10996899

 

Les « Gilets jaunes »..réflexions..et pas..fortuites..

p-CIjlBPpklF6Rid2mqGUm9Dfmg@679x960

 

Photo-Redon-122247426

Photo ci-dessus, ébauche d'une guillotine, mise en place à un carrefour du côté de Redon avant que la police n'intervienne pour faire enlever ce montage et spectacle pas très ordinaire.

Préambule

Chez mon ami au Japon :

https://inaca.me/

cropped-crabe-imag0114

09/12/2018

Gros progrès sur le mur

J’ai dû mal comprendre au sujet de la moquette qu’Emmanuel notre président souhaite refaire pour trois cent mille roros, est-ce la moquette de la salle des fêtes de l’Élysée ou celle de Brigitte ? 

palais de l elysee

Acte V..réflexions..compréhension..

7795832832_la-crise-des-gilets-jaunes-dure-a-debute-le-17-novembre-dernier

Ce samedi entre Bastille, Opéra, Les Halles et Palais-Royal… j’étais avec les miens !

Il y a 3h

image-62

Le peuple, rien que le peuple. Les casseurs et les pillards avaient sans doute la flemme. Tant mieux ! Car, pour la première fois depuis que je couvre les manifestations des Gilets jaunes dans la capitale, j’ai pu causer avec cette petite foule hétéroclite et l’écouter vraiment ; pas entre deux salves de lacrymogènes. Depuis le vieux communiste jusqu’au soldat patriote, en passant par l’éducatrice spécialisée, l’artisan, l’ingénieur à la retraite, la syndicaliste – désenchantée par l’hypocrisie des syndicats, justement, qui ne voient pas le mal dans le port du voile intégral ! –, etc., j’ai tenté de les comprendre, ces gens qui me ressemblent.

Parfois, il y avait même de quoi effrayer un peu plus que le bourgeois dans leurs propos, ainsi que le préconisait un autocollant placardé çà et là dans les rues. En effet, les provinces oubliées et exsangues n’ont plus rien à perdre, m’a avoué un jeune père de famille du Cher, qui bosse comme un esclave et ne s’en sort pas. Ces provinces grondent toujours et le calme parisien retrouvé n’y changera rien. À bon entendeur !

Côté maintien de l’ordre, lorsque j’ai demandé, à un militaire – arborant ses décorations nombreuses sur son gilet jaune – ce qu’il pensait des démonstrations disproportionnées de force opposées aux « gueux » venus manifester ce samedi, l’homme m’a répondu que ce n’était certes pas simple pour les policiers et gendarmes, mais qu’il fallait savoir que : « Les CRS sont recrutés pour leur capacité à la violence. »

Je vois d’ici les critiques : je fais de l’anti-flic primaire. Que nenni ! Cependant, quand je me repasse le film de la journée, je ne peux que constater l’évidence : malgré un calme qui honore les manifestants, les forces de l’ordre n’ont eu de cesse d’aller au contact, les provoquant à l’occasion avec un sens de la caricature qui a fait rire jusqu’à certains passants venus effectuer leurs courses. Que n’ont-ils été aussi virulents quand je me trouvais, quelques semaines plus tôt, pris dans le tourbillon dévastateur des anarchistes ultras ou des agneaux de cités venus dévaster et voler ! Il n’empêche, je n’ai pas entendu un seul slogan du type « Tout le monde déteste la police ! », mais plutôt : « La police avec nous ! » Je ne désespère pas et n’oublie pas, dans le même temps, que des femmes et des hommes courageux se sacrifient pour le pays, c’est indéniable et je les salue humblement.

Ce jour-là, donc, même les petits gars du NPANouveau Parti anticapitaliste – se sont bien tenus ; j’ai été vérifier du côté de Saint-Lazare. J’ai aussi assisté à des scènes magiques, dont celle d’une jeune et jolie fille dansant un flamenco parmi les Gilets jaunes, sous une pluie battante.

Enfin, les échauffourées sont demeurées sporadiques parce que face à un public qui chantait et scandait sa révolte sans grande véhémence, il eût été peu judicieux de frapper et gazer à tout-va. À noter une barricade improvisée, en fin de journée, qui n’était pas franchement indispensable !
https://tvs24.ru/ripostelaique/embed/104/

Bon, soyons honnêtes, certains policiers tapaient volontiers le bout de gras avec nous tous. À l’un d’eux, qui venait de fouiller mes effets personnels – c’était la cinquième fois ! –, et répondant à sa curiosité, je lui ai dit que je couvrais l’événement pour Riposte laïque. « Je connais », m’a-t-il répondu avec un généreux sourire. Il faut savoir que je ne me suis pas trop caché, déclinant volontiers mon identité à qui la demandait : patriote, catho, loin toutefois de la caricature gauchiste du « facho ». En d’autres termes, pas une seule croix gammée en vue ! Tous se marraient. Parce qu’on était bien d’accord : coco ou facho, athée ou catho, l’ultralibéralisme et son cortège de malheurs nous frappaient indistinctement, nous autres les manants !

Certains, rares, ont bien tenté la confrontation, dont un petit merdeux de cité à qui j’ai fait comprendre que c’était une crevette, et quand on est une crevette on ne cherche pas des noises à un CRS qui peut le soulever de terre avec un seul doigt ! Réponse de l’intéressé : « T’inquiète, j’ai peur de rien ! » Tant que les pouvoirs publics te confortent dans cette posture, te laissant, toi et tes semblables, agresser, piller et, à l’occasion, tuer, tout va bien. Mais viendra un jour où…

À un moment donné, j’ai fait un bout de chemin avec un photographe free-lance. « J’étais à Bordeaux la semaine dernière, m’a-t-il confié, et je l’ai vu le gars avec sa main en bouillie, après avoir ramassé une grenade. » Une grenade qui contient du TNT. On attend le même arsenal lors des prochaines émeutes des cités radieuses, monsieur le ministre de l’Intérieur !

Je suis rentré le cœur léger, car la casse ça va un temps. Des commerçants tirent la langue, au bord de ne plus pouvoir payer leurs employés, voire de mettre la clé sous la porte. Et puis c’est Noël ! Pensons un peu aux gamins, reprenons des forces parmi les nôtres et rebelote en janvier ! Ceci dit à titre exclusivement consultatif…

Charles Demassieux

(Photos et vidéos : Charles Demassieux, pour Riposte laïque)

image-84

image-83

image-68

image-82

image-81

image-80

image-67

image-79

image-78

image-77

image-76

image-66

image-75

image-74

image-73

image-65

image-72

image-71

image-70

image-64

image-69

image-63

 

image-62

image-61

image-60

image-59

image-58

image-57

image-56

Charles Demassieux

Ce samedi entre Bastille, Opéra, Les Halles et Palais-Royal… j’étais avec les miens !

(Source : Riposte laïque)

XVM750c7614-0081-11e9-a935-933e550b769f-805x530

Le Seigneur à Emmanuel MACRON, Président de la République élu par défaut, à la tête d’une France en faillite : – « Les Gilets Jaunes sont l’éruption d’une colère populaire juste et saine. On n’éradique pas la fièvre jaune avec des gaz lacrymogènes et des interpellations abusives déclarées préventives ! Vouloir arrêter leurs manifestations, c’est comme vouloir arrêter les marées montantes de l’Océan qui baigne les pieds du Mont Saint-Michel. »

Il y a 20h

  • Quand les Gilets Jaunes suivent la marée montante, direction le « Mont Saint-Michel » ! 

Le peuple est malade de vos remèdes « impôts-és », payés par son argent volé.

Car c’est voler l’argent du peuple que de vous en servir pour vos intérêts propres,

  • à titre d’enrichissement personnel.

74302892

L’argent des Français est détourné par d’autres Français, les plus riches, des Français rentiers qui se payent sur la Dette publique, Dette qu’ils ont eux-mêmes creusée pour servir les intérêts d’organismes internationaux.

Ces édiles imbéciles creusent leur tombe, à grands coups de pelles, dans le cimetière des illusions maçonniques, cimetière appelé autrefois »la République ».

maxresdefault

Non, vous n’avez pas arrêté la marée montante des Gilets Jaunes !

La marée, c’est un mouvement de « va-et-vient », l’océan qui avance puis recule, qui avance puis recule, qui avance puis recule…

Mais, à chacune de ses avancées, même s’il a reculé entre deux marées, l’océan gagne du terrain sur la terre et renverse les digues, les unes après les autres, lentement et irréductiblement.

Les mouvements populaires sont comme ces mouvements de marée pendulaires.

La colère du peuple n’est plus contrôlable, ni absorbable dans des mesurettes prononcées pour des travailleurs précaires, les travailleurs pauvres qui restent pauvres.

Car, vous, les élites, vous refusez que le travail enrichisse le peuple de France pour le maintenir en servitude et en hébétude, l’hébétude de la misère !

travailleur_pauvre_pole_emploi_0002

Attention, à ne pas dormir dans une voiture diésel ! Les « moteurs diésel » seront bientôt interdits dans les villes habitées par nos richissimes gouvernants.

  • Tout le monde sait que les pauvres, ça pue et ça… pollue.

______________________________

A la prochaine lune, vous constaterez qu’il y a des principes « universels » et ingouvernables.

  • « Universels », c’est un adjectif que vous aimez bien « VALORISER » comme tout ce qui touche  à l’or.
  • L’or, cette « VALEUR » « universelle » des adorateurs du « Veau d’Or » !

ob_36b398_veau-d-or-de-panama-de-tail

– Préparez vos valises ! Il est trop tard.

  • Ce n’est pas vous qui écrirez l’Histoire de France pour les années à venir, vous, les Financiers !

– Votre temps est fini.

volcans-le-reveil-de-la-terre

Fini l’ère du Mondialisme, de la nouvelle « Babylone » !

  • Je réveillerai les volcans, comme Je l’ai déjà fait écrire sur ce blog.
  • Il n’y aura pas de réchauffement climatique et vos avions resteront cloués au sol, vos bateaux couleront ou resteront à quai, collés à leurs amarres, tandis que la terre tanguera davantage qu’une mer déchaînée.
  • Vous réapprendrez à prier, hommes de peu de foi, gouvernants sans foi ni lois, et vous supplierez le Ciel de vous épargner
  • pendant que vos montagnes d’orgueil tomberont et que sombreront vos « Maisons de Maîtres » du monde.

L’argent ne résout pas tout.

L’argent n’absout rien.

49a4a8c428cd895ea86061401b57f379

Le Seigneur aime « Pretty Boy » et rappelle la prière qu’Il nous a laissée :

  • « Notre Père qui es aux cieux […]
  • – « Remets-nous nos dettes comme nous les remettons à ceux qui nous sont débiteurs ! […]] »
  • Verset d’origine tel qu’écrit en latin des sources mais qui offensait la Banque du Vatican, la Banque du Pape de Rome !
  • Et NON PAS, comme le récitent les Catholiques d’aujourd’hui :
  • – « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés », trahison des clercs soumis à la finance internationale.  

_________________________________

Donner toujours plus d’argent à ceux qui n’en ont jamais assez, c’est comme creuser un puits asséché par vos appétits prédateurs.

  • Plus vous creusez, moins il y a d’eau !

L’eau tombe du Ciel.

L’eau ne vient pas de l’Enfer, cette eau qui éteint le feu de cet Enfer que vous adorez et dont vous précipitez le règne sur la terre, le règne de Satan.

  • Soyez maudits, vous qui faites tirer à vue sur mon peuple,
  • vous qui épargnez les délinquants, voleurs, violeurs et tueurs qui persécutent le peuple de France !

120004898_o

– Vous avez protégé à outrance, comme un outrage fait à Mes brebis, les loups qui les envahissent !

Et, aujourd’hui, quand ce peuple blessé, terrassé et affamé crie vers son berger, ce « faux berger » lui envoie ses loups.

– « Gens de l’ordre », vous êtes devenus ces loups, des loups sauvages pour votre peuple civilisé car vous acceptez qu’il soit dépouillé et agenouillé devant l’autorité suprême d’un homme, un seul homme, qui ne sait même plus ce qu’il doit faire !

Montaldo-J-Les-Corrompus-Livre-1011471694_L

Lorsqu’on se vend pour de l’argent, un peu d’argent, pour quelques primes, on ne peut pas se déclarer « libres ».

– Vous n’êtes pas libres, « gens de l’ordre » !

Vous êtes corrompus par l’argent dans un état narcotrafiquant livré aux mains des dealers et des importateurs de shit,

  • la France étant devenu l’arrière-boutique du Royaume Chérifien,

– ce qui explique le peu d’empressement du gouvernement français à légaliser le cannabis pour ne pas faire chuter le chiffre d’affaires de ce que vous appelez les « racailles »des cités,

  • ces racailles que vous entretenez et courtisez, préférant les « DISPERSER » plutôt que les « INTERPELLER »,
  • au contraire des « Gilets Jaunes » que vous poursuivez incessamment et arrêtez arbitrairement,
  • vous qui interpellez « PREVENTIVEMENT » des primo-délinquants au casier judiciaire vierge n’ayant jamais commis aucun faute, 
  • manifestants sans expérience et désespérés par la violence (il-)légitime que vous exercez contre eux, des innocents !

1039230377

Honte à vous, policiers et « gens d’armes » qui, en deux semaines, pour une misérable prime de Noël !, avez anéanti le capital « confiance » que le peuple de France avait investi sur vous !  

  • Le peuple de France veut se faire entendre et, vous, les « ordures » aux ordres si durs, vous leur intimez l’ordre de « fermer sa gueule », comme l’aurait dit un certain Général de France, un Général qui représentait alors la France libre et résistante qui ne voulait pas « fermer sa gueule ».
  • Ce Général a su quitter ses fonctions de Président de la République, quand le peuple de France, par référendum populaire, a manifesté son désaccord avec sa politique. 

– Sachez que Je ne suis pas du côté des « loups », contrairement à vous !

  • Oui, Je ne suis pas du côté des « loups », répète deux fois, volontairement, le Seigneur.

– Combien de fois vous ai-Je mis en garde contre les « faux bergers » qui ouvrent les portes de la Bergerie « France » aux « loups »qui veulent tuer Mes brebis sur Mes terres chrétiennes  ?

images

-Je suis fatigué, las et, pour tout dire, fâché,

  • « en colère« , dit le Seigneur,

– en colère comme peut l’être votre peuple, contre vous, ses élus si nuls, 

  • vous qui guidez mal Mes brebis,
  • vous qui les exploitez jusqu’à plus soif,
  • jusqu’à ne plus avoir d’eau pour faire boire les bêtes et les hommes.

– Vous devrez répondre de vos crimes contre Mon peuple !

Ce n’est pas une promesse que Je vous fais car Je ne promets jamais rien. »

___________________________

  • C’est dit, c’est écrit.
  • Les « Gilets Jaunes », un mouvement de « P’tits Blancs des Hauts » ?

Si Patrick QUARTERON, Mamoudou BASSOUM, Verlaine DJENI, Priscillia  LUDOSKY se présentent aux élections présidentielles, les Françaises et les Français éliront un-e Président-e NOIR,

  • un-e « Black » au coeur de France avec les couleurs de la France !

Et les Français-es vous prouveront ce que vous savez, toutes et tous !

Les Français-ES ne sont pas racistes !

Gilets jaunes –

Il y a 20h

le-mauvais-jaridinierRR

____________________________________________________

A lire aussi  : Chers #GiletsJaunes, ne lâchez rien, récupérez l’argent que Bercy vous vole !

Referendum d’Initiative Citoyenne, les GJ croient au père Noël ?

Des listes GJ aux Européennes financées par Macron pour faire plonger Marine et NDA ?

« Le Brexit maintenant » ! Des Gilets jaunes anglais bloquent le pont de Westminster

GJ : exit Macron, ministres, sénateurs, députés, préfets, juges félons eT journaleux

Canada : les Gilets jaunes se battent contre Marrakech et la taxe carbone

Les balles sont dans leur camp… les flics taperont et tireront contre nous

____________________________________________________

16173643

____________________________________________________

A propos des Gilets Jaunes

Albert Camus a dit : « Il faut se révolter sans devenir inhumain, et refaire le monde, si possible, mais surtout empêcher qu’il ne se défasse« .

L’absurdité du monde est bien sûr, toujours présente, et elle revêt pour nous une forme inédite, car nous savons désormais qu’une fin définitive de l’aventure humaine n’est pas à exclure. Le saccage de la planète n’étant pas près de cesser, il peut se révéler inévitable, et notre disparition assurée. Y a-t-il plus forte illustration de l’absurde que l’auto-destruction de l’espèce douée de raison ? Voilà pour notre temps, le plus intense motif de révolte, et donc d’énergie pour agir. (Roger Pol Droit – 2010 – Maître à penser 20 philosophes qui ont fait le siècle. – Flammarion).

La révolte est surtout face à l’absurde : volte-face, comme son nom l’indique, elle surgit à l’instant où l’on se dit : « Ce n’est plus possible! » et ce non « affirme l’existence d’une frontière. » D’un couP, l’intolérable cesse d’être toléré. Fuir les soumissions, les injustices, un autre monde est souhaitable.

JH

-==-

5 erreurs sur les gilets jaunes

1)
Les GJ sont apolitiques

NON ; les GJ sont « transpolitiques » c’est à dire que tous les courants sont présents.
Impossible de le savoir exactement, du coup on s’interroge sur les « soutiens ».
C’est sensiblement pareil entre la droite et la gauche(et même 74 % des écologistes d’EELV soutiennent le mouvement) d’après « Les echos (https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0600143962041-qui-sont-les-gilets-jaunes-2222374.php).

2)
C’est surtout l’extrême droite qui casse.

Faux : Les images ont parlé et on a bien vu que c’est une délinquance d’opportunité venant des banlieues.
Depuis 30 ans, sous le puissant matraquage de la sphère médiatique, l’extrême droite est très désorganisée.
A l’inverse, l’extrême gauche et les mouvements anarchistes, à travers des associations paravents subventionnées grassement ne se sont jamais aussi bien portées.

En témoignent  les nombreux tags relevés sur les champs et l’arc de triomphe.

Capture-d’écran-2018-12-16-à-14

3)
Les GJ sont violents avec les CRS « fatigués »?

Faux : Pour avoir participé à plusieurs manifestation à Paris j’ai constaté que GJ sont de vrais bisounours qui vont même avoir pitié des CRS qui, à leurs yeux, sont aussi des gens « du peuple ».
J’ai pu voir une centaine de GJ bloqués par 5 CRS qui n’étaient pas vraiment inquiets de la situation.
Quant à la fatigue des forces de « l’ordre » (!) elle est toute relative.
Les CRS s’ennuient ferme toute la semaine alors un peu de tir au flashball le samedi c’est que du bonheur !

Capture-d’écran-2018-12-16-à-14

4)
Les revendications des GJ sont disparates ; on ne sait pas ce qu’ils veulent ! (Eric Brunet, journaleux de RMC, entre autres).

FAUX : Il est très facile de constater que 2 revendications ressortent nettement :
A) Le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne). ( Voir note 1 )
B) L’absence de taxes pour les produits de première nécessité : Pâtes, pain ,riz.
C) L’arrêt de la surtaxe perpétuelle de l’essence, nécessaire aux Français qui partent au travail au petit matin pour revenir la nuit tombée.
3 mesures de bon sens.

5)
Les GJ n’aiment pas beaucoup les médias

(presque )FAUX : En effet, ils haïssent les médias subventionnés car ceux-ci s’emploient méthodiquement à détruire leur mouvement avec des « analyses » orientées.
C’est la curée quotidienne. A cause des GJ la menace terroriste pèse sur la France !
A cause des GJ tous les petits commerçants de France et de Navarre  (et surtout des Champs Elysées…) vont mettre la clef sous la porte !
Même sur des émissions satellites, comme « Turbo » sur M6 on va se désoler du coût de la casse des radars pour le contribuable.
Pauvres radars et méchants GJ !!

Capture-d’écran-2018-12-16-à-14

On les imagine, ces vertueux « merdias », sous Pol Pot, se désoler de la fatigue des bourreaux et de l’empreinte écologique du transport des corps suppliciés.(http://cambodge.blogs.liberation.fr/2009/10/15/libe-les-maos-et-les-khmers-rouges/)

« Il faut avoir le cuir dur pour supporter ces insultes déversées en permanence par  les médias et l’on ne peut mésestimer que d’aucuns, dans leurs discussions avec des amis, des copains, des camarades, des collègues, des voisins, n’en peuvent plus de passer pour ce qu’ils ne sont pas alors qu’ils demandent juste que l’État maastrichtien, puisqu’il n’y a plus d’État français, cesse de les étrangler. «

Michel Onfray (https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires Propagande, Acte V)

(1) Voir les mises en garde de Christine Tasin sur le RIC

http://resistancerepublicaine.eu/2018/12/16/referendum-dinitiative-citoyenne-les-gj-croient-au-pere-noel/

Dominique N

5 erreurs à ne pas commettre sur les Gilets Jaunes

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

Capture-d’écran-2018-12-15-à-17

___________________________________________________

C’est nouveau, ça vient de sortir.

J’entends à la radio que, à la fin des manifestations, les policiers ne laissent passer les manifestants que s’ils enlèvent leurs Gilets jaunes.

Quelle est cette nouvelle  brimade ?

Qui a inventé cette nouvelle répression ?

Il s’agit bien et de brimade et de répression, ne nous y trompons pas.

En obligeant les nôtres à enlever leurs gilets ils suppriment le moyen de reconnaissance par excellence et donc… le moyen de se regrouper!

Ca c’est du Castaner tout craché. Il faut une sacrée dose de perversité et d’irrespect de nos concitoyens pour les obliger à retirer leur uniforme de protestataire…

La prochaine fois on les obligera à les retirer avant de monter dans les bus et les trains pour faire baisser mécaniquement le nombre de manifestants ?

Parce que, n’en doutons pas, il y aura une autre fois, d’autres fois…

Certes il y a sans doute, malgré les comptes trafiqués des Préfectures, un peu moins de GJ de sortie aujourd’hui, mais ça en fait encore beaucoup, et déterminés si on en juge aux images :

Capture-d’écran-2018-12-15-à-17

Capture-d’écran-2018-12-15-à-17

Et je doute que le mauvais traitement consistant à obliger nos braves à renoncer à leur GJ réconcilie ceux-ci avec Macron…

Christine Tasin

Pourquoi la police ordonne-t-elle aux Gilets jaunes… de retirer leur gilet jaune ?

(Source : Résistance Républicaine)

-==-

GJ15-12

______________________________________________________

GJ : exit Macron, ministres, sénateurs, députés, préfets, juges félons et journaleux…

15 décembre. Une fois de plus le peuple de France est insulté. Parqué comme du bétail entre des gendarmes suréquipés après avoir été dépouillés de leurs masques (non offensifs), de leurs gants (non offensifs), et même de leurs vêtements (gilets jaunes), ce qui est humiliant ; dénigrés en les faisant passer pour peu nombreux alors qu’ils ont été retenus en amont et arrêtés préventivement, ce qui est contraire aux droits de l’homme ;  gazés comme durant les heures les plus sombres de notre Histoire par une police aux ordres d’un tyran ; chargés, blessés voire assassinés  par les robocops du gouvernement dont on connaît maintenant à coup sûr le nombre, donc les limites, puisque le gouvernement a réquisitionné au maximum des capacités ; empêchés de circuler librement sous le prétexte qu’ils n’ont pas déposé à l’avance leur parcours, ce qui est impossible pour un mouvement purement populaire dénué de chefs, comme le savent nos préfets dont le rôle est éminemment politique. Car des chefs, le peuple n’en veut plus. Du moins pas ceux-ci. Il récuse en bloc syndicats et politiques.

Insultes, insultes et re-insultes.

Combien de temps le pouvoir despotique en place, adoubé par des oligarques étrangers, imagine-t-il que le peuple acceptera de continuer à être traité de la sorte ? Être dirigé comme un troupeau de moutons par des bergers et des chiens enragés ? Être éconduit avec morgue, subissant des discours condescendants, et traité publiquement de pauvres ou de misérables par les intervenants de BFM, CNews  ou de LCI ? Et puis, toujours, cesfake news des pouvoirs publics minimisant très sérieusement le nombre des manifestants. Annoncer 4 000 manifestants à Paris, c’est se foutre de la gueule du monde.

Macron espère affaiblir le mouvement, le décourager et le dissoudre dans les préparatifs de Noël et dans la peur de ses troupes. Il se trompe. Peut-être y aura-t-il une légère trêve lors des fêtes de Noël. Peut-être, mais ce n’est pas sûr. Imaginer casser le mouvement n’est pas raisonnable. Macron et ses sbires n’ont pas compris que c’est trop tard, que la machinerie révolutionnaire s’est mise en branle et que rien ne l’arrêtera. La ralentir, pourquoi pas, mais c’est reculer pour mieux sauter. Le peuple a fait clairement entendre ses exigences : exit le président (écoutez la chanson virale de Loïc Mercier)…

https://youtu.be/lTCblx5wTj0

… exeunt les ministres, exeunt les sénateurs et députés, exeunt les préfets, les magistrats, les juges félons, les percepteurs, les journaleux mainstream. Exit l’Union européenne, ses commissaires, ses profiteurs. Exeunt un grand nombre de taxes et d’impôts, quand la France est l’État le plus imposé d’Europe. Toutes gens sourdes aux demandes légitimes des Français, protégées qu’elles sont dans leurs administrations et ministères, et par leur argent – cet argent pris au peuple dans l’intérêt des privilégiés du système.

Non, le pouvoir politique n’a pas gagné aujourd’hui. Le peuple a démontré sa résilience et sa détermination. C’est pourquoi il aura gain de cause, et je parierai volontiers que ceux qui refuseront de se soumettre au peuple de France le paieront très cher.

Louise Guersan

830x532_premier-ministre-edouard-philippe-president-republique-emmanuel-macron-23-mai-2017-ambassade-royaume-uni-paris-83

L’édito de Charles SANNAT : « Ainsi meurt notre économie. La preuve par la nacelle » …

Il y a 4h

Nacelle-ldv

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

« Lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le bout du doigt. » Cette phrase n’est pas de moi, mais elle est très juste.

Les « imbéciles », ou ceux qui font semblant de l’être, nous expliquent donc doctement que les gilets jaunes, par leur mouvement, pénalisent terriblement notre économie.

Certes, le mouvement, comme tout mouvement social ou révolutionnaire, entraîne évidemment des conséquences économiques importantes. Pourtant, regarder ces conséquences, c’est regarder le bout du doigt et pas la lune.

Je voulais, par deux exemples vus (et entendus) ces derniers jours, vous expliquer pourquoi notre économie se meurt, et pourquoi les gilets jaunes ne sont pas la cause de cet effondrement sur nous-mêmes, mais bien le symptôme, un symptôme qui en réalité démontre que le corps social France a encore des anticorps, un système immunitaire qui tente de réagir avant qu’il ne soit trop tard et que la septicémie nous emporte tous.

Si l’on peut critiquer le mouvement, il reste une immense chance pour notre pays, en ce sens que cette montée terrible de fièvre doit nous faire prendre conscience que nous ne sommes pas dans une crise, mais bien dans un processus d’effondrement, un effondrement lié à la complexité de notre société, à ses paradoxes et à ses contradictions devenues irréconciliables. C’est la septicémie économique.

« Moi je ne veux louer qu’à des gens sans emploi… »

Voici mon premier exemple. Le marché immobilier français, devenu complètement fou entre les normes de construction, la loi Alur qui transforme chaque vente en calvaire administratif sans pour autant protéger qui que ce soit, sans oublier la fiscalité folle du secteur, nous marchons évidemment sur la tête, et à force de nouvelles lois, nous avons créé un monstre.

Alors qu’entend-on désormais en France ? Des propriétaires vous expliquant, avec la certitude de détenir la vérité, qu’ils ne prennent que des locataires « qui ne travaillent pas » ! Tu penses, faut être con pour prendre un gus qui bosse dans son appart… Tu penses, il pourrait perdre son travail, devenir insolvable et ne plus payer son loyer.

Non, de vous à moi, le mieux c’est de prendre un type qui ne vit que de la solidarité nationale. Dans un tel cas, comme propriétaire, je peux directement demander aux CAF de me verser les APL. Ainsi, en réalité, je loue à l’État. Fini les impayés.

En France, en 2018, nous avons réussi à créer un système immobilier où louer à un pauvre sans-emploi qui ne travaillera jamais et dont le loyer est payé par l’État sous forme d’APL est plus « sûr » que de louer son appartement au pauvre gus qui, lui, travaille…

Tout le monde trouve cela normal, sauf que ce genre d’aberration économique est évidemment un symptôme d’effondrement parce que les choses ne sont plus dans le bon sens. Depuis trop longtemps.

« – Bonjour Monsieur, je bosse, je gagne 1 500 euros, et je voudrais louer votre appart. Je suis gilet jaune, je gagne trop pour avoir des APL, et je peux me faire virer à n’importe quel instant…   – Désolé, répond le propriétaire. Je ne loue que si je peux préempter vos APL à la source. Pas d’APL ? Pas de location… vous êtes trop riche » …

Voilà le mouvement gilets jaunes, symptôme et non cause. Entendez l’effondrement de notre économie à défaut d’écouter les « anticorps ».

Le théorème de la nacelle. 

Ha… Pour votre ligne de téléphone, il faut attendre 3 mois, et payer 600 euros de nacelle !!

Vous connaissez les nacelles qui servent à mettre les décorations de Noël dans nos centres-villes et montent l’ouvrier à 10 mètres de haut en presque toute sécurité ?

Eh bien ces mêmes nacelles doivent être utilisées par les agents de France Télécom, que dis-je, des PTT, même si ce n’est plus le nom de l’entreprise concernée en raison de son ouverture au saint monde de la concurrence européenne.

Oui, vous comprenez, désormais, quand vous appelez de votre portable pour vous faire installer une ligne fixe, il faut aller relier deux fils (fil vert avec le fil vert, fil rouge avec le fil rouge comme le Colonel dans la 7e compagnie). Cette opération est d’une simplicité enfantine. Mais, souvent, les boîtiers sont situés à plus d’1,80 m. Avec mon escabeau 2 marches, même moi qui suis un mini-pouce, je peux atteindre ce fichu et satané boîtier.

Mais non. On n’a plus le droit de monter à une échelle.

Il faut donc :

prévoir l’intervention d’une nacelle dont le coût est de 600 euros par jour ;
prévoir un technicien qui a son permis nacelle ;
prévenir la mairie qu’il y aura une intervention de nacelle tel ou tel jour à telle ou telle adresse.
que la mairie fasse intervenir les services techniques pour aller mettre 3 plots orange (là il y en avait 4, sans doute en promotion. 3 plots réservés le 4ème est offert. C’est les fêtes !!) afin de garder la place pour la nacelle, interdise le stationnement, et mette le bon papier collé sur un panneau ;
– que tout le monde respecte ledit panneau et que personne ne prenne quand même la place de la nacelle qui sinon devra revenir à une date indéterminée.

Quand toutes les conditions sont réunies, au bout d’un délai variant entre 3 et 6 mois, vous obtenez cette photo ridicule d’un gus en nacelle à 1,80 m du sol, avec la nacelle au plus bas de ce qui peut se faire.

Évidemment, tout le monde trouvera cela normal.

Le théorème de la nacelle est simple : « Tout système imposant l’utilisation d’une nacelle là où un tabouret est suffisant est devenu fou et est condamné à l’effondrement à brève échéance. »

L’effondrement des sociétés complexes.

Dans son remarquable ouvrage L’effondrement des sociétés complexes, le professeur américain Joseph Tainter explique et décortique ce phénomène qui est à l’œuvre dans notre pays en particulier et en Europe en général.

Oui l’Europe c’est bien blablabla, c’est la paix blablablablabla, mais une fois que l’on a répété ces mantras, c’est aussi la garantie de l’effondrement par la complexité que nous créons nous-mêmes et qui rend toute croissance économique impossible, non pas forcément en toujours plus, mais en efficience même de notre système.

Vous voyez également, à travers ces deux exemples, que les coûts ne peuvent qu’augmenter. Créer une entreprise, une affaire, cela devient tellement compliqué et coûteux qu’il faut être fou et inconscient pour entreprendre. Progressivement, le système s’arrête faute de joueurs.

Ne faisons pas l’erreur de croire que le mouvement des gilets jaunes est anodin, qu’il passera vite.

Peu importe ce qui se passera par la suite.

Ce qui est certain c’est que ce pays étouffe.

Ce qui est sûr, c’est que ce pays se meurt.

Ce qui est incontestable, c’est que nous sommes déjà très mal en point.

Ce qui est vrai également, c’est que rien ni personne ne semble en mesure d’enrayer toute cette folie économique.

Macron a ses torts et ils sont grands, mais effectivement, il ne peut être tenu pour le seul et unique coupable de 40 années d’immense, de colossal, de complètement délirant n’importe quoi sur tous les sujets, qu’aucun n’a su ni voulu enrayer et dans lequel l’ensemble de nos élites, politiques et médiatiques, ont préféré se complaire.

Qu’ils continuent donc à regarder le bout du doigt. Je vous invite à voir plus loin et à regarder la lune… enfin, la nacelle !!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

DrQ3ZHbWsAE31Db

Pour comparaison ou..bien comprendre..

Acte IV : ce que j’ai vu dans les rues de Paris…

9 déc. 2018

GJParis6

_____________________________________________________

A lire aussi : Hommage à nos forces de l’ordre

Avis à la caste : ce n’est pas terminé, le combat jaune va continuer

Les masques tombent et la France coule irrémédiablement

Pacte de Marrakech : Macron, désavoué, ne représente plus la France

Les raisons de la colère : Macron a réveillé les Français !

_____________________________________________________

L’acte IV des Gilets Jaunes a commencé par une matinée sous haute tension avec des centaines d’interpellations préventives. Je suis entré dans « l’arène » par la rue du Colisée (!) où un barrage filtrant de CRS laissait passer les manifestants, dans la bonne humeur. Mais en remontant les Champs-Élysées, une odeur étouffante de gaz lacrymogènes indisposait une foule nombreuse et plus motivée que jamais. Parfois, plusieurs détonations de grenade perçaient le silence de la colère. Puis nous fûmes pris dans une salve de grenades lacrymogènes qui roulaient au sol comme des billes !

GJParis1

GJParis2

Mouvements de foule. Quelques Gilets venus de province me demandèrent où était la Seine pour se diriger vers la Bastille ! Difficile de répondre car tout le 8était bloqué par des CRS armés jusqu’aux dents, et en particulier autour de la résidence de Choupinet.

Comme la semaine dernière, les manifestants qui fuyaient les Champs se sont repliés là où ils pouvaient, arpentant les rues en scandant « Macron démission ». Après Les Grands-Augustins, Saint-Lazare, ils ont tenté de rejoindre les grands boulevards, érigeant çà et là des barricades de fortune, comme à Réaumur Sébastopol, en utilisant des bacs à fleurs d’Hidalgo, des poubelles ou des sapins de Noël.

GJParis3

Sur les Champs, une boutique Orange fut saccagée mais d’autres débordements, dont certains casseurs ont le savoir-faire, ont visé des boutiques de luxe dans le quartier de la Madeleine.
Cette fois-ci, je n’ai pas eu le plaisir de voir des canons à eau à l’œuvre, ni les fameux blindés de la rue Marceau dont le spectacle a fait le tour du monde. Belle vitrine pour la France, pays de la liberté ! Par contre, la maréchaussée à cheval déboulant sur la rue Saint-Antoine, c’était un vrai spectacle !

En effet, je m’étais dirigé vers Bastille où une foule abondante était massée. Beaucoup manifestaient contre Macron mais sans gilet jaune et la couleur violette de l’Union des syndicats « solidaires » se remarquait tout de suite. J’ai même vu une pancarte « Refugees welcome » et quelques drapeaux rouges. Pas vraiment la même manif ! Si ce n’est que tout ce beau monde marchait vers République aux côtés des Gilets jaunes, enveloppés parfois dans des drapeaux bleu, blanc, rouge de fortune.

GJParis4

 

GJParis5

Quant aux CRS, certains avaient pour occupation de photographier le plus possible de Gilets jaunes. Le grand fichage commence ! La Macronie est prête à tout !

GJParis8

Il serait faux de dire que le mouvement se relâche, même si les médias du système essaient de nous faire croire qu’il y avait un peu moins de monde que pour l’Acte III (ce qui reste à démontrer). La dissuasion médiatique n’a guère fonctionné. Si l’enthousiasme était moins grand, du fait du déploiement d’une véritable armada militaire s’en prenant surtout aux Gilets Jaunes, le mot d’ordre restait quand même dans toutes les consciences : « On ne lâche rien ! ».

Hector Poupon

Acte IV : ce que j’ai vu dans les rues de Paris…

(Source : Riposte laïque)

La..dignité..seule vraie grandeur humaine !..

20181215PHOWWW00100

Christophe Guilluy : « Les gilets jaunes demandent du respect, le pouvoir répond par l’insulte ! »

5 déc. 2018

christophe-guilluy-gilets-jaunes-respect-1200x730

_____________________________________________________

A lire aussi : La France, le pays aux 252 variétés de taxes

_____________________________________________________

Christophe Guilluy avait vu venir les gilets jaunes. En effet, la « France périphérique », que le géographe a conceptualisée et dont il montre, dans No Society, qu’elle est l’oubliée de la nouvelle mondialisation et des politiques qui l’ont accompagnée, est aussi celle qui s’est soulevée, sur les routes et les ronds-points, contre son déclassement. Mondialisation malheureuse, crise des classes moyennes, réaction populiste: ce spectre hante tout l’Occident.

Causeur. Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », on vous voit partout. Vous êtes une sorte de prophète : vous avez inventé la France périphérique avant que la hausse du diesel la fasse apparaître sur les écrans radar. Qu’ont en commun tous ces Français qui ont endossé le gilet jaune ?

Christophe Guilluy. Prophète ? Disons surtout que je dis depuis quinze ans qu’il y a un éléphant malade (la classe moyenne) dans le magasin de porcelaine (l’Occident) et qu’on m’explique qu’il n’y a pas d’éléphant. Les « gilets jaunes » correspondent effectivement à la sociologie et à la géographie de la France périphérique que j’observe depuis des années. Ouvriers, employés ou petits indépendants, ils ont du mal à boucler leurs fins de mois. Socialement précarisées, ces catégories modestes vivent dans les territoires (villes, moyennes ou petites, campagnes) qui créent le moins d’emplois. Ces déclassés illustrent un mouvement enraciné sur le temps long : la fin de la classe moyenne dont ils formaient hier encore le socle.

En plus d’être économiquement précaires, les « gilets jaunes » représentent-ils la France des perdants culturels ?

Absolument. Du paysan historiquement de droite à l’ouvrier historiquement de gauche, les « gilets jaunes » constatent que le modèle mondialisé ne les intègre plus. Ils roulent en diesel parce qu’on leur a dit de le faire, mais se font traiter de pollueurs par les élites des grandes métropoles. Alors que le monde d’en haut réaffirme sans cesse son identité culturelle (la ville mondialisée, le bio, le vivre-ensemble…), les « gilets jaunes » n’entendent pas se plier au modèle économique et culturel qui les exclut.

Un leader populiste pourrait surgir aussi vite que Macron a émergé….

Christophe Guilluy : «Les gilets jaunes demandent du respect, le pouvoir répond par l’insulte !»

(Source : Causeur)

Les soutiens et support extérieurs ne se sont pas fait attendre..

Italie (vidéo) : Matteo Salvini se moque de Macron et apporte son soutien aux gilets jaunes

28 nov. 2018

43828348_1856257381136735_3068245776367878144_o-702x459

Le populiste italien Matteo Salvini, vraisemblablement le leader le plus populaire au monde, apporte son soutien aux manifestants français des Gilets Jaunes, qui protestent contre le dirigeant qui est peut-être le moins populaire du monde à l’heure actuelle, le président Macron, à propos de la hausse des taxes sur le carburant.

Le ministre italien de l’Intérieur a partagé sur Twitter un clip vidéo de la chaîne publique italienne RAI qui montrait l’un des gilets jaunes derrière le journaliste en criant : «Salvini! Salvini!» lors des manifestations qui se sont déroulées à Paris samedi.

Dans son tweet, Salvini a déclaré : « C’est bon de savoir que vous avez des supporters, même parmi les Français fatigués par Macron … » (…)

vGzunmCrelDvXJHM

Matteo Salvini

✔@matteosalvinimi

Fa piacere sapere di avere sostenitori anche tra i francesi stanchi di Macron...

7 080

20:33 - 25 nov. 2018

2 997 personnes parlent à ce sujet

Source : Voice of Europe

La méthode..Macron..

Manipulations perverses et narcissiques pour décrédibiliser les « Gilets jaunes »..honte à Macron et à toute son équipe !..

DISCREDITER LE MOUVEMENT DES GILETS JAUNES, voilà ce que s’ingénie à faire le régime dictatorial de Macron. Mais le peuple finira par avoir raison de ce petit machiavel d’opérette !

27 nov. 2018

extrême-gauche-gulets-jaunes

_______________________________________________________

A lire aussi : 40 ans de journalisme et j’ai honte : comment peut-on à ce point maquiller la vérité ?

Popularité en hausse : près de 80% des Français favorables au mouvement des gilets jaunes, la diabolisation du mouvement par le gouvernement ne fonctionne pas

8 Gauchistes infiltrés chez les Gilets Jaunes s’auto-proclament représentants officiels du mouvement

Angers : l’homme vêtu d’un gilet jaune menaçant de faire exploser une grenade s’est rendu

Gilets Jaunes : « Les forces de l’ordre ont laissé faire les casseurs et on m’a bien fait comprendre que les décisions venaient d’en haut »

Vidéo choquante : un chauffeur heurte plusieurs Gilets jaunes à Montpellier

La grogne des gilets jaunes vue d’Amérique

“Gilets jaunes”, quand le beauf se rebiffe

Gilets Jaunes: Gilbert Collard censuré en direct sur BFM après avoir remis en cause le parti pris de la chaîne (Vidéo)

Gilets jaunes : Nicolas Vidal « Le peuple n’a ni raison ni tort, il décide »

_______________________________________________________

Gilets Jaunes, Castaner ment. Aucun militant d’extrême-droite parmi les 130 interpellés. Des tags et drapeaux d’extrême gauche trouvés aux Champs-Élysées (Photos)

Europe 1 prétend qu’environ 200 militants de groupuscules d’extrême-droite seraient responsables des violences sur les Champs Elysées.

Des militants organisés et violents. Au total, 130 personnes ont été placées en garde-à-vue hier dans toute la France dont 69 rien qu’à Paris. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a dénoncé un « durcissement » et la présence de partisans de groupuscules d’extrême droite.

(…) Actifs dans les heurts, ils n’ont pour autant pas été meneurs (…) D’ailleurs, ces activistes d’extrême-droite ne feraient pas partie des personnes interpellées. Selon nos informations, parmi les gardés à vue, un profil domine : l’homme européen, inconnu des services de police, âgé de 25 à 40 en moyenne, venu de province. Nombre des gens arrêtés l’ont été pour « jet de projectiles ».

Enfin, toujours selon nos informations, les autorités ont été surprises par la véhémence des manifestants, la profonde exaspération et l’anti-parisianisme qu’ils exprimaient, au-delà de toute récupération politique.

Europe 1

Or il semblerait que les casseurs soient plutôt d’extrême gauche :

AE4N3nL5X1gML6-y

Adrenaline ✞ @adrenaline1001

Violences & saccages ont été le fait de casseurs d’ultra-gauche infiltrés dans les

#GiletsJaunes

Une racaille venue de banlieue témoigne:
"Chuis là pour casser.. pour tout défoncer"
Le raccourci de @CCastaner pour impliquer l’extrême-droite est inadmissible#Paris 24/11/2018

657

10:51 - 25 nov. 2018

1 093 personnes parlent à ce sujet

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FBlackBlocFrance%2Fposts%2F1574960265973156&width=500

Laure Cometti

✔@la_comete

 · 24 nov. 2018

En réponse à @la_comete

« Macron démission! » scandent les #giletsjaunes #24novembre #ChampsElysees

DsxiVUwXQAAd9NU

Laure Cometti

✔@la_comete

Slogans #24novembre #giletsjaunes #ChampsElysees pic.twitter.com/WqsZwsnm6z

15

15:25 - 24 nov. 2018

Dsxj1HJXQAErbj4

DsyfaFBWkAElNW2

Gilles Klein @GillesKLEIN

SuivreSuivre @GillesKLEIN

Plus

Une gilet Jaune brandit un… drapeau Che Guevara au milieu des affrontements au niveau du rond point des Champs Elysées

DsyfaFBWkAElNW2

DsyfahnX4AE8_J1

DsyfaNDX4AIsvrj

DsyfauzWoAAeyQo

Morskoy@acqua_di_mare

- "Mr Castaner, il y avait-il d'autres groupuscules que ceux de l'ultra-droite?"
- "Non"

92

19:45 - 24 nov. 2018

106 personnes parlent à ce sujet

DsyfaFBWkAElNW2

DsysCjBXgAEjzTw

J-Christophe Buisson @jchribuisson

SuivreSuivre @jchribuisson

Plus

Vous avez vu comme elle est maline, l'ultradroite ? Elle brandit des drapeaux Che Guevara et tague des slogans d'ultragauche pour ne pas se faire repérer. Mais le fin #Castaner ne s'est pas laissé berner, lui... #GiletsJaunes #24novembre #ChampsElysees

Gilets Jaunes, Castaner ment-il ? Aucun militant d’extrême-droite parmi les 130 interpellés. Des tags et drapeaux d’extrême gauche trouvés aux Champs-Élysées (Photos)

(Source : Europe-Israël)

-==-

La Team Macron manipule les images :  Non ce gilet jaune n’a pas fait de salut nazi sur les Champs Elysées !

TEAM MACRON@TeamMacronPR

Tranquille, un salut nazi sur les Champs-Elysées #SansMoiLe24 #24novembre #GiletsJaunes

1 055

13:13 - 24 nov. 2018

2 084 personnes parlent à ce sujet

______________________________________________________

A lire aussi : Gilets Jaunes : une journaliste prise en flagrant délit de mensonge par un passant lors du direct (Vidéo)

_______________________________________________________

Le pervers narcissique de l’Elysée et son équipe de bras cassés manipulent les images pour tenter de discréditer les patriotes : non ce gilet jaune n’a pas fait le salut nazi sur les Champs-Elysées !

Plusieurs comptes Twitter, comme Team Macron ont partagé un extrait du live de BFMTV samedi 24 novembre 2018, jour de mobilisation nationale des gilets jaunes pour dénoncer ce qu’ils pensent être un salut nazi.

-kHImXlq_5sprMLZ

TEAM MACRON@TeamMacronPR

Tranquille, un salut nazi sur les Champs-Elysées #SansMoiLe24 #24novembre #GiletsJaunes

1 055

13:13 - 24 nov. 2018

2 084 personnes parlent à ce sujet

À noter que l’extrait a aussi été partagé par Naïma Moutchou… rapporteure de la loi contre la manipulation de l’information. La publication a ensuite été supprimée.

1175182-capture-tweet-naima-moutchou

« Ave » plutôt que « Heil » ?

En réaction, plusieurs internautes ont dénoncé une manipulation de la part des partisans du gouvernement qui auraient coupé le son de la vidéo grâce auquel on entendrait le gilet jaune dire en fait «ave Macron».

CheckNews de Libé : « Mais nous nous sommes donc rendus à une animation autour du langage des signes organisée devant la caféteria du bâtiment Altice où est hébergé Libération. Une membre du service RH du groupe NextRadioTV, Marine Elisabeth qui sait lire sur les lèvres a bien voulu traduire la vidéo pour nous. Résultat : «on voit bien le « ve » prononcé», estime-t-elle. Le gilet jaune semble bien dire Ave Macron. Son salut est donc plus vraisemblablement un salut dit romain et non un salut nazi. »

La Team Macron manipule les images : Non ce gilet jaune n’a pas fait de salut nazi sur les Champs-Elysées

(Source : Riposte laïque)

« Macron pute à Juifs !!! » : Gilets Jaunes attention à la dérive antisémite où certains veulent vous pousser

9 déc. 2018

Macron-pute-à-Juifs

_____________________________________________________

« Macron pute à Juifs !!! », « Macron = Rootschild », « Macron = youpins », voici quelques slogans vus sur certaines bannières déployés par des Gilets Jaunes.

A Paris notamment, la fine fleur des antisémites était sur les Champs-Élysées vêtue de gilets jaunes, Hervé Ruyssen l’antisémite obsessionnel en tête. D’ailleurs, Paris Match en a fait sa Une en montrant ce triste personnage nez à nez avec un CRS

>> Lire aussi : Gilets jaunes : une brochette d’antisémites notoires et de fans de Dieudonné et de Faurisson sur les Champs- Élysées

Le mouvement Gilets Jaunes est un mouvement citoyen légitime, mais les extrêmes tentent de le récupérer, de le noyauter. Or à certaines mouvances d’extrême gauche et d’extrême droite partagent la haine antisémite. Pour eux, tous les malheurs du monde et de la France serait dus aux Juifs et/ou à Israël.

Soral, Dieudonné, Ruyssen en sont les portes paroles qui diffusent en permanence les discours de haine antisémite. A l’extrême gauche, le prétexte de la détestation d’Israël est le faux nez d’un antisémitisme qui n’ose dire son nom.

Tous ces antisémites utilisent la révolte citoyenne des Gilets Jaunes pour désigner les Juifs comme étant derrière Macron et son gouvernement, et donc que les Juifs seraient responsables de leurs malheurs.

DIEUDONNE-GILETSJAUNES

7795776415_dieudonne-a-paris-samedi-1er-decembre-2018

Si nous donnons un large écho aux Gilets Jaunes sur nos colonnes car nous considérons que leur colère est légitime, que le peuple a été trop longtemps oublié et méprisé par les élites intellectuelles et les politiques, nous tenons à mettre en garde tous les citoyens participants au mouvement contre cette dérive antisémite où les groupuscules d’extrême gauche et d’extrême droite tentent de les conduire.

Les Français juifs comme tous les autres citoyens subissent les mêmes impôts et les mêmes taxes, ils sont touchés de la même manière par la crise et de plus en plus sont sous les seuils de pauvreté comme l’ensemble des Français.

Montrer du doigt les Français juifs qui se cacheraient derrière Macron c’est du complotisme et surtout de l’antisémitisme, le même que celui pratiqué en Allemagne dans les années 30 où les nazis désignaient les Juifs comme responsables des malheurs de l’Allemagne. On sait jusqu’où ces délires antisémites sont allés : 6 millions de Juifs furent exterminés à cause de cette idéologie.

Profitant d’une révolte populaire, les antisémites obsessionnels font courrier de nombreuses menaces contre la communauté juive de France sur les réseaux sociaux.

Nous espérons que les vrais Gilets Jaunes ne se laisseront pas entraîner dans ces délires antisémites.

© Christian De Lablatinière pour Europe Israël News

« Macron pute à Juifs !!! » : Gilets Jaunes attention à la dérive antisémite où certains veulent vous pousser

(Source : Europe-Israël)

Après les fêtes de fin d'année, et l'hiver passé, qu'en sera-t-il du printemps..des "Gilets jaunes" ?..

Les gilets jaunes refleuriront-ils au printemps ?

il y a 1j

CHRONIQUE du jeudi 13 décembre 2018

Sur les ondes de RCF: @lien en attente

Vous allez nous parler des gilets jaunes, la suite. Emmanuel Macron est venu s’exprimer devant les Français, c’était lundi soir. Un discours dans lequel il a fait de nombreuses annonces, notamment la hausse du SMIC ou en tout cas de la prime d’activité. Il a fait d’autres annonces, l’annulation de la CSG pour les retraités qui gagnaient moins de 2000 € par mois. Quelles sont les conséquences de ces annonces du Président Emmanuel Macron ?

Et bien, Emmanuel Macron a essayé de faire comme en 1968, c’est-à-dire « on lâche de l’argent de différentes façons et cela devrait calmer les gilets jaunes ». Le problème est que cet argent qui est distribué, il faudra bien le prendre quelque part. Alors, en 68, on avait un peu le temps. On a pu mettre 2 ans, grâce à l’inflation, à récupérer un peu de ce qui avait été lâché, et puis une partie restait acquise parce que la croissance a permis de la consolider et au contraire, de s’en servir. Là, on est dans une situation totalement différente. Si on reste en l’état, avec des dépenses accrues d’une bonne dizaine de milliards et un déficit budgétaire qui va passer à 3,5, on aura une situation que l’on va payer à très court terme, à peu près à 6 mois. Donc, il est inéluctable que le gouvernement et Bercy s’efforcent de récupérer de l’argent beaucoup plus vite, et probablement dès les hausses de janvier.

De ce point de vue, effectivement, Emmanuel Macron est un peu « échec et mat » parce qu’il avait été élu pour faire des réformes, lesquelles devaient comporter des réformes conduisant à des économies, mais pas très rapidement, devaient comporter une réduction de la dépense publique, devaient comporter une incitation à la compétitivité des entreprises. Or, on constate qu’il a mis beaucoup d’argent en direction des entreprises, mais malheureusement distribué plutôt à l’instigation du MEDEF que des entreprises réellement exportatrices et performantes, que les réformes de structure ne sont pas allées très loin parce qu’elles sont faites de façon à ne fâcher personne, ce qui n’est guère une solution pour des réformes, et qu’on aboutit également là-dessus aussi à une impasse, qu’on a pris de l’argent surtout aux pauvres – c’est normal, ils sont plus nombreux – Mais maintenant, Emmanuel Macron va être devant une situation très difficile. Où va-t-il prendre de l’argent en janvier-février ? Devra-t-il ou acceptera-t-il de toucher à ses totems et en particulier de toucher plutôt à des gens très favorisés plutôt qu’à l’ensemble de la population et à l’ensemble des travailleurs qui se sont retrouvés avec un gilet jaune ? Donc là, c’est un peu délicat parce que ce que l’on peut craindre, c’est qu’on ait, là, jusqu’à la fin de l’année ou plutôt jusqu’avant Noël, quelques mouvements sporadiques encore, qu’après on aura la trêve des confiseurs qui est vraiment quelque chose de sacré en France. Puis qu’on va ensuite voir arriver des mesures créant des recettes, et ces mesures ont toute chance d’être assez mal perçues.

tournesol-champ-en-fleur-1024x650

JC, vous êtes en train de nous dire que le Président de la République et son gouvernement évidemment, vont avoir besoin de faire rentrer de l’argent dans les caisses ?

C’est indispensable.

La difficulté est de savoir à qui on va prendre cet argent.

Exactement, parce qu’après en avoir dépensé pas mal, il faut en trouver quelque part et si on doit en reprendre chez tout le monde, ceux qui auront touché un petit quelque chose vont se retrouver dépossédés rapidement de ce qu’ils venaient de toucher. Et le numéro de ce que j’appelle d’habitude le bonneteau, c’est-à-dire le jeu du dé et des 3 godets…

Que l’on voit souvent à Barbès à Paris.

Oui, ne va pas pouvoir se renouveler à nouveau vu l’exaspération des gilets jaunes qui ne vont, si j’ose dire, rentrer à la maison au chaud que parce que c’est Noël.

Et là, JC, vous avez peut-être envie de nous faire partager un petit moment.

Oui, je crois que, je vais faire un peu de météo. Le plus probable, ce qu’il risque de se passer, c’est qu’après des cadeaux de Noël, s’ils doivent être récupérés avant Pâques, les gens ne seront pas très contents. Et cela risque de correspondre aux deux vers de Brel dans le plat pays » [quand les fils de novembre nous reviennent en mai, quand la plaine est fumante et tremble sous juillet…] car là, on retomberait dans la chronologie habituelle des mouvements massifs en France. Il faut bien se rappeler qu’au mois de décembre, cela n’est jamais arrivé d’avoir un mouvement de masse. On est un peu dans le changement climatique. Il y a eu nombre de mouvements, de nombreuses choses importantes en France en décembre, surtout le 2 décembre à répétition, mais ce sont des modifications institutionnelles. Des manifestations de masse en décembre, cela n’existait pas, c’est une nouveauté. En revanche, le calendrier risque de revenir à des choses plus traditionnelles en constatant à la fin du printemps que le tour de passe-passe est à nouveau proposé et que le compte n’y est pas.

JC, vous avez employé vous-même le mot dans cette chronique, vous avez parlé d’une impasse. Cela veut dire que la situation va s’apaiser dans les semaines à venir, avant de reprendre de plus belle peut-être dans quelques mois ?

De plus belle, je ne sais pas, mais il me semble impossible qu’une solution soit mise en place et soit efficace dans d’aussi courts délais. Après avoir lâché beaucoup d’argent, même si c’est sans contrepartie d’équilibre budgétaire, il n’est pas possible de rectifier les réformes mal faites et de leur voir produire quelque chose en termes d’économie en aussi peu de temps. Donc ce sont des ressources impossibles. Après, la compétitivité ne s’est pas accrue au point de ramener des recettes ; j’ai même l’impression qu’elle ne s’est pas beaucoup accrue. Il ne reste que l’éternelle solution qui est de prélever sur l’ensemble des Français ou sur une partie d’entre eux. Alors, si Emmanuel Macron brise ou brûle ses totems en prenant aux très riches, la population pourrait être calmée, mais c’est assez peu probable.

Je vais vous prendre un exemple de réforme qui n’a pas donné d’économie sérieuse et qui date d’avant Emmanuel Macron. On a changé les régions, on a fait de très grandes régions, ce qui avait des avantages et des inconvénients, mais l’un des avantages possibles étaient les économies, or, on a fait attention à ne pas réduire d’un seul fonctionnaire, d’un seul centime les dépenses des nouvelles grandes régions à la place des anciennes. Tout cela est un exemple des réformes faites en contentant tout le monde, c’est strictement impossible.

JC, il nous reste quelques instants ensembles. On parle bien évidemment de l’impact direct sur la population, mais également la France, ce que cela coûte en économie. Il va y avoir peut être maintenant, des dommages vis-à-vis de l’Europe.

Déjà, nous étions partis sur un déficit budgétaire entre 2,5 et 2,8, et là, il va passer vers 3,5. Alors, ces 2,5 et 2,8 étaient en dessous des 3 de la convergence annoncée par l’Europe, mais…

Qu’Emmanuel Macron avait promis.

… mais surtout, tous les autres pays d’Europe pour l’essentiel étaient passés autour de 1 grâce à de la croissance. À partir du moment où nous, nous étions un peu en retard du peloton, mais que nous choisissons la roue libre, nous serons totalement largués du peloton et cela va se payer sur un certain nombre de choses, dont les taux d’intérêts qui nous seront faits pour les emprunts internationaux.

Merci, JC, on aura certainement l’occasion d’en reparler à travers d’autres chroniques d’actualité. Merci d’avoir été avec nous ce jeudi soir.

Les "Gilets jaunes" ou quand certains partis politiques sont pârtagés ou pris par la forme de..récupération..

Ne pas courir derrière Mélenchon avec un cierge ou un bâton…

Il y a 10h

perquisitions-edouard-philippe-choque-par-la-tres-grande-violence-des-images-de-jean-luc-melenchon-dans-quotidien-video

A l’inverse de certains qui aujourd’hui limitent leurs analyses politiques à l’illustration de leur haine pour Mélenchon, je ne suis pas particulièrement passionnée par lui, ni en bien, ni en mal. Pour moi il a toujours été le disciple de Mitterrand, un lambertiste c’est-à-dire ce qui ce fait de mieux chez les trotskistes d’anticommuniste. Il a poursuivi sa carrière avec Fabius également orfèvre en la matière, je n’ai jamais compris que le PCF en fasse son candidat à la présidentielle, crée une organisation dont il deviendrait le maître à la suite de cette élection et enfin alors qu’il avait dévoilé le mépris dans lequel il nous tenait que nous en faisions encore notre candidat à la présidentielle. J’ai dénoncé la manière dont Marie-Georges Buffet et les siens nous ont livrés pieds et poings liés à un politicien avec un tel profil, en utilisant des groupuscules non communistes pour faire fi de la volonté des communistes, ce qui a été poursuivi par Pierre Laurent quand il a refusé de tenir compte de la position de la conférence des secrétaires de sections et à  selon son habitude, joué le légitimisme de sa personne pour nous envoyer dans cette voie sans issue.

Le Manifeste a été un sursaut, un cri de refus de ces erreurs stratégiques. Poursuivre dans le choix de l’aliénation est persévérer d’une manière diabolique. En faisant de Mélenchon l’horizon indépassable de notre politique.

Mon diagnostic ne m’a jamais empêchée d’apprécier certaines de ses prises de position en particulier au niveau international, à propos de Cuba et du Venezuela il a montré un courage politique qui a manqué aux directions du parti qui se sont succédées, toujours Marie-Georges buffet et Pierre Laurent. Il a dans ce domaine des compétences et un engagement qui leur manque.

Ce que je lui reproche n’est pas d’être un social démocrate digne de ses parrains qu’il n’a jamais renié mais d’en poursuivre l’œuvre: réduire à néant le PCF, Je dois d’abord le reprocher à ceux qui l’ont fait roi et ont soumis le PCF à ses foucades et à son anti-communisme. Mais ce reproche il en a sa part qui le décrédibilise, comme disait Sartre, tout anticommuniste est un chien. Critiquer telle ou telle position, action du parti communiste est sain, normal, mais faire de sa disparition, de sa perte de possibilité d’action son objectif c’est sur le fond montrer à quel camp on appartient quoiqu’on en dise. Celui qui se donne comme tâche prioritaire de réduire le parti est de fait l’allié du capital. Il faut le combattre et le dénoncer pour ce rôle, pour la manière dont de ce fait il dupe ceux qu’il prétend représenter. Sa vanité parfois puérile montre assez ce qu’on peut en attendre. Ce n’est pas ce que j’attends d’un responsable politique dont le modèle demeure pour moi quelqu’un comme Ambroise Croizat, résistant, ouvrier sorti de l’école à 14 ans et ayant acquis une compétence qui a fait de lui l’homme qui a créé la sécurité sociale et est mort à la tâche à 50ans. Le PCF et ses dirigeants doivent ressembler à cet homme et pas songer à leur ego.

A ce titre je salue l’attitude de la direction actuelle du PCF qui se fait respecter, ce qui ne l’empêche pas d’accepter l’unité dans des circonstances précises et bien délimitées.

Mais aujourd’hui, il y a ceux qui conseillent au PCF de faire alliance avec ceux qui sur l’Europe ont le même programme que Macron, à savoir le PS, l’inénarrable Glucksman et Hamon, tout ça pour faire la nique à Mélenchon, cela prouve à quel point sous le prétexte de la colère on lui est soumis, dérisoire et bien digne de ceux qui ne cessent de se faire piéger parce qu’il confondent poussée d’adrénaline et politique, parce qu’ils font de la politique comme un jeu et oublient ceux qu’ils doivent servir; ils sont soumis de toute part à la social démocratie. C’est contraire à l’espérance du manifeste.

Autre exemple, dans l’actualité, le référendum d’initiative populaire. Mélenchon a raison de dire que cela fait partie de son programme. Il l’a emprunté au Venezuela de Chavez. C’est l’aspect le plus respectable de Mélenchon que cet engagement et personnellement, si je m’en réfère au Venezuela,  je ne puis qu’adhérer à une telle mesure qui permettrait peut-être le rétablissement- de l’ISF et d’une fiscalité plus juste. En tous les cas elle a été un des boucliers du Venezuela révolutionnaire en donnant la parole aux opprimés, qui encore aujourd’hui refusent de céder devant les diktats des USA et de l’oligarchie comme aux avis de l’Europe et de Macron sur le régime qui leur conviendrait. Cependant que ce soit au Venezuela révolutionnaire qu’a été utilisé ce moyen institutionnel ne doit pas nous faire oublier le fond des revendications des gilets jaunes, le pouvoir d’achat, l’ISF, le SMIC au profit de ce qui peut être dans notre contexte une entourloupe de plus. Là encore Mélenchon n’est ni un oracle ni un repoussoir. Ce qui compte là encore c’est l’intérêt du mouvement, des pauvres gens qui n’en peuvent plus et ce qu’ils attendent des communistes, c’est un combat à leurs côtés, pas pour se faire mousser comme on dit naïvement.

Personnellement je refuse de courir derrière Melenchon avec un cierge ou avec un bâton, je ne me détermine pas par rapport à lui mais par rapport à la politique que je veux défendre, en particulier pour le monde du travail et les couches populaires.

Danielle Bleitrach

Quand la police en fait un peu trop..

On fera de vous «une classe bien sage»

il y a 1j

1178259-mantes-la-jolie-arrestation-lyceen-compte-violences-policieres-1

Dans un texte lu le 13 décembre, dans le cadre d’une soirée consacrée à la question des dérives autoritaires, l’écrivain Jérôme Ferrari, prix Goncourt 2012, revient sur les violences policières qui ont émaillé les mobilisations des « gilets jaunes », les interpellations préventives et les images de l’arrestation des lycéens de Mantes-la-Jolie.

Le dimanche 2 décembre, j’ai traversé le 8ème arrondissement pour me rendre à Orly. Sur le boulevard Haussmann, il y avait encore quelques barrières de chantier empilées, de grands panneaux de contreplaqués sur les vitrines et je n’ai pas pu retirer de liquide, au désespoir du chauffeur de taxi, parce que les distributeurs automatiques avaient été cassés. Pour un lendemain de guerre civile, c’était quand même assez décevant. Je ne suis pas journaliste mais il me semble que Paris n’offrait qu’une ressemblance assez lointaine avec Beyrouth en 1982 ou Vukovar en 1991 et ne pouvait, avec la meilleure volonté du monde, faire figure de candidat sérieux à l’illustration du chaos. Bien sûr, il y a eu des dégradations et des pillages – de la violence, donc. C’est vrai. Un article paru sur le site du Monde le 12 décembre nous donne d’ailleurs une idée claire du niveau de cette violence. Qu’on en juge :

Mais, en fin d’après-midi, une horde de pilleurs défonce la vitrine de la petite boutique et la pille sous les yeux de voisins terrifiés et de badauds sidérés. Plusieurs d’entre eux filment la scène avec leur smartphone. Une voisine s’interpose, en se faisant passer pour la gérante : « Dégagez. Dégagez. Je suis la propriétaire de la boutique », hurle-t-elle, tout en filmant les pilleurs avec son téléphone. Les derniers pilleurs décampent.

La férocité de la horde qu’une voisine terrifiée mais heureusement armée d’un smartphone suffit à faire décamper donne évidemment le frisson. Cet extrait est assez révélateur de la modération sémantique dont font preuve les médias quand il s’agit de décrire les manifestations – et encore n’ai-je pas cité les éditorialistes des chaînes d’info continue. Pour avoir une idée de leur virtuosité à manier l’hyperbole répugnante, il suffit de consulter le blog de Samuel Gontier qui s’inflige quotidiennement le spectacle des Barbier, Giesbert et Elkrief avec une abnégation confinant à la sainteté.

Peut-être vivons-nous dans une société si apaisée que le moindre débordement, la moindre incivilité nous apparaissent comme insupportables.

Nous serions saisis d’horreur à la vue d’une poubelle en flammes. Notre délicate sensibilité nous ferait voir un émule de Pol-Pot dans chaque pilleur de magasin de souvenirs. Nous n’aurions foi que dans les vertus du dialogue raisonnable et fraternel pour résoudre les conflits politiques. Après tout, nous vivons dans une belle et grande démocratie qui garantit à chacun le droit de s’exprimer sans recourir à la violence.

Cette explication charitable est évidemment fausse, et pas seulement fausse mais odieuse et indécente. Car la violence bien réelle de la police n’émeut pas grand monde sur les plateaux de télévision – je parle ici, je le précise parce qu’il faut bien que les mots signifient de temps en temps quelque chose, de mains arrachées et d’orbites fracturés, pas de la vandalisation d’un distributeur automatique. Pourtant, de très nombreux témoignages et des vidéos attestent de manière incontestable que les bien-nommées forces de l’ordre ont systématiquement eu recours aux matraquages, aux tirs de flash-balls et aux grenades de désencerlement alors même qu’elles ne faisaient face à aucune menace immédiate. Y a-t-il ici matière à sidération ?

« La République a le droit de se défendre », justifie Bruno Dive, de Sud-Ouest. « Ça se fait dans le cadre de l’État de droit, de la justice, certifie l’“économiste” Nicolas Bouzou. Donc y a aucun problème. »

C’est ainsi que, depuis des semaines, l’euphémisme répond systématiquement à l’hyperbole dans une dialectique particulièrement abjecte qui n’a pas d’autre but que de justifier a priori la disproportion de la riposte de l’État.

Le message est très clair : votre colère, vos revendications, votre simple velléité de manifester constituent une violence intolérable qui justifie les interpellations préventives. Entre vos mains, des fioles de sérum physiologique, des masques de protection, des pétards dont l’usage est déconseillé aux moins de douze ans deviennent des armes d’une « dangerosité manifeste ». Entre les mains des policiers, le LBD 40 et la grenade GLI-F4 sont des jouets inoffensifs et, bien sûr, éminemment républicains. Si une vieille dame est blessée chez elle par l’explosion d’une lacrymogène et décède le lendemain d’un arrêt cardiaque sur la table d’opération, il ne faut donc pas s’étonner que le procureur de Marseille affirme sans rire qu’il n’y a aucun lien entre les deux événements. Je ne doute pas que dans l’exercice quotidien de son métier, il fasse un usage aussi prudemment sceptique du principe du causalité.

La violence qui vous touche n’est pas une violence, elle n’existe pas, elle n’est rien.

Vous ne comprenez pas qu’on ne veut que votre bien. Vous ne comprenez pas grand-chose, en vérité. Il faut tout vous expliquer, faire preuve de pédagogie, comme avec les enfants parce que vous êtes des enfants. Mais vous prenez tout mal. Quand le président dit qu’en traversant la rue, il vous trouve du travail, c’est juste une maladresse, ou c’est trop subtil pour vous, peu importe que, par contraposée, cette phrase signifie exactement : si vous ne trouvez pas de travail, c’est que vous ne vous êtes même pas donné la peine de traverser la rue, que vous êtes donc des branleurs, des feignasses incapables de faire des efforts pour vous en sortir. Et si vous êtes rétifs à la pédagogie, on vous punira, comme on punit les enfants, c’est-à-dire, si j’ai bien compris, en vous faisant vous agenouiller en ligne face à un mur, les mains derrière la tête et en filmant votre humiliation. On fera de vous « une classe bien sage ». Et puis ça vous fera un souvenir, ainsi que le remarque avec une admirable humanité celle qui fut jadis la candidate de gauche à l’élection présidentielle.

Je crains de m’être un peu trop laissé aller à des considérations morales. Il faudrait peut-être conclure sur un plan strictement pragmatique. Après tout, ces pratiques peuvent être à la fois ignobles et efficaces. Le policier qui compare les lycéens de Mantes à « une classe bien sage », réflexion qui sonne à mes oreilles d’enseignant laxiste et paranoïaque comme un reproche ironique, a tout à fait raison : en employant ses méthodes, nous n’aurions jamais affaire qu’à des classes bien sages. Si on pouvait taser les retardataires et les bavards, gazer les plagiaires, ramener les insolents à la raison à coups de flash-balls ou, tant qu’à faire, exécuter pour l’exemple les élèves perturbateurs, nous ferions tous cours dans un silence de cathédrale.

Hélas, la peur n’est pas la paix, la contrainte n’est pas l’autorité, la force n’est pas la justice, l’avilissement n’est pas la sanction. En ayant systématiquement recours à la peur, la contrainte, la force et l’avilissement, le gouvernement ne se montre pas seulement ignoble mais inefficace parce qu’il ne produira que de la haine. Que cette haine soit ou non justifiée est hors de propos : elle est seulement un effet nécessaire de la façon dont le gouvernement conçoit le dialogue social et le maintien de l’ordre.

J’ai un peu honte d’avoir à formuler une conclusion d’une trivialité si consternante. Il n’est évidemment pas difficile de comprendre que si l’on me matraque en me traitant d’imbécile et en affirmant par-dessus le marché que c’est de ma faute, on ne doit pas s’attendre à ce que je m’en trouve tout pétri d’amour et de gratitude. Il faut croire que nos gouvernants ont développé une forme d’intelligence supérieure qui les rend insensibles aux charmes de l’évidence. Voilà qui, je l’avoue, me sidère davantage qu’une vitrine défoncée.

———

Avant d’être publié sur Mediapart, ce texte a été lu par le réalisateur Thierry de Peretti, jeudi 13 décembre, dans le cadre d’une soirée consacrée à la question des dérives autoritaires, soirée à laquelle ont notamment participé Virginie Despentes, Éric Vuillard, Nathalie Quintane, Frédéric Lordon, Corinne Masiero, Marwen Belkaïd, Alain Guiraudie, Mathilde Larrère, Gérard Noiriel, Gérard Mordillat, Guillaume Mazeau et bien d’autres…

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Le blog de Jérôme Ferrari
Article tiré de Mediapart  le 13 décembre 2018

 Le "Pacte de Marrakech" et l'immigration massive..imposée..

Immigration : El Sissi plus honnête que Macron, Merkel et Trudeau

Il y a 4h

Abdel_Fattah_el-Sisi

Dans le cadre du Forum Mondial de la Jeunesse qui s’est tenu récemment en Égypte, le président d’Égypte El Sissi a participé à une séance où il a répondu aux questions des jeunes. J’ai traduit de l’arabe sa réponse à une question concernant l’émigration.

El Sissi: La deuxième question m’est posée par Mohammed Kassim (un jeune afghan): Pourquoi les chefs d’États mondiaux ferment leurs portes à l’immigration?

Je n’ai certainement pas l’intention de renchérir sur cette question. Chaque État a le droit de protéger sa population et voir à ses intérêts. Il doit respecter les droits de l’homme bien entendu, mais dans un cadre qui lui permet de préserver ses intérêts nationaux.

Permettez-moi de vous dire ceci: au lieu de me demander pourquoi ces pays ferment leurs portes, demandez-vous plutôt pourquoi les afghans en Afghanistan ne se préoccupent pas du sort de leur pays.

Pourquoi s’acharnent-ils depuis quarante ans à s’entretuer et à s’autodétruire? Cette question se posent également pour d’autres pays comme le Pakistan et… l’Égypte aussi. Elle se pose aussi pour la Syrie, l’Irak, la Lybie, le Yémen et la Somalie. Pourquoi nous nous comportons de cette façon?

Nous nous déchirons à l’intérieur de nos pays et après nous demandons à des États laborieux qui triment nuit et jour, qui s’efforcent à conserver leurs acquis, à protéger leur population, à maintenir leur niveau de vie et de développement…

Nous leur demandons de partager avec nous le fruit de leur labeur, simplement parce que nous nous disputons entre nous! Voyons donc! Remarquez que je ne suis ni pour eux, ni contre eux, j’essaie simplement d’être objectif et équitable dans ma façon de voir le problème.

Nous avons l’obligation de nous critiquer nous-mêmes: Est-ce que nous protégeons nos propres États? Les leaders des États dont je parle (les États musulmans) n’ont-ils pas l’obligation d’être plus équitables, plus respectueux et plus attentionnés à l’égard de leur population?

Et n’ont-ils pas le devoir de faire des concessions, de se mettre à table et régler leurs problèmes, que ce soit en Afghanistan, en Syrie, en Irak ou en Lybie? Pourquoi ne le font-ils pas? Tu en veux au chef d’États européens, que ce soit en Angleterre, en Allemagne, en Italie ou ailleurs, qui ferment leurs frontières pour protéger le fruit de longues années de labeur et d’effort consacrés à édifier une société évoluée!

Nous demandons qu’ils nous ouvrent leurs portes, alors que nous voulons imposer notre culture, bien qu’elle soit très éloignée de la leur, en particulier dans le domaine du travail et de l’effort.

Notre éthique du travail est différente de la leur, ils ont une éthique rigoureuse, ils ne s’accordent pas de passe-droits ou de laisser-aller dans le domaine du travail ou de la formation. À l’opposé nous nous permettons, quelques fois d’une manière exagérée, des passe-droits et de la complaisance.

Tu as l’intention d’imposer ta culture? Pour ne blesser personne je dirais ceci: en tant qu’immigrant j’apporte avec moi ma culture égyptienne, je veux tout avoir sans me fatiguer! N’est-ce pas que cette culture est bien la nôtre?

De hauts responsables m’ont posé cette question: « pourquoi avez-vous autant de main-d’œuvre non productive? » Je leur réponds que nous avons nos façons de faire et nos habitudes, elles correspondent à ce que nous sommes et nous ne pouvons pas les changer sans causer des heurts et des perturbations.

Tu veux émigrer avec ta culture, qui pour toi ne peut être remise en question? Tu veux l’imposer en prétextant qu’il s’agit d’un droit humain? Non!

Et à propos si tu vas dans un pays qui accepte de t’accueillir, tu dois respecter, mais d’un respect absolu, ses lois, ses coutumes, ses traditions et sa culture.

Mais tu n’as pas cette disposition d’esprit, en fait nous ne sommes pas du tout dans cette disposition d’esprit, alors il ne faut pas y aller. Tu veux qu’ils t’ouvrent la porte, pour que tu entres et qu’après cela tu leur crées des problèmes? Non!

Moi je ne suis pas en train de les défendre, Non par Allah! Je juge simplement d’après ce que je vois et ce que je comprends des évènements qui se déroulent à ce sujet. Ce n’est pas possible, cela fait plus de quarante ans que vous vous entretuez et vous voulez que je vous laisse entrer? Non!

Vous voulez résoudre vos problèmes? Résolvez-les dans vos pays. Voilà pourquoi je dis aux égyptiens: « prenez soin de votre pays! » Tel est mon message. Au lieu de demander aux autres de nous ouvrir leurs portes, faisons en sorte que notre terre nous suffise, et en fait elle nous suffit.

En Égypte il y a suffisamment de place pour tous les égyptiens; nous devons éviter d’entrer en lutte les uns contre les autres et ainsi de tout démolir, faute de quoi les jeunes choisiront de partir vivre ailleurs… Non c’est inacceptable!

Nous devons faire face résolument à nos problèmes, mettre fin à l’effusion de sang dans nos pays, faire preuve de lucidité et d’intégrité dans nos interactions, favoriser le dialogue et le débat. Je ne suis pas contre l’émigration, ceux qui nous ouvrent la porte je leur dit Merci votre geste est apprécié. En ce qui concerne ceux qui nous ferment la porte, je dis qu’en cela nous n’avons de reproches à adresser qu’à nous-mêmes.

Mes commentaires

J’entends déjà les grincements de dents des immigrationistes islamophiles, je perçois également la rage des mondialistes, ennemis déclarés des nations.
En effet le président el Sissi leur coupe littéralement l’herbe sous le pied; tout leur échafaudage idéologique s’écroule. El Sissi est un égyptien authentique, un nationaliste qui aime l’Égypte et qui veut en faire un objet de fierté. Son attachement viscéral à sa terre natale le rend imperméable à l’idée de conquérir l’Occident pour y imposer l’islam et la charia.

Il fait sienne cette maxime: « si je n’étais pas égyptien, j’aurai certainement aimé l’être ». Cette formule élaborée au début du vingtième siècle est proche de l’énoncé selon lequel tout homme a deux patries, la sienne et puis la France.

En tant que nationaliste convaincu, el Sissi comprend parfaitement le nationalisme des peuples européens. Malgré sa foi, il trouve inacceptable l’idée d’introduire un cheval de Troie islamique dans les pays d’accueil.

Son sens politique l’amène aussi à souhaiter que les peuples européens préservent leur culture, laquelle est garante de leur succès et de leur survie. Il voit d’un fort mauvais œil le changement radical opéré par l’immigration islamique en Europe.

Si cette dernière venait à s’effondrer dans la violence comme cela se passe au Moyen-Orient, alors l’Égypte se retrouverait en perdition civilisationnelle. Privée de l’oxygène que lui procure la civilisation occidentale, l’Égypte mourra d’asphyxie islamique.

La question de l’immigration est l’enjeu central des européennes .

8 oct. 2018

europe-1

A l’image d’Orban en Hongrie ou de Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen entend faire du scrutin européen un référendum pour ou contre l’immigration, estime, dans sa chronique, Gérard Courtois, éditorialiste au « Monde ».

Le paysage des élections européennes de mai 2019 se dessine à vive allure depuis la rentrée. Certes, la configuration des forces en présence est encore floue. […]

Mais le terrain sur lequel va se mener la bataille ne fait guère de doute : plus que l’avenir de l’Union européenne elle-même et de sa capacité à exister collectivement dans un monde chamboulé notamment par le protectionnisme américain ou l’émergence de la puissance chinoise, c’est la question de l’immigration qui est en passe de s’imposer comme l’enjeu central.

Partout ou presque en Europe, de la Hongrie à l’Italie, en Allemagne ou en Pologne, en Autriche, en République tchèque ou dans les pays scandinaves, des partis de droite ultraconservatrice ou d’extrême droite affichée soit ont accédé au pouvoir, soit ont le vent en poupe.

Et tous ont fait du rejet de l’immigration leur cheval de bataille. Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, l’a résumé brutalement, le 28 août à Milan, lors d’une rencontre avec le ministre de l’intérieur et leader de l’extrême droite italienne, Matteo Salvini : «Il y a actuellement deux camps en Europe. Macron est à la tête des forces politiques soutenant l’immigration. De l’autre côté, il y a nous qui voulons arrêter l’immigration illégale.» […]

Retrait de l’Autriche du Pacte mondial sur les migrations, ce texte de l’ONU soutenu par le pape François

6 nov. 2018

kurz

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, ou Global Compact sur les migrants et réfugiés, qui doit être signé par les Etats membres de l’ONU en décembre à Marrakech, au Maroc, est de plus en plus critiqué. L’Autriche, l’Australie et la Hongrie ont déjà suivi l’exemple des Etats-Unis en annonçant leur retrait, devant le risque de voir créé un droit international à la migration. Même si le texte adopté en juillet à l’ONU n’est pas un accord contraignant, l’expérience montre qu’il sera probablement utilisé pour faire pression sur les Etats-nations et que des tribunaux comme la Cour européenne des droits de l’homme ou la Cour de Justice de l’UE pourraient l’invoquer pour justifier leurs décisions. D’autant qu’il a obtenu le soutien appuyé de la Commission européenne et du pape François.

Le chancelier Sebastian Kurz a fait savoir mercredi, au grand dépit de la Commission européenne, que l’Autriche ne fera pas non plus partie des signataires à Marrakech. Question de souveraineté. Donald Trump, qui le premier a retiré son pays des négociations en décembre dernier, invoquait la même raison : il n’était pas question de se laisser lier les mains par ce type de texte onusien en matière de politique d’immigration. Pour le gouvernement hongrois, qui a annoncé son retrait en juillet, ce pacte « représente un danger pour le monde ; il est contraire aux intérêts de l’Europe ». Pour le ministre de l’Intérieur australien, qui signifiait début août le refus de ce pacte, « dans sa forme actuelle », par le gouvernement dont il fait partie, c’est comme pour le président américain une question de souveraineté nationale.

La décision de l’Autriche a tout pour déplaire au pape François

Le pape François est doute déçu lui aussi, puisqu’il soutient ouvertement ce Pacte mondial et, contrairement à ses prédécesseurs, le devoir d’accueil illimité des Etats européens. François vient justement d’annoncer dans un message au Forum social des migrations 2018, qui se tient dans la capitale du Mexique, la présentation d’un plan en 20 points qui se veut une contribution au Global Compact de l’ONU. Selon l’annonce qui en a été faite, ces 20 points s’articulent autour de la notion d’accueil, de protection, de promotion et d’intégration des immigrants. Il s’agit pour le pape argentin de « donner une voix aux sans-voix », c’est-à-dire entre autres « aux migrants, aux réfugiés et aux personnes déplacées, qui sont ignorés, exploités, violés et victimes d’abus dans le silence coupable de beaucoup ». Le pape François a encore indiqué que nombre des principes et mesures dont il est question dans le document du Vatican coïncident avec les déclarations des ONG.

De plus en plus de pays européens hostiles au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

Mais face à Juncker et aux commissaires européens ouvertement favorables à l’immigration de masse (Avramopoulos, Mogherini…), face aux ONG pour beaucoup financées par Soros, l’homme-lige des Rothschild, face à des responsables politiques comme Merkel et Macron et face à l’actuel évêque de Rome, un nombre croissant de gouvernements font marche arrière sur ce Pacte mondial sur les migrations. C’est ainsi que vendredi, lors de rencontres intergouvernementales germano-polonaises à Varsovie, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki à fait savoir à Angela Merkel que la Pologne ne signerait probablement pas le Global Compact. C’est la recommandation que lui avait faite son ministre de l’Intérieur il y a un mois en invoquant des questions de sécurité nationale.

En Croatie, une polémique s’est déclenchée entre la présidente Kolinda Grabar-Kitarovic, hostile au Pacte mondial pour les migrations, et le ministre des Affaires étrangères qui y est favorable. En Tchéquie, après l’annonce autrichienne, le Premier ministre Andrej Babiš a également fait connaître jeudi son intention probable de ne pas signer ce pacte. Babiš dit ne pas aimer ce texte en raison de ses déclarations vagues qui peuvent être interprétées de manière abusive en faveur d’un droit à l’immigration ; il cite justement le retrait des Etats-Unis, de la Hongrie, de l’Autriche et sans doute bientôt de la Pologne.

Cet effet domino arrivera-t-il jusqu’à la France ? Macron étant au pouvoir, certainement pas. L’Italie paraît mieux placée aujourd’hui pour être le prochain pays européen à se retirer du « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières »… sur le papier, et surtout massives, dans les faits.

Olivier Bault

La Pologne ne signera pas le pacte mondial pour la migration

28 nov. 2018

pologne

Le gouvernement polonais a annoncé à son tour mardi qu’il ne signerait pas le pacte mondial pour la migration validé en juillet dernier par tous les pays membres de l’Onu sauf les Etats-Unis. /Photo d’archives/REUTERS/Ints Kalnins

VARSOVIE (Reuters) – Le gouvernement polonais a annoncé à son tour mardi qu’il ne signerait pas le pacte mondial pour la migration validé en juillet dernier par tous les pays membres de l’Onu sauf les Etats-Unis.

« Ce document ne répond pas aux exigences de la Pologne qui veut de solides garanties pour que chaque pays ait le droit de décider en toute indépendance quels migrants il accepte de recevoir », précise le gouvernement dans un communiqué.

Varsovie reproche aussi au pacte de ne pas faire suffisamment la différence entre immigration illégale et immigration légale.

La Pologne rejoint ainsi la Hongrie et l’Autriche, qui ont annoncé qu’elles ne signeraient pas le mois prochain à Marrakech, au Maroc, le « pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulée ». La Bulgarie devrait également les imiter.

A Bratislava, le ministre slovaque des Affaires étrangères, Miroslav Lajcak, a menacé de démissionner si son pays rejetait à son tour le pacte. Il a dénoncé « les populistes, les xénophobes et les nationalistes qui répandent des mensonges sur ce texte ».

Mardi, le Premier ministre slovaque a dit craindre que son pays, s’il signe ce document, ne doive accueillir plus de migrants qu’il ne le souhaite.

Le Parti national slovaque (SNS), membre de la coalition gouvernementale, a clairement annoncé son intention d’empêcher que la Slovaquie ratifie l’accord. Un vote est prévu au Parlement fin novembre ou début décembre.

Le principal parti d’opposition, la formation eurosceptique Liberté et Solidarité (SaS), est également hostile au pacte, tout comme le Parti populaire (extrême droite).

(Joanna Plucinska, avec Tatiana Jancarikova à Bratislava; Guy Kerivel pour le service français)

La Bulgarie se retire du Pacte mondial pour les migrations de l’ONU… Un de plus.

15 nov. 2018

A son tour, la Bulgarie souhaite se retirer du Pacte mondial pour les migrations de l’ONU, a indiqué lundi un représentant du parti conservateur au pouvoir, rejoignant la position de la Hongrie et de l’Autriche, ainsi que des Etats-Unis.

« La position du gouvernement bulgare est de ne pas adhérer au pacte mondial pour la migration de l’ONU », a déclaré Tsvetan Tsvetanov, vice-président du parti GERB dirigé par le Premier ministre conservateur Boïko Borissov.

Imaginé pour imposer aux Etats des directives communes en matière de gestion et d’accueil de l’immigration, le contenu du Pacte mondial pour les migrations de l’ONU a été négocié durant plus de 18 mois, validé en juillet et sera formellement adopté par l’ensemble des signataires lors d’un sommet à Marrakech les 10 et 11 décembre 2018.

L’Autriche se retire du pacte de l’ONU sur les migrations

31 oct. 2018

sc3a9bastien-kurz

Le gouvernement autrichien a annoncé aujourd’hui son retrait du pacte de l’ONU sur les migrations, qui sera formellement entériné en décembre et auquel le pays dit s’opposer,comme la Hongrie et les Etats-Unis, pour « défendre sa souveraineté » en matière d’immigration.

« Le gouvernement a convenu (…) de ne pas signer le pacte des Nations Unies sur la migration et ainsi de ne pas lier l’Autriche », a indiqué un communiqué de la coalition dirigée par le chancelier conservateur Sebastian Kurz avec le parti d’extrême droite FPÖ.La formation d’extrême droite faisait campagne depuis plusieurs semaine pour que Vienne boycotte ce texte considéré comme le premier document international sur la gestion des migrations.

Les pays de l’ONU, à l’exception des Etats-Unis, ont approuvé le document en juillet. Quelques jours plus tard, la Hongrie avait annoncé son retrait de cet accord, qui doit être entériné par l’ensemble des signataires lors d’un sommet à Marrakech les 10 et 11 décembre.

[…] Le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache avait dit craindre que le document ne consacre « un droit à la migration »

Le gouvernement hongrois de Viktor Orban avait de son côté dénoncé un pacte jugé« dangereux », car il « incitera des millions de personnes à prendre la route ». La Pologne a récemment fait part de son intention de rejeter aussi le texte. Washington s’était retiré fin 2017 de l’élaboration du document en affirmant qu’il comprenait des dispositions contraires à la politique d’immigration de Donald Trump.
Le pacte de l’ONU préconise notamment de renforcer la coopération internationale pour répondre au phénomène mondial des migrations. Il recense une série de principes – défense des droits de l’homme, des droits des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale, etc – et comprend un catalogue de mesures pour aider les pays à faire face aux migrations: améliorer l’information, mesures pour mieux intégrer les migrants, échange d’expertises…

Pour conclure

Le gouvernement est dans une "impasse" totale et sans réelle solutions à apporter face, non seulement à ce mouvement des "Gilets jaunes", mais également leurs revendications, somme toute légitimes, au-delà des promesses comme de ces formes de mesurettes, ou "compensations", en accompagnement, au regard, non seulement, des fêtes de fin d'année (sans avoir besoin de parler de..Noël..), mais bien après, je veux dire après Nouvel An,et jusqu'à l'approche de ces prochaines élections Européennes, nouvel enjeu, politique et électoral pour Macron comme pour son groupe La République En Marche...

Ce gouvernement est face à un grand dilemme !..