tara

Bad and sheet killing in Irak..Why ?..

images (5)

Un assassinat honteux et crapuleux, au seul nom d’exister, de la liberté, et de surcroît de la simple liberté d’expression, même si sur « Instagram »..honteux !!!

maxresdefault_live

http---o

Le malheur d’une femme « émancipée » et heureuse de vivre..tout simplement..

(Dans le "Larousse", "vrai" Larousse, il est écrit pour "émancipé-e": "qui manque de retenue dans sa conduite.."..)

Est-ce une raison pour..Tuer..Tuer..gratuitement?..Non.!

téléchargement

capture_decran_2018-09-28_a_13

IRAK : UNE MANNEQUIN DEVENUE INSTAGRAMEUSE ASSASSINÉE EN PLEINE RUE

1538199658-iraqi_model

La jeune femme de 22 ans a succombé à ses blessures dans un hôpital de Bagdad[Instagram Tara Fares.

723707-iraq-model

Elle était mannequin..ex..Miss Irak en 2014..

images (10)

Tara Fares, élue Miss Irak et Miss Bagdad il y a quelques années, a été assassinée le 27 septembre à Bagdad. L'ancienne mannequin devenue Instagrameuse était au volant de sa voiture de sport au moment des faits. 

unnamed

Agée de 22 ans seulement, l'influenceuse était suivie sur Instagram par 2,7 millions de followers. Considérée comme l'une des personnalitésirakiennes les plus populaires sur les réseaux sociaux,Tara Fares était depuis quelques temps la cible de violentes critiques. En cause, les photos postées sur son compte Instagram, jugées trop osées

images (12)

images (6)

images (11)

unnamed

instagram-tara-fares-ff1fb

Sans doute est-ce l’une de ces photos qui a du faire..déborder le vase dans la..non acceptation..

39491205_1513414968759283_8195288244946993152_n

L'assassinat en pleine rue d'une ancienne Miss Irak et "influenceuse" suscite l'indignation

hhh-1

Tara Farès avait choisi un mode de vie détonant pour une Irakienne, ce qui aurait fini par lui coûter la vie. Elle a été assassinée en pleine rue à Bagdad ce jeudi 27 septembre.

images

L'assassinat à Bagdad d'une «influenceuse» et mannequin, jeudi, suscite l'émoi en Irak. De nombreux internautes dénoncent sur les réseaux sociaux un crime dont la victime a payé le prix fort pour avoir «choisi la vie». Les faits sont survenus jeudi en fin de journée à Camp Sarah, un quartier du centre de Bagdad où Tara Farès à été atteinte de «trois tirs mortels», selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a annoncé l'ouverture d'une enquête pour identifier le ou les auteurs des tirs sur cette star des réseaux sociaux alors qu'elle conduisait sa Porsche blanche décapotable aux fauteuils rouges. Pour les internautes du pays, qui trouvent dans les réseaux sociaux un espace de liberté, la jeune femme de 22 ans, élue Miss Irak en 2014, a été punie pour son mode de vie, détonant pour ce pays conservateur.

tara-fares_6110498

Le fait de s’afficher comme une femme, une femme « libre » ne plaît pas à tout le monde, ni à tous les régimes en place, ni culture comme religion aussi..

1

"Son seul crime, c'était d'avoir choisi la vie"

03ce9fda02b0442b086a5624be6059

La blogueuse, qui voyageait souvent et se signalait rarement à Bagdad où elle est née, postait régulièrement pour ses 2,7 millions d'abonnés sur Instagram des photos d'elle, blonde, rousse ou brune selon les périodes. Sur ces clichés, qui ont obtenu des dizaines de milliers de "likes" chacun, elle exhibe tatouages, manucures et tenues exubérantes. «Son seul crime, c'était d'avoir choisi la vie, au mauvais endroit», s'emportait un internaute sur Twitter.«Ce jeudi, c'était Tara (...) Jeudi prochain, qui est-ce que ce sera? Où va l'Irak ?», renchérissait un autre.

-1302981_w767h767c1cx387cy213

Ahmad al-Basheer, satiriste exilé en Jordanie dont l'émission qui tourne en dérision la politique irakienne est très suivie et lui a valu des menaces de mort, appelait, lui, à la vigilance. «Celui qui trouve une excuse à ceux qui tuent une fille uniquement parce qu'elle a décidé de vivre comme la plupart des filles de la planète est complice de son meurtre», écrivait-il.

4b1e

Mercredi soir, la mission de l'ONU en Irak (Unami) s'était déjà alarmée de la mort - également tuée par balles - d'une autre femme, la militante des droits de l'homme Souad al-Ali, à Bassora à la pointe sud du pays. La police a affirmé que cette Irakienne de 46 ans avait été assassinée par son ex-mari pour un différend familial. L'Unami a toutefois rappelé «condamner tout acte de violence, en particulier contre les femmes, dont le meurtre, les menaces et l'intimidation, comme des actes totalement inacceptables».

7d3ae7ce3bb62de7654441182538fe54_400x400

Iraqi Instagram model murdered at wheel of Porsche in Baghdad

144089-555

Irak: assassinat d'une "influenceuse" et mannequin en pleine rue à Bagdad

7906542_c66a895c-c3db-11e8-bfc0-d34ee9c61331-1_940x500

L'assassinat à Bagdad d'une "influenceuse" et mannequin suscitait vendredi l'émoi en Irak, de nombreux internautes dénonçant sur les réseaux sociaux un crime dont la victime a payé le prix fort pour avoir "choisi la vie".

Les faits sont survenus jeudi en fin de journée à Camp Sarah, un quartier du centre de Bagdad où Tara Farès à été atteinte de "trois tirs mortels", selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a annoncé l'ouverture d'une enquête pour identifier le ou les auteurs des tirs sur cette star des réseaux sociaux alors qu'elle conduisait sa Porsche blanche décapotable aux fauteuils rouges.

Pour les internautes, qui trouvent dans les réseaux sociaux un espace de liberté dans un pays conservateur, la jeune femme de 22 ans a été punie pour son mode de vie, détonant en Irak.

814c09a_4Ot8LFpFH9CjXFnLQLi706xj

La blogueuse, qui voyageait souvent et se signalait rarement à Bagdad où elle est née, postait régulièrement pour ses 2,7 millions d'abonnés sur Instagram des photos d'elle, blonde, rousse ou brune selon les périodes.

Sur ces clichés, qui ont obtenu des dizaines de milliers de "likes" chacun, elle exhibe ses tatouages, manucures et tenues exubérantes.

"Son seul crime, c'était d'avoir choisi la vie, au mauvais endroit", s'emportait un internaute sur Twitter.

"Ce jeudi, c'était Tara (...) Jeudi prochain, qui est-ce que ce sera? Où va l'Irak ?", renchérissait un autre. 

Ahmad al-Basheer, satiriste exilé en Jordanie dont l'émission qui tourne en dérision la politique irakienne est très suivie et lui a valu des menaces de mort, appelait, lui, à la vigilance.

"Celui qui trouve une excuse à ceux qui tuent une fille uniquement parce qu'elle a décidé de vivre comme la plupart des filles de la planète est complice de son meurtre", écrivait-il.

images (7)

images (8)

DoKxoqVXsAANh4w

images (9)

36136040_759645164426059_3878119485604888576_n

361481731879918895641760939858021117329408n-b2bd40f111f44bb4ac35884210d82c52-1200x0

7d47e60ff5ebcf6908e43e544312d14c_XL

GL-COMPOSITE-iraqi-2

images (4)

21879128_788986737949031_994321457720852480_n

DDzbUtnXgAANDSe

2015 - 1

 

DuBDrlJe_400x400

avatar

maxresdefault

tara-fares_6110498

Le plus important étant toujours de dire « Merde » aux gens et de vivre pleinement sa vie et de rester aussi longtemps et le plus longtemps « Libre »..que possible..Libre de sa destinée

images (3)

Fuck l’incompréhension !!!

Fuck la "Non acceptation" !!!