870x489_photo_ok

Après les « Gilets jaunes »..Les gilets bleus ?..

Les saisonniers en grève dans les stations de ski..

rg

Un appel à manifestations dans toutes les stations de ski et sur tous les domaines skiables !..

 Cela fait maintenant bien..30 ans déjà, et sinon depuis les 20 et 10 dernières années que les saisonniers auraient dû manifester et faire grève pour leurs conditions d'hébergement, de travail, aussi et surtout, et de vie, comme surtout..salaires !!!

les-travailleurs-saisonniers-de-serre-chevalier-domaine-skiable-sont-mobilises-pour-faire-entendre-leurs-revendications-photo-le-dl-yoann-gavoille-1

Les stations de ski..La ville à la montagne ?..

flaine-2251-1aec56-0@1x

Photo ci-dessus de la station de Flaine.

299f784df23f81cb4d24d819e18364e74a0f36c5

Les-salaries-des-stations-de-ski-en-greve-des-perturbations-a-prevoir-dans-les-remontees-mecaniques

cover-r4x3w1000-5e47d94a4f089-f1f69cfe075b876f2aa69ef53bff31ae42f2a3d4-jpg

Mot d’ordre national des saisonniers qui entendent protester contre la réforme de leur assurance chômage !

les-travailleurs-saisonniers-de-serre-chevalier-domaine-skiable-sont-mobilises-pour-faire-entendre-leurs-revendications-photo-le-dl-yoann-gavoil (1)

Rappelez-vous..

Lorsque le président Emmanuel Macron avait été à la station de la Mongies..

macron-fait-du-ski-8ecbe2-0@1x

Les « Gilets jaunes » étaient venus manifester pour lui soumettre leur mécontentement !

images

Une manifestation pour la sauvegarde de l’environnement dans les Vosges..

des-membres-de-l-association-de-defense-de-l-environnement-quot-sos-massif-des-vosges-quot-ont-manifeste-devant-l-espace-lac-ce-dimanche-matin-photo

Les stations de ski..

Un faux « défouloir » pour les citadins..

la-station-de-ski-de-val-thorens-en-janvier-2018_6233698

Photo ci-dessus de la station de Val-Thorens.

Lorsque la neige n’est plus au rendez-vous..

5c9385272300007d006d1d60

Il faut avoir recours aux canons à neige..fort polluants !!!

image (1)

Savoie : 200 saisonniers en grève tractent sur un rond-point à Moûtiers contre la réforme de l'assurance chômage !..

maxnewsworldthree958556-4651875

Des grévistes bloquent les remontées mécaniques des Deux-Alpes le 17 février 2016, image d'illustration. / © Aurore Vassal / MaxPPP.

Quelque 200 saisonniers se mobilisent ce samedi matin sur la route des stations de ski en Savoie pour alerter les touristes sur les répercussions attendues de la réforme de l'assurance chômage.

Par TH avec AFP Publié le 15/02/2020 à 11:48 Mis à jour le 15/02/2020 à 11:50

En plein samedi de chassé-croisé sur la route des stations, classé rouge dans le sens des départs par Bison Futé, quelques 200 manifestants se sont positionnés au rond-point stratégique de l'entrée de Moûtiers. Pour protester contre la réforme de l'assurance chômage, ces saisonniers des stations de ski sont en grève reconductible à partir de ce samedi 15 février.

Ce rond-point, c'est l'embranchement des routes qui mènent aux différentes stations de la vallée de la Tarentaise comme Les Arcs ou Val Thorens. "On veut informer et être visibles. On ne veut pas emmerder les touristes, ce sont eux qui nos apportent du boulot", explique Antoine Fatiga de la CGT remontées mécaniques.

Les automobilistes sont accueillis par la banderole : "Retraites, chômage, saisonniers précarisés, vacances mal engagées, merci Macron". Et les manifestants ralentissent le trafic en distribuant des tracts, le plus souvent dans une ambiance bon enfant.

"On va être encore plus précarisés"

La CGT redoute certaines dispositions prévues par les nouvelles règles de l'assurance-chômage à partir d'avril, en particulier "des retombées négatives liées à l'augmentation de la durée de 4 à 6 mois de contrat pour l'ouverture des droits, la suppression de la recharge au bout d'un mois de travail ainsi que le mode de calcul de l'indemnité réduisant, suivant les cas, de moitié cette allocation".

"Le risque c'est qu'on ait une pénurie de ressource de contrats de travail et on sait l'impact que ça aurait sur l'économie des stations", insiste Fabrice Michaud, secrétaire général de la Fédération des Transports de la CGT.

"On va être encore plus précarisés avec ces réformes. Il faudra six mois au lieu de quatre pour prétendre à une allocation chômage", estime Christophe Dupuis, qui travaille à La Plagne comme pisteur-secouriste l'hiver et maître-nageur l'été.

Le ministère du Travail doit présenter la semaine prochaine "un plan d'accompagnement" pour les saisonniers des remontées mécaniques conscient de la spécificité de la montagne "où il n'y a, dans certaines vallées, simplement pas d'emplois au printemps ou à l'automne".

Il existe d’autres moyens de se faire plaisir et de faire du ski..

title-1545343866

Photo ci-dessus de domaines skiables, avec de nombreuses possibilités et sans remontées mécaniques.

Les stations de ski : un amortisseur social pour les saisonniers..

image

Stations de ski : "S'il n'y a plus de saisonniers, il n'y aura plus de vacanciers"..

20200215-1320-988fb6-0@1x

Photo ci-dessus d’un vacancier, durant la période de vacances scolaires, en station de ski.

MOUVEMENT - Ce samedi 15 février, les salariés saisonniers des remontées mécaniques ont manifesté dans une cinquantaine de stations de ski . A Flaine, en Haute-Savoie, 50% des saisonniers sont grévistes, explique notre reporter sur place.

15 févr. 13:24 - La rédaction de LCI

L'image est inédite : des banderoles et des distributions de tracts au pied des remontées mécaniques. Ce samedi matin, à Flaine (Haute-Savoie) comme dans d'autres stations, les touristes ont été accueillis par un piquet de grève. Les syndicats FO et CGT du secteur des remontées mécaniques ont en effet lancé un appel national à la grève ce 15 février. Les saisonniers ont partiellement cessé le travail - ou, selon les cas se sont contentés de distribuer des tracts -  protestant notamment contre de nouvelles règles d'indemnisation chômage ainsi que leur opposition à la réforme des retraites. 

Chants, tracts, et chaussures de ski devant la préfecture..

Partout en France, des Alpes aux Pyrénées, une cinquantaine d'actions ont  été recensées par la CGT, à l'origine de cette mobilisation avec FO. Opération tractage à Moûtiers en Savoie ou aux Deux-Alpes (Isère) avec à chaque fois quelque 200 saisonniers mobilisés. A Serre-Chevalier, ils ont  chanté en bas des pistes. Dans les Hautes-Pyrénées, un rassemblement était  prévu devant la préfecture où les participants devaient déposer leur outil de  travail, à savoir skis et chaussures.

20200215-1210-0d08d1-0@1x

A Flaine, les quelques dizaines de saisonniers de remontées mécaniques n’avaient pas l’intention de gâcher les vacances des touristes mais entendaient sensibiliser les touristes à une réforme contre laquelle ils se battent. Une réforme de l’assurance chômage qui, expliquent-ils, va faire baisser de 50% leurs indemnités - en d'autres termes, à partir du 1er avril, il leur est demandé de travailler plus longtemps (six mois au lieu de quatre) pour obtenir des droits à l'indemnité de retour à l'emploi ; ce qui, pour les saisonniers, est impossible, faute de neige et de saisons longues.

"S'il n'y a plus de saisonnier, il n'y a plus de vacanciers, il n'y a plus de vacances", tranche une des grévistes interviewée par LCI.

Grève dans les stations de ski : à Val d'Isère, "l'impact sera limité"

"Bienvenus les touristes, et vive les saisonniers"..

A Moûtiers, porte d'entrée vers la vallée de la Tarentaise et ses célèbres  stations des Arcs ou de Val Thorens, quelque 200 manifestants ont filtré le  trafic samedi matin avant d'aller à la rencontre des touristes arrivant par le  train. "Bienvenus les touristes, et vive les saisonniers", criait un pisteur  devant la gare.

flaine-2251-1aec56-0@1x

A Flaine, 50% des employés du secteur des remontées mécaniques étaient en grève, indique notre envoyée spéciale. "Une distribution de tracts est prévue dans le cadre de cette sensibilisation". Exactement ce qui devrait se passer à Gérardmer, autre station impactée par la grève : "Les saisonniers vont débrayer sous une autre forme, en distribuant des tracts, en mettant des affiches pour expliquer aux gens qui se passent avec l’assurance chômage qui les touchent de plein fouet." nous confiait le maire de Gerardmer, Stessy Speissmann, ce vendredi.

Les saisonniers comptent, une fois encore, sur la compréhension des vacanciers. 

En Lozère..

Photo-station-Bleymard-Lozère

Photo ci-dessus, station de Bleymard en Lozère.

Du grand n’importe quoi !!!

De la neige emmenée par hélicoptère à Bagnières-de-Luchon !..

661-magic-article-actu-f50-72b-b609c49c18bba91ef8207e4120-de-la-neige-amenee-par-helicoptere-a-luchon-superbagneres-station-de-ski-des-pyrenees-f507

Photo ci-dessus, au fil des années et des saisons, la neige se fait de plus en plus rare.

Dans les Pyrénées..

 Stations de ski : débrayage et manifestation ce samedi matin

a-gourette-la-manifestation

À Gourette, la manifestation a débuté ce samedi vers 8h30, place Sarrière, devant les guichets.

Stephanie Savariaud

PUBLIÉ LE 15 FÉVRIER 2020 À 9H29, MODIFIÉ À11H01.

Ce mouvement de grève s’inscrivait dans le cadre d’un mot d’ordre national des saisonniers qui entendent protester contre la réforme de leur assurance chômage. A Gourette, on comptait 70 manifestants.

Des salariés saisonniers des stations de Gourette et La Pierre Saint-Martin ont observé un débrayage de deux heures ce samedi matin, entre 8h30 et 10 h 30.

À Gourette, la manifestation a débuté vers 8h30, place Sarrière, devant les guichets : environ 70 saisonniers et salariés permanents de l’EPSA (Établissement public des stations d’altitude) étaient présents. 

Ce mouvement de grève s’inscrivait dans le cadre d’un mot d’ordre national des saisonniers qui entendent protester contre la réforme de leur assurance chômage.

Vers 9 heures, deux personnes accueillaient les clients au guichet et la télécabine du Bezou fonctionnait.

 Le travail a repris comme prévu à 10h30.

Capture-d’écran-2020-02-13-à-14

La rédaction vous conseille

a-gourette-vers-9-heures

A Gourette, vers 9 heures, deux personnes accueillaient les clients au guichet.

Crédit photo : Stephanie Savariaud

Ailleurs dans les Pyrénées, mais aussi dans les Alpes, d’autres perturbations étaient attendues dans les stations d’altitude.

devant-les-guichets-a

Devant les guichets à Gourette, les saisonniers expliquent le mouvement aux clients.

Crédit photo : Stephanie Savariaud

les-stations-gourette

Photo ci-dessus, la station des Gourettes.

Réforme de l'assurance chômage : les saisonniers en grève promettent peu de perturbations dans les stations

maxnewsworldthree958555-4651073

En février 2016, des salariés des Deux-Alpes s'étaient mis en grève pour réclamer des augmentations de salaires et des effectifs supplémentaires. / © Aurore Vassal / MaxPPP

Une partie des saisonniers des stations de sports d'hiver entame un mouvement de grève reconductible à partir de demain. Ils protestent contre une précarisation de leurs professions, et mettent en cause les réformes des retraites et de l'assurance chômage. Retrouvez la liste des stations concernées.

Par TH Publié le 14/02/2020 à 17:34

Colère sur les pistes. A partir de ce samedi 15 février, les saisonniers des stations de ski entament un mouvement de grève reconductible, accompagné de diverses actions de protestation. Remontées mécaniques, caisses, restaurants et hôtels... Tous les secteurs seront touchés, avec des conséquences que les syndicats assurent minimes pour les vacanciers.

"On ne voit pas l'intérêt d'impacter nos clients", explique Nathalie, syndiquée FO, qui travaille à la caisse d'une remontée mécanique de La Clusaz en saison depuis 9 ans. "La majeure partie des employés travailleront avec un brassard, et on expliquera ce qui se passe aux clients", complète-t-elle.

En l'occurence, cette protestation a plusieurs causes. Comme les grandes grèves des dernières semaines, il vise à s'opposer à la réforme des retraites voulue par le gouvernement. "Ceux qui vont payer le prix le plus fort de cette réforme, ce sont les précaires, ceux qui ont eu des carrières hachées, dont les saisonniers", expose Antoine Fatiga, responsable CGT Saisonniers en Auvergne-Rhône-Alpes.

"Beaucoup de saisonniers vont perdre entre 40 et 60% de leur indemnisation"

000_par7799303-4596147

Mais la colère émane surtout de la réforme de l'assurance chômage, dont de nouvelles règles vont s'appliquer à partir du 1er avril. "Avant on cotisait un mois pour un mois d'indeminsation, précise Antoine FatigaMaintenant, il faut cotiser six mois sur les 24 derniers mois. Et beaucoup de saisonniers vont perdre entre 40 et 60% de leur indemnisation chômage."

Un poids en plus sur les épaules des saisonniers, dont le métier s'est déjà précarisé ces dernières années selon Antoine Fatiga : "Les mesures nationales affectent les plus précaires, et le réchauffement climatique a réduit la durée des saisons hivernales, et donc la rémunérations des saisonniers."

Pour Nathalie, cette réforme concerne également les employeurs. "On va devoir travailler à l'année en descendant dans la vallée pour toucher nos indemnisatées complètes, avance-t-elle. Cette réforme, c'est la mort de la saisonnalité."

Les grévistes ont aussi envie de casser les clichés sur les saisonniers. "Certains nous traitent de feinéants parce qu'on travaillerait quatre mois par an, mais ce n'est qu'une minorité de saisonniers, s'indigne NathalieOn fait des métiers pas simples, avec beaucoup d'heures. Je ne vois pas pourquoi on nous traiterait de feinéants si on prend un mois avant de recommencer à travailler."

Des droits tirés vers le bas ?

Un dernier point crispe une bonne partie des saisonniers du secteur des remontées mécaniques. "Le gouvernement veut passer de 700 conventions collectives à 200, en faisant des mariages entres secteurs", avance Antoine Fatiga de la CGT. Son inquiétude principale : "Etre mariés avec un secteur où le droit social est moins bon, ce qui tirerait nos droits par le bas."

ecole_la_rosiere-4539735

Savoie : une classe supplémentaire accordée par le rectorat à La Rosière pour accueillir les enfants de saisonniers .


La branche des remontées mécaniques bénéficie notamment de la reconduction automatique d'un CDD :  si l'employé n'est pas notifié de sa non-recondution avant la fin de la saison, il est obligatoirement réembauché l'année suivante.

Face à la colère, le gouvernement a annoncé un "plan d'accompagnement" des saisonniers. Une promesse qui ne rassure pas Antoine Fatiga : "Chaque année, on nous fait les mêmes annonces. Ca ne passe pas auprès des salariés, ils nous prennent pour des couillons, et ça nous encourage encore plus à être mobilisés."

Faire entendre leurs voix sans gêner les vacanciers

La majorité des grandes stations des Alpes devrait être concernée par ce mouvement de grève. A La Clusaz, Nathalie promet une manifestation sur la place de l'église avec distribution de tracts à 17h30, en compagnie de ses collègues de Labellemontagne et du Grand-Bornand.

Côté Savoie, un rassemblement sera organisé à 8h30 au rond-point de l'entrée de Moutiers, "où nous distribuerons de l'information à l'arrivée des touristes" selon un communiqué de la CGT.

Le but de l'opération est simple d'après Nathalie de FO : "Toucher l'Etat". Tout simplement. La CGT Remontées mécaniques a d'ailleurs lancé 
une pétition à l'attention du ministère du Travail, qui a d'ores et déjà rassemblé plus de 2 700 signatures

Parmi les perturbations à prévoir, certaines stations verront leur domaine skiable réduit, mais les syndicats assurent que les vacanciers ne souffriront que peu de ce mouvement.

Voici la liste des stations concernées par des prévis de grève ou par des actions selon FO et la CGT :

  • En Isère : Les Deux-Alpes, L'Alpe d'Huez, Chamrousse
  • En Savoie : Courchevel, La Plagne, La Rosière, Les Arcs, Les Karellis, Les Menuires, Les Sybelles, Méribel Alpina, Saint-Colomban des Villars, Savoie Grand Revard, Tignes, Val Cenis, Val d'Isère, Val Thorens, Valfrejus-La Norma,Valloire, Valmeinier, Valmorel
  • En Haute-Savoie : Avoriaz, Chamonix Mont-Blanc, Flaine, La Clusaz, Le Grand-Bornand, Les Carroz, Les Gets, Megève, Val d'Arly

Haute-Savoie/Savoie : dans quelles stations les saisonniers seront-ils en grève le 15 février?

Photo-station-de-ski-Haute-Savoie-février-2020

Samedi 15 février, les saisonniers d’une quinzaine de stations seront en grève. - Photo d’illustration

La CGT a déposé fin janvier un préavis de grève pour le 15 février dans de nombreuses stations des pays de Savoie. Le syndicat a également été rejoint par Force ouvrière. Leurs revendications portent sur la réforme des retraites et les nouveaux modes de calcul des allocations-chômage. Lionel Vital, délégué syndical CGT des Arcs, tire la sonnette d’alarme : «Avec la nouvelle réforme de l’assurance chômage, les travailleurs saisonniers qui travaillent sept à dix mois par an, pourraient perdre entre 25 % et 45 % de leur indemnisation. » Il rappelle également qu’«Avec ce nouveau régime, il va falloir travailler plus longtemps, pour moins de revenu ».

Quelles stations seront impactées ?

En Haute-Savoie, la grève concernera les stations de Flaine, Les Carroz, Megève, Chamonix, le Grand-Bornand, Val d’Arly et Avoriaz. A La CLusaz, il n’y aura pas de blocage des remontées mécaniques mais une manifestation à 17h30 samedi sur la place de l'Église. Les saisonniers porteront un brassard et feront de l'information auprès de la clientèle.

Situation particulière aux Gets, où les saisonniers feront grève le 22 février.

Un nombre plus important de stations est concerné en Savoie, avec, entre autres, La Plagne, Les Arcs, Les Menuires, Val Thorens, Courchevel, Valmorel, Tignes, Val d'Isère, Meribel, Valloire, Les Karellis, Saint-Colomban des Villards, Valmeinier, Val Fréjus et Savoie Grand Revard.

En Savoie, un rassemblement est prévu au rond-point à l’entrée de Moûtiers, le samedi 15 février de 8h30 à 10h30. Les manifestants distribueront de l’information à l’arrivée des touristes. Ils partiront ensuite en manifestation en direction de la gare SNCF.

La CGT a mis en ligne une pétition où elle détaille ses revendications.

cover-r4x3w1000-5e47d94a4f089-f1f69cfe075b876f2aa69ef53bff31ae42f2a3d4-jpg

Appels à la grève dans les remontées mécaniques le 15 février 2020

Publié le 09/02/2020 - 09:02
Mis à jour le 07/02/2020 - 18:58

Les syndicats CGT et FO appellent à des débrayages dans plusieurs stations de ski pour dénoncer les répercussions attendues de la réforme de l'assurance-chômage sur les saisonniers.

www

Les syndicats FO et CGT du secteur des remontées mécaniques appellent à des débrayages dans plusieurs stations de ski le  samedi 15 février, à l'occasion du chassé-croisé des vacanciers, pour dénoncer les répercussions attendues de la réforme de l'assurance-chômage sur les saisonniers.

"Nous avons déposé un préavis de grève pour le 15 février que nous retirerons si les discussions aboutissent" avec le ministère du Travail, a indiqué Eric Becker, secrétaire fédéral FO chargé des remontées mécaniques et des saisonniers. Tout dépendra "de la volonté de l'exécutif de faire quelque chose pour un secteur d'activité» soumis à «des difficultés et des spécificités", a-t-il ajouté.

"ls ont voulu traiter les saisonniers comme des salariés lambda alors que leur mode de travail est totalement différent", regrette le syndicaliste.

Les salariés des remontées mécaniques sont appelés à débrayer «quelques heures voire une demi-journée» et à distribuer des tracts. "Du fait qu'il y a moins de personnel, il est évident que certaines installations ne tourneront pas", affirme-t-il.

Le syndicat redoute certaines dispositions prévues par les nouvelles règles de l'assurance-chômage à partir d'avril, en particulier "des retombées négatives liées à l'augmentation de la durée de 4 à 6 mois de contrat pour l'ouverture des droits, la suppression de la recharge au bout d'un mois de travail ainsi que le mode de calcul de l'indemnité réduisant, suivant les cas, de moitié cette allocation", selon un communiqué.

Selon la Dares, le service de statistiques du ministère du Travail, plus d'un million de personnes ont été en contrat saisonnier (en moyenne de deux mois) entre avril 2018 et mars 2019. Près de la moitié des saisonniers exercent leur activité dans les secteurs de la restauration, de l'hébergement et des loisirs, principalement sur les lieux de vacances.

Selon FO, on dénombre environ 17.000 contrats saisonniers dans les remontées mécaniques.

(Avec AFP)

Réforme du chômage: bras de fer entre l'exécutif et les saisonniers montagnards..

Les syndicats CGT et FO durcissent leur mouvement et appellent à des débrayages dans les stations de ski ce samedi 15 février, en plein coeur des vacances scolaires d'hiver, pour protester contre les conséquences de la réforme de l’assurance chômage pour les saisonniers.

cover-r4x3w1000-5e3c397be06af-000-6v9xd

La CGT et FO appellent les saisonniers des stations de ski à se mobiliser le 15 février.

PHILIPPE DESMAZES/AFP

Ce samedi 15 février, jour de chassé-croisé des skieurs, les saisonniers des stations de ski en Isère, Savoie, Haute-Savoie, dans les Hautes-Alpes et les Pyrénées se mobilisent pour protester contre la réforme de l’assurance chômage. "Il y aura des actions différentes selon les massifs. Chacun verra en fonction des assemblées générales, mais nous prévoyons des actions ponctuelles en station avec des débrayages. Mon but est de pénaliser au minimum les usagers", assure Éric Becker, secrétaire fédéral FO en charge des remontées mécaniques et des saisonniers, qui concède toutefois que des appareils seront forcément mis à l’arrêt, faute de personnel. "Nous voulons profiter de la visibilité de ce gros chassé-croisé des vacances. Il y a aura de facto des ralentissements énormes sur les routes, avec des actions en stations et en bas des vallées", indique de son côté Kader Bengueche, secrétaire général de la CGT transports, alors qu'une deuxième journée d'action est d'ores et déjà envisagée autour du 24 février face à l'échec des négociations avec le gouvernement.

Face à la grogne, les dirigeants des domaines skiables veulent rester sereins. "L’expérience des vacanciers ne sera pas impactée, nous serons très vigilants à ce qu’elle ne le soit pas", tente de rassurer Laurent Reynaud, le délégué général de la chambre professionnelle Domaines skiables de France (DSF). Lui, voit plutôt dans les opérations des syndicats un mouvement de sensibilisation des pouvoirs publics et se dit par ailleurs solidaire "d’opérations douces et festives, comme des distributions de chocolat et vin chaud pour expliquer la situation".

Durcissement des droits

Quelle est la raison de la colère des saisonniers? Syndicats comme employeurs dénoncent l’inadéquation de la réforme de l'assurance chômage avec la saisonnalité en montagne. "En station, ce ne sont pas des jeunes de 18 ans à la recherche d’un petit boulot comme pour les vendanges, mais des gens qui ont entre 35 et 50 ans, des responsables de famille, installés en montagne à l’année qui vivent dans un rythme de pluri-saisonnalité", souligne 

 Sans oublier qu'il y avait déjà eu des cas de rougeoles, assez grave, et avec une situation préoccupante, dans la station de Val-Thorens !!!..

Photo-rougeole-à-Val-Thorens

Les mouvements sociaux, comme manifestations et protestations de colère, n’ont pas fini d’égrainer le calendrier, et ce, au moins jusque peu avant les vacances d’été !...