Photo-dans-le-pacifique-la-mer-de-plastique-fait-trois-fois-la-taille-de-la-france

 

To what extend can we do without plastic ?..Qu’elle alternative face au plastique ?.. 

Quelle solution pour remplacer le plastique ?..      

5048130

Photo ci-dessus de cet îlot de plastique, trois fois aussi grand que la France.

maxresdefault

J’ai vu..ce matin, un reportage sur le sujet, sur NHK World Japan TV..

14528290

Photo ci-dessus d’un plongeur à Bali pour la comparaison.

2019..

Au Japon, le culte du plastique face à l’enjeu écologique

shutterstock_566726533

Explication 

Enfant prodige de la consommation, le Japon emballe et suremballe toute marchandise de plastique, des boîtes à Bento aux fruits et légumes.

L’archipel prend timidement conscience de l’urgence écologique, et le premier ministre Shinzo Abe espère convaincre son gouvernement et la population de s’engager dans la réduction de la pollution des océans au sommet du G20 à Osaka, en juin 2019.

À l’heure où les mobilisations pour le climat se font de plus en plus intenses et de première nécessité, le Japon reste à la traîne quant à l’utilisation et la production du plastique, entraînant une forte pollution des espaces maritimes. Chaque année, huit millions de tonnes de détritus en plastique sont déversées dans les océans du monde depuis l’archipel, l’équivalent d’un camion à ordures de plastique vidé dans les mers toutes les minutes.

Si les innovations technologiques nippones permettent un recyclage performant de la production de plastique, les quantités sont telles que l’incinération et l’exportation ont leur limite.

image-20170327-3268-1pokqii

Photo ci-dessus de cette situation assez édifiante et..planétaire.

Le Japon produit 300 millions de tonnes de plastique par an !

requin-baleine-plastique-wwf_xwh_1920x1281_xwh

Photo ci-dessus d'un requin baleine.

Au Japon, en dépit du culte de la propreté inspiré du « shintoïsme » qui donne à voir des rues impeccables et sans déchets, ce sont environ 300 millions de tonnes de plastique qui sont produites par an, dont 9,64 millions liées à la consommation.

Au centre de recyclage d’Ichikawa Kankyo Engineering, à l’est de Tokyo, près de dix tonnes de plastiques recyclables arrivent chaque jour pour être traitées. Le reste est exporté en Chine, incinéré(!), ou versé dans les océans. Selon un reportage intitulé « Close-up Gendai », diffusé en mai 2018 sur la NHK, chaîne de télévision publique au Japon, 72 % du plastique nippon aurait été réceptionné par la république populaire chinoise courant 2017.

Même si le Japon tente de maîtriser la chaîne du plastique de bout en bout, sa production par habitant fait partie des plus importantes avec celle les États-Unis. Les deux pays ont d’ailleurs refusé, l’année dernière au G7, de ratifier l’accord sur la réduction de la pollution des océans.

requin-baleine-plastique

Photo ci-dessus d'un requin baleine.

2018..

Photo-un-plongeur-a-Bali

Photo ci-dessus d’un plongeur à Bali pour la comparaison.

5c92b2f8230000cd00e87f7c

Le culte du plastique au Japon et l’épineuse question de son recyclage…

Blablabla_Haute_1

Des carottes emballées individuellement, des bananes sous un double emballage plastique, 3 champignons dans une barquette sous cello, le Japon est bien un enfant de la société de consommation. Le sur-emballage est partout. Un produit sera souvent emballé sous plusieurs couches protectrices pour être sûr qu’il ne s’abîmera pas, le plus souvent pour parfaire sa présentation dans une logique commerciale. De tels gaspillages engendrent forcément des quantités de déchets colossales. Et malgré leur système de tri sélectif, les autorités du pays ont bien du mal à éliminer cette masse de déchets plastiques qui ne cesse de croître. Moralité, tout est le plus souvent incinéré…

suremballage-alimentaire-consommateurs-denonciation

C’est un triste phénomène dont on entend de plus en plus parler : le 7ème continent de plastique qui s’est formé dans le Pacifique, une « soupe » composée de milliards de fragments de plastique. Un des symptôme visible de la folie de la société de consommation.Ils menacent la faune et la flore marine mais aussi l’Homme, car les plus petits morceaux sont absorbés par les poissons qui seront ensuite pêchés pour notre consommation. De telles concentrations existent par ailleurs dans l’Atlantique nord, sud et de l’océan Indien. Le résultat d’un demi-siècle de rejet de déchets plastiques dans les océans que les courants marins ont ensuite rassemblés. Mieux vaut tard que jamais, les pays industrialisés ont lentement pris conscience de la gravité de ce phénomène. Des mesures pour lutter contre cette pollution commencent à voir le jour et les citoyens du monde entier, dont des Japonais, se mobilisent. Car la production mondiale de plastique ne cesse de croître et la pollution avec elle.

Photo-Snickers-emballage

3 plastiques pour un simple snickers !

Rien que cet exemple devrait faire réfléchir et changer nos habitudes, non ?..

Au Japon, conscientes de la nécessité de recycler les déchets, les autorités nipponnes ont  mis en place depuis 1997 un système de collecte et de tri strict. L’archipel arrive ainsi à recycler un cinquième de ses déchets plastiques (ce qui reste encore très peu). Mais sachant que la consommation annuelle de plastique dans l’archipel atteint les 9,64 millions de tonnes, les quantités de déchets qui sont traitées dans les centres de recyclage sont édifiantes. Ainsi, au centre de Ichikawa Kankyo Engineering près de Tokyo c’est dix tonnes de plastiques qui arrivent chaque jour pour être recyclées. Un centre, un jour, dix tonnes !Rien d’étonnant à cela, les japonais vouent un véritable culte pour le plastique depuis leur révolution industrielle. Il est présent partout et largement utilisé avec une durée de vie moyenne de quelques minutes. Pots de ramen, pailles jetables, sacs dans les konbini, sacs à parapluie devant chaque magasin, suremballage inutile des produits, magasins à 100 yens, le plastique est omniprésent. Certains magasins vont jusqu’à emballer séparément les produits achetés, quand la viande, déjà sous cellophane, n’est pas ré-emballée dans un petit sac supplémentaire. On est jamais trop prudent !

IMG_0485

Photo ci-dessus, la question de l’emballage et du plastique.

Quant au reste, le Japon l’exporte vers la Chine, 72% en 2017 d’après le reportage « Close-up Gendai » de la NHK en mai. Pendant des décennies la République populaire a acheté des déchets plastiques au monde entier pour les recycler, servant ainsi de poubelle bien pratique aux États-Unis, à l’Europe et au Japon donc. Mais en juillet 2017, la Chine a annoncé vouloir mettre fin à cette importation massive, désirant se concentrer sur le traitement de sa propre production de déchets en hausse grâce à la consommation d’une nouvelle classe moyenne. Une mesure définitivement actée le 11 janvier dernier avec la publication de ses nouveaux standards d’acceptabilité.

Un défi de taille se profile donc pour le Japon (et les autres pays industrialisés) qui ne peut plus désormais s’y débarrasser facilement de ses poubelles plastiques. De nombreux de centres de stockage ont d’ores et déjà atteint leur limite et le temps presse pour traiter ce surplus. Du coup, le Japon envisage de vendre ses déchets à la Thaïlande mais un bureaucrate thaïlandais annonce qu’il ne peut s’agir que d’une solution provisoire (de plus cela ne règle pas le problème de la sur-consommation en amont). Autre paramètre non-négligeable : les coûts d’exportation qui vont s’envoler à terme.

Pour limiter l’accumulation de ces déchets, le pays entend également se tourner vers des techniques de recyclage plus efficaces permettant de fabriquer une gamme plus large de produits. Mais le plus souvent, ce plastique est utilisé comme combustible. Une solution peu viable toutefois et également émettrice de pollution atmosphérique. Localement, certaines autorités n’attendent plus. La préfecture de Miyagi a choisi de subventionner les entreprises qui transforment leurs déchets plastiques. Mais ces initiatives ont un effet pervers : car le plastique recyclé sera à son tour un jour un déchet à traiter de nouveau,un cycle sans fin qui s’auto-alimente. De plus, le recyclage du plastique coûte beaucoup plus cher que sa production. Alors le gouvernement pourrait aussi se pencher sur la législation qui ne contrôle pas encore l’emploi des sacs ou d’objets en plastique à usage unique, penser à des campagnes enfin efficaces pour inciter les Japonais à réduire leur consommation, voir instaurer des pénalités dissuasives. De manière générale, très peu de Japonais se soucient de l’impact de leur consommation à ce jour. L’idée est très répandue dans la population que le gouvernement gère très bien le recyclage des déchets…

image

Photo ci-dessus d’un étal de fruits en grande surface, avec une omniprésence des emballages en plastique.

(étal dans une grande surface en France, pour la comparaison..)

téléchargement

 

Photo ci-dessus déchets d'emballage en plastique en tout genre - l'épineux problème !

Il existe des alternatives face à ce problème crucial, comme éternel problème et enjeu planétaire..

Photo-boîtes-a-Bento

Photo ci-dessus de boîtes de « Bento » en bois.

Pour tous les produits comme les légumes et fruits, dans les étals, on peut proposer d’emballer ces produits dans du simple papier journal, ou encore dans des sachets en papier « Kraft » comme dans le temps.

barquette-kraft

Photo ci-dessus d’une barquette en « Kraft ».

Pour les repas, tant à emporter, pour l’école comme au travail, il existe des boîtes pour « Bento » en feuille de bois.

Photo-boîtes-a-Bento

Photo ci-dessus de boîtes de « Bento » en bois.

L'alimentation, tout comme la préparation et présentation de repas, chez soi, comme au restaurant, sans emballage, ni excès en présentation..

20150426_173048

 

38658487_295745407866982_1761115399438467072_n

 

38631862_263613304244088_4144123169776599040_n

38651710_352880195250440_7497174515374358528_n

 

38705757_254561491823976_3599316111696330752_n

38744631_1653113634798010_4071511662396440576_n

 

Le bambou, ressource abondante, au Japon, sur le plan national et local, reste une alternative sérieuse et possible..

 

analyse-maison-traditionnelle-32-638

Le bambou est un produit national et local abondant et une solution louable, en utilisation, dans une transformation simple et à cet effet.

bateau-en-feuille-de-bois

Photo ci-dessus de barquettes en feuille de bois.

Il y a, également, la possibilité d’utiliser des barquettes, un peu comme des bateaux  ou barques (pour la forme), en feuille de bois, pour la présentation, en étal comme en restaurant, ou pour consommer, des sushis ou autres..

11060062

Photo ci-dessus d’une barquette en feuille de bois.

( format : 8,5 cm x 5,5 cm..)

2008-03-15-sushi-moule-coquetier-4

 

Photo sushis en boule, moulés en coquetier pour Pâques.

images (1)

Photo ci-dessus de sushis.

Ces solutions sont une alternative sérieuse et heureuse face au problème du tout plastique !…

000546554_image_600x315

Photo ci-dessus de rayons en grande surface et où les emballages en tous genres, dont plastique, sont omniprésent.

emballages-alimentaires-environnement-sante-710x434

Pour conclure

ill_1697971_a3d4_ap100215155274

Nous sommes dans un monde surpeuplé, et avec une consommation effreinée en tout genre et dans tous les domaines, et avec un problème épineux et crucial du..recyclage, et surtout des déchets, en matière d'emballage, dont et surtout..Le plastique !!!...

cop21-un-ocean-de-plastiques