Ecologie vraie et réelle..

13 novembre 2018

Hommage à Maggy Biskupski..

maggy-biskupski-ici-sur-le-plateau-de-bfmtv

 

Hommage à Maggy Biskupski..

Malaise profond dans la police et les institutions de la république..

 

headshotmaggy

Cette triste disparition, une fois de plus, fait ressortir le « malaise » profond de notre société, mais pas seulement, mais également le malaise de nos institutions comme différents services.

La présidente des "Policiers en colère", Maggy Biskupski, s'est suicidée..

La gardienne de la paix de 36 ans s’est suicidée ce lundi 12 novembre au soir avec son arme de service à son domicile de Carrières-sous-Poissy.

7795544001_000-par2229271

Des policiers du syndicat UNSA Police brandissent une banderole portant l'inscription "Les policiers en colère" lors de la manifestation de fonctionnaires d'Etat, hospitaliers et territoriaux qui défilent à l'appel du syndicat FO le 23 octobre 2008 à PariCrédit : BERTRAN GUAY / AFP.

Celle qui était devenue l'emblème du malaise des policiers s'est donné la mort. Maggy Biskupski, fondatrice en octobre 2016 de l’association "Mobilisation des policiers en colère" (MPC), s’est suicidée ce lundi 12 novembre au soir. La gardienne de la paix de 36 ans s’est tiré une balle dans la tête avec son arme de service à son domicile de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) selon une information du Parisien

Une lettre expliquant ses motivations a été retrouvée sur les lieux. Une de ses collègues sans nouvelles de la jeune femme a prévenu les secours. Les pompiers ont rapidement conclu que son pronostic vital était engagé. La gardienne de la paix a rapidement succombé à ses blessures

0f8eb466-09f6-594e-8679-115e8bcd360c_1505584052_1200

La policière de 36 ans avait créé une association après l'attaque de Viry-Châtillon. Elle se serait suicidée avec son arme.

3411-maggy-biskupski_5742733

Maggy Biskupski présidait l'association Mobilisation des policiers en colère (MPC). Elle se serait suicidée avec son arme de service.AFP PHOTO/PATRICK KOVARIK.

Maggy Biskupski, présidente de l'association Policiers en colère, s'est suicidée

policiers_en_colere_sipa

Maggy Biskupski a été retrouvée morte, lundi, chez elle dans les Yvelines. Une lettre a été retrouvée.

Elle était devenue une figure emblématique du ras-le-bol des policiers. Maggy Biskupski, présidente de l'association Mobilisation des policiers en colère née au lendemain de l'attaque de policiers à Viry-Châtillon en 2016, a été retrouvée morte lundi 12 novembre à son domicile, a-t-on appris de sources concordantes.

Une lettre retrouvée

La jeune femme de 36 ans a été retrouvée morte avec son arme de service à son domicile de Carrière-sous-Poissy, dans les Yvelines, selon une source proche de l'enquête. Une lettre a été retrouvée. Selon la même source, la piste du suicide est privilégiée.

Policière à la brigade anti-criminalité des Yvelines, Maggy Biskupski était visée, ainsi que trois collègues, par une procédure de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) pour "manquements" à leur devoir de réserve.

Elle était la présidente de l'association Mobilisation des policiers en colère (MPC), constituée lors de la fronde policière qui avait suivi l'agression aux cocktails Molotov de deux policiers à Viry-Châtillon le 8 octobre 2016, en Essonne.

"Nous perdons tous une collègue"

La déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP Police, Linda Kebbab, lui a rendu hommage sur Twitter.

Avec humilité, l'ensemble d'@UNITESGPPOLICE rend hommage à Maggy Biskupski.
La police est une nouvelle fois en deuil, une nouvelle fois frappée par le suicide, et nous perdons tous une collègue, une sœur d’arme, qui avait fait le choix éprouvant de s'engager pour les autres...

226

23:50 - 12 nov. 2018

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

138 personnes parlent à ce sujet

 

Tout comme les syndicats Alliance police et Unsa police.

 

ALLIANCE PN@alliancepolice

nous venons d apprendre avec stupeur le décès de notre collègue Maggy.
Alliance Police Nationale présente ses plus sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses collègues.

47

00:17 - 13 nov. 2018

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

30 personnes parlent à ce sujet

UNSA POLICE POLE CRS

L UNSA POLICE rend hommage à MAGGY militante convaincue et engagée. Sincères condoléances à sa famille, ses proches et tous ses collègues du 78

26

23:32 - 12 nov. 2018

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Voir les autres Tweets de UNSA POLICE POLE CRS

"On ne se sent pas soutenu"

L'attaque de Viry-Châtillon avait révolté les forces de l'ordre et provoquéune fronde inédite parmi les policiers. Nombre d'entre eux avaient bravé leur devoir de réserve et défilé durant plusieurs semaines à Paris et ailleurs en France pour exprimer leur "malaise" face à la "haine anti-flics", et dénoncer leur manque de moyens.

Récemment, à l'occasion d'un article sur le nouveau secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nunez, "l'Obs" avait interrogé Maggy Biskupski.

"On se fait déchirer dans la presse, on se fait déchirer sur les médias sociaux, on se prend des balles pour 2.000 euros par mois. On se heurte à des gens de plus en plus hostiles. Et, avec tout ça, on ne se sent pas soutenu", avait-elle expliqué.

Comme le rappelle Franceinfo, la policière, qui s'exprimait régulièrement à la télévision, avait été confrontée fin septembre à l'écrivain et chroniqueur Yann Moix dans l'émission "les Terriens du samedi".  Il avait accusé les policiers de "se victimiser" et de "chier dans leur froc" face à l'insécurité. Maggy Biskupski avait ensuite demandé au ministre de l'Intérieur de porter plainte contre le chroniqueur pour "injures publiques".

"On est devenu une cible et l'administration ne nous défend pas. Je me défends par mes propres moyens" avait-elle aussi expliqué, le lundi suivant, à Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

maggy-biskupski-ici-sur-le-plateau-de-bfmtv

Maggy Biskupski, la présidente de l’association Mobilisation des policiers en colère, retrouvée morte

Elle était visée par une procédure de la police des polices pour « manquements » à son devoir de réserve, pour avoir dénoncé la « haine antiflics ».

99fe89f_PAR16_FRANCE-SECURITY-_1023_11

L’association Mobilisation des policiers en colère avait été créée après l’agression aux cocktails Molotov de deux policiers à Viry-Châtillon, en Essonne, le 8 octobre 2016. PHILIPPE WOJAZER / REUTERS

Maggy Biskupski, présidente de l’association Mobilisation des policiers en colère (MPC) née au lendemain de l’attaque de policiers à Viry-Châtillon en 2016, a été retrouvée morte, lundi 12 novembre, à son domicile de Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, selon une source proche de l’enquête. Une lettre a été retrouvée à ses côtés, ainsi que son arme de service. La piste du suicide est privilégiée, selon cette source.

« Manquements » au devoir de réserve

Policière à la brigade anticriminalité des Yvelines, Maggy Biskupski était visée, avec trois de ses collègues, par une procédure de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) pour « manquements » à son devoir de réserve.

Elle était la présidente de l’association Mobilisation des policiers en colère, constituée lors de la fronde policière qui avait suivi l’agression aux cocktails Molotov de deux policiers à Viry-Châtillon, dans l’Essonne, le 8 octobre 2016. Cette attaque avait révolté les forces de l’ordre et provoqué une fronde inédite chez les policiers. Nombre d’entre eux avaient bravé leur devoir de réserve et manifesté durant plusieurs semaines à Paris et ailleurs en France pour exprimer leur « malaise » face à la « haine antiflics », et dénoncer leur manque de moyens.

L’association visait d’ailleurs à « crédibiliser aux yeux de l’administration ces dix-huit jours de manifestations qui sont restés sans réponse », cette « fronde », avait déclaré Maggy Biskupski dans une vidéo publiée sur la page Facebook de l’association. Et d’ajouter :

« [L’association a] pour but d’être une force de proposition indépendante du champ politique et syndical policier ; recueillir et porter les doléances de policiers, fédérer autour d’une conception commune et idéale de la profession et générer une dynamique de rassemblement et d’adhésion autour des revendications. »

maggy-biskupski-guillaume-lebeau

Convocation des policiers, Maggy Biskupski et Guillaume Lebeau, par l'IGPN – Photo : Arnaud Andrieu/Sipa Press.

 

"Tristesse" et "choc": les politiques rendent hommage à la policière Maggy Biskupsi

 13/11/2018 à 10h39

Photo-policière-BFMTV

La jeune femme de 36 ans travaillant à la BAC des Yvelines présidait l'association Policiers en colère. Elle s'est tuée lundi à son domicile avec son arme de service.

Son visage était devenu celui du désarroi des policiers français. Maggy Biskupski, 36 ans, a été retrouvée morte à son domicile lundi. Son arme de service et une lettre ont été découvertes sur place. Elle présidait l'association Policiers en colère, née en 2016 au lendemain de l'attaque contre deux membres des forces de l'ordre à Viry-Châtillon, à coups de cocktails molotov et était visée, avec trois collègues, par une procédure de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) pour  "manquements" au devoir de réserve.

L'annonce du suicide de cette policière de la brigade anti-criminalité des Yvelines a suscité l'émoi parmi ses collègues mais aussi dans la classe politique. Sur BFMTV et RMC ce mardi matin, le ministre de l'Intérieur a appelé à "entendre la colère des policiers".

"Nous y répondrons, concrètement, avec plus d'effectifs et plus de moyens sur le terrain", a-t-il promis. "Ce soir notre tristesse est profonde'", a-t-il aussi tweeté lundi soir. 

 

Christophe Castaner

✔@CCastaner

J'étais il y a quelques jours à Viry-Châtillon avec ses collègues.
Le combat de Maggy Biskupski ne doit pas s'éteindre : j'entends la colère des policiers. Et nous y répondons, concrètement, avec plus d'effectifs et plus de moyens sur le terrain.
' alt="🎙️" class="Emoji Emoji--forText" draggable=false title="Studio microphone" aria-label="Emoji: Studio microphone" v:shapes="_x0000_i1025"> #BourdinDirect

89

8:33 AM - Nov 13, 2018

Twitter Ads info and privacy

81 people are talking about this

"Donnons tous les moyens" aux policiers

Plusieurs personnalités de droite et d'extrême droite ont également rendu hommage à la policière. Dans un tweet, le président des Républicains Laurent Wauquiez a eu une "pensée émue" pour la policière, "sa famille et ses collègues". "Symbole d'une police à bout, elle portait le combat de ceux qui nous protègent au quotidien. Nous n'avons pas su la protéger. Hommage aux forces de l'ordre, à leur courage et à leur engagement sans faille", a-t-il écrit.

maggy

Toujours chez LR, le député Eric Ciotti a exhorté dans un tweet à "donner tous les moyens" aux policiers après cette expression de "souffrance". "La réponse à ce malaise, c'est le rétablissement des valeurs d'autorité dans notre pays", "que le gouvernement enfin entame une grande réforme de la justice pour que celles et ceux qui sont interpellés courageusement par nos gendarmes et nos policiers soient systématiquement traduits devant les tribunaux, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", a plaidé de son côté le députéLR Guillaume Peltier sur Cnews.

 

Pour Marine Le Pen, ce "suicide (...) est le terrible symbole de la souffrance des policiers qu'elle dénonçait inlassablement. Cette souffrance a eu raison d'elle, et c'est un grand choc pour nous tous", a tweeté la présidente du Rassemblement national. "Cette hécatombe ne peut plus durer", a-t-elle ajouté. 

 

Laurent Wauquiez

✔@laurentwauquiez

 

Pensée émue pour Maggy Biskupski, sa famille et ses collègues. Symbole d’une police à bout, elle portait le combat de ceux qui nous protègent au quotidien. Nous n’avons pas su la protéger. Hommage aux forces de l’ordre, à leur courage et à leur engagement sans faille.

354

8:07 AM - Nov 13, 2018

Twitter Ads info and privacy

249 people are talking about this

 

Marine Le Pen

✔@MLP_officiel

Cette hécatombe ne peut plus durer. MLP

 

Marine Le Pen

✔@MLP_officiel

Le suicide de #MaggyBiskupski, présidente de l’association « Mobilisation des Policiers en Colère », est le terrible symbole de la souffrance des policiers qu’elle dénonçait inlassablement. Cette souffrance a eu raison d’elle, et c’est un grand choc pour nous tous.

212

6:42 AM - Nov 13, 2018

Twitter Ads info and privacy

158 people are talking about this

Une commission d'enquête sur le malaise policier?

A gauche, le député insoumis Alexis Corbière a réclamé une "commission d'enquête" sur les suicides au sein des forces de l'ordre. "Avec émotion j'apprend (sic) la mort tragique de Maggy Biskupski. C'était une voix forte décrivant le quotidien difficile de sa profession. En 2017 135 policiers et gendarmes se sont suicidés. Il faut agir contre cette souffrance", a-t-il exhorté.

"Elle était le symbole d'une profession qui réclame d'être vraiment respectée. Le suicide de Maggy Biskupski alourdit la trop longue liste des policiers morts des conséquences de leur souffrance au travail", a abondé Benoît Hamon, le fondateur du mouvement Générations.

 

Alexis Corbière

✔@alexiscorbiere

maggy

Avec émotion j'apprend la mort tragique de Maggy Biskupski. C'était une voix forte décrivant le quotidien difficile de sa profession. En 2017 135 policiers et gendarmes se sont suicidés. Il faut agir contre cette souffrance. Vite une Commission d'enquête.
http://m.leparisien.fr/faits-divers/maggy-biskupski-la-presidente-des-policiers-en-colere-s-est-suicidee-12-11-2018-7941315.php …

616

11:20 PM - Nov 12, 2018

Twitter Ads info and privacy

' class="u-block" v:shapes="_x0000_i1026">

Photo-policière-porte-parole

Maggy Biskupski, la présidente des Policiers en colère s’est suicidée

Agée de 36 ans, la gardienne de la paix avait fondé l’association après la dramatique attaque des policiers de Viry-Châtillon.

m.leparisien.fr

654 people are talking about this

 

Benoît Hamon

✔@benoithamon

 

Elle était le symbole d'une profession qui réclame d'être vraiment respectée. Le suicide de Maggy Biskupski alourdit la trop longue liste des policiers morts des conséquences de leur souffrance au travail. Mes pensées vont à sa famille et à ses collègues. https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/12/maggy-biskupski-la-presidente-des-policiers-en-colere-sest-suicidee_a_23587834/?ncid=other_twitter_cooo9wqtham&utm_campaign=share_twitter …

258

7:38 AM - Nov 13, 2018

Twitter Ads info and privacy

Photo-policière-porte-parole

La présidente des "policiers en colère" s'est suicidée

Cette gardienne de la paix de 36 ans s'est donnée la mort avec son arme de service.

huffingtonpost.fr

165 people are talking about this

headshotmaggy

 

 

Pour terminer

Après cette âpre..bataille, des chiffres et pourcentages, voulue et sous Nicolas Sarkozy, la diminution des effectifs, aussi et surtout, les moyens insuffisants et pas toujours à la hauteur, la contribution à la sécurité avant, durant, et après tous ces attentats, aussi ne faut-il pas s'étonner de cette forme de mécontentement et sinon de ras-le-bol "généralisé", mais également, malheureusement, d'actes en guise de désespoir et qui amènent à ces suicides...

 

Posté par Janus157 à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 novembre 2018

1914-1918…2018..se souvenir..ne pas oublier..

photo-datant-de-1916-de-poilus-venant-en-aide-a-leurs-camarades-blesses-sur-un-champ-de-bataille-a-verdun-dans-l-est-de-la-france_6019798

1914-19182018..se souvenir..ne pas oublier..

000_SAPA981020922090_0

Photo ci-dessus de soldats à travers les barbelés.

11 novembre 2018 commémoration du centenaire de la guerre de 1914-1918 et de l’Armistice..

Waffenstillstand_gr

Photo ci-dessus de la signature dans le wagon de la Retonde (clairière située à Compiègne).

14-18-Mission-Centenaire_frontpagedossiers

1914-1918…2018..se souvenir..

830x532_carte-postale-distribuee-historial-peronne-musee-premiere-guerre-mondiale-montrant-soldats-francais-1914-debut-conflit

Hommages aux poilus de la Grande Guerre..

39436

Ils étaient tous..hors du commun..

Lazare Ponticelli

Lazare Ponticelli était le dernier poilu de la guerre 1914-1918.

27-lazare-ponticelli

Décédé le 12/03/2008 à l’âge de 110 ans.

LazarePonticelli

« Le dernier survivant vient de rejoindre le premier mort de la plus atroce des guerres;

Qui se souvient de ce premier mort ??

Il était caporal ; Le 2 août 1914, en poste dans le village de Joncheray au sud–est du territoire de Belfort, il s’oppose à une patrouille allemande qui a violé la frontière ; Il fait les sommations d’usage, en réponse l’officier qui commande la patrouille sort son revolver et tire. Il est mortellement touché ; Avant de mourir il a le temps de riposter et de blesser mortellement à son tour celui qui vient de lui ôter la vie.
Le Français a 21 ans à peine, il est instituteur, il s’appelle Jules-André Peugeot.
L’Allemand a 22 ans, il est natif de Magdebourg en Saxe-Anhalt, lieutenant au 5eme régiment de chasseurs, il s’appelle Albert Mayer.
 »

Lazare_Ponticelli_2006

Photo ci-dessus de Mr. Lazare Ponticelli, chez lui, en 2006.

667910-histoire-11novembre-ponticelli

Photo ci-dessus de l’une des dernières participations de Mr. Lazare Ponticelli, pour la commémoration de la grande guerre de 1914-1918, en hommage aux poilus.

Un peu d’histoire

Coquelicot et bleuet..

coquelicots

Coquelicots et bleuets, fleurs symboles de la Grande Guerre..

459705763

Le bleuet

2888586351_small_1

Mais comme pour le coquelicot britannique, c’est après la guerre que le bleuet fut institué fleur du souvenir. Suzanne Lenhardt, infirmière-major de l’hôpital militaire des Invalides et veuve d’un capitaine d’Infanterie coloniale tué en 1915, et Charlotte Malleterre, fille du général Gustave Léon Niox et femme du général Gabriel Malleterre, toutes deux bouleversées par les souffrances des blessés de guerre dont elles s’occupaient, avaient saisi la nécessité de leur redonner une place active au sein de la société… Elles eurent l’idée d’organiser des ateliers où les mutilés de guerre confectionnaient des bleuets dont les pétales étaient réalisées avec du tissu et les étamines en papier journal.

Ces fleurs étaient vendues au public à diverses occasions et les revenus générés par cette activité permettaient de procurer un petit revenu à ces hommes. Le bleuet devint ainsi un symbole de la réinsertion par le travail.

Bien que cette tradition soit moins présente depuis les années 1960, le Bleuet de France est toujours vendu lors des commémorations du 8 mai et du 11 novembre, par des bénévoles de L’Œuvre Nationale du Bleuet de France, une association d’utilité publique sous la tutelle de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Son objectif est toujours de recueillir des fonds afin de financer les œuvres sociales qui viennent en aide aux anciens combattants et veuves de guerre, mais aussi désormais aux soldats blessés en opération de maintien de la paix, et aux victimes du terrorisme.

Coquelicots et bleuets, fleurs symboles de la Grande Guerre

03uh3avx

Le coquelicot et le bleuet sont devenues les fleurs symboles de la guerre de 1914-1918 . Dans les pays du Commonwealth, le coquelicot est associé à la mémoire de ceux qui sont morts à la guerre. Cette mise en relation est plus ancienne: durant les guerres napoléoniennes du début du XIXe siècle, déjà, le lien entre le coquelicot et les champs de batailles avait été observé…

IMG_7856-224x300

Comment expliquer que les champs mis à nus lors des combats se couvrent de ces fleurs rouges sang après la bataille?

Pour germer, la graine du coquelicot n’a que très peu d’exigences : elle a avant tout besoin d’une terre remuée et calcaire. De grande longévité, elle résiste bien au manque d’eau et à l’enfouissement, et peut donc rester dans le sol de longues années. Puis, dès que la terre est remuée et mise à nu, elle se met à germer. C’est ce qui explique aussi qu’elle se mit à pousser sur les terres dévastées par les obus et tranchées des combats de la première guerre mondiale

LtCol-McCrae-01-221x300

Lors de la 1ere guerre mondiale, c’est le lieutenant colonel John McCrae, un médecin militaire canadien, qui établit lui aussi ce rapport entre le coquelicot et les champs de batailles. Alors qu’au printemps 1915,  son jeune ami Alexis Helmer avait été tué par un obus allemand à Ypres, et enseveli dans une tombe sommaire, marquée d’une simple croix de bois, John McCrae avait été frappé par le fait que des coquelicots poussaient spontanément entre les rangées de sépultures. Ce phénomène lui inspira son célèbre poème « In Flanders Fields » (« Au Champ d’Honneur »). Ecrit au début du mois de mai 1915, ce poème fut publié dans le London Punch le 8 décembre 1915.

 In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses,row on row,

That mark our place; and in the sky

The larks, still bravely singing, fly

Scarce heard amid the guns below.

We are the Dead. Short days ago

We lived, felt dawn, saw sunset glow,

Loved, and were loved, and now we lie

In Flanders fields.

Take up our quarrel with the foe:

To you from failing hands we throw

The torch; be yours to hold it high.

If ye break faith with us who die

We shall not sleep, though poppies grow

In Flanders fields.

19850475-013-300x202

Trois ans plus tard, et quelques jours seulement avant l’Armistice, l’Américaine Moina Michael, qui travaillait dans une cantine de la « YMCA » à New York fut très émue lorsqu’elle prit connaissance du poème. Elle composa à son tour un poème en réponse à celui de McCrae. Intitulé « We shall keep the faith », il exprime la promesse faite à ceux qui sont morts durant la guerre de se souvenir d’eux en portant le coquelicot. Moina se mit elle-même à porter un coquelicot en mémoire des millions de soldats qui avaient donné leur vie sur les champs de bataille. En 1920 cette coutume vint à la connaissance d’une française, Madame Guérin, en visite aux Etats-Unis.

IMG_7856-224x300

À son retour en France, elle décida de se servir de coquelicots réalisés à la main pour recueillir des fonds pour les enfants sans ressources des régions dévastées du pays. En 1921, c’est le maréchal Douglas Haig, alors au commandement des armées britanniques en France et en Belgique qui, ayant découvert l’initiative d’Anne Guérin, incita l’organisation du British Poppy Day Appeal destiné à récolter des fonds pour les anciens combattants démunis et invalides. Cette année-là aussi, Anne Guérin voyagea au Canada et parvint à convaincre l’Association des anciens combattants de la Grande Guerre d’adopter le poppy comme symbole du souvenir. Les premiers coquelicots du Canada ont été distribués en novembre 1921. Depuis, dans tous les pays du Commonwealth, le « Poppy » (coquelicot) symbolise le Sacrifice et le Souvenir de la Première Guerre mondiale et l’Armistice du 11 Novembre est appelé le « Poppy Day » (jour du Coquelicot).

Kornblume02

En France, le bleuet, également présent sur les champs de bataille et dont la couleur rappelle les uniformes des Poilus, est lui aussi devenu fleur-symbole du sacrifice des soldats lors du premier conflit mondial. Les poilus français avaient eux-mêmes choisi cette fleur comme symbole de leur guerre. En 1915,  les soldats vétérans de la mobilisation, vêtus de l’ uniforme bleu et rouge, ont donné le surnom de « bleuets » aux jeunes recrues qui arrivaient au front, habillées du nouvel uniforme bleu horizon de l’armée française.

c8820fd003adc23b5c7bb8b6287bdca9

John McCrae au champ d'honneur

LtCol-McCrae-01-221x300

Les médailles de John McCrae, disparues du domaine public pendant de nombreuses années, font désormais partie d'une exposition permanente présentée au McCrae House National Historic Site, à Guelph, en Ontario. À la suite de la guerre des Boers (1899-1902) et de la Première Guerre mondiale (1914-1918), des milliers de médailles et de médaillons ont été décernés aux Canadiens en reconnaissance des services qu'ils avaient rendus pendant la guerre. Toutefois, les médailles présentées dans le cadre du présent circuit ont une signification toute spéciale : elles ont été remises à l'auteur de In Flanders Fields (Au champ d'honneur), l'un des poèmes les plus célèbres à avoir été écrits pendant la Grande Guerre.

M968

M968

M968

969

969

WIMEREUX

Cimetière militaire du Commonwealth « Wimereux Communal Cemetery »

Wimereux-PC14-01-768x262

Situé  en milieu urbain, au cœur du cimetière communal de Wimereux, seule la croix du sacrifice, dessinée par Sir Reginald Blomfield permet de deviner de l’extérieur l’existence de ce cimetière, en raison du mur d’enceinte protégeant le cimetière communal et militaire. Cette croix dressée sur son socle tient lieu d’amer. Son exceptionnalité réside dans la présence de la tombe de John Mc Crae connu pour son célèbre poème In Flanders Fields.

Wimereux-PC14-02-768x252

Le cimetière britannique s’inscrit en extension du cimetière civil, sans limite particulière. Seul le traitement du sol engazonné du cimetière britannique l’en distingue. Aménagé en gradins il s’harmonise avec les tombes du cimetière civil. Les différents paliers sont délimités par des murets rehaussés de calcaire blanc. De l’intérieur, des perspectives monumentales s’offrent vers le sud, sur la partie ancienne de la ville de Wimereux. En revanche, au nord, la vue se limite aux tombes du cimetière communal et à son mur d’enceinte.

Wimereux-PC14-04

Dès l’entrée, à gauche, une plaque rend hommage à John Mc Crae, plaque érigée par The Ontario Heritage et le ministère de la culture et des loisirs canadien. Quelques vers de son poème « In Flanders Fields » y sont gravés. Il repose près de la Croix du Sacrifice, sa tombe est une simple stèle pareille à toutes.

M968

Wimereux-PC14-03

L’originalité architecturale de ce cimetière est liée à ses stèles, dalles posées à terre, suite à la nature sablonneuse et instable du sol et leur exposition aux tempêtes. Cette disposition donne à cet ensemble un aspect spécifique corroboré par l’uniformité des formes et la teinte des stèles lui conférant son caractère militaire. Deux pavillons de pierres blanches et lisses reliés par une petite galerie se situent en contrebas. Son architecture géométrique est austère et sans artifice. L’aménagement paysager a été minutieusement pensé. De nombreuses espèces florales ornent les sépultures. La pierre utilisée sur place, notamment pour le mur d’enceinte est locale. Il s’agirait de la pierre de Baincthun. L’architecte en charge, Charles Holden, assisté de W. H Cowlishaw.

zoom_1280px-Wimereux_Communal_Cemetery_1_1_

Au cours de la Première Guerre, près d’une soixantaine de bases sanitaires sont mises en place par les Britanniques dans le Pas-de-Calais. Les plus grandes sont établies le long du littoral, loin du front dans ports et stations balnéaires telles les villes de Boulogne, Etaples ou encore Wimereux. Dès le début des hostilités, cette commune considère qu’il est de son devoir de céder la partie sud-est de son cimetière à l’armée anglaise. Le premier soldat inhumé le 25 octobre 1914 est Sydney Poulten du 1er bataillon du régiment du Dorsetshire et le dernier, le soldat canadien, Elder Hayes Weir du 1er bataillon de la garde noire, mort le 11 juin 1918. D’octobre 1914 à juin 1918, le carré militaire regroupe ainsi 2 847 tombes du Commonwealth parmi eux 215 soldats et officiers, 208 Australiens, 79 Néo-Zélandais, 25 Indiens, 9 Africains du sud…, et aussi 170 tombes allemandes, 5 françaises et des tombes d’infirmières. Tous ont été inhumés dans d’immenses tranchées.

zoom_1280px-Wimereux_Communal_Cemetery_1_1_

Une croix érigée à l’entrée de la zone réservée aux militaires rappelle la présence d’infirmières. Wimereux est un important centre hospitalier pour l’armée impériale britannique au cours de la Grande Guerre. En effet, en 1917, pas moins de dix hôpitaux y fonctionnent pour accueillir les blessés du front et les soldats souffrant de maladies telles que : le typhus, pneumonie, angine, grippe espagnole, maladies vénériennes, etc. Ceux qui décèdent sont inhumés dans le cimetière communal de Wimereux jusqu’en juin 1918, date à partir de laquelle, faute de place, un nouveau cimetière est ouvert à deux kilomètres de là, à Wimille, le Terlincthun British Cemetery. Par ailleurs, on trouve dans ce cimetière 14 tombes de la guerre 1939-45.

7224130604121007

a3418a8cd7bfc18b1915e74eb816de06

Wimereux-PC14-04

La tombe, la plus emblématique et sur laquelle tous se recueillent est celle du lieutenant-colonel, et poète, John Mc Crae, mort le 28 janvier 1918 à l’hôpital général n°14. Mobilisé en tant que médecin dans le secteur d’Ypres, il y apporte assistance aux soldats blessés lors de la seconde bataille d’Ypres en avril et mai 1915. Lors des combats, il perd l’un de ses amis proches enterré à la hâte dans un cimetière de fortune. C’est à la vue de ce cimetière qu’il compose son célèbre poème In Flanders Fields. Au lendemain de la guerre, le poème rencontre un vif succès et contribue ainsi à l’adoption du coquelicot, désormais considéré comme la fleur du souvenir dans l’ensemble de l’Empire britannique. Parmi ces tombes, on retrouve aussi celle de Miss Rubie Pickard, épouse du capitaine Pickard de Saint-Léonard. Agée de 67 ans, elle meurt d’épuisement le 13 avril 1916. Elle appartenait en effet à la British Red Cross Society et dès 1914, elle se dévoue entièrement au service de presse des hôpitaux de Wimereux. De nombreux visiteurs s’y recueillent régulièrement.

Wimereux-PC14-03

johnmccraegravewimereux

Photo ci-dessus de la pierre tombale du lieutenant colonel John Mc. Crae, au cimetière « mémorial » de Wimereux.

images (2)

img-7-small480

grave_mccrae

In Flanders’ Fields : un siècle de coquelicots

flandersfield

Le poème In Flanders Fields — qui célèbre son 100e anniversaire cette année — est considéré comme le poème le plus connu de la Première Guerre mondiale. Dans cette émission, nous sommes en compagnie d’Emily Monks- Leeson, archiviste de BAC. Elle nous fera découvrir la vie de John McCrae, le soldat canadien à qui l’on doit le poème. Elle nous aidera à comprendre la situation entourant son inspiration, la raison de la popularité du poème et les éléments ayant contribué à cette popularité, en plus de raconter le rôle qu’a joué le poème dans la reconnaissance du coquelicot comme symbole du souvenir. Nous parlerons également des documents poétiques de John McCrae et de ceux liés à la guerre qui se trouvent à Bibliothèque et Archives Canada.

flanders-field

téléchargement (2)

Photo ci-dessus de Mr. Alexis Helmer, ami du lieutenant colonel John McCrae.

Les séparations étaient souvent très dures..

c_d579d8f44d

Car ils se sont tous battus comme des lions..

clemenceau_article1

Photo ci-dessus de Clémenceau surnommé le tigre.

French_bayonet_charge

Photo ci-dessus d’une charge à la baïonnette.

centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale

Le parcours du président, Mr.Emmanuel Macron, pour célébrer le Centenaire de 1918

CARTE

Centenaire de la Grande Guerre : à Morhange, Macron entame sa longue marche

Le Président a inauguré lundi son grand périple dans les lieux emblématiques de la Première Guerre mondiale. Un déplacement inédit qui entend marquer les esprits par son importance… et endiguer son impopularité.

 

image (1)

0a882de45b243180598e03244a22ab33-1541416119

10973724

img_2418-3926456

Macron5

emmanuel-macron-en-lorraine--morhange-qui-perd

860_troupes1

20181105PHOWWW00081

DrOfCA8XQAAS201

DrOmmxLX0AEye4K

DrOnw3rXcAAZcJI

5802d0d588cfd10f4b73f97e45af7ec9

Emmanuel-Macron-honore-les-Poilus-sur-le-site-d-une-bataille-oubliee-de-la-Grande-Guerre

1169535-prodlibe-itinerance-macron-premiere-guerre-mondiale

Emmanuel Macron à la cérémonie en hommage aux combattants français de la bataille des frontières, à Morhange, le 5 novembre 2018. Photo Pascal Bastien pour Libération.

93e27159a1bbce381636006222f65592

Emmanuel Macron à la cérémonie le 5 novembre 2018 à la mémoire des Poilus « héroïques » tombés au combat au début de la guerre de 1914-18 en Lorraine. (©AFP/LUDOVIC MARIN)

5be0f135e459f833188b460f

Emmanuel Macron à la cérémonie le 5 novembre 2018 à la mémoire des Poilus « héroïques » tombés au combat au début de la guerre de 1914-18 en Lorraine. (©AFP/LUDOVIC MARIN)

DrOoimsW4AAQUm8

DrOg7dBW4AAnb0K

DrOnw3lX0AAYjJz

DrOg7dGX0AEyJxz

DrOnw3uWoAAuUFy

DrOob3oW4AMB6gH

d419b14a54d456be18c0bc76be711161-1541415696

16095557

Macron-Morhange-POOL-5-854x552

201811061487-full

aa717bdcf73a2e56b4aa170088be3aa121de1674

full

Centenaire de la Première Guerre mondiale : la bataille de Morhange

870x489_img-4644

Le 19 août 1914, l'armée française attaque les frontières allemandes près de Morhange. Un terrain qui semblait facile d'accès, mais une bataille qui se soldait finalement par une lourde défaite. Claude Spitznagel, passionné d'histoire, nous raconte cet épisode.

batmorhange2

Moins de trois semaines après la déclaration de la guerre, éclate à Morhange une des premières grandes batailles de la Grande Guerre 1914-1918. Une bataille éclair qui va durer deux jours, les 19 et 20 août 1914, faire 5.000 morts du côté français, moitié moins du côté allemand et des milliers de blessés et prisonniers.

92198878

morhangenest

big-alsace_vosges_1914_09

La Moselle dans la grande guerre – La bataille de Morhange

800px-Morhange_Chaperon

Photo ci-dessus – Le panorama de la guerre de 1914- à Morhange près de Nancy (tableau d’Eugène Chaperon)

©Musée national de l’Education / CNDP Rouen

L’une des batailles de la Première Guerre mondiale, avec c elle de Sarrebourg qui a eu lieu en même temps, la bataille de Morhange s’inscrit dans la bataille des frontières.

Elle témoigne également, avec celles de Charleroi et de Rossignol (Ardennes Belges), des massacres de ce début de guerre. Le 22 août, ce sont 27 000 soldats français qui trouvent la mort en une journée : c’est le jour le plus sanglant de l’histoire militaire du pays.

La bataille de Morhange se déroule les 19 et 20 août 1914 sur un front qui s’étire sur près de 30 kilomètres et implique séparément les villes de Morhange et de Dieuze. Deux batailles séparées se développent alors : celle de Morhange à l’ouest avec le 20 è corps d’armée commandé par le général Foch, et celle de Dieuze, à l’est, avec les 15è et 16è corps d’armée. Les eux villes – distantes de 14 kilomètres – étaient en effet séparées  par les lignes fortifiées des hauteurs de la forêt de Bride, tenues par les unités allemandes.

carte_morhange

Photo ci-dessus – carte publiée dans l’Atlas de la Grande Guerre, le 14è hors-série de la revue 14-18 le Magazine de la Grande Guerre.

image

images (3)

98194987_o

big-alsace_vosges_1914_11

morhange-86311

Après la défaite, les troupes françaises se retirent sur les hauteurs du Grand-Couronné, à proximité de Nancy, où elles repoussent l’avancée allemande.

Deux sites rappellent encore la bataille de Morhange

• Le monument commémoratif de la bataille de Morhange, constitué d’un obélisque en granit gris des Vosges, en haut du promontoire d’où les allemands pouvaient quadriller le champ de bataille avec l’artillerie lourde.

• Le cimetière allemand du Hellenwald abrite, dans un sous-bois, 4754 soldats du Reich et les tombes de civils allemands morts pendant l’annexion, entre 1871 et 1914. Quelques centaines d’officiers et de soldats français y furent aussi inhumés après avoir été hospitalisés dans les dispensaires de la ville, puis leurs corps furent déplacés dans les autres nécropoles. La présence de tombes allemandes dans un paysage de forêt donne à ce cimetière une atmosphère funèbre et paisible toute particulière.

42511516

L’Obélisque de Morhange en granit gris des Vosges, haut de onze mètres, inauguré le 20 août 1921, immortalise le sacrifice des milliers de soldats tombés au cours de la bataille. Il se dresse sur le bord de la crête de Morhange d’où l’on découvre un superbe panorama du champ de bataille. Détruit en 1944, il a été reconstruit à l’identique avec des fonds allemands et inauguré le 23 août 1964. Sur la face avant on lit cette inscription :

AUX SOLDATS FRANÇAIS TOMBÉS GLORIEUSEMENT A LA BATAILLE DE MORHANGE

LES 19 ET 20 AOÛT 1914

57g36-cpa-morhange-monument-eleve-a-la-memoire-des-soldats-francais-tombes-a-morhange

31359

92198782

191408-20-morhange-xx

Commandant  JACQUES (Pierre Edmond) – Né en 1867. Du 53e R.I. de la 63e brigade de Narbonne commandée par le général  Diou. Mortellement frappé en conduisant avec la plus grande énergie son bataillon à l’attaque des positions fortifiées du bois Vulcain, le 20 août 1914.

89172130_o

   Le 53e était cantonné dans la forêt de Rorbach-les-Dieuze, le 19 août 1914, et devait attaquer le 20 à 4 heures du matin, le village de Cutting qui était puissamment défendu. Deux bataillon du 53e sortirent de la forêt et le général Diou qui commandait l’attaque, fut tué le fusil à la main. Le commandant jacques prit alors le commandement et fut tué également. Les troupes ayant perdu leurs chefs lâchèrent pied, abandonnant les blessés à l’ennemi qui les achevèrent brutalement. Le commandant jacques s’était déjà signalé par ses brillantes qualités militaires dans les campagnes d’Algérie et du Maroc. Son corps repose au cimetière de Sainte-Marie-aux-Chênes (Moselle), son village natal.
(D'après le livre d'or du Souvenir Français)

big-dieuze_morhange

charmes-trouee-bw-003-fransen

fournie_marius5

germans-zzzzzz1

Photo ci-dessus d’un soldat allemand enterré par ses camarades.

Une équipe de femmes charitables au service des blessés

Photo-Morhange-le-traitement-des-blessés

Au moment de la bataille de Morhange, l’activité pastorale de tous les curés des paroisses concernées par les combats, va aller bien au-delà de leur sacerdoce. L’abbé Schowing, curé de Rodalbe, petit village proche de Morhange et de Lidrezing, aux confins du Saulnois et du pays Albenois, rédige une chronique dans laquelle il note qu’au cours de ces trois jours que durent les combats, le service sanitaire allemand est débordé. S’exposant au danger et risquant sa vie, il constitue avec ses paroissiennes une équipe de bénévoles pour s’occuper des blessés.

phpL62kU8

Morhange - Le traitement des blessés français

Un Bilan inquiétant. 

23145362

   Au cours de la bataille de Morhange, le chiffre précis des pertes de la 2e armée française se révèle fort difficile à évaluer. Plusieurs unités ont particulièrement souffert : au 37e régiment d’infanterie, 27 officiers et 800 hommes ont été mis hors de combat ; au 4e bataillon de chasseurs à pied on dénombre plus de 50% du bataillon disparu. De son côté, le 160régiment d’infanterie perd 33 officiers et 1 800 hommes ; le 156régiment d’infanterie laisse sur le terrain 15 officiers et 900 hommes ; au 79e régiment d’infanterie, c’est 1 200 hommes. Celles du 146e et du 153e d’infanterie sont également élevées, sans oublier tous les hommes qui ont été faits prisonniers. On peut dire qu’un combattant sur quatre est mis hors de combat.

   Dans l’après-midi du 20 août 1914, lors de leur repli, nos troupes dans leur mouvement de recul abandonnent les morts et laissent les blessés les plus sérieux sur le terrain avec quelques infirmiers. Les Allemands, devant l’hécatombe, sont pris de cours et évacuent nos blessés sur Morhange. Bientôt les casernes, l’hôpital militaire et les ambulances provisoires tels que : Cours et maison Laurent Sauveur, Hôpital Ste Barbe ou flotte le drapeau de la Croix-Rouge sont remplis. Près de Rodalbe, la ferme Ste Catherine est transformée en hôpital, une vaste tente est dressée dans la cour. Les habitants de Morhange disposant de places accueillent également des blessés. Quant aux nombreux morts qui gisent sur le champ de bataille, les circonstances ne permettent pas encore de les ramasser.

   Les Allemands semblent également très éprouvés par leurs pertes. La proximité de leurs hôpitaux, des postes de secours et des ambulances, installés non loin du front, leur permet de pouvoir évacuer et soigner rapidement d’abord leurs blessés. Dans certains villages, devant l’afflux, l’église et l’école servent à la fois d’hôpital et de salle d’opérations. L’armée allemande doit faire face au manque de personnel sanitaire, la présence de civils est à peine tolérée.

   Certains blessés français par manque de places sont parqués dans la cour de la caserne du 17e à Morhange sous l'oeil des sentinelles ; Ils gisent allongés sur la paille ou sur des matelas exposés à la chaleur du soleil et à la fraîcheur de la nuit. Les conditions sanitaires sont déplorables.

Morhange-Caserne

Photo-Morhange-le-traitement-des-blessés

Des femmes et des jeunes filles de Morhange prodiguent des secours aux blessés français.

image007

42776171

Des blessés français chargés sur des voitures viennent d'arriver dans la cour de la caserne sous bonne garde. Le jeune garçon portant un brassard de la Croix-Rouge les accompagne.

ob_955b5100ea79bd4b5261c2f95d37fbce_dieuze

41820077

41820125

27 mars 2014

Les Chasseurs bavarois enlèvent le village de Conthil proche de Morhange

220px-Rupprecht_de_Bavière

   « Le 18 août, le Kronprinz Rupprecht de Bavière est venu à Rodalbe passer une inspection des troupes qui vont devoir livrer bataille dans le secteur de Morhange.

    Le 19, C’est dans l’après-midi que commence la bataille sur le plateau de Lidrezing entre la ferme du Haut de Koeking et le Bois Renardvignes.

   Des avions français survolent le village. Les cloches sonnent pour la dernière fois pour la messe. Fort tonnerre de canons. Des troupes de toutes sortes traversent le village en direction de la frontière. On s’attend à une bataille sur la commune de Rodalbe. Les Français ne doivent plus être très loin. Des chariots garnis de paille quittent le village pour se rendre sur le champ de bataille, en vue de ramasser les blessés. La bataille fait rage près de Lidrezing, ainsi qu’entre Baronville et Destry. Vers 3 h, des médecins débarquent à Rodalbe. Le presbytère, l’école et l’église ont été aménagés en salles d’opérations, en salles de pansements ou en infirmerie. Des braves gens amènent des matelas et des draps. Même les plus pauvres ne restent pas à l’écart. Le drapeau blanc à croix rouge flottait sur le presbytère, sur l’école et sur l’église. Vers 5 h, arrivèrent les voitures de blessés, l’une derrière l’autre. Comme tous ces braves combattants sont arrangés Quel spectacle épouvantable Partout des blessés : dans l’église, la salle de classe, le presbytère, la mairie, le cimetière autour de l’église, les rues près de l’école. Et sans cesse d’autres arrivent. Les femmes et les jeunes filles, avec le curé en tête, s’occupent charitablement des blessés et leur apportent du lait, du miel, du sirop, des œufs, du café, du pain, etc..., bref, tout ce que leur inspire l’amour du prochain. Les pauvres blessés, amis ou ennemis, sont touchés par les bons soins que les gens leur prodiguent. Vraiment la population a fait preuve d’un grand dévouement, car plus de 600 blessés ont été soignés par elle. Vers 7 h du soir arrive un transport de prisonniers français. Durant toute la nuit une confusion totale règne dans le village. »

(extrait de la chronique des années du guerre à Rodalbe. Les Amis du pays d'Albe n° 29/1998.)

41903540

Document saisissant des canons et caissons à munitions, fourgons, pris après les combats et présentés au pied de la cathédrale, comme trophées à la population de Metz.

93140153_o

La bataille de MORHANGE

(18 au 20 août 1914)

la situation de la 2e Armée française

 

 

450px-Bataille_de_Morhange_20_aout_1914_matin

La bataille près de Dieuze et les dégâts occasionnés..

a143

43772312

58057477

87060961_o

Les cimetières après  la bataille près de Dieuze..

42511286

La ville de Dieuze

5716608

Le dernier mort au champ d’honneur lors de la Grande Guerre et bataille de 1814-1918..

120435080_o

7a0655a_10861-zfpldi

Il a été tué..5 minutes avant l'heure du cessez-le-feu décidé par l'armistice du 11 novembre 1918.

PSecoursJEAdr

 

MontATjeaDR

Augustin Trébuchon

téléchargement (1)

Augustin Trébuchon, né le 30 mai 1878 au Malzieu-Forain en Lozère et mort le 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse(Ardennes), est considéré comme le dernier soldat français mort au combat de la Première Guerre mondiale.

Un Lozérien mobilisé

Augustin Joseph Louis Victorin Trébuchon est le fils de Jean Baptiste et de Vissac Rosalie Trébuchon1. Il est né au hameau du Montchabrier2,3, sur la commune du Malzieu-Forain. Selon sa fiche matricule, il faisait un mètre 61, avec des cheveux blonds et des yeux gris1.

Faisant partie de la classe 1898 (l'année de ses vingt ans), il est tiré au sort pour faire son service militaire parmi les jeunes du canton de Malzieu. Malgré le fait qu'il soit l'aîné d'une fratrie d'orphelins, il est incorporé le 14 novembre 1899 comme soldat de 2e classe au 142e régiment d'infanterie, caserné à Mende, jusqu'au 23 septembre 1900. De 1900 à 1914, il est berger à Saint-Privat-du-Fau en Lozère, restant d'abord en disponibilité de l'armée d'active, passant réserviste en septembre 1902, puis dans la territoriale en septembre 1912. Il accompli ses périodes d'exercices, d'abord en mars-avril 1905 et en mai 1909 au 142e RI, puis du 2 au 10 juin 1914 au 123e régiment territorial d'infanterie1.

Dans le cadre de la mobilisation française de 1914, il est rappelé dès le 4 août 1914 à la caserne de Mende, toujours au123e régiment d'infanterie territoriale, puis il est versé en renfort, malgré son âge, dans le 111e régiment d'infanterie le22 septembre 1914 (ce régiment du 15e CA vient de perdre une partie de son effectif lors des batailles des Frontièresdu Grand-Couronné et de Revigny). Il passe ensuite au 36e RI le 8 juin 1915, puis le 74e RI le 14 juin, le 288e régiment d'infanterie territoriale le 15 janvier 1916 et enfin le 415e RI le 3 août 1917. Il devient soldat de 1re classe le18 septembre 19181.

SoulierDessousW

Une date..anti-datée..

Tué le 11 novembre 1918

102011233_o

Augustin Trébuchon est, en novembre 1918, soldat de 1re classe avec fonction d'estafette au sein de la 9e compagnie du415e régiment de la 163e division d'infanterie. Cette division française atteint la Meuse le 8 novembre entre Charleville-Mézières et Sedan (sans s'aventurer dans ces villes). Au soir, les ordres de son corps d'armée sont de maintenir le contact avec les troupes allemandes et de franchir la vallée. Les régiments d'infanterie de la division doivent improviser le franchissement du fleuve en cru, pendant la nuit du 9 au 10, le 142e RI à Nouvion-sur-Meuse et le 415e à Vrigne-Meuse, profitant du brouillard. Seul le 415e réussit, bénéficiant des restes du barrage de Dom-le-Mesnil, mais se retrouva bloqué sur l'autre rive, isolé. Les unités allemandes (comprenant des bataillons de la Garde) contre-attaquèrent cette fragile tête de pont dans l'après-midi du 10. Les fantassins français passent la nuit du 10 au 11 en restant enterrés, encadrés en cas de besoin par les tirs de barrage de l'artillerie divisionnaire. L'annonce de l'armistice arrive au régiment le 11 novembre vers 6 h 30 ; les adversaires restent ensuite prudents pendant le reste de la matinée, comptant les dernières minutes, même si les tirs d'artillerie et de mitrailleuses se poursuivent jusqu'au cessez-le-feu de 11 h4.

Augustin Trébuchon a été tué à 10 h 55 du matin5, soit 5 minutes avant l'heure du cessez-le-feu décidé par l'armistice du 11 novembre 1918. Selon d'autres sources, il aurait été tué aux environs de 10 h 45 et 10 h 506,7,8.

Augustin Trébuchon avait 40 ans. Il a reçu une balle dans la tête alors qu'il portait un message à son capitaine7. Le soldat Gazareth découvre le corps9. Le 415e RI a eu 68 tués et 97 blessés dans ses rangs au cours des journées des 9, 10 et 11 novembre4.

Mention antidatée..

800px-Mémorial_de_la_163_ème_division_d'infanterie-Vrigne-sur-Meuse

Mémorial de la 163e division d'infanterie, à Vrigne-Meuse.

B9713817919Z

Sur les dix Trébuchon morts pour la France pendant la guerre de 1914-1918 et répertoriés sur le site SGA/Mémoire des hommes10, seule la fiche d'Augustin Trébuchon porte la mention rectificative du lieu de son décès2, l'armée ayant corrigé la première version situant la mort à Dom-le-Mesnil (sur la rive gauche de la Meuse) pour la remplacer par Vrigne-Meuse (sur la rive droite)11. La mention « Mort pour la France » est antidatée au 10 novembre2 comme pour les autres Français morts le 11 novembre 1918.

BarrageJEAdr

Le général Alain Fauveau rappelle entre autres les conditions de décès et d'enregistrement du décès d'Augustin Trébuchon dans son livre Le Vagabond de la Grande Guerre, d'après les carnets de guerre de son grand-père, le chef de bataillon Charles de Menditte en poste de commandement au village de Dom-le-Mesnil à cette époque12. Dans un article dédié à ce livre et cet épisode, Jean-Dominique Merchet estime que, pour les autorités militaires, « il n'était tout simplement pas possible de mourir pour la France le jour de l'armistice, le jour de la victoire. »7.

Photo-Sépulture_d'Auguste_Trébuchon

Sépulture d'Auguste Trébuchon, dernier soldat français tombé lors de la Première Guerre Mondiale, le 11 novembre 1918 à 10h45.Le jour de décès est antidatée au 10 novembre comme pour les autres Français morts le 11 novembre 1918.

DMC_pivideo_54622f9394739920c79de33c_1415720851_1442353846_1200

tombeaugustintrebuchon

Le dernier mort au combat ?

ri-415-carte-vrigne-2-copie

Un doute subsiste sur le fait de savoir si Augustin Trébuchon est bien le dernier soldat français mort au combat pendant la campagne contre l'Allemagne (les combats se poursuivent dans les Balkans et au Levant) ; ainsi, selon l'historien belge Jean-Emile Andreux, un autre soldat serait mort, cinq minutes avant 11 heures, par un tir d'obus allemand11. Selon Jean-Dominique Merchet, il pourrait s'agir de Jules Achille (né en 1893, en Mayenne) servant dans le même régiment9.

Un jardin de la mémoire Augustin-Trébuchon a été inauguré à Rethondes en 20128.

René Richard, spécialiste de la guerre de 1914-1918 et président de l’association « Bretagne 14-18 », a mis à jour en 2017 le décès d'un autre combattant, mort à 10 h 58, soit trois minutes après Trébuchon, qui ne serait donc pas le dernier poilu mort au combat. Il s’agit d’Auguste Joseph Renault, né le6 décembre 1897, à Saint-Trimoël (Côtes-du-Nord)13.

Le 10 octobre 2018 parait le premier roman consacré à Augustin Trébuchon, Augustin, du journaliste et écrivain français Alexandre Duyck. Il raconte de manière documentée et romancée les derniers jours de la dernière bataille de la Première guerre mondiale en France, dans les Ardennes, vus par Augustin Trébuchon14.

113433207_o

03-Vrigne-Meuse

images

original

DogdwY0W4AAVIcm

DpyjxXoWwAAhKnd

Le « vrai » dernier mort semblerait-être un certain Henry Gunther soldat américain..Gunther

Photo_of_Henry_Nicholas_Gunther

 

Henry Nicholas Gunther, né le 6 juin 1895 à Baltimore aux États-Unis et mort au combat le 11 novembre 1918 à Chaumont-devant-Damvillers en France, est un soldat américain qui a combattu durant la Première Guerre mondiale. Il est le dernier soldat américain mort pendant la guerre et est aussi considéré comme le dernier militaire tué durant ce conflit.

Sur le front

Départ et affectation à la guerre

Germano-Américain né le 5 juin 1895 à Baltimore, il est employé de banque avant son incorporation et n’a pas trop envie d’aller se battre en Europe1. Il débarque néanmoins en juillet 1918 en France1.

Affecté au 313e bataillon de la 79e division d'infanterie de l'United States Army, il critique l’Armée et reçoit un blâme1. Le 313ed’infanterie a pris position à Chaumont-devant-Damvillers (Meuse)1. Le 11 novembre 1918, les Américains ont été informés qu’à 11 heures, la guerre serait finie.

Décès

Les Allemands, qui occupent une position à proximité, voient surgir du brouillard deux soldats américains baïonnettes au canon. Les Allemands tirent au-dessus de leurs têtes, les soldats se couchent sur le sol. Henry Gunther se relève et continue à avancer. Il est abattu de cinq balles de mitrailleuse1. Il est 10 h 59 soit une minute avant l'armistice1,2,3. Le général Pershing, dans son ordre du jour du 11 novembre 1918 annonçant l'armistice, le notifie comme le dernier soldat américain tué sur le sol français1. Il est promu sergent à titre posthume et la Distinguished Service Cross lui est décernée ; son corps est rapatrié à Baltimore1 en 1923.

11 novembre 1918 : le dernier mort à la dernière minute

CHRONIQUE - Henry Gunther est mort dans la Meuse le 11 novembre 1918 à 10h59, à une minute de l’Armistice. Dernier soldat américain tué sur le sol français, il a aujourd'hui sa propre stèle.

Photo_of_Henry_Nicholas_Gunther

11 novembre 1918 : le dernier mort à la dernière minuteCrédit Image : RTL / Samuel Goldschmidt | Crédit Média : Samuel Goldschmidt | Durée : 03:50 | Date : 24/08/2018

7794109117_la-stele-en-l-honneur-de-henry-gunther-dernier-soldat-americain-tue-sur-le-sol-francais

 La stèle est toute récente, bien seule au sommet de cette butte de Meuse, pas très loin de Verdun. Elle domine le village de Chaumont-devant-Damvillers. C'est Pierre Lenhard qui l'a faite installer.

SteleHenryGunther

Le guide-conférencier du front meusien s'est toujours passionné pour ce tout dernier épisode. Ce 11 novembre, il y a cent ans, tout le monde sait que la guerre va s'arrêter. Mais aujourd'hui encore, personne ne sait exactement pourquoi Henry Gunther, un Américain, va surgir de ses lignes et du brouillard, avec un de ses camarades, et monter vers les tranchées allemandes.

Pierre Lenhard raconte : "Les Allemands regardent l'heure : il est quasiment 11 heures. Ils de disent : 'Mais qu'est-ce qu'ils veulent encore ces deux-là, dans quelques minutes c'est fini ?' Ils leur font signe de partir.Les Allemands ne vont pas les tuer, mais leur tirer par-dessus la tête en signe d'avertissement". Malgré les injonctions, Henry Gunther, toujours armé, continue d'avancer en direction de la ligne de mitraillettes. Il est finalement abattu de cinq balles, dont une dans la tempe.

7794107829_la-stele-en-l-honneur-de-henry-gunther-dernier-soldat-americain-tue-sur-le-sol-francais

La stèle en l'honneur de Henry Gunther, dernier soldat américain tué sur le sol françaisCrédit : nbcnews.com

Trente secondes après, la Première Guerre mondiale est terminée. Et la vie au front, étrange, continue. "Une demi-heure après, les Américains qui sont là et les Allemands qui sont à côté se rencontrent. On commence à échanger cigarettes, chocolat, souvenirs, etc.", poursuit Pierre Lenhard. La stèle raconte toute cette histoire, au pied d'un mât.


Henry Gunther clôt une litanie jamais vue jusqu'alors dans l'histoire des hommes. Car après la guerre, il faut réussir la paix. C'est sans doute plus difficile encore que de s'entre-tuer.

ob_a4b99e_la-premiere-guerre-mondiale

Lozère : hommage d'Edouard Philippe à Augustin Trébuchon au Malzieu

m_off_edouard_philippe_en_lozere-00_00_01_20-3914044

Le Malzieu (Lozère) - Edouard Philippe lors de la cérémonie en hommage à Augustin Trébuchon, le Lozérien dernier poilu mort au combat - 26 octobre 2018. / © F3 LR

Edouard Philippe et Franck Riester sont attendus ce vendredi matin au Malzieu en Lozère. Ils doivent rendre hommage au dernier poilu mort au combat durant la Première guerre mondiale. Augustin Trébuchon, un Lozérien natif du Malzieu, est décédé le 11 novembre 1918, 10 minutes avant le cessez-le-feu.

Le Premier ministre est en Lozère pour la Commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale afin d’illustrer la mobilisation de l’ensemble des territoires et des populations françaises, au-delà des départements où se sont déroulés les combats.

Edouard Philippe rendra un hommage particulier à Augustin Trébuchon, né au Malzieu et réputé pour avoir été, le 11 novembre 1918, le dernier soldat français tué sur le territoire national avant l’armistice. Il avait 40 ans.

Il est accompagné de Franck Riester, ministre de la Culture et Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

France3 Languedoc-Roussillon

Le Malzieu en Lozère. Edouard Philippe et Franck Riester sont attendus ce vendredi matin.
Il y a déjà du monde devant le monument aux morts pour la cérémonie hommage.

Le Premier ministre vient en Lozère pour la Commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale afin d’illustrer la mobilisation de l’ensemble des territoires et des populations françaises, au-delà des départements où se sont déroulés les combats.
Edouard Philippe rendra un hommage particulier à Augustin …

102011233_o

Augustin Trébuchon, le Lozérien dernier poilu mort au combat.

Une balle dans le front, dix minutes avant le cessez-le-feu: Augustin Trébuchon, berger lozérien engagé dès 1914, n'a pas eu le temps d'entendre le clairon sonner la fin des combats le 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse dans les Ardennes, théâtre de l'ultime offensive française de la Grande Guerre.

« Augustin Trébuchon est reconnu comme le dernier poilu mort au combat sur le sol français", il est devenu "un emblème qui parle de tous ces morts du 11 novembre", affirme Carole Marquet-Morelle, historienne et directrice du Musée de l'Ardenne à Charleville-Mézières. »

Dans le carré militaire de Vrigne-Meuse, les dix-huit croix blanches de Trébuchon et ses compagnons d'infortune sont pourtant antidatées au 10 novembre 1918.

"C'est une question d'honneur, le jour de l'armistice, il ne devait pas y avoir de mort", explique Jean-Christophe Chanot, maire de ce village occupé comme le reste des Ardennes pendant toute la guerre et théâtre de la der des ders entre soldats français exsangues et troupes allemandes acculées.

C'est que, pendant que la fin du conflit se négociait entre les Alliés et les plénipotentiaires allemands à Rethondes, la 163e division d'infanterie, dont le 145e R.I. auquel appartenait le soldat Trébuchon, avait reçu l'ordre du maréchal Foch de lancer une ultime offensive sur les lignes ennemies, par-delà le fleuve Meuse, pour s'assurer la victoire, selon Mme Marquet-Morelle.
Agent de liaison entre le commandement et le front ou l'arrière, Augustin Trébuchon en avait connu d'autres.

"Il a participé à toutes les grandes offensives, Verdun, le Chemin des Dames, la deuxième bataille de la Marne... et à chaque fois il était au front", raconte-t-elle.

Mais alors qu'il était parti délivrer un message à son capitaine positionné près de la voie ferrée, à deux kilomètres du poste de commandement, une balle de mitrailleuse l'atteignit dans le front, retrace M. Chanot.
A 11H00, Octave Delaluque entonne dans le village voisin de Dom-le-Mesnil un air au clairon signalant l'entrée en vigueur du cessez-le feu. Dix minutes trop tard pour Trébuchon...

En-Lozere-Edouard-Philippe-rend-hommage-au-dernier-Poilu-mort-au-combat

Lozère : hommage d'Edouard Philippe à Augustin Trébuchon au Malzieu
Une balle dans le front, dix minutes avant le cessez-le-feu: Augustin Trébuchon, berger lozérien engagé dès 1914, n'a pas eu le temps d'entendre le clairon sonner la fin des combats le 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse dans les Ardennes, théâtre de l'ultime offensive française de la Grande Guerre. - F2

"Joueur d'accordéon"

Jusque dans les années 1980, l'histoire ne retint pas le destin d'Augustin, Joseph, Louis, Victorin Trébuchon, né le 30 mai 1878 dans le hameau de Montchabrier sur la commune du Malzieu-Forain, au nord de la Lozère.

Ce fils de cultivateurs qui grandit dans les champs du Gévaudan "incarnait" pourtant le poilu, "car il était rural, paysan", rappelle l'historienne, qui date la première référence à ce soldat dans un article de Paris Match en 1988, puis dans "Putain de guerre !", BD signée Jacques Tardi en 2010, tandis que la France se penche sur les vies des soldats brisées par le conflit.

Berger orphelin, il n'avait effectué en 1899 qu'un an de service militaire au lieu de trois, pour assurer la subsistance de certains de ses frères et soeurs en tant que "pastre".
Mais "il avait une passion qui était devenue un second métier: joueur d'accordéon", raconte à l'AFP le poète lozérien Léon Bourrier, fils d'un ami proche d'Augustin, Firmin Bourrier, avec lequel il partit au combat le 4 août 1914 à Mende, à l'âge de 36 ans.

"Très réputé pour ses airs de bourrées et de brise-pied, il animait toutes les soirées et les veillées du canton" et "était toujours accompagné de sa petite amie, Hortense", raconte M. Bourrier, 85 ans. 

L'unique photo connue de l'estafette montre un homme trapu d'1,61 m, front dégarni et visage ovale, qui en quatre ans de combats n'obtint qu'une seule permission, en 1917, et fut décoré de la Croix de guerre.
"Quand mon grand-père était encore en vie, il n'aimait pas parler de la guerre, mais on savait à peu près son histoire", confie Lucien Trébuchon, son petit-neveu de 69 ans qui, pour la première fois, "monte à Vrigne-Meuse pour le 11 novembre".

Dans le hameau lozérien de Montchabrier, une salle porte le nom d'Augustin Trébuchon, de même qu'une rue à Vrigne-Meuse, où sa figure emblématique sera omniprésente lors des commémorations du centenaire du 11-Novembre.

Le Premier ministre s'est ensuite rendu à Mende où il a prononcé un discours pour lancer les commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale.

s_mende_commemoration_centenaire_premiere_guerre_mondiale-00_01_30_21-3915290

Lozère : Edouard Philippe en visite au Malzieu puis à Mende
Edouard Philippe et Franck Riester sont attendus ce vendredi matin au Malzieu en Lozère. Ils doivent rendre hommage au dernier poilu mort au combat durant la Première guerre mondiale. Augustin Trébuchon, un Lozérien natif du Malzieu, est décédé le 11 novembre 1918, 10 minutes avant le cessez-le-feu. - F3 LR - Reportage : D.Aldebert et Y.Le Teurnier.

Le Lozèrien Augustin Trébuchon, dernier mort de 14-18

D0XawK_slsQKPTWx-xFpDzl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

La commune de Vrigne-Meuse dans les Ardennes rend hommage ce dimanche 15 avril à Augustin Trébuchon. C'est là que le 11 novembre 1918, 10 minutes avant le cessez-le-feu de la première guerre mondiale ce berger lozérien est mort, tué par une balle allemande. Il avait 40 ans.

Augustin Trébuchon, né dans un hameau du Malzieu-Forain au nord de la Lozère s'était engagé 4 ans plus tôt à Mende. 

Un destin d'autant plus extraordinaire qu' Augustin Trébuchon aurait très bien pu ne pas s'engager  :  il était en effet soutien de famille puisqu’orphelin, il  avait élevé ses frères et sœurs.

"Il a 36 ans, il quitte Mende le 6 août 1914. Il est blessé deux fois, cité deux fois. En 1918, il occupe le poste très délicat d'estafette. Il court à droite à gauche, pour apporter des ordres, des contre-ordres. C'est une activité où on est très exposé. Ça va pas louper, à 10h50, le 11 novembre, il prend une balle allemande alors qu'il apporte un message à son capitaine indiquant que la soupe est bientôt servie".

Une statue à l'effigie d'Augustin inaugurée en octobre dans les Ardennes 

A Vrigne-Meuse, où il est enterré, une rue porte son nom. L'ancien maire, Georges Dommelier y tenait.

"C'est un moyen mnémotechnique pour ne pas oublier ces gens là. J'aime bien aussi mettre des petites gens à l'honneur parce que la guerre de 14/18 a causé beaucoup de drames dans les familles, dans les campagnes". 

L'histoire d'Augustin Trébuchon est restée très longtemps ignorée. Ce n'est qu'en 2008 que le berger lozérien a été reconnu officiellement dernier mort français de la grande guerre. 

A l'occasion du centenaire de la fin de cette guerre, la commune de Vrigne-Meuse a décidé d'inaugurer un chemin de mémoire ce dimanche 15 avril et de planter un arbre du centenaire. 

En octobre, c'est une statue à l'effigie d'Augustin Trébuchon qui sera dévoilée dans la commune. 

MontATjeaDR

Le premier mort..officiel..de la Grande guerre..

14-18 : Jules-André Peugeot, le premier mort

caporal_peugeot_1

Jules-André Peugeot fut le premier mort de la guerre 14-18

(DR).

Tombé le 2 août 1914, quelques heures avant la déclaration officielle de la guerre, le caporal Peugeot est le premier soldat "tombé pour la France", premier tué d'une terrible boucherie qui fera 40 millions de victimes militaires et civiles.
Qui était cet homme et dans quelles circonstances est-il mort ? 

téléchargement

Peugeot et Meyer

Samedi 1er août 1914, la mobilisation générale est décrétée et le lendemain matin, en ce dimanche 2 août 1914, à Joncheray, dans le territoire de Belfort, le caporal Peugeot est averti de la présence d’une patrouille  prussienne dans la zone. De toute évidence, ces huit hommes  du 5e Chasseurs à Cheval de Mulhouse, ont violé la frontière française, distante d’à peine quelques  kilomètres.  A la tête de cette patrouille ennemie, le sous-lieutenant Camille Mayer, âgé de 20 ans.
Le caporal Jules-André Peugeot, fils d'une institutrice, est né à Etupes, dans le Doubs, le 11 juin 1893. Il se rend sur les lieux avec ses quatre hommes.  Ce franc-comtois, instituteur de profession,  a pour mission de surveiller la frontière franco-allemande. A l'endroit indiqué, il aperçoit, en effet, le détachement  allemand. Le caporal Peugeot prononce les sommations d’usage " Halte-là, Halte-là ! " mais le sous-lieutenant Mayer, pour toute réponse, prend son révolver et tire trois coups dans sa direction. La deuxième balle blesse grièvement le caporal à l’épaule droite. Le caporal Peugeot parvient tout de même à épauler son fusil et à ouvrir le feu sur le sous-lieutenant qui s’effondre, touché au ventre. Mayer est grièvement blessé. Une autre balle, tirée par l'un des hommes du caporal Peugeot, l'atteint à la tête et l'achève. Le lieutenant Peugeot parvient malgré tout à revenir sur ses pas. Il s'écroule à proximité de la maison des Docourt, la ferme voisine.  Il meurt à 10h07.
Son corps fut emporté en automobile à Etupes et "placé dans le lit où il était né"(Lettre de Mme Peugeot). Après avoir reçu les honneurs militaires, il est inhumé, le mardi 4 août, dans le tombeau de son grand-père maternel à une quinzaine de kilomètres de Joncherey.

261699_vignette_leutnant-albert-

Photo ci-dessus de la pierre tombale du sous-lieutenant Albert Mayer dans le cimetière militaire allemand d'Illfurth, non loin de Mulhouse,(DR).

Le 1er mort, vraiment ?

Albert Mayer est le premier mort allemand du front de l'Ouest de la guerre 14-18, le caporal Peugeot le premier mort militaire français.
Nous sommes 36 heures avant la déclaration de la première guerre mondiale.
Parce que le Caporal Peugeot est mort avant le début "officiel" des hostilités, quelques personnes, sporadiquement, continuent de lui contester le titre de "premier tué de la Guerre 14-18".
Pour Christophe Grudler, homme politique et historien français, il n'y a pas de place pour une telle controverse. " Cette affirmation, écrit-il ,  est aussi ridicule que de dire que l'attaque du port américain de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, par les Japonais, ne fait pas partie de la Seconde guerre mondiale car la guerre entre les deux pays ne sera déclarée que le 8 décembre 1941 !(…) Le 2 août 1914, quand tombe le caporal Peugeot sur le sol de Joncherey, la Première guerre mondiale est déjà bien effective. La France a déclaré la mobilisation générale le 1er août 1914, et - ce 2 août - les Allemands envahissent déjà le Luxembourg, pour se jeter ensuite sur la France et la Belgique".

Un monument  est érigé en honneur du Caporal Peugeot à Joncherey. Il est inauguré en 1922 par le président du Conseil.

René Regort, un poète né à Joncheray en 1923, rendra hommage au caporal Peugeot.
Il écrira ces vers touchants :

"Je suis cloué au sol, les yeux fixés aux cieux

Ce n’était pas la guerre, et je suis amoureux

Je pense à ma belle, à celle qui m’attend

Je ne veux pas mourir, je viens d’avoir vingt ans..."

 

Je regarde là haut dans le soleil couchant

Des oiseaux apeurés volent en tourbillonnant

Valsez plumes légères, mais venez vous poser

J’ai un serment d’amour, il faut le lui apporter 
"

Jules André Peugeot

261626_vignette_caporal-peugeot

Jules André Peugeot, né le 11 juin 1893 à Étupes dans le Doubs et mort le 2 août 1914 à Joncherey dans le Territoire de Belfort, est un caporal de l’armée française. Il est le premier mort militaire français de la Première Guerre mondiale.

Photo-plaque-commémorative-MrDoncourt-façade-maison-caporal-2-août-1914

Issu d'un milieu modeste, il est en octobre 1912 instituteur au « Pissoux » sur la commune de Villers-le-Lac. Une plaque commémorative sur le mur de l’école rappelle sa nomination à sa sortie de l’école normale de Besançon. Son nom figure sur le monument commémoratif de tous les morts enseignants à l’IUFM de Besançon.

Depuis le mois d'avril, Jules André Peugeot, qui effectue son service militaire, est caporal. Au cours de l'été suivant, il prépare le concours des officiers de réserve. Son régiment faisant partie des troupes de couverture, il a pour mission de surveiller la frontière franco-allemande, en cas de tension entre les deux pays1.

Incident de Joncherey, et premiers morts d'une guerre non encore déclarée

Commandant une escouade de la 6e compagnie du 2e bataillon du 44e régiment d'infanterie de Lons-le-Saunier, le caporal Peugeot fait barrage le 2 août 1914 à un détachement de reconnaissance allemand de huit hommes du Jäger-Regiment zu Pferde Nr. 5, le 5e régiment de chasseurs à cheval de Mulhouse, qui progresse vers Joncherey en venant de Faverois après avoir violé la frontière française. Le sous-lieutenant Albert Mayer commande ce détachement. Après avoir sabré sans la tuer la sentinelle française postée en avant de l'escouade, Mayer tire trois fois en direction de Peugeot. Ce dernier riposte et atteint le cavalier d’une balle dans le ventre, mais la deuxième balle allemande a mortellement blessé le caporal Peugeot. Revenant sur ses pas, il s’affaisse devant la maison des Docourt et meurt à 10 h 7. Il est le premier mort militaire français d'une guerre qui ne commença officiellement que le lendemain 3 août, jour de la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France2. Atteint d'une seconde balle française après celle de Peugeot, le sous-lieutenant Mayer est quant à lui, le premier tué allemand. Les deux jeunes hommes avaient presque le même âge, 21 et 22 ans.

Récit 

Caporal Peugeot

Le caporal et ses quatre hommes avaient quitté Joncherey et pris la route qui monte vers Faverois. Après avoir dépassé une ancienne tuilerie, ils étaient arrivés vers 8 heures à la maison Docourt. C’était une construction isolée, basse, et précédée d’une cour que bordait une palissade rustique. Il y avait là M. et Mme Louis Docourt, leurs fils Ernest et Casimir, 20 et 19 ans, leur fille Adrienne Nicolet et leur petite-fille Fernande Nicolet, 2 ans et demi.

maison_docourt5014 

Dix minutes plus tard, Adrienne, la fille de la maison, alla chercher de l’eau à une source captée dans un pré voisin, en bordure de route, à 50 mètres environ de la ferme.

Soudain elle aperçut des casques à pointe. C’était la patrouille allemande qui cheminait entre deux champs de blé, à la lisière du bois des Coupes. Affolée, elle revint en courant et en criant : “Voilà les Prussiens ! Voilà les Prussiens !”

Albert Mayer sauta au milieu de la chaussée, en contrebas, et s’élança au galop vers Joncherey. André Peugeot se projeta hors de la cour, vers l’accotement de la route, se mit dans la position du tireur à genou et cria à l’officier : “Halte-Là, halte-là”. il eut le temps de tirer une fois, mais Mayer lui envoya trois coups de revolver, sans que l’on puisse savoir lequel des deux hommes avait appuyé le premier sur la détente. Deux balles se perdirent, mais la troisième atteignit le Caporal Peugeot à l’épaule droite. Elle sortit par l’épaule gauche en sectionnant l’aorte. Mortellement blessé, Peugeot laissa tomber son arme et fit quelques pas vers la maison, où il s’effondra contre l’appentis placé devant le porte d’entrée.

Les soldats français prirent leurs armes et tirèrent sur Albert Mayer qui avait déjà dépassé la maison Docourt et s’engageait dans la descente vers Joncherey. Il s’affaissa sur sa selle, lâcha son sabre et son revolver, puis tomba de cheval, 150 à 200 mètres plus loin, sur le bas côté de la route 36. Il avait été mortellement atteint d’une balle à l’aine gauche et d’une autre derrière l’oreille, à la hauteur de la tempe droite. La première blessure était sans doute due au coup de fusil du caporal Peugeot ; la seconde pouvait avoir été provoquée par le soldat Bozon qui marchait au bord de la route, avec la soupe pour le poste, et avait tiré de très près, de bas en haut. Le fait qu’il se soit trouvé sur la trajectoire de Mayer permet de lui attribuer le coup fatal plutôt qu’à Devaux, Simon et Monnin, qui chacun revendiquèrent ensuite la gloire d’avoir vengé Peugeot.

Caporal Peugeot (1893-1914)

3125447739_1_3_c3yodUrO

Il est officiellement reconnu que la première victime française de la guerre fut le caporal André Peugeot, instituteur, né le 11 juin 1893, à Etupes (Doubs), A la sortie de l’Ecole normale de Besançon, il fut nommé à l’Ecole du Pissoux, à quelques kilomètres du Saut-du-Doubs. Il y fit ses débuts comme instituteur et l’habita un peu plus d’un an , jusqu’au moment où il fut appelé au service militaire .Incorporé au 44ème R. 1. fort du Lomont. Nommé caporal en avril, il suivait le peloton des élèves officiers, quand la guerre éclata. « C’était, nous écrit un de ses chefs, un jeune homme volontaire et doux, dont le franc regard et le bon sourire trahissaient l’intelligence et la bonté ».

” A l’Ecole du Pissoux, il avait fait preuve des plus nobles qualités professionnelles. Sa mère elle-même était institutrice à Etupes. Il avait reçu au foyer de ses parents des leçons quotidiennes de patriotisme et de devoir civique. Comme caporal, il était très aimé de son escouade et, malgré sa jeunesse, il exerçait sur ses subordonnés un réel ascendant ». (R. Poincaré, discours d’inauguration, 16 juillet 1922).

Avec l’autorisation militaire, le corps du caporal fut emporté en automobile à Etupes, « placé dans le lit où il était né » (Lettre de Mme Peugeot) et inhumé, le 4 août, dans le tombeau de son grand-père maternel, le colonel Péchin, chef d’état-major.

M. Mauveaux, secrétaire général de la Mairie de Montbéliard, prit aussitôt l’initiative d’ouvrir une souscription pour ériger, après la guerre, un monument sur le théâtre de l’agression, « sur cette terre Delloise devenue sacrée pour tous les hommes de France ; il enseignera à nos enfants comment est mort, à 20 ans, les armes à la main, pour la défense de sa Patrie, pour le Droit et la Justice, le premier instituteur Français ». (Sibylle et Mauveaux, in Le Petit Comtois, 19 septembre 1915. Peugeot faisait partie de cette héroïque phalange des instituteurs, qui perdirent 7.407 des leurs, sur 28.307 mobilisés. Enfin, voici le libellé de son acte de décès dressé à la mairie de Joncherey .

« Le 2 août 1914, dix heures, Jules, André Peugeot, né à Etupes (Doubs) le 11 juin 1893, caporal au 44e R. 1. au fort du Lomont (Doubs), âgé de 21 ans, fils de Jules, Albert Peugeot, employé d’usine, âgé de 48 ans et de Francine, Marie, Frédérique Péchin son épouse, âgée de 49 ans, institutrice, demeurant ensemble à Etupes (Doubs), est décédé devant l’ennemi vers la maison Docourt Louis, à Joncherey » .

Ont signé : Louis Docourt père, Ernest Docourt fils, Charbonnier, maire de Joncherey.

Monument Caporal Peugeot

En 1922, un monument fut élevé à Joncherey presque en face de la maison Docourt, pour perpétuer le souvenir du Caporal Peugeot, première victime de la guerre.

drame_de_joncherey_clip_image0033553 

Ce monument était un élégant pylône au sommet duquel se trouve un médaillon avec la fine effigie du caporal ; plus bas un motif en relief représentant la Germania casquée plantant son glaive dans le dos d’un soldat français (œuvre du sculpteur Armand Block).

Sur le socle, plusieurs plaques de marbre mentionnaient que ce monument a été érigé par souscription mondiale (lndocti discant et ament meminisse periti ., que les noms des principales villes donatrices y figurent et, surtout ce fait essentiel, qu’avant la déclaration de la guerre à la France et alors que le Gouvernement de la République, pour éviter toute cause de conflit, avait retiré ses troupes de couverture à 10 kilomètres à l’intérieur de ses frontières, l’Allemagne impériale et royale a répandu ici le premier sang français.

A l’occasion de cette inauguration, le Président de la République, M. Poincaré, exalta le patriotisme et la belle attitude du Caporal Peugeot et flétrit avec indignation les violations multiples de notre territoire avant la déclaration de la guerre et les mensonges allemands concernant les prétendus raids d’avions français, allant bombarder les villes du Rhin, Carlsruhe, Coblentz, Cologne, Wesel et surtout Nuremberg, située à 520 kilomètres de la frontière, distance que nos avions de bombardement de cette époque-là ne pouvaient pas couvrir.

Ce monument a été détruit, en juillet 1940, lors de l’occupation allemande.

70 ANS APRES . . .

A l’occasion du 70ème anniversaire de la mort du Caporal Peugeot, le Conseil Municipal de JONCHEREY a décidé de rééditer cette brochure que nous terminerons par le passage d’une allocution prononcée par le Maire, Paul MICHAILLARD, Conseiller Général de DELLE :

« Devant ce monument, les HOMMES doivent se souvenir. Et ce souvenir n’aurait guère de sens s’il ne constituait pas pour les jeunes générations un SYMBOLE e t un ENSEIGNEMENT. Deux fils de Pasteur, d’une vingtaine d’années, sont morts tous les deux, le premier le lieutenant MAYER, obéissant aux ordres de franchir la frontière pour une patrouille de reconnaissance, le second, le Caporal PEUGEOT, pour défendre le sol de la Patrie, premières victimes d’un combat qui allait durer plus de quatre ans .Le Caporal PEUGEOT repose actuellement dans le cimetière d’ETUPES à quelques kilomètres à l’Ouest de JONCHEREY. Le Lieutenant MAYER repose actuellement dans le cimetière d’ILLFURT, à quelques kilomètres à l’est de JONCHEREY en ALSACE, d’où il était originaire, province arrachée à la FRANCE après la défaite de 1871… Le Drame de JONCHEREY, 70 ans après, ne peut inciter qu’à cette réflexion :

Ceux qui, hier, ont tout sacrifié :

Ceux de 14-18, Ceux de 39-45, Ceux de la Résistance, Ceux d ’Indochine, Ceux d’Algérie. Ceux qui, hier, ont tout donné pour remporter la bataille des Armes, ont bien mérité, n’est- il pas vrai, pour eux, leurs enfants et leurs petits-enfants, que ceux d’aujourd’hui, ceux de demain, fassent un effort pour gagner définitivement la bataille de la PAIX.. . ».

drame_de_joncherey_clip_image0033553

Le monument tel que l’on peut le voir actuellement :

Monument_du_Caporal_Peugeot_2_1555

joncherey-010

Les déserteurs n’ont pas été épargnés non plus..

1484930_10668810-fusillsbis-20111101-r140d

Il y a eu de nombreux « fusillés » pour..désertion..

201408160889-full

Mais, en fait, certains poilus en avaient « marre » d’obéir à des ordres parfois injustes et sans réel concertation sur le plan tactique pour la manœuvre..

mutinerie1-chapelant_maxi

Il y a, tout d’abord, eu des protestations, puis..des mutineries..

3hpg0401i01z

A force, est également né une chanson..

Ceux de Craonne..

maxresdefault

Photo-poilus-Craonne-1917

Photo ci-dessus de poilus à Craonne en 1917.

chemin-dames3-chanson

chanson-craonne1

97899c8419a873212cadf1b8977ff6c3--poilus-plaque

b860457e252c6b59fc211658360538ed--patras-poilus

4627_30ab

French_87th_Regiment_Cote_34_Verdun_1916

Photo ci-dessus du 87ème Régiment d’infanterie, dans les tranchées sur la côte 34 à Verdun en 1916.

Fusillés pour l’exemple..

p2_1

Photo ci-dessus d’un conseil de guerre pour statuer et décider du sort de chaque « déserteur »..

peloton-d-execution_img

e90e1d0886736a85568dac1b372ad7e2_XL

Exécution

Photo ci-dessus lors du tournage d'un film, avec Bruno Kremer(le curé..), et Gérard Philippe à l'extrémité gauche

PHOf640b994-2acf-11e3-9ac7-cf6e26c8c461-805x453

expo_eluard_08_2014

fusille4

fusille-pour-l-exemple-bf71e

PM-FUS-21

shot-at-dawn-wiki-1024x569

rehabliter

memoir10

11 novembre 1918 : la fin de la Grande Guerre, vraiment ?

armistice

A l'approche du 11 novembre, célébrations et commémorations vont se succéder ces prochains jours dans tout le pays, rappelant que le 11 novembre 1918, à 5 heures 15 du matin et dans le wagon-restaurant d’un train stationné près de Rethondes, les délégués allemands signaient l'armistice qui devait mettre fin aux combats, après 4 ans de conflit. Un peu partout, on lit que l'événement signe la fin de la guerre - c'est en fait un peu plus compliqué que ça...

A l'approche du 11 novembre, célébrations et commémorations vont se succéder ces prochains jours dans tout le pays, rappelant que le 11 novembre 1918, à 5 heures 15 du matin et dans le wagon-restaurant d’un train stationné près de Rethondes, les délégués allemands signaient l'armistice qui devait mettre fin aux combats, après 4 ans de conflit. Un peu partout, on lit que l'événement signe la fin de la guerre - c'est en fait un peu plus compliqué que ça...

L’Armistice n’est pas la paix

Effective à 11 heures du matin le 11/11, la cessation des combats qu'amène l’Armistice est-elle la paix ? Pas vraiment. Au-delà du fait qu’on continue de mourir sur le front jusqu’à la minute qui précède son entrée en vigueur [1], sa durée initiale n’est que de 36 jours et il devra être renouvelé à plusieurs reprises avant la signature du traité de paix de Versailles, le 28 juin 1919.

L’Armistice n’est pas la paix, il n’est pas non plus une capitulation. Si les deux interrompent ou mettent fin à des combats, la nuance n’a rien de secondaire. La capitulation est une décision militaire qui marque une défaite majeure et se solde par la transmission au moins partielle du pouvoir à l’ennemi sur un territoire donné. L’armistice est une décision politique qui n’a aucune implication sur ce plan : l’Allemagne continue d’être administrée par l’Allemagne seule et son armée aurait pu poursuivre les opérations, du moins un moment.

Le 11 novembre marque plutôt le début d’un entre-deux complexe, entre guerre et paix, mouvement au demeurant entamé plus tôt : la signature de Rethondes est la dernière d’une série de six armistices [2] qui ne mettent d’ailleurs pas fin aux combats dans toute l’Europe, loin de là. Bref : ce n’est plus la guerre, ce n’est pas encore la paix, au point que les historiens s'entendent désormais pour désigner cette période comme la sortie de guerre, plutôt que comme l’après-guerre.

Le dangereux terreau de l'amertume allemande

Une partie du peuple allemand fut d’ailleurs convaincue un instant que l’Allemagne avaitgagné la guerre. Une réaction qui semble à peine croyable si on oublie que l’information n’est pas aussi rapide qu’aujourd’hui d’une part, qu’à l’automne 1918, le territoire du Reich n’estpas envahi d’autre part : le front se situe toujours hors de ses frontières.

Pour une partie de la population, la défaite était à peine pensable. Dans son ouvrageL’aveuglement, l’historien Marc Ferro rappelle les termes ambigus du haut commandement allemand : le communiqué du 11 novembre indique que « les soldats reviennent invaincus du champ de bataille ». Un mois plus tard, le chancelier Ebert accueille une dizaine de divisions qui défilent en plein Berlin par un discours qui insiste à nouveau sur l’invincibilité militaire de l’Allemagne : « Je vous salue, soldats ; les rudes exigences des vainqueurs pèsent lourdement sur nos épaules, mais (…) aucun ennemi ne vous a vaincus ».

Pour être clair, l’idée ne tient pas : malgré une série d’offensives spectaculaires au printemps 1918, la situation des armées allemandes est de plus en plus intenable à l’automne 1918. Non seulement ces tentatives ont mis 900 000 hommes hors de combat, tués ou blessés, mais elles se sont enlisées. L'effet était déjà désastreux sur le moral de soldats déjà épuisés par quatre ans de conflit mais la bataille d’Amiens, entamée en août 1918, a sonné le glas de ses derniers espoirs face à des Alliés supérieurs en tout, du nombre (2 millions de soldats américains sont arrivés sur le front) au matériel, à commencer par les tanks. Le chiffre des soldats déserteurs, réfractaires ou réticents à retourner au front en témoigne : plus d’un million dans les dernières semaines, d’après l’historien Whillelm Deist. L’armée allemande peut certes continuer de combattre, mais elle est au bord de la rupture et son haut commandement en a conscience.

Au-delà d’une situation militaire désespérée, la demande d'armistice est aussi la conséquence d’une situation intérieure très délicate, marquée par l’abdication de Guillaume II le 9 novembre. C’est précisément ce qui alimentera le discours du « coup de poignard dans le dos », le Dolchstoss, notamment porté par les militaires allemands et en particulier par Ludendorff. L’homme fort du haut-commandement qui avait pourtant été le premier à réclamer un armistice à son gouvernement, dès le 28 septembre 1918 ne fut pas le dernier de ceux qui accusèrent ensuite « l’arrière » d’avoir trahi le pays – pêle-mêle les politiciens, les civils, les déserteurs, les révolutionnaires de la Ligue Spartakiste, les autres mouvements communistes… Thèse qui plombera sérieusement les débuts de la République de Weimar et que les nazis exploiteront à leur tour, faisant au passage des Juifs les principaux responsables de la défaite.

1917-1923 : 27 autres conflits en Europe

Au niveau européen, les affrontements sont loin de s’achever dans la clairière de Rethondes. De 1917 à 1923, l’Europe est déchirée par 27 conflits distincts [3], d’ampleur certes régionale mais directement ou indirectement liés au conflit mondial. Certains relèvent de la guerre civile, comme dans une Russie secouée par les suites de la Révolution de 1917 ou… l’Allemagne, marquée par la chute du Kaiser Guillaume II et les affrontements de début 1919 entre spartakistes et Corps francs. D’autres sont des conflits entre états, comme la guerre entre la Russie et la Pologne ou la Turquie et la Grèce.

Des conflits mineurs ? Pas vraiment : cumulées, les pertes sont supérieures à celles qu’ont subi les armées française, anglaise et américaine sur l’ensemble de la Première guerre. Et encore est-ce sans compter les troubles qui commencent à opposer les populations de certains pays colonisés aux États européens : Inde, Égypte, Indochine, Algérie…

___________

[1] Le dernier soldat tué ce jour-là est un Américain, Henry Gunther, tué à 10h59 d’un tir de mitrailleuse. Le dernier poilu français, Augustin Trébuchon, est tombé à 10h45.

[2] Focsani, le 9 décembre 1917, entre l’Allemagne et la Roumanie ; Brest-Litovsck, le 15 décembre 1917, entre l’Allemagne et la Russie ; Salonique, le 29 septembre 1918, entre l’Empire ottoman et les Alliés ; et la Villa Giusti, entre l’Autriche-Hongrie et l’Italie.

[3] R. Gerwarth, Les Vaincus, Seuil, 2017

ossuaire-de-douaumont_ossuaire

Photo ci-dessus de la nécropole et de l’ossuaire de Douaumont.

Grande Guerre : l'histoire secrète que cache cette photo d'un soldat censurée par l'Armée

À l'occasion de la commémoration du 11Novembre, retour sur une image phare de la bataille de Verdun (Meuse), une photo longtemps censurée par l'armée française.

téléchargement (4)

Le cliché montre un soldat épuisé, assis par terre, qui reprend des forces en mangeant un maigre repas. Une image symbole de cette guerre qui a épuisé une génération, tuant 1,4 million de combattants français. La photo date du 10 juillet 1918. Mais dans la liesse de la victoire, la photo a été censurée, car l'attitude du soldat ne correspondait pas à l'image héroïque que l'armée voulait donner de ses combattants. 

Cet homme fatigué est un vainqueur. L'explication se trouve sur les numéros brodés sur son col : le soldat appartient au 299e régiment d'infanterie. La veille de la prise de vue, le 9 juillet 1918, à Antheuil-Portes (Oise), sur la ligne de front, le régiment a lancé une offensive pour reprendre du terrain aux Allemands. Le journal de bord indique que l'opération réussit dans l'ensemble et que 550 prisonniers allemands sont ramenés.

Une posture peu héroïque

Aucun triomphalisme pourtant dans le regard de ce poilu, car les conditions de vie sont très dures. Un caméraman de l'armée française le filme. La gamelle n'est pas très garnie : du pain, de la viande en conserve, et peu de légumes. Le ravitaillement des soldats au front est particulièrement difficile : il arrive souvent froid ou souillé.

Des deux côtés, les hommes se terrent pour manger. Le trou derrière le soldat de la photo était le repaire des Allemands, que les Français ont délogés. Mais cent ans après, l'identité de cet homme est toujours inconnue. De ses actes de bravoure, il ne reste qu'un bout de film et cette photo. 

Pourtant il arriva, même, que Clémenceau, surnommé le tigre, venait manger parmi la troupe..

5076447

L' "Anneau de la Mémoire", mémorial pour 600.000 soldats de la guerre 14-18

Photo-lanneau-de-la-mémoire

Ce mémorial situé dans le Pas-de-Calais, unique par son architecture et son principe, rassemble les noms des soldats morts pendant la Première Guerre mondiale, sans distinction de grade ni de nationalité. Le monument avait été  inauguré par François Hollande.

L'"Anneau de la Mémoire" réunit dans une fraternité posthume près de 580.000 combattants venus du monde entier, tombés sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. François Hollande doit l'inaugurer ce 11 novembre à Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais.

Les noms de ces 579.606 soldats y sont inscrits sur 500 plaques d'acier d'environ trois mètres de haut, rappelant le déluge d'obus du conflit. Pour la première fois, les ennemis d'hier sont rassemblés dans l'ordre alphabétique, sans distinction de nationalité, d'origine ou de religion.

En 2011, l'Etat a cédé à la région Nord-Pas-de-Calais un terrain de 2,2 hectares à proximité immédiate de la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette, à charge pour la collectivité territoriale d'y construire un mémorial d'exception.

"Souffrance partagée de tous les combattants"

"La violence de la mort de masse qui a frappé notre territoire exigeait un monument durable", souligne l'historien Yves Le Maner, qui a conçu le projet, signé par l'architecte Philippe Prost. L'"Anneau de la Mémoire" ne célèbre pas les vainqueurs de la guerre, mais évoque la souffrance partagée de tous les combattants.

La liste des noms a été dressée à partir des données fournies par chaque nation. La base fournie par la Commonwealth War Graves Commission (CWGC) rassemble 241.214 noms de combattants issus de l'ancien empire britannique inhumés dans quelque 800 cimetières militaires de la région. Le Volksbund Deutsche Kriegsgraberfursorge (VDK) allemand en a transmis 173.876. Et la liste française de 106.012 noms intègre les combattants de l'ancien empire colonial (Algériens, Sénégalais, Indochinois...) et ceux de la Légion étrangère "morts pour la France", dont 59 Suisses, des Chiliens ou des Argentins. Mais l'anneau porte aussi les noms de 2.326 Belges, 2.266 Portugais, 1.037 Russes, ou encore six Américains.

Une partie du monument a été édifiée en porte-à-faux au-dessus du vide pour signifier la fragilité de la paix retrouvée sur le continent européen. A proximité de la nécropole nationale et de la basilique construite dès 1921, l'Anneau symbolise également la complémentarité de l'Etat et des collectivités territoriales pour les commémorations du centenaire de 1914-18.

Photo-anneau-de-la-mémoire-tombée-de-la-nuit

Pour conclure

459705763

Il y aurait pourtant beaucoup de choses à dire et tant à redire sur cette Grande Guerre et au sujet de ses atrocités, comme millions de morts « inutiles », sans doute, mais, après tout..On ne va pas refaire l’histoire..malheureusement…

1_432

2888586351_small_1

Kornblume02

 

 

Posté par Janus157 à 05:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 novembre 2018

Blocage du 17 novembre contre la hausse du carburant..

1200x768_gilet-jaune-illustration

Blocage du 17 novembre contre la hausse du carburant..

blocage-660x330

La France en colère !..

images (3)

La France qui souffre !..

reunion-17-novembre-roannais-537x403

DqXLDWSXQAAzjFx

Un dérapage "incontrôlé" de la part du gouvernement pour ce volet et secteur "sensible" ?

th

Un président soi-disant à l’écoute des Français..

images (4)

C’est une..plaisanterie ?..

macron-2-854x569

Photo ci-dessus de Mr. Macron en train d’écouter des passants qui l’interpellent.

Réflexion..

(trouvé sur le Net..)

A toi l'honneur !: Le 17 novembre, y a blocage. Et après ? Nous serons ...

00001

Il semblerait que la France, celle d'en bas, celle de la ruralité, celle des petites gens et des classes moyennes, nous fasse une crise d'hypertension aiguë; la colère gronde. Comment pourrait-il en être autrement avec un litre de gas-oil qui augmente de 23% en un an quand le sans plomb 95 se prend lui 15%. On me dit que le vrai méchant dans l'histoire, ce sont les cours du pétrole qui font rien que monter, pas les taxes et que si celles-ci augmentent, c'est rien que pour notre bien: pour assurer la transition énergétique. Ok, je veux bien mais je n'en ai rien à foutre; la seule chose que je vois, comme tous ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir se foutre du prix de l'essence, c'est que le gas-oil a pris 23 % en un an et mon essence 15%. Et que l'année prochaine, puis celle d'après, puis la suivante encore, rebelote, on augmentera les taxes. Quelque soit la hausse du prix de l'or noir. C'est simple à comprendre, non ? Même Macron qu'on nous présente comme un gars intelligent devrait le comprendre. Et bien non, parce que Macron, il me fait la leçon, il me dit qu'il faut absolument passer à l'électrique, qu'il faut consommer moins et blablabla, sinon la planète, elle va mourir. Et moi avec. Mon con !

Ce qu'il oublie de m'expliquer le gars, c'est pourquoi c'est toujours à nous de payer. La France est un des pays les plus vertueux en matière de lutte contre les pollutions mais c'est quand même à nous de casquer encore et toujours. Pourquoi ne nous dit-il pas que les 15 plus gros navires cargos du monde, tous (sauf un) sous pavillons étrangers, polluent autant que les 760 millions d'automobiles de la planète. Pourquoi n'interdit-il pas aux bateaux de croisières faisant escale un jour ou deux à Marseille de couper leurs moteurs, moteurs qui  en 24 h polluent autant qu'un million de véhicules légers ? Et tous les avions dans le ciel, hein, avec leur kérosène faiblement taxé, hein ? Tout ceux là ils s'en foutent de la hausse des taxes et du pétrole, ils continueront de voler et de polluer les mers, alors que nous... Alors oui, on a raison de gronder !

Mais là où, à mon sens, tous les médias et politiciens nous embrouillent, c'est en tentant de focaliser le mécontentement sur la seule hausse du prix des carburants. Ces dernières hausses - et celles à venir - ne sont à mon avis que la goutte d'eau qui fait déborder le vase: On  en a marre des impôts, des taxes, des prix qui montent et des salaires et pensions qui stagnent voire qui régressent. On en a marre d'être pris pour des cons à qui l'on voudrait faire croire que vous allez voir le pouvoir d'achat va augmenter avec la suppression de la taxe d'habitation et la baisse des charges. T'as qu'à croire ! Le pouvoir d'achat n'a pas commencé d'augmenter qu'il est déjà rogné par les hausses diverses et variées (le gaz, le timbre, la bouffe et tutti...).  Et quand bien même le bas de ma fiche de paie augmenterait que ce putain de glouton d'Etat s'y retrouvera en me piquant un peu plus d'impôt sur le revenu !

Non mais réalises un peu mon grand, il existe (sauf erreur de comptage), que ce soit au plan national, régional, départemental ou local pas moins de 252 impôts et taxes différents (1) en France ! 252 !  Y en a pour tout le monde même pour les pauvres ! Et la quasi totalité de ces 252 impôts et taxes n'a cessé d'augmenter ces 30 dernières années. 252 ! On pourrait penser que nos élites réaliseraient que " Ça suffit ! ". Et bien non, voilà t-y pas qu'on apprend que serait à l'étude la création de nouvelles taxes sur les colis livrés à domicile ou sur les chèques cadeaux donnés par les comités d'entreprises.

Alors, si à tout cela tu rajoutes les petits et les grands trucs qui nous empoisonnent de plus en plus l'existence (en vrac et de manière non exhaustive: le chômage, les migrants, l'insécurité, la violence, la précarité, le communautarisme, la musulmanisation, les politiciens avec un QI de moineau, Bruxelles, les manipulations médiatiques, le prix de l'immobilier qui s'effondre dans les campagnes, le mépris des élites, le 2 poids 2 mesures, l'inflation...), ouais, c'est tout à fait normal: On est grave mécontent ! Et on va l'être de plus en plus, c'est aussi inévitable qu'indubitable sauf à avoir des œillères aussi grosses que l'ego de notre cher, très cher Président. A terme ? Ben, l'explosion sociale, l'insoumission, la guerre civile ou que sais-je encore. Même ton Collomb te l'a dit. La hausse des carburants, c'est juste la mèche qui a été allumée.

Et qu'est-ce qu'il propose notre Macron pour nous calmer les nerfs, nos petits cœurs endoloris de contribuables et nos portefeuilles vides le 15 du mois ? Une bonification du chèque énergie... pour certains, de patienter car tout va aller mieux... bientôt, de nous méfier des populistes et des nationalistes, de traverser la route pour trouver du travail, une itinérance mémorielle, une vraie armée européenne et que les vieux fassent des efforts pour aider les jeunes ! Non mais allo, quoi ! Jupiter redescend sur terre !

Le 17 novembre sera, parait-il, la journée du mécontentement. Je la souhaite la plus animée possible, la plus turbulente possible, la plus bousculante, la plus pétante; vraiment. Je souhaite qu'un maximum de gens y prennent part et qu'ils bloquent le pays tout entier. Je souhaite que les racailles et les petites gens, les retraités et les chômeurs, les LR et Les Insoumis, main dans la main (mouarf !) descendent sur Paris, à Nantes, à Rennes, à Lyon, à Marseille, et mettent tous ensemble, tous ensemble, un bronx pas possible.

Hélas et en vérité, je vais vous le dire, le 17 novembre, il y aura des gilets jaunes soigneusement pliés et apposés sur le pare-brise des voitures (2), des embouteillages, quelques périphériques bloqués, des opérations escargots par ci par là, des manifestations, des facteurs et des profs en grève, quelques dizaines de lycéens dans les rues, des CRS déployés, quelques Gomme-Cogne tirées sur les manifestants, des poubelles et des voitures incendiées.  Et puis viendra le 18 novembre, on fera le chiffrage des dégâts, on commentera, beaucoup, nos politiciens feront le dos rond et se renverront la balle... Et puis tout redeviendra "normal"... comme d'habitude; je connais les Français, même ceux qui ont toutes les raisons du monde de se plaindre: Tant que la gamelle des gamins est pleine, même de pâtes, nos z'élites peuvent dormir tranquilles, Macron et Brigitte aussi...

Des commentaires mis..

Je suis totalement d’accord, on nous prend pour des cons, mais pour être juste dans votre approche il faudrait mettre à côté la parité dollar/euro qui en 2014, sauf erreur de ma part, était à environ 1,37 et aujourd’hui à 1,13. 
Sinon sur le billet de Corto totalement d’accord, rien ne se passera tant que l’endettement de la France permettra de payer les allocations diverses et variées, les retraites, la SS... Mais attention il suffit d’une petite étincelle pour que la poudrière explose.

Je pense que nous aurons l'effet bonnets rouges : une bonne petite subvention et allez jouer ailleurs et surtout faites pas chier.

mobilisation_1-3926408

«Vous allez le sentir le gros malaise le 17 novembre»: Macron interpellé à Verdun

1038779178

En déplacement à Verdun pour commémorer l'Armistice, Emmanuel Macron, qui a pris un bain de foule, a été interpellé par plusieurs personnes mécontentes de la politique du gouvernement.

Le Président français a été pris à partie ce mardi 6 novembre par plusieurs habitants à Verdun, dans la Meuse, où il se trouvait aujourd'hui à l'occasion du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale.

Selon des médias français, il a notamment été questionné sur le problème des carburants, alors que la colère monte au sujet de l'augmentation de leur prix et qu'un mouvement national semble se profiler le 17 novembre dans le cadre de la journée de blocage routier national contre la hausse des prix de l'essence. Pour Emmanuel Macron, la progression des taxes est le fait de l'État et il «les assume».

DrUTzDxWkAApmSS

BFMTV

✔@BFMTV

 

"Sentez le malaise, vous allez le sentir le gros malaise le 17 novembre..." Macron est interpellé à Verdun

12:50 - 6 nov. 2018

1 559

1 552 personnes parlent à ce sujet

«Vous ne sentez pas le malaise en France qui monte?, s'est emporté un retraité. Sentez le malaise […] vous allez le sentir le gros malaise le 17 novembre.»

«J'entends la colère, je l'entends bien, mais j'essaie d'apporter des réponses en profondeur», a indiqué Emmanuel Macron, s'accordant le mérite de ne pas répondre «de manière démagogique». Il a également affirmé qu'il croyait dans le travail, mais son interlocuteur a déclaré qu'il n'osait plus «croire en rien maintenant».

«Il y a des milliers et des milliers de Français qui sont en colère. Vous ne faites qu'aggraver la situation de la France», a jeté au Président le retraité.

Revenant sur la question avec un autre habitant de la région, Emmanuel Macron a expliqué que la hausse venait «à 80%, aux trois quarts des cours mondiaux».

DrUNZpnWsAARmc4

BFMTV

✔@BFMTV

 

"Le carburant, c'est pas bibi !" Interpellé sur le terrain, Emmanuel Macron s'explique

12:22 - 6 nov. 2018

421

844 personnes parlent à ce sujet

«Quand on change les choses, on bouscule les habitudes, les gens ne sont pas forcément contents», a déclaré Emmanuel Macron.

1350-900-2678419ed5560f14e4ab85fd

                                                      © REUTERS / ERIC GAILLARD

«Deux petits mots à dire»: une citoyenne reproche la hausse du carburant à Macron (vidéo)

Il a par ailleurs affirmé que «le pouvoir d'achat au total, il a augmenté: 1,6%».

Une dame lui a fait remarquer que 30 euros de hausse du minimum vieillesse, «ça fait pas beaucoup» lorsque la facture de gaz monte en flèche pour atteindre «250 euros».

Le Président a répondu que «les choses ne se font pas comme ça tout d'un coup» même si «tout le monde est pressé».

Prix des carburants et blocages le 17 novembre : le gouvernement "ne reviendra pas en arrière"

A LA UNEPOLITIQUE

Publié le 08/11/2018 à 12h18. Mis à jour à 12h49 par SudOuest.fr avec AFP.

c-est-notre-cap-nous-le-tiendrons-et-nous-ne-reviendrons-pas-en-arriere-estime-gilles-le-gendre

"C'est notre cap, nous le tiendrons et nous ne reviendrons pas en arrière", estime Gilles Le Gendre.

PHILIPPE LOPEZ / AFP

Le patron des députés LREM a assuré jeudi que le gouvernement et la majorité se montreront inflexibles.

C’est un message de fermeté qu’a tenu à faire passer ce jeudi matin Gilles Le Gendre, le patron des députés LREM. Interrogé sur la mobilisation des "gilets jaunes" du 17 novembre pour bloquer les routes contre la hausse des prix des carburants, le député de Paris a répondu sur RFI : "Nous n’avons ni à la redouter, ni à l’encourager, ni à en penser quoi que ce soit. Il se passera ce qui doit se passer, ce qui compte c’est le cap que nous avons fixé", celui de la "fiscalité écologique" pour "limiter les consommations de carburant de produits fossiles".

"C’est notre cap, nous le tiendrons et nous ne reviendrons pas en arrière", a-t-il insisté. Cette "action a été engagée par nos prédécesseurs qui, aujourd’hui, essayent de se dérober à leur responsabilité". En écho aux propositions du président de la République, il a souhaité que le gouvernement puisse "arriver à compenser très légèrement ceux pour lesquels" la hausse des prix "pose véritablement un problème insupportable".

téléchargement (3)

Pas de PV le 17 novembre ?

Dans la matinée, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d’État Laurent Nuñez ont par ailleurs rappelé à l’ordre le syndicat Unité-SGP-Police-FOqui appelle à une "grève des PV" le 17 novembre par "solidarité" avec le mouvement national de contestation de la hausse des carburants.

16116741

Ça commence à bien faire !

Les élus locaux et citoyens en colère !

Twitter_EAndrieu_11032018-kSzG-U101240374474AFG-860x420@lafranceagricole

Photo ci-dessus d’élus locaux et citoyens manifestant leurs mécontentements sur cette hausse du carburant.

Halte à la baisse du pouvoir d’achat de bon nombre de Françaises et de Français !

DqbNwiQW4AEZC_i

parce que je ne vis pas a paris que je suis en

zone rurale que je n ai pas de privileges et que

mes revenus baissent #GiletJaune

DrQ3ZHbWsAE31Db

STOP ! ça suffit !!!

Je vous invite à partager cette publication. Nous en avons marre.

Je vous invite d'ici le 17 novembre à mettre votre gilet jaune sur le

tableau de bord de votre véhicule pour montrer votre mécontentement. Dans les PO sa se prépare !!!

DqXLDWSXQAAzjFx

DqXLDfOXgAA3Y1e

Prix du carburant. Les « gilets jaunes » sont-ils récupérés politiquement ?

P18571479D3569895G_px_640_

Les «gilets jaunes» sont-ils adossés à un mouvement politique? Leur action est-elle pilotée par l’extrême droite comme le prétendent de nombreux opposants sur la Toile? Retour sur les origines du mouvement qui appelle à bloquer la France le 17 novembre.

Blocage du 17 novembre: Mouvement «citoyen» ou opération de «fachos», l'appel est-il toujours «apolitique»?

DqfjMtDX0AA_D8u

Photo ci-dessus d’une diapo qui circule sur le net et sur les réseaux sociaux d’anti –mouvement de blocage du samedi 17 novembre..contre-pouvoir ou récupération ?

  • De nombreux automobilistes appellent à des blocages le 17 novembre prochain pour dénoncer la hausse du prix des carburants.
  • Le mouvement de mécontentement, qui a fait irruption sur les réseaux sociaux, se revendique « apolitique et pacifique ».
  • Est-il soutenu ou poussé par des partis politiques?

DqfsX_uWwAAaWqI

Photo ci-dessus d’une diapo qui circule sur le net et sur les réseaux sociaux d’anti –mouvement de blocage du samedi 17 novembre..contre-pouvoir ou récupération ?

Un mouvement « apolitique » ? Depuis plusieurs semaines, la gronde s'intensifie coups de gueule sur les réseaux sociaux, pétitions en lignes, appels à bloquer les routes le 17 novembre… De nombreux automobilistes dénoncent la hausse du prix des carburants sur Internet. Devant le succès de cette contestation, Emmanuel Macron a mis en garde ce mardi sur Europe 1 : « Il faut toujours être prudent avec ce type de mouvement car s’agrègent toutes les formes de démagogie avec des gens qui n’ont rien à voir. De gens qui n’ont pas beaucoup de projets si ce n’est de mettre le pays à l’arrêt. » Ce mouvement de « citoyens en colère » a-t-il vraiment été récupéré par les partis politiques ?

Aux origines, un mouvement « citoyen »

hausse-des-carburants-la-secretaire-d-etat-emmanuelle-wargon-repond-en-video-au-coup-de-gueule-d-une-internaute_36e477dc9dceaee0bc3e176802063

Photo ci-dessus d’images sur youtube, d’interventions réciproques – pour et contre, ce mouvement du 17 novembre, début de l’affaire de la hausse du carburant.

Tout débute en mai avec une pétition, lancée par une « automobiliste en colère » de Seine-et-Marne sur le site change.org. Cette critique de la hausse des prix des carburants devient virale (aujourd’hui 780.000 signatures) et entraîne la création de multiples pages Facebook appelant au blocage des routes le 17 novembre prochain.

Les administrateurs de ces groupes, contactés par 20 Minutes, affirment tous « n’être pas encartés dans des partis » et s’être lancés sans influence politique. « J’ai fait cette page pour mobiliser les personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts, bouffés par toutes ces taxes », avance Jimmy, qui appelle à la mobilisation au péage de Sigean dans l’Aude. « Cette fois, on oublie la gauche et la droite, on est tous sous la même enseignedes citoyens français submergés de taxes », abonde un autre. « C’est une manifestation pacifique et apolitique. C’est bien trop facile de s’approprier et soutenir le mouvement quand il est déjà lancé », dénonce aussi Alexis, administrateur de la page 77 nord.

10975883

L’un des créateurs du site « www.blocage17novembre.com », qui souhaite fédérer ces mouvements citoyens en présentant une carte des 600 blocages prévus la semaine prochaine, a aussi indiqué à 20 Minutes n’être affilié à aucun parti, ni syndicat.

Le soutien du Rassemblement national et de Debout la France

logo-fb

Logo-deboutlafrance-2017

Ce mouvement spontané est-il pour autant hermétique aux mouvements politiques ? Parmi les « coups de gueule » d’automobilistes devenus viraux, qui ont participé au succès de la mobilisation, figure celui de Frank Buhler, secrétaire de circonscription à Debout la France, le parti souverainiste du député de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan. « Quand j’ai fait cette vidéo, je n’ai pas pensé en termes politiques mais en tant que citoyen qui fait son plein comme tout le monde. A la pompe, personne ne nous demande notre carte d’adhérent, jure-t-il. Je n’ai reçu aucune consigne de Nicolas Dupont-Aignan. Il s’est simplement contenté de me féliciter car il était d’accord avec ce que je disais ».

P8NYUfZu32pdbRTP

L’ancien candidat à la présidentielle a très vite soutenu le mouvement, comme son ancienne alliée Marine Le Pen. « C’est facile d’aller hurler avec les loups, je vois bien la manifestation du 17 novembre qui est totalement instrumentalisée par Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan qui sont de grands irresponsables sur ce sujet », a d’ailleurs dénoncé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. « Nous sommes des citoyens et des élus et en tant que tels, nous participons à un mouvement que nous n’organisons pas mais que nous soutenons de toutes nos forces », lui répond le député RN Sébastien Chenu.

La gauche, entre soutien et malaise

004318i187

Ce soutien du Rassemblement national inquiète à gauche. Au PS, les cadres dénoncent un « matraquage fiscal » mais refusent de soutenir une opération « instrumentalisée par l’extrême droite », explique Le Figaro.

La France insoumise, elle, ne sait pas sur quel pied danser. A Lille, la semaine passée, Jean-Luc Mélenchon estimait « juste » la colère des automobilistes mais dénonçait la présence de « fachos » au sein du mouvement. « Le samedi 17 novembre, j’ai envie d’en être. Pour voir au moins qui est là », a écrit le député François Ruffin. « Je ne me vois pas défiler à l’appel de Minute et avec Marine Le Pen », a estimé sa collègue Clémentine Autain.

Manuel Bompard s’explique : « On soutient sur le fond la colère qu’on juge légitime car on considère que les mesures du gouvernement sont anti-sociales et pas écologiques. Mais il ne faut pas confondre l’initiative citoyenne auto-organisée avec les tentatives de récupérations de l’extrême droite. Dans nos rangs, certains vont y participer, d’autres non. On respecte ces deux positions », poursuit le directeur national des campagnes de La France insoumise.

b1d92c8_5297499-01-06

Pas plus tard, qu’hier au soir, vers 18h00, il y a eu un débat échange sur le plateau télévisé de BFM/TV

Expliquer, comprendre, ou..dégoupiller la « grogne » ?..

640x360-bS5

Un face à face entre, d’un côté, Mr. Jean-Michel Fauvergue, député La REM de Seine-et-Marne (ancien chef du Raid..), et Mme. Linda Kebbab, déléguée nationale S.G.P. Police FO.

x1080-4G2

Mr. Fauvergue était là pour servir de bouc émissaire pour le gouvernement et Macron, et tenter d’inverser la situation..

Mme. Linda Kebbab était là pour expliquer et « justifier » la réaction des policiers et leur décision de faire cette grève du zèle, ou journée sans P.V.,car, comme elle l’a rappelé, cela relève de la seule décision du policer de verbaliser ou non.

Nul n’a autorité sur un policier dans l’exercice de ses fonctions pour le forcer ou contraindre dans sa prise de décision et/ou choix…

gilet-jaune-sur-le-tableau-de-bord-contre-le-cout-du-carburant_6125216

Castaner met en garde contre cette grève du zèle sans P.V., annoncée pour le 17 novembre..

870x489_maxnewsfrfour143797

45093833_2193774350862078_784097475894968320_n

Blocages du 17 novembre : un syndicat de police appelle à une "grève du zèle"

Gilets-jaunes-un-syndicat-de-police-participera-au-blocages-du-17-novembre

Le syndicat Unité SGP Police FO appelle l'ensemble des forces de l'ordre à ne pas poser de contraventions le 17 novembre prochain. 

Le mouvement qui appelle à de nombreux blocages le 17 novembre prochain pour protester contre la hausse du prix des carburants a reçu mercredi un soutien supplémentaire. Le syndicat Unité SGP Police FO a en effet appelé ses effectifs à soutenir le mouvement de contestation, rapporte le journal Le Parisien. Ce syndicat appelle ses adhérents mais aussi l'ensemble des forces de l'ordre à ne pas dresser de contraventions le samedi 17 novembre. 

"Des citoyens qui subissent cette hausse". "Derrière les uniformes, il y a des hommes et des femmes, des citoyens qui eux-mêmes subissent de plein fouet cette hausse, et constatent au final une baisse du pouvoir d’achat", a justifié Daniel Chomette, secrétaire général délégué du syndicat. "Le 17, la lutte contre la délinquance sera menée comme à l’accoutumée. Mais hors de question que nous allions assommer de PV les Français qui exprimeront leur mécontentement."

Des policiers rallient la fronde du 17 novembre.

blocages-du-17-novembre-un-syndicat-de-police-lance-une-greve-des-pv-pour-soutenir-les-gilets-jaunes

Dans leur combat contre la hausse des prix des carburants qui plombe leur pouvoir d'achat, les gilets jaunes ont reçu le soutien d'un syndicat de policiers. Le syndicat Unité SGP Police se déclare « solidaire de la journée citoyenne du 17 novembre. » Il demande à ses membres « d'observer une journée blanche sans timbre-amende. » Autrement dit, Unité SGP Police appelle à une grève des procès-verbaux le samedi 17 novembre. Un syndicaliste de l'Unité SGP Police « SGP FO se trompe », ont réagi jeudi 8 novembre le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d'Etat Laurent Nuñez. Les policiers n'ont pas le droit de grève et de manifester lorsqu'ils sont au travail. Code de déontologie de la police nationale.

téléchargement (2)

Grève des PV le 17 novembre : "rien ne peut justifier que l'on refuse d'appliquer la loi"

Greve-des-PV-le-17-novembre-rien-ne-peut-justifier-que-l-on-refuse-d-appliquer-la-loi

Christophe Castaner et Laurent Nuñez assure que "nul ne peut se prévaloir de décider de remplir [la mission de la police] partiellement ou pas". @ BERTRAND GUAY / AFP

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d'État Laurent Nuñez ont rappelé jeudi au syndicat Unité-SGP qui appelle à une "grève des PV" le 17 novembre que "rien ne peut justifier que l'on refuse d'appliquer la loi", dans une déclaration commune.

"SGP FO se trompe", estiment Castaner et Nuñez. Le syndicat Unité-SGP-Police-FO a appelé à une "grève des PV" le 17 novembre par "solidarité" avec le mouvement national de contestation de la hausse des carburants. "SGP FO se trompe", estiment Christophe Castaner et Laurent Nuñez dans une déclaration commune.

Des contraventions pour "protéger". "Les contraventions ne sont pas une collecte d'impôt mais un moyen de protéger les automobilistes, les piétons, les cyclistes, les personnes en situation de handicap qui ont besoin de stationner leur véhicule", précisent-ils. "Rien ne peut justifier que l'on refuse d'appliquer la loi, pas même une campagne électorale", ajoutent-ils. Les élections professionnelles au ministère de l'Intérieur sont prévues du 30 novembre au 6 décembre.

"La mission de la police nationale est sacrée, elle est une. Nul ne peut se prévaloir de décider de la remplir partiellement ou pas. Ce serait nuire à la police elle-même, à sa vocation, à son impartialité. Nous en appelons à la responsabilité et au sens du devoir de chacun", concluent Castaner et Nuñez.

Blocage du 17 novembre : un syndicat de police appelle à la grève des PV

Le syndicat Unité SGP Police FO apporte son soutien au mouvement des gilets jaunes du 17 novembre contre la hausse du carburant en appelant à une journée sans contraventions.

image

Un syndicat de police soutient le mouvement des gilets jaunes qui appelle au blocage du pays le 17 novembre.(©Fotolia / Illustration)

Des policiers rallient la fronde du 17 novembre. Le syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière a rejoint le mouvement des gilets jaunes, qui compte bloquer les routes de tout le pays pour protester contre la hausse du prix des carburants

 Il appelle ses adhérents, et plus généralement les forces de l’ordre, à ne pas sanctionner les manifestants et ne dresser aucune contravention le 17 novembre. 

« Les policiers sont avant tout des citoyens »

« Les policiers sont avant tout des citoyens, des hommes et des femmes. Le pouvoir d’achat et la thématique ‘transport’ les concernent », scande le syndicat sur une affiche. Yves Lefebvre, le secrétaire général d’Unité SGP Police FO explique au micro de BFMTV :   

On nous parle de rapprochement police-population. Banco. On se rapproche de la population et on est solidaires de nos concitoyens. Le 17 novembre, ce sera zéro PV.

Lors d’un congrès de la fonction publique à Montreuil mercredi 7 novembre, Daniel Chomette, secrétaire général délégué de l’organisation a précisé : « Qu’on ne se méprenne pas, le 17, la lutte contre la délinquance sera menée comme à l’accoutumée. Mais hors de question que nous allions assommer de PV les Français qui exprimeront leur mécontentement. »

Le gouvernement hausse le ton

Sans surprise, la démarche des policiers ne plaît pas du tout au gouvernement. « SGP FO se trompe », ont réagi jeudi 8 novembre le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d’Etat Laurent Nuñez, cités par Ouest-France

Rien ne peut justifier que l’on refuse d’appliquer la loi, pas même une campagne électorale.

« La mission de la police nationale est sacrée, elle est une. Nul ne peut se prévaloir de décider de la remplir partiellement ou pas. Ce serait nuire à la police elle-même, à sa vocation, à son impartialité. Nous en appelons à la responsabilité et au sens du devoir de chacun », ajoutent les deux membres du gouvernement.

Les policiers n’ont pas le droit de grève

Cet appel à la « grève du zèle » n’a pour l’instant pas été rejoint par d’autres syndicats de police. Les policiers ne disposent pas du droit de grève et de manifester, d’après la loi du 29 septembre 1948. Ils ont en revanche un « droit syndical ». 

Rappelons que le mouvement des gilets jaunes qui projette le blocage du 17 novembre n’est à l’appel d’aucun syndicat, il a été initié par de simples citoyens sur les réseaux sociaux

Un syndicat de police appelle à une "grève des PV" le 17 novembre

le-syndicat-unite-sgp-police-fo-a-appele-a-une-greve-des-pv-le-17-novembre-par-solidarite-avec-le-mouvement-national-de-contestation-de-la-ha

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a réagi ce jeudi, après qu'un syndicat de police a appelé à la "grève des PV" le 17 novembre,

Blocages du 17 novembre : un syndicat de police apporte son soutien aux gilets jaunes

police-policiers-intervention-force-ordre-voiture-gyrophares-854x569-1

7937268_717f8de6-e2a5-11e8-b9d6-ad59e01eff20-1_1000x625

Un syndicat de police annonce son soutien au mouvement de citoyens qui proteste contre les hausses du prix du carburant.

000_1ak3d3_0

5be1802dade3d5

Mouvement du 17 novembre : pourquoi les politiques restent prudents

XVM1ad18d3c-e0d4-11e8-b5e1-a459b75ce5bd

LE SCAN POLITIQUE - Alors que la gronde contre la hausse des prix du carburant s'organise autour du mouvement du 17 novembre, les politiques préfèrent garder leur distance. Certains dénoncent une «instrumentalisation» du Rassemblement national (ex-FN).

DPDA-Marine-Le-Pen-denonce-l-amateurisme-total-de-France-2

La gronde s'organise. Face à la colère des automobilistes qui dénoncent la hausse des prix du carburant, une manifestation de blocage des routes - dites des «gilets jaunes» - est prévue le 17 novembre partout en France. La mobilisation, qui se veut spontanée, a pris de l'ampleur ces dernières semaines sur les réseaux sociaux. Si elles se veulent toutes indignées par la hausse des prix, la plupart des oppositions politiques à Emmanuel Macron gardent cependant leur distance avec l'initiative. Pour l'instant, seuls le Rassemblement national et Debout la France ont officiellement apporté leur soutien. «L'ensemble de nos élus et délégués départementaux, de nos fédérations, rejoindront la contestation qui est en train d'émerger», avait notamment annoncé fin octobre Marine Le Pen sur Europe 1. «C'est un devoir», a estimé Nicolas Dupont-Aignan lundi sur RTL.

Congrés_Debout_la_France_-_le_12_octobre_2014

● «Pas une réponse» pour LR

1491430936083

S'ils sont farouchement opposés à la hausse des taxes sur le carburant, Les Républicains semblent tout autant en désaccord avec la manifestation du 17 novembre. «Les Français respecteront davantage une opposition qui propose plutôt qu'une opposition qui montre les dents et bloque les routes», estime Annie Genevard, vice-présidente du parti, selon des propos rapportés par France Inter. «Violer la loi et empêcher la liberté d'aller et venir, ce n'est pas une réponse», souligne également le député LR Julien Aubert. «Le débat doit rester cantonné au débat démocratique, et je regrette que finalement la psychorigidité du gouvernement l'empêche d'écouter le message de la rue, car cela fait du miel de tous ceux qui sont démagogiques, et de ces partis qui soufflent sur les braises», a poursuivi celui qui est aussi secrétaire général adjoint des Républicains.

wauquiez_france_inter_carburants-00_02_45_04-3930638

● Le PS regrette «l'instrumentalisation de l'extrême droite»

B9713936787Z

Le Parti socialiste doit décider mardi soir lors de son Bureau national s'il appelle ou non ses militants à soutenir le mouvement. Il n'y a cependant pas beaucoup de suspens. Les cadres refusent de soutenir une opération «instrumentalisée par l'extrême droite». «On voit bien que le Rassemblement national essaie de surfer sur l'événement», regrette un d'entre eux, pourtant pas opposé au mouvement spontané. Le PS voit derrière la hausse des taxes du carburant un nouvel épisode du «matraquage fiscal» mené par le gouvernement «sur le dos de l'écologie».

004318i187

● La France Insoumise ne tranche pas

logo-fi

La position de Jean-Luc Mélenchon a pu faire sursauter à gauche. Alors qu'il voulait «engager la sortie du diesel» lors de la campagne présidentielle, le leader de La France Insoumise se porte désormais en défenseur des opposants à la hausse des prix à la pompe. «Ceux qui utilisent du carburant le font parce qu'ils n'ont pas le choix», a-t-il soutenu lors de son meeting la semaine dernière à Lille. De fait, Jean-Luc Mélenchon ne désapprouve pas ceux qui ont prévu de se rendre à la manifestation du 17 novembre. «Il se trouve que parmi mes amis, des camarades et des Insoumis, il y en a qui disent “moi, je vais le faire”. Et qu'est-ce que je vais leur dire? “Non, ne le fais pas, il y a des fachos”? “Il ne faut pas lutter parce que certains ne te plaisent pas dans la lutte”? Non je ne peux pas dire ça», a-t-il lancé.

Un point de vue loin d'être partagé en interne. Sa collègue députée Clémentine Autain se montre par exemple nettement moins affirmative. «Je ne serai pas le 17 dans les blocages parce que je ne me vois pas défiler à l'appel de Minute et avec Marine Le Pen», a-t-elle écrit dans une note de blog. La députée Insoumise insiste en revanche pour promettre qu'elle «ferait tout son possible pour que les décisions prises se conjuguent avec la justice sociale et le recul massif des émissions dangereuses.»

b1d92c8_5297499-01-06

7935144_a3e4fbb6-e072-11e8-b9d6-ad59e01eff20-1_1000x625

Manifestations du 17 novembre contre la hausse du carburant : l’État accusé "d’éteindre la révolte populaire"

arton52667-82a11

Des internautes crient à la « censure » et au « complot » après la disparition d’événements Facebook consacrés au blocage du samedi 17 novembre 2018. Ce qu’il s’est vraiment passé.

La grogne monte autour de la hausse du prix des carburants en France et des manifestations intitulées « Blocage national contre la hausse du prix des carburants » pullulent dans tout l’hexagone, avec une date en tête : le samedi 17 novembre 2018. Une pétition pour la baisse des prix des carburants a d’ailleurs franchi le cap des 500 000 signatures lundi 29 octobre.

Jour après jour depuis une semaine environ, des événements Facebook fleurissent partout en France (plus de 200 000 personnes sont notamment intéressées à Paris), mais certains d’entre eux ont disparu des radars sans crier gare. Il n’en fallait pas moins pour raviver… la théorie du complot. Sur les réseaux sociaux, Facebook et l’État se voient pèle-mêle accusés de censure et de « complotisme » par des internautes, notamment à Toulouse.

3-146-a2130

Événements disparus à Toulouse, Rodez, La Rochelle

Depuis la parution d’un article sur Actu Toulouse mercredi 24 octobre annonçant une manifestation à Toulousesamedi 17 novembre, deux événements Facebook consacrés à ce blocage dans la Ville rose (qui comptaient des milliers de personnes intéressées ou inscrites), ont successivement disparu : le premier dès mercredi, qui comptait plus de 11 000 personnes intéressées (et 16 000 quelques heures juste avant sa disparition), et le second jeudi 25 qui en affichait plusieurs milliers. Administrateur de ce deuxième événement supprimé à Toulouse, Thomas Leroyer témoigne :

« Facebook a envoyé un message au créateur de l’événement, indiquant que celui-ci avait été signalé par plusieurs utilisateurs, et qu’il était en cours de vérification. Il a été supprimé dans la foulée, même pas une heure après. »

Dans le même temps, d’autres événements ont disparu de Facebook, notamment à Rodez (Aveyron), comme l’expliquaient nos confrères de Centre Presse. Ou encore à La Rochelle (Charente-Maritime), comme l’indiquait France Bleu La Rochelle. Des événements où étaient là-aussi inscrits ou intéressés des milliers d’internautes, qui se posent des questions quant à ces disparitions soudaines… Et sur la toile, certains font état de velléités de Facebook, de l’État, voire des deux, pour « éteindre la révolte populaire ». Alors, qui supprime ces événements ? Et pourquoi ?

S5-hausse-des-prix-du-carburant-17-novembre-gilets-jaunes-pour-colere-noire-172296

Des appels au blocage du 17 novembre ont-ils été supprimés par Facebook?

Par Jacques Pezet 6 novembre 2018 à 09:19

ƒacebook..incontrôlé ou..contrôlable ?..

1135452-000_16p9k5

Photo ci-dessus du logo « facebook » sur un écran d’ordinateur.

Plusieurs organisateurs accusent Facebook d’avoir supprimé des événements appelant au blocage des routes le 17 novembre. Facebook assure que ces suppressions sont causées par les administrateurs de ces rassemblements.

Question posée par Olivier le 29/10/2018

Bonjour,

Nous avons reformulé votre demande initiale: «La manifestation prévue le 17 novembre contre la hausse des prix du carburant est organisée via beaucoup d’évènements Facebook. On m’indique et on voit circuler l’information (sur les réseaux sociaux) selon laquelle Facebook supprime ces évènements sans en mentionner la raison. Cela est bien évidemment vu comme de la censure … a priori orchestrée par du gouvernement. 1. Est-il vrai que les évènements Facebook liés au 17 novembre sont supprimés de Facebook ? 2. Le gouvernement peut-il ordonner à Facebook la suppression de ces évènements ? Merci de m’éclairer sur les possibilités de censure et donc de collusion entre Facebook et le gouvernement français sur ce type d’actions.»

Votre question fait écho à de nombreux messages postés sur Facebook qui dénoncent la suppression d’événements en lien avec les appels au blocage des routes de France le 17 novembre. CheckNews les a aussi constatés et remarque que plusieurs accusent Facebook de supprimer ces liens à la demande du gouvernement français.

1169709-montage-17-novembre-facebook

Facebook assure ne rien avoir supprimé

Pour comprendre d’où venaient les suppressions, Check News a contacté Facebook, qui nous a répondu qu’il n’était pas à l’origine de ces suppressions, qu’il n’avait pas reçu de demande, mais qu’il pouvait vérifier leurs origines à condition d’avoir le lien des événements disparus.

Auprès de la page Facebook «Tout savoir sur le 17 novembre», qui rassemble les différentes initiatives en France, nous avons obtenu une liste de vingt événements Facebook qui auraient disparu. Nous les avons transmis à Facebook, qui après vérifications nous a assuré que les suppressions n’émanaient pas du réseau social, mais des administrateurs des pages.

Pour vérifier cela, nous avons cherché à joindre les administrateurs des vingt liens obtenus. Pour cela, nous avons d’abord vérifié, l’existence de ces pages, qui indiquaient toutes le message d’erreur «Désolé, ce contenu n’est pas disponible actuellement. Le lien que vous avez suivi a peut-être expiré ou la page n’est peut-être accessible qu’à une audience dont vous ne faites pas partie.»

Dans huit cas, nous avons pu retrouver des versions sauvegardées à un certain moment dans le cache de Google, où figuraient des noms d’organisateurs. Elles concernent Nantes, Clermont-Ferrand, Toulouse, Rennes, La Rochelle, Dijon, Tours et la Franche-Comté.

1169710-17-novembre-cache-facebook

Nous avons réussi à communiquer avec les administrateurs de quatre événements (La Rochelle, Dijon, Clermont-Ferrand et la Franche-Comté).

Un organisateur supprime un événement à Dijon pour éviter les doublons

Parmi les quatre événements, seul l’organisateur de celui à Dijon confirme être à l’origine de la suppression: «Je l’ai effectivement supprimé car il y avait deux événements en parallèle. Quand j’ai créé le mien je n’avais pas vu qu’il y en avait un autre, j’ai donc contacté par la suite l’autre organisateur et on s’est mis d’accord pour n’en garder qu’un seul». Il a vu les messages des automobilistes en colère accusant le gouvernement de censure mais «pense sincèrement que le gouvernement n’a aucun pouvoir pour supprimer un événement Facebook.»

1169711-17-novembre-dijon-doubon

Des organisateurs accusent Facebook d’avoir supprimé leurs événements

Les organisateurs des trois autres événements interrogés contestent la version de Facebook, selon laquelle ils seraient à l’origine de la suppression de leurs événements. Pour supprimer un événement sur Facebook, il suffit d’être le créateur de l’événement ou d’en avoir été nommé organisateur. Ce qui signifie que le créateur d’un événement peut voir son propre événement supprimé, sans pouvoir faire faire, dès lors qu’il a nommé une autre personne organisatrice.

Comme l’a expérimenté CheckNews, lorsqu’un événement est supprimé, les organisateurs et les participants reçoivent une notification qui ne précise pas qui est à l’origine de la suppression.

1169713-17novembre-test-facebook

Parmi les trois événements restants, on trouve un unique administrateur pour celui en Franche-Comté et plusieurs pour ceux de La Rochelle (trois organisateurs, dont deux qui nous ont répondu) et Clermont-Ferrand (deux personnes, dont une seule a répondu à CheckNews).

Pour l’organisateur en Franche-Comté, on se retrouve donc dans un cas de parole contre parole à l’égard de Facebook. Il assure ne pas «être à l’origine de cette suppression», n’avoir reçu aucune notification et «accuse Facebook d’avoir supprimé cet événement» qui comptait plus de 10.000 participants, selon lui.

1169714-17novembre-facebook-franche-comte

Pour un événement à Clermont-Ferrand, Check News s’est entretenu avec un des deux organisateurs. Le créateur de l’événement indique avoir seulement reçu «une notification comme quoi il avait été supprimé».

1169715-17novembre-facebook-clermont

Il nous a également fourni une capture d’écran d’un message échangé avec l’autre organisateur qui suppose que l’événement a disparu «sûrement suite à des plaintes ou à des pressions politiques», sans apporter de preuves. Lors de notre échange, l’organisateur nous confie que l’autre organisateur avait aussi ajouté d’autres administrateurs sur l’événement. Il estime donc qu’il est possible, en théorie, que l’un d’entre eux ait supprimé l’événement même s’il indique que «tout le monde m’a répondu que non quand j’ai demandé». 

Enfin pour l’événement de La Rochelle, deux des trois organisateurs témoignent également d’une disparition dans les 24 heures qui ont suivi sa création, «sans que cela ne vienne de notre fait, ni de message de la part de Facebook nous avertissant d’un quelconque signal sur des publications enfreignant les règles d’utilisation». Une des deux personnes contactées, assure que le troisième organisateur (qui est le créateur de l’événement) n’est pas à l’origine de la suppression. Il est donc difficile de comprendre qui a supprimé la page. Sans apporter de preuve, un organisateur imagine «qu’il est possible pour des Etats ou autres d’engager des pirates informatiques à l’autre bout de la planète pour faire le travail».

1169716-17novembre-la-rochelle-1

1169717-17novembre-la-rochellle-2

Après l’obtention de ces trois témoignages, qui contredisent la version de Facebook, nous avons à nouveau contacté le réseau social pour avoir des précisions sur ces cas précis. Facebook maintient, après une troisième vérification des trois liens, le 5 novembre 2018, que ce sont bien les organisateurs qui sont à l’origine de leurs disparitions. Dans le cas de l’événement de La Rochelle, l’entreprise indique que «l’administrateur a supprimé également son compte». Lors de nos recherches, nous avions aussi observé que le compte d’un des trois administrateurs n’était plus présent sur le réseau social, mais comme indiqué, ses co-organisateurs assurent qu’il n’est pas responsable.

Pour des raisons de confidentialité, Facebook a refusé à chacun de nos échanges, de nous donner des détails sur les événements supprimés, que ce soit le nom des administrateurs ou les dates et heures de suppression. Comme indiqué précédemment les informations obtenues par CheckNews l’ont été grâce aux organisateurs du blocage et au cache de Google. 

La politique de suppression de Facebook

Dans un article paru le 29 octobre, le site Actu Toulouse s’était également penché sur les suppressions d’événements appelant au blocage des routes. La préfecture de Haute-Garonne lui avait indiqué qu’elle n’avait «contacté aucune personne, ni mené aucune action de demande de suppression d’un quelconque événement créé sur les réseaux sociaux». De son côté, Facebook indiquait déjà que «l’État n’a pas demandé leur suppression.»

Il arrive que Facebook bloque des contenus à la demande du gouvernement. Sur ce point, le réseau social indique qu’il «applique les lois des pays dans lesquels son service est disponible : si un contenu illicite nous est notifié par les autorités, il est rendu indisponible. Facebook travaille bien entendu en étroite coopération avec les autorités compétentes lorsque la situation l’exige.» Sur ce point, le réseau social publie d’ailleurs les chiffres de ces requêtes sur son site. Comme nous l’avions déjà expliqué dans Libération, les requêtes des pouvoirs publics pour enjoindre Facebook de supprimer des contenus concernent essentiellement les contenus négationnistes ou faisant l’apologie du terrorisme.

Cordialement

Jacques Pezet

Non, la police n'appelle pas au blocage le 17 novembre

1169109-capture-d-ecran-2018-11-03-a-104221

Le logo de la police a été détourné par des internautes soutenant le mouvement social contre la hausse des prix du carburant. La direction générale de la police nationale envisage de porter plainte.

«La police a décidé de se joindre à nous le 17 novembre, journée de blocus national», annonce en lettres capitales cette publication Facebook partagée plusieurs dizaines de milliers de fois (1). Une référence au mouvement de contestation dont CheckNews a commencé à vous parler la semaine dernière.

Le message comporte une photo (reproduite ci-dessous), où on lit en gros : «La Police nationale sera aux côtés des citoyens de France le 17/11/1018 [sic]. Voici leur communiqué.»

1168895-unpi-communique-police-nationale

En dessous, un court texte signé «Collectif national - UPNI». Le texte de l’UPNI est authentique. Il s’agit bien d’un communiqué de l’Union des policiers nationaux indépendants. Cette association a officiellement pris le parti de se mobiliser, le 17 novembre 2018, sous le mot d’ordre «Policiers solidaires, citoyens en colère». L’UPNI n’étant pas un syndicat, ses membres n’ont officiellement pas le droit de s’exprimer car les policiers sont tenus au devoir de réserve. Toutefois, tant qu’ils ne sont pas en uniforme et qu’ils ne portent pas de signes distinctifs, ils ont bien le droit de manifester (et de se mobiliser). C’est donc ce que prévoient de faire les membres de l’UPNI, en distribuant des tracts ou en disposant un gilet jaune sur leur tableau de bord.

Plainte à l’étude

Le problème est ailleurs, dans l’utilisation du logo «Police nationale». Car l’institution n’a en effet jamais prévu de soutenir le mouvement du 17 novembre, ni de se ranger derrière l’initiative de l’UPNI.

Contactée par CheckNews, la Direction générale de la police nationale (DGPN) explique que «le dépôt d’une plainte est à l’étude». En effet, «Police nationale» est une marque déposée auprès de l’Institut national de la propriété industrielle.

Cette plainte, si elle est déposée, le sera contre X. Car il est difficile de retrouver la première publication de ce montage accolant le logo de la PN au communiqué de l’UPNI. L’Union de la police nationale a de son côté vivement réagi auprès de nos confrères de Var-Matin, qui laissaient entendre que l’association était à l’origine de la publication. Auprès de CheckNews, l'UPNI confirme ignorer l'origine du montage et «se réserve le droit de porter plainte» contre son auteur.

CheckNews a contacté l’internaute qui a publié le montage totalisant des dizaines de milliers de partages, vendredi 2 novembre au soir. Il se présente comme un «Youtubeur, auteur, compositeur, interprète». Après notre premier message, le post en question a disparu de sa page Facebook, sans qu’il s’en explique (cette publication a toutefois été archivée). A nos questions répétées sur l’origine de ce montage, notre interlocuteur terminera l’échange sur «Vous ne souhaitez pas aider le peuple ? Très bien veuillez passer une bonne soirée.»

Mouvement du 17 novembre : mais pourquoi donc bloquer les routes...

blocage-de-route

A dix jours du mouvement du 17 novembre, les esprits s'échauffent autour du blocage, ou non des routes réunionnaises... Alors que des collectifs se montent sur les réseaux sociaux pour organiser des opérations escargots et autres réjouissances, d'autres écrivent au Préfet et demandent des actions directes pour "désamorcer cette bombe à retardement." Dangereux les blocages ? Légaux ? Pourquoi ne pas monter directement aux institutions ? Certains voient encore plus loin que les hausses des prix des carburants et vise la consommation...et ses centres commerciaux.

Dans les rues de Saint-Denis, on vous avait posé ces questions et une grande majorité d’entre vous nous avait répondu que cette méthode n’était pas la bonne… Céline par exemple, appréhendait déjà cette journée où elle allait se retrouver dans les embouteillages, entre le stress et la chaleur. Quant à Monique elle posait clairement la question du "oui… mais après ? C'est une petite action... Il faut être plus solidaires et engagés : se mobiliser sur le long terme! Nous pouvons signer des lettres, des pétitions, les faire remonter au gouvernement, à l'Assemblée. Pourquoi ne pas réunir nos sept députés pour ouvrir un débat ? Un blocage de route ne sert à rien car il ne dure qu'une journée. Pour être efficace, il faut voir plus loin."

Opérations escargots des motards

Nicolas Guezello du "Collectif de défense des motards" sera sur les routes pour manifester son mécontentement contre la hausse des carburants.  "Nous organisons deux opérations escargots qui vont converger en un seul point : la Préfecture de Saint-Denis. Il y aura un départ à Saint-Benoît, et un autre à Etang-Salé le matin. Nous allons ralentir les quatre-voies et nous rejoindre sur le Boulevard Sud où nous allons stationner pendant une heure de 10 à 11 heure." Pour le moment, c’est ce que ces motards prévoient. Ils attendent encore le feu vert des autorités responsables. A la Préfecture de Saint-Denis, les motards vont remettre leurs revendications. A midi, tout devrait être terminé…

"Bloquer les institutions plutôt que les routes ? C’est ce qu’on voulait faire et j’aurai préféré… mais le 17 tombe un samedi et tout sera fermé. Et un samedi, c’est finalement une bonne chose," estime Nicolas Guezello que se dit soucieux de ne pas "déranger les travailleurs. Et ceux qui travaillent ce samedi auront suffisamment de temps pour s’organiser et d’aller à leur boulot. La situation s’arrangera tout de suite en fin de matinée." Pour le motard, la gêne est minime et "on ne peut pas faire moins. Nous ne sommes pas contre l’Etat et contre les gens nous avons juste des revendications, nous voulons engager la discussion au nom des motards." Et d’ajouter : "nous ne voulons pas pénaliser les personnes qui veulent circuler, on essaye juste de se faire remarquer sans créer la pagaille et sans se faire des ennemis." Ils devraient entre deux et trois cents sur les routes… Pour le moment, ils n’ont pas prévus de faire remonter une pétition aux instances de l’Etat.

Du côté des opposants aux blocages de route, le collectif "Aret Blok a Nou" qui a fait parvenir une lettre au Préfet et à la presse. Georges Potola écrit ainsi : "nous les automobilistes, nous avons marre d’être encore une énième fois victimes d’opération escargot et de blocage de route. (…) Nous comprenons parfaitement les revendications, portées par des millions de Français, les prix en augmentation constante et le pouvoir d’achat qui ne cesse de se rétrécir. Nous la classe populaire, nous vivons grâce aux crédits, une journée de travail perdu c’est encore des problèmes qui s’accumulent. De plus nous ne sommes pas coupables de cette situation, mais doublement victimes, otages sur les routes et bouc émissaire du gouvernement."

Bloquer les centres commerciaux

Ces arguments, le groupe Facebook "Mouvements le 17 novembre" les comprend. Ils ont de leur côté choisi de bloquer la consommation… "On ne veut pas embêter les gens en les empêchant de circuler, explique Aurore Rudy, l’une des administratrices. Nous savons que des gens travaillent, vont à la plage, voient leurs familles et leurs amis. Nous protestons contre la vie chère, la politique d’Emmanuel Macron, les retraites… Il n’y a pas que la hausse des prix du carburant." Avec ses plus 4.180 membres, le groupe entend donc bloquer les grands centres commerciaux, "Duparc, Cambaie, Canabady… nous voulons affaiblir l’économie, ils feront un chiffre d’affaire de zéro. Nous visons ceux qui s’en mettent plein les poches," poursuit Aurore Rudy. Un peu comme en 2009, quand le collectif COSPAR (collectif contre la vie chère) avait organisé de grandes manifestations avec des blocages de supermarchés et de centres commerciaux.

Lire aussi => Des manifestations aux débordements et "Manifester plus pour gagner plus"

Aurore Rudy espère être suivie par une grande majorité  : "les Réunionnais doivent se réveiller, nous ne sommes pas des moutons !" Et ces actions ne dureront pas qu’un jour : "nous allons mettre en place un système de roulement par rapport à nos emplois du temps : il y aura ainsi toujours du monde, nous irons plus loin que le 17 novembre. On ne s’arrêtera que quand le gouvernement comprendra." Pour la manifestante, les pétitions ne servent à rien : "on nous entend mais on ne nous écoute pas : il faut que ça bouge ! Nous voulons des actions concrètes ! Il y a eu 1789, 1848, 1968, il y aura 2018 : le peuple gronde, le peuple va arriver." Les blocages se feront "pacifiquement mais nous ne sommes pas le bon dieu : on ne tendra pas la joue."

Sur internet, une carte commence à circuler avec tous les blocages prévus :

10975883

Aurore Rudy n’a déposé aucun préavis de grève ou de blocage : "il y a eu 1789 : nous sommes allés chercher le roi, je ne pense pas qu’il y ait eu de préavis." Quant aux institutions, "nous avons prévu de les viser mais nous voulons commencer par la consommation et les centres commerciaux. Nous sensibilisons d’abord, pour la suite nous verrons : aller voir les députés, la préfecture, la sous-préfecture, la Région…"

La Préfecture de La Réunion, interrogée sur les questions de la légalité et de la sécurité de ce mouvement de blocage national nous a indiqué qu'elle nous répondra  dans la matinée de ce mercredi.

Gilet jaune, un geste de protestation grignoté par des fake news

En attendant les manifestations et les blocages du 17 novembre, les automobilistes qui soutiennent le mouvement sont appelés à placer leur gilet jaune sur leur tableau de bord…Et non, par ce geste vous ne risquez pas une amende de 150 euros comme nous pouvons parfois le lire. L’information, qui s’est rependue sur la toile à vitesse grand V, provenait du site parodique Nordpress…

hausse-des-carburants-la-secretaire-d-etat-emmanuelle-wargon-repond-en-video-au-coup-de-gueule-d-une-internaute_36e477dc9dceaee0bc3e176802063

Ségolène Royal se dit..indignée..

7795436904_segolene-royal-lors-du-grand-jury-rtl-le-figaro-lci-du-4-novembre-2018

Mais elle ne l’était pas lorsqu’elle était aux affaires au gouvernement avec Hollande, et pour l’augmentation du prix de l’électricité et du gaz (rattrapage des prix bloqués..)…

DqbNwiQW4AEZC_i

DqXLD4KXQAMgBuF

Mettre son gilet jaune sur le tableau de bord de sa voiture, c’est le signe de ralliement de ceux qui manifesteront le samedi 17 novembre leur mécontentement face au prix des carburants à la pompe. Des prix qu’ils estiment exorbitants et dont ils jugent que le gouvernement est responsable.

DrQ3ZHbWsAE31Db

Cette hausse du carburant est tout sauf..  « écologique » !

ministre-francaise-Transports-Elisabeth-Borne-ministre-francais-transition-ecologique-inclusive-Nicolas-Hulot-Bonneuil-Marne-banlieue-Paris-16-avril-201

Elle est, ni plus, ni moins..discriminatoire !!!

La pollution c’est pas les petites voitures, ni les petits moteurs « diesel » ou que les voitures en général..

870x489_maxnewsworldfour145254

Les usines et grandes entreprises polluent à mort !!!

640_000_ix4eq

 

2048x1536-fit_lyon-engluee-dans-un-episode-de-pollution-le-8-decembre-2016-afp-photo-philippe-desmazes

Les avions polluent à mort à travers le Monde et avec ces traînées appelées « Chemtrails », mais leur carburant, le kérosène ou pétrole brut, lui, n’est pas taxé..une honte.. !!!

morgellons-chemtrails

Il en est de même pour tous les poids-lourds qui circulent, jour et nuit, à travers la France, toute l’Europe et, à travers le Monde et qui polluent d’avantage qu’une petite voiture avec un petit moteur « diesel », alors ?

pollution

Et que dires de tous ces autocars ou bus ?

(dont bus "Macron"..)

2048x1536-fit_illustration-pollution-paris-18-mars-2015

4549953_3_348f_une-etude-de-l-institut-de-veille-sanitaire_00ce1ddcbc5c8943a1227137e0db87ff

carte-France-ANPCEN

640_carte_pollution_prevair

pollution_09_11_mars_2015_31

original

apres

apres

L’Allemagne, tout comme la Chine surtout, ne se privent pas de leurs centrales au charbon, ni les Etats-Unis… !!!

Et que dire de tous ces paquebots et paquebots de luxe qui viennent jusque dans Venise, et depuis la France vers la Corse, et sinon, pour les plus riches en mal de mal-être et en « spleen » d’écologie qui font que d’autres grands et immenses paquebots et paquebots de luxe viennent jusque dans les fjords, en Norvège ou Suède ?

Venise

20131105221136_venise2

images (1)

612x378_80_300_ffffffx10x0

7782802321_le-navire-de-croisiere-preziosa-le-14-mars-2013

La Corse

1200px-Le_Corse_(ferry)

Mistral_Express_ferry

ob_aea660ccebf5b0175d1b3fca8acb1f0b_d7k-3680

Bordeaux

25246

33StarLegend02

SWoTBGP7NUQIlrro1SzRhEawVyg

le-a-tire-son-nom-de-la-premiere-lettre-des-prenoms-de-son-proprietaire-et-de-sa-femme-andrei-et-aleksandra-melnichenko

3857478970

Au pays basque

21-escales-de-paquebots-prevues-au-Pays-Basque-en-2017_chapeau

Les pays nordiques

Golden-Princess_1478039272

harmony-of-the-seas-royal-caribbean

kehadiran-queen-mery-2-gemparkan-bitung-kke

Costa-Pacifica_1489972116

téléchargement

d6419a88-14da-3c64-bcfa-418d6971f5a1

Geiranger-1

Lysefjord-Preikestolen_Norge

Le plus triste reste ces paquebots qui amènent de riches touristes pour voir d’un peu plus près le pôle sud, une honte, là aussi !!!

Au pôle sud

20140615195218_austral

04

44288

28522-1437569649-44288

Au pôle nord

201609060478-full

L’hérésie du..toujours plus grand, amène à ces dérives..

c19328d_5845240-01-06

Photo ci-dessus, fin de chantier à Saint-Nazaire, du paquebot géant de « Harmony of Seas », un nom prédestiné ?

Alors, un seul mot d’ordre :

DrQ3ZHbWsAE31Db

Tous au rendez-vous pour ce mouvement de blocage du samedi 17 novembre !

 

Effectivement, il faut comprendre ce mécontentement général formulé et sinon « crié », haut et fort, un peu partout à travers la France, de bon nombre de nos citoyens qui se trouvent « injustement » lésés et faussement « pénalisés », tant par cette hausse exagérée et non justifiée du prix du carburant à la pompe, comme aussi et surtout, de la « Perte du pouvoir d’achat » de façon significative !!!

Pour terminer

Pas plus tard que ce matin, j'ai pu me rendre compte, par moi-même, que le prix du "diesel", à la pompe avait baissé, et ce trouve donc à 1,45.8, au lieu de 1,53.9 comme peu avant encore..!

Le mot de la fin:

Alors, serait-ce une tentative de désamorçage et de récupération souhaitée et sinon "voulu" par le gouvernement ?

 

Posté par Janus157 à 14:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2018

Du pain..en vente en pharmacie ?..

5b5faf34a0774f54208b465c

 

Du pain..en vente en pharmacie?..

cover-r4x3w1000-5b59d78d575a4-pain-brioche

Non, vous ne rêvez pas !..

DU PAIN REMBOURSÉ PAR LA SÉCU !

du-pain-rembourse-par-la-secu-1299379

Le pain G-Nutrition, destiné notamment aux personnes âgées ou fragiles, vient de rejoindre la liste des produits remboursables par la Sécurité sociale.

Conçu par le laboratoire Cérélab en Côte d'Or, le pain G-Nutrition est riche en protéines. C'est pour cette raison qu'il est désormais remboursé par la sécu. Depuis 2008, le laboratoire travaille sur ce produit innovant : un pain brioché qui participe activement au maintien de la masse musculaire chez les seniors. Il est hyper énergétique et hyper protidique, révèle France 3 Bourgogne Franche-Comté. Ce pain contient des vitamines B12, B6 et B9, ainsi que du calcium et du sélénium : des éléments efficaces contre les effets du vieillissement.

 

Selon Cérélab, cet aliment est recommandé en cas de "besoins protéiques accrus" des personnes âgées ou dénutries, dans le cas d'une pathologie (cancer, VIH…) ou encore d'une fonte musculaire. Ses bienfaits ont valu au pain G-Nutrition le soutien du Fonds Unique Interministériel 1, avec l’appui de plusieurs collectivités territoriales. Le projet avait également reçu la labellisation du pôle de compétitivité Vitagora dès 2007. Sur la boutique en ligne Nutrisens, 30 pains briochés coûtent 36 euros ; soit 1,20 euros le petit pain… Une prise en charge par la sécurité sociale qui fait plaisir.

Non, vous ne rêvez pas !..

cover-r4x3w1000-5b59d78d575a4-pain-brioche

Alimentation

Ce pain brioché sera vendu en pharmacie et remboursé par la sécurité sociale en septembre

Conçu pour maintenir la masse musculaire des seniors et des patients aux "besoins protéiques accrus, dans le cas d’une pathologie (cancer, VIH…)", ce petit pain sera vendu en pharmacie et remboursé par la sécurité sociale dès septembre. 

Un petit pain remboursé par la sécurité sociale ? Cela peut sembler improbable mais ce sera le cas dès le mois de septembre. Le pain brioché appelé "G-nutrition" au goût vanille, destiné aux seniors pour maintenir leur masse musculaire et lutter contre les effets du vieillissement, sera prescrit sur ordonnance, disponible en pharmacie et remboursé par la sécurité sociale. 

Sa particularité ? Riche en protéines (20,6 grammes pour 100 grammes de pain), il pèse 65 grammes et contient des vitamines B12, B6 et B2, ainsi que du calcium et du sélénium. Idéal pour les personnes âgées, les patients aux "besoins protéiques accrus, dans le cas d’une pathologie (cancer, VIH…) ou d’une fonte musculaire", indique le laboratoire Cérélab, créateur de ce petit pain miracle. 

Un arrêté paru au Journal Officiel le 9 juillet 2018 indique que le remboursement sera valable jusqu’au 31 juillet 2023 pour l'instant, qu'il sera conditionné par carton de 12 pains et que sa date limite de consommation est de 70 jours. Chaque pain sera vendu dans un emballage individuel, ce qui permettra de les transporter facilement durant la journée. 

Dix ans de recherche

Il a fallu dix ans aux différents acteurs de ce projet (Institut national de la recherche agronomique, CHU de Dijon, centre des sciences du goût et de l’Alimentation, etc...) pour concevoir ce petit pain miracle, fabriqué en Bourgogne. Le laboratoire, qui se décrit comme "le catalyseur de l’innovation à l’interface des acteurs de la filière (...) œuvre pour trouver des solutions aux grands défis agronomiques et alimentaires".

Son rôle consiste à la "conception et au développement de produits destinés à des populations aux besoins nutritionnels spécifiques" comme les "personnes âgées", les "sportifs" et celles "sensibles au gluten". Il accompagne également "la mise sur le marché" des produits en donnant des "conseils sur les teneurs nutritionnelles réglementaires (ADDFMS, produits diététiques,…)", en rédigeant "les déclarations de mise sur le marché" et en s'occupant des "allégations nutritionnelles et de santé".

Un pain brioché anti-vieillissement... remboursé par la Sécurité sociale

15531863

Ce pain riche en protéines est notamment destiné aux personnes âgées ou fragiles. Sa prise en charge par l'Assurance maladie est pour l'heure prévue jusqu'au 31 juillet 2023.

Un pain de mie brioché vient de rejoindre la liste des produits remboursables par la Sécurité sociale. Cette information - pour le moins surprenante - a été rapportée par nos confrères de France 3 Bourgogne Franche-Comté, qui citent l'arrêté du 9 juillet 2018 paru au Journal Officiel.

Quelle est la spécificité de ce pain? Baptisé G-Nutrition, ce produit au goût vanillé est hyperénergétique. Il comporte une forte teneur en protéines, contient des vitaminesB12, B6 et B9, ainsi que du calcium et du sélénium. Tous ces éléments participent au maintien de la masse musculaire chez les seniors et permettent de lutter contre les effets du vieillissement.

«Cet aliment est recommandé dans les situations suivantes: besoins protéiques accrus des personnes âgées et/ou dénutries, dans le cas d'une pathologie (cancer, VIH…) ou d'une fonte musculaire», indique le laboratoire Cérélab, situé en Côte d'Or et à l'origine de la conception du produit. Le pain G-Nutrition est vendu dans des emballages individuels de 65 grammes et est conditionné par carton de 12 pains. Sa date limite de consommation est de 70 jours et la date de fin de prise en charge est le 31 juillet 2023, précise l'arrêté.

Plusieurs années de recherches

Comme l'explique France 3 Bourgogne Franche-Comté, l'élaboration de ce pain innovant est l'aboutissement de recherches lancées en 2008. Ce programme a réuni l'ensemble des acteurs de la filière blé-farine-pain qui ont notamment travaillé sur la sélection des matières premières, la saveur, la cuisson...

De nombreux partenaires ont collaboré à la mise au point de cet aliment: le laboratoire Cérélab, le CHU de Dijon, l'Inra (Institut National de Recherche Agronomique), Dijon Céréales, le Centre des Sciences du Goût et de l'Alimentation, les entreprises Eurogerm et Welience, etc. Le pain G-Nutrition a également obtenu le soutien du Fonds Unique Interministériel 1 avec l'appui de plusieurs collectivités territoriales. Dès 2007, ce projet avait par ailleurs reçu la labellisation du pôle de compétitivité Vitagora.

On vous explique pourquoi la Sécurité sociale rembourse un pain brioché

 

Le pain « G-Nutrition », fabriqué par le

 laboratoire français Cérélab,

est en fait un complément nutritionnel

pour lutter contre la dénutrition.

Photo-pain-brioché-anti-vieillissemen

Avec son goût vanillé et sa forme arrondie, il ressemble à un goûter pour enfants. Et pourtant, le pain "G-Nutrition", créé par le laboratoire Cérélab, à Aiserey (Côte-d'Or), est désormais remboursable par la Sécurité sociale, grâce à un arrêté ministériel, révélait France 3 Bourgogne, vendredi 13 juillet. Car ce petit pain brioché, riche en protéines, vitamines et minéraux, est un complément nutritionnel, qui doit permettre de lutter contre la dénutrition notamment chez les personnes âgées.

C'est quoi, ce pain brioché ?

Dans le jargon médical, le pain G-Nutrition est un complément nutritionnel oral (CNO). La nouveauté se trouve dans sa forme : un petit pain brioché au goût vanillé. Mais la recette est loin de celle des goûters pour enfants ou des petits déjeuners. Ce pain, très calorique (donc énergétique), affiche une forte teneur en protéines de 20,6 g pour 100 g. Il contient aussi des vitaminesB12, B6 et B9, du calcium et du sélénium, considéré comme un antioxydant.

À quoi et à qui sert-il ?

Ce pain spécial est destiné aux patients dénutris ou souffrant de fonte musculaire, notamment les personnes âgées et certaines personnes malades qui ont perdu l'appétit. L'objectif est de "permettre aux personnes en dénutrition de manger autre chose que des compléments nutritionnels lactés, sous forme de crème dessert, qui ne donnent pas ou peu de plaisir et peuvent être écœurants", explique à franceinfo Anne-Sophie Negroni, chargée des relations presse pour Nutrisens, groupe agroalimentaire qui fournit les établissements de santé et distribue le pain G-Nutrition. Ce pain "est facile à mastiquer et à avaler", ajoute-t-elle, et sa forme permet aux patients qui le peuvent de manger de façon autonome. "On n'a pas l'impression d'avaler un médicament", se félicite Anne-Sophie Negroni.

On peut l'acheter au supermarché ?

Non, vous ne le trouverez pas entre le pain de mie et les barres chocolatées dans les rayons des supermarchés. Depuis 2015, il est proposé dans des établissements de santé et des maisons de retraite, précise Nutrisens. Et si aujourd'hui, le pain G-Nutrition est vendu en ligne, il sera distribué en pharmacie à partir du mois d'octobre 2018, au prix de 12,48 euros la boîte de 12 petits pains, selon Nutrisens. Il pourra donc être remboursé par la Sécurité sociale, lorsqu'il aura été prescrit par un professionnel de santé.

C'est courant, les aliments remboursés ?

Ce petit pain protéiné rejoint la liste des "aliments diététiques destinés à des fins médicales spéciales", qui peuvent faire l'objet d'un remboursement, comme les compléments nutritionnels oraux traditionnels. Selon le Code de la santé publique, il s'agit des aliments réservés aux "patients dont les capacités d'absorption, de digestion, d'assimilation, de métabolisation ou d'excrétion des aliments ordinaires ou de certains de leurs ingrédients ou métabolites sont diminuées, limitées ou perturbées". Depuis mars 2017, par exemple, des biscuits hyperprotéinés, mis au point au CHU de Nice et vendus en pharmacie, sont remboursés à 100%. Par ailleurs, la Sécurité sociale rembourse à 60% les aliments diététiques sans gluten"pour les patients atteints d’une maladie cœliaque confirmée par biopsie digestive", précise le site de l'Assurance maladie.

Un pain brioché remboursé arrive en pharmacie

Christine Nicolet

| 05.09.2018

téléchargement

Le pain G-Nutrition est le premier complément nutritionnel oral (CNO) sous forme de pain. Distribué en pharmacie à partir du mois d'octobre 2018, il sera pris en charge par la Sécurité sociale.

Proposé dans des établissements de santé et des maisons de retraite depuis 2015, le pain brioché G-Nutrition est recommandé aux personnes âgées et dénutries. Mis au point par le laboratoire français Cérélab à Aiserey (Côte-d'Or), il présente une composition nutritionnelle...

Nommé G-Nutrition et pesant 65 grammesle pain possède un léger goût vanillé et coûte à peine plus d’un euro pièce. Le laboratoire s’attend à toucher 450 000 personnes.

Parmi les produits diététiques déjà remboursés par la Sécurité Sociale, on trouve par exemple des aliments spécifiquement sans gluten destinés aux patients atteints d’une maladie cœliaque, pour qui ce nouveau pain est contre-indiqué.

Nutrition des seniors

Un pain brioché riche en protéines pris en charge par la Sécurité sociale

title-1533065294

Un pain brioché remboursé

Le groupe Nutrisens lance en pharmacie un petit pain brioché dont le coût sera pris en charge par la Sécurité sociale. Baptisé G-Nutrition, il contient 20,6 grammes de protéines pour 100 g, et est ainsi prescrit aux personnes âgées qui présentent une perte de poids et musculaire. Il est également riche en vitamines B et D, en calcium, en phosphore, en magnésium, en zinc, en fer et en sélénium. Sa conception est le fruit de cinq années de recherche. Seule une prescription médicale permettra de l’acheter et de bénéficier du remboursement de l’Assurance maladie. Ce petit pain brioché proposé en deux recettes, l’une nature et l’autre avec des pépites de chocolat, sera lancé en octobre prochain, au prix de 12,48 € la boîte de douze.

cover-r4x3w1000-5b59d78d575a4-pain-brioche

Voilà, à présent, vous savez tout..ou presque..sur ce nouveau pain..brioché..vendu en pharmacie..et uniquement sur ordonnance médicale et..de surcroît..remboursé à 100% par la Sécurité Sociale…

 

Pour finir

 

On ne sait plus quoi inventer, non pas pour le goût, mais bien pour « tester » de nouveaux produits, de plus, en laboratoire, et par..des laboratoires, pour un avenir peu engageant sur le plan de la santé comme du porte-monnaie aussi, alors ?...

 

 

Posté par Janus157 à 10:52 - Commentaires [17] - Permalien [#]

07 novembre 2018

Ils voulaient ..s’en prendre à..Macron..

661-afp-news-6af-98a-9fe2aa71a24ad063f34a1aca65-coup-de-filet-antiterroriste-dans-l-ultradroite-pour-des-menaces-d-attaque-contre-macron-000_1AL3JP-highDe

Ils voulaient ..s’en prendre à..Macron..

Ce qui..risquait..d’arriver, et presque..devrais-je dire..devait arriver..façon de parler..

teaserbreit

Coup de filet dans l’ultradroite : un suspect était en Moselle en même temps que Macron

7936710_ec020706-e1f1-11e8-b9d6-ad59e01eff20-1_1000x625

Photo ci-dessus du tout nouveau bâtiment du Ministère de l'Intérieur.

Les interpellations de la Direction générale de la sécurité intérieure ce mardi matin ont été lancées après un voyage du principal suspect en Moselle au même moment qu’Emmanuel Macron.

Attentat contre Macron déjoué : ce que l'on sait, l' "ultradroite" évoquée..

1169535-prodlibe-itinerance-macron-premiere-guerre-mondiale

ATTENTAT DÉJOUÉ - Selon France Info, la DGSI a mené une opération pour arrêter 6 personnes ce mardi 6 novembre. Elles sont soupçonnées d'avoir préparé une "action violente" contre le président.

 

[Mis à jour le 6 novembre 2018 à 15h10] - France Info indique que 6 personnes ont été interpellées par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) : elles sont toutes soupçonnées d'avoir préparé une "action violente" aux "contours mal définis" contre le chef de l'Etat. Les individus ont été arrêtés en Moselle, en Ille-et-Vilaine et dans le département de l'Isère ce mardi 6 novembre 2018. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Selon les informations de LCI, ce projet d'attaque contre Emmanuel Macron aurait été fomenté par des individus liées à la mouvance de "l'ultradroite". Les services de l'Elysée ont confirmé cette information à nos confrères du Dauphiné Libéré, la communication du Palais présidentielle évoquant même des "militants" de l'ultradroite.

 

L'une des interventions a eu lieu dans la petite ville de Bouzonville, dans la Moselle, indique L'Express, qui a contacté le maire de la commune. "Il n'y a pas chez nous de milieu d'ultra droite réputé actif même s'il y a naturellement, comme partout, des militants d'extrême droite", a-t-il réagi, indiquant par ailleurs ne pas avoir été informé de l'opération de la DGSI. Une source proche de l'enquête a précisé à L'Express que "le but de l'interpellation était de vérifier le degré de préparation" de l'attaque.

 

Selon les informations de BFMTV, les interpellations concernent cinq hommes et une femme. Aucune information concernant les motivations précises ou la nature du projet identifié par la DGSI n'a pour l'heure été communiquée aux médias. Rappelons qu'il y a un peu plus d'un an, un projet d'attentat contre notamment Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner avaient été stoppé, la police avait interpellé une dizaine de personnes gravitant dans la "mouvance de l'ultra-droite". Ces mêmes individus avaient été suspectés d'un projet malveillant ciblant également des mosquées.

Bouzonville : quatre arrestations pour un projet d'action violente de l'ultra-droite contre Emmanuel Macron

s_off_arrestation_dans_les_milieux_de_l_ultra_droite-00_00_00_10-3930238

Dans le cadre d'une enquête sur un projet d'action violente visant le président Emmanuel Macron, six personnes liées à l'ultradroite ont été arrêtées mardi 6 novembre. Quatre personnes ont été interpellées à Bouzonville, en Moselle.

DrUeFOBX4AIkY2J

Les autres arrestations sont intervenues dans les départements de l'Isère, de l'Ille-et-Vilaine.
Il s’agit de sympathisants d’extrême droite, cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans, selon l'AFP.

Par téléphone, interrogé par Christophe Gomond journaliste à France 3 Lorraine, le maire de Bouzonville (Moselle), Denis Paysant, déclare : 

ne pas avoir été avisé de cette intervention policière sur le territoire de sa commune et s’est dit stupéfait d’avoir appris cela par les médias.

DrUeFOBX4AIkY2J

Il n’avait jamais entendu parler de la présence à Bouzonville de personnes appartenant à l’ultra-droite.

Ainsi, les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont interpellé plusieurs suspects en lien avec la mouvance d'ultradroite à la suite de renseignements faisant état d'un possible projet d'action violente contre le président de la République.

L'enquête vise un projet, imprécis et mal défini à ce stade, d'action violente contre le président de la République.  Les investigations en cours doivent permettre d'établir la réalité et la nature
exacte de cette menace,

indique une source proche de l'enquête à l'AFP.

960x614_policiers-dgsi-lors-operation-wattignies-nord-france-5-juillet-2017

Photo ci-dessus - Des policiers de la DGSI lors d'une opération à Wattignies, dans le nord de la France, le 5 juillet 2017. — DENIS CHARLET / AFP

Projet d’attaque contre Emmanuel Macron : l’un des suspects arrêté pendant l’itinérance du président en Moselle

Six personnes soupçonnées de préparer une action contre Emmanuel Macron ont été interpellées, dont quatre en Moselle. L'un d'entre eux était dans le département comme le président.

Publié le 7 Nov 18 à 10:40

Macron-mohrange-854x480

Emmanuel Macron à Morhange (Moselle), lundi 5 novembre 2018 lors d’une cérémonie d’hommage aux Poilus. (©Capture vidéo/ Elysée)

Six personnes ont été interpellées mardi 6 novembre 2018 en France, soupçonnées de préparer une action violente contre Emmanuel Macron. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a réalisé ce coup de filet.

 

 

 

Parmi les suspects, quatre ont été arrêtés à Bouzonville (Moselle). L’une des six personnes interpellées, résidant en Isère, était pourtant présente en Moselle, en même temps que le chef de l’État, selon Le Parisien. Le président de la République était à Morhange lundi 5 novembre au matin.

cette-peugeot-406-immatriculee-dans-l-isere-a-ete-fouillee-lors-de-l-interpellation-photo-lrl-anthony-picore-1541526063

Photo ci-dessus, cette Peugeot 406, immatriculée en Isère, a été fouillée de fond en comble.

Un suspect proche du parti Debout la France

Les suspects, cinq hommes et une femme âgés de 22 à 62 ans, semblent tous proches de la mouvance de droite. Ils ont d’abord été présentés comme proches de l’extrême-droite. Mais selon les informations de BFMTV, le principal suspect, un homme de 62 ans, s’était plutôt rapproché de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan.

 

Selon la chaîne d’informations, le sexagénaire publiait régulièrement sur son compte Facebook des images appelant à l’insurrection et à la désobéissance civile. Il était présent en Moselle en même temps qu’Emmanuel Macron.

 

Il a été interpellé à Bouzonville en compagnie de trois autres hommes. Selon des écoutes téléphoniques entreprises par la DGSI, les suspects semblaient vouloir s’en prendre au chef de l’État lors des cérémonies du 11 novembre, sans date précise.

 

 

 

Outre ces quatre suspects, deux autres ont été interpellés, l’un en Isèrel’autre en Ille-et-Vilaine.

 

Leur garde à vue peut durer jusqu’à 96 heures. Ils ont tous été transférés dans les locaux de la DGSI en région parisienne pour être entendus. 

 

A mon humble avis cela semble un peu, disons-le, prématuré, et trop rapide que d'annoncer que l'un de ces individus semblerait appartenir au mouvement  "La France Debout" de Mr. Nicolas Dupont Aigan..

Il peut s'agir là d'une manoeuvre détournée, en guise de récupération par rapport à cette viédo, mise sur la chaîne "youtube", par Mr. Nicolas Dupont Aignan, au sujet de cette baisse et faiblesse de notre président qualifié comme étant à la ramasse...

10974014

Sécurité renforcée à Pont-à-Mousson lors de son déplacement

Selon nos informations, la sécurité a été élargie avec un dispositif « plus important » que d’habitude lors du déplacement de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) d’Emmanuel Macron.

 

Sa venue dans le département s’est effectuée au lendemain de la série d’interpellations. « Le dispositif policier, de barrières et le nombre de forces mobilisées était plus important que celui imaginé lors de la préparation de l’itinérance mémorielle il y a plusieurs semaines », confie une source proche du dossier. 

 

Selon une source syndicale, au moins 800 policiers et gendarmes ont été mobilisésdurant la journée de mardi à Pont-à-Mousson et autour de la ville transformée en bunker. 

e711863b0b6546aca090a203d1801282

Selon une source policière, les autorités ont été mises à rude épreuve lors de cette journée spéciale. Dans la matinée, les services de déminage ont fait exploser un colis suspect près de l’Abbaye où s’est tenu un discours du président. C’était une valise abandonnée ne contenant aucun danger. Dans la matinée toujours, un chauffard fonçant à toute ville à proximité d’une école située à proximité du même lieu a également été arrête. 

 

Un homme, âgé de 20 ans, a été interpellé dans la ville alors qu’il tentait de s’introduire dans le périmètre de sécurité présidentiel. Il était habillé en religieuse avec une capuche et n’avait pas de papier d’identité sur lui. Il a finalement été relâché. « Cette arrestation n’était pas en lien avec celles menées par la DGSI mais son comportement suspect pouvait représenter une menace », selon une source policière. Il voulait interpeller Emmanuel Macron et signifier sa colère contre sa politique. 

 

Pour ne pas sombrer dans la « récupération » ou..l’hérésie..

 

Il ne faut voir là et interpréter, surtout, pour cette forme de tentative d’attentat, que par le fait qu’elle soit..sans doute liée, à la forme d’impopularité du président Macron, liée surtout et aussi à toutes ces augmentations diverses, T.V.A. aussi, mais surtout, cette augmentation exagérée de la C.S.G. pour les retraités, et, pour finir, cette augmentation exagérée et injustifiée du carburant à la pompe et au litre, appelée Taxe sur les carburant ou T.I.P.P. ...

 

 

Posté par Janus157 à 16:01 - Commentaires [26] - Permalien [#]


05 novembre 2018

Un clip vidéo..qui passe mal..

5bdc5ac916cc479e5f8b45a2

Un clip vidéo..qui passe mal..

elections-europeennes-faites-changer-l-europe_6124266

Photo ci-dessus d’une des photos en montage-diapos, à la suite, dans ce vidéo-clip, et montrant catégoriquement du doigt l’immigration comme étant le mal, pour la France qui a toujours été, auparavant, une terre d’accueil, de plus, une honte.

elections-europeennes-faites-changer-l-europe_6124266

Européennes 2019: la vidéo du gouvernement teste les limites de la propagande

 115717482

Photo ci-dessus d’un montage de photos en mosaïque, représentant Marine Le Pen comme étant le mal, au regard et en arrière pensées, à une certaine époque, en parlant du III è Reich, de Hitler et du..nazisme..

Marine Le Pen jugée est considérée comme étant..l’axe du « mal »…

(cette photo existe bel et bien sur la toile, et avait déjà servi, à des fins de propagandes anti F.N., bien avant..)

La communication électorale est un exercice de haute voltige pour un gouvernement. Il faut donner envie de voter sans suggérer pour qui. Avec son clip publié jeudi pour les prochaines européennes, Emmanuel Macron en fait l’expérience. Comme Nicolas Sarkozy avant lui en 2009..

macron_sipa_0

Photo ci-dessus – La vidéo imaginée par l’exécutif pour mobiliser en vue des élections européennes de 2019 est qualifiée par l’opposition de clip de campagne en faveur d’Emmanuel Macron.

clip_europe-3923212

Inciter les Français à voter sans donner le moindre conseil sur le bulletin à glisser dans l’urne. Capter l’attention sans verser dans l’extravagance. Bâtir un solide plan de communication sans y consacrer un trop lourd budget. La réalisation d’un clip institutionnel de mobilisation électorale est semée d’embûches. La majorité En Marche en fait l’expérience depuis la mise en ligne jeudi dernier 1er novembre, d’une vidéo pour « inciter » les Français à voter lors des Européennes de mai 2019.

Trente secondes d’images de réfugiés, d’usines polluantes, de manifestations « populistes » sur une bande-son angoissante et une série de questions chocs : « immigration : maîtriser ou subir..

maxresdefault (1)

Européennes 2019 : Macron veut refaire le coup du "moi ou le fascisme"

arton52688-90bd6

Pauvre Macron : il veut faire de Salvini un épouvantail, et c’est lui qui va finir en épouvantail des nations. Le résultat du 26 mai 2019 sera un énorme coup de pied au cul de tous ceux qui ignorent les nations. Et ce n’est pas avec un clip anxiogène que Macron récupérera sa popularité perdue.

En 2017, Macron a été élu par défaut grâce à des médiasqui ont gonflé le « danger » Marine Le Pen. En 2019, il va essayer de faire pareil avec Salvini.. pas sûr que les Français se fassent avoir deux fois, ou alors on ne peut plus rien pour eux.

hqdefault

Même Aphatie, c’est dire, trouve ridicule le chantage aux années 30 :

Dq-n8W9V4AAiJat

CUBf6M5y_normal

Emmanuel Macron compare la situation actuelle de l'Europe à celle des années 30 : "L'Europe marchait vers la guerre et ça n'est pas le cas aujourd'hui", explique @jmaphatie #europe1

07:47 - 2 nov. 2018

DqcEZUdWsAAANQi

La musique est angoissante, les images s’enchaînent rapidement... Et des interpellations : « Immigration : maîtriser ou subir ?Climat : agir ou ignorer ?Emploi : partenaires ou concurrents ?Europe : union ou division ? » Et le message final : « En mai 2019, l’Europe changera. À vous de décider dans quel sens. » Mis en ligne le 26 octobre sur le compte Youtube du gouvernement, le clip destiné à inciter à voter pour les élections européennes du 26 mai 2019 comptabilise plus d’un million de vues.

viktor-orban-matteo-salvini-743f1c-0@1x

Dans ce court spot, on peut notamment voir Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur italien issu de l’extrême droite, ainsi que le Premier ministre hongrois Viktor Orban, deux chantres du nationalisme en Europe. « Le gouvernement français publie, avec l’argent des contribuables, un clip officiel pour les européennes en m’utilisant comme un épouvantail », a réagi l’homme fort du gouvernement italien sur Twitter. Et d’ajouter : « Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, ils attendent un printemps des peuples qui va les balayer. »

54959

Photo ci-dessus d’Emmanuel Macron, alors candidat, durant la réalisation d’une vidéo de propagande pendant sa campagne électorale.

Le plan de Macron..

075_cegarra-notitle180417_npien

880x495_264330

Il veut tout simplement s’appuyer sur les réseaux et compter là-dessus…pour « influencer » et faire se décider les électeurs en sa faveur et de LREM..un point c’est tout !!!

facebook-achete-whatsapp-pour-16-milliards-de-dollars

7791842032_le-president-de-la-republique-emmanuel-macron

dyn003_original_500_342_pjpeg_2656757_17bb805d19fa757407614423ecdd0357

Elections européennes : un clip du gouvernement pointant Orban et Salvini fait polémique

1153069-afp_18o120jpg

ZÈLE - À sept mois des élections européennes, le gouvernement a lancé une campagne pour inciter les Français à aller voter. Mais un clip vidéo mis en ligne fait polémique, certains lui reprochant de prendre parti et de pointer l'attitude du camp des populistes, incarné par l'Italien Mateo Salvini et Viktor Orban.

Une musique alarmiste, pas de voix-off. Une vidéo récemment mise en ligne par le gouvernement pour inciter les Français à prendre part au vote lors des prochaines élections européennes, qui se dérouleront le 26 mai 2019, suscite la polémique. 

5bdc5ac916cc479e5f8b45a2

Le gouvernement y évoque plusieurs enjeux du prochain scrutin continental... L'immigration, le climat, mais aussi les dangers qui, selon l’exécutif, guettent l'Union Européenne. Problème : le clip semble prendre parti et pointe l'attitude du camp des populistes. À l’image, peuvent notamment être aperçus le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, tous deux considérés comme les chantres du nationalisme sur le Vieux continent.  

elections-europeennes-faites-changer-l-europe_6124266

vadot_-_democratie

Mr. Macron se permet de faire un clip vidéo – chaîne ’’Youtube’’ du gouvernement, puis « posté » sur le compte « Twitter » du gouvernement et pour les prochaines élections Européennes de mai 2019..

5bdc31c409fac2b5218b4567

Un clip pour les élections européennes 2019 fait polémique

Ce clip, qui a dépassé le million de vues sur YouTube, a provoqué des réactions courroucées chez plusieurs élus de gauche comme de droite.

DqcEZUdWsAAANQi

POLITIQUE - Si l'objectif était de faire parler du scrutin européen, c'est réussi. Alors que ce jeudi 1er novembre marque l'ouverture officielle des comptes de campagne en vue des élections européennes de mai 2019, un clip gouvernemental censé inciter les électeurs français à voter est accusé de propagande par les opposants d'Emmanuel Macron.

Mise en ligne sur le compte YouTube du gouvernement le 26 octobre dernier, cette courte vidéo au montage alarmiste égrène les enjeux des prochaines élections sur un ton qui n'a en effet rien de neutre. "Immigration: maîtriser ou subir? Climat: agir ou ignorer? Emploi: partenaires ou concurrents? Europe: union ou division?", assène ce clip mêlant des images d'actualité sur lesquelles on peut reconnaître les dirigeants nationalistes et eurosceptiques Matteo Salvini et Viktor Orban. Deux personnalités au pouvoir en Italie et en Hongrie et que le président français Emmanuel Macron désigne régulièrement comme ses adversaires directs en vue des élections européennes.

Q44CZf7t_normal

Gouvernement

✔@gouvernementFR

 #Immigration : vous avez un avis sur le sujet ?
En mai 2019, l’Europe changera. En votant, vous décidez comment ! #Electionseuropéennes #Ouijevote

20:59 - 26 oct. 2018

Depuis sa diffusion, ce clip, qui a dépassé le million de vues sur YouTube, a provoqué des réactions courroucées chez plusieurs élus de gauche comme de droite. L'ancien premier secrétaire par intérim du Parti socialiste, le sénateur Rachid Temal, a exigé ce jeudi 1er novembre son retrait auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel au motif que ce "clip populiste et orienté du gouvernement n'est en rien un appel au vote pour les européennes mais un clip de propagande pour LREM".

 

Rachid Temal@RachidTemal

 Mesdames, Messieurs les membres du @csaudiovisuel. Le clip populiste et orienté du @gouvernementFR n’est en rien un appel au vote pour les européennes mais un clip de propagande pour #LREM. Je vous saisis afin qu’il soit retiré. Merci. @partisocialiste @DSFEurope @senateursPS

 

Gouvernement

✔@gouvernementFR

En mai 2019, l’Europe changera. En votant, vous décidez comment ! #ÉlectionsEuropéennes #OuiJeVote

DqcEZUdWsAAANQi

Même réaction de la part de Génération.s. Avec un contenu "totalement orienté", "ces clips constituent une évidente tentative de promotion déguisée du parti La République En Marche", dénonce le mouvement fondé par l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon qui assure dans un communiqué avoir saisi le CSA et la Commission nationale des comptes de campagne.

"La propagande avec de gros sabots", avait déjà réagi en début de semaine l'ancien ministre LR Thierry Mariani, pressenti pour figurer sur la liste du Rassemblement national de Marine Le Pen aux élections européennes.

9iGUWJEz_normal

Thierry MARIANI ن

✔@ThierryMARIANI

 Comme vous l’avez payé avec vos impôts, sachez apprécier ce clip gouvernemental, pour les élections européennes, qui n’hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise #Salvini et #Orbán
La propagande avec de gros sabots!! @HongrieenFrance

07:51 - 30 oct. 2018

"Cette vidéo institutionnelle, qui prétend être politiquement neutre, a été financée avec nos impôts. Elle doit donc être retirée, et remboursée aux Français, ou comptabilisée dans les dépenses de campagne du parti d'Emmanuel Macron", s'est également indigné l'ancien député Jean-Frédéric Poisson, aujourd'hui proche de Nicolas Dupont-Aignan. L'ancien candidat à la primaire de la droite a mis en ligne une pétition et saisi François Logerot, président de la Commission des comptes de campagne.

Le 28 octobre, le chef de file de la Liga (extrême droite) et ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini avait lui-même tourné en dérision ce clip de campagne via son compte Twitter. "Le gouvernement français publie, aux frais des contribuables, un clip officiel pour les européennes en me présentant comme un croquemitaine pour faire peur", s'est-il amusé. Avant de conclure: "Macron et ses amis doivent avoir très peur".

teaserbreit

0Ua5xPMX_normal

Matteo Salvini

✔@matteosalvinimi

Governo francese pubblica, a spese dei contribuenti, spot ufficiale per le #Europee2019 usandomi come “uomo nero” di cui avere paura...
Macron e amici di paura ne devono avere moltissima: nel 2019 li aspetta una primavera dei Popoli che li spazzerà via. http://www.ilgiornale.it/news/politica/francia-ha-paura-salvini-usa-nello-spot-sulle-europee-1593239.html?mobile_detect=false …

17:22 - 28 oct. 2018

B6yHhWpA

La Francia ha paura di Salvini: lo usa nello spot sulle europee

Nello spot promozionale per le elezioni europee appaiono Matteo Salvini e Orban: "A maggio l'Europa cambierà. A voi decidere in quale direzione"

ilgiornale.it

France/Italie - Salvini attaque Macron après un clip officiel

teaserbreit

Européennes : un clip du gouvernement fait polémique

165-tKnO6-edito-le-gouvernement-a-raison-d-etre-passe-au-combat-dans-son-clip-pour-les-europeennes-x240-4Cl

LE SCAN POLITIQUE - L'opposition dénonce la diffusion d'un spot gouvernemental appelant à voter aux élections européennes. Le leader italien Matteo Salvini et le hongrois Viktor Orban y sont présentés comme des repoussoirs.

viktor-orban-matteo-salvini-743f1c-0@1x

Un clip du gouvernement français appelant les citoyens à voter aux élections européennes en affichant l'Italien Matteo Salvini et le Hongrois Viktor Orban comme repoussoirs, fait l'objet, vendredi, de critiques. «Immigration: maîtriser ou subir?», «climat: agir ou ignorer?», «emploi: partenaires ou concurrents?», «Europe: union ou division?» sont les quatre thèmes abordés, sur fond d'images chocs et de musique alarmiste, dans le clip du gouvernement qui a été visionné plus d'un million de fois en moins d'une semaine, selon l'AFP.

Salvini-Macron-elections-europe

Un faux duel Macron Salvini..

7802913_83f5752e-7d53-11e8-ae33-5f92013511ca-1_1000x625

On y voit des images de migrants sauvés de la noyade, de femmes porter leurs enfants à bout de bras ou encore de catastrophes naturelles. Puis, surviennent celles du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini et du premier ministre hongrois Viktor Orban, haranguant les foules. «En mai 2019, l'Europe changera, à vous de décider dans quel sens», est-il écrit à la fin du clip.

16563959

«Jouer sur les peurs pour favoriser les populismes et se dresser ensuite en rempart… Ce clip gouvernemental est une scandaleuse propagande officielle au profit du parti au pouvoir», a dénoncé le sénateur PS Rémi Féraud, qui estime que «l'État LaREM» est en fait «un pompier pyromane».

«En réalité, ces clips sont des vidéos partisanes de La République En Marche (parti présidentiel, ndlr) financées sur fonds publics. Leur contenu totalement orienté (...) n'a aucun rapport avec une incitation à la citoyenneté», s'insurge dans un communiqué Mehdi Ouraoui, le porte-parole du mouvement “Génération.s”, fondé par l'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon. “Génération.s” a annoncé jeudi qu'il allait saisir le CSA (autorité supérieure de l'audiovisuel) et la Commission nationale des comptes de campagne.

image

Salvini: «Macron et ses amis doivent avoir très peur»

Interrogée vendredi sur Cnews, la porte-parole des Républicains, Laurence Sailliet a elle aussi estimé qu'Emmanuel Macron «fait sa propagande sur les frais de l'État» «C'est un clip de propagande, mais il le fait passer pour un clip qui amènerait les citoyens à aller voter et je ne trouve pas ça très honnête», a-t-elle critiqué.

«Comme vous l'avez payé avec vos impôts, sachez apprécier ce clip gouvernemental, pour les élections européennes, qui n'hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise Salvini et Orban. La propagande avec de gros sabots!!», s'offusque pour sa part un ancien ministre de droite Thierry Mariani.

Le président Emmanuel Macron n'a cessé ces dernières semaines de marteler que les élections européennes de mai 2019 se résumeraient à une lutte entre progressistes et nationalistes dont Salvini et Orban seraient les premiers représentants. Le chef de l'État français a encore pointé, dans un entretien à Ouest-France publié mercredi soir, le risque pour l'Europe «de se démembrer par la lèpre nationaliste».

Deux jours après la parution du clip, Matteo Salvini a estimé sur Twitter que «Macron et ses amis doivent avoir très peur». «Le gouvernement français publie, avec l'argent des contribuables, un clip officiel pour les Européennes en m'utilisant comme un épouvantail. Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, un printemps des peuples qui va les balayer les attend», a-t-il ajouté.

B6yHhWpA

Européennes: un clip du gouvernement énerve ses opposants

elections-europeennes-faites-changer-l-europe_6124266

Photo ci-dessus – Image extraite de la vidéo ’’ Elections Européennes : faites changer l’Europe !’’, mise en ligne par la gouvernement. Chaîne youtube du gouvernement.

elections_europeennes_2019-ee223

Pour les élections européennes de 2019, le gouvernement français a publié une vidéo pour inciter au vote.

europeennes-2019

Plus d'un million de vues en moins d'une semaine. Ce ne sont pas les chiffres de la dernière vidéo de Cyprien, star de YouTube, mais ceux du dernier clip publié sur le compte du gouvernement français le 26 octobre dernier. Dans un montage de trente secondes à peine et similaire aux vidéos de Brut (sans voix off mais avec du texte à l'écran), on y découvre les thématiques posées pour les prochaines élections européennes : "Immigration : maîtriser ou subir ? Climat : agir ou ignorer ? Emploi : partenaires ou concurrents ? Europe : union ou division ? En mai 2019, l'Europe changera. À vous de décider dans quel sens.

Tout a été pensé, dans cette formidable « machine », bien rôdée et bien huilée, qu’est cette Institution Européenne..rien n’est oublié, rien n’est laissé au hasard ni délaissé..

Personnes âgées comme handicapées..

Européennes-2019-et-handicap

DqcEZUdWsAAANQi

Le message, accompagné d'une musique anxiogène, repose aussi sur de nombreuses images destinées à interpeller les électeurs. Des migrants en détresse au milieu de la Méditerranée. La fonte de la banquise et les catastrophes climatiques. Des plans de Matteo Salvini et Viktor Orban, dirigeants italiens et hongrois, eurosceptiques convaincus. La vidéo dirige également vers une page #OuiJeVote sur gouvernement.fr et une citation d'un discours du président à la Sorbonne en septembre 2017 : "Tous les défis qui nous attendent - du réchauffement climatique, à la transition numérique, en passant par les migrations, le terrorisme, sont des défis mondiaux face auxquels une nation qui se rétrécit sur elle-même ne peut faire qu'à peu près et peu de choses. " 

Un clip jugé "populiste et orienté"

Alors que les vidéos du compte du gouvernement dépassent rarement les 200 vues, ce clip est devenu la troisième vidéo la plus vue de la chaîne du gouvernement avec plus d'un million de vues (elle compte également un million de vues sur leur compte Twitter). Sur les réseaux sociaux, les sympathisants et militants d'extrême-droite et de gauche ont été nombreux à réagir, estimant qu'Emmanuel Macron avait "pris en otage les élections" ou encore qu'il "vomissait" sur Salvini et Orban

f0ca808d79a60eb96e3d5642fb82f

Du côté des politiques, le sénateur socialiste Rachid Temal, qui dénonce sur Twitter un clip "populiste et orienté", a demandé au Conseil supérieur de l'audiovisuel de le retirer de la plateforme.  

yYm0-g8s_normal

Rachid Temal@RachidTemal

 Mesdames, Messieurs les membres du @csaudiovisuel. Le clip populiste et orienté du @gouvernementFR n’est en rien un appel au vote pour les européennes mais un clip de propagande pour #LREM. Je vous saisis afin qu’il soit retiré. Merci. @partisocialiste @DSFEurope @senateursPS

Q44CZf7t_normal

Gouvernement

✔@gouvernementFR

En mai 2019, l’Europe changera. En votant, vous décidez comment ! #ÉlectionsEuropéennes #OuiJeVote

1f1ea-1f1fa

DqcEZUdWsAAANQi

Le mouvement fondé par Benoît Hamon, Génération.s, a également saisi le CSA contre une "utilisation manifestement partisane de fonds publics", selon un communiqué récupéré par BFMTV. Thierry Mariani, ancien ministre sarkozyste et pressenti pour rejoindre le Rassemblement national (ex-FN) aux Européennes, a estimé pour sa part que la vidéo stigmatise "de manière hypocrite et sournoise Salvini et Orban". 

"Macron doit avoir très peur"

images (1)

Marine Le Pen en personne a pris la parole vendredi 2 novembre sur Twitter. En réaction à un édito sur BFMTV de Christophe Barbier, conseiller éditorial et éditorialiste à L'Express, elle estime que la vidéo correspond à "de la propagande électorale avec de l'argent public". "Or c'est totalement illégal, a-t-elle ajouté. Décidément, Macron a un problème avec les règles de financement des campagnes !

http---o

Marine Le Pen

✔@MLP_officiel

 Barbier, le porte-parole du gouvernement, confirme que le clip sur les #Européennes2019 est de la propagande électorale avec de l'argent public. Or c'est totalement illégal... Décidément, Macron a un problème avec les règles de financement des campagnes ! MLP

 

BFMTV

✔@BFMTV

ÉDITO - Le gouvernement "a raison d'être passé au combat" dans son clip pour les européennes, par @C_Barbier

165-tKnO6-edito-le-gouvernement-a-raison-d-etre-passe-au-combat-dans-son-clip-pour-les-europeennes-x240-4Cl

http---o

Marine Le Pen

Compte certifié

@MLP_officiel

Barbier, le porte-parole du gouvernement, confirme que le clip sur les #Européennes2019 est de la propagande électorale avec de l'argent public. Or c'est totalement illégal... Décidément, Macron a un problème avec les règles de financement des campagnes ! MLP

165-tKolx-l-edito-de-christophe-barbier-europeennes-un-clip-polemique-x240-vh4

La polémique a même dépassé les frontières de la France puisque l'un des premiers visés, Matteo Salvini, avait déjà répondu sur son compte Twitter le 28 octobre. "Le gouvernement français publie, avec l'argent des contribuables, un clip officiel pour les Européennes de 2019 en m'utilisant comme épouvantail", a-t-il écrit dans un message accompagné d'un émoi effrayé. "Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, ils attendent un printemps des peuples qui va les balayer." Polémique ou non, ce clip aura eu le mérite de faire parler d'une élection qui, jusque-là, était surtout synonyme de records d'abstention. 

a-six-mois-des-europeennes-le-gouvernement-francais-presente-viktor-orban-et-matteo-salvini-comme-des-epouvantails

Européennes : le clip du gouvernement fait polémique à gauche et à l'extrême droite

Par Lilian Alemagna — 1 novembre 2018 à 17:38

1168646-000_16u65s

Emmanuel Macron à Bruxelles, le 29 juin 2018. Photo Ludovic Marin. AFP

Une vidéo censée informer les électeurs français du scrutin continental du 26 mai 2019 est qualifiée de «propagande» et de film «officiel de La République en marche».

Première controverse de la campagne des européennes ? En tout cas, à plus de six mois du scrutin continental, la vidéo postée sur le compte YouTube du gouvernement pour sensibiliser les citoyens au vote du 26 mai prochain énerve sensiblement les oppositions à Macron, qui dénoncent le fait que ce clip – censé simplement informer les électeurs de l’organisation de ce scrutin – reprenne l’angle politique de la campagne souhaitée depuis plusieurs semaines par Emmanuel Macron. Sur fond de musique angoissante, des images rapides défilent en 30 secondes, rythmées par des slogans caricaturant les enjeux des européennes : «Immigration : maîtriser ou subir ? Climat : agir ou ignorer ? Emploi : partenaires ou concurrents ? Europe : Union ou division ?»

5bdc5ac916cc479e5f8b45a2

«Clip de propagande»

A gauche, plusieurs responsables ont annoncé vouloir saisir le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour faire retirer cette vidéo destinée à être diffusée aussi à la télévision. Un «clip populiste et orienté» qui«n’est en rien un appel au vote pour les européennes mais un clip de propagande [pour La République en marche]», a ainsi dénoncé le sénateur socialiste du Val-d’Oise, Rachid Temal.

f0ca808d79a60eb96e3d5642fb82f

yYm0-g8s_normal

Rachid Temal@RachidTemal

Mesdames, Messieurs les membres du @csaudiovisuel. Le clip populiste et orienté du @gouvernementFR n’est en rien un appel au vote pour les européennes mais un clip de propagande pour #LREM. Je vous saisis afin qu’il soit retiré. Merci. @partisocialiste @DSFEurope @senateursPS

 

Gouvernement

✔@gouvernementFR

En mai 2019, l’Europe changera. En votant, vous décidez comment ! #ÉlectionsEuropéennes #OuiJeVote

 

11:13 - 1 nov. 2018

DqcEZUdWsAAANQi

Son «contenu totalement orienté, notamment la présentation nauséabonde qui est faite de l’immigration "à maîtriser ou subir", n’a aucun rapport avec une incitation à la citoyenneté», estime de son côté Mehdi Ouraoui, un de ses ex-camarades au PS, aujourd’hui porte-parole du mouvement Génération·s. Dans un communiqué, ce proche de Benoît Hamon annonce vouloir saisir la «commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques de ce nouveau manquement éthique»«Après la nomination du délégué général de LREM au ministère de l’Intérieur, chargé des élections, le grand mélange des genres continue et s’aggrave à la tête de l’Etat», ajoute-t-il.

Voir l'image sur Twitter

Dq67VoBWsAAW6UA

NeTjLBMH_normal

Mehdi Ouraoui@mehdiouraoui

#Européennes : les clips du Gouvernement sont des clips de campagne LREM maquillés, sur fonds publics.

Génération.s saisit le CSA et la Commission des comptes de campagne. En démocratie, les règles s’appliquent à tous, pas seulement à l’opposition. Notre communiqué ici

14:39 - 1 nov. 2018

«Payé avec vos impôts»

A l’extrême droite aussi, on ne goûte guère à ce clip. Pressenti pour rejoindre la liste du Rassemblement national, le député LR du Vaucluse, Thierry Mariani, s’est fait un plaisir de relayer la vidéo tout en dénonçant lui aussi la «propagande avec de gros sabots».

 

Thierry MARIANI ن

✔@ThierryMARIANI

Comme vous l’avez payé avec vos impôts, sachez apprécier ce clip gouvernemental, pour les élections européennes, qui n’hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise #Salvini et #Orbán
La propagande avec de gros sabots!! @HongrieenFrance

07:51 - 30 oct. 2018

orban-salvini-large

«Comme vous l’avez payé avec vos impôts, sachez apprécier ce clip gouvernemental, pour les élections européennes, qui n’hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise Salvini et Orbán», souligne l’ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy. Le ministre de l’Intérieur italien et le Premier ministre hongrois, adversaires déclarés d’Emmanuel Macron sur la scène européenne, apparaissent en effet dans cette vidéo.

Sur son compte Twitter, Matteo Salvini s’en était fait l’écho il y a déjà quelques jours : «Le gouvernement français publie, avec l’argent des contribuables, un clip officiel pour les européennes en m’utilisant comme un épouvantail. Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, ils attendent un printemps des peuples qui va les balayer.»

0Ua5xPMX_normal

Matteo Salvini

✔@matteosalvinimi

Governo francese pubblica, a spese dei contribuenti, spot ufficiale per le #Europee2019 usandomi come “uomo nero” di cui avere paura...
Macron e amici di paura ne devono avere moltissima: nel 2019 li aspetta una primavera dei Popoli che li spazzerà via. http://www.ilgiornale.it/news/politica/francia-ha-paura-salvini-usa-nello-spot-sulle-europee-1593239.html?mobile_detect=false …

17:22 - 28 oct. 2018

B6yHhWpA

La Francia ha paura di Salvini: lo usa nello spot sulle europee

Nello spot promozionale per le elezioni europee appaiono Matteo Salvini e Orban: "A maggio l'Europa cambierà. A voi decidere in quale direzione"

ilgiornale.it

Si le but de ce clip était aussi de mobiliser ceux que le chef de l’Etat prétend combattre au printemps prochain, c’est très réussi.

VIDEO. "Un mélange des genres à la tête de l'Etat" : le clip du gouvernement pour les européennes contesté à gauche et à droite

Le gouvernement a publié une courte vidéo censée inciter les Français à voter lors des élections europénnes de mai prochain. Mais des élus de divers horizons politiques dénoncent un clip de "propagande".

5bdc5ac916cc479e5f8b45a2

La musique est angoissante, les images s'enchaînent rapidement... Et des interpellations : "Immigration : maîtriser ou subir ? Climat : agir ou ignorer ? Emploi : partenaires ou concurrents ? Europe : union ou division ?" Et le message final : "En mai 2019, l'Europe changera. A vous de décider dans quel sens." Mis en ligne le 26 octobre sur le compte YouTube du gouvernement, le clip destiné à inciter à voter pour les élections européennes du 26 mai 2019 comptabilise plus d'un million de vues. 

Dans ce court spot, on peut notamment voir Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur italien issu de l'extrême droite, ainsi que le Premier ministre hongrois Viktor Orban, deux chantres du nationalisme en Europe. "Le gouvernement français publie, avec l'argent des contribuables, un clip officiel pour les européennes en m'utilisant comme un épouvantail", a réagi l'homme fort du gouvernement italien sur Twitter. Et d'ajouter : "Macron et ses amis doivent avoir très peur. En 2019, ils attendent un printemps des peuples qui va les balayer."

L'ancien ministre sarkozyste Thierry Mariani pointe également une vidéo "qui n'hésite pas à stigmatiser de manière hypocrite et sournoise Salvini et Orban"et qu'il qualifie de "propagande avec de gros sabots".

180831165349-file-orban-salvini-milan-exlarge-169

"Une promotion déguisée"

A gauche, le sénateur socialiste Rachid Temal dénonce aussi un "clip populiste et orienté" et demande "qu'il soit retiré". De son côté, le mouvement Génération.s, fondé par Benoît Hamon, a annoncé qu'il allait saisir le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. "Ces publications au contenu totalement orienté (...) n'ont aucun rapport avec une incitation à la citoyenneté. Ces clips constituent une évidente tentative de promotion déguisée du parti La République en marche", écrit Génération.s dans communiqué. 

 

Le mouvement déplore un "mélange des genres à la tête de l'Etat" et regrette une "utilisation manifestement partisane des fonds publics [qui] contrevient (...) aux règles de financement de la vie politique". Et Génération.s demande également le "retrait immédiat" du clip.

Européennes 2019: la vidéo du gouvernement teste les limites de la propagande

teaserbreit

La communication électorale est un exercice de haute voltige pour un gouvernement. Il faut donner envie de voter sans suggérer pour qui. Avec son clip publié jeudi pour les prochaines européennes, Emmanuel Macron en fait l’expérience. Comme Nicolas Sarkozy avant lui en 2009

macron_sipa_0

Photo ci-dessus – La vidéo imaginée par l’exécutif pour mobiliser en vue des élections européennes de 2019 est qualifiée par l’opposition de clip de campagne en faveur d’Emmanuel Macron.

Photo-montage-mosaique-salvini-européenne

Inciter les Français à voter sans donner le moindre conseil sur le bulletin à glisser dans l’urne. Capter l’attention sans verser dans l’extravagance. Bâtir un solide plan de communication sans y consacrer un trop lourd budget. La réalisation d’un clip institutionnel de mobilisation électorale est semée d’embûches. La majorité En Marche en fait l’expérience depuis la mise en ligne jeudi dernier 1er novembre, d’une vidéo pour « inciter » les Français à voter lors des Européennes de mai 2019.

Trente secondes d’images de réfugiés, d’usines polluantes, de manifestations « populistes » sur une bande-son angoissante et une série de questions chocs : « immigration : maîtriser ou subir..

Photo-montage-mosaique-salvini-européenne

VGE conseille à Macron de "garder son calme"

354431710ca5a713fd655edd16258

Valéry Giscard d'Estaing - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Valéry Giscard d'Estaing conseille à Emmanuel Macron de ne pas provoquer "l'agitation", "la polémique interdisant la réforme" à ses yeux. 

Il est le dernier des "sages" parmi les anciens présidents de la République, et c'est probablement en cette qualité que Valéry Giscard d'Estaing s'est exprimé, ce jeudi sur Europe 1, sur la gouvernance de son successeur Emmanuel Macron. Si l'un et l'autre ont été élus en tant "qu'hommes neufs", censés apporter du sang frais dans le paysage politique, l'aîné des deux présidents ne s'est pas livré, en son temps, aux foucades de son héritier politique. Ce qui inspire à "VGE" ce conseil, adressé à un président "jupitérien" en mauvaise posture: "Il faut être calme."

"Il ne faut pas mettre les autres acteurs en situation d’agitation", insiste le fondateur de l'UDF. "Prenez le cas du remaniement. Il n’y a pas de remaniement. Il n’y a que le remplacement du ministre de l’Intérieur démissionnaire, et puis c’est tout. Si c’était un remaniement, il y aurait beaucoup plus de changements, 7 ou 8 ministres changés. On agite le milieu politique français au nom d’un remaniement qui n’a pas lieu."

"Ne pas dramatiser"

L'ancien chef de l'Etat, qui échoua à se faire réélire face à François Mitterrand en 1981, estime que "la polémique interdit la réforme" dans une France "assez difficile à réformer". 

"Il y a un proverbe chinois qui dit: ‘quand l’empereur est agité, le peuple est malade’", insiste Valéry Giscard d'Estaing. "Il faut être calme, tâter les problèmes en prenant son temps, ne pas dramatiser le fait que des gens ne soient pas d’accord avec vous, voir pourquoi. On essaiera, dans la mesure du possible, de les faire rentrer dans sa majorité."

Pour l'heure, l'exécutif, appuyé par une large majorité à l'Assemblée nationale, ne s'encombre pas de ce genre de préoccupation pour faire adopter des textes. 

images (4)

Elections européennes : l'avance de LaREM se réduit, selon un sondage

Dm_jPtcW0AEvqmp

SCRUTIN - La majorité présidentielle reste en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2019, selon un sondage Ifop-Fiducial, mais l'écart se réduit avec l'opposition. Le Rassemblement national arrive en deuxième position.

05 sept. 2018 11:12 - Vincent Michelon

A huit mois des élections européennes, la majorité LaREM reste en tête des intentions de vote, mais dévisse légèrement. C'est l'enseignement d'un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio dévoilé mercredi. La majorité d'Emmanuel Macron recueillerait 20% des suffrages, ce qui constitue un repli de deux points en deux mois, indique le sondage. La liste pro-européenne LaREM-MODEM serait suivie par celle du Rassemblement national (17%), également en retrait de deux points, puis des Républicains (15%, stable). 

cap-sur-les-elections-europeennes-20180806-0852-06bec1-0@1x

Les Insoumis en hausse

Melenchon-la-liste-des-candidats-de-la-France-insoumise-a-l-election-europeenne-provoque-des-tensions

La plus forte progression concernerait la liste présentée par La France insoumise, avec 14% des intentions de vote, soit trois points de plus qu'il y a deux mois. Elle serait suivie par la liste Europe Ecologie-Les Verts, créditée de 7.5%, soit une hausse de 1.5 point, et par Debout la France (6.5%, +0.5). 

En queue de peloton figure, dans ce sondage, le Parti socialiste ne recueillant que 6% (stable), Générations, le mouvement de Benoît Hamon (3%) et Les Patriotes de Florian Philippot (1%). 

Si une liste concurrente de droite (AGIR) soutenue par Alain Juppé devait voir le jour, elle serait créditée de 4% d'intentions de vote. Dans ce cas de figure, LaREM obtiendrait 21% des suffrages, mais LR serait légèrement impacté, avec 14% d'intentions de vote.

Les alliances et les..refus..

http---o

Élections européennes 2019: avec le refus des écolos de s'allier à Hamon

Elections européennes 2019 : déjà une polémique [date, candidats, sondage]

10971168

EUROPEENNES - Le gouvernement a mis en ligne un clip pour inciter les Français à aller voter aux élections européennes 2019. L'opposition y voit un message de propagande qui ne répond pas aux règles de l'exercice.

DERNIÈRES ACTUALITÉS DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES

L'actualité du 2 novembre 2018 

-Polémique sur un clip du gouvernement pour inciter les Français à participer aux Européennes. Mise en ligne le 26 octobre dernier, la vidéo officielle suscite de plus en plus de commentaires critiques sur le caractère orienté que d'aucuns y voient. Benoît Hamon a fait savoir ce jeudi 2 octobre qu'il avait saisi le CSA et la commission nationale des comptes de campagne. En cause : la tonalité dramatique d'un spot qui pose les enjeux de l'élection européenne sur la dichotomie entre nationalistes et progressistes. L'opposition considère que le gouvernement reprend les arguments du parti La République en Marche sur la façon de considérer le scrutin, fustigeant une "propagande" visant à faire des européennes un match entre les anti-européens et le parti de la majorité.

L'actualité des européennes du 31 octobre 2018 

- Ségolène Royal sera-t-elle candidate aux élections européennes ? Et si oui, pour quelle formation politique ? "Je réfléchis", a-t-elle répondu malicieusement aux journalistes qui l'interrogeaient ce matin sur France Inter. "C'est vrai que je suis aujourd'hui sollicitée, je regarde", a-t-elle fait savoir, ajoutant : "Ce n'était pas du tout mon idée ni l'itinéraire que j'avais imaginé d'être candidate et de replonger dans la vie politique avec les épreuves que ça représente". Mais aujourd'hui, manifestement, les choses ont changé. Ségolène Royal a précisé qu'elle donnerait une réponse "au mois de janvier" sur ses intentions. Il est vraisemblable, si elle choisit de faire campagne, qu'elle ne porte pas la liste socialiste, mais plutôt une liste écologiste et de gauche, plus large. Au PS, en tout cas, cette éventualité ne semble pas écartée. Le Premier secrétaire, Olivier Faure, a considéré la semaine dernière que Ségolène Royal était "une grande figure de la gauche et de l'écologie et à ce titre-là, elle peut incarner ce rassemblement". Cette candidature changerait considérablement la donne à gauche : quid de la pertinence d'une candidature de Benoît Hamon, qui entend porter son mouvement, Génération.s ? Quid de EELV, qui compte sur les européennes pour peser dans le jeu politique ? Jusqu'où Ségolène Royal pourrait-elle rassembler ?

16070277

f-lxJosk_normal

France Inter

✔@franceinter

Ségolène Royal sera-t-elle à la tête d'1 liste PS et écologistes : "Je ne sais pas. Pour une fois je vais choisir en fonction de ce que j'ai envie personnellement et éventuellement si je peux être utile ... on verra en janvier" #le79inter #electionseuropeennes

09:10 - 31 oct. 2018

L'actualité des européennes du 30 octobre 2018 

- Une étude minimise le péril populiste pour les élections européennes de mai 2019. L'Institut Jacques Delors a publié une analyse sur le scrutin, relativisant une éventuelle percée des partis dits "nationalistes" au Parlement européen. Selon les prévisions des experts, ces derniers ne devraient pas représenter plus de 25% de l'hémicycle, contre 20% aujourd'hui. Les rédacteurs de cette étude rappellent que les divisions au sein de ces partis sur la stratégie à adopter en Europe sont trop nombreuses pour leur permettre de peser politiquement. Autre enseignement, selon les projections effectuées : le principal parti de droite, le PPE et le principal parti de gauche, le PSE "resteraient respectivement les premier et second groupes au Parlement européen, mais sans atteindre, à eux deux, la majorité absolue".

L'actualité des européennes du 25 octobre 2018 

- Alain Juppé s'exprime sur le scrutin européen. Dans un entretien donné à BFMTV, le maire de Bordeaux a laissé entendre qu'il ne partageait pas la ligne LR pour l'élection européenne. "Ce que je ne voudrais pas, c'est que cette élection européenne se transforme en un référendum pour ou contre Macron. Il faut qu'on parle d'Europe, des vrais enjeux, quelle politique migratoire, quelle politique de croissance, quelle politique numérique, quel rapport avec l'Afrique..." Et d'ajouter : "Il faut que tous ceux qui croient que l'Europe est notre avenir et pas notre passé, que c'est une chance et non pas une contrainte, se réunissent, indépendamment des clivages politiques". Il y a quelques mois, Alain Juppé avait avancé l'idée d'une possible liste centrale autour de LREM, mais ne parle plus désormais de cette hypothèse.

L'actualité des européennes du 24 octobre 2018 

- La candidature de Jean-Marie Le Pen devrait rester lettre morte. Selon les informations de RTL, Marine Le Pen n'aurait pas du tout l'intention d'investir son père pour l'élection européenne de mai prochain. "Elle n'a pas mis trois ans à virer son père pour le récupérer maintenant. Jean-Marie Le Pen a été mis sous cloche par sa fille, alors il agite un peu les bras pour qu'on le remarque, c'est classique", a confié un cadre à la radio. Et RTL de laisser fuiter cette petite phrase de Marine Le Pen, qui refuse de parler de politique avec le "menhir" : "Quand il me lance sur le sujet, j'enchaîne tout de suite sur autre chose sinon on finit par s'engueuler".

ELECTIONS EUROPÉENNES : DATE, SCRUTIN,

RÉSULTAT DES SONDAGES... TOUT SAVOIR

Le Parlement de l'Union européenne se renouvelle tous les 5 ans. Les prochaines élections européennes, qui se tiennent au mois de mai 2019, vont permettre aux citoyens de tous les pays membres de l'Union de désigner qui seront les députés européens jusqu'en 2024. Le scrutin, en France, sera le premier depuis les élections législatives qui ont donné une majorité à Emmanuel Macron. Nul doute, donc, que le résultat de cette élection européenne prendra une dimension nationale : une partie des citoyens français s'exprimeront sans doute pour marquer leur soutien au gouvernement ou bien pour en sanctionner sa politique.

Depuis 1979 et le premier scrutin, chaque élection européenne est - aussi - un moyen pour les électeurs de s'exprimer sur la politique menée à l'échelle nationale, ce qui, pour de nombreux observateurs, biaise le résultat de l'élection et donc la composition du Parlement européen. En 2019, pourtant, les Français auront le choix entre des partis politiques dont la position sur l'Europe est assez tranchée : les citoyens peuvent choisir entre les pro-européens, attachés à l'institution et qui défendent l'idée de davantage d'intégration ; les souverainistes euro-compatibles, qui veulent réformer l'Union et qui luttent contre toute forme de fédéralisme ; les anti-Union européenne, qui considèrent que la France doit soit imposer de nouvelles négociations sur les traités actuels, soit quitter l'Union ; les farouches opposants à l'Union européenne, qui veulent quoi qu'il arrivent sortir du "carcan" de Bruxelles.

Date des élections européennes

Le scrutin ne se tient pas le même jour dans tous les pays de l'Union européenne, il se déroule habituellement du jeudi au dimanche de la même semaine. Le 20 mars dernier, le Conseil de l'Union a proposé au Parlement que les élections européennes aient lieu du 23 au 26 mai 2019. Ces dates ont été retenues, ce qui signifie que le scrutin se tiendra en France le dimanche 26 mai 2019. Compte tenu du mode du scrutin, il n'y a qu'une seule date, puisqu'il n'y a qu'un seul tour avec une seule vague de résultats pour ces élections européennes au niveau national.

Elections européennes : mode de scrutin

Dans tous les pays de l'Union européenne, l'élection européenne s'effectue au suffrage universel direct, sur un scrutin de liste et proportionnel. Il existe cependant des spécificités selon les pays de l'Union. La plupart organise un scrutin sur une circonscription unique, à l'échelle nationale. Quelques pays ont décidé de créer des circonscriptions régionales : l'Italie, la Pologne, la Belgique, l'Irlande (le Royaume-Uni, désormais exclu du scrutin). Des listes différentes y sont proposées : il y a une élection dans chaque circonscription.

La France est revenue à la constitution d'une liste nationale unique, une modification validée définitivement par le Parlement. Les élections européennes 2019 marquent donc la fin du scrutin dans 8 circonscriptions différentes (Est, Sud-Ouest, Sud-Est, Massif central-Centre, Île-de-France, Nord-Ouest, Ouest et Outre-Mer). L'exécutif a justifié cette décision, parlant d'une réforme qui offre "la garantie d'une lisibilité accrue pour l'électeur et une évolution cohérente avec la volonté de renforcer le caractère européen du scrutin".

Election européenne en France

Le traité de Lisbonne a en 2009 fixé le nombre de députés européens à 751. La France dispose de 73 élus, c'est-à-dire un peu moins de 10% de l'ensemble de la chambre. Mais compte tenu du Brexit et de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les choses évoluent. La commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen propose que le nombre de sièges soit réduit à 705 avec une redistribution vers quelques pays. La France pourrait voir augmenter le nombre d'eurodéputés qui lui est dévolu, de 73 à 79.

Sondages sur l'élection européenne

Attention avec les premiers sondages publiées : la campagne des élections européennes ne commencera que dans quelques mois, on ignore d'ailleurs quelles seront toutes les formations politiques engagées dans le scrutin, s'il y aura des rapprochements et des fusions de listes dès le premier tour. On ignore aussi, pour nombre de partis, quelles personnalités politiques mèneront cette campagne et qui sera candidat.

Le dernier sondage sur l'élection européenne date du 5 septembre 2018.

 Il s'agit d'une étude de l'institut Ifop pour Paris Match, CNews et Sud Radio. Voici les résultats de ce sondage : LREM et Modem : 20% ; Rassemblement national : 17% ; Les Républicains : 15% ; La France Insoumise : 14% ; EELV : 7,5% ; Debout la France : 6,5% ; Parti socialiste : 6% ; Génération.s : 3% ; UDI : 2,5% ; PCF : 2% ; NPA : 2% ; Les Patriotes : 1% ; UPR : 0,5%.

voBC7UeaNO

Photo schéma  sondage élections européennes – Ifop septembre 2018

Le 12 juillet 2018, un sondage a été effectué par Ipsos pour Le Monde et Sciences Po.

Selon cette étude, les intentions de vote sont les suivantes : LREM et Modem : 26% ; RN : 18% ; LR : 15% ; LFI : 13% ; DLF : 7% ; PS : 4% ; Génération.s : 4% ; EELV : 4% ; UDI : 3% ; LO : 1% ; NPA : 1% ; PCF : 1% ; Les Patriotes : 1% ; UPR : 1% ; Résistons ! : 1%.

Le 28 juin 2018, Ifop a publié un sondage sur un large échantillon de 1504 personnes pour CNews et Sud Radio. Les intentions de vote étaient les suivantes : LREM et Modem en tête (23%), devant RN, ex-FN (19%), LR (15%), la France Insoumise (11%), le PS (6%), EELV (6%), Debout la France (6%), Génération.s (3%), le PCF (2,5%), UDI (2,5%), Les patriotes (1%), l'UPR (1%), extrême gauche (1%).

Le 30 mai 2018, Elabe a réalisé un sondage pour BFMTV. En tête des intentions de vote : LREM, créditée de 24% des voix, suivie du Front national (19,5%). Viennent ensuite Les Républicains (15%), la France insoumise (10%), EELV (8%) et le parti socialiste (6%). Debout la France est crédité de 5,5% des intentions de vote, l'UDI et Agir de 2%, la liste des Patriotes de 1,5%, Génération.s de 1,5%, l'UDI de 1%, tout comme le PCF.

Le 16 mai 2018, un sondage Ifop pour Valeurs actuelles testaient aussi l'ensemble des formations politiques. Le parti qui arrive en tête est LREM (27%), devant le Front national (17%), Les Républicains (15%), La France Insoumise (14%), le Parti socialiste (7%), Debout la France (6%), EELV (3%). Générations - le parti de Benoît Hamon - est crédité de 3% des suffrages. A noter : 8% des sondés indiquent qu'ils voteront pour une "autre" formation politique.

Un premier indicateur avait été donné en décembre 2017, avec un sondage effectué par l'Ifop pour Le Figaro. Cette enquête donnait les résultats suivants en terme d'intentions de vote : LREM et Modem : 26% ; Front national : 17% ; France Insoumise : 14% ; Les Républicains : 12% ; Parti socialiste : 8% ; Debout la France : 6% ; EELV : 4% ; Agir et UDI : 3,5% ; les Patriotes : 2% ; Parti communiste : 2% ; UPR : 1,5%.

Elections européennes : qui est candidat ?

Peu de partis politiques ont désigné leurs candidats, ne serait-ce que les têtes de listes qui porteront la campagne des européennes 2019. Tour d'horizon par formation politique :

L'élection européenne de La France Insoumise

Le parti de Jean-Luc Mélenchon a déjà choisi : les deux candidats têtes de liste des Insoumis seront Charlotte Girard et Manuel Bompard. La première est une universitaire de 43 ans, maître de conférence en droit public à Nanterre, le second est un mathématicien de 32 ans. Tous deux sont très proches de l'ancien candidat à l'élection présidentielle. Pour l'heure, il s'agit d'un "duo", mais le comité électoral de La France Insoumise devra bientôt trancher pour savoir qui est la véritable tête de liste.

Pour l'heure, c'est bien Jean-Luc Mélenchon qui est en première ligne. C'est lui qui a mobilisé ses troupes mardi 30 octobre en meeting à Lille. Le leader de la France insoumise veut faire des élections européennes un référendum contre Emmanuel Macron. "Si vous ne voulez plus de ce monsieur qui recopie en France les directives de la Commission européenne, vous avez un bulletin de vote", avait-il défendu sur BFMTV, ajoutant, en référence à la démission de Charles de Gaulle en 1969 : "Autrefois, les présidents battus aux référendums s'en allaient. On peut imaginer qu'il comprendrait alors qu'il faut parti".

L'élection européenne du Parti communiste français

Pas d'alliance avec la France Insoumise. Le PCF a d'ores et déjà investi sa propre tête de liste, Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris. Les communistes n'excluent pas un rapprochement avec le parti de Benoît Hamon, des discussions devraient avoir lieu au mois de septembre. 

L'élection européenne du Parti socialiste

En pleine reconstruction, le PS compte sur l'élection européenne pour tourner la page du désastre de l'élection présidentielle. Pour remobiliser son électorat, le parti espérait convaincre Christiane Taubira de se porter tête de liste pour le scrutin, mais l'ancienne ministre de la Justice a décliné la proposition. Le temps presse et personne ne semble vraiment faire l'unanimité. 3 prétendants ont fait part de leur volonté de briguer la tête de liste : Pierre Moscovici, Julien Dray et Christian Eckert.

L'élection européenne de EELV

Les écologistes font confiance à l'eurodéputé sortant et ancien candidat à la présidentielle Yannick Jadot. Ce dernier entend bien conduire son parti dans cette élection sans faire d'alliance avec la formation de Benoît Hamon, Génération.s. Au Journal du Dimanche, le 19 août, Yannick Jadot a considéré que la campagne menée avec celui qui a finalement obtenu 6% des voix a été "un échec assez retentissant". Et d'ajouter : "Il n'est pas interdit d'apprendre de ses erreurs". Yannick Yadot semble convaincu qu'EELV a tout intérêt à se démarquer. "L'élection européenne est le seul scrutin où les électeurs votent par conviction. C'est un vote de clarté. Notre priorité est de rassembler les écologistes autour d'une ligne claire, pas de faire de la vieille politique avec ses accords d'appareils et ses confusions", dit-il au JDD.

L'élection européenne chez Génération.s

Il est probable que Benoît Hamon soit tête de liste pour les élections européennes, mais rien n'est arrêté. L'ancien candidat socialiste, qui a quitté son parti à l'automne dernier pour créer sa propre formation, compte sur ce scrutin pour faire vivre médiatiquement son parti politique. Fin août 2018, il avait indiqué au JDD qu'il ne se "déroberait pas". Le Point révélait début octobre qu'il s'était confié à quelques journalistes, en privé, laissant filtré ses intentions : "Je ne démens pas que je m'y prépare", aurait-il dit. "Les européennes sont un combat sérieux. S'il ne devait y avoir qu'une liste Génération·S, il est clair que c'est à moi d'y aller", aurait-il ajouté.

L'élection européenne de LREM

Alors que les sondages laissent envisager au parti de Christophe Castaner une victoire à l'élection européenne, la question de l'incarnation de la campagne est encore plus sensible. LREM souhaite renouveler la performance des législatives de juin 2017, en misant sur de nombreuses candidatures issues de la société civile, d'autant que des personnalités publiques pourraient être intéressées. Depuis plusieurs semaines, il est même question de convaincre l'astronaute Thomas Pesquet... Le nom de Nicolas Hulot pour porter la liste du parti du président revient aussi avec insistance.

L'élection européenne de Les Républicains

Laurent Wauquiez ira-t-il au charbon ? Si quelques cadres l'y incitent - Nicolas Sarkozy notamment -, le patron de LR ne compterait pas se constituer tête de liste pour l'élection européenne du 26 mai 2019. Pour l'heure, trois personnalités de la droite ont manifesté leur envie de porter la liste LR : Nadine Morano, Rachida Dati et Brice Hortefeux. Trois sarkozystes historiques.

L'élection européenne du Rassemblement national (RN, ex-FN)

Le RN (ex-FN) et Debout la France ne feront pas liste commune pour les élections européennes. Pourtant, en mai 2018, Marine Le Pen avait fait un grand pas vers son allié du second tour de la présidentielle, prenant la plume pour rédiger une lettre ouverte adressée directement à Nicolas Dupont-Aignan. Elle lui proposait un rapprochement pour le scrutin de 2019, mais sans lui proposer la tête d'une liste commune. Elle lui demandait simplement une "présence symbolique", avec elle, "aux dernières places de cette liste". Le leader de Debout la France a répondu par la négative.

Louis Aliot, vice-président du RN, est candidat à l'investiture de la tête de liste, et semble être le favori pour porter cette campagne pour son parti. Jean-Marie Le Pen, lui, préférerait voir un cadre historique de l'extrême droite prendre en main la tête de liste. Dans son "journal de bord", rendez-vous hebdomadaire qu'il donne sur son site Internet, Jean-Marie Le Pen parlait mi-octobre ouvertement du scrutin et donne son sentiment sur le meilleur candidat : "Bruno Gollnisch me paraît être l'homme le plus qualifié pour tenir la tête de cette liste ", dit-il avant d'ajouter : "J'accepterai moi-même d'y figurer".

L'élection européenne de DLF

Nicolas Dupont-Aignan, leader de Debout la France, a officialisé sa candidature aux élections européennes le 23 septembre, lors du congrès de son parti, au Cirque d'hiver. Il appelle à une nouvelle union de la droite : "Notre liste est l'occasion magnifique de rassembler tous les patriotes et républicains d'où qu'ils viennent", a-t-il lancé devant ses partisans, osant même cet appel aux leaders de LR et de RN, Laurent Wauquiez et Marine Le Pen : "Vous n'êtes pas candidats [...]. Soutenez notre liste d'union, la seule qui mettra une bonne droite à Macron".

Qui vote à l'élection européenne ?

Tous les citoyens européens peuvent voter pour les élections européennes. En France, pour participer au scrutin, il faut avoir au moins 18 ans, résider sur le territoire français être ressortissant d'un pays membre de l'Union européenne et ne pas être privé par la loi de ses droits civils et politiques. Les étrangers peuvent donc bien voter à cette élection et choisir parmi des listes présentées en France, à condition d'être bien inscrit sur les listes électorales.

Résultat de l'élection européenne

Actuellement, la répartition des sièges, issue du résultat des européennes en 2014, est la suivante : 20 élus Les Républicains et assimilés ; 17 élus Front national et assimilés ; 13 élus socialistes et assimilés ; 7 élus centristes ; 6 élus EELV ; 4 élus France insoumise et PCF ; 3 élus Les Patriotes et 4 non inscrits.

5oVrOcnfTp

Photo schéma roue parlement 74 Euro députés français

Et toujours ce casse-tête des listes et têtes de listes pour les élections Européennes..

maxresdefault (2)

25e6d329ce8dee60690f125b101ad

L’UE lutte pour repousser le populisme avant les élections de 2019

images (3)

Antonio Tajani, président du Parlement européen. [European Commission]

 7 sept. 2017

À moins de deux ans des prochaines élections européennes, le président du Parlement Antonio Tajani, a établi les priorités de campagne pour repousser l’euroscepticisme et le populisme et encourager les gens à se rendre aux urnes.

S’exprimant devant des experts des affaires publiques lors d’un événement EPC à Bruxelles, Antonio Tajani a affirmé que la migration, le terrorisme et le chômage chez les jeunes étaient les trois principaux défis auxquels l’Europe devait trouver des solutions avant les élections de juin 2019 afin de contrer la pression populiste.

En mettant l’accent sur le budget européen et la responsabilité politique, le président a insisté sur la nécessité d’allouer assez de fonds pour montrer aux citoyens européens que l’Europe est capable de résoudre des problèmes et faire la différence.

Budget plus inclusif

« Le budget est une stratégie politique », a-t-il déclaré, rappelant qu’il est nécessaire d’organiser un véritable débat pour le prochain Cadre financier pluriannuel, notamment pour atténuer les pertes financières qui découleront du Brexit.

Le Royaume-Uni étant l’un des principaux contributeurs au budget européen, sa sortie de l’UE pourrait en effet créer un déficit financier dans les coffres de l’UE de 14 à 19 %, soit 20 à 27 milliards d’euros.

Le débat sur la révision du budget européen agite Bruxelles et les États membres depuis la présentation d’un « document de réflexion » par le commissaire au budget, Günther Oettinger.

Certains veulent que le budget soit plus inclusif et implique les citoyens à l’approche des élections. Et Antonio Tajani semble avoir saisi le message.

Entre ses lignes, le document de Günther Oettinger semble reconnaître qu’il détient le joker avec la proposition du budget européen. En effet, le débat sur l’avenir de l’Europe ne sera pas résolu tant que les éléments clés de l’architecture du budget ne seront pas choisis.

Responsabilité politique

Le 13 septembre, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait prononcé son discours sur l’état de l’Union et dévoilera sa vision pour l’avenir de l’UE, après des mois de réflexion sur les cinq scénarios possibles.

« Sans responsables politiques et sans débat politique, il est impossible de renforcer l’Union européenne », a déclaré Antonio Tajani, dans une critique à peine voilée, et qualifiant les élections européennes de moment de vérité.

Reconnaissant que le nouveau climat politique en Europe est plus favorable à une intégration européenne, Antonio Tajani a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une occasion à ne pas manquer et que davantage de responsables politiques devaient participer à la construction de l’avenir de l’UE.

Si les citoyens veulent que l’Europe s’attaque au chômage chez les jeunes, à la migration et au terrorisme, les responsables politiques doivent prouver qu’ils peuvent assumer leur responsabilité politique et forger leur propre stratégie.

Immigration, un problème européen

Les efforts passés pour contenir l’afflux de migrants le long de la route des Balkans occidentaux devraient être transposés à d’autres routes, comme en Libye, affirme Antonio Tajani qui rappelle que l’immigration dans cette zone de la Méditerranée est un problème européen et non un problème italien ou espagnol.

Cela signifie de l’investissement. « Sans la stratégie pour l’Afrique, il est impossible de trouver une solution durable à l’immigration illégale », a ajouté le président du Parlement européen.

Sous l’impulsion de Federica Mogherini, l’Europe met en place des instruments pour l’investissement, le soutien démocratique et le renforcement des capacités, dont le Fonds fiduciaire pour l’Afrique, Migration Compact et le Plan d’investissement extérieur de l’UE.

Pour la première fois, il existe bel et bien une volonté d’investir dans l’avenir du continent, mais ce n’est pas suffisant. Jusqu’à présent, 3,5 milliards d’euros ont été alloués à l’Afrique alors que 40 milliards sont nécessaires, rappelle Antonio Tajani, qui plaide pour un plan Marshall pour l’Afrique.

Cavalleri_ARTIKEL_Keystone_258100270

Le trio infernal..

images

Mme Merkel, malgré tous ses efforts, est malmené, un peu partout à travers l’Allemagne, dans les sondages et différents votes régionaux..

c_t-l5vwsaaifij

Tribune-YB-TC-Elections-européennes

La loi prévoyant le retour à des listes nationales pour les élections européennes du 26 mai 2019 ne déchaîne pas les foules – ni la plupart de nos partis, ...

La loi prévoyant le retour à des listes nationales pour les élections européennes du 26 mai 2019 ne déchaîne pas les foules – ni la plupart de nos partis, trop heureux de profiter discrètement de l’aubaine : elle est pourtant doublement régressive pour l’influence de notre pays au niveau européen et l’ancrage démocratique de l’UE.

6d16320d8d6754f21fe01366fce49717-europeennes-de-2019-un-sondage-met-nettement-en-tete-la-republique-en-marche

Elections européennes 2019 : vers un retour à des listes nationales

Le gouvernement veut abandonner le système des circonscriptions multirégionales en vue des élections européennes de 2019 et revenir à un mode de scrutin par liste nationale.

title-1535052160

Européennes 2019 : les grandes manoeuvres ont démarré

577abc18c956ed01b36ad56aec12ea0d-europeennes-2019-les-grandes-manoeuvres-ont-demarre_1

Le rapprochement entre Guy Verhofstadt et Emmanuel Macron en vue du scrutin de mai 2019 montre qu'une forte recomposition politique est à l'oeuvre au sein du Parlement européen.

gv

C'était dans l'air depuis des mois. Guy Verhofstadt l'assure à Ouest-France. Le groupe des centristes et libéraux ADLE (dont fait partie le Modem) et En Marche feront front commun aux Européennes de mai 2019. Après la visite, à Bruxelles, la semaine dernière de Christophe Castaner, le projet semble lancé. L'ancien Premier ministre belge parle de « mouvement » ; Emmanuel Macron de « plateforme ».

Le positionnement est le même : il s'agit d'opposer un front explicitement pro-européen aux forces nationalistes qui progressent un peu partout.

Le mouvement n'a pas encore de nom officiel, mais plusieurs hypothèses sont à l'étude. « Génération Europe » permettrait de sensibiliser les jeunes et de rassembler au-delà des clivages traditionnels. Un meeting d'En Marche pourrait être l'occasion d'un lancement commun le 22 octobre, à Paris.

Actuellement, on compte huit groupes parlementaires à Strasbourg (plus les non-inscrits). Les deux premiers en nombre, le Parti populaire (PPE) à droite et les sociaux-démocrates (S&D) à gauche, ont dominé depuis quarante ans la vie du Parlement, dans un régime de grande coalition de fait, sur de nombreux sujets. Cet équilibre est révolu.

96774bcd1382a7654c5aa9ec17af6364-europeennes-2019-les-grandes-manoeuvres-ont-demarre_2

En mai 2019, le fromage (infographie) va connaître une secousse sans précédent. Le départ des Britanniques et la chute probable des démocrates italiens et des socialistes français va affaiblir le S&D. Le PPE va sans doute mieux tenir, mais au prix d'une radicalisation à droite incarnée par son membre le plus contesté, Victor Orban, le Premier ministre hongrois.

Les frontières bougent

Derrière, les centristes veulent, comme nous le dit M. Verhofstadt, « créer un groupe décisif »pour peser dans les alliances d'après-élections. En essayant de rallier certains conservateurs modérés, hostiles à la dérive droitière du PPE, certains progressistes orphelins de la gauche de gouvernement (comme le courant de Matteo Renzi). Certains Verts aussi, en Allemagne notamment.

Car, après la percée spectaculaire de Matteo Salvini, les souverainistes de droite ont de grandes ambitions. Ils sont actuellement répartis dans trois groupes : l'Europe des Nations et Libertés (ENF), auquel appartiennent le RN français (ex-FN) et ses alliés de la Ligue italienne et du PVV hollandais, celui des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) où milite le PiS polonais et les conservateurs britanniques, et celui Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD) de Nigel Farage, l'europhobe du Brexit.

La gauche radicale, tentée en Allemagne et en France par le souverainisme, pourrait connaître, elle aussi, une mue inédite.

D'ici mai, toutes les frontières vont bouger. Les grandes manoeuvres ne font que commencer.

Élections européennes. Fin de parcours pour Guy Verhofstadt ?

Publié le 26/10/2018 - 15:39

gv

Chef de groupe depuis 2009, l’ancien Premier ministre belge briguerait bien la présidence du Parlement européen. Mais dans les rangs de son parti, certains estiment que le moment est venu d’un changement de génération.

“Personne ne peut évincer Guy Verhofstadt – en tout cas jusqu’aux élections. Après, il est possible qu’il ne soit pas réélu à la tête de son groupe parlementaire. Il est même possible qu’il ne soit pas nommé à la présidence du Parlement. Il se peut bien qu’il n’obtienne rien. Mais, pour l’instant, il est bel et bien là.” Ou encore : “Quel poste? Il n’y aura pas de poste pour lui.”

Ces deux citations sont extraites d’un article de la version européenne du site Politico consacré à la future alliance entre les libéraux européens et le mouvement En Marche ! du président français Emmanuel Macron dans la perspective des élections européennes de mai. La première vient d’un député européen sous couvert d’anonymat ; la seconde d’une source proche du Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Vu de Hongrie. La nouvelle cible d’Orbán

Un mois et demi après le vote du rapport Sargentini demandant des sanctions contre la Hongrie, un clip en langue anglaise diffusé par le gouvernement de Viktor Orbán accuse Guy Verhofstadt de vouloir “plus de migration” alors que “plusieurs millions” de candidats à l’exil s’apprêteraient à rejoindre l’Europe dans les années à venir.

“Le politicien belge est une cible facile. Il ne représente aucun danger pour le Fidesz [le parti conservateur de Viktor Orbán] ou le gouvernement hongrois et ne dispose d’aucun véritable outil pour s’attaquer frontalement à Viktor Orbán en dehors de la critique féroce à intervalles réguliers de sa politique au Parlement européen”, commente le portail d’opposition Index.

“Croisade”

Contempteur notoire de la dérive autoritaire de Budapest, le libéral flamand hérisse l’administration Orbán, qui, dans une campagne précédente, l’a présenté comme un ennemi de la Hongrie aux côtés de l’écologiste néerlandaise Judith Sargentini et du financier d’origine magyare George Soros, accusés de mener un “chantage” destiné à remodeler la politique migratoire ferme du pays.

“Verhofstadt veut envoyer Orbán sur le tas de fumier de la politique, comme il l’affirmeouvertement. Le libéral béat, aidé dans sa croisade par le réseau des ONG de Soros, mène une guerre contre la majorité et offense les 3 millions d’électeurs ayant réélu librement le Premier ministre. Cette perception est totalement antidémocratique”, dénonce le quotidien pro-pouvoir Magyar Hírlap. 

Screen-Shot-07-04-17-at-02

Européennes 2019 : le MoDem souhaite un “axe central” Juppé-Bayrou-Macron

bayrou_juppe_macron-3361301

Le Mouvement démocrate voudrait "une offre des pro-européens aux élections européennes de 2019", a déclaré ce mercredi le secrétaire général du MoDem, Yann Wehrling. L'idée serait de former un "axe central" autour d'Emmanuel Macron, François Bayrou et Alain Juppé.

Par Jeanne Travers avec AFP Publié le 15/11/2017 à 14:07

"Face à la clarté mortifère des extrêmes" qui s'accordent sur le "repli national", le MoDem veut réunir "tous ceux qui sont connus pour avoir un discours clair sur les questions européennes", annonçait ce mercredi le secrétaire général du parti, Yann Wehrling.

Le but : former "un grand centre pro-européens", composé de"réformateurs de l'Europe". Et dans ce groupe, Wehrling y verrait bien Emmanuel MacronAlain Juppé et, bien sûr, François Bayrou.

Si ce dernier ne s'est pas encore prononcé sur la question, le maire de Bordeaux prenait il y a peu ses distances, déclarant sur Twitter : "Une liste commune avec Emmanuel Macron ? On n'en est pas là."

Copie de juppe_macron_1-3356151

Européenne 2019 : Alain Juppé dément

l’idée d’une liste commune avec Emmanuel Macron..

"Je plaide pour une clarté pour les électeurs", a expliqué Yann Wehrling. "Quand demain un Français mettra son bulletin dans l'urne, il faudra qu'il soit clair que, d'un côté, il y aura à voter pourceux qui veulent qu'on aille de l'avant dans la construction européenne et de l'autre, un bulletin de vote qui sera pour dire "on arrête"".

Et pour Wehrling, davantage de clarté, ça passe par une liste commune. "Ce qu'il faut réussir à faire, c'est que la première force politique au Parlement européen soit une force pro-européenne."

 

Desiin-3828553

De Villiers : “Si ça pète dans les banlieues, on n'a pas les hommes”

Philippe de Villiers

Inquiétude. Lors de son passage dans “Les Terriens du samedi !”, Philippe de Villiers a rapporté des propos de son frère le général Pierre de Villiers, à Emmanuel Macron.

Philippe de Villiers est inquiet. Le fondateur du Puy du Fou et proche de Macron est l’invité de l’émission de Thierry Ardisson Les Terriens du samedi !, diffusée sur C8 le 3 novembre pour présenter son livre Le Mystère Clovis, aux éditions Albin Michel. Comme le rapporte Le Point, il a profité de son passage sur le plateau pour évoquer une petite phrase lâchée par son frère. Ce dernier, le général Pierre de Villiers, a été poussé à la démission par Emmanuel Macron en juillet 2017. Alors que le présentateur interroge son invité sur « la réalité de la situation politique en France », Philippe de Villiers raconte que son frère aurait dit au Président de la République : « Si ça pète dans les banlieues, on n’est pas capable de faire face, on n’a pas les moyens de faire face, on n’a pas les hommes ».

Des propos qui interrogent alors que les violences dans certains quartiers de banlieue se multiplient ces dernières semaines. Un appel à la « purge » contre des policiers, qui a été lancé sur les réseaux sociaux, a mobilisé de nombreux jeunes contre les forces de police le mercredi 31 octobre, résultant en des dégradations de matériels mais aussi, par endroit, des attaques directes contre des policiers. L’Île-de-France a été particulièrement touchée, particulièrement dans trois départements, l’Essonne, le Val-de-Marne et les Yvelines.

Philippe de Villiers dénonce « la cage aux phobes »

Lors de son interview par Thierry Ardisson, Philippe de Villiers s’est également exprimé sur l’actualité politique, regrettant l’embourgeoisement de la classe politique : « Le jour où le roi deviendra le premier des gentils hommes, la monarchie meurt », a-t-il déclaré. Une remarque pour Emmanuel Macron ? Thierry Ardisson n’a pas hésité à le souligner. L’ancien candidat à l’élection présidentielle a également dénoncé la volonté des « eurocrates et des élites mondialistes » de bâtir « une société multiculturelle, en prenant le risque de faire une société multidéculturée et multiconflictuelle ». Reprenant les propos de l’écrivain Philippe Muray, Philippe de Villiers s’est érigé contre la « cage aux phobes », regrettant que des qualificatifs comme « islamophobe», « homophobe », «xénophobe» ou « europhobe » portent atteinte à la liberté d’expression.

VALEURS4275_001

dessins-cest-quoi-ces-notes1

Philippe de Villiers prédit à Emmanuel Macron d'être "balayé" s'il poursuit sa politique

Capture_8

Invité ce jeudi soir face à Ruth Elkrief, Philippe de Villiers a livré sur notre antenne sa première réaction télévisée à la politique d'Emmanuel Macron avec laquelle il prend désormais nettement ses distances.

"Emmanuel, moi je suis populiste, et je ne me soigne pas, parce que le populisme c'est le cri des peuples qui ne veulent pas mourir". Invité ce jeudi soir sur notre antenne, Philippe de Villiers, qui avait conseillé Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, s'est ainsi adressé directement au chef de l'Etat, pour lui dire sa déception. L'écrivain et fondateur du Mouvement pour la France, qui avait reçu Emmanuel et Brigitte Macron au Puy-du-Fou, a révélé ce jeudi une rupture avec le présidentde la République, dont il désapprouve la politique. 

"Au début, il reçoit Poutine et Trump, se comporte comme un chef d’Etat un peu gaullien en disant ‘je ne m’occupe pas des régimes je m’occupe des Etats’. Et puis patatras, la Fête de la musique, le doigt d’honneur..." a énuméré Philippe de Villiers, dans des allusions à la venue du DJ Kiddy Smile lors de la Fête de la musique à l'Elysée, puis à la photo du chef de l'Etat avec un ancien braqueur à Saint-Martin, sur laquelle un jeune homme fait un doigt d'honneur.

"S'il est l'homme des minorités, qu'il le dise"

"Il ne fait pas du tout ce qui est conforme à ce qu’il avait dit au cours de ces deux soirées (au cours desquelles les deux hommes avaient échangé, NDLR), c’est-à-dire la fonction symbolique et l’urgence de régler le problème identitaire", estime Philippe de Villiers. "S‘il ne veut pas s’occuper de la question identitaire, il sera balayé. Ou bien il est l’homme des minorités, et qu’il le dise, ou bien alors il ne sait plus où il habite", poursuit-il.

"Ce que j’attends de lui, c’est qu’il reprenne sa fonction, qu’il se retrouve ds sa fonction, et puis qu’il ose remettre l’Europe d’aplomb, une Europe qui se fait avec les Nations, pas contre les Nations. L’Europe se fragmente et qu’est-ce qu’il fait, il frappe sur la plaie, il met de la chaux vive, mais il devrait rassembler", estime encore Philippe de Villiers, qui a pris la défense du Premier ministre hongrois Viktor Orban, quelqu'un de "sérieux". 

S’il est l’homme des « minorités » qu’il le dise.

Mais, il n’est pas..l’homme des minorités.. !

pouvoir_d_achat_1

Photo ci-dessus – Le pouvoir d’achat en berne.

(déjà bien avant..)

Élections européennes: Macron veut revenir aux listes nationales

 30/10/2017 à 09h39

d59205056bd0e0333e52c96ea7c5c

Emmanuel Macron veut changer les règles des européennes - ALAIN JOCARD / AFP

Le chef de l'État envisage un retour aux listes nationales pour les européennes qui se dérouleront en mai 2019. Une option qui pourrait être favorable aux candidats de La République en marche.

Pas de temps à perdre. Plus d’un an avant les élections européennes de mai 2019, la majorité s’affaire déjà à élaborer la meilleure stratégie possible pour sortir vainqueur du scrutin, rarement favorable au pouvoir en place. Et une idée émerge déjà dans la tête d'Emmanuel Macron et des leaders de La République en marche: en finir avec les huit circonscriptions interrégionales au profit de listes nationales, révèle L’Opinion.

Depuis 2004, la France est effectivement divisée en huit circonscriptions (Outre-mer, Est, Sud-est, Ouest, Nord-ouest, Sud-ouest, Massif central-Centre, Ile-de-France) pour les élections européennes. Chaque circonscription est appelée à élire une partie des députés français en fonction de son nombre d'habitants. Les sièges sont quant à eux attribués à la proportionnelle parmi les listes qui recueillent au moins 5% des suffrages exprimés. Une organisation qui, vraisemblablement, ne convient plus au chef de l'État.

Circonscriptions_françaises_européennes_2014

Photo ci-dessus les circonscriptions françaises pour les européennes en 2014.

Faut-il supprimer les 8 circonscriptions régionales au profit d’une seule circonscription nationale pour les élections européennes de 2019 ? Les avis sont partagés.

Un projet de loi proposant d’établir une circonscription unique au lieu des 8 circonscriptions a été présenté le 3 janvier en Conseil des ministres. Il sera soumis prochainement au Parlement. Selon le ministère des Affaires européennes, qui a présenté le projet, cette circonscription « constitue la garantie d’une lisibilité accrue pour l’électeur et une évolution cohérente avec la volonté de renforcer le caractère européen du scrutin. »

Il suscite aussi un débat : certains estime que l’échelle régionale est plus pertinente, comme l’illustre cette video en partenariat avec le Mouvement européen France.

CarteFrance

"Nationaliser" l'élection

Concrètement, la circonscription unique présente un avantage majeur pour Emmanuel Macron. Elle permet au président d’en finir avec les campagnes régionales qui nécessitent souvent d’avoir un fort ancrage local. Ce qui est loin d’être le cas de La République en marche.

Place donc à la campagne nationale, plus intéressante pour une jeune formation politique au sein de laquelle les candidats, encore peu connus du grand public, pourront s’appuyer sur l’image présidentielle et profiter des grands médias pour mettre un coup de projecteur sur le scrutin. "Plus ça s’éloigne du terrain, plus La République en marche a des chances de faire des voix. Quand on n’a pas d’ancrage local, c’est plus facile de faire campagne sur les plateaux télé que sur le terrain", confie un député PS àL’Opinion.

Et ce chantier électoral, qui pourrait s'accompagner d'un regroupement des élections locales, a aussi pour objectif d’affaiblir les adversaires. À commencer par le Parti socialiste où les positions sur l’Europe divergent. Même chose chez les Républicains qui déplorent un "tripatouillage scandaleux". "Depuis toujours, les citoyens reprochent aux députés européens d’être inconnus et hors sol. Les circonscriptions interrégionales avaient permis de les rapprocher. Sur une liste nationale, ce ne sont que des fonctionnaires nommés par des chefs de parti", observe le député européen Alain Lamassoure. "Cela va couper les députés européens des réalités territoriales", poursuit Arnaud Danjean. En revanche, la France insoumise et le Front national se sont prononcés en faveur des listes nationales.

Le découpage de la France en huit circonscriptions pour élire les eurodéputés, c’est terminé. Dans un an, les électeurs devront se prononcer pour une liste nationale.

fae

Le découpage de la France en huit circonscriptions pour élire les eurodéputés, c'est terminé. Dans un an, les électeurs devront se prononcer pour une liste ...

Premier test pour Macron

Ce sera son premier test électoral depuis son élection à l’Elysée. Alors que la « refondation de l’Europe » est une des priorités de sa présidence, Emmanuel Macron avait rapidement initié une refonte du mode de scrutin des élections européennes qui se tiendront le 26 mai 2019, alors que son jeune parti La République en marche (LREM) pâtit encore du manque de leaders locaux.

Ce mercredi, le Parlement a donné mercredi son feu vert définitif au rétablissement d’une circonscription unique aux élections européennes. Les sénateurs ont donné leur accord à la version du projet de loi trouvé..

Pour Emmanuel Macron, l’enjeu est double. D’abord, il s’agit des premières élections depuis son arrivée à l’Élysée et, bien qu’il ne mobilise généralement que peu d’électeurs, ce scrutin servira d’indicateur de l’opinion en permettant aux Français de renouveler leur confiance au président de la République ou, au contraire, de lui infliger une première sanction à mi-mandat. Des élections à valeur de test, en somme. Ensuite, une arrivée massive de députés estampillés LREM-MoDem à Strasbourg serait un signe fort envoyé par le chef de l’État, lui qui n’a cessé de se présenter comme fervent défenseur de l'Union européenne.

Le 10 octobre déjà, lors du deuxième dîner de la majorité, le Premier ministre Édouard Philippe avait avancé l’idée d’un retour à la circonscription unique pour les élections européennes, rapporte encore L’Opinion. Une proposition qui a visiblement emballé le plus grand nombre et notamment François Bayrou… D’ailleurs, son nom circule déjà pour conduire la liste LREM-MoDem. Nicolas Hulot ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet sont également envisagés pour tenir le rôle.

delphine-batho-voudrait-voir-nicolas-hulot-tete-de-liste-aux-europeennes

Photo ci-dessus de Nicolas Hulot – Delphine Batho voudrait voir Nicolas Hulot tête de liste aux Européennes.

Delphine-Batho-110

Des arguments à faire valoir

Pour convaincre, La République en marche a déjà préparé ses arguments. Comme le rappelle L’Opinion, la nationalisation du scrutin est déjà en place dans la plupart des 28 pays de l’Union, à l’exception de la Belgique, de l’Irlande, de l’Italie et de la Pologne qui conservent plusieurs circonscriptions.

Les leaders de la majorité affirment également que la réforme territoriale de 2014, qui a entériné le découpage de l’Hexagone à 13 régions, oblige à un changement de règles, les huit circonscriptions interrégionales ne correspondant plus au nouveau tracé du territoire. "Les traités européens obligent à la proportionnalité. Faire de ces 13 régions des circonscriptions pour les européennes ne permettrait pas de respecter cette obligation", assure l’ex-ministre et actuelle présidente MoDem de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée, Marielle de Sarnez.

Baisse de participation

Enfin, le parti de la majorité note que la réforme de 2003 qui a acté le passage aux huit circonscriptions n’a pas eu l’effet escompté. Celle-ci devait effectivement permettre d’impliquer davantage les électeurs dans le scrutin. Or, la participation aux européennes a chuté de 52% en 1994 à 40% en 2009.

Ainsi, avec les listes nationales, Emmanuel Macron espère déjouer les pronostics et réaliser une aussi bonne performance que le président Sarkozy dont le parti (UMP) avait, aux côtés de l’UDI, remporté les européennes en 2009. Fait rare. Il s’agirait en outre d'un premier pas vers les transnationales (candidats de plusieurs nationalités) que le chef de l’État  espère mettre en place avant la fin de son quinquennat.

96774bcd1382a7654c5aa9ec17af6364-europeennes-2019-les-grandes-manoeuvres-ont-demarre_2

La France, comme aurait dit de son temps De gaulle : « La France sans la Nation et le peuple, c’est-à-dire, l’ensemble des Françaises et des Français, ce n’est pas..La France.. » !..

circonscription-mitterrand-centralisme-1900x700_c

Photo ci-dessus d’une affiche de propagande – photo circonscription – Mitterrand – centralisme.

title-1535052160

Nicolas Dupont Aignan

Dupont-Aignan-va-annoncer-sa-candidature-aux-europeennes

Photo ci-dessus de Mr. Nicolas Dupont Aignan qui va annoncer sa candidature aux élections européennes courant janvier 2019.

Dupont Aignan se lance dans la campagne pour les élections européennes..

Dupont-Aignan-Macron-invente-un-ennemi-imaginaire-a-la-veille-des-elections-europeennes

Pour la première fois, il peut y avoir une majorité pour remplacer ceux qui ont tant défiguré l'Europe.

ad393e7c-c25c-11e8-bd3a-e7ea1890a2c0_1

Photo ci-dessus – Pour la première fois, il peut y avoir une majorité pour remplacer ceux qui ont tant défiguré l’Europe.

7904832_b13a304e-c25c-11e8-bd3a-e7ea1890a2c0-1_1000x625

Photo ci-dessus de Mr. Nicolas Dupont Aignan – s’il est élu, il  n’abandonnera pas sa circonscription.

Le parlement Européen

Le Parlement européen, cette pépinière à jeunes partis français

En bref:

Situation inédite, 9 nouveaux partis se sont constitués parmi les députés européens. Trois cas :
 Une ambition ou un combat politique
 Le rassemblement autour de personnalités importantes (B. Hamon et F. Philippot)
 Le soutien à la ligne social-libérale d’E. Macron
Ces députés européens apportent à leurs partis des moyens financiers et politiques décisifs (e.g. remboursements des frais de représentation, participation aux procédures institutionnelles). Ils s’inscrivent dans la recomposition de la vie politique française en vue des prochaines élections européennes en 2019.

1-eurodepute-sur-5-1

Depuis l’intronisation du Parlement européen mi-2014, pas moins de 9 nouveaux partis français  sont entrés dans l’institution . Cette situation exceptionnelle reflète la décomposition du champ politique au niveau national. Elle préfigure les prochaines élections européennes de 2019 — dans un an et demi, et plus largement le profond renouvellement des mouvances politiques françaises.

Lors du vote aux européennes, les électeurs portent leur choix sur des listes composées par les partis politiques. Comment se fait-il alors que des mouvements récemment créés puissent se constituer au sein du Parlement ? La réponse est simple : Les députés sont désignés pour un parti, mais ne sont absolument pas tenus d’y rester fidèles  .

Mais alors, comment et pourquoi de nouveaux partis sont entrés dans le Parlement européen ? Quel impact cette dynamique a-t-elle pour les acteurs de la société civile ?

La représentation européenne : une force politique

 

Nouveaux_partis

Le fait de disposer d’un ou plusieurs eurodéputés renforce la légitimité d’un parti récemment constitué.  Il est alors représenté dans un lieu de pouvoir aussi important que rare — puisque limité à 74 élus . Il peut également bénéficier d’une expertise européenne qui infuse tous les domaines programmatiques.  L’aspect financier est aussi non négligeable : les députés disposent de budgets et d’un personnel pour déployer leur action   (dans le détail : 6611 euros, nets d’impôts avant d’être soumis à contribution du parti, 4416 euros de frais généraux de représentation + frais de voyage). Certains utilisent ces atouts comme des propulseurs pour des intérêts qui leur sont chers, ce qui les rend mieux identifiables pour la société civile.

Pour conforter leur action politique, les nouvelles formations s’appuient sur les acteurs de la société civile. Génération.s, un mouvement qui se revendique écologiste, solidaire et humaniste, sera en effet plus porté vers les organisations qui portent ces mêmes combats. Les élections européennes de 2019 sont très proches et le champ politique amorphe. Pour espérer rester au Parlement européen, ces mouvements doivent, aux yeux des électeurs, justifier leur intérêt d’être représentés au Parlement européen. Voilà tout l’intérêt de rechercher les compatibilités entre l’ADN d’une organisation et de ces nouveaux partis.

Des moyens essentiels aux nouveaux partis

Eurodepute_avantages

Les parlementaires contribuent en effet au fonctionnement de leur parti grâce à leur activité représentative et à leurs cotisations. Les eurodéputés sont parmi les principaux messagers de leurs formations, car leur activité témoigne au grand public de l’application au niveau européen de leurs idées politiques. Ils bénéficient par ailleurs du remboursement de leurs frais de représentation à hauteur de 4400 euros par mois et d’un personnel rémunéré par le Parlement (Généralement 3 ou 4 assistants parlementaires à Bruxelles et/ou dans la circonscription d’élection du député). Ils bénéficient également des moyens administratifs du Parlement européen et de leur groupe politique. Ces derniers sont particulièrement utiles à la coordination politique et à la promotion des idées portées (meetings, défense d’amendements).

En termes de promotion d’intérêts, cela a donc un impact très limité, puisque le député continue à bénéficier de son statut. Celui-ci se libère en théorie des consignes de sa délégation nationale, il n’a toutefois pas non plus intérêt à trop s’isoler. Il peut donc déposer un amendement démarquant, mais la solitude paie très rarement au Parlement européen. On peut souligner à ce propos qu’ un seul des quinze députés ayant quitté leur parti d’élection s’est aussi privé de l’appui d’un groupe européen : véritable synonyme d’ostracisation au Parlement  (Cela peut expliquer pourquoi Florian Philippot s’est empressé de rejoindre le groupe concurrent au Front national dès la création de son parti).

Le cas de la cotisation parlementaire : des montants très fluctuants

Les élus reversent aussi une proportion de leur indemnité à leur parti d’appartenance. Il s’agit d’un financement non négligeable pour les nouveaux mouvements politiques, en quête de fonds pour se développer. Ces sommes sont très variables : elles s’échelonneraient à 3% du total des revenus chez les Républicains et l’UDI, 10% chez le Parti socialiste, et 70% pour le Parti communiste, ce à quoi peut s’ajouter la carte du parti. 

Un propulseur pour une carrière ou des idées

Les élus choisissent aussi parfois de constituer un nouveau parti comme  une rampe de lancement pour leur carrière ou leurs convictions personnelles . Jean-Marie Cavada, élu centriste et fédéraliste, est appelé en 2014 à présider Nous Citoyens, un mouvement de la société civile. Il fonde ensuite Générations Citoyens, en désaccord avec la gouvernance de son nouveau parti. Les convictions du député sont ainsi mieux identifiables qu’au sein d’un groupe d’une dizaine d’élus. L’ancien député Front national Aymeric Chauprade cherchait quant à lui à se rapprocher de la droite parlementaire, représentée par Les Républicains. Il créé Les Français Libres en 2016 pour porter ses convictions souverainistes et anti-islam dans le débat présidentiel à venir, au cours de laquelle il soutient Nicolas Sarkozy, puis François Fillon.  En opposition avec la direction de son parti, la députée du Parti radical de Gauche (PRG) a elle refusé la réunification avec son jumeau de centre-droite, et a alors cofondé un parti politique pour maintenir la sensibilité de son action à Gauche (voir ci-dessous).

La réponse à la recomposition politique en France

Mais le principal élément perturbateur est l’élection d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. A l’exception du parti d’A. Chauprade, tous sont effectivement liés à la recomposition politique en cours.  La restructuration opérée depuis 2017 a touché toutes les formations élues en 2014, à l’exception notable d’Europe Ecologie les Verts (EELV) et du Parti communiste français (PCF). 

Chez « E.E.L.V. » Yannick Jadot..

2192761_elections-europeennes-de-2019-le-laborieux-choix-des-tetes-de-liste-web-tete-0301989952497

1156690-jadotbrossat

Chez « LR » , les « vieux schnocks » font de la résistance..

brice-hortefeux-et-nadine-morano_6114454

Photo ci-dessus de Mr. Brice Hortefeux et de Mme. Nadine Morano.

Hortefeux-deconseille-a-Collomb-de-modifier-le-mode-de-scrutin-pour-les-elections-europeennes

Chez LR, les "vieux schnocks" font de la résistance

Les dignes successeurs, à la suite de Mme. Cosciusco Moriset..

 

Photo-Constance-de-Pélichy-IMG_9226

Photo ci-dessus de Mme. Constance de Pélichy.

Noël Mamère ne se présentera plus..

6e3ba282-9d9f-11e8-9c1d-c7783cbb2a93_1

Noël Mamère, ancien député européen de 1994 à 1997, ne se représentera pas aux élections européennes en 2019. LP/Olivier Corsan.

Élections européennes: pourquoi LR refuse le changement de mode de scrutin

le-president-francais-emmanuel-macron-recoit-le-secretaire-general-des-republicains-bernard-accoyer-a-paris-le-20-novembre-2017_5979350

Le président français Emmanuel Macron reçoit le secrétaire général des Républicains Bernard Accoyer à Paris, l

A l'exception de la droite, la proposition du gouvernement faite ce mercredi de revenir à une liste nationale aux prochaines européennes fait pourtant l'unanimité. Explication.

Une quasi-unanimité. Le retour à un mode de scrutin par liste nationale aux élections européennes de 2019, confirmée ce mercredi par le Premier ministre, a reçu l'assentiment des principaux partis politiques. De toutes les formations en fait... sauf de Les Républicains (LR). 

DPyWl5TXUAAD3eQ

DPyWl5ZXcAA0ECZ

DPyWl53XUAAE7Iw

-026jo7C_bigger

Edouard Philippe

Compte certifié

@EPhilippePM

Matinée d’entretiens avec les représentants des partis politiques de France pour écouter et préparer les prochaines élections européennes. Avec @jclagarde (UDI), @BernardAccoyer (LR) et @RachidTemal (PS). 20 novembre

Selon l'exécutif, "ce modèle, largement majoritaire dans l'Union européenne, permettra de renforcer l'intelligibilité du scrutin et la lisibilité des enjeux de l'élection du Parlement européen". Il s'agit en fait d'un retour à une situation préexistante: la circonscription nationale unique, en vigueur depuis les premières élections européennes de 1979 et jusqu'en 1999, avait été abandonnée pour les européennes de 2004. Depuis, la France était divisée en huit circonscriptions (Est, Ouest, Ile-de-France, Outre-mer...) 

Une "avancée très positive" pour le MoDem

610043537001_5480524432001_5480503071001-vs

Ce retour "est une avancée très importante, très positive", s'est réjoui le patron du MoDem François Bayrou. Cela "convient parfaitement à La République en marche", a renchéri le chef du parti présidentiel, Christophe Castaner, qui a considéré que LREM était "le seul mouvement politique qui croit dans l'Europe". 

8caf1c0_5493938-01-06

08dccae_PAR103_FRANCE-POLITICS-_1120_11

LIRE AUSSI >> Elections européennes: Emmanuel Macron veut des listes transnationales

c793c6f7-e4ef-4b35-ac4f-678c69bea510

"Je suis d'autant plus satisfaite que nous avons toujours été des défenseurs de la circonscription unique, qui correspond à notre vision patriote", a salué Marine Le Pen pour le FN, tandis que Nicolas Dupont-Aignan(Debout la France), y a vu "une bonne nouvelle pour la démocratie" et la victoire "du bon sens". 

Une "manipulation" pour LR

Mais alors pourquoi le parti de Les Républicains s'oppose-t-il à ce projet de loi qui devrait être présenté au Parlement au début de l'année 2018?  

Dans un communiqué, le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, a dénoncé une "manipulation électorale". Selon lui, "il s'agit d'abord et avant tout de favoriser les candidats d'Emmanuel Macron avec la constitution d'une liste fourre-tout abritant des candidats LREM dépourvus d'attache territoriale et des partis sous tutelle d'En Marche". La réforme "mettra fin à l'ancrage territorial actuel des députés européens au sein des régions dont les spécificités géographiques, économiques, sociales, environnementales ne sont pas les mêmes d'un territoire à l'autre", ajoute-t-il. 

830x532_emmanuel-macron-10-octobre-2017-francfort

"Un député européen, quand bien même serait-il le représentant d'une circonscription étendue, tient des permanences, rencontre les acteurs socio-professionnels, explique les mécanismes des fonds européens et relaie les activités du Parlement européen auprès des médias régionaux", s'insurge pour sa part le député européen (LR) Brice Hortefeux qui dénonce "l'étouffant parisianisme du président de la République". 

"Beaucoup de députés n'habitent même pas dans leur circonscription"

1092994-prodliberation

Pourquoi les autres partis ne sont-ils pas sur la même longueur d'onde? "Régionaliser le scrutin était une bonne idée. Mais ça n'a pas marché. Il n'y a pas beaucoup de contact entre les députés européens et les citoyens. Beaucoup de députés n'habitent même pas dans leur circonscription", observe auprès de L'Express Christine Revault d'Allonnes, la présidente de la délégation socialiste au Parlement européen. Elle confie que le PS s'est "interrogé longtemps" sur l'opportunité ou non de s'opposer à la réforme souhaitée par l'exécutif. "Mais on a considéré que non." 

De fait, les européennes ont souvent été l'occasion derecaser des personnalités qui n'ont pas obtenu d'autres mandats. Quitte à les parachuter brutalement. Les cas deJean-Luc Mélenchon, élu dans la circonscription Sud-Ouest ou de Vincent Peillon, dans le Sud-Est, sont éloquents. 

Des forces vives en régions pour faire campagne

"Je pense qu'il est très important que chaque député ait un ancrage territorial", assure toutefois à L'Express la députée européenne (LR) Elisabeth Morin-Chartier qui se vante d'aller beaucoup sur le terrain. "C'est là que j'explique les politiques européennes et que je capte les sensibilités, les préoccupations." Selon elle, pour continuer à faire campagne dans des circonscriptions régionales, "il faut des forces vives qui aillent sur le terrain".  

Ce dont un nouveau parti comme LREM serait justement dépourvu, tout comme le PS qui "a obtenu de faibles résultats en 2014". Ce qui expliquerait, selon elle, que LR soit la seule force politique à s'opposer à la nationalisation du scrutin. "On a besoin de députés européens en commissions qui travaillent, qui fassent des rapports législatifs importants. C'est ça l'essentiel, pas le mode de scrutin, conclut-elle toutefois. Les vedettes, de quelque parti que ce soit, on n'en a pas besoin." 

le-president-emmanuel-macron-recoit-le-president-de-l-union-des-democrates-independants-udi-jean-christophe-lagarde-a-son-bureau-de-l-elysee-le

156-oSrfo-scrutin-europeennes-bayrou-pour-un-retour-a-un-scrutin-national-x240-aam

Il avait reçu, bien avant déjà le président du Sénat..

emmanuel-macron-a-deja-recu-gerard-larcher-president-du_3701339

Emmanuel Macron lance le chantier des élections européennes..

Emmanuel-Macron-lance-le-chantier-des-elections-europeennes-de-2019

Emmanuel Macron reçoit lundi 20 et mardi 21 novembre 2017 les responsables des différents partis français pour valider son ambition de réformer le scrutin des européennes de juin 2019.

 

Elections européennes de 2019: Pourquoi Macron veut-il changer le scrutin?

960x614_emmanuel-macron-10-octobre-2017-francfort

Photo ci-dessus Emmanuel Macron, le 10 octobre 2017 à Francfort.- LUDOVIC MARIN / AFP

  • Depuis 2004, la France est divisée en huit circonscriptions pour les élections européennes.
  • Le président souhaite revenir à un scrutin avec des listes nationales et il consulte les partis politiques sur cette réforme.
  • Ce scrutin, première élection intermédiaire de son mandat, constitue un enjeu très important pour le président de la République, dont le parti LREM a encore peu d'ancrage territorial.

Le sujet peut sembler technique et l’échéance lointaine. Pourtant les modalités desélections européennes de 2019 sont au cœur de l’agenda d’ Emmanuel Macron, qui a reçu lundi et ce mardi les différents dirigeants politiques français. Il les a notamment consultés sur un retour à des listes nationales. Pourquoi le président est-il tenté de « macroniser » ce scrutin qui constituera la première élection intermédiaire de son mandat ?

Installer un « match » national entre eurosceptiques et pro-UE

Depuis 2004, la France est découpée pour les élections européennes en huit circonscriptions, des « eurorégions » créées par le gouvernement Raffarin. La réforme territoriale de 2014 et le passage de 22 à 13 régions ouvre la voie à une nouvelle carte des circonscriptions et à un retour à une circonscription unique nationale, en vigueur entre 1979 et 2004.

« Ce n’est pas une réforme technique, c’est très politique », estime Emmanuelle Reungoat, maître de conférences en sciences politiques à l’université de Montpellier. « Faire campagne dans huit circonscriptions demande plus de moyens, un ancrage local. C’est peu adapté aux partis qui n’ont qu’un ou deux leaders forts mais peu de seconds couteaux, qui manquent de ressources militantes ou qui ont peu de ressources financières », souligne-t-elle.

Avec un parti jeune, dont l’ancrage territorial est encore en construction, et qui peine à faire émerger des têtes d’affiche, La République en marche (LREM) pourrait donc bénéficier d’un scrutin à listes nationales. L’autre avantage pour Emmanuel Macron, qui a fait campagne sur la « refondation de l’Europe », serait de « rendre les choses lisibles, simples », selon un de ses proches cité par Le Parisien.

Les macronistes souhaitent que le scrutin de 2019 soit l’occasion d’un affrontement entre proeuropéens et eurosceptiques. « Ça les arrange d’installer ce match, Mélenchon et le FN aussi. Mais Emmanuel Macron n’a pas le monopole européen ! » s’agace David Cormand, chef de file d’EELV. Un « match » que la majorité veut aussi jouer sur des symboles : Richard Ferrand devrait déposer avant la fin du mois de novembre une proposition de résolution sur les symboles européens, alors que Jean-Luc Mélenchon s’est bruyamment opposé à la présence du drapeau européen dans l’hémicycle.

Le PS et LR en difficulté

Mais le risque est grand de voir ce scrutin de mi-mandat se transformer en référendum sur l’action du gouvernement, deux ans après l’élection d’Emmanuel Macron. C’est ce qu’espère déjà une partie de l’opposition. D’où l’importance accordée à la « grande marche pour l’Europe » qui doit être lancée en 2018 et au projet d’organiser des « conventions démocratiques » dans les pays de l’Union. « C’est stratégique, Macron essaie de se positionner comme le rassembleur de l’électorat proeuropéen, il a raison car ce sujet clive le PS et LR », analyse Emmanuelle Reungoat. « Une campagne nationale aurait aussi plus de retentissement médiatique », ajoute-t-elle.

Les partis français sont divisés sur cette réforme électorale. La droite s’oppose au projet de listes nationales pour les Européennes. « Cela crée des députés européens hors-sol », s’alarme le député européen Alain Lamassoure (ex-LR), à l’unisson avec son ancien parti. Les républicains sont aussi gênés par une éventuelle alliance entre Alain Juppé et Emmanuel Macron qui menacerait un peu plus l’unité de leur camp.

« En 2003, l’argument pour les eurorégions était de rapprocher les eurodéputés des citoyens, mais après 15 ans, ce n’est pas très probant », rétorque David Cormand, favorable aux listes nationales, comme le PS et le FN. « Les listes nationales permettent aux électeurs français de mieux connaître leurs représentants européens », juge l’eurodéputé frontiste Edouard Ferrand. Le même argument est avancé par les Patriotes de Florian Philippot.

Le 29 novembre prochain, c’est le Premier ministre Edouard Philippe qui recevra à son tour les dirigeants de partis pour poursuivre cette consultation. L’exécutif souhaite trancher début décembre, date à laquelle un projet de loi de réforme électorale doit être envoyé au Conseil d’Etat.

Ils ne sont pas tous..malheureux au parlement européen..

images (5)

C’est d’ailleurs pareil pour les..Euro députés..

edouard-martin--647x400

10157226_794455340579458_4534697025903676821_n

605745-edouard-martin-ancien-leader-syndical-de-l-acierie-arcelormittal-a-florange-le-18-decembre-2014

11480875

 

edouard-martin-député-européen-dhollande

hollande-aubry-edouard-martin

92482659_o

edouard-martin-2_4901599

http---i

 

v830sCTB

5053844_6_7a29_pour-la-primaire-a-gauche-l-eurodepute_8ea87876a04d104730ed061ac46e8860

Non, vous l’aurez deviné, sans doute, il ne s’agit pas d’un ancien repris de justice, au contraire, mais bien d’un ancien syndiqué et représentant syndical, à l’époque d’Arcelor Mittal, et qui a bien su retourner sa veste, grâce à Mr. Hollande, pour « atterrir » comme  jeune Euro député, frais moulu, vernis, et, de surcroît, pas plein aux as, mais bien payé !!!

 

Macron au plus bas dans les sondages..

000_18T6YQ

Photo ci-dessus Emmanuel Macron accuse une baisse de cote de popularité et se trouve à 26% voir 24% de réels sympathisants en accord avec LaREM..

ger_384101

Les sondages..

Macron et philippe en baisse nette dans les sondages.

2610016-idix-20180925-popularite-executif-opinionway-hd

macron-et-philippe-en-nette-baisse-de-popularite

Un sondage avec des opinions qui donnent les deux candidats et mouvements comme liste ou tête de liste..au coude à coude..

Dm_jPtcW0AEvqmp

Européennes: LREM et le RN au coude-à-coude selon un sondage

960x614_christophe-castaner-delegue-general-lrem

Christophe Castaner, délégué général de LREM. — ISA HARSIN/SIPA

La République en marche (LREM), avec 21,5 % des intentions de vote, devancerait d’une courte tête le Rassemblement national (21 %) lors des élections européennes de mai 2019, selon un sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo publié jeudi.

A huit mois de l’élection, qui sera le premier scrutin intermédiaire du quinquennat en France, LREM et le RN devancent Les Républicains (14 %), La France insoumise (12,5 %). Suivent Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan (6 %), Europe Ecologie-Les Verts (5 %) devant le PS (4,5 %), le parti Génération.s de Benoît Hamon (4 %) et les centristes de l’UDI (3 %).

Cohn-Bendit pour conduire la liste de la majorité présidentielle

Le Parti communiste et Les Patriotes de Florian Philippot recueillent 1,5 % des intentions de vote, devant le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), l’Union populaire républicaine de François Asselineau et la liste de l’ex-candidat à la présidentielle, Jean Lassalle, tous trois à 1 %.

Par ailleurs, selon cette étude, 55 % des sympathisants de LREM estiment que Daniel Cohn-Bendit serait un bon choix pour conduire la liste de la majorité présidentielle.

 

25e6d329ce8dee60690f125b101ad

Sondage réalisé en ligne les 12 et 13 septembre auprès d’un échantillon de 998 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquels 907 personnes inscrites sur les listes électorales. L’intention de vote a été établie sur la base de 535 personnes se déclarant certaines d’aller voter.

BFM/TV fait la promo de son « chouchou »..

d7238edad74dfb271e67b674e3fb0869-demission-de-gerard-collomb-le-recit-des-trois-mois-ou-emmanuel-macron-perdu-la-main

Si la prochaine élection européenne devait avoir lieu ce dimanche, la liste de La République en Marche et du Modem soutenue par Christophe Castaner et François Bayrou sortirait nettement en tête avec 27% des suffrages exprimés dans toutes les configurations testées.

sondages_bidons_frontpage-1

( les sondages, ce qu’ils disent, ce qu’ils valent, ce qu’il faut en retenir, et surtout cette forme faussement dirigiste et incitative dont ils ont le chic et détiennent tous les rouages..)

Elections européennes 2019 : premier sondage sur les intentions de vote

0b925fa451d99fd784efeb593f08155d-elections-europeennes-la-majorite-de-macron-en-tete-dans-les-sondages-le-rn-en-embuscade

2202494_elections-europeennes-lrem-toujours-en-tete-dans-les-intentions-de-vote-web-0302210588062

Sondage européennes 2019 : LREM à 26%, FN à 17%

 

Elections européennes : LREM toujours en tête dans les intentions de vote

Sondage européennes 2019

Sondage IFOP réalisé pour Le Figaro

 

S

i les élections européennes de 2019 avaient lieu aujourd'hui, le parti d'Emmanuel Macron séduirait 26% des électeurs, confirmant sa position dominante dans le paysage politique. Le FN, à 17%, serait la première force d'opposition. Les élections européennes n'auront lieu qu'en 2019, mais la classe politique se prépare déjà à cette prochaine échéance électorale – la première du quinquennat d'Emmanuel Macron.■

A

lors que l'exécutif, avec l'assentiment de la quasi-totalité des partis, a déjà proposé une réforme du mode de scrutin, un sondage IFOP pour Le Figaro vient confirmer l'état de grâce dans lequel se trouve le parti présidentiel.

En effet, si l'élection avait lieu aujourd'hui, une nette majorité de Français voteraient pour les candidats de la République en marche (LREM) et MoDem, puisque le parti présidentiel et son allié centriste récolteraient 26% des voix. Il s'agit d'une amélioration du score du premier tour de la présidentiel (24%), considéré par le camp Macron comme score de référence, celui du second tour étant analysé comme résultant d'une situation particulière dans le cadre du duel avec le Front national.

Le parti de Marine Le Pen, quoi que largement distancé, s'imposerait néanmoins comme première force d'opposition avec 17% des voix. Il semble ainsi atteindre son objectif en s'imposant durablement dans le paysage politique après avoir réalisé le meilleur score de son histoire au printemps dernier.

Même si la composition des listes est encore loin d'être connue, ce sondage constitue «un bon reflet du rapport des forces politiques actuelles» selon Frédéric Dabi, le directeur général de l’IFOP. La France insoumise, avec 14% des intentions de vote, arriverait troisième, devançant Les Républicains (10%). À 8%, le Parti socialiste subirait une nouvelle débâcle électorale, devançant d'à peine deux points une liste conduite par Nicolas Dupont-Aignant.

Les faibles intentions de vote pour les deux partis historiques que sont le Parti socialiste et les Républicains confirment le bouleversement politique survenu lors de l'élection d'Emmanuel Macron. LREM séduit d'ailleurs près d'un électeur sur trois ayant voté pour Benoît Hamon et un électeur sur cinq de ceux ayant voté pour François Fillon.■ Source

139_réaction1

7794778282_marine-le-pen-et-emmanuel-macron-le-21-novembre-2017-a-l-elysee

Photo ci-dessus de Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le 21 novembre 2017, à l’Elysée.

Le nouveau mouvement « Les Patriotes » a du mal à..décoller..

Florian Philippot en mal de candidats..

cover-r4x3w1000-5b550b011e319-florian-philippot-lance-les-patriotes-face-au-fn-embourbe

Photo ci-dessus de Mr. Florian Philippot – « Les Patriotes », ’’pourquoi la greffe Florian Philippot ne prends pas ?.. ’

"Les Patriotes": pourquoi la greffe Florian Philippot ne prend pas. "

Macron veut des candidats étrangers aux élections européennes de 2019

Par Auteurvaleursactuelles.com/ Mardi 29 août 2017 à 08:39

SIPA_00819602_000083

Fédéralisme. Selon Europe 1, Emmanuel Macron souhaite mettre en place des listes transnationales aux prochaines élections européennes.

C'est la dernière trouvaille d'Emmanuel Macron « pour relancer l'Europe ».Selon Europe 1, le président de la République a pour projet de mettre en place des listes transnationales aux prochaines élections européennes de 2019. Concrètement, cela signifie que des candidats de nationalités différentes - polonaise, tchèque, finlandaise ou espagnole... - mais du même bord politique, pourront être placés sur une même liste. Ainsi, les nouvelles circonscriptions électorales dépasseraient les circonscriptions régionales et nationales.

Plus clair et démocratique pour Macron

Avec ce système, chaque famille politique serait représentée partout en Europe et celle qui l'emporterait décrocherait la présidence de la Commission européenne. Selon Europe 1, Emmanuel Macron trouverait ce système plus démocratique et plus clair qu'aujourd'hui. Mais encore faut-il convaincre les autres membres de l'Union européenne avant 2019 car la mise en place de listes transnationales suppose que chaque pays modifie sa loi électorale.

Me Présenter aux Européennes

Un œuf entre à l’Assemblée, un bœuf non, même s’ils sont volé tous deux les sièges sont petits Le Panda

maxresdefault-11-0aa30

Monsieur le président de la République, vous avez été élu par défaut et non par la majorité de la France. Un profond respect pour la fonction présidentielle, Monsieur Emmanuel Macron je ne vous aime pas. Reconnaitre que vous êtes comme aurait dit Coluche un génie qui lave plus blanc que blanc puis sans lessive. 8,6 millions de voix, soit 24,01 % des suffrages. Voilà ce qu’a pesé Emmanuel MacronPropulser au second tour de cette folle élection présidentielle, à en croire les sondages, les portes de l’Élysée, sont ouvertes.

Le FN plus France Insoumise représentent à eux deux plus de 18 millions d’électeurs en France compteront de 1 à 10 sièges. Grand scandale depuis 1968, la France sortait d’une grande révolte. 50% des électeurs en France, inadmissible ajoutant les Républicains bérézina.

Évident que tout un chacun le doigt sur la couture, ne veulent perdre leur casse-croûte durant au moins 5 ans, fonction de vos engagements. Laminés, écrasés, battus, et les autres mots sont faibles. Les affaires : Cahuzac ont servi, pas au 1er tour le ministre Ferrand ; tout va dépendre de la mobilisation du second tour, la France a perdu une bataille pas la guerre !

Les espoirs réellement plus que faibles ils sont étouffés y compris financièrement. Vous avez violée et le mot est vain avec l’ensemble de complices la Constitution de la France. Vous n’avez surtout pas au risque de perdre introduit la proportionnelle, comme vous vous y étiez engagé. Le 4 mai 2017, la vidéo de vos propres termes dans le lien. Il ne faut pas prendre les électeurs de cette nation pour des imbéciles. En vous prenant pour Napoléon vous êtes loin et bien plus bas que ce que représentent les autres partis que vous balayez d’un revers de main. Un balai ? Non carrément un aspirateur géant d’ordre financier ? En protégeant vos proches, vos lobbies financiers vous êtes le pire de tous les présidents que la France n’ait connu depuis 1958. Emmanuel Macron va obtenir une majorité absolue, il l'a répété à maintes reprises. Il en a besoin pour faire passer ses réformes, par ordonnancesnotamment les plus difficiles comme celle du Code du travail. Le dernier sondage avant l'élection d'Ipsos/Sopra Steria, publié le 9 juin, créditait La République en marche et son allié, le MoDem, de 31,5% des suffrages, loin devant les autres formations politiques. Les projections en sièges offrent une large majorité au parti d'Emmanuel Macron, avec 397 à 455 sièges, bien au-delà de la majorité absolue (289). Résultat provisoire du 1er tour.

La République en marche Assemblée nationale. Emmanuel Macron et son allié du MoDemont obtenu, 32,2% des élections législatives. Proche de la dernière enquête d'opinion, devant Les Républicains-UDI (21,5%)le Front national (14%). La France insoumisen'a pas transformé l'essai. son score élevé à la présidentielle (19,58%), Jean-Luc Mélenchonrecueille 11%.

Ayant toujours exprimé la conception humaine, vous avez indéniablement des qualités qui flottent. Le plus désolant reste de savoir dans quel état vous allez laisser la nation des droits de l’homme qui vous a apporté autant. Je vous accuse de votre trop grande présence par votre absence du respect humanitaire. Au point de condamner la France pour crimes contre l’humanité et vous tournez en dérision les migrants qui se noient en voulant survivre.Vous, vous trouviez bien La Réunion ? puis surtout lorsque l’on ne connait pas, le prix d’un billet avion. Vos diplômes la République vous les avez gagné, et vous qu’avez fait pour la France ? Où se trouve la Guyane pardon c’est une île ? L’Assemblé antinationale, est à l’antipode de ce que veulent les français, vous avez gagné provisoirement en faisant le score le plus bas d’abstention de toutes les législatives en France.

Être candidat à une élection en France

Conditions et modalités pour se présenter, en tant que candidat, aux différents types d'élections en France. Le candidat doit remettre au Conseil Constitutionnel une déclaration de situation patrimoniale. La constitution d’un compte de campagne doit être déposée dans les deux mois suivant l’élection afin que le Conseil Constitutionnel et la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques en vérifient la régularité.

Être candidat aux élections législatives

Pour se présenter aux élections législatives, le candidat doit remplir plusieurs conditions énumérées dans le Code électoral. France avec pas loin de 7882 candidats, Monsieur Macron c’est une imposture. Il y a inéligibilité dans certains cas, si celui-ci a une fonction de militaire, de préfet, de magistrat, de haut-fonctionnaire, etc. Un ministre n’est pas un haut-fonctionnaire hyper protégé ? Vous avez bénéficié de la reculade de Monsieur Hollande.

Être candidat aux élections européennes

Les conditions d’éligibilité aux élections européennes sont identiques à celles applicables aux élections législatives. Néanmoins, la condition de la nationalité française n’est plus un préalable, les ressortissants de l’Union européenne autres que français peuvent se présenter aux élections européennes en France s’ils y résident, ou ont leurs domiciles réels, dans le pays depuis au moins 6 mois. En s’inscrivant sans étiquette, arborant la position de « citoyen libre » qui représente la France dans l’ensemble. Excluant toutes formes de rejets d’ingérence dans le cadre d’un parti. Chacun possède ses chances.

Être candidat aux élections sénatoriales

Il y a plus qu’assez voire les diverse formes de truandages dont nous sommes les victimes conscientes ou pas, tout dépend de quel bord l’on se place. Cela nous coûte bien plus chère financièrement dès la naissance. Même non élu, faire entendre des intimes convictions sur les réalités de la mainmise des lobbies financiers et des médias. Faire le bruit utile pour que le maximum des électeurs puisse comprendre la liberté, la démocratie, la laïcité, le droit au savoir. Lutter réellement contre les privilèges des escrocs nés pour ne pas respecter la loi régalienne. Une campagne électorale c’est une affaire de projet mais aussi d’argent. Et les élections n’échappent pas à la règle. Édition de tracts, organisation de meetings : autant d’actions qui nécessitent d’avoir des fonds en réserve. Le code électoral, fixe un plafond de dépenses à 38 000 €, majoré de 0,15 € par habitant de la circonscription exemple, 15 000 € pour une circonscription de 100 000 habitants.

Le Front national, ainsi que tous les autres partis, mais étant sans étiquette, ils peuvent tous dire « adieu » ils sont tous aussi pratiquement de revoir à la baisse leur système de « kits » vendu par le parti aux candidats comme en témoignent les documents procurés. Déjà mis en place en 2012. A l’époque, ce « kit » s’élevait à 16 650 €. Aujourd’hui le modèle de « base » ne dépasse pas 5 500 €. Il comprend des documents de la campagne officielle 300 €, la conception et l’impression d’un journal de 4 pages de campagnes à 50 000 exemplaires 3 500 €, un site-portail Internet 400 €, une expertise comptable pour 1 300 €. Nul besoin de tout ne cela en ce qui concerne la communication, persuadé d’avoir acquis de par la vie le principal rendement pour tous les citoyens, objet du débat. Il s’agit pour vous d’entretenir l’image d’une Marine Le Pen raciste, d’extrême droite, hostile aux Africains. De quel droit ?Nous constatons le pire chiffre de participation aux législatives depuis la création de la Vém République, une honte sur le devoir de vote. Ecoutons d’autres portes : Parler à mon père oublier de vivre en pleines joies élucubrations. Le résultat provisoire va donner peu de triangulaires, cela ne serait pas aussi dramatique, nous pourrions en rire, à l’époque dePhilipe Bouvard aux Grosses Têtes. Epoque révolue jamais vulgaire ayant fait partie de ses amis, quelqu’un de bien. Ni gauche, ni droite, En marche fiscale souhaite augmenter la CSG de 1,7 point. Se démarquer d’En marche, François Baroin, des Républicains, critique cette mesure. Contribuables atterrés l’attelage est le système des politiciens français faute d’idées tentent de galvaniser l’électorat décapé par l’impôt « charrue devant les bœufs  » nous aimons discuter tatillonner les impôts, nous n’aimons discuter de ce qu’ils financent : Les dépenses publiques. La liberté d’expression, ne changera pas, ce que Monsieur de Talleyrand reçu de la bouche de Napoléon. Depuis des décennies, ayant toujours publié des propos par voie de presse écrite, sur Internet. Le rendez-vous est pour le second tour au 18 juin 2017. Nous devons faire ressaisir la France oui Monsieur le Président. Le tarif à payer pour gouverner : Trop de pouvoirs mène à la dictature, aux pires conflits, une légère mise en garde. 

Le Panda 

Patrick Juan

Candidat_Election-d8c8f

Bourade_mais_non-b7027

Il_y_a_pas_de_place-07354

Moins d’un Français sur deux se déplace actuellement pour aller voter aux élections européennes..

elections Europennes

elections_europeennes_2019-ee223

La situation actuelle : moins d'un Français sur deux se déplace pour voter aux élections européennes

DWfwL6qW4AAImIS-1024x768

La plus grande inconnue reste le vote blanc..

NdoFkDKJ-istock-000009506691small

vote-blanc-hackez-le-systeme

Sondage Ifop pour Synopia : 40 % des Français aimeraient voter blanc ! – SynopiaLANGSDON

D’après certains sondages, le vote blanc pourrait atteindre les..40%.. !

 

Les listes, une tâche ardue et compliquée..

Mélenchon : la liste des candidats de la France insoumise à l'élection européenne provoque des tensions

 11h26 , le 3 juillet 2018, modifié à 11h26 , le 3 juillet 2018

Melenchon-la-liste-des-candidats-de-la-France-insoumise-a-l-election-europeenne-provoque-des-tensions

Photo ci-dessus de Mr. Mélenchon, La France Insoumise – Mélenchon la liste des candidats de la France Insoumise à l’élection européenne provoque des tensions..

La constitution de la liste des Insoumis pour l'élection européenne de 2019 a provoqué des remous en interne. Les militants de la formation de Jean-Luc Mélenchon doivent voter à partir de la fin de la semaine.

Qui sera en haut de la liste des Insoumis pour l'élection européenne de 2019? Le sujet crispe dans le mouvement de Jean-Luc Mélenchon depuis plusieurs jours. Dimanche, le JDD révélait l'existence d'un vrai-faux mail montrant les futures personnalités de la France insoumises placées dans une position éligible. L'apparition de ce courriel sur les réseaux sociaux avait rendu nerveux plusieurs candidats à l'investiture ."Il y a quand même beaucoup de proches de Jean-Luc Mélenchon, ce qu'on dénonce", avait lâché dans nos colonnes un candidat à l'investiture. Les noms de Charlotte Girard, Manuel Bompard, Benoît ­Schneckenburger, Gabriel Amard, Leila Chaibi et Pascale Le Néouannic, tous proches de Jean-Luc Mélenchon, apparaissaient notamment en tête de liste.

 

Lundi, c'est l'ex-eurodéputé PS Liêm Hoang-Ngoc, fondateur des "Socialistes Insoumis", qui a annoncé que son mouvement suspendait sa "participation à l'espace politique de LFI". "Les 'Socialistes insoumis', membres fondateurs de La France insoumise, ne sont pas représentés parmi celles et ceux qui seront amenés à mener le travail parlementaire à Bruxelles", a justifié le conseiller régional d'Occitanie dans un entretien au Figaro. Au Monde, l'économiste a précisé sa pensée : "Ce n’est pas une histoire de place, je suis économiste, je ne vis pas de la politique… C’est le moment de montrer la diversité du mouvement, mais sur les douze premières places, c’est le Parti de gauche qui a tout."

Les militants votent à partir de la fin de la semaine

Interrogée par Le Monde, Charlotte Girard tente de calmer le jeu : "On a suivi une règle simple qui était de ne pas prendre des gens déjà élus. Liêm est conseiller régional [en Occitanie], comme Corinne Morel Darleux [membre du PG, élue en Auvergne-Rhône-Alpes]. Tous les deux sont dans la même situation. Il faut qu’on se parle."

La liste complète des Insoumis pour l'élection européenne doit être finalisée cette semaine et les militants vont être appelés à voter dans les prochains jours. "Le vote commencera jeudi ou vendredi", a déclaré lundi Manuel Bompard, coordinateur des campagnes de La France insoumise (LFI) lors d'un point presse. Un première liste de 70 candidats, non ordonnancée et compilée par un comité électoral, avait été soumise à l'avis des membres de LFI début juin. A l'issue du futur scrutin, qui doit durer 15 jours, une liste de 35 hommes et une liste de 35 femmes, ordonnancées, seront donc entérinées et La France insoumise devrait présenter, dans un premier temps, une sorte de binôme mixte de têtes de listes.

Les noms de la coordinatrice du programme Charlotte Girard et de Manuel Bompard sont pressenties pour devenir les têtes de listes potentielles. La sélection ne sera "pas définitive", selon Manuel Bompard. "La France insoumise souhaite aussi dans cette élection permettre à des candidatures qui ne sont pas forcément membres de LFI, issues du mouvement social notamment, de pouvoir participer", a-t-il précisé. Le responsable LFI a également évoqué comme éventuels inscrits sur la liste des "profils (...) qui ne sont pas forcément des spécialistes et des professionnels de la politique", avec notamment des personnes investies dans la "lutte contre la réforme de la SNCF" ou "sur la question des lanceurs d'alerte".

FI et élections européennes..

Copie de fi-et-élections-européennes-jdd

Les-deputes-de-La-France-insoumise-n-iront-pas-au-Congres-lundi-a-Versailles-selon-Melenchon

Photo ci-dessus des députés de La France Insoumise lorsqu’ils avaient refusé d’aller au congrès à Versaille.

Mr. Mélenchon y va toujours de son verbe..

elections-europeennes-maurel-et-melenchon-preparent-une-liste-commune

Photo ci-dessus de Mr. Mélenchon – Maurel et Mélenchon préparent une liste commune.

jean-luc-melenchon-depute-lfi-4eme-circonscription-des-bouches-rhone-lors-seance-de_square500x500

le-leader-de-la-france-insoumise-jean-luc-melenchon-le-10-octobre-2017-a-l-assemblee-nationale-a-paris_5959854

Européennes: Mélenchon ouvre la porte à Maurel et Lienemann

SIPA_00841097_000082

5a81d6b109fac29e328b4567

Après cette affaire « Benalla » et la fameuse phrase : « venez me chercher » de Macron..

bbacda0_O0xv7HRfhd1XVhWlrBdo0fEW

Photo ci-dessus d’un colleur d’affiche de propagande.

(ces élections européennes sont en quelque sorte une « revanche » pour Mélenchon..)

 

Y-a-t-il un vrai  « mouvement rassembleur » ?

images (2)

13bf4350c79c52ca808622daa6844

http---o

d69f38c1d9732a447398348924e6f

5968e58572e9d38a4c50a9491230a

Existe-il une vraie  «  opposition » digne de ce nom ?..

000_15d1x3

 

610043537001_5834379128001_5834334379001-vs

Certains artistes se mobilisent même..

danybooneuro

Photo ci-dessus de Dany Boon qui s’et lancé dans la mobilisation des artistes, acteurs et autres, pour ses élections européennes.

(je vous rassure de suite, il était « pour » Hollande, à présent, il est « pro » Macron, normal, les riches courtisent et aiment les riches..)

Les élections comme le vote sont tout sauf une danse, encore moins, un pas de deux..

635287-pamela-anderson-participe-a-la-version-950x0-3

Et dire qu’au Danemark, ils ont instauré une « incitation » au vote et pour aller voter (pour ces élections européennes, de surcroît..), en lançant un nouveau plan de relance pour les naissances..

3837831_voteman_1000x625

images (6)

capture_decran_2015-04-25_a_19

images (7)

time_to_vote

Et ce n’est pas une blague..

Pour terminer

Ce que je retiens, personnellement de ce clip vidéo :

Avant tout une forme de communication propre à la Macronie et à Macron, c’est-à-dire : « pas de dialogue ou..très peu, ou pour ne pas dire..pas du tout », et sinon, peut-être, là-aussi, une tentative en récupération par rapport aux sondages négatifs en cote de popularité, et sinon, un test, à grande échelle, au niveau national, pour prendre le « pouls », mais aussi faire peur et faire de l’incitation dirigiste dans le sens du vote, et rien d’autre… 

108060716

Le mot de la fin..

Bandeau-abstention

Photo ci-dessus, rappelez-vous, c’était à l’époque..

Il nous reste cependant encore bien six mois pour juger, débattre et sinon..décider…

VA_HS16_001_0

N’ayons pas peur d’être « Gaulois », ou descendants directs comme indirects de ces irréductibles Gaulois, râleurs, jamais contents (un peu comme ces « grognards » sous Napoléon..), mais pas « fainéants », mais bien « travailleurs » et sachant faire savoir quand bon leur semble leur mécontentement « justifié » comme pour toutes ces taxes..T.V.A., augmentations diverses, dont du carburant, C.S.G. aussi, etc..et faire valoir leurs droits !

943460164

 

 

Posté par Janus157 à 20:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 novembre 2018

Manger « Bio » qu’ils disaient..les dérives..

Indre-L214-denonce-dans-une-video-les-pratiques-cruelles-d-un-abattoir

Manger « Bio » qu’ils disaient..les dérives..

L'association L214 publie une nouvelle vidéo tournée dans un abattoir de l'Indre certifié bio et dénonce des "pratiques cruelles"

L'association demande la "fermeture immédiate" de l'établissement et à la grande distribution de cesser de s'approvisionner auprès de celui-ci.

Photo-abattoir-Boischaud-Indre

L'association L214 porte plainte auprès du procureur de Châteauroux pour"maltraitance et actes de cruauté" envers des vaches et des chevreaux et"demande la fermeture immédiate" de l'abattoir du Boischaut, dans l'Indre. Elle dénonce les "pratiques cruelles" de l'établissement public, pourtant "à taille humaine" et certifié bio, publiant une nouvelle vidéo choc samedi 3 novembre, commentée par la chanteuse du groupe Shaka Ponk, Samaha Sam.

Les images ont été tournées entre la fin août et le début du mois de septembre 2018 dans cet abattoir, pendant 19 heures au total, qui "auront suffi à capter de nombreuses violations de la loi encadrant les conditions de mise à mort des animaux" ainsi que des manquements et des infractions aux "règles élémentaires en matière 'hygiène", pourtant déjà identifiées dans un rapport des services vétérinaires datant de 2016, selon L214.

 

La vidéo montre "des animaux, déjà suspendus par une patte, [qui] sont saignés alors qu’ils sont pleinement sensibles et conscients : aucun contrôle de sensibilité n’est effectué après l’utilisation du matador (pistolet à tige perforante) censé étourdir les animaux. Des bovins commencent à être découpés alors qu’ils sont encore vivants", décrit un communiqué de l'association. "Un chevreau ayant essayé de s’enfuir à plusieurs reprises est projeté au-dessus des autres avant d’être saigné, encore conscient, faute 'd’étourdissement' efficace. Un employé transperce la patte d’un autre chevreau pour le suspendre avant même de le tuer."

L214 déplore aussi le fait qu'un "employé chargé de saigner les animaux ne porte aucun équipement professionnel : il est vêtu d'un simple t-shirt. Une fois assommés, les bovins tombent dans le sang et les excréments des animaux abattus avant eux. Entre deux saignées, le salarié pose son couteau à même le sol, à l’encontre des règles d’hygiène les plus élémentaires".

"Les commanditaires de ce meurtre, c'est nous"

Par conséquent, "L214 demande à Système U et Carrefour, qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, de cesser immédiatement de s’approvisionner auprès de celui-ci" et "dénonce les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes", malgré leur rapport "accablant" deux années auparavant.

À la fin de la vidéo, Samaha Sam estime qu'"il serait trop facile de pointer du doigt les employés des abattoirs [car] si eux font le sale boulot, les commanditaires de ce meurtre alimentaire, c'est nous"

"On n'imagine pas que ça puisse se passer comme ça"

Selon les informations recueillies par France Bleu Berry, l'abattoir de Lacs, où les images ont été tournées, a déposé plainte auprès du procureur de la République de Châteauroux jeudi 1er novembre. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour intrusion dans les locaux et captation d'images dans un lieu privé.

"Évidemment, on ne peut pas supporter les images que l'on voit sur la vidéo", admet François Daugeron, le président de la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère, qui gère l'établissement, joint par France Inter"Et forcément, on n'imagine pas que ça puisse se passer comme ça". François Daugeron affirme désormais avoir "pris conscience" de la situation et dit vouloir mettre "tout en oeuvre pour améliorer la situation". 

part-mmd-mmv806842-tfr-2-1-0

Indre : L214 dénonce dans une vidéo les "pratiques cruelles" d'un abattoir

L'association demande la "fermeture immédiate" de l'abattoir de Boischaut, dans l'Indre. 

Photo-abattoir-Boischaud-certifié-bio

Après s'être indigné des conditions d'élevage de cochons dans une exploitation de Charente, L214 a publié une nouvelle vidéo. L'association de défense des animaux a annoncé le même jour porter plainte auprès du procureur de Châteauroux pour "maltraitance et sévices graves", envers des vaches et des chevreaux dans l'abattoir du Boischaut, dans l'Indre, dont l'association demande la "fermeture immédiate". 

Dénonçant des "pratiques cruelles", L214 diffuse des images tournées entre la fin août et le début du mois de septembre. Les images enregistrées, d'une durée totale de 19 heures, "auront suffi à capter de nombreuses violations de la loi encadrant les conditions de mise à mort des animaux", estime l'association, qui dénonce également dans un communiqué des manquements aux "règles élémentaires en matière d'hygiène", et ce alors que l'abattoir est certifié bio.

"Des bovins découpés alors qu'ils sont encore vivants". 

Dans son communiqué, L214 affirme que la vidéo montre "des animaux, déjà suspendus par une patte, qui sont saignés alors qu'ils sont pleinement sensibles et conscients". "Aucun contrôle de sensibilité n'est effectué après l'utilisation du matador censé étourdir les animaux. Des bovins commencent à être découpés alors qu'ils sont encore vivants", décrit encore L214. 

"Un chevreau ayant essayé de s'enfuir à plusieurs reprises est projeté au dessus des autres avant d'être saigné, encore conscient, faute d'étourdissement efficace. Un employé transperce la patte d'un autre chevreau pour le suspendre avant même de le tuer", raconte encore l'association. 

"On ne peut pas supporter les images que l'on voit", affirme la Communauté de communes.

 L214 demande donc à Système U et Carrefour, "qui commercialisent de la viande issue de cet abattoir, de cesser immédiatement de s'approvisionner auprès de celui-ci". Et de dénoncer "les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes", alors que l'inspection des abattoirs de boucherie avait classé l’établissement "non conforme" aux réglementations nationales en matière de protection animale en 2016, rappelle BFM-TV

"Evidemment, on ne peut pas supporter les images que l'on voit sur la vidéo", commente François Daugeron, président de la Communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère, qui gère l'établissement, contacté par France Inter, avant d'affirmer avoir "pris conscience" de la situation et expliquant vouloir "tout mettre en oeuvre pour améliorer la situation". 

Selon France Bleu Berry, l'abattoir a porté plainte auprès du procureur de Châteauroux, et le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour intrusion dans les locaux et captation d'images dans un lieu privé. Selon Le Figaro, le nouveau ministre de l’Agriculture Didier Guillaume va demander une enquête auprès de la Direction générale de l'alimentation. 

Photo-abattoir-Boischaud-certifié-bio

Mangez « Bio » qu’ils disaient..

 

En fait, on retrouve un bon nombre de cette viande, issue d’abattage d’animaux exécutés dans des conditions « innommables », dans les rayons des « Supermarchés »…

 

Choisir de manger « Bio », ou de ne pas manger « Bio », reste un libre choix, mais au regard de toutes ces dérives, on peut se poser un tas de questions..légitimes...

 

Personnellement, j’ai toujours mangé de la viande* « saine » issue de boucheries traditionnelles, et sinon, à partir de viande découpée issue d’un élevage fermier, sans adjuvants, ni ensilage ou autre, auprès d’un ami, avec un élevage digne de ce nom et des animaux bien traités et nourris avec du « vrai » fourrage naturel, et non pas, comme un peu partout, avec ces « tourteaux de soja» ou soja mélangé avec du fourrage.

* Seulement trois fois par semaine.

Pour rappel, le soja, pour une très grande partie, est « importé », du Brésil (groupe "AMAGI"..), d’Argentine, et sinon des Etats-Unis.

Or, ce soja est traité avec des pesticides et insecticides dont « Glyphosate »..ROUNDUP..

A cela, il faut ajouter tous les "antibiotiques" injectés dans le corps des animaux, du à ces « normes » Européennes et avec ces « bouclettes « plastifiées aux oreilles des animaux pour le suivi et traçage..

 

Belle mentalité que cette chaîne alimentaire qui génère un gros business pour tous les gros de l’agro-alimentaire, dont la F.N.S.E.A. et toutes les F.D.S.E.A.

 

Avec tous ces accords..  « TAFATA » (avec les Etats-Unis..),  « C.E.I.T.A. » (avec le Canada..), puis  « Euro-Mercosur » (Brésil, Argentine..Amérique Latine..), on « inonde » les marchés et surtout l’Europe dont la France, avec de la viande, pas toujours très « clean », ni reluisante, et avec, un risque « incalculé » d’appauvrir toujours un peu plus nos propres agriculteurs et éleveurs dignes de ce nom, une honte !!!

 

Après l'affaire "Lactalis"

(qui n'est pas terminée, pour autant..)

13714044

 

Photo ci-dessus d'un "vrai" camembert, eu lait cru entier, à la louche, et non pas avec du lait "pasteurisé"(chauffé à 62°-64°, ou encore "thermisé" (chaufféà 74° voir plus..).

Il suffit de bien lire sur les emballages que ce soit pour le beurre..(pasteurisé..), ou autre..

Les différentes "appellations" ne sont aucune garantie pour autant..

Pour preuve, ces différents labels certifiés "Bio", comme AB/Bio, ou en core "AOP", en fait ne sont que des labels en "marketing" pour détourner les gens, de leurs achats habituels et leur faire acheter ceci ou cela..

 

On se rend bien compte, aujourd'hui, des nombreuses "dérives" générées par des pratiques, uniquement liées à des fins de marchés et de profit sur le dos des gens, rien de plus..

Ce n'est d'ailleurs guère mieux pour ces "applications" pour "Smartphone", pour se ballader dans les supermarchés pour faire des comparaisons en prix ou vérifier la qualité de tel ou tel article..

Ce n'est que du "dirigisme" aigu et de l'incitation à l'achat de tel produit plutôt que tel autre !!!

Posté par Janus157 à 11:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

01 novembre 2018

Halloween..les débordements..

maxres12

 

Halloween..les débordements..

870x489_img_9373

Bien avant.."Halloween"..

betteraves-lumiere-300x225

D’une simple fête traditionnelle « Celte », cette fête dite « d’Halloween » est devenue une occasion de marketing médiatique et de consumérisme à outrance, du grand n’importe quoi…

ORIGINE ET DÉFINITION D'HALLOWEEN

image

Halloween est une fête qui se célèbre le 31 octobre, veille de la Toussaint. Fête très importante dans la plupart des pays anglophones, Halloween est moins connue en France mais commence à être célébrée. Nous chez nos "mômes", on aime bien cette fête, prétexte à se faire peur et à s'amuser un peu ! Et puis, elle n'est pas si éloignée que ça des traditions françaises. 

maxnewsworldfour644123-3921144

f15065a4ac691e02ab6ba7953759edcd-orleans-la-chasse-aux-bonbons-d-halloween-se-fera-sous-haute-surveillance

media_xll_10652269

Halloween est au départ une fête celtique d'origine irlandaise : le nouvel an Celtique ! Il y a environ 3000 ans, le calendrier Celte ne se terminait pas le 31 décembre, mais le 31 octobre. Et cette dernière nuit de l'année était la nuit du dieu de la mort (Samain ou Samhain). 
En octobre, les nuits se rallongent et la légende raconte que les fantômes en profitaient pour rendre visite aux vivants. Alors pour éviter que les fantômes ne viennent les hanter, les celtes avaient quelques rituels dont celui de s'habiller avec des costumes terrifiants pour faire peur aux fantômes et de se réunir pour faire la fête le soir du 31 octobre. Ce sont les immigrés irlandais qui ont apporté avec eux la tradition d'Halloween aux Etats-Unis !

halloween_parade_ny_max_ppp-3920336

Photo ci-dessus de cette parade pour "Halloween" quelque part aux States.

Après les Celtes, la fête traditionnelle par chez moi, en Lorraine..

 

La fête dite de la « Rommelbootzen"

P1110910_tonemapped-e1486987828711-1024x402

Photo ci-dessus de cette fête célébrée au château de Saint-Sixte à Freistroff, à une quinzaine de kilomètres de mon village natal.

fauche-citrouille-300x223

Photo ci-dessus de la « faucheuse » (représentation de la mort..), dans la cour du château.

Ce que j’ai connu, par chez moi, enfant et jeune adolescent, avec cette fête traditionnelle « Celte », après les dernières récoltes et notamment de betteraves dans les champs.

potager-betteraves-300x193

La fête de la « Rommelbootz » dans mon village natal

betteraves-lumiere-300x225

A cette époque, tous les ans, après la dernière récolte dans les champs, on faisait la « Rommelbootz » ou « Rommelbootzen », avec des betteraves creusées, et une bougie allumée dedans, et l’on allait, à travers le village, et de maison en maison.

 

Chez nous, à la maison, les enfants viennent, chaque année, pour une distribution de friandises et bonbons bien mérités, du fait de leurs déguisements originaux..normal !

 

Cette année.."Hallowwen" et..les débordements..

Ut_HKthATH4eww8X4xMDoxOjA4MTsiGN

Halloween : Des violences cette nuit dans l’Essonne et plusieurs villes de France..

870x489_violencesurbaines

Photo ci-dessus violences urbaines à Aulnay.

La nuit d’Halloween a été marquée par des violences urbaines et des pillages, notamment dans l’Essonne où des policiers ont été pris pour cible.

appel-purge-police

Photo ci-dessus, suite à cet appel à la purge, sur les réseaux sociaux.

La soirée d’Halloween a été perturbée dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait demandé mercredi aux préfets « une mobilisation renforcée », après la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à une « purge » des policiers le soir d’Halloween. Cette « purge » fait référence au film The Purge dans lequel tous les crimes sont permis pendant une nuit. Le jeune Isérois de 19 ans, à l’origine du premier message devenu viral, sera jugé le 28 novembre pour «provocation, non suivie d’effet, au crime ou délit», après son appel à la «purge» le mercredi 31 octobre, soir d’Halloween. Il évoque de son côté «  une énorme blague  ».

wingles-course-zombies_alerte-zombies-france

 

Les réactions et mesures..

870x489_maxnewsfrfour143797

Mardi, un homme de 16 ans avait également été interpellé à Sarcelles (Val-d’Oise) pour avoir relayé le mot d’ordre de la «purge» en y ajoutant des règles, selon une source policière. L’adolescent a été présenté mercredi devant un juge et mis en examen.

5b3fa80baee8a397e15c7b20d92ad

A Lyon

(chez Mr. Gérard Colomb..)

16075767

Sept personnes ont été interpellées dans la soirée de mercredi à Lyon après des scènes de violence urbaine dans le centre-ville, a-t-on appris auprès de la préfecture du Rhône. Ces sept personnes, dont les identités n’ont pas été précisées, ont été arrêtées près de la place Bellecour où ont eu lieu des «bousculades» et des «  jets de projectiles sur la vitrine d’un fleuriste  », a ajouté la préfecture, qui a réfuté toute action «organisée».

Photo-heurts-Lyon-forces-de-lordre-et-groupes

Photo ci-dessus, heurts – Lyon, entre forces de l’ordre et groupes.

6276516_voitures-brulees_1000x625

Nuit agitée en Essonne..

e952e83d059ae2a2910b6e0b873ab933-face-aux-appels-la-purge-pour-halloween-des-policiers-saisissent-le-ministere-de-l-interieur

Par ailleurs, à Montgeron (Essonne), une épicerie a été attaquée par trois jeunes masqués pendant cette soirée. Les policiers qui poursuivaient un des trois jeunes ont été la cible d’un caillassage et une bouteille d’acide a notamment été lancée sur eux, indique le site internet du Parisien. Selon le quotidien, les deux agents ont été légèrement intoxiqués.

7932663_80ea4824-dd47-11e8-88da-2b114c30bab1-1_624x390

Un peu plus tôt, toujours selon le Parisien , des voleurs encagoulés ont fait irruption dans un magasin Intersport à Étampes, vers 19 h. Ce qui a donné lieu également à des interpellations.

e7f174aa783963da8170e6823aec8085-nuit-d-halloween-des-violences-dans-l-essonne-lyon-ou-encore-rennes

À Rennes, selon Ouest-France, plusieurs dizaines de feux de poubelles ont été allumés au cours de la nuit.

Aulnay AFP_1

Selon Franceinfo, d’autres incidents ont été signalés à Metz, Toulouse et Grenoble.

Toulouse-quinzaine-de-voitures-brulees-et-policiers-cibles-pour-la-nuit-d-Halloween

Photo ci-dessus, à Toulouse, une quinzaine de voitures ont été brûlées.

870x489_maxnewsworld754169

À Troyes, des voitures ont été brûlées.

Il y eu plus de 16 000 voitures incendiées dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre..

images (2)

Comme si les gens n'étaient pas assez pénalisés déjà avec le prix du carburant à la pompe !!!

Un Halloween..Noir..et entâché..

870x489_maxstockworld1674431

Tout avait d’abord commencé sur les réseaux sociaux, avec une annonce, sur le compte « Twitter », d’un inconnu,

Photo-il-lance-un-appel-a-la-purge

Photo ci-dessus de cet individu qui avait lancé un appel à la « purge » contre les policiers et forces de l’ordre..

XVM09f6e906-db5e-11e8-b0f3-62444cdc1bef-580x470

XVM2973dfae-db5a-11e8-b0f3-62444cdc1bef-470x580

XVM6a30fcb6-dc22-11e8-ba30-3ab75dcee0d5-630x500

Apparemment, il s’agissait d’une..blague

f50fed9677f2334abe8a1b2f78c15316

Mauvaise blague !..

310x190_lyon-le-28-octobre-2014-a-quelques-jours-d-halloween-les-magasins-de-deguisements-n-echappent-pas-au

Tout aurait du être plus..simple et festif..

870x489_maxpaimages395430

870x489_maxpaimages395432

Notre président « jupitérien »..fatigué, au bout de..18 mois aux commandes…

Photo-Macron-somet-Istanbul-avenir-Syrie-27-octobre-2018-16063015

Photo ci-dessus de Mr. Macron au sommet d’Istanbul, sur l’avenir de la Syrie, le 27 octobre 2018.

Pendant que des "échauffourées" se déroulent un peu partout en France, pour cette fête d’Halloween, durant la nuit du 31 octobre au lendemain 1er novembre et fête de la Toussaint, notre président « jupitérien » se repose quelque part en Normandie, à la ferme Saint-Siméon..

B9717450215Z

Élysée ''Ouest France'' révèle le nom de l’hôtel où Emmanuel Macron tente de se reposer..

Événement rarissime dans l’histoire de la Ve république, mardi, le président de la République a avancé la date du Conseil des ministres pour pouvoir s’offrir des vacances. Ouest France vient de révéler où Emmanuel Macron et son entourage ont choisi de se ressourcer.

Photo-tableau-route-ferme-saint-siméon

Photo ci-dessus, d'un tableau avec la route menant à la ferme saiont-siméon.

Mardi, on apprenait qu’Emmanuel Macron avait besoin de « gérer l’effort  » selon son entourage. Mais des témoignages discordants dans la majorité soulignent que le premier personnage de l’État «  a pris cher  » et «  maigrit à vue d’oeil  ». Le président s’est donc préparé un agenda vierge : aucun rendez-vous, aucun événement, aucune intervention de programmés pendant quatre jours.

B9717450215Z

Un hôtel à 1 500 euros la nuit

Jeudi à dimanche, le président, toujours selon les informations de nos confrères, passerait ses journées à se relaxer à la Ferme Saint-Siméon. Un établissement proposant des suites avec vue sur l’estuaire de la Seine à 1 500 euros la nuit, un luxueux spa avec des soins bio à base de pommes de Normandie et un restaurant gastronomique tenu par Sébastien Faramond et Jacques Miximin (le homard, son risotto à la truffe d'été et le jus carotte-citron vert y coûte 78 €). L’établissement est également doté d’une piscine couverte, d’un jacuzzi et d’une salle de sport.

 

Pour conclure

Malgré ce nouveau « remaniement » ministériel, qui n’en est pas un, le gouvernement semble être à bout de souffle et surtout d’idée, malgré toutes ces "réformes" lancées, et une réelle « impopularité » au regard des nombreuses « inégalités » liés aux différentes taxes, augmentations, C.S.G., et surtout..perte du pouvoir d’achat pour bon nombre de Français

 

 

Posté par Janus157 à 14:09 - Commentaires [40] - Permalien [#]

29 octobre 2018

L’arnaque écologique du prix des carburants…. ‘‘c’est du racket ! ’’..

le-gouvernement-met-en-avant-l-ecologie-pour-justifier-cette-hausse-mais-l-opposition-denonce-un-matraquage-fiscal

 

L’arnaque écologique du prix des carburants….‘‘c’est du racket ! ’’..

1350-900-2678419ed5560f14e4ab85fd

Les taxes et l’augmentation du prix du carburant à la pompe..

control-1027103__340

Une nouvelle « pompe à fric » et un « impôt déguisé » pour l’Etat ?

B9713379948Z

L’augmentation du prix du « baril » de pétrole brut ou « Brent » n’est qu’une excuse déguisée..

(même si l'on sait que le baril de pétrole était à 35 Euros en 2015..) 

5a5b06d5cd7083db8b8df9d9

 

 

Avec ces hausses, ce gouvernement a fortement baissé le pouvopir d'achat des Français.

Carburants: "La politique du gouvernement à ce sujet est explosive !".

Il y a plein de gens qui ne vont pas bien et qui ne savent pas où on va..

Le gouvernement est sans boussole.

Comparaison du « SP 95 » en Europe en..2017..

Prix-du-SP-95-dans-l-Union-Europeenne

Le prix à la pompe du « gazole » dans l’Union Européenne..

gazole-prix-pompe-europe_zoom

 

Beaucoup de « frontaliers » chanceux vont chez leur voisin..

1434043904164

Photo ci-dessus d’une station au Luxembourg.

870x489_berchem-luxembourg

C'est moins cher en Espagne et au Luxembourg. Les Belges et les Italiens, eux, sont plus taxés.

benzinera_la_clau

prix-carburant-espagne-boya-supermercat

Photo ci-dessus dans une station du Pas de la Case près D’Andorre.

Un rapport inégal !

adobestock-116775595_0_729_486

Les pays moins chers que la France

Avec ces tarifs élevés aux pompes françaises, certains consommateurs préfèrent faire le plein juste de l'autre côté de nos frontières. C'est le cas par exemple des habitants de Thionville, une commune de Moselle où les habitants peuvent se ravitailler au Luxembourg pour un prix moyen de 1,26 euro le litre de gazole. Dans le Grand-Duché, il existe un prix maximum officiel fixé par le gouvernement en fonction des marges des distributeurs. Ils doivent ainsi détailler au consommateur la ristourne qu'ils réalisent par rapport au prix officiel sur leurs points de vente.

la-station-de-berchem-a-deux-pas-de-la-frontiere-francaise-photopqr-le-republicain-lorrain-1440666244

Photo ci-dessus de la station de Berchem, à deux pas de la frontière Française.

DSC02401

En Espagne, les distributeurs de carburant sont aussi moins taxés qu'en France (48% pour le sans-plomb et 41% pour le diesel). Le prix du gazole est en moyenne de 1,37 euro, selon le Parisien, qui a réalisé un comparatif.

L'Espagne aurait dépensé en 2010, plus de 2 milliards pour subventionner l'essence.

picture

Comme ci-dessous, pour celles et ceux qui habitent dans le nord et vont en Belgique..

B9714428383Z

Et dire que le « gazole » est à 1,20 Euros le litre en Espagne, alors que l’Espagne a également des difficultés économiques et financières

P1310486 (Copier)

Photo ci-dessus dans une station sur la « Costa Brava », prise le 17-07-2018.

wmhtkz

Photo ci-dessus d’une station à Gibraltar, prise le 24-10-2018.

Espagne Les prix du diesel, liter

Espagne - les prix du diesel: Nous montrons les prix à partir de 16-juillet-2018 à 22-oct-2018. La valeur moyenne pour le pays pendant cette période était de 1.24 (Euro) avec un minimum de 1.22 (Euro) en 16-juillet-2018 et un maximum de 1.28 (Euro) en 08-oct-2018. A titre de comparaison, le prix moyen de diesel dans le monde pour cette période est de 1.27 Euro

Espagne Les prix du diesel, liter, Euro16-juillet-201823-juillet-201830-juillet-201806-agosto-20…13-agosto-20…20-agosto-20…27-agosto-20…03-sept-201810-sept-201817-sept-201824-sept-201801-oct-201808-oct-201815-oct-201822-oct-20181,201,221,241,261,28

Year

Espagne

16-juillet-2018

1,22

23-juillet-2018

1,22

30-juillet-2018

1,22

06-agosto-2018

1,22

13-agosto-2018

1,22

20-agosto-2018

1,23

27-agosto-2018

1,23

03-sept-2018

1,24

10-sept-2018

1,24

17-sept-2018

1,24

24-sept-2018

1,24

01-oct-2018

1,25

08-oct-2018

1,28

15-oct-2018

1,28

22-oct-2018

1,27

XVMd52c9578-d855-11e8-b42a-252d37f2e545

Prix de l'essence : prix record du diesel, blocage le 17 novembre ?

10965260

PRIX ESSENCE - Le gazole est plus cher que l'essence sans-plomb dans certaines stations. Une pétition a été lancée et un blocage national est prévu le 17 novembre 2018.

Dans certaines stations, le prix du litre de gazole est plus cher que le « sans plomb »..

 

En un an, le prix du litre de gazole a bondi de 24 %, rappelait le Journal Le Parisien..

 

La raison ? La hausse des taxes prévue par le gouvernement sur le « diesel » est programmée jusqu’en 2022.

 

Avec la hausse du prix du diesel, le gouvernement veut mettre l’accent sur l’écologie et réduire ainsi la part du diesel dans le parc automobile..

 

Pour y arriver, la première volonté de l’exécutif était de diminuer l’écart entre le prix du gazole et celui du sans plomb..

 

De son côté, Edouard Philippe assume pleinement la hausse du prix du litre de gazole : « si nous voulions mettre en place la transition que beaucoup de Français attendent, il fallait envoyer un signal prix ».

 

Une mobilisation s’organise sur les réseaux sociaux et un blocage national  pourrait avoir lieu samedi 17 novembre.

Blocage de stations-services, de ronds-points, de parkings, de centre commerciaux, de voies rapides ou encore de villes.

 

Le blocage du 17 novembre pourrait prendre beaucoup d’ampleur si la mobilisation des automobilistes est importante !

 

Une pétition avait déjà dépassée les 310 000 signatures, ce vendredi 26 octobre..

 

Françaises et Français..ne nous laissons pas faire, mobilisons-nous contre cette perte du pouvoir d’achat dû au gouvernement !!!

 

Doit-on s'attendre à un blocage national de la France samedi 17 novembre 2018 ? Les automobilistes mécontents de la hausse du prix de l'essence comptent en tout cas bloquer les routes le 17 novembre. Après de nombreux appels au blocage sur les réseaux sociaux, les politiques appellent aussi à la mobilisation contre la hausse du prix de l'essence. Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National, et Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, ont tous les deux incité les automobilistes français à réaliser un blocag des routes de France le 17 novembre. "Le gouvernement va devoir comprendre que les Français n'en peuvent plus", a lancé Marine Le Pen au micro d'Europe 1. "Il faut manifester", a-t-elle imploré, annonçant que "l'ensemble" des élus et délégués du Rassemblement National "rejoindront la contestation qui est en train d'émerger".

 

Les invitations au blocage national deviennent enfin de plus en plus virulentes sur les réseaux sociaux. Dans chaque région, voire dans chaque département, les titres de presse locale se multiplient pour annoncer que des automobilistes appellent à un blocage des routes le 17 novembre lors d'une journée de mobilisation nationale. Sur les réseaux sociaux, en particulier sur Facebook, des groupes rassemblant parfois des centaines de milliers d'automobilistes mécontents de la hausse du prix de l'essence invitent au blocage de stations-service, ronds-points, parkings de centres commerciaux, voies rapides et même de villes entières le 17 novembre. Certains proposent même le blocage des autoroutes : cela pourrait être le cas notamment sur l'autoroute A8, ou encore sur l'A13, en Normandie. Aucune pénurie d'essence organisée n'est pour le moment à envisager.

 

"Le mouvement est appelé à durer tant que les prix ne baissent pas", promet Morgane, créatrice d'une de ces pages Facebook, au micro de France Bleu Dordogne. A Paris, un événement Facebook appelant à manifester le 17 novembre rassemble déjà plus de 236 000 personnes ! Les préfectures indiquent cependant n'avoir reçu aucune demande de manifestation, mais le blocage général et la mobilisation pourraient se dérouler de manière sauvage.

 

 Pour tout savoir sur cette hausse du prix de l'essence et en particulier la hausse du prix du litre de gazole, découvrez notre dossier spécial ! Hausse du prix du gazole, blocage national le 17 novembre, explications sur la hausse, budget essence, tendances dans les prochaines semaines... On vous dit tout sur la hausse du prix de l'essence et du gazole !

 

Le prix de l'essence atteint des records, pourquoi ça va se poursuivre

10963566

Le Premier ministre assume la hausse

Dans certaines stations-service, le prix du litre de gazole dépasse même le prix de l'essence sans-plomb. Du jamais vu ! Le prix du litre de gazole devrait rester aussi haut, car la hausse des taxes sur le diesel est programmée jusqu'en 2022. La hausse des taxes sur le diesel devrait encore plus s'accentuer en 2019. Et si le litre de gazole est aussi cher, c'est aussi à cause de la hausse des cours du pétrole brut. Le Premier ministre Edouard Philippe assume quant à lui pleinement la hausse du prix du litre de gazole, qu'il qualifie de "courageuse". Avec la hausse du prix du diesel, le gouvernement veut mettre l'accent sur l'écologie et réduire la part du diesel dans le parc automobile. "Si nous voulions mettre en place la transition que beaucoup de Français attendent, il fallait envoyer un signal prix", a lancé Edouard Philippe mercredi. D'après le Premier ministre, la prime à la casse, le chèque énergie, ou encore le développement des transports publics viennent compenser la hausse des prix du diesel "pour les plus fragiles qui subissent les prix et le coût".

Le brent, la mesure de référence du baril de pétrole brut, dépasse à l'heure où nous écrivons ces lignes les 75 dollars (77,15 dollars le vendredi 26 octobre à 17h25). Le gazole reste donc au-dessus du sans-plomb dans les stations-service, avec plus d'un an d'avance sur les prévisions des spécialistes. En un an, le prix du litre de gazole a bondi de 24%, rappelle ce mercredi Le Parisien. D'ici 2022, la hausse des taxes sur le diesel devrait encore représenter un bond du prix du litre de gazole de 30 centimes. De quoi alourdir le budget carburant des ménages de 250 à 350 euros en fonction de leurs kilométrages.

Prix de l'essence : blocage 17 novembre

Un blocage national contre la hausse du prix de l'essence et du gazole pourrait avoir lieu le samedi 17 novembre 2018. La mobilisation s'organise sur les réseaux sociaux, et en particulier sur des groupes Facebook. Ces pages rassemblent parfois des centaines de milliers d'automobilistes prêts à se mobiliser pour faire baisser le prix de l'essence. Dans chaque département, plusieurs blocages et manifestations sont annoncés pour le 17 novembre. Blocage de stations-service, blocage de ronds-points, blocages de parkings de centres commerciaux, blocages de voies rapides, blocages de villes... Le blocage du 17 novembre pourrait prendre beaucoup d'ampleur si la mobilisation des automobilistes est importante. Plusieurs grands axes pourraient aussi faire l'objet d'un blocage : certains automobilistes appellent par exemple à bloquer l'autoroute A8 dans les deux sens au péage du Capitou, dans le Var, ou encore près de Nice aux péages de Saint-Isidore et d'Antibes. En Normandie, c'est l'autoroute A13 qui va être bloquée dans les deux sens au péage de Dozulé, dans le Calvados. On ne sait pas encore si le blocage national pourrait durer, mais le gouvernement redoute en tout cas le scénario d'un blocage national le 17 novembre. Pour le moment, le gouvernement assure "assumer" de "faire ce qui a été revendiqué par de nombreux parlementaires, d'ailleurs, sous plusieurs mandats, de supprimer progressivement un certain nombre de niches fiscales non écologiques" (déclaration du ministre de la Transition écologique, François de Rugy).

Alors que le gouvernement reste sur ses positions, certains membres de l'opposition appellent eux aussi au blocage le samedi 17 novembre. Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National (RN), et Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF), ont tous les deux appelé à la mobilisation et au blocage des routes de France le 17 novembre. "Il va falloir que le gouvernement comprenne que les Français n'en peuvent plus, ils ne peuvent plus se déplacer en voiture", a dénoncé Marine Le Pen sur Europe 1. La députée du Pas-de-Calais a également déclaré que "nos ministres vivent à Paris mais dans la ruralité, la voiture c'est essentiel". Pour Marine Le Pen, la hausse du prix de l'essence a pour but de "remplir les caisses de l'Etat car il faut contrebalancer l'immensité des cadeaux faits aux plus riches des Français". Quant à Nicolas Dupont-Aignan, l'ancien candidat à l'élection présidentielle a invité la population à dire "maintenant ça suffit" à "ce gouvernement". "Il faut bloquer toute la France le 17 novembre", a invité Nicolas Dupont-Aignan, pour qui le choix d'une journée de samedi ne va pas pénaliser "les gens qui travaillent".

Sur Twitter, le hashtag "#CaPartDansToutLEssence" se propage comme une traînée de poudre. Les utilisateurs du réseau social y vont de leurs tweets humoristiques sur le prix de l'essence, détournant parfois des images d'actualité pour ironiser sur le prix de l'essence et du gazole. Le nom du hashtag vise aussi à dénoncer le fait qu'une bonne partie d'un salaire peut "partir" dans le budget essence si l'on roule beaucoup. Sans utiliser ce hashtag, Nicolas Dupont-Aignan a également partagé une vidéo sur Twitter, où il dénonce la hausse du prix de l'essence devant une station-service.

Le prix du carburant a Gibraltar hier....nous sommes vraiment des pigeons !..

DqXw_waXQAE5l-w

Colère de Mr. Nicolas Dupont Aignan..

dupont-aignan-053

Réaction sur « Twitter »..

P8NYUfZu32pdbRTP

 

 

26fd

 Cet après-midi à Yerres, j'ai dénoncé en direct sur ma page Facebook le SCANDALE du prix de l'essence ! 

1f6a8

 

Le #Gouvernement nous ment : il fait croire qu'il augmente les taxes sur l'essence pour l'écologie, mais en réalité, il les augmente pour remplir les caisses de l'Etat !

Pétition prix de l'essence

Une automobiliste de Seine-et-Marne, Priscillia Ludovsky, a lancé une pétition en ligne sur le site Change.org pour protester contre la hausse des prix de l'essence. Vendredi, elle dépassait les 325 000 signatures. Le nombre de signatures n'arrête pas de grimper et la pétition pourrait dépasser les 500 000 signatures prochainement. Priscillia Ludovsky, âgée de 32 ans, n'en revient pas. Elle ne s'attendait pas à un tel succès pour sa pétition. "Toutes les personnes qui vivent en banlieue ou dans des zones rurales et qui prennent leur voiture tous les jours n'en peuvent plus de ces augmentations. Ce qui me surprend, c'est que tous ces gens décident de se mobiliser en signant ma pétition", dit-elle au micro de Franceinfo. Priscillia Ludovsky explique au Parisien avoir vu son plein de gazole "passer de 45 à 70 euros". Elle demande donc au gouvernement de baisser les taxes sur le prix de l'essence.

Prix du diesel : quelle hausse en 2019 ?

D'année en année, les tarifs du carburant à la pompe augmentent, ce qui a le don d'exaspérer les automobilistes. La donne ne risque pas de changer de sitôt. Le gouvernement et en particulier le ministère de la Transition écologique ont en effet prévu de nouvelles hausses significatives du prix des carburants en 2019. Le prix du diesel à la pompe va augmenter de 6,5 centimes d'euros par litre ! Il devrait donc passer la barre des 1,50 euros par litre, si l'on part du tarif constaté au 21 septembre 2018. Quant aux tarifs de l'essence, ils devraient augmenter de 2,9 centimes d'euros par litre en 2019. L'essence devrait donc être à peine plus chère que le diesel. L'idée du gouvernement avec cette hausse ? Faire définitivement tomber le gazole dans les oubliettes, à l'heure où les ventes de véhicules fonctionnant au diesel ont déjà fortement diminué.

Prix diesel : plus cher que l'essence ?

Oui, c'est particulièrement vrai en région parisienne en petite couronne mais aussi dans les Yvelines ou le Val d'Oise ou dans l'Est comme en Alsace. En moyenne, le litre de gazole, carburant des véhicules diesel, s'affichait en moyenne le vendredi 12 octobre en France à 1,53 euro le litre contre 1,57 euro le litre de sans-plomb 95. L'écart est donc très faible et se réduit de jours en jours au point donc de voir le diesel passer l'essence dans de nombreuses stations cette semaine. Le changement de nom de l'essence à la pompe n'est donc pas la seule surprise pour les automobilistes. Problème, la hausse des tarifs n'est pas terminée puisque les prix des carburants vont encore augmenter en 2019. Si le ministère de la Transition écologique a annoncé dans le projet de loi de finances une nouvelle augmentation de la fiscalité des carburants avec une augmentation de plusieurs centimes par litre pour le diesel en janvier prochain, l'augmentation des derniers jours est elle liée à la hausse des cours du pétrole.

10 francs le litre de gazole !

Les anciens doivent se pincer pour y croire : le prix du litre de gazole, le carburant des voitures diesel, a bondi en quelques semaines pour dépasser les 1,50 euro le litre en moyenne. Cela fait plus de 10 francs le litre, un cap qui semblait inatteignable il y a 20 ans. Et ça va se poursuivre ! Le cours du baril de Brent continue de grimper : le 9 octobre, il avait dépassé les 84 dollars le baril, soit plus de 73 euros avant de baisser un peu ces derniers jours. Le 24 octobre, il se maintenait à 75 dollars le baril. Résultat, les prix à la pompe vont sans nul doute encore augmenter ou du moins ne pas baisser ces prochains jours...

Prix de l'essence : les cartes des stations services

Il est possible de comparer les prix des carburants dans les stations-services près de chez vous. De nombreuses applis le proposent directement sur smartphone. C'est le cas de l'appli "Essence". Bien pratique en cas de pénurie d'essence, elle est disponible sur Androïd ou iPhone, propose au quotidien les tarifs des carburants en s'appuyant sur les remontées des utilisateurs pour indiquer les tarifs en vigueur. Le site gouvernemental "prix.carburant.gouv.fr" vous propose également des relevés de prix par département et type de carburant (Attention à bien différencier sans-plomb 95, 98 ou E10).  Les relevés de prix sont mis à jour de manière hebdomadaire. De quoi vous aider à trouver la ou les stations-service les moins chères.

Prix de l'essence : pourquoi ça augmente ?

En 2019, le facteur principal d'augmentation va être la décision du ministère de la Transition écologique d'augmenter les tarifs. C'est dans le cadre du projet de loi de finances 2019 que le ministère a en effet prévu une hausse du tarif du gazole et du sans-plomb. Plusieurs facteurs peuvent également conduire à une augmentation des prix des carburants. Le premier est l'évolution du prix du baril de brent, le pétrole brut. Décidé notamment par l'OPEP (l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), le prix peut varier en fonction de différents facteurs dont l'évolution de la demande mondiale en pétrole. Or, celle-ci est justement en hausse. Les prévisions sont pessimistes puisque la demande pourrait d'ici 2022 dépasser les 100 millions de barils par jour contre environ 95 millions aujourd'hui selon Auto-Plus. De quoi garantir encore une flambée des cours du pétrole avec au bout de la chaîne une augmentation des prix à la pompe. D'autres éléments peuvent conduire à une hausse du prix des carburants, notamment les taxes touchées par l'Etat. Celles-ci ont justement augmenté dès le 1er janvier 2018.

Prix de l'essence : différences entre les stations-service

Vous l'avez remarqué, il existe parfois des écarts parfois conséquents de prix selon la station-service : entre marques de distributeurs (supermarchés notamment) et stations de groupes pétroliers, la différence peut paraître parfois importante. Elle s'explique par différents paramètres dont l'image de marque mais aussi les fameux additifs. Vous les connaissez peut-être par leur nom commercial. Le carburant Excellium par exemple dans le réseau Total comporte de nombreux additifs. Incorporés au carburant, elles servent à en améliorer la qualité donc le rendement. Destinés aussi à protéger le moteur ou le réservoir, ils agissent également sur les prix, plus élevés, ce qui fait parfois naître la polémique sur leur utilité. Argument marketing utilisé pour justifier ces tarifs ou vrai bénéfice pour la voiture, le débat est vif.

Prix du diesel : hausse en 2018

Le diesel va bien à terme rattraper le prix de l'essence. Les taxes représentent déjà plus de la moitié du prix du litre de carburant, essence comme diesel. Après des décennies d'avantages fiscaux (taxes sur les véhicules d'entreprises moins fortes pour le diesel...), la taxation du gazole va augmenter graduellement ces prochaines années. Dès le 1er janvier, la hausse de la taxe a ainsi été de 8 centimes contre 4 centimes pour l'essence, comme annoncée dans la Loi de Finances, la fameuse prévision de Budget 2018. L'écart entre les deux carburants est donc passé sous la barre symbolique des 10 centimes par litre dès 2018.

Gérald Darmanin et Bruno Le Maire précisent que le gouvernement "assume" la hausse des taxes sur les carburants

Les deux ministres sont passés à l'offensive dans le cadre d'entretiens au Parisien, au JDD et sur Europe 1. Malgré la grogne des citoyens contre les hausses des prix du carburant, Gérald Darmanin et Bruno Le Maire ont tenté de faire preuve de pédagogie tout en défendant les choix du gouvernement.

000_19d7aq

Photo ci-dessus des deux « pieds-nickelés » complices.

Le ministre des Comptes publics a accordé un entretien à nos confrères du JDD. Le gouvernement affiche ainsi sa volonté de maintenir le cap des réformes. 

Gérald Darmanin a tenté de justifier l'augmentation de la fiscalité sur les carburants. 

"Nous choisissons de taxer la pollution et les produits nocifs plutôt que les travailleurs et l'entreprise. Nous assumons une politique qui est conçue pour réduire le réchauffement climatique et les morts prématurés liés à la pollution de l'air et au tabagisme.

(...) On ne peut pas à la fois regretter le départ de Nicolas Hulot et pester contre l'augmentation du prix du diesel".

Sur les ondes de la station Europe 1, le ministre des Comptes publics a expliqué qu'il était conscient du mécontentement des citoyens. 

"On peut comprendre la colère des Français devant les difficultés de la vie quotidienne".  

Selon Gérald Darmanin, le gouvernement défend des "mesures courageuses" qui sont vitales afin de ne "pas être complice d'un scandale sanitaire. Le diesel et les particules fines, c'est des milliers de morts par an. Nous ne devons pas défendre le diesel comme jadis dans ma région on a défendu les mines de charbon."

Gérald Darmanin a souhaité rassurer les Français sur les mesures et les réformes entamées sous le quinquennat d'Emmanuel Macron. 

Une importante grogne se développe pourtant à travers le pays. Les appels à bloquer les routes le 17 novembre se multiplient dans l'Hexagone suite à la hausse du prix du carburant. 

Bruno Le Maire s'est également confié dans les colonnes du Parisien. Bruno Le Maire a indiqué qu'il n'y aura pas de "retour en arrière". 

Bercy vient donc de passer à l'offensive avec ces déclarations dans les médias. Reste à savoir si ce message sera audible auprès des citoyens. 

Depuis le 1er janvier, les taxes sur le gazole ont en effet augmenté de 7,60 centimes par litre au total, avec notamment la contribution climat énergie ("taxe carbone"). 

Concernant l'essence, l'augmentation a été de 3,90 centimes par litre. 

Cette politique doit être renforcée en 2019, avec des hausses de 6 centimes pour le diesel et 3 centimes pour l'essence, puis à nouveau jusqu'en 2022. 

Grogne des retraités, prix des carburants, taxe d’habitation… Edouard Philippe dit "tout assumer"

edouard-philippe-elysee-53a0e2-0@1x

Photo ci-dessus de Mr. Edouard Philippe à la sortie de la réunion du conseil des ministres.

MESSAGE - Dans une interview fleuve accordée à la presse régionale, Edouard Philippe est revenu sur les sujets chauds du moment, assurant assumer toutes les décisions prises par l’exécutif depuis le début du quinquennat.

J’assume tout..

Le capitaine tient son cap, assurant que le "navire gouvernemental" avance au gré des réformes. Ce vendredi, Edouard Philippe a choisi les colonnes de la presse régionale pour s’exprimer sur les sujets brûlants du moment. Publié par Midi Libre, La Dépêche du Midi etL'Indépendant, cet entretien fleuve donne l’occasion au Premier ministre de défendre les chantiers engagés face au ressentiment, tant politique que populaire, qui mine la rentrée gouvernementale. Assurance-chômage, grogne des retraités et des maires, taxe d’habitation, hausse des prix des carburants… Voici les réponses du pensionnaire de Matignon :   

Limitation de la vitesse à 80km/h

Depuis le 1er juillet dernier, la vitesse sur les routes à double sens sans séparateur central est passée de 90 à 80km/h. De quoi provoquer l’ire du monde rural où ce type d’axe de circulation est légion. "Evidemment que j’assume cette décision, répond Edouard Philippe. Je le répète, nous ferons un point fin 2019 sur l’application de cette mesure, nous mettrons tout sur la table, le bilan en termes de vies sauvées et d’accidents évités, ainsi que le bilan financier de l’augmentation éventuelle des amendes et de l’utilisation de ces sommes au profit des établissements qui prennent en charge les blessés de la route", martèle-t-il, rappelant que cette mesure a pour objectif de sauver des vies. "Qui pourrait nous le reprocher ?"

Taxe d’habitation

Autre sujet sensible : la taxe d’habitation. Pour rappel, des militants de la majorité ont lancé récemment le mot-dièse #BalanceTonMaire sur les réseaux sociaux. Une campagne visant à dénoncer les édiles ayant augmenté leur taxe d’habitation alors que le gouvernement compte la faire disparaître progressivement. "Je l’ai condamné, mais s’il vous plaît, je ne vais pas me mettre à commenter les hashtags, déclare Edouard Philippe. Je n’ai pas l’habitude de critiquer les maires et les élus dans leur ensemble. Nous avons des désaccords, c’est bien normal."

Et le Premier ministre d’aborder le cœur du sujet : "80% de Français qui payent la taxe d’habitation vont voir son montant baisser. Il y a 36.000 maires en France, trente mille n’ont pas bougé le taux de la taxe d’habitation. Ça veut dire que dans ces communes-là, la taxe d’habitation va baisser d’un tiers. Dix-huit millions de Français sont concernés". Selon Edouard Philippe, "d’ici 2020, cette taxe disparaîtra pour 80% des Français. Puis ensuite progressivement pour les 20% restant. Et ça ne coûtera rien aux collectivités car elles seront intégralement compensées par l’Etat, il n’y aura donc aucune perte".

Grogne des retraités

Ces dernières semaines, nombre de retraités ont dénoncé la hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) combinée au quasi-gel de leurs pensions. Ce à quoi répond Edouard Philippe : "On a veillé à la situation des retraités les plus fragiles. 40 % des retraités ne voient pas la CSG augmenter, 60 %, c’est vrai, la voient progresser. Nous avons conscience de leur demander un effort. Mais il est essentiel que notre société valorise davantage le travail et que le financement de la protection sociale ne se fasse pas au détriment des actifs".

L’ancien maire du Havre en profite ensuite pour saluer la réforme du reste à charge zéro, une "excellente mesure" qui "demeurera comme un acquis social majeur du quinquennat. On va faciliter l’accès aux soins dentaires, aux soins auditifs et aux lunettes, on le fait essentiellement pour les retraités, pour tous ceux qui, en situation de fragilité, n’ont pas accès à ces soins car ils sont mal remboursés. La réforme conduite par Agnès Buzyn va permettre de créer un panier de soins qui sera systématiquement remboursé". Quant aux mutuelles successibles d’augmenter leurs tarifs, il assure qu’elles se "sont engagées à ne pas augmenter leurs prix du fait de cette réforme. Elles tiendront leur engagement, j’en suis convaincu. Et nous serons vigilants".

Hausse des prix des carburants

Alors que les prix du diesel et de l’essence ont littéralement flambé, Edouard Philippe tient à rappeler que "70 à 75 % de l’augmentation du carburant vient de la hausse des matières premières. Il n’a échappé à personne qu’il existait des tensions géopolitiques entre l’Iran et ses voisins, en Arabie Saoudite, au Venezuela... Le prix du pétrole a augmenté, avec pour conséquence directe une hausse à la pompe." 

Mais la flambée des prix est également due à l’augmentation de la taxe carbone. Le pensionnaire de Matignon assume : "Il faut se donner les moyens de la transition écologique, irréversible, tout en accompagnant les plus modestes. Cette transition a un coût. D’où, il est vrai, cette augmentation des prix. La taxe carbone, ce n’est pas nous qui l’avons créée. Sa hausse avait été annoncée, ce n’est pas une surprise, elle va se poursuivre". Des déclarations qui ne devraient pas apaiser la grogne populaire, des blocages routiers étant déjà programmés le 17 novembre prochain.  

Assurance-chômage

Alors que le chômage est en légère hausse au troisième trimestre, le Premier ministre a évoquéla réforme de l’assurance-chômage, "sujet majeur pour poursuivre l’amélioration du marché de l’emploi. On a indiqué aux partenaires qu’un certain nombre de pistes pouvaient être explorées. On a fixé un objectif d’économies entre trois et quatre milliards sur 3 ans. On leur a demandé de négocier sur cette base. La démarche me paraît saine, c’est ça le dialogue social. Laissons-les travailler."

La tâche s’annonce toutefois ardue puisque les partenaires sociaux se montrent pour le moment très réfractaires à cette réforme. "Aucune étude économétrique sur les systèmes d'assurance-chômage dans le monde n'a prouvé l’efficacité de la dégressivité", pointait Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. 

Hausse des taxes sur les carburants : l'écologie est-elle toujours punitive ?

pollution-voiture-essence-diesel-0b061d-0@1x

DÉCRYPTAGE - Entre la flambée du pétrole et les hausses régulières des taxes, les prix à la pompe battent des records. Focus sur l'écologie punitive, avec Marie Belot, dans sa chronique "Les indispensables".

Essence, Diesel : La flambée du prix des carburants..

16657160

Evolution du prix du gazole en deux ans :

Une augmentation de l’ordre de 25% !!!

23 oct. 2018 18:10 - LCI

Le projet de loi de finances a été adopté ce mardi 23 octobre 2018 en première lecture, pour la partie recette. Il a notamment été très critiqué sur l'aspect punitif de la fiscalité écologique sur le pouvoir d'achat. En effet, en l'espace d'un an, les tarifs des carburants ont flambé de 23% pour le diesel (1,53 euro le litre) et de 14% (1,57 euro le litre) pour l'essence. De quoi amputer fortement le portefeuille des automobilistes. Alors, quelles sont les conséquences concrètes de ces taxes sur le carburant ?

Ce mardi 23 octobre 2018, Marie Belot, dans sa chronique "Les indispensables", décrypte les conséquences de la hausse des taxes sur les carburants. Cette chronique a été diffusée dans 24h Pujadas du 23/10/2018 présentée par Christophe Jakubyszyn sur LCI. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, Christophe Jakubyszyn apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Cette année l’Etat a augmenté de 7 cents le prix du « gazole »..et de 4 cents celui du prix de l’essence..

Et la quasi même augmentation sera instaurée, dès le 1er janvier 2019..

1350-900-b916f41336580b01ab684a66

Impact des taxes sur les prix à la pompe

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire.

Concernant les différentes taxes contenues sur le prix au litre, si l’on se concentre uniquement sur le gazole, cela nous donne cette évolution :

Evolution du prix du gazole en deux ans :

Une augmentation de l’ordre de 25% !!! qui nous amène au prix du litre à 1,53 Euros !

Cela « fluctue » d’année en année, et la « tendance » est à la hausse, d’année en année..

Evolution du prix du gazole 

A titre comparatif :

En 1990 :  50 Cents le litre..

En 2000 : autour de 70 Cents le litre..

En 2010 : 1 Euro le litre

En 2018 : Autour de 1,50 Euros le litre (variations allant de1,50 à 1,70 voir 1,80 Euros !!)

B9714908379Z

Impacts des taxes sur les prix à la pompe :

Pour 1 L de Gazole

La répartition des différentes taxes est la suivante :

Une infime partie est représenté par la distribution et le raffinage.

Distribution : 7,6%

Raffinage :    5,5 %

Pétrole brut : 28,3 % provient du prix du pétrole brut

Taxes :          58,6 % près de 60% provient des taxes.

 

Ce sont donc bien les taxes qui nous impactent directement au prix du litre à la pompe !!!

 

Evolutions pour un ménage :

Dépenses moyennes de carburants

Source : INSEE

En 2018 : 1700 Euros par an.

En 2022 : plus de 2000 Euros par an !!!

De 2018 à 2022, cela représentera une augmentation, en moyenne de l’ordre de 300 Euros !

Hausse des carburants pour financer la transition écologique : Jacob dénonce "un baratin" pour "faire marcher la pompe à fric"

Hausse-des-carburants-pour-financer-la-transition-ecologique-Jacob-denonce-un-baratin-pour-faire-marcher-la-pompe-a-fric

Pour le président du groupe Les Républicains, interrogé dans la matinale d'Europe 1, le gouvernement instrumentalise l'écologie pour justifier sa hausse des taxes sur les carburants.

INTERVIEW

Le gouvernement a augmenté la fiscalité sur les carburants, au grand dam des automobilistes, justifiant cette hausse par le financement de la transition écologique. "Tout ça, c'est du baratin", a voulu dénoncer jeudi, au micro de David Doukhan sur Europe 1, Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale. "Le sujet, c'est de faire marcher la pompe à fric", s'est-il notamment agacé.

Un matraquage des classes moyennes. "Ce sont des taxations punitives, sur tous les Français qui travaillent, qui sont dans les zones rurales, qui doivent prendre leur voiture, qui roulent au diesel parce qu'ils font beaucoup de kilomètres", déplore le député de Seine-et-Marne. "On matraque les familles à qui on désindexe les allocations familiales et l'APL", ajoute-t-il. Et l'élu de prendre aussi la défense du "retraité qui perd 300 euros par l'augmentation de la CSG, qui en perd autant avec la désindexation des retraites, et qui va prendre encore 100 euros de plus avec l'augmentation des mutuelles", assurant que les chiffres qu'il avance "ne sont pas contestés".

b1ec58dcbc5dfd56a7afd1203d194ffabb83dde6

"Où va cet argent ?" Pourtant favorable à la taxe carbone mise en place par Nicolas Sarkozy, Christian Jacob estime que le gouvernement actuel est trop gourmand, avec des taxes sur les carburants qui représentent désormais 60% du prix à la pompe. "La différence (avec la taxe carbone, ndlr), c'est que l'objectif était de développer les énergies renouvelables. Après, on est passé dans des objectifs hallucinants, qui étaient ceux de Nicolas Hulot et qui étaient intenables", estime Christian Jacob. "Aujourd'hui, où va cet argent ?  Est-ce qu'il sert aux énergies renouvelables ? Expliquez-moi à quoi sert l'augmentation des taxes sur le gasoil ? Elles vont dans le budget de l'Etat, parce qu'elles ne sont pas fléchées. Elles pourraient l'être", avance-t-il.

Taxe sur les carburants : l'opposition monte au créneau

661-francetv-actu-articles-b0e-b0b-45e9be4898237c58f37800f35d-taxe-sur-les-carburants-l-opposition-monte-au-creneau-16022751

La polémique sur le pouvoir d'achat rebondit du côté du prix de l'essence. La charge est venue de Ségolène Royal qui parle d'un matraquage fiscal, sous couvert d'écologie. Les réactions sont nombreuses. L'opposition dénonce des taxes pour financer les cadeaux faits aux riches.

Dans la nuit de lundi 22 au mardi 23 octobre, les députés ont durci le malus sur les véhicules polluants, de quoi relancer le débat sur la fiscalité écologique. Mais dès lundi 22 octobre, Ségolène Royal était passée à l'offensive contre la nouvelle hausse de la taxe sur les carburants. Une mesure qu'elle avait elle-même promue lorsqu'elle était à l'Ecologie. Aujourd'hui, elle considère qu'elle est détournée de son objectif.

Des inquiétudes pour le pouvoir d'achat des consommateurs

En cause : l'augmentation du litre du diesel. +7 centimes en 2018 et +6 centimes prévus en 2019. Le gouvernement revendique ses choix. "Nous voulons faire en sorte que l'utilisation constante du fioul ou du pétrole soit moins simple", a déclaré le Premier ministre. Mais pour l'opposition, droite et gauche confondues, le compte n'y est pas. L'argent prélevé n'est pas réinvesti dans l'écologie. Même dans la majorité En Marche, certains députés s'inquiètent des conséquences sur le pouvoir d'achat, notamment en province et dans les zones rurales où la voiture est indispensable.

Taxes carburant: l'écologie punitive est-elle efficace?

ea78e6afd83706e74afa2bf6f1f2d

En 2018, le gouvernement a augmenté de 7 centimes la taxe sur le gazole et de 4 centimes celle sur l’essence. La même augmentation a été votée pour l’an prochain. L’objectif est d’aligner les prix des deux carburants d’ici 2022, dans un souci d’écologie. Mais cela commence à peser beaucoup trop sur le porte-monnaie des automobilistes.

Les calculs de l’Insee sont implacables. Aujourd’hui, les dépenses moyennes en carburant d’un foyer s’élèvent à 1.700€ par an. D’ici 2022, elles dépasseront 2.000€. Parce qu’il n’y pas que la fameuse hausse de 4 ou 7 centimes décidée par le gouvernement. Il y a aussi la TVA et le prix au baril qui augmentent. Preuve la semaine dernière, dans 2 stations sur 10 en France, le diesel était plus cher que l’essence.

Lundi, Jonathan nous a envoyé un message au 32.16. Il habite l’île d’Yeu en Vendée. A sa pompe, plus rien en dessous de 2€ le litre, diesel comme essence. Particularité insulaire, mais quand même. Aujourd’hui, quand vous faites le plein, 60% de la facture sont des taxes. Trop c’est trop, dénonce Pierre Chasseray, de 40 millions d’automobilistes.

"Il faut que le gouvernement cesse le matraquage fiscal contre ceux qui ont une voiture"

"Ca suffit, la cocotte minute va un jour ou l'autre exploser. On est le pays le plus taxé de l'OCDE. Il faut que le gouvernement cesse le matraquage fiscal contre ceux qui ont une voiture au nom d'un critère qui serait celui du sauvetage de la planète. La réalité est simple, Emmanuel Macron cherche à compenser les pertes liées à la suppression de la taxe d'habitation."

Evidemment, le gouvernement n’a pas du tout la même version. La hausse des taxes sur le carburant n’a pas été votée pour compenser la suppression de la taxe d’habitation, mais bien pour lutter contre la pollution. Une mesure imaginée en 2015, sous François Hollande.

A la base, la taxe sur le diesel devait augmenter et celle sur l’essence devait baisser

L’idée était alors d’aligner le prix du diesel sur celui de l’essence, pour que l’automobiliste ne soit plus incité à opter pour le carburant le plus polluant. Mais à la base, la taxe sur le diesel devait augmenter et celle sur l’essence devait baisser. Pour rester dans un prix acceptable. En réalité, on se rend compte que les deux augmentent.

Grave erreur selon François-Michel Lambert, député (Radical de gauche) des Bouches-du-Rhône.

Hausse du prix des carburants : le député François-Michel Lambert dénonce une « écologie punitive »..

image

"Quelque part c'est perçu comme une écologie punitive. Il faut au contraire donner par exemple des chèques énergie transport pour ceux qui sont en difficulté. Les taxes carburants doivent financer cela en partie, et l'autre partie servir à la transition énergétique. Aujourd'hui ce n'est pas le cas et c'est dommageable."

En attendant, les pétitions d’automobilistes se multiplient. La plus suivie réunit ce matin près de 50.000 signature sur le site Change.org.

Matthieu Rouault (avec J.A.)

Pourquoi les taxes sur les carburants s’envolent

adobestock-116775595_0_729_486

La facture d’essence et plus encore de gazole des automobilistes augmente fortement, notamment sous l’effet de la hausse de la fiscalité écologique.

Pour les ménages, la hausse de la fiscalité sur les carburants pèse lourd. Très lourd même, selon l’association CLCV (Consommation logement et cadre de vie) qui estime qu’un foyer possédant deux voitures paiera 140 € de plus de taxes en 2018 par rapport à l’année précédente. L’association exhorte donc le gouvernement à renoncer aux nouvelles augmentations prévues en 2019.Si le prix du carburant varie fortement en fonction des évolutions du cours du pétrole, le prix à la pompe dépend aussi beaucoup de la fiscalité. Les taxes pèsent en effet deux tiers de la facture. Selon les chiffres de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), un litre de sans-plomb supporte plus d’un euro de taxes. Ainsi un prix du brut de 75 €...aura une incidence non négligeable sur le prix du carburant au litre..

photo_1346693934684-1-0

Fiscalité écologique sur les carburants : « Une arnaque » selon Olivier Faure (PS)

004318i187

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a accusé mardi le gouvernement de se livrer à « une arnaque » en cherchant, sous prétexte de fiscalité écologique sur les carburants, à « compenser ses cadeaux fiscaux ».

« La réalité, c'est que sur cinq ans, le gouvernement a prévu de prélever 55 milliards d'euros via cette fiscalité écologique et figurez-vous que ce sont seulement 10 petits milliards sur ces 55 milliards qui vont finalement financer la transition énergétique », a assuré le député PS devant la presse.

« Donc tout le monde comprend bien qu'il y a une arnaque et que la vérité, c'est que, en fait, le gouvernement fait les poches des Français non pas pour de bonnes raisons, mais il le fait parce qu'en réalité, il cherche à compenser les cadeaux fiscaux qu'il a faits par ailleurs », a-t-il dénoncé.

« La fiscalité devrait permettre de rapprocher le prix des deux carburants, le diesel et l'essence. En réalité, ils ont aussi augmenté le prix de l'essence et donc c'est là où il y a quelque chose qui ne colle pas, et on a bien compris qu'en réalité, c'est une opération purement budgétaire pour compenser des baisses fiscales », a encore argumenté le premier secrétaire du PS.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a défendu mardi la hausse du prix du diesel, estimant que « quand on a aimé Nicolas Hulot, on assume d'avoir une fiscalité » destinée à faire évoluer les comportements des Français sur ce terrain.

Il a rappelé que la hausse du prix du diesel faisait partie du programme du candidat Macron pendant la campagne pour la présidentielle, et a fait valoir que si le gouvernement procédait à un « alignement » du prix du diesel sur celui de l'essence, il met aussi « en face la prime à la conversion » des véhicules, « jusqu'à 2.000 euros par véhicule ».

L’arnaque écologique du prix des carburants….

Bien que nous ne soyons plus dupes des manœuvres du gouvernement pour remplir le tonneau des Danaïdes.. Quand c’est si bien expliqué, on ne peut que mesurer, l’ampleur de l’escroquerie manifeste, qui fait des consommateurs des vaches à lait taillables et bientôt, corvéables à merci. Bonne année, mettez la main au porte monnaie…

control-1027103__340

Une véritable frénésie fiscale s’est emparée du gouvernement et  nous avons tous subis en ce début d’année, spécialement si vous êtes utilisateur d’un véhicule diesel, une forte augmentation du prix du carburant concomitamment, pour ceux qui sont retraités, à une forte diminution de leurs revenus (CSG en hausse de 26% en passant de 6.6% à 8.3%).

.Au départ, les intentions exprimées étaient d’aboutir à une convergence des prix de l’essence et du diesel par le biais d’une diminution des taxes sur l’essence en contrepartie de l’augmentation de la fiscalité sur le gazole.

Malheureusement, les impératifs budgétaires ont fait que les promesses sont restées lettre morte et, finalement, le prix des deux carburants a augmenté !

Les prétextes invoqués pour justifier cette augmentation sont essentiellement écologiques (loi sur la transition énergétique) et c’est sans mal que l’Etat a pu faire passer ces dispositions, eu égard à l’hystérie actuellement en vigueur à l’encontre du diesel à la suite du scandale des moteurs dits truqués du groupe Volkswagen-Audi (alors que tout le monde savait que les consommations annoncées par tous les constructeurs étaient loin de la réalité).

L’intention est clairement de tuer à terme le moteur diesel et cette attitude tranche avec celle passée car, pendant longtemps, l’Etat a favorisé le diesel parce que c’était une manière d’avantager Peugeot qui fabriquait des voitures à moteur diesel !

La justification écologique :

L’argument écologique est faux car :

– l’essentiel de la pollution est due au chauffage domestique pas aux voitures ! Par ailleurs, on n’évoque ni les avions qui brûlent du kérosène un carburant proche du gazole, ni les poids lourds, ni les cargos et paquebots de croisière qui brûlent des produits pétroliers (fuel lourd) extrêmement polluants relevant de la catégorie des déchets, ni les engins agricoles qui utilisent du fioul domestique; ce qui fait que l’on s’attaque au moindre des responsables et qu’il paie pour les autres !

– les moteurs diesel récents ne polluent pas plus que les voitures à essence ; avec cette réserve toutefois que leur dépollution est devenue très compliquée et rend ces moteurs à la fois très onéreux à fabriquer et relativement fragiles ! Par ailleurs, de par leur technologie ils sont toujours moins consommateurs de carburant qu’un moteur essence et de ce fait moins émetteurs de CO2.

– si l’on veut stopper la pollution automobile, la seule solution est d’empêcher toutes les voitures (y compris électriques) de rouler car toutes polluent !

– l’honnêteté intellectuellement devrait obliger à dire que nous ne sommes pas en présence d’un réchauffement climatique mais de variations climatiques ; ce qui est tout à fait différent. Le climat a toujours varié (en l’an Mil il faisait plus chaud qu’aujourd’hui) mais évidemment le citoyen est moins malléable s’il n’est pas culpabilisé et l’honnêteté en matière politique est un oxymore !

En fait, la vérité est que l’automobile et les carburants ont toujours été la vache à lait de l’Etat et vous allez voir que la voiture subit, sous le prétexte écologique, un véritable matraquage fiscal car dans « taxe écologique » vous ne devez retenir qu’un seul mot : TAXE !

En 2014, la TICPE (taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques anciennement TIPP qui incorpore aussi une taxe carbone) a rapporté 24,4 mds d’€ et 28.8 mds € en 2016 et, bien évidemment, ce sera beaucoup plus en 2018 !

Comment est calculé le prix du carburant :

Dans le prix d’un litre de carburant, vous payez : le carburant lui-même, la marge de raffinage, les frais de transport jusqu’à la pompe, la marge du distributeur, la taxe forfaitaire sur les produits pétroliers (TICPE) et enfin la TVA sur le tout.

Vous remarquerez qu’on applique une taxe sur une taxe puisqu’on applique la TVA sur la TICPE … caractéristique bien française de la fiscalité !

Voici un récapitulatif de l’évolution de la TICPE (origine : Douanes) :

 

 

Corse

Ile-de-France

Autres régions (1)

2018

Gazole

59,40

62,64

60,75

SP95-E5 et SP98

67,29

70,04

69,02

SP95-E10

66,29

68,04

67,02

 

 

 

 

 

2017

Gazole

53,07

56,31

54,42

SP95-E5 et SP98

64,07

66,82

65,80

SP95-E10

63,07

64,82

63,80

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Second semestre 2016

Gazole

48,66

51,16

51,16

 

SP95-E5 et SP98

61,35

64,85

64,85

 

SP95-E10

60,35

62,85

62,85

 

 

 

 

 

 

 

1er semestre
2016

Gazole

48,66

48,66

51,16

 

SP95-E5 et SP98

61,35

62,35

64,85

 

SP95-E10

60,35

60,35

62,85

 

 

 

 

 

 

 

2015

Gazole

45,67

45,67

48,17

 

SP95 et SP98

59,64

60,64

63,14

 

E10

60,64

60,64

63,14

 

 

 

 

 

 

 

2014

Gazole

41,69

41,69

44,19

 

SP95 et SP98

57,92

58,92

61,42

 

E10

58,92

58,92

61,42

 

 

 

 

 

 

 

2013

Gazole

41,69

41,69

44,19

 

SP95 et SP98

57,92

58,92

61,42

 

E10

58,92

58,92

61,42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les habitants de la région parisienne ont ainsi le plaisir d’apprendre qu’après avoir bénéficié d’un niveau de taxation plus faible, ils paient désormais plus de taxes sur leur carburant que les autres (taxe supplémentaire de la part de la région).

L’exploitation brute de ces données permet de faire les constatations suivantes :

– Au 1er janvier, la TICPE a augmenté sur le gazole de 7.6cts TTC par litre (6.33 cts par litre + la TVA) et sur l’essence de 3.84 cts (3.21 cts + la TVA).

– Pour un litre de gazole à 1.35 € nous avons 0.8325 € de taxes (dont TVA 0.2250 € et TICPE 0.6075 cts) soit 61.67% du prix final, ou, vu autrement, un litre de gazole à la pompe à 0.5175 € subit 120% de taxes.

– Pour un litre d’essence à 1.48 € nous avons 0.9369 € de taxes (dont TVA 0.2467 € et TICPE 0.6902 €) soit 63.30% de taxes, ou, vu autrement, un litre d’essence à 0.5431 € subit lui aussi plus de 116% de taxes.

En fait, le prix d’un litre de carburant est essentiellement composé de taxes et, en mars 2015, le coût du pétrole brut constituait en moyenne 23,7% du prix de l’essence SP95 à la pompe et 27,3% du prix du gazole.

A contrario, 75% du prix d’un litre de carburant … n’est donc pas du carburant !

En mars 2015, les coûts de transport et distribution constituaient environ 7,2% du prix à la pompe de l’essence SP95 et 7,4% de celui du gazole tandis que le coût du raffinage constituait 7,2% du prix à la pompe de l’essence SP95 et 9,1% de celui du gazole

J’ai aussi remarqué que les distributeurs (supermarchés) ont tous, dans le cadre d’un mouvement général curieusement coordonné, augmenté leurs prix du gazole de 10 à 11 cts par litre en passant de 1.25 à 1.35 € voire 1.38 € en invoquant une hausse du prix du brut.

Le litre d’essence sans plomb 95 (SP95) s’affichait à 1,47 euro en moyenne, soit 6,03 centimes de plus que la semaine précédente. Celui du SP95-E10 a pris 6,40 centimes à 1,45 euro et le SP 98 a progressé de 6,29 centimes à 1,54 euro.

De là à penser qu’ils ont décidé de faire passer une augmentation de leurs marges sur le dos de l’augmentation de la fiscalité …il n’y a qu’un pas que j’ai franchi allègement !

Malheureusement, les « réjouissances » ne s’arrêtent pas là car il y a d’autres taxes !

Le bonus/malus :

Le bonus/malus est devenu, pour la plupart des voitures, un Malus/Malus car dès 120 g/km de Co2 rejeté vous avez droit à un malus systématique qui monte très rapidement à rapidement à 2.000 € pour 148 g/km et qui s’applique sur le « prix » de la carte grise !

Sauf à acheter une voiture urbaine (type C1, Smart) inapte au transport d’une famille avec bagages sur une distance de 500 km, seules les voitures totalement électriques restent subventionnées par le bonus/malus. Or ces voitures sont beaucoup plus chères que les voitures thermiques pour un usage très inférieur (la Renault Zoé donnée pour 400 km n’en parcourt que 230 !).

La « logique » d’un tel système est que le français « moyen » avec des revenus de 1.700 € par mois, et qui a bien du mal à acheter une Dacia Duster 1.2 tce essence à 13.000 €, va subventionner avec son malus écologique (830 €) le bobo du 16° et ses 10.000 € de revenus mensuels pour qu’il puisse s’acheter une Tesla totalement électrique de 90.000 € subventionnée au hauteur de 10.000 €.

La taxe sur les véhicules d’occasion

 Il existe désormais une taxe spéciale qui s’applique sur les véhicules d’occasion mis en service depuis 2004 et ayant une puissance fiscale supérieur à 9 cv… s’il vous prend l’envie d’acheter un véhicule d’occasion avec l’intention d’échapper à la taxe carbone !

Puissance fiscale

Tarif

Inférieure ou égale à 9 chevaux-vapeur

0 €

Supérieure à 9 et inférieure ou égale à 11 chevaux-vapeur

100 €

Supérieure à 11 et inférieure ou égale à 14 chevaux-vapeur

300 €

Supérieure à 14 chevaux-vapeur

1 000 €

La taxe sur les véhicules polluants

 Enfin, cerise sur le « gâteau fiscal », il y aussi une taxe annuelle sur les véhicules neufs et d’occasion, très polluants et vise clairement les grosses berlines et voitures de sport !

Année de la 1ère immatriculation

CO₂ (en g/km)

2009

250

2010

245

2011

245

2012 ou après

190

Le montant de la taxe est pour l’instant de 160 € et est payable chaque année !

Le nouveau contrôle technique auto

A compter du mois de mai va se mettre en place le « nouveau contrôle technique » automobile ; beaucoup plus sévère, beaucoup plus cher. Il va fatalement entraîner une explosion du taux des contre visites, sans compter que nombre de véhicules anciens ne pourront plus obtenir la petite vignette et seront juste bons pour la casse ; ce qui est une manière déguisée de forcer au renouvellement du parc auto et d’encaisser de nouvelles recettes fiscales sur les ventes de voitures !

Un bon conseil : si vous devez passer un contrôle en juin ou juillet, anticipez au mois d’avril.

Les nouvelles limitations de vitesse

Le prochain passage à 80 km/h sur routes à deux voies va très probablement entraîner une explosion des PV pour excès de vitesse alors que l’expérimentation effectuée pendant deux ans dans le centre de la France n’a eu aucun effet probant puisque l’administration n’a pas communiqué à ce propos (ce qui aurait été nécessairement le cas si les résultats avaient été significatifs). En fait, d’après les riverains et des services de secours, cela provoque plus de bouchons, des trajets plus longs, une explosion des PV mais pas de diminution du nombre des accidents.

Conclusion : aujourd’hui à 90 km/h vous êtes conforme mais dans quelques semaines, à la même vitesse, vous serez un dangereux délinquant routier !

L’explosion du prix des parkings

On ne peut pas terminer cet inventaire sans mentionner l’explosion (par 5) du prix des parkings urbains à la diligence des communes.

Conclusion :

 S’il y a une chose dont on peut être sûr c’est que ces taxes vont continuer à augmenter en s’appuyant sur une escroquerie intellectuelle visant à vous faire croire qu’en payant très cher l’énergie vous allez contribuer à diminuer le RCA (réchauffement climatique) et les fatidiques et mortifères 2°C d’augmentation de la température terrestre dans 30 ans !

De plus, le carburant auto est issu, pour l’essentiel, du pétrole brut payable en US$ ; ce qui fait que la hausse de l’€ nous a protégé, dans une certaine mesure, ces dernières années, des variations du prix du brut.

L’arrivée des pétroles de schiste américains a aussi provoqué un effondrement du prix du pétrole puisque, bien qu’interdits d’exportation, ces pétroles ont provoqué une autosuffisance américaine en la matière et une réduction significative de la demande globale mondiale.

Pour l’instant, le prix du pétrole brut est encore relativement raisonnable à 60US$ le baril (après être descendu jusqu’à 35 US$) mais il remonte et … s’il remonte à 150 US$ le baril nous aurons un gazole à largement plus de 1.80 € le litre.

Ce faisant, vous observerez qu’en Europe, et spécialement en France, nous avons fait le choix de l’énergie chère.

Seulement, ce choix masque en fait une volonté de récupérer un maximum de rentrées fiscales et explique aussi pourquoi, depuis la baisse du prix du pétrole brut, l’essentiel de la baisse a été confisquée par l’Etat par le biais de l’augmentation constante des taxes ; laquelle s’apparente ces derniers temps à un véritable matraquage fiscal auquel, sauf à n’avoir aucun véhicule à moteur thermique, vous ne pourrez pas échapper.

En tout état de cause, un avenir avec un litre de gazole à plus de 1.50 € est proche et, évidemment, lorsqu’on vous explique qu’il n’y a pas d’inflation ni d’augmentation de la fiscalité, vous avez un peu de mal à y croire !

Entre l’euthanasie de l’épargnant à travers l’écrasement des taux d’intérêts vers zéro, la réduction programmée des retraites, l’augmentation du prix du gaz et des taxes sur le fuel de chauffage, les perspectives d’avenir apparaissent fort réjouissantes, n’est-ce pas ?

Autre « arnaque »..Le « Malus écologique »..

8514e01cd0a3cf1f23e775a67f014767-malus-auto-ce-n-est-pas-une-incitation-c-est-un-impot

Le Malus écologique

voiture-polluante

Durcissement du « Malus écologique »..

Plus un véhicule acheté polluera ou plus il dégagera du CO2, plus le « Malus » ou la « pénalité » sera augmentée et forte.

Photo-etiquette-energie-automobile

Pour un véhicule qui rejette 120g de CO2 par kg  montant du malus de 50 Euros

Pour un véhicule qui rejette jusqu’à160g de CO2 par kg  montant du malus de 5113 Euros

Pour un véhicule qui rejette 160g de CO2 par kg jusqu’à 180, le montant du malus sera de 10500 Euros.

Cela dégagerai ainsi 31 Millions d’Euros de recettes pour l’Etat..

3939422717

Fin de la «niche Pick-Up »..

000000008791196

Jusqu’ici ceux-ci étaient « exonérés » de « Malus écologique », car considérés comme véhicules « utilitaires »(!)..

Ces véhicules seront, eux-aussi, à partir du 1er janvier 2019 concernés par la taxe écologique.

Cela devrait rapporter, en gros, 200 Millions d’Euros, par an, à l’Etat .

6e426b2f5f9d45ab908df5cff904f0f7-fin-du-tarif-reduit-du-gazole-non-routier-c-est-dramatique-pour-les-entreprises

Suppression, également, du taux réduit, pour le gazole non-routier.

C’est le carburant utilisé, non pas pour des véhicules « routier », mais des engins de chantier, travaux publics, agricoles, ou encore forestiers..

Pour l’instant ils bénéficient d’un carburant « gazole » à 40 Cents moins cher que le prix du Litre à la pompe pour les véhicules routier.

Cela va représenter en gros l’équivalent de 500 Millions d’Euros.

1350-900-263706049cc0f9c366703307

Bonus-malus écologique

Durcissement du malus 2019

principal-38637

Il faut s’y habituer, chaque début d’année rime avec durcissement de l’attribution du malus écologique. Heureusement, pour l’instant, le bonus alloué aux voitures électriques reste en place.

picture (1)

Les députés ont voté, dans la nuit du 22 au 23 octobre, le durcissement du barème du bonus-malus écologique applicable aux véhicules automobiles (article 33 du projet de loi de finances 2019). Le seuil de déclenchement du malus baissera à partir de janvier 2019 de 3 g de CO2/km par rapport aux critères d’attribution du bonus-malus de 2018. Le gouvernement souhaite ainsi, dans le cadre de sa politique en faveur de la transition écologique, favoriser l’achat de véhicules neufs émettant le moins de CO2, décourager l’achat de modèles plus polluants et stimuler l’innovation technologique des constructeurs. Et de préciser que ce durcissement vise également à prendre en compte, d’une part, « le changement des méthodes d’homologation des véhicules, qui modifie les émissions normalisées » (protocole d’homologation WLTP en vigueur depuis septembre 2018) et, d’autre part, à assurer « le relèvement du niveau de recettes » afin de préserver l’équilibre budgétaire des dispositifs des aides à l’acquisition de véhicules propres.

Le nouveau barème de malus 2019 devrait ainsi dégager des recettes supplémentaires à hauteur de 31 millions d’euros. Des recettes supplémentaires qui devraient permettre notamment « de financer la prime à la conversion prévue dans le cadre du plan climat, tout en garantissant l’incitation économique à la baisse des émissions de CO2 des véhicules neufs vendus ». L’abaissement du seuil minimal donnant lieu à un malus devrait continuer de baisser de 3 grammes chaque année jusqu’en 2021.

Autre « mauvaise » nouvelle pour les automobilistes, les députés ont aussi donné leur feu vert pour la fin des exonérations fiscales concernant les pick-up, jusqu’alors exemptés de malus écologique et de TVS (taxe sur les véhicules de société). À l’opposé, le bonus écologique n’évolue pas et reste de 6 000 euros maximum pour l'achat d'un véhicule électrique, dans la limite de 27 % du coût d'acquisition. Ce qui, comme l’a démontré notre récente étude, lui permet de bénéficier encore d’un coût de possession plus intéressant par rapport à une voiture thermique.

BONUS 2019

inline-38629

inline-38633

Le plan « mobilités propres », présenté vendredi 20 juillet par les ministres de l’écologie et des transports, Nicolas Hulot et Élisabeth Borne, prévoit un renforcement du bonus-malus écologique.

ministre-francaise-Transports-Elisabeth-Borne-ministre-francais-transition-ecologique-inclusive-Nicolas-Hulot-Bonneuil-Marne-banlieue-Paris-16-avril-201

La ministre française des Transports Elisabeth Borne et le ministre français de la transition écologique et inclusive Nicolas Hulot à Bonneuil-sur-Marne, dans la banlieue sud-est de Paris, le 16 avril 2018. / Philippe Lopez / AFP

Pour favoriser l’achat de véhicules moins émetteurs de gaz à effets de serre et soutenir les ventes de voitures électriques, Nicolas Hulot et Élisabeth Borne, ministres des transports et de l’écologie, ont souhaité renforcer le bonus/malus automobile. Le plan « mobilités propres », présenté vendredi 20 juillet, prévoit ainsi une baisse du seuil de déclenchement du malus de 3 grammes de CO2 par kilomètre en 2019.Le seuil de déclenchement du malus, qui peut s’élever à 10 500 €, va passer l’an prochain à 117 grammes par kilomètres, contre 120 actuellement. Cette baisse devrait se poursuivre dans les années à venir précise le...

Cette mesure est une mesure punitive et incitative !!!

 

20181017191311130-0

Macron et l’écologie..

Rappelez-vous !!!

En dévoilant son projet sur l'écologie, Emmanuel Macron aborde enfin les sujets qui fâchent !..

Le leader d'En Marche est l'invité de l'ONG WWF jeudi matin.

http---o

Photo ci-dessus de Mr. Emmanuel Macron, alors candidat, lors de l'un de ces meetings, un rien moqueur, et avec un brin d'ironie.

POLITIQUE - "Il manque encore l'écologie et le régalien", confiait un proche il y a quelques jours. En attendant le projet dans son ensemble, prévu désormais pour le début du mois de mars, Emmanuel Macron s'apprête à lever le voile sur une des deux composantes qui lui fait encore cruellement défaut.

Ce jeudi 9 février, l'ancien ministre de l'Economie est le premier invité de l'ONG WWF pour enfin présenter le volet environnemental de son programme présidentiel. Suivez-ci dessous l'intervention d'Emmanuel Macron:

Voici ses principales annonces:

  • La fermeture des centrales à charbon et l'interdiction des permis d'exploitation des hydrocarbures
  • Maintien du cap fixé par la loi de transition énergétique (50% de la part du nucléaire)
  • Pas d'exploitation de gaz de schiste (tout en défendant sa recherche publique)
  • Six mois d'étude sur Notre-Dame-des-Landes (possibilité d'agrandir l'aéroport Loire-Atlantique)
  • Pas de fin du diesel en 2025 mais "prime à la conversion" de 1000 euros pour inciter les automobilistes à se tourner vers des véhicules moins polluants.
  • Maintien du principe de précaution
  • Faire du ministère de l'Écologie un ministère d'État
  • La modernisation des abattoirs
  • Interdiction de la vente d'oeufs issus de l'élevage en batteries à l'horizon 2025

Ce moment face à l'association de l'ancien ministre EELV Pascal Canfin est une épreuve de vérité, l'écologie étant un marqueur très clivant entre droite et gauche. Pour celui qui a le vent en poupe dans les sondages (il est désormais donné qualifié pour le second tour) et se veut justement le trait d'union entre ces deux parties de l'échiquier, l'exercice sera périlleux.

Au regard des intentions de vote, Emmanuel Macron est en effet le candidat dont l'électorat est le plus volatile, capable d'aller facilement vers l'un de ses rivaux. Alors doit-il verdir le discours au risque de perdre une partie de des soutiens de droite qui ne portent pas l'écologie au rang des priorités ou ne pas le faire et voir des sympathisants écologistes rejoindre Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon? C'est tout son dilemme.

"Ce n'est pas écologiste"

Son parcours et ses prises de position à Bercy ne lui ont, jusqu'à maintenant, pas donné l'image d'un écologiste convaincu. Ses grandes décisions livrent un premier élément de réponse sur son positionnement. Les bus Macron, mesure-phare de la loi qu'il a portée en 2015, ne sont pas le moyen de transport préféré des écolos.

Même Corinne Lepage qui l'a récemment rallié en convient: "Ce n'est pas un écologiste mais je vais le faire évoluer", promettait il y a peu l'ancienne candidate à la présidentielle et ex-ministre de l'Environnement de Jacques Chirac. "On ne peut pas être le candidat de la modernité et ne pas faire de la transition écologique un axe majeur de sa campagne", ajoutait l'écologiste qui va donc suivre avec intérêt la présentation du jour.

S'il ne veut pas voir s'éloigner une partie de l'électorat sensible aux questions des particules fines, des perturbateurs endocriniens ou de l'agriculture saine, Emmanuel Macron a besoin de changer. Et décliner les grands principes un peu creux qu'il a rappelés récemment sur France Inter. "Je crois à la transition écologique et environnementale. Et je crois à l'écologie en ce que c'est un humanisme radical. Je ne crois pas à l'écologie punitive. L'écologie fait partie intégrante de notre modèle économique et de notre modèle de civilisation. Ça veut dire qu'on ne peut plus produire de la même façon ", a-t-il dit le 1er février.

Des premières mesures symboliques contradictoires

Mis en pratique c'est tout de même plus confus. Le leader d'En Marche a par exemple déjà annoncé que l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes verra bien le jour; c'est pourtant un projet que tous les écologistes veulent voir arrêter.

Et surtout, l'ancien locataire de Bercy n'a jamais caché qu'il est un pro-nucléaire convaincu. A Bercy, il militait pour le développement de l'EPR d'Hinckley Point.

Candidat, il veut certes mener à son terme le projet de fermeture de la centrale de Fessenheim mais ne voit pas de raison de remettre globalement en cause cette source d'énergie. Au contraire. Le nucléaire est, selon lui, la meilleure solution pour décarbonner la production d'électricité. "Je suis favorable à ce qu'on ait une vraie politique d'investissement dans les énergies renouvelables", dit-il par ailleurs quand les ONG écologistes jugent impossible de mener de front nucléaire et renouvelable. "L'addiction idéologique des candidats au nucléaire est un risque suicidaire pour l'ensemble des Français", disait aussi Corinne Lepage sur Le HuffPost en pleine primaire de la droite.

Enfin dernier exemple, les carburants. "Il ne faut pas faire la chasse au diesel", disait-il encore en tant que ministre de l'Economie. Partisan d'une "vraie convergence fiscale entre l'essence et le diesel" d'ici à la fin de son quinquennat, il se dit convaincu que le diesel "reste au cœur de la politique industrielle française et du projet industriel français de la mobilité environnementale". A condition, dit-il, de ne promouvoir que les plus récents diesels. Une précision qui illustre parfaitement l'exercice d'équilibriste auquel Emmanuel Macron se livre pour constituer son programme.

 

Pour conclure :

Au regard de la « croissance » qui n’est pas au rendez-vous et donc, de la baisse de la croissance (début de récession..), de la dette publique (cette dette publique abyssale !..), comme de la fébrilité des marchés « fluctuants » (dû à cette fausse mondialisation..), d’une « reprise » ou forme de reprise qui n’arrive toujours pas (nous « dépendons », indirectement d'une tension entre les Etats-Unis et la Chine sur l'échiquier Mondial pour une grande partie..), l’Etat compte, tout simplement, se « rabattre » sur l’ensemble de la classe « sociale » pour essayer de « rééquilibrer » ses comptes, sans oublier le fameux « Projet de plan budgétaire » pour 2019

 

Et ce n’est pas la vente d’armement à l’étranger qui va rééquilibrer les comptes..

 

Nous avons « réussi » (c’est un grand mot..) à vendre 442 blindés à la Belgique, mais pas nos rafales qui sont restés dans leurs hangars et substitués par des avions Américains (classe F16 et F22..).

(seulement 1,45 Milliards d’Euros de transactions en armement avec l’Arabie Saoudite, face aux 110 Milliards contracté par les Etats-Unis + 420 Milliards dans un tas d’autres domaines..)

 

Une fois n’est pas coutume, devrais-je dire, pour l’Etat, de se rabattre un peu trop facilement sur l’ensemble des citoyens et « pigeons » que nous sommes et sommes devenus, par le biais de ce gouvernement, sous « Macron », pour devoir, une fois de plus, nous faire les poches..Honte à eux !!!

La grogne se fait de plus en plus sentir, et, il n’y a pas besoin de parler de « populisme », ni encore moins de « mouvement populiste » pour s’en rendre compte…

 

 

Posté par Janus157 à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2018

Robert Marchand..Le centenaire toujours jeune..bravo !

6564420_ec47aea4-d8ee-11e6-bacb-12117aee38ab-1_1000x625

 

Robert Marchand..Le centenaire toujours jeune..bravo !

ciclista-francés-Robert-Marchand-105-años

Robert Marchand n’aura pas fini de nous étonner et de nous surprendre !

7553712_6b0bf82c-0f4d-11e8-8c69-110352c48f4b-1_1000x625

Il n’a plus le droit de faire du vélo sur route..

Robert-Marchand-centenaire012_1_1

Son médecin le lui a déconseillé.

661-francetv-actu-articles-53b-9eb-fa036efcd47d45a9f7274cbb64-robert-marchand-a-106-ans-il-remonte-a-velo-11685339

Cependant, il fait toujours encore du vélo d’appartement chez lui.

A 106 ans, Robert Marchand prend sa retraite sportive (parce que bon, ça commence à tirer)

7553712_6b0bf82c-0f4d-11e8-8c69-110352c48f4b-1_1000x625

C’est avec beaucoup de tristesse dans la voix que Robert Marchand, 106 ans, a annoncé qu’il allait ranger son vélo au garage et qu’il mettait un terme à sa carrière sportive (même s’il continue de pédaler sur son vélo d’appartement). « Le vélo, c’est fini, c’était la seule chose qui m’intéressait. Je suis triste, a-t-il lâché au micro de France Bleu Drôme-Ardèche. Je suis obligé. J’ai ma tension qui déconne, parfois elle monte jusqu’à 18 ou 20, ça n’est pas possible. »

 

Bonjour à tous et surtout à Robert Marchand, qui vient de prendre sa retraite sportive à 106 ans ! Chapeau l’artiste, et merci !

 

Il y a un an, en janvier 2017, l’incroyable centenaire avait établi le record du monde de vitesse à vélo après avoir parcouru 22,547 kilomètres en une heure. Mais aujourd’hui, « c’est terminé, dit-il Je ne roule plus sur la route, c’est trop dangereux […] Tout a un commencement et tout a une fin. C’est comme ça la vie ». Fini le sportif de haut niveau, place au philosophe.

Il est de retour! Robert Marchand va remonter sur son vélo pendant une heure à Saint-Quentin-en-Yvelines

robert_marchand_2012

A bientôt 107 ans - il les fêtera le 26 novembre - Robert Marchand va sortir de sa retraite le temps d’une heure. Ça se passera vendredi, sur le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines. Comme Robert est très matinal, ça se passera de neuf à dix heures.

 

Robert Marchand : à 106 ans, il remonte à vélo

Le cycliste détenteur du record du monde de l'heure dans la catégorie des plus de 105 ans va remonter en selle, alors qu'il avait décidé d'arrêter sa carrière. 

Mitry-106-Robert-Marchand-13

 

Robert Marchand n'a pas froid aux yeux. Le centenaire n'est pas impressionné à l'idée de refaire un tour de piste, à 106 ans. "Même âgé, on peut faire encore quelque chose, rigole ce sportif d'exception. Mais il ne faut pas se laisser aller".

Il continue le vélo, mais ne chasse plus les records 

L'ironie de cette histoire est à chercher à l'adolescence de Robert Marchand.  À 18 ans, il est déclaré inapte à la pratique du cyclisme. Aujourd'hui, le centenaire a les performances respiratoires d'un athlète de 50 ans. "Il possède des aptitudes hors norme. C'est très facile de le conseiller,explique Jean-Michel Richefort, son entraîneur. Le maître mot, c'est la régularité et la souplesse". L'an dernier, le champion avait annoncé sa retraite, après avoir battu le record de l'heure des plus de 105 ans, en couvrant plus de 20 kilomètres en une heure. Le centenaire stoppe sa chasse aux records, mais continue le sport, à bientôt 107 ans. 

Robert Marchand : à 106 ans, il remonte à vélo

ob_a37193_robert-marchand-1

Robert Marchand n'a pas froid aux yeux. Le centenaire n'est pas impressionné à l'idée de refaire un tour de piste, à 106 ans. "Même âgé, on peut faire encore quelque chose, rigole ce sportif d'exception. Mais il ne faut pas se laisser aller".

Il continue le vélo, mais ne chasse plus les records 

L'ironie de cette histoire est à chercher à l'adolescence de Robert Marchand.  À 18 ans, il est déclaré inapte à la pratique du cyclisme. Aujourd'hui, le centenaire a les performances respiratoires d'un athlète de 50 ans. "Il possède des aptitudes hors norme. C'est très facile de le conseiller, explique Jean-Michel Richefort, son entraîneur. Le maître mot, c'est la régularité et la souplesse". L'an dernier, le champion avait annoncé sa retraite, après avoir battu le record

ROBERT-MARCHAND-102-ANS-070-300x180-300x180

A 106 ans, l'inusable Robert Marchand va remonter sur un vélo

661-francetv-actu-articles-53b-9eb-fa036efcd47d45a9f7274cbb64-robert-marchand-a-106-ans-il-remonte-a-velo-11685339

LE SCAN SPORT - Alors qu'il avait annoncé prendre sa retraite après son exploit dans le record de l'heure (des plus de 105 ans) en 2017, Robert Marchand va remonter sur sa bicyclette vendredi sur le Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Mais quand donc Robert Marchand s'arrêtera-t-il de pédaler? L'indestructible «papi» qui avait réussi l'exploit de couvrir 22,547 km en une heure alors qu'il était âgé de 105 ans (record mondial chez les plus de 105 ans) a décidé de remonter sur sa bicyclette. Et peu importe si les médecins de la Fédération française de cyclisme lui avaient déconseillé de dire stop en raison des risques de crise cardiaque, l'athlète sera bien sur la piste de Saint-Quentin-en-Yvelines vendredi matin de 9h à 10h pour enfiler les tours.

«Il regarde toutes les courses devant son téléviseur et il pédale, il pédale».

Le Picard ne remontera pas pour défier le chrono mais simplement pour fêter ses futurs 107 ans (le 26 novembre prochain) et prendre l'air en compagnie de ses fidèles amis. «Il ne sort plus dehors pour rouler mais il s'entraîne régulièrement chez lui sur un vélo d'appartement. Il regarde toutes les courses devant son téléviseur et il pédale, il pédale. Sortir ne lui manque pas trop», confie au Figaro Véronique Billat, professeure d'université spécialisée dans la physiologie de la performance qui accompagne l'athlète depuis 2000.

«Je l'ai trouvé en très bonne forme et toujours très lucide sur les questions de société»

«Je l'ai trouvé en très bonne forme et toujours très lucide sur les questions de société. Il va toujours de l'avant à faire des projets avec toujours autant de joie», a poursuivi la fondatrice et directrice du laboratoire de biologie intégrative des adaptations à l'exercice qui l'a revu il y a tout juste un mois. «Tout ce qu'il a accompli est une formidable message pour l'humanité. Nous avions réussi à prouver avec nos travaux qu'on peut améliorer ses performances physiques à tout âge, même lorsque l'on a dépassé les 100 ans», conclut l'universitaire à propos de celui qui avait révélé quelques secrets de sa longévité au moment de sa folle tentative: mettre une goutte de miel dans une gourde d'eau, un verre de vin de temps en temps et peu de viande au menu.

Cyclisme : à 106 ans, Robert Marchand roule toujours

7553712_6b0bf82c-0f4d-11e8-8c69-110352c48f4b-1_1000x625

A 106 ans, Robert Marchand a roulé 4000 mètres ce dimanche sur la piste du vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines. LP/ Icon Sport/ Anthony Dibon.

Annoncé à la retraite il y a un mois, l’incroyable cycliste centenaire de Mitry-Mory (Seine-et-Marne) a effectué quelques tours de piste ce dimanche sur le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines.

«Je suis là pour montrer que tant que l’on a la santé, on peut encore faire ce que l’on veut. Je n’ai pas pris ma retraite. J’ai juste ralenti !» À peine descendu ce dimanche après 16 tours de piste au vélodrome de Saint-Quentin, Robert Marchand a encore le bon mot au bon moment. Le cycliste de Mitry-Mory (Seine-et-Marne), qui a fêté ses 106 ans le 26 novembre dernier, était l’invité d’honneur à l’occasion des finales de la Coupe d’hiver de cyclisme sur piste. Et la star, c’était bien lui.

Il y a à peine un mois, on le croyait pourtant mis à la retraite par le corps médical. Alors qu’il avait l’intention de parcourir la distance de 4 000 mètres, ses docteurs lui avaient fortement conseillé de ne rien tenter pour préserver son coeur. «Tout était organisé pour qu’il roule le 4 janvier, précise Gérard Mistler, son meilleur ami, organisateur de la cyclo l’Ardéchoise. Quand je lui ai appris au téléphone qu’il ne pourrait pas courir, il m’a dit : «Bordel !» Cela lui a coupé l’herbe sous le pied.»

«Vous savez, on sait ce qu’il y a derrière nous, mais on ne sait jamais ce qu’il y a devant...»

Il en fallait donc plus pour empêcher le détenteur du record des plus de 105 ans, établi en janvier 2017, de revenir pour un tour de piste. L‘histoire retiendra qu’il lui en fallu 16 sur la piste olympique pour couvrir les fameux 4000 mètres. Sous les yeux admiratifs des jeunes et des moins jeunes, Robert Marchand a rattrapé son rendez-vous manqué : «C’est mieux que ce que je pensais. J’ai eu un peu peur au début. Mon principal problème, ce sont l’équilibre et les rhumatismes. C’est pas rigolo tous les jours.» Aucun problème pourtant pour chevaucher sa bécane un peu trop grande pour lui. Les yeux fixés sur sa trajectoire, Robert Marchand déroule comme un gamin à qui on vient d’apprendre les rudiments pour ne pas tomber. Sauf que là, c’est bien lui qui donne la leçon. Une leçon de longévité et de santé.

Vice-président en charge du cyclisme pour tous et du développement à la FFC, Jean-Michel Richefort le connaît depuis longtemps : «Robert est au-delà du symbole qu’il véhicule. Il est heureux comme un gosse quand il vient au vélodrome. Et il ne peut pas le faire sans monter sur un vélo. Il serait même capable de rouler pendant des heures.»

Rien ne dit que le plus célèbre des centenaires à vélo ne rempilera pas pour un tour, et même plusieurs : «Si je vais revenir ? Vous savez, on sait ce qu’il y a derrière nous, mais on ne sait jamais ce qu’il y a devant... » Le 23 juin prochain, du côté de Chanéac pour la 27e édition de l’Ardéchoise, il est même possible que Robert Marchand y fasse quelques bornes parmi les 15 000 participants. Cinq mois plus tard, le 27 novembre, il rêve d’y fêter ses 107 ans en parcourant une distance entre cinq et vingt kilomètres. Si ses médecins lui offrent un bon de sortie...

À 106 ans, Robert Marchand raccroche son vélo

PORTRAIT - Il n'y aura donc pas de nouveau record. Robert Marchand prend sa retraite sportive un an après avoir soulevé l'enthousiasme en établissant devant les caméras un record de vitesse à vélo.

7786589716_robert-marchand-a-montigny-le-bretoneux-le-30-janvier-2014

À 106 ans, Robert Marchand raccroche son véloCrédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : Isabelle Choquet | Durée : 02:09 | Date : 10/01/2018

Il est le "super-centenaire". Robert Marchand a annoncé prendre sa retraite sportive à l'âge de... 106 ans. La fin d'un cycle pour celui qui n'a cessé de pédaler toutes ces années.

Longtemps, il n'a pris qu'un seul médicament par jour, pour sa tension. Il a des rhumatismes aussi. Il était dès lors difficile de tenir encore le guidon pour ce centenaire. "Et je suis sourd comme un pneu !", aime à rigoler Robert Marchand.

Mais aujourd'hui, ce petit homme d'1,50m a décidé de raccrocher, un an après avoir remporté le record à l'heure des plus de 105 ans. 22,5 kilomètres parcourus sur la piste du vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines. Bien-sûr, il était le seul dans sa catégorie, mais quand même.

Une vie à toute allure

Robert Marchand est né avant la Première Guerre mondiale, en novembre 1911, près d'Amiens. La maison familiale se dresse juste sur la ligne de combat, alors ses parents décident de l’expédier au vert, jusqu'à l'Armistice, dans une ferme de l'Allier. "Je pleurais tous les soirs", raconte Robert Marchand.

À trois ans, je devais aller garder les vaches. Et puis il a fait tous les métiers, il a travaillé jusqu'à 85 ans. Sapeur-pompier à Paris, éleveur de poules, cordonnier, moniteur de gym... Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre dans la résistance, fait un peu de prison et s'exile ensuite au Venezuela, où il est conducteur d'engins, puis au Canada, où il devient bûcheron.

Un communiste convaincu

Tous les matins encore, Robert Marchand lit L'Huma. Militant communiste et syndicaliste pendant le Front populaire, il tient à ses idées. Il y a quelques années, il a refusé que Roselyne Bachelot, ministre des Sports de l'époque, lui remette une médaille. Il a choisi de recevoir cette breloque de la part de la maire communiste de sa ville, Mitry-Mory, en Seine Maritime. 

Une ville où il vit depuis plusieurs décennies maintenant. Robert Marchand est veuf depuis 1943, il n'a pas d'enfants, alors il vit seul dans son petit appartement. Il touche moins de 900 euros par mois pour sa retraite. Toujours membre du club de vélo local, il arrête donc les compétitions, mais cet homme d'humeur toujours joviale fait ses étirements tous les jours."Je ne suis pas un phénomène, j'ai juste de la chance", sourit-il encore. 

Cyclisme, la retraite à 106 ans de Robert Marchand

Le plus vieux sportif de France, Robert Marchand, 106 ans, recordman de l’heure à vélo, renonce pour raisons de santé.

Robert-Marchand-successivement-etabli-record-lheure-desde-100-desde-105-categories-creeeslui-connaissent-aucun-rival_0_729_486

Robert Marchand a successivement établi le record de l’heure des plus de 100 ans et des plus de 105 ans, catégories créées pour lui et qui ne lui connaissent aucun rival. / Joël Saget/AFP

 

Sa petite voix aigrelette et enjouée a occupé les ondes des stations de radio une partie de la matinée de ce mercredi 10 janvier pour expliquer « qu’il y avait une fin pour tout, et que 17 ou 18 de tension c’était trop pour les records ». À 106 ans, Robert Marchand a en effet décidé de mettre un terme à son incroyable parcours sportif, qui avait fait de ce petit homme de 1.50 m la coqueluche... .

Une bonne santé et le voeu qu'il puisse vivre encore quelques années (pourquoi pas) parmi nous.

Robert Marchand un bel exemple et une bonne leçon d'humilité pour la vie !

Posté par Janus157 à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]