Screen-Shot-2019-01-02-at-6

 

5G..Plus connecté..tumeur ?..

images (26)

téléchargement (10)

5g-dangers-678x381

5G-dangerous-678x381

Les conséquences sur le cerveau..

head-radiation

Photo ci-dessus, images IRM de l’évolution des effets dus aux ondes électromagnétiques sur un enfant de 5ans, de 10 ans, et..un adulte..

6935726-10604002

aap

5g-lultra-haut-debit-mobile-sera-t-il-dangereux-pour-la-sante-1301843

Le réseau 5G pourrait transformer des millions de vie en cauchemar !...

WiGLE

371x269_5G

Le choix de développer la téléphonie 5G est basé sur une vitesse accrue du réseau, mais ses conséquences sur la santé ne sont pas prises en compte !

iStock-945073008-1

Préambule

6935726-10606093

  EN CES TEMPS OU L’HYPERCONNEXION EST LA NORME , l’information 2.0 fait irruption à tout moment dans nos vies, nous maintenant dans l’attente fébrile et incessante de nouveaux développements dans le fil intarissable de l’actualité globalisée. Mais s’agit-il toujours de nous informer ?

Rumeurs, théories du complot, approximations politiciennes, greenwashing, canulars, insinuations climatosceptiques, falsifications prétendument scientifiques, bidonnages journalistiques, publicités déguisées, prêches apocalyptiques…

Difficile de trouver des repères fiables dans cette cacophonie.

N’importe qui aujourd’hui peut nous adresser « du contenu », sans le moindre filtre ou presque. L’information est ainsi devenue pour certain un matériau ductile, façonnable à l’envi par la magie de la post-vérité, du buzz ou de la pseudo déconnade, l’enjeu étant pour ces manipulateurs de tout poils de capter notre attention et d’emporter notre adhésion – en jouant le plus souvent avec nos émotions – ou de susciter le soupçon en semant dans notre esprit les germes du doute…

La course à l’audience et au profit conduit chacun à publier tout et n’importe quoi.

L’état de notre planète et celui de notre société, qui se dégradent rapidement, nous invitent pourtant à procéder à des choix éclairés. Pour cela, nous devons faire preuve de vigilance vis-à-vis des messages qui nous sont envoyés, d’où qu’ils proviennent et aussi fascinants qu’ils puissent paraître. Il nous faut prendre le temps de la réflexion et de l’analyse critique, du débat aussi, toujours fécond. Nous garder de diffuser à notre tour des nouvelles dont nous n’avons vérifié ni l’origine, ni la véracité. Nous appuyer, enfin, sur des médias bien identifiés, de qualité et indépendants des enjeux de pouvoir et d’argent…

Pour ne plus être les marionnettes de ce jeu de dupes.

Par Stéphan Ferry.

(je tiens à préciser  que ce texte ci-dessus a été repris dans l’éditorial de la revue La Maison écologique n°109 de février-mars 2019)

6935726-10603772

6935726-10625995

Il ne fait pas bon vivre à proximité immédiate des antennes relais..

1195951-antenne-mobile-paris

Un mât d'antenne relais à Paris en 2010 Photo Loïc Venance. AFP

iStock-1056646166-300x189

La cohabitation avec les antennes relais ne fait pas bon ménage..

res_5G-article

Déjà au début, et après les premières évolutions lentes, en parlant de 2G, puis 3G, tous les moyens étaient bons pour attirer et prendre une forme de clientèle et clients, de la part de certains opérateurs..

6935726-10673216

Photo ci-dessus d’une affiche publicitaire « agressive » visant même une population très jeune.

6935726-10603999

Remarque

6935726-10641785

Chacun peut d'ailleurs remarquer l'omniprésence du portable lorsque l'on indique son numéro de téléphone fixe à un contact, en précisant que l'on serait joignable sur le fixe, il y a 9 chances sur 10 pour qu'on vous appelle tout de même sur le portable sans même essayer le téléphone fixe par la suite ! Pour peu que vous soyez un modéré du portable, il peut vous arriver de manquer quelques rendez-vous ! Parfois, votre interlocuteur oubliera l'information essentielle et vous dira : "vous n'êtes pas là... merci de rappeler...". Sous entendu, "vous souhaitiez être rappelé mais êtes absent, c'est donc votre faute"... Vous étiez peut-être en voiture et avez eu la bonne idée de ne pas répondre ! 

winter_optina

« Si tu veux parler à Dieu, arrête-toi, choisis un endroit calme et parle-Lui...

Si, par contre, tu veux Le voirenvoie-Lui un SMS en conduisant. » *

 * Lu sur une affiche le long de la route en Floride....

6935726-10604972

6935726-10603754

Introduction

Plus connecté tumeur ?..

6935726-10625725

Photo ci-dessus le rapport dangereux entre le téléphone mobile connecté et le cerveau d’un enfant.

Dans un rapport rendu public début novembre, le National Toxicology Program (programme national de toxicologie des Etats-Unis) conclut à la dangerosité des radiofréquences employées pour la 2G et la 3G. Les recherches menées depuis dix ans ont notamment permis aux scientifiques d’établir un lien clair entre des tumeurs cancéreuses au cœur apparues chez des rats et leur exposition intensive à ce type d’ondes (il faut rappeler que pour la comparaison, l’espèce rat, dans le cadre d’études menées, dont en laboratoires, est celle qui s’apparente et sinon peut se comparer à l’être humain pour les effets sentis ou ressentis). Un résultat qui, s’il n’est pas forcément transposable à l’humain, devrait cependant inciter à la prudence. Cela tend en tout cas à bousculer l’hypothèse selon laquelle les ondes électromagnétiques ne poseraient pas problème tant qu’elles ne chaufferaient pas significativement les tissus. Les chercheurs ont l’intention de poursuivre leurs recherches et de s’intéresser aux technologies plus récentes telles que la 4G, la 5G et le wifi..

6935726-10605007

TÉLÉPHONIE MOBILE : LE DANGER DISSIMULÉ !

5g

Le choix de développer la téléphonie 5G est basé sur une vitesse accrue du réseau, mais ses conséquences sur la santé ne sont pas prises en compte !

iStock-630020852-300x194

5G-Tower-Red-Light

iStock-485803028-300x200

Le réseau 5G pourrait transformer des millions de vie en cauchemars…

5gnom

…Pas uniquement des ÉLECTROSENSIBLES !

MAIS TOUTES VIES ;

GG10

Et si on ne perd pas de vue l’objectif des psychopathes aux manettes qu’ils ont fait graver sur les Georgia Guide stones vers 1980 Ap.J.C. 10 commandements dont le premier stipule que la population mondiale ne devra jamais dépasser les 500 millions d’individus, ce qui représente une projection de réduction de la population mondiale de l’ordre de 95% . Et alors que nous avons pu déterminer qu’il n’y avait pas plus de « surpopulation » mondiale que de réchauffement climatique anthropique ou de beurre en branche… Tout ceci n’étant que pure  propagande eugéniste pour amener les peuples à accepter docilement leur mise sous tutelle et sous esclavage total ► La France soumise à l’Expérience de Milgram grandeur nature…

Une question à ceux qui sont d’accord que « nous sommes trop nombreux » : Qui va décider si vous aller vivre ou mourir ? Accepterez-vous de partir dans le train à destination de la Camarde ? 95% de réduction (pas sur le prix du billet hein ?..),  ça vous laisse très très peu de chance de vivre. Ça vous va ? Question posée par Résistance 71 il y a fort longtemps et dont vous pouvez lire l’importante mis à jour sur ce dossier en suivant ce lien ► https://resistance71.wordpress.com/2019/02/28/compteurs-gazpar-risques-averes-dexplosion/

Et que j’ai traité pour ma part, dans ce billet ► Linky, Gazpar & Cie ; Ce n’est pas fini ! en appelant toute personne à REFUSER TOUS LES COMPTEURS COMMUNICANTS  aussi bien que la 5G qui induit la désertification des campagnes vers des mégalopoles type Métropolis ou Smart-cities / Villes connectées, dont Nice se vantait d’en être la 4ème au monde et alors qu’elle va tester la reconnaissance faciale lors de son prochain Carnaval et malgré les molles protestations de la CNIL ; ICI

Alors que, dans le même temps, Cédric Villani, Député LaREM, Mathématicien spécialisé dans l’IA, et candidat à la Mairie de Paris, veut faire de Paris, petite et grande couronne la 1ère SMART-CITY de la Planète, puisque la devise de son Grand Maître : Macron alias Jupiter alias le Champion de la Terre est ► Make Our Planet Great Again !

▼▼▼

Aussi, je vous propose de prendre connaissance des termes de la lettre d’information gratuite publiée ce jour par le site Néo-nutrition (source anonyme) ;

Le réseau 5G pourrait transformer des millions de vie en cauchemars

Chère lectrice,

Cher lecteur,

Savez-vous ce que vivent les personnes sensibles aux ondes téléphoniques et Internet ?

« J’ai senti une vague qui m’a traversé, avec une perte de mémoire immédiate, et une perte de concentration… », victime anonyme

« J’ai soudainement perdu le contrôle de mes jambes et me suis écroulé. », Nicolas [1]

« Je ne pouvais progressivement plus parler, argumenter et même comprendre mes interlocuteurs en réunion. », Jean-Michel, 55 ans [2]

« Je sais aujourd’hui qu’à 3 heures les opérateurs téléphoniques « rebootent » les antennes relais. De fait, elles crachent un maximum d’ondes. […] Je ne peux même plus dormir avec mon mari dans notre chambre. Sinon, chaque nuit, comme c’est le cas depuis 2003, je me réveille pile à 3 heures. », Véronique, ancienne enseignante [3]

« On a mal à la tête toujours, toujours, toujours… », victime anonyme

« Je me suis sentie de plus en plus brûlée, attaquée. J’ai eu les poumons vraiment brûlés.», victime anonyme

« J’étais au restaurant avec ma femme… Soudain mon cerveau s’est mis à grésiller et ma peau à brûler, littéralement. Par la suite, j’ai ressenti des vertiges, de très violents maux de tête, des acouphènes et des troubles digestifs. », Léon, 63 ans [4]

« Comme des brûlures d’orties partout dans les bras. […] Je ne peux plus réfléchir tellement les douleurs sont fortes. […] Selon l’intensité, j’ai besoin de plusieurs jours pour me remettre », Eva, 40 ans [5].

« Je dois m’y reprendre à dix fois pour lire un article de magazine » [6]

« Des douleurs partout, avec de temps en temps des acouphènes, mais tout le temps mal à la tête… plus ou moins fort… mais sans interruption », victime anonyme

« Comme un monde où n’existeraient pas les zones non-fumeurs. », Christophe, 31 ans.

« Je me sens électrifié », victime anonyme

« À plusieurs reprises, je me suis perdue entre chez moi et la boulangerie. » [7]

Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’électrosensibilité. C’est un syndrome qui touche déjà 8% de la population (selon les estimations) [8]. Mais il est difficile de connaître le chiffre réel, car ce syndrome n’est pas toujours reconnu par les autorités sanitaires [9] [10].

« On m’a déclaré en burn-out. Un autre médecin a utilisé le terme de dépression avec névrose obsessionnelle, pour vous dire jusqu’à quel point ça va. » [11]

Les personnes atteintes d’électrosensibilité voient leur vie basculer. C’est le cauchemar :

Elles ne peuvent plus travailler. Leur carrière s’arrête brutalement.

Combinaison et gants pour bloquer les champs électromagnétiques non-ionisants. Crédits : J.-B. Besençon [12]

Elles ne peuvent plus dormir, à moins d’installer leur lit dans une cage de Faraday en grillage métallique qui bloque les ondes :

Elles ne peuvent plus voyager [14].

Elles sont souvent obligées de quitter leur logement en ville pour échapper au brouillard électromagnétique.

Elles doivent investir dans des équipements coûteux pour se protéger des ondes.

Elles sont atteintes de maux pénibles : vertiges, maux de dents et de gencives, troubles du rythme cardiaque, acouphènes, douleurs articulaires, irritabilité, insomnie, dépression, fatigue permanente, difficulté à se concentrer [16].

J’entends ceux qui disent « Je suis résistant, ça ne m’arrivera jamais ».

Mais voilà, on a observé que l’électrosensibilité fonctionnait avec un effet de seuil [17] .

Il suffirait de quelques ondes en plus pour que des millions de personnes basculent dans l’électrosensibilité !?!

Voici comment fonctionne l’effet de seuil : Vous supportez bien les ondes jusqu’au jour où une dose supplémentaire vous fait basculer dans l’électrosensibilité (comme une allergie qui se déclare du jour au lendemain).

La dose supplémentaire qui vous fait basculer, ça peut être l’installation d’un compteur intelligent Linky, comme c’est arrivé à Sonia, 44 ans [18].

Après le basculement, les personnes électrosensibles découvrent qu’elles souffrent désormais de petites doses d’ondes qui ne leur faisaient rien auparavant.

Ici, on parle de victimes du compteur Linky, du wifi et de la 4G (des technologies qui opèrent en général autour de 2,5 GHz)… Alors imaginez l’épidémie de personnes d’électrosensibles que provoquerait l’arrivée de la 5G (fin 2019) qui va jusqu’à 300 GHz !

C’est de la folie.

J’ai besoin de votre aide

Pour éviter des millions de nouvelles victimes, nous devons lancer une mobilisation populaire pour faire réagir les responsables politiques.

Je vous invite à signer cette GRANDE PÉTITION NATIONALE CONTRE LA 5G.

Un grand merci,

Bien à vous,

 Lettre d’Information du 1er mars  2019 de Néo Nutrition

emmagoldman

Comme l’avait défini Emma Goldman : Si voter changeait quelque chose, ils (le 0.00001% ou les zélites) l’auraient rendu illégal.

Plutôt que de pétitionner, de voter, de cahierdedoléanciariser, de participer au grand Blabla voire même de quémander le RIC, et à la veille de l’Acte XVI du Mouvement des Gilets Jaunes  et puisque Macron et tout son orchestre nous démontrent qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais ;

Plus que jamais ;

Solidarité – Union – Persévérance – Réflexion – Action

Devenons S.U.P.R.A Gilets Jaunes !

Reprenons le pouvoir par les Assemblées Populaires et ainsi :

  • Boycottons les institutions
  • Boycottons l’élection et l’impôt absorbant l’intérêt de la dette odieuse
  • Boycottons les entreprises du CAC40 et des transnationales criminelles
  • Achetons et promouvons les produits locaux
  • Réaménageons nos campagnes et nos communautés agricoles
  • Rassemblons-nous en comités populaires de voisinage, de travail…

Tout le Pouvoir aux Ronds-Points !

Pour une société émancipée et donc libre !

BOYCOTT TOTAL !

JBL1960

Lectures complémentaires ad hoc & connexes ;

L’abandon en 2022 du réseau téléphonique commuté, dit RTC ► 1 souci de + pour les électro-hypersensibles !

L’entreprise Crown Castle et la bête du 5G par Dean Henderson page 132 du PDF N° 81 de 136 pages

29640_tw

En Suisse

Info générale

Scientifiques et médecins alertent sur les effets de la 5G..

aap

L'eau monte dangereusement. Photo: Marsel van Oosten - squiver.com

Plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays demandent un moratoire sur le déploiement de la 5G – cinquième génération de téléphonie mobile – jusqu'à ce que des études d'impact sanitaires et environnementales sérieuses et indépendantes aient été réalisées préalablement à toute mise sur le marché. La 5G s'ajoutera au brouillard électromagnétique déjà produit par la 2G, 3G, 4G, Wi-Fi, etc., exposition dont il a été prouvé qu'elle est nocive pour les humains et pour l'environnement. Article tiré d'un Communiqué de Presse par Etienne Cendrier, Porte-Parole de Robin des Toits, Paris, le 13 Septembre 2017.

Le déploiement de la 5G conduirait à une augmentation générale et massive de l'exposition aux ondes du sans-fil alors que les dangers de ces technologies sont établis. La technologie de la 5G est efficace sur des petites distances seulement. Elle se transmet mal à travers les solides. Il faudra beaucoup de nouvelles antennes-relais, et la nouvelle architecture du réseau exigera une nouvelle antenne toutes les 10 ou 12 maisons en zone urbaine créant de fait une exposition massive à laquelle nul ne pourra se soustraire.

Le déploiement de nouveaux transmetteurs pour la 5G (on les trouvera également dans les foyers, les boutiques, les hôpitaux) devrait générer selon les estimations entre 10 et 20 milliards de connexions (réfrigérateurs, machines à laver, caméras de surveillance, voitures et bus sans conducteur) et constituera l'Internet des objets. Tout cela augmentera substantiellement l'exposition permanente de l'intégralité de la population européenne aux champs électromagnétiques des technologies du sans-fil. Les dangers de l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) sont déjà démontrés. Plus de 230 scientifiques de plus de 40 pays ont exprimé leur «préoccupation sérieuse» concernant l'accroissement permanent et universel de l'exposition aux champs électromagnétiques par les technologies du sans-fil avant l'ajout du déploiement de la 5G. Ils font référence aux «nombreuses études scientifiques récentes qui ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d'exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales». Ces effets accroissent le risque de cancer, le stress cellulaire, augmentent l'apparition de radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d'apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques et d'impacts négatifs sur le bien-être. Ces dommages n'affectent pas seulement l'homme mais aussi la faune et la flore selon un nombre croissant d'études.

Pour Etienne Cendrier, porte-parole: "Robin des Toits soutient cet appel de scientifiques et de médecins de grand renom pour que la 5G ne soit pas mise sur le marché: il serait irresponsable et criminel de traiter la population en cobaye alors que les radiofréquences sont peut-être cancérigènes d'après l'OMS ..."

Etienne Cendrier
Porte-Parole national
etienne@robindestoits.org

Nous sommes plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays à demander un moratoire sur le déploiement de la 5G – cinquième génération de téléphonie mobile – jusqu'à ce que des études d'impact sanitaires et environnementales sérieuses et indépendantes aient été réalisées préalablement à toute mise sur le marché. La 5G augmentera considérablement l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) et s'ajoutera au brouillard électromagnétique déjà produit par la 2G, 3G, 4G, Wi-Fi, etc., exposition dont il a été prouvé qu'elle est nocive pour les humains et pour l'environnement.

La 5G conduira à une augmentation générale massive de l'exposition aux ondes du sans-fil

La technologie de la 5G est efficace sur des petites distances seulement. Elle se transmet mal à travers les solides. Il faudra beaucoup de nouvelles antennes-relais et la nouvelle architecture du réseau exigera une nouvelle antenne toutes les 10 ou 12 maisons en zone urbaine créant de fait, une exposition massive à laquelle nul ne pourra se soustraire. Le déploiement de nouveaux transmetteurs pour la 5G (on les trouvera également dans les foyers, les boutiques, les hôpitaux) devrait générer selon les estimations entre 10 et 20 milliards de connexions (réfrigérateurs, machines à laver, caméras de surveillance, voitures et bus sans conducteurs) et constituera l'Internet des objets. Tout cela augmentera substantiellement l'exposition permanente de l'intégralité de la population européenne aux champs électromagnétiques des technologies du sans-fil.

Les dangers de l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) sont déjà démontrés

Plus de 230 scientifiques de plus de 40 pays ont exprimé leur «préoccupation sérieuse» concernant l'accroissement permanent et universel de l'exposition aux champs électromagnétiques par les technologies du sans-fil avant l'ajout du déploiement de la 5G. Ils font référence aux «nombreuses études scientifiques récentes qui ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d'exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales». Ces effets accroissent le risque de cancer, le stress cellulaire, augmentent l'apparition de radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d'apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques et d'impacts négatifs sur le bien-être. Ces dommages n'affectent pas seulement l'homme mais aussi la faune et la flore selon un nombre croissant d'études.

Depuis l'appel de scientifiques de 2015 de nouvelles recherches ont confirmé de manière convaincante les graves risques sanitaires liés aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM). L'étude officielle américaine du National Toxicology Program (NTP) qui a coûté 25 millions de dollars, montre un accroissement statistiquement significatif de cancer du cerveau et du cœur chez des animaux exposés à des niveaux de champs électromagnétiques bien inférieurs aux valeurs limites préconisées pas la Commission Internationales de Protection contre les Champs Électromagnétiques (ICNIRP) et en vigueur dans la plupart des pays. Ces résultats sont corroborés par des études épidémiologiques sur les risques de cancers du cerveau chez les humains exposés aux radiofréquences des technologies sans-fil. Un grand nombre d'études publiées dans des revues scientifiques à comités de lecture démontrent les dangers de ces expositions à ces radiofréquences pour l'homme.

Le Centre de Recherche International contre le Cancer (CIRC) qui fait partie de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classifié les radiofréquences de 30KHz – 300 GHz en «Peut-être Carcinogènes pour l'Homme» Groupe 2B. Cependant, des études parues depuis, comme celle du NTP mentionnée plus haut ainsi que plusieurs études épidémiologiques incluant les études les plus récentes sur la téléphonie mobile et risques de cancer associés confirment que les champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) sont cancérigènes.

Les préconisations de l'EUROPAEM-EMF 2016 précisent que «les preuves s'accumulent qui montrent que l'exposition permanente à certains champs électromagnétiques est un facteur de risque pour des affections telles que le cancer, la maladie d'Alzheimer, l’infertilité humaine... Les symptômes de l'Electrohypersensibilité (EHS) qui comportent : céphalées intenses, troubles de la concentration, troubles du sommeil, épuisement ainsi que des symptômes similaires à ceux de la grippe».

Or une part croissante de la population européenne est affectée par des symptômes de mal-être associés depuis des années à l'exposition croissante aux ondes des technologies sans-fil dans la littérature scientifique. La Déclaration Internationale sur l'Electrohypersensibilité (EHS) et la Sensibilité aux Produits Chimiques Multiples (MCS) de Bruxelles en 2015 stipule que :

«Au vu de nos connaissances scientifiques actuelles, nous appelons instamment tous les organismes et institutions nationaux et internationaux (...) à reconnaître l'EHS et le MCS comme de vraies pathologies considérées comme des maladies sentinelles annonciatrices d'un problème de santé publique majeur dans les années à venir dans le monde entier: c'est-à-dire dans tous les pays autorisant l'utilisation sans restriction de technologies électromagnétiques sans-fil et la commercialisation de substances chimiques. L'inaction a un coût pour la société désormais et n'est plus une option.(...) Nous appelons tous les organismes et institutions nationaux et internationaux à prendre conscience de ce problème majeur de santé environnementale (...) et que les mesures majeures de prévention primaires soient adoptées et priorisées, dans la perspective de cette pandémie mondiale».

Principe de Précaution

Le Principe de Précaution (UNESCO) fut adopté par l'Union Européenne en 2005: «l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles (...)».

Résolution 1815 (Conseil de l'Europe 2011) : «Prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l'exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables, et tout particulièrement l'exposition des enfants pour qui les risques de tumeurs de la tête semblent plus élevés (...) D'appliquer le principe ALARA  c'est-à-dire le niveau le plus faible aussi raisonnablement que possible, à la fois pour ce qui est des effets thermiques et des effets athermiques ou biologiques des émissions ou rayonnements électromagnétiques (...) d'améliorer les critères d'évaluation des risques et la qualité de cette évaluation (...)».

Le code de Nuremberg (1949) s'applique à toutes les expérimentations sur des humains, incluant de fait, le déploiement de la 5G qui augmentera mécaniquement l'exposition aux champs électromagnétiques. Ces expérimentations «doivent résider dans les résultats d'expériences antérieures faites sur des animaux (...) L'expérimentation ne doit pas être tenté lorsqu'il y a une raison a priori de croire qu'elle entraînera la mort ou l'invalidité du sujet, à l'exception des cas où les médecins qui font les recherches servent eux-mêmes de sujets de l'expérience».

L'Agence Européenne de l'Environnement (AEE) alerte sur «Les risques liés à l'exposition aux rayonnements provenant des appareils du quotidien» même si le niveau d'exposition est bien inférieur aux valeurs limites de l'ICNIRP. L'AEE conclue «Il y a de nombreux exemples par le passé de la non application du principe de précaution qui ont eu pour résultats des dommages graves et parfois irréversibles pour la santé et l'environnement. Des expositions nocives peuvent se répandre largement avant qu'il n'y ait d'explications scientifiques des mécanismes biologiques».

Les Valeurs Limites d'Exposition protègent l'Industrie - pas la santé

Les valeurs limites de l'ICNIRP en vigueur sont obsolètes. Toutes les preuves de dommages sanitaires exposées plus haut surviennent bien en-dessous de ces valeurs. Il faut donc en établir de nouvelles. L'inadéquation des valeurs limites de l'ICNIRP résulte des conflits d'intérêts de ses membres qui sont en lien avec l'Industrie ce qui met à mal l'impartialité qui devrait être la règle lorsqu'on fixe les seuls d'exposition aux rayonnements non-ionisants. De plus lorsqu'on évalue des risques cancérigènes, il est indispensable de disposer de scientifiques ayant des compétences en médecine et singulièrement en oncologie.

Les valeurs limites actuelles sont basées sur l'hypothèse dépassée que les seuls effets critiques pour la santé de l'exposition aux champs électromagnétiques sont de nature thermiques alors que de nombreux scientifiques ont démontré qu'il y avait bien des affections et effets qui n'ont absolument rien à voir avec les effets thermiques (effets non thermiques ou spécifiques) à des niveaux très inférieurs aux seuils d'exposition mis en place par l'ICNIRP.

Nous demandons à l'Union Européenne:
  1. De prendre toutes les mesures raisonnables pour suspendre tout déploiement de la 5G jusqu'à ce que des scientifiques indépendants puissent assurer que la 5G et les champs électromagnétiques générés par les technologies sans-fil (5G ainsi que les 2G, 3G, 4G et le WI-Fi) ne présentent aucun danger pour la population européenne, particulièrement les nourrissons, les enfants, les femmes enceintes ainsi que pour l'environnement.
  2. Que tous les pays de l'Union et leurs agences de sécurité sanitaire adoptent la Résolution 1815 et informent leurs populations, leurs corps enseignants et leurs corps médicaux des risques induits par l 'exposition aux champs électromagnétiques des technologies sans-fil. Comment et pourquoi il faut s'en prémunir singulièrement dans les centres de soins, les écoles, les foyers, les lieux de travail; les hôpitaux et maisons de retraite.
  3. De mettre en place sans attendre des comités scientifiques dont l'indépendance sera garantie par l'absence de liens avec l'industrie pour réévaluer le niveau de risque et
    a) de mettre en place de nouveaux seuils d'exposition vraiment protecteurs pour l'exposition aux ondes des technologies du sans-fil au sein de l'Union;
    b) d'étudier les effets cumulatifs de l'exposition affectant la population européenne;
    c) de mettre en place des règles légales au sein de l'Union sur les façons d'éviter une exposition supérieure aux nouvelles valeurs limites afin de protéger la population particulièrement les nourrissons, les enfants et les femmes enceintes.
  4. D'empêcher l'industrie des télécommunications sans-fil via ses lobbies d'influencer les décideurs de l'Union à autoriser de nouvelles technologies propageant des champs électromagnétiques de radiofréquences ceci incluant la 5G.
  5. De privilégier et de mettre en place des télécommunications filaires plutôt que sans-fil.

Nous attendons une réponse au plus tard au 31 octobre 2017 aux deux premiers signataires sur les mesures que vous prendrez pour protéger la population européenne des champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) et singulièrement de la 5G. Cet appel ainsi que votre réponse seront rendus publics.

Respectueusement,

Rainer Nyberg EdD, professeur émérite (Åbo Akademi), Vasa, Finlande

Lennart Hardell MD, PhD, Professeur (assoc) Département d'Oncologie, Faculté de Médecine et Santé, Hôpital Universitaire,
Örebro, Suède

Texte original en anglais

5g

Réseau 5G: l’angoisse des antennes !

LUNDI, 19.03.2018

Jacques Neirynck*

L’utilisateur suisse du téléphone mobile réclame le téléphone pour lui-même et refuse l’antenne pour les autres. Or, il y a de plus en plus d’utilisateurs.

En 2014, il y avait dans le monde 7,175 milliards d’habitants et 6,915 milliards d’abonnements téléphoniques au mobile, ce qui correspond à un taux de pénétration global de 96%, qui atteint en Suisse 136%.

Aucun appareil n’a effectué une percée aussi fulgurante en un quart de siècle. Le superflu est toujours plus attrayant que le nécessaire. Les frais de santé n’ont pas cru dans la même proportion, mais c’est toujours trop.

Or sans antenne, il n’est point de téléphonie sans fil. Peu d’antennes de faible puissance signifie des communications aléatoires, plus lentes que celles possibles avec un réseau 5G. Or l’usager suisse est exigeant. Le volume total des données par accès du mobile à Internet a été multiplié par 30 entre 2009 et 2016.

La population méfiante attribue aux antennes une nocivité d’autant plus inquiétante qu’elle est mal définie. En dehors d’un effet thermique identique à celui des fours microondes, le rayonnement est accusé de maux divers, insomnies, maux de têtes, etc.

Bien que les symptômes soient reconnus, ce lien de causalité n’est pas confirmé. Les essais cliniques, où les patients sont exposés à des champs tantôt réels, tantôt factices, ont démontré que les personnes hypersensibles étaient incapables de les distinguer. Aucune étude publiée ne permet de conclure à l’existence d’un lien de causalité entre ces troubles revendiqués et les ondes. Leur cause est sans doute l’angoisse de les éprouver.

L’usager s’expose à un risque supplémentaire lorsqu’il porte l’appareil à son oreille au lieu d’utiliser une oreillette. Une étude, dont les premiers résultats ont été publiés en mai 2010,ne montre pas de corrélation entre l’utilisation du téléphone mobile et le risque de tumeurs au cerveau.

En 2007 une étude israélienne financée en partie par l’OMS a par contre mis en évidence un risque de tumeur de la glande parotide accentué chez les personnes utilisant leur téléphone mobile plus de 45 minutes par jour.

Une ordonnance suisse du 1 février 2000 limite les émissions des champs électriques et magnétiques, générées par des installations stationnaires dans une gamme de fréquence allant de 0 Hz à 300 GHz, à une norme dix fois plus faible que celles de l’UE. Le Conseil des Etats a refusé de relever cette norme, soutenu par la FMH. On se retrouve donc dans la situation du moratoire des OGM. Le peuple souverain veut le beurre et l’argent du beurre, la jouissance de la technique de pointe sans courir aucun risque. Puisque tel est son caprice, on ne peut que s’incliner.

Néanmoins il faudrait lui expliquer que toute technique comporte des avantages, y compris en matière de santé, de sécurité et de longévité, mais aussi des dangers. Peut-être certaines personnes sont-elles vraiment hypersensibles aux rayonnements, comme d’autres aux pesticides, aux métaux lourds et à la fumée passive.

Aucune étude statistique ne peut mettre en évidence ces effets marginaux. Pour préserver quelques individus, on peut maintenir des normes très strictes.  La question insoluble est de savoir s’il le faut, et jusqu’où il faut aller. Ne périssons-nous pas tous un jour par une cause aléatoire, imprévue, mais fatale?

* Professeur honoraire EPFL

instragram-2

Photo ci-dessus - application "Instagram" sur Smartphone.

Comment la 5G va nous faire basculer dans le monde de l'internet des objets

Par Natacha Delmotte I Publié le 18 Mai 2016

hqdefault (2)

Alors que la 4G ne s'est pas encore totalement déployée, le prochain standard de connexion mobile est déjà en cours de développement. Visant à assouvir des besoins de connexion en hausse constante, la 5G permettra à tous les objets connectés d'interagir en temps réel. Décryptage.

Imaginez un monde dans lequel vous pouvez télécharger un film en ultra HD en une seule seconde. Un monde où tous les objets communiquent entre eux en temps réel et dans lequel réseau mobile, Wifi et Bluetooth ne font plus qu'un. Ce monde, c'est la 5G... ou plutôt ce sera. 

Ce standard de connexion n'existe pas encore et pourtant, il ne cesse de battre des records. Le 11 mai, une équipe d’ingénieurs des universités de Bristol (Royaume-Uni) et de Lund (Suède) ont réussi à multiplier par 22 l’efficacité du spectre actuel de la 4G dans le cadre de leurs recherches sur la 5ème génération de standard pour la téléphonie mobile

Si ces informations paraîtront un peu obscures au néophyte, elles signifient en tout cas que les recherches sur la 5G vont bon train. Et la France n’est pas en reste. Jusque fin juin, Orange effectue des expérimentations dans le territoire de Belfort sur des fréquences encore jamais utilisées pour le réseau mobile. 

Alors que la 4G ne s’est pas encore déployée sur l’ensemble du territoire, la course à la 5G est donc lancée. Mais pour l’instant, on ne sait pas exactement quelles seront les caractéristiques de cette 5ème génération de standards pour téléphonie mobile

Pour s'en faire une idée, il suffit d'observer le monde qui vient. Un monde où de plus en plus d’objets sont connectés, faisant exploser la demande en matière de connexion... Le réseau devra être en mesure de la satisfaire, grâce à de nouveaux standards dont la conception relève du défi technologique. 

LES CARACTÉRISTIQUES RÊVÉES DE LA 5G

Comme pour le passage de la 3G à la 4G, la rapidité du réseau sera la première caractéristique "révolutionnaire" du réseau 5G. Sauf que, cette fois, on nous promet une accélération encore plus forte. 

Instituts de recherche et multinationales ne cessent de battre des records en terme de débit. Nokia est parvenu à transférer des données à la vitesse de 10 gigabits (Gb) par seconde, quand l’université du Surrey (Royaume-Uni) l'a fait à 1 Térabit par seconde en laboratoire, soit 1 000 Gb ! 

En conditions réelles, Huawei a obtenu la vitesse de 3,6 Gb par seconde : dix fois plus rapide que la 4G. À terme, les grands acteurs des nouvelles technologies tableraient sur une vitesse de 5G à 10 Gb par seconde pour la 5G. Près de 30 fois la vitesse de la 4G

La 5G n'aura pas pour seule caractéristique son haut débit. Prévue pour 2020, elle va devoir s'inscrire dans le monde de l'Internet des objets Entre 50 et 200 milliards d’objets connectés, à l'image des instruments de mesures médicaux ou des voitures autonomes, échangeront alors des données et réagiront en conséquence. 

Pour répondre à un tel besoin de réactivité, les ingénieurs de la 5G vont devoir considérablement réduire le temps de latence, c'est-à-dire le temps qui s'écoule entre le moment où on donne un ordre et son exécution. Ce délai devrait être d'une milliseconde, contre une demi-seconde aujourd'hui avec la 4G.  

L'Internet des objets implique aussi que la couverture réseau soit la même partout, avec une capacité de réponse importante, sans risquer la saturation en ville. Un réel défi sur le plan technique. 

DÉFIS TECHNOLOGIQUES

Pour être capable de transférer de tels flux de données, plusieurs technologies sont envisagées. Mais la 5G ne serait pas supportée par une technologie unique, mais par différentes technologies adaptées à différents usages, comme l'explique Numerama . Contrairement à la 4G, qui est un simple standard de connexion, elle sera un écosystème de connexions. 

Parmi les technologies pressenties aujourd'hui, les ondes millimétriques, notamment celles à très hautes fréquences. Jusqu’à présent, elles étaient principalement réservées à des usages militaires et pas suffisamment fiables à grande échelle. 

Mais cette technologie présente un inconvénient : plus la fréquence est grande, moins la portée est élevée. La 5G donc se propagera seulement sur quelques centaines de mètres avant de rencontrer des obstacles... l'empêchant de continuer son chemin. 

D'où la nécessité d'une une nouvelle architecture du réseau. Pour être efficace, la 5G devra être associée à de petites antennes, tous les 100-200 mètres, là où celles d'aujourd'hui émettent sur de vastes étendues. Les “small cell ” pourraient aussi être une réponse à cette difficulté technique. Installées dans le mobilier urbain, ces petites antennes de télécommunication pourraient assurer la couverture régulière de la ville. 

Quant aux zones rurales, Google et Facebook sont en train de réfléchir à la possibilité d’y amener le réseau par drones. En attendant, leurs habitants devront s’adapter aux ondes plus basses fréquences comme celles utilisées pour la 4G et la 3G, qui cohabiteront, au moins un temps, avec celles utilisées pour la 5G.

Tous les objets connectés n’ont pas les mêmes besoins. Pour permettre à leurs usagers des économies d’énergie, la 5G pourrait déterminer la technologie la plus appropriée en fonction des usages. 

“Il y a une plus grande variété de besoins, il y aura donc plus de bandes de fréquences utilisées”, explique Nicolas Demassieux, directeur des Orange Labs, au Journal du Net. “Dans ce contexte, il faudra donc aussi mettre au point les bons algorithmes pour utiliser la bonne fréquence, au bon moment”.

DES RISQUES POUR LE CONSOMMATEUR ?

A l’échelle du consommateur, l’arrivée annoncée de la 5G se veut révolutionnaire. L'instantanéité, l'ultra-rapidité doit permettre de rendre rendre tous les contenus - y compris les plus volumineux, comme les vidéos HD - en quelques secondes tout au plus. Elle permettra aussi de contrôler sa maison à distance, rendra "intelligent" l'électroménager et réduira la consommation énergétique villes, notamment grâce à des solutions d'éclairage connecté. 

Elle posera aussi plusieurs questions. D'abord celle du prix. La 5ème génération de standard pour la téléphonie mobile est susceptible de mettre fin à la connexion"gratuite" à Internet que permet aujourd’hui le Wifi, par exemple. Le bluetooth, le Wi-Fi, la 4GTout serait fusionné en un seul réseau, dont l'accès, évidemment, serait tarifé.

Les conséquences de la 5G sur la santé sont aussi source d’interrogation. La multiplication des ondes transmises entre les objets connectés va nous exposer de plus en plus, et personne ne peut prévoir les conséquences que cela aura sur la santé. 

En Nouvelle-Zélande, l’université Massey va lancer une étude pour évaluer les effets de l'exposition aux ondes électromagnétiques l'intensité des futures technologies de connexion. Les recherches vont débuter en 2017. À la tête de cette étude, un chercheur, Faraz Hasan, qui en résume l'enjeu : 

“Si on découvre que les futures transmissions sans fils sont sans danger pour la santé, la confiance du consommateur dans les futurs services de télécommunications n’en sera que renforcée. Cependant, si le projet montre que le réseau 5G a, ou pourrait, avoir des conséquences sur la santé, il faudrait que les industriels modifient ces technologies sans fil pour s’assurer du bien-être de l’humanité.” 

Le calendrier précis de développement de la 5G n'est pas arrêté. Mais la plupart des institutions et multinationales se fixent comme objectif de la rendre disponible dès 2020

La course a déjà commencé. La Corée du Sud a annoncé vouloir installer les premières installations pour les JO de 2018 à PyeongChang. Le Japon la veut dès 2020 pour les JO de Tokyo. En France, Orange a annoncé que la 5G serait déployée à partir de… 2025, le temps pour l'entreprise de rentabiliser la 4G

9501011-15250323

Telephone operators, 1952 (Crédit : Seattle Municipal Archives/Flickr)

Volet important !

Le tout connecté et la dépendance du téléphone portable..

Les Smartphones, pas sans risques !..

Tour d’horizon

L’ I-Phone c’est..Apple

Comme pour Microsoft, il faut penser..N.S.A. pour les deux..

Samsung c’est..Japonais.

Huawei c’est..Chinois..

huawei_p9_lite_black_t1605044229584A_142308643

Photo ci-dessus du Huawei P9 Lite double sim.

En parlant de Huawei

huawei-mate-10-pro

Photo ci-dessus du Huawei Mate 10 Pro.

Huawei vante ses progrès dans la 5G lors de la Conférence mondiale de l’internet à Wuzhen, en mars 2018.

huawei-mate-20-pro-big

Photo ci-dessus du Huawei Mate 20 Pro.

Huawei nouveau cheval de Troie pour l’espionnage sous toutes ses formes ?

371x269_5G

Huawei le cheval de Troie des espions..Chinois !

Huawei a-t-il noyauté les réseaux mobiles du monde entier au profit des services chinois ? Le soupçon ne date pas d’hier : la plupart des pays occidentaux sont persuadésque le géant  de Shenzhen est en réalité un sous-marin de l’armée chinoise, chargé de collecter des informations en se servant de ses installations et de ses produits largement présents dans le monde.

La Chine a d’ailleurs adopté en 2017 une loi nationale sur le renseignement obligeant tout citoyen ou organisme chinois à collaborer avec les services secrets.

  En juillet 2018, la réunion annuelle des chefs espions de plusieurs pays occidentaux s’achève sur un constat glaçant : Huawei est devenu un risque vital pour les démocraties. Sous la férule de Pékin qui a décidé d’en faire le « champion » des télécoms, il a acquis une énorme avance dans la technologie 5G.

  Au moment où le monde s’apprête à basculer dans ce nouvel écosystème*, Huawei se révèle être la seule firme capable d’en maîtriser tous les segments, des antennes-relais aux puces de microprocesseurs en passant par les serveurs et les Smartphones. Le voilà donc idéalement placé pour façonner les nouveaux standards, décrocher de juteux contrats, et diffuser très largement son matériel.

  Or, c’est là que le bas blesse : Huawei, qui a la possibilité de planter dans ses appareils des backdoors, des accès secrets, pourrait donc être à même d’intercepter les données, ou de perturber les réseaux. Le système sera d’autant plus vulnérable que grâce à sa vitesse (100 fois supérieure à celle de la 4G), la 5G permettra aux machines d’échanger entre elles, générant encore plus de données. Ce que l’on appelle l’ « internet des objets », dont l’usage sert à la fois civil et militaire

  Les grands pays démocratiques, après avoir laissé à Huawei la bride sur le cou, ont finalement pris conscience de la nécessité de limiter les risques. D’où les nombreux ennuis que rencontre aujourd’hui le géant chinois (1).

*Un téléphone portable, au regard de ces différents composants, dont matières premières rares extraites du sol, comme cette technique 5G est tout sauf un..  « écosystème » au sens louable du terme !!!

(1) En effet, l’Allemagne avait déjà soulevé ce problème en amont, durant l’année 2017 et surtout 2018, avec ce risque en « crash bug total », non négligeable et à prendre en compte de façon sérieuse !

Huawei-Mate-20-Pro-review

Photo ci-dessus de trois Smartphones Huawei.

Après la Nouvelle Route de la soie voulue par le gouvernement chinois, pas rien, car il s’agit d’un projet gigantesque de l’ordre de un trillion de dollars ! La Chine s’est lancée dans un grand et vaste programme de conquête mondiale !

Le programme « Huawei » et la nouvelle 5G sont la 11ème nouvelle cible parmi les 15 nouvelles cibles, au total, de l’empire chinois !!!

Il faut se rappeler que tout début décembre 2018, les Etats-Unis font arrêter la directrice financière de Huawei et qui n’est autre que la fille du fondateur du groupe..

La directrice financière du géant chinois Huawei, fille de son fondateur, a été arrêtée au Canada, à la demande de Washington. Un nouvel épisode du bras de fer entre la Chine et les Etats-Unis pour la suprématie dans le secteur des hautes technologies.

Nouveau bras de fer en vue entre Washington et Pékin. Meng Wanzhou, directrice financière du groupe chinois Huawei, a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver, au Canada, et risque une extradition vers les Etats-Unis, a annoncé mercredi le département canadien de la Justice, sans donner davantage de précision sur les motifs de cette arrestation. Cette arrestation est liée à une violation des sanctions contre l'Iran instaurées par Washington, a déclaré une source informée de la situation. Reuters n'a pu vérifier la nature exacte des accusations portées contre Meng Wanzhou.

Huawei a confirmé l'arrestation de sa dirigeante et a déclaré que peu d'informations lui avaient été fournies concernant les accusations portées contre elle. Dans un communiqué, l'équipementier télécoms chinois a ajouté "n'être au courant d'aucun agissement répréhensible" de la part de Meng. L'ambassade de Chine au Canada a dit s'opposer à cette arrestation et a demandé la libération immédiate de Meng. Aucun commentaire n'a été effectué par le département américain de la Justice. Un porte-parole du parquet de Brooklyn, à New York, qui est selon des sources en charge de l'enquête, n'a pas fait de déclaration.

Des sources ont déclaré en avril à Reuters que les autorités américaines enquêtaient sur Huawei depuis au moins 2016, soupçonnant le groupe chinois de livrer des produits d'origine américaine en Iran et dans d'autres pays en violation aux règles et sanctions instaurées par Washington. Cette affaire rappelle le cas d'un autre équipementier de télécommunications chinoise, ZTE, qui a plaidé coupable en mars 2017 d'avoir fourni illégalement à l'Iran des technologies américaines. Washington a sanctionné ZTE en interdisant en avril dernier aux sociétés américaines de vendre des composants à l'équipementier télécoms. Celui-ci a passé en juin un accord avec l'administration américaine pour lever cette interdiction en échange d'une amende d'un milliard de dollars (845 millions d'euros).

En janvier 2013, Reuters rapportait les liens très étroits entre Huawei et la firme Skycom Tech, basée à Hong Kong, qui avait tenté de vendre du matériel informatique Hewlett-Packard sous embargo au principal opérateur téléphonique d'Iran. Meng Wanzhou a siégé au conseil d'administration de Skycom entre février 2008 et avril 2009, selon les dépôts au registre de la firme à Hong Kong. Plusieurs anciens et actuels directeurs de Skycom semblent avoir des liens avec Huawei. L'annonce de l'arrestation de Meng intervient quelques heures après que l'opérateur télécoms britannique BT a annoncé qu'il retirait les équipements de Huawei du coeur de ses réseaux 3G et 4G et ne les utiliserait pas non plus sur les parties centrales de son réseau de téléphonie mobile 5G.

Selon le communiqué de Huawei, Meng Wanzhou a été arrêtée lors d'une correspondance au Canada entre deux vols. La firme a déclaré se plier à toutes les règlementations et sanctions décidées par les Etats-Unis, ainsi qu'à toutes les autres règlementations. Selon les observateurs, l'arrestation de la dirigeante de Huawei serait une nouvelle tentative de Washington de brider les ambitions de la Chine dans les hautes technologies, Huawei constituant un des principaux étendards de l'Empire du milieu dans ce domaine. Pékin compte en effet sur son fleuron pour imposer des normes chinoises dans la 5G.

Le bras de fer, entre la Chine et les Etats-Unis, continue, au sujet du groupe Huawei et surtout de la 5G…

1236078_10151875179962457_1789388065_n1

1426605_670099703022805_1478069884_n1

L’Hyper- dépendance !

6935726-10625909

Pour terminer

iStock-808022474-300x200

Cela fait maintenant bien quelques années déjà que l’ADEME mets en alerte et prévient des méfaits engendrés par ces ondes électromagnétiques, comme des risques encourus sur le plan cancérogène, et ce, depuis l’apparition de la 3G..

5G-Tower-Red-Light

Pour conclure

maxresdefault (7)

Force est de constater que malgré les différentes campagnes de sensibilisation comme préventions au regard du public, de la part de l’ADEME tout comme dans la revue UFC QUE CHOISIR, les différentes informations fournies de par et d’autre ne semblent en rien affecter la soif toujours plus grande du « tout connecté », en permanence, comme du modèle de « smartphone », de préférence « dernier cri », sans oublier cette norme 5G, en transfert et débit