arton32089-ca936

 

Six nouveaux réacteurs de type E.P.R. à partir de 2025 ?..

7714823522_flamanville

C’est tout simplement..criminel !!!

Document explosif !!!

Un rapport commandé par Mr. Bruno Lemaire et Mr. Nicolas Hulot vient étayer ces nouvelles révélations..

1008785-prodlibe-nicolas-hulot

Nucléaire : un rapport commandé par Le Maire et Hulot prône la construction de 6 EPR

b7d82432ada5558bc43aeb5f087340ff-nucleaire-un-rapport-commande-par-le-maire-et-hulot-recommande-la-construction-de-six-epr

L'ancien ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot (gauche) et le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire (droite), le 20 novembre 2017.Stéphane DE SAKUTIN/AFP.

En prenant cette « lourde »décision  de quitter le gouvernement, Mr. Nicolas Hulot laisse planer le doute.

Nicolas-Hulot-juillet-2017-lElysee-Paris_0_729_486

En effet, celui-ci semble quitter le navire (qui tangue et prend du gîte..), en laissant derrière lui cette lourde tâche, pour son successeur, d’avaliser (et de donner son accord tacite, pour la forme..) ce rapport et ce choix et décision

64cc70b9bad750d16acfa86aacce9d397ac72f47

Six nouveaux EPR dès 2025 en France ?

Un rapport commandé par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique, Nicolas Hulot, prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025.

Photo-Bruno-Lemaire-et-Nicolas-Hulot

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition énergétique, le 25 octobre 2017 à l'Elysée.AFP/ARCHIVES - PATRICK KOVARIK

Le rapport, évoqué jeudi 30 août 2018 par les Échos, est le résultat d'une mission lancée par les deux ministres concernant "le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs", affirme le quotidien économique, qui cite la lettre de mission à l'origine du rapport mais pas ce dernier. Contactés par l'AFP, Bercy n'a pas souhaité commenter ces informations, tout comme l'entourage de l'ex-ministre.

Le PPE en cours d'élaboration

Après avoir dénoncé en juin une "dérive" de la filière nucléaire, Nicolas Hulot a, lors de l'annonce de sa démission mardi, fustigé l'énergie atomique, "cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s'entête", alors qu'EDF plaide pour la construction rapide d'un deuxième réacteur de troisième génération (EPR), après celui de Flamanville (Manche). Yannick d'Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et actuel conseiller du président d'EDF et Laurent Collet-Billon, ex-délégué général à l'armement (D.G.A.), étaient chargés respectivement des volets militaire et civil de ce rapport.

Selon le journal, ce document plaide pour la construction d'un premier lot de six nouveaux EPR à partir de la prochaine décennie. La construction d'un premier exemplaire démarrerait en 2025 pour une entrée en service en 2035. La construction d'un deuxième réacteur serait lancée deux ans après le premier, et ainsi de suite pour construire les six premiers réacteurs. La France prépare actuellement sa "programmation pluriannuelle de l'énergie" (PPE) pour les périodes 2018-2023 et 2024-2028.

"Le gouvernement a logiquement engagé plusieurs missions et expertises préparatoires à ses décisions. Ce sujet sera examiné dans le cadre de la préparation de la PPE au cours de l'automne", a indiqué à l'AFP le ministère de la Transition écologique et solidaire, en réaction à ces informations.

Un débat public a été organisé en juin dernier sur ce sujet complexe afin de recueillir les avis de la population lors de réunions publiques, d'un questionnaire et d'un site internet, ou encore d'un panel de 400 citoyens réunis à l'Assemblée nationale pour exprimer leurs opinions. Le rapport concernant la PPE doit être remis courant septembre.

 

Nucléaire : les réacteurs EPR,

 histoire d’un casse-tête français

 

la-centrale-de-flamanville_4141847_540x270p

Le chantier de l’EPR de Flamanville cumule déjà huit ans de retard. AFP PHOTO/CHARLY TRIBALLEAU

Six nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR à partir de 2025. C’est ce que prône un rapport commandé par les ministères de l’Économie et de la Transition écologique et solidaire.

Un rapport commandé par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique, Nicolas Hulot, prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025affirment Les Echos ce jeudi. Le rapport est le résultat d’une mission lancée par les deux ministres concernant « le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs », affirme le quotidien économique, qui cite la lettre de mission à l’origine du rapport mais pas ce dernier. Contactés par l’AFP, Bercy n’a pas souhaité commenter ces informations, tout comme l’entourage de l’ex ministre.


Six nouveaux EPR à la partir de la prochaine décennie

 

Après avoir dénoncé en juin une « dérive » de la filière nucléaire, Nicolas Hulot a, lors de l’annonce de sa démission mardi, fustigé l’énergie atomique, « cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s’entête », alors qu’EDF plaide pour la construction rapide d’un deuxième réacteur de troisième génération (EPR), après celui de Flamanville (Manche).

220px-Yannick_d'Escatha

Photo ci-dessus de Mr. Yannick d’Escatha.

Yannick d’Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et actuel conseiller du président d’EDF et  Laurent Collet-Billon, ex-délégué général à l’armement (D.G.A.), étaient chargés respectivement des volets militaire et civil de ce rapport.

Photo-Laurent-Collet-Billon

Photo ci-dessus de Mr. Laurent Collet-Billon.

Selon le journal, ce rapport plaide pour la construction d’un premier lot de six nouveaux EPR à partir de la prochaine décennie. La construction d’un premier exemplaire démarrerait en 2025 pour une entrée en service en 2035. La construction d’un deuxième réacteur serait lancée deux ans après le premier, et ainsi de suite pour construire les six premiers réacteurs.

Un débat public en juin dernier

La France prépare actuellement sa « programmation pluriannuelle de l’énergie » (PPE) pour les périodes 2018-2023 et 2024-2028. « Le gouvernement a logiquement engagé plusieurs missions et expertises préparatoires à ses décisions. Ce sujet sera examiné dans le cadre de la préparation de la PPE au cours de l’automne », a indiqué à l’AFP le ministère de la Transition écologique et solidaire, en réaction à ces informations.

Un débat public a été organisé en juin dernier sur ce sujet complexe afin de recueillir les avis de la population lors de réunions publiques, d’un questionnaire et d’un site internet, ou encore d’un panel de 400 citoyens réunis à l’Assemblée nationale pour exprimer leurs opinions. Le rapport concernant la PPE doit être remis courant septembre.

Nucléaire : trois questions sur le rapport qui préconise la construction de six nouveaux réacteurs EPR en France

7870665_9d179d54-ac72-11e8-8010-2a80f23ffc3e-1_1000x625

Nicolas Hulot avait-il vu juste ? "Si je m'en vais, il va y avoir trois EPR de plus dans les prochaines années", avait-il confié à Libération début août. En démissionnant mardi, l'ancien ministre de la Transition écologique a d'ailleurs dénoncé le nucléaire, "cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s'entête". A rebours de ses convictions, un rapport, révélé jeudi 30 août par Les Echos, préconise la construction, non pas de trois, mais de six nouveaux EPR à partir de 2025. Voici ce qu'il faut retenir de ce document explosif. 

Qui a réalisé ce rapport ? 

Ce document répond à une mission lancée conjointement par Nicolas Hulot et son homologue de l'Economie, Bruno Le Maire, au printemps dernier, "concernant le maintien des capacités nucléaires de la France.. 

Nucléaire : un rapport préconise la construction de six réacteurs EPR à partir de 2025

814x360_reacteur-troisieme-generation-dit-epr-flamanville-manche-16-novembre-2016

D'après l'entourage de Nicolas Hulot, le ministre démissionnaire aurait seulement survolé le document, mais on imagine facilement sa réaction. Ce rapport, commandé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique, prône en effet la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, indiquent Les Echos jeudi 30 août.

Selon le journal, le rapport recommande la construction d'un premier EPR en 2025 (pour une entrée en service en 2035), puis un deuxième deux ans après, et ainsi de suite pour ces trois premières paires de réacteurs censées "maintenir les compétences industrielles, donner des perspectives aux salariés et assurer la relève", notent Les Echos. Contactés par l'AFP, ni...

Nucléaire en France, un rapport prône la construction de six EPR

Un rapport sur le nucléaire, commandé par le ministre de l’économie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, prône la construction de six réacteurs nucléaires de troisième génération (EPR), affirment Les Echos à paraître jeudi 30 août.

Centrale-nucleaire-EPR-Flamanville-2016_0_729_438

Centrale nucléaire EPR Flamanville en mars 2016. / Philippe Chérel/Ouest France/MAXPPP

Les Echos ont rendu public jeudi 30 août, un rapport qui prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR. Il est le résultat d’une mission lancée par Bruno Le Maire et Nicolas Hulot « pour maintenir des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs », affirme le quotidien économique. Yannick d’Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et actuel conseiller du président d’EDF et Laurent Collet-Billon, ex-délégué général à l’armement (D.G.A.), étaient chargés respectivement des volets militaire et civil de ce rapport. Selon le journal,...

Nucléaire : un rapport préconise la construction de six réacteurs EPR à partir de 2025

Demandé par Nicolas Hulot et Bruno Le Maire au printemps dernier, les arbitrages sont attendus pour cet automne. 

15503671

Le réacteur 3 du futur EPR de Flamanville, dans la Manche, le 16 novembre 2016. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

D'après l'entourage de Nicolas Hulot, le ministre démissionnaire aurait seulement survolé le document, mais on imagine facilement sa réaction. Ce rapport, commandé par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique, prône en effet la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, indiquent Les Echos jeudi 30 août.

Selon le journal, le rapport recommande la construction d'un premier EPR en 2025 (pour une entrée en service en 2035), puis un deuxième deux ans après, et ainsi de suite pour ces trois premières paires de réacteurs censées "maintenir les compétences industrielles, donner des perspectives aux salariés et assurer la relève", notent Les Echos. Contactés par l'AFP, ni Bercy ni l'entourage de l'ex-ministre n'ont souhaité commenter ces informations.

Des spécialistes orientés

Les deux spécialistes chargés de remettre leurs conclusions aux ministres – et validés par Nicolas Hulot – ne sont autres que Yannick d'Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique, et désormais conseiller du PDG d'EDF (qui plaide pour la construction de nouveaux EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne), et Laurent Collet-Billon, chef de la direction générale de l'Armement de 2008 à 2017.

Après avoir dénoncé en juin une "dérive" de la filière nucléaire, Nicolas Hulot avait fustigé, lors de l'annonce de sa démission mardi 28 août, l'énergie atomique, "cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s'entête".

Nucléaire: Un rapport commandé par Bercy et Hulot prône la construction de six EPR..

NUCLEAIRE Après avoir dénoncé en juin une « dérive » de la filière nucléaire, Nicolas Hulot a, lors de l’annonce de sa démission mardi, fustigé l’énergie atomique, « cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s’entête »...

960x614_reacteur-epr-flamanville-france-image-illustration

Le réacteur EPR de Flamanville en France (image d'illustration). — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Un rapport commandé par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, affirment jeudi Les Echos.

Le rapport est le résultat d’une mission lancée par les deux ministres concernant « le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs », affirme le quotidien économique, qui cite la lettre de mission à l’origine du rapport mais pas ce dernier. Contactés par l’AFP, Bercy n’a pas souhaité commenter ces informations, tout comme l’entourage de l’ex-ministre.

Mise en service en 2035

Après avoir dénoncé en juin une « dérive » de la filière nucléaire, Nicolas Hulot a, lors de l’annonce de sa démission mardi, fustigé l’énergie atomique, « cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s’entête », alors qu’EDF plaide pour la construction rapide d’un deuxième réacteur de troisième génération (EPR), après celui de Flamanville (Manche). Yannick d’Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et actuel conseiller du président d’EDF, et Laurent Collet-Billon, ex-délégué général à l’armement, étaient chargés respectivement des volets militaire et civil de ce rapport.

Selon le journal, ce rapport plaide pour la construction d’un premier lot de six nouveaux EPR à partir de la prochaine décennie. La construction d’un premier exemplaire démarrerait en 2025 pour une entrée en service en 2035. La construction d’un deuxième réacteur serait lancée deux ans après le premier, et ainsi de suite pour construire les six premiers réacteurs.

La France prépare actuellement sa « programmation pluriannuelle de l’énergie » (PPE) pour les périodes 2018-2023 et 2024-2028. Un débat public a été organisé en juin dernier sur ce sujet complexe afin de recueillir les avis de la population au travers de réunions publiques, d’un questionnaire et d’un site internet, ou encore d’un panel de 400 citoyens réunis à l’Assemblée nationale pour exprimer leurs opinions. Le rapport concernant la PPE doit être remis courant septembre.

Nucléaire. Un rapport commandé par Le Maire et Hulot recommande la construction de six EPR

b7d82432ada5558bc43aeb5f087340ff-nucleaire-un-rapport-commande-par-le-maire-et-hulot-recommande-la-construction-de-six-epr (1)

L'ancien ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot (gauche) et le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire (droite), le 20 novembre 2017.Stéphane DE SAKUTIN/AFP.

Un rapport commandé par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, affirment Les Échos à paraître jeudi.

S’il n’était pas déjà parti, Nicolas Hulot aurait eu d’autres couleuvres à avaler. L’ex-ministre avait fustigé l’énergie nucléaire lors de l’annonce de sa démission au micro de France Inter. Le journal Les Échos révèle dans son édition de ce jeudi qu’un rapport commandé par Bercy et le ministère de la Transition énergétique prône en effet la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR.

Le rapport est le résultat d’une mission lancée par les deux ministres concernant «le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs», affirme le quotidien économique, qui cite la lettre de mission à l’origine du rapport mais pas ce dernier.

Début de la construction dès 2025

Contactés par l’AFP, Bercy n’a pas souhaité commenter ces informations, tout comme l’entourage de l’ex-ministre.

Après avoir dénoncé en juin une «dérive» de la filière nucléaire, Nicolas Hulot a, lors de l’annonce de sa démission mardi, fustigé l’énergie atomique, «cette folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s’entête», alors qu’EDF plaide pour la construction rapide d’un deuxième réacteur de troisième génération (EPR), après celui de Flamanville (Manche).

Yannick d’Escatha, ancien administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et actuel conseiller du président d’EDF, et Laurent Collet-Billon, ex-délégué général à l’armement, étaient chargés respectivement des volets militaire et civil de ce rapport.

Selon le journal, ce rapport plaide pour la construction d’un premier lot de six nouveaux EPR à partir de la prochaine décennie. La construction d’un premier exemplaire démarrerait en 2025 pour une entrée en service en 2035. La construction d’un deuxième réacteur serait lancée deux ans après le premier, et ainsi de suite pour construire les six premiers réacteurs.

Selon le journal "Les Échos", le rapport commandé par les deux ministres plaide pour la construction d'un premier lot de six nouveaux EPR à partir de la prochaine décennie et une première entrée en service en 2035.

Un rapport commandé par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire et le désormais ancien ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot prône la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à compter de 2025, affirment Les Échos à paraître jeudi 30 août

Le rapport est le résultat d'une mission lancée par les deux ministresconcernant "le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs", affirme le quotidien économique, qui cite la lettre de mission à l'origine du rapport mais pas ce dernier. Contactés par l'AFP, Bercy n'a pas souhaité commenter ces informations, tout comme l'entourage de l'ex-ministre. 

Sans oublier que :

EPR de Flamanville. Les mauvaises soudures vont coûter 400 M €

cuveepr

Le chantier du réacteur EPR de Flamanville connaît un nouveau retard d’un an en raison de problèmes de soudures. Le coût de construction se voit augmenté de 400 millions d’euros et la fermeture de Fessenheim est repoussée.

Schema_cuve

EDF a annoncé mercredi de nouveaux retards et surcoûts pour le réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) à la suite des problèmes de soudures rencontrés sur le chantier. « Le chargement du combustible est désormais prévu au 4e trimestre 2019 », alors qu’il était jusqu’alors officiellement attendu fin 2018, « et l’objectif de coût de construction est porté de 10,5 à 10,9 milliards d’euros », indique l’électricien dans un communiqué. La possibilité d’un tel retard avait été annoncée dès fin mai par EDF.

La fermeture de Fessenheim repoussée

cover-r4x3w1000-578e40a8504b6-la-centrale-de-fessenheim-prise-en-photo-en-decembre-2014

« Au 25 juillet 2018, EDF a contrôlé 148 des 150 soudures du circuit secondaire principal », indique EDF dans un communiqué. Les deux restantes seront contrôlées d’ici la fin du mois. « Sur les 148 soudures contrôlées, 33 soudures présentent des écarts de qualité et vont faire l’objet d’une réparation », explique l’opérateur, qui ajoute avoir « décidé de refaire 20 soudures, même si elles ne présentent pas de défaut ». 10 autres soudures feront l’objet d'une « démarche de justification spécifique permettant de confirmer le haut niveau de sûreté de l’installation tout au long de son exploitation ».

Le début des essais dits « à chaud » est programmé avant la fin de l’année 2018, précise EDF.

À la suite des nouveaux retards de Flamanville, le gouvernement a aussitôt confirmé qu’il entendait repousser d’autant la fermeture programmée de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), doyenne du parc nucléaire français. Cette fermeture « est liée au démarrage de l’EPR de Flamanville ». « Le retard d’un an du chargement du combustible de l’EPR de Flamanville, au 4e trimestre 2019, décale donc l’arrêt de la centrale de Fessenheim », a déclaré un porte-parole du ministère de la Transition écologique. « Il revient à l’exploitant d’en détailler les échéances précises » et « ce délai d’un an sera mis à profit pour mettre en œuvre le projet de territoire », a-t-il poursuivi.

Quid des « énergies renouvelables » ?

2016_emmanuel-macron_areva_creusot

En effet, avec ce rapport et nouveau projet, les énergies dites renouvelables risques d’être écartées, peut-être..définitivement, et sinon..poussées aux calendes Grecques

L’éolien

800px-Eoliennes_peyrelevade

Nous ne sommes pas un pays favorisé, concernant l’éolien, comme c’est le cas, entre autre, au Danemark (parc éoliens à 90% en mer..pour profiter des vents marins..).

De plus, notre propre parc éolien, au niveau national n’est pas totalement « branché » ou « activé » et, de plus, n’est pas rentable

1024px-166_Eoliennes_en_Camargue

Le solaire et photovoltaïque

Photo-centrale-solaire-Thémis

Photo ci-dessus, de la centrale "solaire", du programme « Themis » Français, dans les Pyrénées.

Concernant le parc photovoltaïque, au niveau national, les investissements, tout comme l’entretien et le suivi, sont..considérables..

De plus, malgré le nombre importants de « fermes » photovoltaïques installées sur l’ensemble du territoire, la part du photovoltaïque, en pourcentage représenté et concernant le réseau de distribution de l’électricité n’est pas suffisamment représentatif..

Les plus grandes centrales ou fermes photovoltaïques ne peuvent, à peine, couvrir les besoins d’une grande ville, pour chacune d’elles..

095

Photo ci-dessus d’un parc photovoltaïque situé dans les Landes.

Dans les Landes

centrale-photovoltaique-landes-4281

Photo-centrale-Losse-Gabardan

Photo-centrale-Labrit-Roquefort-Landes

Photo-tranche-centrale-solaire-Gabardan-Landes

 

En Gironde

Près de Bordeaux

centrale-solaire-bordeaux_chantier

a bordeaux le plus grand parc solaire d europe voit le jour

L’hydrolien

Hydrolienne_Sabella_D10_(4)

Photo ci-dessus « hydrolienne », programme " Sabella".

Après avoir « lancé » le programme de l’hydrolien, en 2008, force est de constater, il y a peu, que la décision a été prise, d’abandonner purement et simplement ce projet..

En effet, ce programme est trop coûteux et peu rentable..

De plus, les différents systèmes mis en place seraient fortement exposés aux contraintes du vieillissement, accéléré en cela par la forte corrosion liée à la mer et au sel marin…

PHO9ce02598-c182-11e3-b75f-67b30a2eaed5-805x453

Cette hydrolienne (ici en août 2011 à Brest), haute de 16 mètres et pesant 1 000 tonnes environ, a été fabriquée par la DCNS. Conçue pour capter l'énergie des courants sous-marins, elle a été immergée en 2012 par EDF au large de Paimpol et de l'île de Bréhat. FRED TANNEAU/AFP

feu-vert-pour-les-hydroliennes-dans-le-raz-blanchard

Photo ci-dessus d’une deuxième hydrolienne, au large de Brest, lors d’essais en mai 2016.

Photo-le-Barrage-de-la-centrale-marémotrice-de-la-Rance

Seul l’usine marémotrice du barrage de la Rance est « rentable » et supérieure à n’importe qu’elle modèle d’hydrolienne comme en nombre..

Pour terminer

Photo-easy-sun-system-des_panneaux_esthetiques_hautes_performances

 

Photo-panneaux-Esay-Sun-System-La-Fabrique

Seul le « photovoltaïque », en installation, pour une maison individuelle, et en autoconsommation à 100%, est rentable et envisageable !

Photo-tableau-cde-pânneaux-solaire-easy-sun-system

En conclusion

 

L’éclairage public, et en général, participe et contribue, pour une grande part, à la pollution atmosphérique !!!

europe-soidume-ge

Après tous les ébats et débats suscités par le « Grenelle de l’environnement », rappelez-vous, la « COP 21 » et, de plus, cette transition énergétique évoquée et voulue (souhaitée..) et la mise en place, effective et réelle, d’énergies renouvelables, en opposition au.."Tout nucléaire", je ne vois aucune réelle avancée significative, ni solution en remplacement du nucléaire, tout en exposant, chaque jour, toujours un peu plus, la population nationale et Mondiale, aux risques réels liés au nucléaire, et avec les conséquences que cela suppose et que l’on connaît, suite aux catastrophes nucléaires de « Tchernobyl » et de « Fukushima-Daïchi »…

Photo-Tchernobyl-une-autre-vue-en-juillet-1986

Photo-tchernobyl-closup-reacteur

Photo-_une-catastrophe-en-entrainant-une-autre-la-secousse-et-le-tsunami-provoquent-un-accident-nucleaire-dans-la-centrale-de-fukushima-d-abord-mi

Photo-Accident_de_Fukushima

Allons-nous autoriser et « valider » la course en avant de catastrophes « programmées » et d’un Monde qui se précipite, chaque jour un peu plus, vers la fin de l’humanité ?

2993883-4256814

Qu’allons nous laisser à nos enfants comme petits-enfants, et que vont-ils en penser ?

pic-de-pollution-lyon-et-dans-les-alpes

Photo-lampe-à-pétrole

Copie de gaston