Indre-L214-denonce-dans-une-video-les-pratiques-cruelles-d-un-abattoir

Manger « Bio » qu’ils disaient..les dérives..

L'association L214 publie une nouvelle vidéo tournée dans un abattoir de l'Indre certifié bio et dénonce des "pratiques cruelles"

L'association demande la "fermeture immédiate" de l'établissement et à la grande distribution de cesser de s'approvisionner auprès de celui-ci.

Photo-abattoir-Boischaud-Indre

L'association L214 porte plainte auprès du procureur de Châteauroux pour"maltraitance et actes de cruauté" envers des vaches et des chevreaux et"demande la fermeture immédiate" de l'abattoir du Boischaut, dans l'Indre. Elle dénonce les "pratiques cruelles" de l'établissement public, pourtant "à taille humaine" et certifié bio, publiant une nouvelle vidéo choc samedi 3 novembre, commentée par la chanteuse du groupe Shaka Ponk, Samaha Sam.

Les images ont été tournées entre la fin août et le début du mois de septembre 2018 dans cet abattoir, pendant 19 heures au total, qui "auront suffi à capter de nombreuses violations de la loi encadrant les conditions de mise à mort des animaux" ainsi que des manquements et des infractions aux "règles élémentaires en matière 'hygiène", pourtant déjà identifiées dans un rapport des services vétérinaires datant de 2016, selon L214.

 

La vidéo montre "des animaux, déjà suspendus par une patte, [qui] sont saignés alors qu’ils sont pleinement sensibles et conscients : aucun contrôle de sensibilité n’est effectué après l’utilisation du matador (pistolet à tige perforante) censé étourdir les animaux. Des bovins commencent à être découpés alors qu’ils sont encore vivants", décrit un communiqué de l'association. "Un chevreau ayant essayé de s’enfuir à plusieurs reprises est projeté au-dessus des autres avant d’être saigné, encore conscient, faute 'd’étourdissement' efficace. Un employé transperce la patte d’un autre chevreau pour le suspendre avant même de le tuer."

L214 déplore aussi le fait qu'un "employé chargé de saigner les animaux ne porte aucun équipement professionnel : il est vêtu d'un simple t-shirt. Une fois assommés, les bovins tombent dans le sang et les excréments des animaux abattus avant eux. Entre deux saignées, le salarié pose son couteau à même le sol, à l’encontre des règles d’hygiène les plus élémentaires".

"Les commanditaires de ce meurtre, c'est nous"

Par conséquent, "L214 demande à Système U et Carrefour, qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, de cesser immédiatement de s’approvisionner auprès de celui-ci" et "dénonce les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes", malgré leur rapport "accablant" deux années auparavant.

À la fin de la vidéo, Samaha Sam estime qu'"il serait trop facile de pointer du doigt les employés des abattoirs [car] si eux font le sale boulot, les commanditaires de ce meurtre alimentaire, c'est nous"

"On n'imagine pas que ça puisse se passer comme ça"

Selon les informations recueillies par France Bleu Berry, l'abattoir de Lacs, où les images ont été tournées, a déposé plainte auprès du procureur de la République de Châteauroux jeudi 1er novembre. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour intrusion dans les locaux et captation d'images dans un lieu privé.

"Évidemment, on ne peut pas supporter les images que l'on voit sur la vidéo", admet François Daugeron, le président de la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère, qui gère l'établissement, joint par France Inter"Et forcément, on n'imagine pas que ça puisse se passer comme ça". François Daugeron affirme désormais avoir "pris conscience" de la situation et dit vouloir mettre "tout en oeuvre pour améliorer la situation". 

part-mmd-mmv806842-tfr-2-1-0

Indre : L214 dénonce dans une vidéo les "pratiques cruelles" d'un abattoir

L'association demande la "fermeture immédiate" de l'abattoir de Boischaut, dans l'Indre. 

Photo-abattoir-Boischaud-certifié-bio

Après s'être indigné des conditions d'élevage de cochons dans une exploitation de Charente, L214 a publié une nouvelle vidéo. L'association de défense des animaux a annoncé le même jour porter plainte auprès du procureur de Châteauroux pour "maltraitance et sévices graves", envers des vaches et des chevreaux dans l'abattoir du Boischaut, dans l'Indre, dont l'association demande la "fermeture immédiate". 

Dénonçant des "pratiques cruelles", L214 diffuse des images tournées entre la fin août et le début du mois de septembre. Les images enregistrées, d'une durée totale de 19 heures, "auront suffi à capter de nombreuses violations de la loi encadrant les conditions de mise à mort des animaux", estime l'association, qui dénonce également dans un communiqué des manquements aux "règles élémentaires en matière d'hygiène", et ce alors que l'abattoir est certifié bio.

"Des bovins découpés alors qu'ils sont encore vivants". 

Dans son communiqué, L214 affirme que la vidéo montre "des animaux, déjà suspendus par une patte, qui sont saignés alors qu'ils sont pleinement sensibles et conscients". "Aucun contrôle de sensibilité n'est effectué après l'utilisation du matador censé étourdir les animaux. Des bovins commencent à être découpés alors qu'ils sont encore vivants", décrit encore L214. 

"Un chevreau ayant essayé de s'enfuir à plusieurs reprises est projeté au dessus des autres avant d'être saigné, encore conscient, faute d'étourdissement efficace. Un employé transperce la patte d'un autre chevreau pour le suspendre avant même de le tuer", raconte encore l'association. 

"On ne peut pas supporter les images que l'on voit", affirme la Communauté de communes.

 L214 demande donc à Système U et Carrefour, "qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, de cesser immédiatement de s'approvisionner auprès de celui-ci". Et de dénoncer "les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes", alors que l'inspection des abattoirs de boucherie avait classé l’établissement "non conforme" aux réglementations nationales en matière de protection animale en 2016, rappelle BFM-TV

"Evidemment, on ne peut pas supporter les images que l'on voit sur la vidéo", commente François Daugeron, président de la Communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère, qui gère l'établissement, contacté par France Inter, avant d'affirmer avoir "pris conscience" de la situation et expliquant vouloir "tout mettre en oeuvre pour améliorer la situation". 

Selon France Bleu Berry, l'abattoir a porté plainte auprès du procureur de Châteauroux, et le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour intrusion dans les locaux et captation d'images dans un lieu privé. Selon Le Figaro, le nouveau ministre de l’Agriculture Didier Guillaume va demander une enquête auprès de la Direction générale de l'alimentation. 

Photo-abattoir-Boischaud-certifié-bio

Mangez « Bio » qu’ils disaient..

 

En fait, on retrouve un bon nombre de cette viande, issue d’abattage d’animaux exécutés dans des conditions « innommables », dans les rayons des « Supermarchés »…

 

Choisir de manger « Bio », ou de ne pas manger « Bio », reste un libre choix, mais au regard de toutes ces dérives, on peut se poser un tas de questions..légitimes...

 

Personnellement, j’ai toujours mangé de la viande* « saine » issue de boucheries traditionnelles, et sinon, à partir de viande découpée issue d’un élevage fermier, sans adjuvants, ni ensilage ou autre, auprès d’un ami, avec un élevage digne de ce nom et des animaux bien traités et nourris avec du « vrai » fourrage naturel, et non pas, comme un peu partout, avec ces « tourteaux de soja» ou soja mélangé avec du fourrage.

* Seulement trois fois par semaine.

Pour rappel, le soja, pour une très grande partie, est « importé », du Brésil (groupe "AMAGI"..), d’Argentine, et sinon des Etats-Unis.

Or, ce soja est traité avec des pesticides et insecticides dont « Glyphosate »..ROUNDUP..

A cela, il faut ajouter tous les "antibiotiques" injectés dans le corps des animaux, du à ces « normes » Européennes et avec ces « bouclettes « plastifiées aux oreilles des animaux pour le suivi et traçage..

 

Belle mentalité que cette chaîne alimentaire qui génère un gros business pour tous les gros de l’agro-alimentaire, dont la F.N.S.E.A. et toutes les F.D.S.E.A.

 

Avec tous ces accords..  « TAFATA » (avec les Etats-Unis..),  « C.E.I.T.A. » (avec le Canada..), puis  « Euro-Mercosur » (Brésil, Argentine..Amérique Latine..), on « inonde » les marchés et surtout l’Europe dont la France, avec de la viande, pas toujours très « clean », ni reluisante, et avec, un risque « incalculé » d’appauvrir toujours un peu plus nos propres agriculteurs et éleveurs dignes de ce nom, une honte !!!

 

Après l'affaire "Lactalis"

(qui n'est pas terminée, pour autant..)

13714044

 

Photo ci-dessus d'un "vrai" camembert, eu lait cru entier, à la louche, et non pas avec du lait "pasteurisé"(chauffé à 62°-64°, ou encore "thermisé" (chaufféà 74° voir plus..).

Il suffit de bien lire sur les emballages que ce soit pour le beurre..(pasteurisé..), ou autre..

Les différentes "appellations" ne sont aucune garantie pour autant..

Pour preuve, ces différents labels certifiés "Bio", comme AB/Bio, ou en core "AOP", en fait ne sont que des labels en "marketing" pour détourner les gens, de leurs achats habituels et leur faire acheter ceci ou cela..

 

On se rend bien compte, aujourd'hui, des nombreuses "dérives" générées par des pratiques, uniquement liées à des fins de marchés et de profit sur le dos des gens, rien de plus..

Ce n'est d'ailleurs guère mieux pour ces "applications" pour "Smartphone", pour se ballader dans les supermarchés pour faire des comparaisons en prix ou vérifier la qualité de tel ou tel article..

Ce n'est que du "dirigisme" aigu et de l'incitation à l'achat de tel produit plutôt que tel autre !!!