui relate que Marie et Joseph vont à Bethléem. Joshua a 5 ou 6 ans, ses parents le perdent, il disparaît dans la foule. Ses parents sont extrêmement inquiets, ils le cherchent partout et, au bout de deux jours, ils finissent par le retrouver dans une synagogue en grande discussion avec un rabbin. Autrement dit, à 6 ans, Joshua de Nazareth était tellement informé sur le judaïsme qu’il était capable de tenir une discussion avec des docteurs de la loi. C’était donc un enfant très précoce. Qu’a-t-il apporté ? Rien qui ne soit nouveau par rapport au judaïsme. Mais une ouverture sur la vie éternelle, l’amour, maintes choses présentes chez Ezéchiel. A partir de cela, il y a la captation de saint Paul.

 

Béatrice Dalle : Comme beaucoup de petites gamines, j’étais très attirée par l’iconographie du catholicisme. Les peintures sont si belles…

 

Claude Hagège : Cette partie-là est capitale pour expliquer le succès du christianisme. Contrairement aux deux autres monothéismes, cette religion a convaincu et s’est développée grâce à une iconographie extraordinaire. Comme vous le savez, dans l’islam, les images sont condamnées, elles sont considérées comme sacrilège, et si dans le judaïsme, elles ne le sont pas explicitement, elles ne sont pas répandues. La représentation du divin est considérée comme un blasphème. Donner des traits humains à ce qui est en principe vertigineusement transcendant par rapport à lui est interdit. Donc quand vous citez votre fascination pour les images, votre élan est tout à fait chrétien.

 

Béatrice Dalle : Les images de la chrétienté sont sublimes. La crucifixion, la couronne d’épines : Jésus est plus rock’n’roll que tous les chanteurs punk ! Mon premier amour, c’est Jésus. Peut-être que ma vision est naïve, mais c’est la mienne et elle me convient. Je viens d’une famille catholique, donc dans mon enfance, j’avais des petits livres religieux qui traînaient, avec des images tellement belles du Christ !

 

Libération : Votre dernier livre, Claude Hagège, les Religions, la Parole et la Violence, se demande pourquoi les religions qui prônent l’amour du prochain aboutissent à tant de destruction. Quelles sont vos réponses ?

 

Claude Hagège : Une des raisons essentielles est que chacune considère qu’elle est supérieure aux autres. Mahomet, qui connaissait bien les deux autres monothéismes, s’est présenté comme le sceau de la prophétie. Et il a considéré que ce qu’il apportait était supérieur aux deux autres religions. Les guerres de conquête que sont les croisades sont liées à la conviction que les lieux saints dans les pays musulmans ne pouvaient pas continuer à abriter toutes les reliques et les objets du Christ.

 

L’autre raison qui conduit les religions à se combattre encore aujourd’hui est qu’elles sont des pouvoirs temporels, installées dans un lieu, avec parfois même une armée, une diplomatie. On aurait pu considérer que le pape, au lieu de loger dans un somptueux palais au Vatican, vive pauvrement… Ce serait plus proche de l’idéologie de Joshua de Nazareth, qui serait stupéfié par l’or et le luxe de la papauté.

 

La plupart des monarques de toute l’Europe ont toujours été en relation directe avec le pape, qui leur délivrait des conseils et des admonestations religieuses.

 

Béatrice Dalle : Vous savez pourquoi j’ai eu envie de vous rencontrer ? J’ai arrêté l’école en seconde. Je n’en tire aucun sentiment d’infériorité mais, depuis, je suis très heureuse quand j’ai l’occasion d’écouter des gens extrêmement cultivés. J’ai de la chance car il n’y a que des personnes très savantes qui ont choisi de me faire travailler.

 

Claude Hagège : Aimez-vous lire ?

 

Béatrice Dalle : Non. Dans mon entourage, il y a beaucoup de personnes qui lisent énormément, et elles me racontent des livres. Il n’y a rien qui ne m’intéresse plus que le savoir des autres. Je m’en imprègne.

 

Claude Hagège : Ce qui signifie que vous pouvez lire à travers d’autres personnes…

 

Béatrice Dalle : C’est toute ma vie, ça ! J’apprends grâce à mon entourage. Je m’imprègne de tout ce que Virginie Despentes, qui est ma meilleure amie, me raconte. Il y a le cinéma aussi. J’ai découvert la tragédie par le cinéma. Je suis fan de Pasolini et c’est par ses films que j’ai connu les grands mythes, Médée, Œdipe… Quand j’ai découvert Accatone , j’ai d’abord trouvé tous les personnages ignobles. Puis je me suis dit«Qu’est-ce que j’ai de mieux qu’eux ?» Rien. Je me suis mise à les aimer tous. Pasolini devait être un type très bienveillant pour faire ressortir les qualités des gens ordinaires.

 

Libération : Claude Hagège, comment vous est venu le goût pour les langues ?

 

Claude Hagège : Je ne peux pas répondre à votre question, car je n’ai pas le souvenir de ne pas avoir été curieux des langues. Il n’y a pas d’événement, pas d’épiphénomène. Je suis né à Carthage, ville très cosmopolite. Quand j’étais enfant, ma mère était très inquiète par ma manière d’aborder toute personne qui parlait dans une langue que je ne comprenais pas : «Mon petit Claude, ce n’est pas parce que les gens parlent une langue étrangère qu’ils sont recommandables !» Elle avait très peur, carj’ai toujours aimé aller demander aux gens comment ils disaient telle chose dans leur langue. Par la suite, je suis devenu un linguiste de terrain. J’ai continué de manière plus scientifique la démarche empirique que j’avais enfant.

 

Béatrice Dalle : Que veut dire «empirique» ?

 

Claude Hagège : Cela signifie «fondé sur une expérience». En l’occurrence, celle d’interroger les gens. Quand j’ai le temps, j’écris un article. C’est mon métier de linguiste.

 

Béatrice Dalle : Dans mon travail, je passe mon temps à interroger. Sur un tournage, je ne cherche pas un pote avec qui aller en boîte de nuit. Avec Michael Haneke, par exemple, on apprend chaque jour quelque chose. Rencontrer un metteur en scène, c’est comme une histoire d’amour. Tous les jours on a envie d’être ébloui par son intelligence. J’ai l’impression d’être une enfant qui va à l’école et qui est tellement contente d’y aller. Et j’en veux à mes partenaires d’être moins enthousiastes que moi parce que, par ailleurs, Haneke ne cherche pas à plaire, il peut être un peu aride.

 

Claude Hagège : Vous dites que vous ne lisez pas, même pas les scénarios. Ce qui vous intéresse, c’est la personnalité du metteur en scène. Mais, chère Béatrice, quand vous jouez un personnage, vous êtes amenée à vous informer sur lui. Comment faites-vous ?

 

Béatrice Dalle : On prend ma façon de faire pour de la désinvolture. Alors qu’elle témoigne de ma totale confiance dans le cinéaste. Je sais bien que seul le regard importe. Van Gogh peint des tournesols : s’ils ne sont pas peints par lui, ils n’ont aucun intérêt. On se fiche des tournesols mais pas de son regard. Même si le scénario est merveilleux, l’histoire fantastique, si le metteur en scène a un sale regard, le film sera pourri. De ma part, ne pas lire un scénario est une marque de respect et de confiance.

 

Libération : Béatrice, est-ce que vous vous intéressez également aux langues étrangères ?

 

Béatrice Dalle : Non. Je ne suis pas du tout douée pour les langues.

 

Claude Hagège : Il n’est pas nécessaire d’être doué pour s’y intéresser !

 

Béatrice Dalle : J’ai joué en anglais mais il me manquait l’émotion. J’étais assez frustrée car c’était pour le film d’un cinéaste que j’aime beaucoup, Abel Ferrara, et tout le monde improvise sur son plateau, ce que je fais en français sans problème. En même temps, comme il n’y a que les gens qui m’intéressent, tout allait bien, je m’en suis quand même sortie.

 

Claude Hagège : Il y a aussi la gestuelle, qui permet de se comprendre…

 

Béatrice Dalle : Dans le film d’Abel, j’ai une relation avec un garçon de 5 ans, qui m’obsède. C’est donc un peu curieux qu’on ne parle pas la même langue. Dans la vie, j’ai eu des amoureux qui ne parlaient pas français, et ça n’empêchait rien. Pour une relation durable, c’est plus compliqué de se comprendre, en gros, sans subtilité. Et on finissait par «casser», car l’échange, le vocabulaire, le partage et la confrontation des idées sont quand même ce qu’il y a de plus important dans une histoire d’amour.

 

Claude Hagège : Le cas est très fréquent de couples qui ont commencé par s’aimer et dont l’un des d’eux apprenait la langue de l’autre.

 

Béatrice Dalle : Dans mon cas, ce sont plutôt mes amoureux qui ont appris le français.

 

Claude Hagège : C’est très bien ! Vous avez milité pour la langue française. Je ne suis pas du tout ami de l’anglais.

 

Béatrice Dalle : L’arme la plus puissante du monde, c’est quand même les mots. Vous pouvez rendre les gens si heureux et vous pouvez tellement les meurtrir, avec juste un verbe.

 

Claude Hagège : A condition de les maîtriser. Ceux qui ne les possèdent pas ne vous font pas de mal du tout, car ils en sont incapables.

 

Béatrice Dalle : Les dialogues au cinéma sont tellement simples, la plupart du temps, c’est comme si vous étiez avec vos potes au resto… Et c’est presque plus compliqué d’apprendre par cœur «passe-moi le sucre, je veux une orange pressée» qu’un texte de Victor Hugo, parce qu’il n’y a rien qui vous arrête. Pour la première fois depuis deux ans, je fais du théâtre ; j’ai joué Lucrèce Borgia. Quand vous avez des idées magnifiques qui passent dans une belle langue, tout vous accroche, et c’est si gratifiant de parler comme Victor Hugo. Déjà que, dans la vie, le langage moche m’ennuie, si c’est pour faire la même chose au cinéma ou au théâtre…

 

Libération : Qu’est-ce qui vous rend la lecture impossible ?

 

Béatrice Dalle : Peut-être parce que je suis actrice, j’aime dire les mots à voix haute. Il faut que j’aie un public, et là, ça me fait tellement plaisir… Ce que je n’aime pas, c’est l’action d’être seule. Si je pouvais lire pour quelqu’un, je lirais toute la journée.

 

Claude Hagège : Si un homme que vous aimiez vous demandait de lire quelque chose, vous le feriez ?

 

Béatrice Dalle : Par amour je ferais tout ! Si vous ne faites pas tout par amour, c’est que vous n’êtes pas amoureux.

 

Libération : Quel est le lien entre la religion et les mots ?

 

Claude Hagège : Il n’est pas complètement incongru qu’un linguiste s’intéresse aux religions. Car les religions sont fondées sur une prédication orale ou écrite. Quand le discours prend une forme écrite, il devient plus solide, plus susceptible d’être transmis. Mais nous avons de nombreux cas de permanence de la parole. Par exemple, après la mort du prophète, les trois califes qui ont succédé à Mahomet connaissaient par cœur le Coran, ainsi qu’Aïcha, sa favorite. Autrement dit, la mémoire humaine peut retenir des textes immenses et rendre possible leur préservation par l’écrit. Ce qui a eu lieu pour les sourates du Coran existe aussi dans l’histoire du confucianisme dont les livres, jugés trop subversifs, ont été brûlés par le premier empereur de la Chine. On aurait pu croire que cela aurait suffi à les faire disparaître. Mais des fidèles les ont retenus et grâce à leur mémoire, on a pu reconstituer tous les textes. Le même événement a eu lieu avec le Talmud. Louis IX (je n’appelle jamais Saint-Louis autrement) a appris d’un juif converti - et par conséquent hostile au judaïsme - que les juifs n’avaient pas seulement la Bible mais aussi un énorme livre où était consigné depuis quatre siècles la pensée des rabbins. Et Louis IX a décidé que le Talmud serait brûlé car il a considéré que c’était un texte hétérodoxe et sacrilège.

 

Entre l’oral et l’écrit, il y a un lien étroit. De plus, la plupart des religions ne passent pas par l’écrit. En Afrique, vous avez d’innombrables religions orales. Elles se partagent par des griots qui en sont les dépositaires. Ce sont des garants, au point que lorsqu’ils font une faute, ils sont condamnés à mort. Autrement dit, on considère que leur mémoire ne saurait avoir de défaillance.

 

Béatrice Dalle : Mais à travers les siècles, leurs récits ne peuvent-ils pas varier ? Quand on répète une histoire qui va être répétée, on sait bien qu’elle est transformée…

 

Claude Hagège : Très bonne remarque, Béatrice ! Il s’agit d’une transmission orale qui, loin d’être altérée, est transmise de père en fils dans son texte original. Dans les familles, la transmission se fait en public, de manière totalement officielle. Le vieillard dépositaire d’une sagesse la transmet devant des témoins, en principe sans altération. S’il existe des cultures, c’est-à-dire des contenus d’idées que tout le monde partage, c’est bien la preuve que la transmission orale se fait sans changements fondamentaux…

 

Libération : Vous aussi, Béatrice, quand vous jouez Hugo, le texte ne doit pas être altéré…

 

Béatrice Dalle : Quand je savonne sur un mot, ça me gâche tout le spectacle. Le texte est si beau que je veux que tout soit parfait du début à la fin. Au théâtre, on a deux mois pour l’apprendre. Mais au cinéma, c’est la veille pour le lendemain. Mon deuxième film, signé Jacques Doillon, comportait beaucoup de monologues. Au début, j’ai refusé le rôle. Je lui ai dit : «Jacques, je ne vais pas réussir à apprendre tout ça.» Il m’a répondu : «La mémoire se travaille. Plus on apprend, plus on retient.» Il avait raison. En face de moi, j’avais Isabelle Huppert. Je n’ai pas du tout ce truc de jalousie entre actrices, et Isabelle et moi, on était un bon mix. Moi, je viens de la rue, on s’est apporté à chacune des choses.

 

Claude Hagège : Il y a une fidélité requise aux textes, mais il y a aussi la commedia dell’arte, c’est-à-dire des improvisations, à côté des textes qui ont un caractère sacro-saint.

 

Béatrice Dalle : Je voudrais vous poser une question qui n’a rien à voir. Pourquoi les mormons sont-ils polygames et chrétiens à la fois ?

 

Claude Hagège : Parce que les mormons devaient peupler un Etat désertique, l’Utah. En étant polygames, ils multipliaient leur chance d’avoir un maximum d’enfants. Béatrice Dalle : C’est tout de même marrant qu’on puisse prendre des libertés avec sa croyance pour des raisons démographiques !

 

Libération : Dans les Religions, la Parole et la Violence,vous évoquez également le transhumanisme. Est-ce une nouvelle religion ?

 

Claude Hagège : Non, car il n’y a pas de transcendance, de croyance d’en un au-delà divin. En revanche, comme dans le bouddhisme, il s’agit de lutter contre la précarité et la brièveté de la vie humaine. Par ce rêve d’immortalité, le transhumanisme s’inscrit dans la lignée des religions, qui toutes nous promettent l’éternité. J’ai 81 ans, je n’ai pas envie de perdre la vie car si je la perds, je ne pourrais plus séduire mes étudiantes qui ont toutes au minimum soixante et un an de moins que moi. Quoi qu’il en soit, je fais partie de ces gens qui préfèrent éviter la maladie, la ruine de la vieillesse, et différer le plus loin possible la mort. 

 

Libération : Claude Hagège, avez-vous testé des drogues ?

 

Claude Hagège : Non. C’est peut-être une faiblesse. Mais l’idée de perdre ma lucidité et d’exposer des propos incohérents à mon entourage m’est insupportable.

 

Béatrice Dalle J’ai tout testé, et il y a certaines drogues qui ne vous font pas perdre pied et vous ouvrent au contraire à l’extérieur. J’ai pris beaucoup d’héroïne - on dit que c’est la pire des drogues, certes -, je sais qu’elle m’a conduite dans des gouffres. Mais j’aimais beaucoup les opiacés car ils exacerbent tout : la sensualité, la curiosité, le goût des autres… Après, on le sait bien, ce qui est horrible, c’est qu’on accroche. Et le manque, c’est une vraie souffrance physique et une dépendance psychologique. Quand on est accro à l’héro, on n’a même plus besoin d’amant, d’ami. J’ai découvert l’héroïne avec un amoureux, et toutes les sensations d’une histoire d’amour qui commence étaient exaltées. Mais quand il n’y avait plus de drogue, on s’ennuyait forcément, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas si on n’avait pas été obsédés et tenus par l’héro.

 

Claude Hagège : Donc ça devient une servitude ?

 

Béatrice Dalle : Oui. Je parle juste du moment de la découverte qui est incroyable. Tout devient plus beau, plus chaud, avant de tomber dans ce truc horrible d’accoutumance.

 

Claude Hagège : Vous en êtes sortie facilement ?

 

Béatrice Dalle : J’ai fait plein de cures, ça ne marchait pas, je les faisais pour faire plaisir à des hommes mais, à peine l’histoire finie,je retournais chez le dealer. Et puis, un jour, j’ai dit : «C’est moi qui en ai marre, c’est moi qui "drive" ma vie, je ne me sèvre pas pour obéir à un type.» Et à partir de là, j’ai arrêté du jour au lendemain.

 

Copie de 20633372_159057237993720_6864748269029818368_n

 

Le quatrième livre :

 

Sauce tomate : la mafia derrière "l'or rouge" ?

téléchargement (4)

14,00 Euros.

Auteur : Jean-Baptiste Malet – éditions Fayard.

Dans son livre "L'Empire de l'or rouge", Jean-Baptiste Malet lève le voile sur ce qui se trame derrière le business du concentré de tomates.

 

49971

 

L'Empire de l'or rouge

 

Que mange-t-on quand on ouvre une boîte de concentré, verse du ketchup dans son assiette ou entame une pizza  ? Des tomates d’industrie. Transformées en usine, conditionnées en barils de concentré, elles circulent d’un continent à l’autre. Toute l’humanité en consomme, pourtant personne n’en a vu.
Où, comment et par qui ces tomates sont-elles cultivées et récoltées  ?
Durant deux ans, des confins de la Chine à l’Italie, de la Californie au Ghana, Jean-Baptiste Malet a mené une enquête inédite et originale. Il a rencontré traders, cueilleurs, entrepreneurs, paysans, généticiens, fabricants de machine, et même un «  général  »  chinois.
Des ghettos où la main-d’œuvre des récoltes est engagée parmi les migrants aux conserveries qui coupent du concentré incomestible avec des additifs suspects, il a remonté une filière opaque et très lucrative, qui attise les convoitises  : les mafias s’intéressent aussi à la sauce tomate.
L’Empire de l’or rouge nous raconte le capitalisme mondialisé. Il est le roman d’une marchandise universelle.

 

Jean-Baptiste Malet : « L’histoire du concentré de tomates est un concentré de capitalisme »

 

8702426lpw-8702506-article-tomate-monterosa-jpg_4296381_660x281


Tout le monde en mange, et pourtant la plupart ne l’ont jamais vue. Un journaliste d’investigation a arpenté la planète sur la trace de la tomate d’industrie, à la base de nos sauces prêtes à l’emploi. Le résultat, édifiant, est publié dans un livre, l’Empire de l’or rouge. Enquête mondiale sur la tomate d’industrie, sorti chez Fayard le 17 mai.

 

Après deux ans d’enquête sur la tomate d’industrie, vous révélez l’envers du décor, celui d’un empire connecté aux plus grandes multinationales de l’agroalimentaire. Votre livre remonte la piste qui vous a conduit en Asie, en Europe, en Amérique, en Afrique. Pourquoi avoir choisi de raconter l’histoire de cette marchandise?

 

Jean-Baptiste Malet  J’ai souhaité raconter le capitalisme à travers une boîte de concentré de tomates. Il y a à peu près un siècle, l’humanité consommait très peu de dérivés de la tomate, pourtant c’est aujourd’hui une marchandise universelle. Cette industrie est née en Italie, à la fin du XIXe siècle, mais son histoire épouse aussi celle de la Heinz Company, la première multinationale de l’histoire des États-Unis, qui a précédé Ford dans l’histoire de la production de masse, notamment par le recours au travail à la chaîne dès 1904. Quand nous pensons au début du taylorisme, notre imaginaire nous renvoie l’image d’hommes suant sur les chaînes automobiles. Pourtant, les ouvrières des conserveries Heinz ont elles aussi connu les cadences infernales, les accidents, la violence de cette organisation du travail.

 

La tomate d’industrie serait donc en quelque sorte le témoin des grandes étapes qui ont conduit à la production de masse?

 

Jean-Baptiste Malet  J’évoque dans mon livre, en pastichant Braudel, une «civilisation de la tomate». Il n’y a pas d’autre exemple dans l’ère capitaliste d’une marchandise universelle qui soit aussi accessible, de la bouteille de ketchup du restaurant branché de San Francisco au marché des villages les plus pauvres d’Afrique. Même les êtres humains qui vivent avec moins d’un dollar par jour achètent et mangent du concentré de tomates, parfois vendu à la cuillère, pour quelques centimes. Dans les années 1980, l’invention du baril aseptique de 230 kg de triple concentré a fait de celui-ci une matière première facilement transportable, totalement adaptée à la donne néolibérale. Les grandes multinationales achètent ces barils pour fabriquer leurs produits industriels. L’histoire du concentré de tomates est un concentré de capitalisme.

 

Comment expliquer qu’une marchandise aussi consommée dans le monde ait suscité si peu d’intérêt de la part des grands médias?

 

Jean-Baptiste Malet  Raconter les rapports de production d’une marchandise et, de cette manière, dévoiler que l’organisation du monde a pour base une idéologie, cela exige des moyens, de la rigueur, du temps pour travailler au long cours, et un esprit critique qui ne soit pas faussement impertinent. Soit l’exact opposé de ce que sont en mesure de proposer les médias de masse détenus par des milliardaires. On sait peu que, parmi les migrants qui récoltent les tomates d’industrie en Italie, dans des conditions effroyables, beaucoup viennent du Ghana ou du Sénégal, qui ne sont pas des pays en guerre. La seule guerre qui pousse ces travailleurs à l’exil est la guerre économique et le libre-échange absolu qui dévastent les filières locales de production, dont celle de la tomate.

 

Un acteur majeur émerge, dont vous retracez l’histoire et les procédés, la multinationale Heinz, qui a fait fortune dans la tomate et ses dérivés…

 

Jean-Baptiste Malet  Les origines du modèle Heinz remontent à la Commune de Pittsburgh, à l’été 1877, qui fait suite à la grande grève du rail, et qui sera réprimée au canon. Henry J. Heinz vit à Pittsburgh, il assiste aux émeutes et au bain de sang, et cet entrepreneur issu d’un milieu populaire a l’intuition que l’on ne peut pas se contenter de réprimer durement la main-d’œuvre. Pour intégrer les ouvriers au capitalisme, il théorise un paternalisme qui devient aux États-Unis un modèle du genre. Heinz est puritain, hygiéniste, très pieux. Il a à cœur de proposer des produits qui soient le reflet de la pureté morale et religieuse à laquelle il aspire. Ce comportement inédit va lui permettre de battre ses concurrents. Si la Campbell Soup a connu de très grandes grèves, menées par des syndicalistes pour certains membres des Brigades internationales, et qui seront plus tard emprisonnés sous le maccarthysme, Heinz a su s’en prémunir grâce à l’endoctrinement paternaliste pratiqué par sa direction. Au début du XXe siècle, ce management peut sembler un embryon de totalitarisme. Si l’on a beaucoup moqué et commenté dans les livres d’histoire le stakhanovisme soviétique, peu de gens savent que la Heinz Company a adopté une propagande similaire auprès de ses ouvriers, en distribuant à la même époque des milliers de médailles à l’effigie de Henry J. Heinz. Décorations qui n’ont rien à envier à celles des Héros du travail.

 

Comment la tomate est-elle devenue le fruit mondialisé par excellence?

 

Jean-Baptiste Malet  Cela est dû au fait que la tomate se marie avec à peu près tout. C’est le miracle de la pizza: la sauce tomate transforme de la pâte à pain en un plat. L’autre aspect de cette «révolution rouge», c’est son histoire technologique, et le rôle qu’a joué la politique de l’«autarcie verte» sous le fascisme italien, marquée par la rationalisation de la culture de la tomate, et une partition entre le nord et le sud de l’Italie. Au sud, les productions destinées aux conserves (tomates entières). Au nord, celles des sauces et des concentrés. La partition demeure aujourd’hui encore. Le fascisme italien a investi énormément dans la recherche agronomique et le conditionnement en conserves, un symbole idéologique d’inspiration futuriste. Le premier catalogue de la grande foire consacrée aux emballages alimentaires, née sous le fascisme en 1941, et qui se tient toujours aujourd’hui, présente une boîte de conserve frappée des lettres «AUTARCHIA». Cette avance technologique a permis aux Italiens, après guerre, de mondialiser l’industrie rouge.

 

Un acteur va bouleverser ce marché et ses circuits dans les années 2000: la Chine, qui devient en quelques années le leader mondial de la tomate d’industrie. Comment expliquer ce tournant?

 

Jean-Baptiste Malet  Pour comprendre comment la Chine devient le premier producteur mondial de concentré de tomates exporté vers l’Italie, il faut remonter au pacte que les Italiens ont noué avec des dirigeants chinois du Xinjiang. Ce territoire est administré par le Bingtuan, le corps de production et de construction du Xinjiang, un véritable État dans l’État; il est peuplé par les Ouïghours. Le Bingtuan, extrêmement puissant, a à cœur d’industrialiser la région. Alors les Italiens ont joué aux Marco Polo, en proposant d’installer des usines clés en main que les Chinois ont remboursées les années suivantes en barils de concentré expédiés vers Naples. Ce modèle, reposant sur le travail à bas coût des populations locales, voire de prisonniers, a permis d’approvisionner les conserveries napolitaines en concentré chinois. Ainsi est né Chalkis, le géant industriel du Bingtuan dédié à la tomate.

 

Dans votre livre, vous mettez le doigt sur un règlement européen qui permet aux importateurs de revendre du triple concentré de tomates chinois auquel on a ajouté de l’eau et du sel sous le nom de «double concentré italien». N’est-ce pas la porte ouverte à un trafic lucratif?

 

Jean-Baptiste Malet  Dans le monde du «libre marché», rien n’interdit à un industriel de remballer du concentré chinois et de n’indiquer sur l’étiquette que la dernière étape de transformation: l’Italie. Le régime douanier d’obédience libérale dit du «perfectionnement actif», qui permet d’importer puis de réexporter hors d’Europe du concentré chinois libre de taxe en le «retravaillant», donne lieu à toutes sortes de dérives. Mais l’Union européenne s’en fiche puisque cela contribue à la «compétitivité» des entreprises napolitaines…

 

Vous écrivez que l’industrie de la tomate est si avide de capitaux qu’elle sert de blanchisseuse d’argent sale, tant et si bien que les produits agro-mafieux arrivent jusqu’aux assiettes des consommateurs du monde entier…

 

Jean-Baptiste Malet  La conserve italienne a toujours été un débouché privilégié des mafias pour blanchir des capitaux. Sa facilité de circulation permet aux agro-mafieux de bénéficier du libre-échange en projetant leurs marchandises sur tous les continents. Ces mafias n’ont rien à voir avec l’image du gangster au pistolet: elles sont parfaitement intégrées aux classes dominantes. Leurs activités sont ainsi devenues une excroissance naturelle du marché. Qui dit laisser-faire et dérégulation dit absence de contrôle douanier et étatique, donc blanc-seing aux activités criminelles.

 

 

 

Vous citez au passage le nom d’enseignes de la grande distribution, parmi lesquelles Carrefour, Auchan, Leclerc ou Intermarché, qui commercialisent des produits d’entreprises aux pratiques douteuses connues de tous. Comment les obliger à rendre des comptes?

 

Jean-Baptiste Malet  En les nationalisant? Tous les acteurs de la filière savent que ces entreprises écoulent des produits opaques. Il suffit de se rendre dans un champ de tomates en Chine ou en Italie pour s’en apercevoir. Il n’est pas utopiste d’imaginer que des États puissent un jour exiger la traçabilité totale des produits et une transparence absolue de leurs chaînes de production. Il faudrait pour cela légiférer. Pourquoi pas avec un référendum?

 

En vous lisant, on découvre une filière avec ses traders, ses scientifiques appointés par des lobbies, son conseil mondial… Qui sont ces «maîtres du monde» de la tomate?

 

Jean-Baptiste Malet  Ils forment un noyau qui réunit les principaux acheteurs de concentré – les multinationales comme Heinz, Unilever ou Nestlé –, les transformateurs, les généticiens, les semenciers, les vendeurs de machines… Tous se retrouvent à huis clos lors du congrès mondial de la tomate d’industrie. On y chante les louanges du Tafta, des grands projets de libre-échange, en chœur avec des membres du gouvernement italien, de la Commission européenne et des dirigeants patronaux. Mais on n’y parle pas du tout des conditions de travail des migrants du sud de l’Italie qui récoltent l’essentiel des tomates pelées du marché mondial.

 

L’arrière-plan présent tout au long de votre enquête, ce sont justement les milliers de travailleurs des champs qui récoltent les tomates. Quel rôle joue cette industrie dans l’exploitation des travailleurs migrants?

 

Jean-Baptiste Malet  Dans le sud de l’Italie, ces travailleurs sont entassés dans des bidonvilles qui peuvent compter jusqu’à 5000 personnes, sans eau courante ni système sanitaire. Ce sont dans ces ghettos que les travailleurs vendent leur force de travail. Le marché du travail est quasi exclusivement contrôlé par la criminalité organisée. Les migrants doivent payer pour tout. Ce sont des prolétaires au sens littéral du terme: le salaire qu’ils touchent sera intégralement dépensé dans le ghetto, pour leur survie. Les conditions de travail sont terribles. Les récoltes se font sous le soleil, durant dix heures par jour, pour 20 à 25 euros. Certains en meurent. L’exploitation est telle qu’entre la machine de récolte et l’esclave migrant, le coût est identique. Et pour peu que l’on exploite encore un peu plus durement les migrants, en volant des journées de travail, ce qui est fréquent, l’esclave sera toujours plus compétitif que la machine. On a ainsi une illustration concrète de la façon dont le capitalisme mobilise le travail humain pour édifier un monde cauchemardesque. Rien ne le justifie, si ce n’est une idéologie obscurantiste et criminelle: le néolibéralisme.

 

Un globe-trotteur qui infiltre les rouages du libre marché

 

Le journaliste Jean-Baptiste Malet pratique l’enquête au long cours. En 2013, il est l’auteur d’ En Amazonie, infiltré dans le « meilleur des mondes » (Fayard), une plongée dans l’univers de la multinationale Amazon. Collaborateur occasionnel de l’Humanité et du Monde diplomatique, il a notamment signé des articles dans notre journal sur les pratiques d’Amazon. Son nouveau livre, l’Empire de l’or rouge. Enquête mondiale sur la tomate d’industrie (Fayard, 288 pages, 19 euros), sera adapté en documentaire coréalisé par Xavier Deleu et diffusé à la rentrée sur France 2.

 

 

Le cinquième livre :

 

L'avenir de notre liberté

téléchargement (5)

17,00 Euros.

 

Faut-il démanteler Google... Et quelques autres ? Jean-Hervé Lorenzi (Auteur) Mickaël Berrebi (Auteur) Paru le 15 juin 2017 Essai (broché)

 

Aux éditions EYROLLES.

 

Faire le point sur ce qui se profile à l'horizon 2030 vis-à-vis des progrès technologiques et numériques, et proposer des solutions concrètes pour poser les limites et éviter de se retrouver débordés : tel est l'objectif de Jean-Hervé Lorenzi, à la tête du Cercle des économistes.

 

Ce livre est un plaidoyer pour le progrès. Il nous fait pénétrer dans l'univers des nouvelles technologies, ses exceptionnelles perspectives et ses risques.

 

On évoque aujourd'hui beaucoup le numérique, à juste titre, mais bien d'autres domaines scientifiques sont concernés, la génétique, l'énergie, les nano-technologies. Peut-être notre liberté est-elle en danger : les dirigeants de ces grandes entreprises technologiques veulent définir le monde dans lequel nous vivrons dans les décennies à venir.

 

Il s'agit donc d'éviter que les entreprises imposent leurs choix au monde, au détriment des puissances publiques, dans tous les domaines de notre vie sociale et privée.

 

Une première question parmi bien d'autres émerge : faut-il démanteler Google et les autres GAFA ?

 

Le sixième et dernier livre :

 

La génération Y Broché – 10 mars 2012

de Olivier Rollot  (Auteur) aux éditions puf.

 

téléchargement (6)

broché 18,00 Euros.

 

Digitale, connectée mais déconnectée des réalités, immature, innovante... les qualificatifs ne manquent pas pour définir une génération qui regroupe aujourd'hui en France une population de 16 millions de jeunes. Passionnée par le web et les technologies, réticente à s'investir dans l'entreprise mais prête à travailler sans fin si le projet la motive, ouverte sur le monde, la Génération Y est celle du questionnement (en anglais « Y » se prononce comme « why », pourquoi) et de la remise en question. 
De ses racines à son rapport à l'entreprise en passant pas sa vision d'un monde ouvert, cet ouvrage permet de mieux comprendre ceux qui sont en train de tout changer dans nos sociétés. Demain les rapports humains auront considérablement évolué comme notre rapport au temps ou à l'innovation. La Génération Y est une génération de rupture qu'il faut absolument comprendre.

 

 

 

Ceux qu’on appelle les ’’Y’’ sont aujourd’hui 16 millions. Ils sont aussi bien l’âge des premières responsabilités dans l’entreprise que celui de la préadolescence. S’ils ne sont pas tous nés dans l’ère digitale, ils y ont tous baigné. S’ils n’ont pas tous vu leurs parents traverser des périodes de chômage, ils ont tous pu constater que l’ère du plein emploi était derrière eux. Si leurs parents ne sont pas tous des divorcés, ils sont pour beaucoup les produits de couples recomposés.
Passionnée par le web et les technologies, réticente à s’investir dans l’entreprise mais prête à travailler sans fin si le projet la motive, ouverte sur le monde, la Génération Y est celle du questionnement (en anglais, « Y » se prononce « WHY ») et de la remise en question.
La Génération Y est porteuse de tels bouleversements qu’elle va, à la manière de leurs baby-boomers de grands-parents, peu à peu imposer ses codes à toute la société. Bienvenue à ceux qui se définissent en « i » : interconnectés, inventifs, individualistes et… impatients. 

 

Les livres sont une mine d’informations et sources d’inspirations, de désir…

 

 

Pour terminer…

 

 

LOI TRAVAIL : L’EPREUVE DE LA RUE

 

Facilités de licenciement pour les patrons..

 

catalog-cover

 

 

ORDONNANCES : LA C.G.T. FERMEMNT OPPOSEE

 

 

 

Tous les différents gouvernements, comme hommes et femmes politiques, tous partis confondus, ont vécu sur un faux nuage depuis 36 ans déjà, sans ne jamais tenir compte ni s’occuper vraiment de l’économie, de l’industrie, de l’agriculture, du monde du travail sur le plan social, par respect envers toutes les Françaises et les Français, et n’ont su que profiter de l’état et du contribuable, c’est-à-dire nous et également détourner des sommes considérables, sans impunité, sans jamais être inquiété, et de plus, se sont permis de mettre toujours plus à contribution une grande partie de la population tant dans le domaine des impôts, différentes taxes et T.V.A.

 

 

Il ne faut pas s’étonner

 

qu’une grande partie de

 

la population soit

 

mécontente et en colère

 

à juste titre !