Photo-tableau-de-Delacroix

 

Facebook et..Eugène Delacroix..

Eugène Delacroix est un peintre français né en 1798 à Charenton-Saint-Maurice et mort en 1863 à Paris. Dans la peinture française du XIXe siècle, il est considéré comme le principal représentant du romantisme, dont la vigueur correspond à l'étendue de sa carrière. À quarante ans, sa réputation est suffisamment établie pour recevoir d'importantes commandes de l'État. Il a peint sur toile et décoré les murs et plafonds de monuments publics. Il laisse en outre des gravures et lithographies, plusieurs articles écrits pour des revues et un Journal publié peu après sa mort et plusieurs fois réédité. Remarqué au Salonen 1824, il produit dans les années suivantes des œuvres s'inspirant d'anecdotes historiques ou littéraires aussi bien que d'événements contemporains (La Liberté guidant le peuple) ou d'un voyage au Maghreb (Femmes d'Alger dans leur appartement).

Quel rapport entre Eugène Delacroix grand peintre Français et..facebook ?..

Eugene_delacroix

Photo ci-dessus d’un tableau - autoportrait - représentant  Eugène Delacroix peint par lui-même.

 

Eh..bien..il y en a bien un..apparemment..

La_Grèce_sur_les_ruines_des_Missolonghi

Photo ci-dessus du tableau représentant  La Grèce sur les ruines de Missolonghi (1826musée des Beaux-Arts de Bordeaux).

Photo-la-mort-de-Sardanapale-1827-1828-musée-du-Louvre-800px-Eugène_Ferdinand_Victor_Delacroix_056

Photo ci-dessus du tableau représentant la mort de Sardanapale 1827-1828 musée du Louvre à Paris.

 

Facebook et la liberté d’expression et de « poster » n’importe quelle photo..sauf que..

Photo-tableau-800px-Eugène_Delacroix_-_La_liberté_guidant_le_peuple

Photo ci-dessus représentant le tableau authentique de la Liberté guidant le peuple – 1830.

 

Censure..Censuré.. !

 

Censure de La Liberté guidant le peuple:

 

Facebook reconnaît avoir fait «une erreur»

 

 

Photo-tableau-de-Delacroix

Photo ci-dessus du tableau représentant «La Liberté guidant le peuple», Eugène Delacroix, 1830.

(cette photo du tableau "posté" est l'objet de la discorde)

 

VIDÉO - Le géant américain a concédé avoir fauté après avoir supprimé une publication d'un internaute contenant une image du célèbre tableau d'Eugène Delacroix pour nudité. Une nouvelle bévue qui souligne une fâcheuse tendance du réseau social de Mark Zuckerberg à censurer des nus féminins.

Décidément, Facebook semble avoir un problème avec les œuvres d'art. En particulier celles qui contiennent des images de nudité féminine. Une représentation du tableau de DelacroixLa Liberté guidant le peuple une fille du peuple les seins nus brandit un drapeau français, a été temporairement censurée sur le réseau social de Mark Zuckerberg. Le géant américain a publié un communiqué dimanche, dans lequel il reconnaît avoir commis une erreur.

«L'œuvre La Liberté Guidant le Peuple a parfaitement sa place sur Facebook et est conforme à nos règles publicitaires», a réagi le réseau social dans un communiqué. «Afin de protéger l'intégrité de notre service, nous vérifions des millions d'images publicitaires chaque semaine et nous faisons parfois des erreurs. Nous nous excusons pour cette erreur auprès de l'utilisateur concerné», poursuit le géant américain. Une excuse qui commence à devenir redondante.

Mis à jour le 19/03/2018 à 13:36 

 Publié le 19/03/2018 à 09:53

Le Figaro .

 

Jocelyn Fiorina, un metteur en scène a utilisé cette semaine le célèbre tableau de Delacroix pour faire la promotion en ligne de sa pièce de théâtre «Coups de feu rue Saint-Roch», à l'affiche à Paris.«Au bout d'un quart d'heure de déclenchement de la publicité, la régie a bloqué notre diffusion en nous disant qu'il n'était pas possible de diffuser une image de nudité», avait-il indiqué plus tôt à l'AFP, confirmant une information du Figaro . Après cette réponse, il a ensuite mis en ligne une nouvelle publicité avec le même tableau mais un bandeau «censuré par Facebook» sur les seins de la femme. Il n'a pas immédiatement réagi dimanche au communiqué de Facebook.

Il avait déjà tenté à deux reprises en juin d'utiliser le célèbre tableau - qui figurait notamment sur un billet de banque à l'heure du franc - pour faire la promotion de la pièce de théâtre. Sans plus de succès avec le géant américain. «J'avais alors échangé avec les modérateurs qui étaient inflexibles en disant que même sur un tableau du XIXe siècle, ce n'était pas acceptable», rappelle-t-il.

France_100_Francs_1979

Eugène Delacroix sur le billet de 100 Francs 1979 de la Banque de France

Photo-tableau-lutte-de-Jacob-avec-lange-chapelle-des-saints-anges-église-saint-sulpice-paris-800px-Eugène_Ferdinand_Victor_Delacroix_061

Photo ci-dessus d’une fresque représentant  la Lutte de Jacob avec l'ange, chapelle des Saints-Anges de l'église Saint-Sulpice de Paris.

Photo-tableau-800px-Lutte_de_Jacob_avec_l'Ange

Photo ci-dessus, détail du combat de Jacob avec l’ange.

Photo-tableau-Nature-morte-aux-homards-1826-1827-musée-du-Louvre-800px-Eugène_Ferdinand_Victor_Delacroix_054

Photo ci-dessus du tableau représentant une Nature morte aux homards 1826-1827, musée du Louvre à Paris.

 

Apparemment facebook n’est pas en adéquation avec la réelle liberté d’expression, sauf peut-être pour la collecte de données..

 

800px-Eugène_Delacroix_-_Le_Massacre_de_Scio

Photo ci-dessus du tableau représentant  Le Massacre de Scio, musée du Louvre à Paris.

 

Il y avait déjà eu un cas anodin peu de temps avant..

Ah..bon.. ?

 

Facebook et “L'Origine du monde” : le tableau de la discorde au tribunal

Photo-procès-facebook-Courbet_0_0_0

Procès Facebook Courbet.

 

Le réseau social était convoqué devant le tribunal de grande instance de Paris pour avoir désactivé le compte d’un professeur des écoles. Ce dernier avait osé poster le fameux tableau de Courbet...

 

« Facebook est-il un Tartuffe ? Cachez ce sein, cachez ce sexe que je ne saurais voir ! » La quatrième chambre du tribunal de grande instance de Paris s’interroge, en ce jeudi 1er février. La question est posée par Me Stéphane Cottineau, avocat de Frédéric Durand-Baïssas, un professeur des écoles qui, le 27 février 2011, a vu son compte Facebook désactivé après la publication sur son mur de L’Origine du monde, de Gustave Courbet. Une désactivation « sans préavis ni explication »,qui intervient la veille de son anniversaire. Une double faute pour laquelle le plaignant réclame 22 000 euros de dommages et intérêts, au nom de la liberté d’expression et de la censure abusive.

L’Origine du monde est un tableau « très poilu » selon les mots de la présidente de la cour, puisqu’il représente un sexe de femme alanguie, velu, offert aux regards de tous. Une œuvre qui, depuis 1866, passe discrètement de main en main, sous le manteau, comme s’il s’agissait d’une maladie honteuse. Le philosophe et psychanalyste Jacques Lacan en fut le dernier propriétaire privé, et le tableau est exposé au musée d’Orsay seulement depuis 1995 (non sans polémique et un temps caché des regards trop prudes derrière un rideau).

Depuis que Facebook s’est étouffé devant le tableau de Courbet, le compte de Frédéric Durand-Baïssas n’a jamais été réactivé et celui-ci tente d’obtenir justice. Il a fallu cinq années de procédures fleuves pour que le procès ait enfin lieu. Le réseau social a d’abord objecté que seul le droit californien était apte à juger l’affaire, puis que l’entité assignée n’était pas la bonne, renvoyant la balle de la pudeur à Facebook Irlande. Mais en février 2016, la cour d’appel de Paris a tranché et confirmé la compétence de la justice française.

Aucune nudité, ni décolleté

Autrement dit : «  cachez ce sein que je ne saurais voir.. »..

 

Mais quel est exactement le préjudice de Frédéric Durand-Baïssas« Quand son compte est désactivé, il a huit cents amis qui se demandent pourquoi il a été banni. Peut-être avait-il des mœurs douteuses ? Il a été pointé du doigt comme quelqu’un de non fréquentable, plaide Me Marion Cottineau-JousseLa liberté d’expression est le fondement de notre droit, et Facebook refuse d’en parler. Mais même une grande puissance américaine ne peut pas déroger à ce grand droit français, c’est impossible. »

 

Facebook : De la statue de la petite sirène de Copenhague, en passant par la guerre du Vietnam..

Photo-statue-petite-sirène-Copenhague

Photo ci-dessus de la statue de la petite sirène de Copenhague.

 

Dans la salle de la 4e chambre, ce n’est pas vraiment l’origine du monde qui est en débat, mais l’origine de la désactivation du compte de Frédéric Durand-Baïssas. Pour ses avocats, c’est bien le tableau qui en est la cause, considéré à tort comme pornographique par des modérateurs « manquant cruellement de culture » ; pour les deux avocates de Facebook, qui semblent avoir trouvé la parade, il faut blâmer l’utilisation d’un pseudonyme pour le compte, ce qui va à l’encontre des règles du réseaux social. 

« Il utilise sans difficulté son pseudonyme pendant deux ans et demi, et soudainement il est bannit quelques heures après avoir posté L’Origine du monde », s’étonne Me Cottineau, qui rappelle que Facebook n’a cessé de censurer des œuvres depuis, comme la statue La Petite Sirène de Copenhague, la célèbre photographie de la « fillette au napalm », signée Nick Ut, courant nue pendant la guerre du Vietnam, ou encore une publicité pour un théâtre qui affichait le sein de La Liberté guidant le peuple, de Delacroix« Les modérateurs de Facebook ont répondu que le réseau social n’acceptait la publication d’“aucune nudité, ni décolleté, même à des fins artistiques ou pédagogiques” », poursuit l’avocat. Et de conclure, peut-être un peu opportunément : « Gustave Courbet, c’est un hymne à l’art, à la liberté de créer et à la femme. Ce n’est pas anodin, surtout en ces temps particulièrement troublés. »

Pour Facebook, il n’y a ni préjudice ni censure, mais une banale affaire contractuelle autour de l’utilisation abusive d’un pseudo. « C’est uniquement pour attirer l’attention sur son affaire que Frédéric Durand-Baïssas brandit la liberté d’expression », balaie Me Clara Hainsdorf. Et de plaider – oubliant de parler de l’assouplissement, depuis 2011, de la modération de Facebook en ce qui concerne le tableau – que L’Origine du monde a pu être postée de nombreuses fois sur le second compte du plaignant (créé sous le charmant pseudonyme de « Trouduc » et, lui, toujours actif). Facebook réclame donc un euro symbolique pour abus de procédure et pour atteinte à son image et à sa réputation. 

L’affaire a été mise en délibéré au 15 mars prochain. D’ici là, les avocats du professeur des écoles censuré appellent tous les utilisateurs du réseau social à poster le tableau de la discorde sur leur profil « pour soutenir l’amour de l’art ».

Publié le 02/02/2018. Mis à jour le 02/02/2018 à 17h19.

Julia Vergely

Photo-Nick-Ut-fille-au-napalm-Vietnam-

Photo ci-dessus de « La fille au napalm » rendue célèbre par Nick Ut, son auteur, durant la guerre du Vietnam.

 

L'Origine du monde: «le combat continue» pour l'avocat de l'internaute débouté

 

Facebook est régulièrement mis en cause pour les contenus dont il autorise ou n'autorise pas la diffusion. La justice française a débouté jeudi dernier l'internaute qui reprochait au réseau social d'avoir fermé son compte pour avoir publié une photo du tableau L'Origine du monde, représentant un sexe féminin. Le tribunal a toutefois reconnu «une faute» de Facebook, qui a exercé «son droit de résiliation sans préavis raisonnable» et «sans préciser les raisons de cette désactivation».

Photo-tableau-Gustave-Courbet-800px-Origin-of-the-World

Photo ci-dessus du tableau représentant L’Origine du Monde de Gustave Courbet.

 

L'Origine du monde est un tableau de nu féminin réalisé par Gustave Courbet en 1866. Il s'agit d'une huile sur toile de 46 cmpar 55 cm, exposée au musée d'Orsay depuis 19951.

 

Le tableau représente le sexe et le torse d'une femme allongée nue sur un lit, les cuisses écartées, et cadré de sorte qu'on ne voit rien au-dessus des seins (en partie couverts d'un drap) ni en dessous des cuisses.

Bien que l’œuvre n'ait pas été exposée en public avant la fin du xxe siècle, elle est connue et décrite par les commentateurs du monde artistique et littéraire de son époque, et en premier lieu par Maxime Du Camp qui la présente en ces termes2 :

« Dans le cabinet de toilette du personnage étranger, on voyait un petit tableau caché sous un voile vert. Lorsque l’on écartait le voile, on demeurait stupéfait d’apercevoir une femme de grandeur naturelle, vue de face, émue et convulsée, remarquablement peinte, reproduite con amore, ainsi que disent les Italiens, et donnant le dernier mot du réalisme. Mais, par un inconcevable oubli, l’artisan qui avait copié son modèle d’après nature, avait négligé de représenter les pieds, les jambes, les cuisses, le ventre, les hanches, la poitrine, les mains, les bras, les épaules, le cou et la tête. »

 

Par contre rien n’interdit des photos et vidéos à caractère terroriste et provocantes et choquantes..

 

Terrorisme, nudité: Facebook clarifie ses règles de modération

Le réseau social est connu pour sa fâcheuse tendance à censurer des images de nudité féminine en particulier. Le géant américain avait également censuré un Nu couché du peintre italien Modigliani sur la page de la Fondation de l'Hermitage ainsi qu'une photo de la statuette La Vénus de Willendorf , posté par une artiste italienne amateur. «Nous nous excusons pour cette erreur et avons indiqué à l'annonceur que nous approuvons son annonce», avait déclaré un porte-parole de Facebook au sujet de cette dernière auprès de l'AFP.

Smartphone

 

La censure, réelle censure est un outil mais pas au sens interprêté de façon litigieuse par facebook..

 

viddy

Appels-vidéos

Il faut savoir que..à côté de cela, des millions de jeunes de 9..10 à 13 ans « visionnent » un tas de photos pornos et vidéos porno sur leur smartphone, et là..aucune censure

facebook-videos-son

 

#Facebook : Mark Zuckerberg s’offre une pleine page dans plusieurs journaux américains et britanniques pour s’excuser..

Mark-Zuckerberg-

Photo ci-dessus de Marc Zuckerberg fondateur et à la tête du groupe « Facebook ».

 

Après le silence pesant des premiers jours, Mark Zuckerberg veut occuper l’espace médiatique. Alors que Facebook doit faire face à l’une des pires crises de son histoire, le patron de la firme américaine s’est payé une pleine page de publicité dans six journaux britanniques (Sunday TimesMail On Sunday,Observer…)  et trois journaux américains (New York TimesWashington Post et Wall Street Journal). «Nous avons une responsabilité : protéger vos données. Si nous n’y parvenons pas, nous ne les méritons pas», écrit ainsi Mark Zuckerberg dans ce message publié dans la presse.

Facebook est dans la tourmente depuis les révélations du Guardian et du New York Times sur les agissements de la société britannique Cambridge Analytica, spécialisée dans la communication stratégique et l’analyse de données. Celle-ci, proche de Donald Trump, est accusée d’avoir siphonné les données personnelles de 30 à 50 millions d’utilisateurs de Facebook, sur les 2 milliards que compte le réseau social.

En plus de ternir l’image de Facebook, déjà bien entachée par son implication involontaire dans l’ingérence russe lors de l’élection présidentielle américaine, ce scandale a déjà fait perdre plus de 50 milliards de dollars de capitalisation boursière au réseau social. Déjà dans l’oeil du cyclone, Facebook est également accusé d’avoir collecté les métadonnées des appels et des SMS sur les smartphones Android, via ses applications Messenger et Facebook Lite.

mark-zuckerberg-e1513694463612

Sorry Guies ..Belive me ! Désolé les gars..croyez moi !

Marc Zuckerberg ( traduit littéralement..La Montagne de sucre !..) et sa mauvaise gestion en filtres divers comme sauvegarde de données, transparence et sécurité surtout !!!

 

Scandale Facebook: Mark Zuckerberg serait d'accord pour témoigner à Washington

960x614_mark-zuckerberg-facebook-communities-summit-21-juin-2017-chicago

Mark Zuckerberg au Facebook Communities Summit, le 21 juin 2017 à Chicago. — Nam Y. Huh/AP/SIPA

 

Photo-Christopher-Wylie

Le lanceur d'alerter Christopher Wylie, à Londres, le 26 mars 2018. (TOBY MELVILLE / REUTERS)

Après le scandale de la récupération de données par le consultant britannique « Cambridge Analytica », la mauvaise gestion de la plateforme de réseau social facebook est montrée du doigt et Marc Zuckerberg son fondateur et dirigeant vivement critiqué !

tom_2018-03-26-7136

Mark Zuckerberg va-t-il rendre des comptes devant les élus américains ? Selon des informations de CNN, c’est fort possible : le patron de Facebook « a décidé de témoigner devant le Congrès », qui souhaite l’entendre dans le cadre de l’enquête sur les données personnelles obtenues par Cambridge Analytica, écrit la chaîne.

« La réponse courte : je le ferai si c’est approprié », avait répondu Zuckerberg à CNN la semaine dernière, expliquant que parfois, des experts juridiques de l’entreprise étaient plus calés que lui dans certains domaines. Il avait toutefois reconnu qu’au bout du compte, il en allait de sa « responsabilité » en tant que CEO.

Photo-christopher-wylie-portrait

 

Photo ci-dessus de Christopher Wylie le lanceur d'alerte ayant travaillé à "Cambridge Analytica".

 

Laxisme de Facebook

 

En revanche, Mark Zuckerberg a refusé témoigner devant les autorités britanniques et comptait déléguer un de ses adjoints, a écrit la responsable de la politique publique de Facebook, Rebecca Stimson, au président de la Commission londonienne, Damian Collins.

Le consultant britannique Cambridge Analytica est accusé d’avoir récupéré à leur insu les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook et de les avoir utilisées pour développer un outil informatique permettant de cibler des électeurs afin de peser dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016. Facebook, de son côté, se trouve dans le collimateur des pouvoirs publics pour l’absence totale de contrôle, surtout avant 2014.

 

Il n’aimerait sans doute pas que l’on diffuse des photos personnelles et à caractère privé..sans doute..

 

Photo-Mark_Zuckerberg-et-Priscilla-Chan-in_Prague_2013

 Photo ci-dessus de Marc Zuckerberg, en compagnie de sa compagne Priscilla Chan, dans les rues de Prague en 2009.

 

Facebook c’est un peu comme le « Cloud »..Pschitt !..