Ecologie vraie et réelle..

28 juin 2017

« La lutte des classes a été renversée ! »..Réflexions..

 

cartes_postales_mar

 

Photo ci-dessus d’une carte postale d’époque, d’une barricade (grève de Limoges) érigée route d’Axe sur Vienne, à l’ouest de Limoges, et pour protester.

«  La lutte des classes a été renversée ! »..Réflexions..

 

Michel et Monique Pinçon-Charlot 

monique20pincon-charlot20et2020michel20pincon20c20dr

 

1942 : Naissance de Michel Pinçon.

1946 : Naissance de Monique Pinçon-Charlot.

1989 : Dans les beaux quartiers.

1997 : Voyage en grande bourgeoisie.

2007 : Les Ghettos du gotha.

2010 : Le Président des riches – Enquête sur l’oligarchie dans la France de

           Nicolas Sarkozy.

2013 : La violence des riches – Chronique d’une immense casse sociale.

            Riche, pourquoi pas toi ? (avec le dessinateur Marion Montaigne).

2014 : Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de

            Plus en plus pauvres ? (avec le dessinateur Etienne Lécroart ).

2015 : Tentative d’évasion (fiscale).

2017 : Les prédateurs au pouvoir – Main basse sur notre avenir.

 

Les riches contre les pauvres

 

critique-la-classe-ouvriere-va-au-paradis-petri

Photo ci-dessus de l'affiche du film..Critique la classe ouvrière va au paradis..

Les sociologues français Michel et Monique Pinçon-Charlot ont mené une enquête à ce sujet..

548736-michel-pincon-et-monique-pincon-charlot

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

Le livre: Les Prédateurs aupouvoir - Main basse sur notre avenir , de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlet, aux éditions Textuel.

$_35

 

« C’était un coup de colère après l’affaire Fillon, parce qu’on nous présentait chaque semaine un épisode d’un feuilleton sur un homme qu’on avait connu Premier ministre de Nicolas Sarkozy et que, sincèrement, j’imaginais avoir un rapport à l’argent très responsable compte tenu de l’image qu’il donnait. Je l’avais même imaginé gêné par la façon dont Nicolas Sarkozy se présentait dans un rapport très décomplexé à l’argent.. Et puis, en y réfléchissant avec Michel, on s’est dit qu’il y avait aussi l’affaire Marine Le Pen, qui avait détourné de l’argent public au profit du Front National. On s’est dit, au fond, on nous présente ça comme des ’’casseroles’’, comme si ça n’était pas si grave, qu’ils n’étaient ’’que des gens corrompus’’. On a réalisé qu’on parlait toujours de ’’ corruption’’, mais qu’il fallait désormais parler de ’’ prédation’’, avec l’idée d’une intention de voler de l’argent à son profit et au détriment des autres. »

38699018_p

 

Vous expliquez que les « super-riches » sont dans un esprit de « solidarité ». Vous parlez d’une « classe sociale ». Comment deviennent-ils une classe ?

Photo-dave-brown-social-classes

Photo dessin humoristique Dave Brown social classes..

 

« Si on prend la définition marxiste de la classe sociale qui est la nôtre, la classe se définit de deux points de vue. Il faut qu’elle soit « en soi », c’est-à-dire qu’elle ait des modes de vie, des niveaux de richesse qui soient fondamentalement différents du reste des autres classes. Ce qui fonctionne très biens pour la grande bourgeoisie et l’oligarchie. Et puis, il faut qu’elle soit « pour soi », c’est-à-dire qu’elle est mobilisée pour la défense de ses intérêts.

Justement chaque oligarque, chaque grand bourgeois, chaque noble fortuné, est construit pour être avant toute chose le représentant de sa classe, dont il doit défendre les intérêts sur tous les fronts, en tout instant, en tout lieu. »

 

Photo de Marx

 

Lutte des classe, dans mon salon, pour les riches..

 

« Les riches sont construits pour être les représentants de leur classe dont ils doivent défendre les intérêts. »

 

 

Pourquoi, s’agissant des « dominés », leur classe a été « détruite » ?

Photo de lutte-de-classe

 

« Elle a été détruite par des moyens divers et variés. On peut citer ceux qui sont liés aux délocalisations des entreprises industrielles. Mais aussi toute la politique du logement qui est passée de l’aide à la pierre à l’aide de la personne dans les années 1970. C’est comme ça que la population HLM a, en quelques années, été complètement modifiée. Les ouvriers Français sont massivement partis dans les périphéries, dans des logements pas chers construits pour ne durer qu’une génération mais qui étaient le bonheur de leur vie. Les grandes cités, plus proches des centres-villes, ont été laissées aux immigrés et leurs enfants. C’est comme ça qu’on été créés les ghettos qu’on connaît aujourd’hui, défavorisés. Parallèlement a été détruit tout ce qui concerne la solidarité ouvrière : les syndicats, les partis. Ca c’est fait avec des histoires d’argent, des mises à mal des syndicats dans les négociations et aussi beaucoup avec des armes idéologiques et linguistiques. Ca venait des propriétaires des grands médias qui nous ont fait croire que ce sont les propriétaires des moyens de production qui sont des créateurs de richesse., fiers de ce qu’ils construisaient, aujourd’hui, ils ne sont même plus appelés ouvriers ou travailleurs. Ils sont de venus des coûts. Des charges. Les puissants ont renversé la lutte des classes. »

 

Photo-manifestation-opposants-nuit

 

Et ça a marché ?

lutte5

 

« Oui, c’est le problème. Et il n’y a pas eu de cohésion suffisante parce que tout le monde est divisé. Les salaires sont très bas, chacun est coincé par des crédits qui font qu’ils ne peuvent plus se mettre en grève. C’est plus qu’une souffrance. Nous, on parle de guerre, de guerre de classe. C’est la pire des violences, parce qu’on vous déshumanise, on vous empêche d’être fiers. Se battre, c’est chouette. Ca porte, ça donne de l’estime de soi. Tandis que si vous ne vous battez pas, vous avez honte de vous. »

Photo-de -lutte-des-classes

 

Sur les fraudeurs fiscaux, vous dites que la plupart de ceux qui sont débusqués ne le sont pas par les services de Bercy, mais par des journalistes, des lanceurs d’alerte.

Qu’ensuite, tout se fait par des négociations dans les « alcôves » du ministère. Pourquoi tant de clémence ?

Photo- de le-ministere-des-finances-dans-le-quartier-de-bercy-a-paris_5761393

Photo ci-dessus de Bercy..La citadelle ou..Le château fort..

Photo- de 506822-jerome-cahuzac-alors-ministre-du-budget-lors-d-une-conference-de-presse-sur-la-lutte-contre-la-fraud-400x265

Photo  de Jérome Cahuzac,alors ministre du budget lors d'une conférence de presse sur la lutte contre la fraude fiscale..

 

«  Ca montre à quel point c’est une classe sociale mobilisée. C’et une dérogation au droit commun que ce « verrou de Bercy », qui fait que seul le ministre du budget peut déclencher des poursuites au pénal contre les fraudeurs de son choix. C'est pour ça qu’on a fait un travail sur ce sujet

[ Tentative d’évasion (fiscale), 2015, ndlr ], parce qu’on s’est dit que c’était un exemple très parlant, qui montre bien à quel point, que ce soit Bernard Cazeneuve, Michel Sapin ou Jérôme Cahuzac, ils sont toujours là pour aider leur camarades de classe, même si ça prive l’Etat de 80 milliards d’Euros par an. »

Photo-cazeneuve-et-sapincafp

Photo ci-dessus de Mr. Bernard Cazeneuve à côté de Mr. Michel Sapin, dans lhémicycle.. 

(Il existe toujours l’affaire Le "culotte gate" qui embarrasse Michel Sapin..)

http://www.valeursactuelles.com/politique/le-culotte-gate-qui-embarrasse-sapin-et-cazeneuve-61274

 

Pourquoi avoir consacré la majeure partie de vos recherches aux super- riches ?

 

Photo-arton30364

Photo ci-dessus, Mr. François Hollande en train de trinquer avec Mr. Gattaz président du Medef.

 

«  C’est dû à de multiples facteurs mais le premier, c’est qu’avec Michel, on s’est rendu compte que les sociologues étaient toujours entrain de parler des rapports de domination, ils avaient tous la tête baissée sur les plus pauvres en se disant : ’’ Eh bien, quand je rentre chez moi, je me sens heureux, je suis au CNRS, j’ai bien réussi’’. Alors nous, on leur a un peu cassé la baraque en leur parlant des gens qui sont non seulement riches financièrement, mais aussi culturellement ? »

Photo-ob_ba5206_classe-moyenne

 

C’est difficile d’entrer dans ce cercle des riches ?

 

l-homme-a-derobe-211-661-62-euros-a-la-nonagenaire

 

«  Non, ça n’a pas été compliqué. La clé de notre réussite réside dans notre couple. Quand on se présente dans les beaux quartiers en couple, on fait moins peur, on est déjà une petite famille. Donc on se trouve en phase avec ces personnes pour lesquelles la famille est le cœur de la reproduction des rapports de classe. Et puis, on a pas attaqué tout de suite avec des entretiens. On s’est beaucoup baladés dans les beaux quartiers, on a beaucoup réfléchi, lu. Et bien compris comment ils fonctionnaient, dans un système de cooptation. Du coup, on s’est fait coopter en ayant une recommandation du côté de la grande bourgeoisie de Neuilly, et puis une autre dans la noblesse très fortunée et très lancée dans la vie parisienne. »

 

Photo-Gala-charite-Children-For-Peace-Cercle-union-interalliee_0_1400_933

 

N’avaient-ils pas l’impression que vous étiez hostiles ?

 

Photo-ernest-antoine-seilliere-de-laborde-ancien-president-du-medef-nous-recevait-en-2005-dans-sa-maison-de-famille-situee-en-ville-d-hiver-a-arcachon

Photo ci-dessus du baron Ernest Antoine Sellière de Laborde président du Medef à l’époque.

Medef

 

«  Au départ, on était pas ’’hostile’’. On voulait comprendre. Je dirais qu’on est devenus ’’hostiles’’ à partir du moment où le baron Ernest Antoine Sellière de Laborde a pris la présidence du Medef [ en 1997, ndlr ]. Là, il a fait la ’’refondation sociale’’, cette inversion de la lutte des classes que l’on vient d’évoquer. C’est à ce moment qu’on s’est vraiment rendu compte que quelque chose de très grave se passait. »

Photo-04092009-Ernest-Antoine-Seilliere-de-Laborde

 

Depuis ce basculement et depuis que vous êtes connus, n’est-ce pas plus compliqué de les approcher ?

Photo-Nicolas-Sarkozy

 

«  Après notre livre Le Président des richesEnquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy [2010], ça allait encore, parce que toute la gauche socialiste était très en colère contre Nicolas Sarkozy. Mais avec notre livre suivant, La Violence des richesChronique d’une immense casse sociale [2013] où, là, la gauche socialiste en prend pour son grade, ça s’est fini. On ne peut plus travailler comme avant. Du coup, on a changé nos méthodes. On a réussi à écrire Tentative d’évasion (fiscale) [2015] grâce à des lanceurs d’alerte, des inspecteurs des impôts qui parlent sous anonymat, des lectures, des observations… »

eric_bocquet-dvd

 

Voir de près ce milieu, ça donne des envies ?

 

Photo-Jeanne-macron-photo

«  Le problème ne se pose pas en ces termes. Parce qu’eux ont été construits pour être des dominants, des grands bourgeois, des nobles fortunés. Ils ont un habitus de classe qui a été construit pas seulement à la naissance, mais qui se construit de génération en génération. On sait très bien que nous, comme on a été construits, on ne pourra jamais être heureux, on sera toujours en décalage. Donc, ça ne fait pas envie…ça n’est pas non plus repoussant…Nous, c’est vraiment l’analyse sociologique de cette classe, des rapports sociaux de domination, qui a été un grand bonheur dans notre vie et qu’on a partagée. Et quand la pensée critique se partage, c’est une belle forme de résistance. »

brigitte-et-emmanuel-macron-une-histoire-d-amour-et-de-style-9-photos

 

 

Propos recueillis par Florence TRICOIRE.

( Le Républicain Lorrain Dimanche 25 juin 2017, page 2)

 

Pour conclure

45193682_p

mai68 (1)

Alternative-libertaire-mai68

 

Je vous invite à acheter et sinon lire leur livre (dernier..), Les prédateurs au pouvoir – Main basse sur notre avenir [2017].

 Le livre: Les Prédateurs aupouvoir - Main basse sur notre avenir , de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlet, aux éditions Textuel.

Posté par Janus157 à 11:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 juin 2017

PESTICIDES : Bras de fer Ministériel..

 

autoriser-ou-non-les-neonicotinoides-bras-de-fer-entre-travert-et-hulot

PESTICIDES : Bras de fer Ministériel..

 

Le Ministre de l’Agriculture, monsieur Stéphane Travert, et le Ministre de la transition énergétique (et de l’écologie..), monsieur Nicolas Hulot, ne sont pas d’accord sur le sujet..

 

La Loi Française n’est pas aux normes des exigences de Bruxelles..( ! )

La France va plus loin que les exigences de Bruxelles..( ! )

L’épandage aérien bénéficiera d’une dérogation en cas de crise sanitaire grave ( ? )

Néonicotinoïdes : une proposition de Loi va être faite..

Retour sur la Loi sur les pesticides ?

L’arbitrage (en dernier..) c’est celui du premier ministre, toujours..

Le gouvernement envisage d’assouplir l’utilisation de pesticides ( ? )

Les interdictions de néonicotinoîdes et d’épandage ne seront pas levé.

 

Le ministre de l’Agriculture, monsieur Stéphane Travert, devrait avoir une discussion sur le sujet avec monsieur Nicolas Hulot..

 

Selon Delphine Batho : « Les lobbyistes tiennent la plume.. »

 

Facebook_Pesticides_1200x900px_Fev16_OK-1024x768-1

 

Reculade ou bousculade ?

Provocation ou passage en force ?

Retour en arrière ?

 

 

INTERDICTION DES PESTICIDES TUEURS D'ABEILLES : GROS DÉSACCORD ENTRE STÉPHANE TRAVERT ET NICOLAS HULOT

 

images (50)

 

EN MARCHE... ARRIÈRE ?- Selon un document de travail que s'est procuréRMC, le gouvernement envisagerait de revenir sur les interdictions des pesticides tueurs d'abeilles et de l'épandage aérien. Problème : le ministre de l'Agriculture et le ministre de l'Ecologie semblent en désaccord sur le sujet.

 

7087479_abeilles-ok_1000x625

 

Le gouvernement est-il en train de reculer en matière d'écologie ? Selon un document de travail interministériel daté du 21 juin et que s'est procuré RMC, le gouvernement souhaiterait revenir sur deux réformes écologiques : l'interdiction de l'épandage aérien - c'est-à-dire la pulvérisation par les airs de pesticides - et l'interdiction des néonicotinoïdes - plus communément appelés les pesticides tueurs d'abeilles -. 

malgre-l-interdiction-il-est-possible-d-obtenir-des-derogations-qui-autorisent-a-repandre-des-pesticides-par-pulverisation-aerienne_51578_w300

Photo ci-dessus d’un épandage aérien à l’aide d’un petit bi-place.

 

Stéphane Travert est favorable au retour des ’’néonicotinoîdes’’. Nicolas Hulot, lui, est contre. [BFMTV/AFP]

 

La raison : la France irait "plus loin que ce qui est prévu par la réglementation européenne, or "le gouvernement veut abroger toutes ces dispositions nationales qui excèdent les normes européennes".

 

On ne reviendra pas sur des acquis  Nicolas Hulot, ministre de l'Ecologie.

 

Nicolas Hulot 

✔@N_Hulot

@RMCinfo les interdictions de neonicotinoides & épandage aerien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens

9:30 AM - 26 Jun 2017

 

arton5744

Photo ci-dessus d’un épandage au-dessus des vignes.

Les plus grands épandages par hélicoptère ont lieu dans les vignobles de champagne !

 

Couac gouvernemental au sujet des

pesticides tueurs d'abeilles

 

Interrogé à ce sujet sur RMC/BFMTV, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a affirmé que sur l'épandage aérien, "c'est faux". "Des dérogations pourront être prises uniquement en cas de crises sanitaires graves et seulement si il y a des risques pour les populations environnantes".

 

Sur les pesticides tueurs d'abeilles en revanche, il a affirmé vouloir revenir sur la loi "qui n'est pas en conformité avec le droit européen". "Ce que nous souhaitons c’est que nous puissions bénéficier d’un certain nombre de produits dont le caractère dangereux n’est pas identifié et pour lesquels il n’existe pas de produits de substitution". Et d'affirmer qu'une proposition de loi pourrait être faite en ce sens".

 

22704_une

Photo ci-dessus d’un épandage aérien au-dessus de champs de lavande ou pour le blé.

Un souhait que ne partage visiblement pas le ministre de l'Ecologique Nicolas Hulot. Interrogé à ce sujet ce lundi matin, il a affirmé qu'il ne reviendrait pas sur cette loi. "Quand la santé est mise en cause, je ne veux faire aucune concession. On ne reviendra pas sur des acquis. Et d'ajouter, en contradiction avec les propos de Stéphane Travert que "les arbitrages ont été faits". Les deux ministres doivent en tout cas se rencontrer cette semaine pour en "débattre". Et en cas de désaccord ? "C'est le Premier ministre qui tranchera", a indiqué Stéphane Travert. 

nicolas-hulot-stephane-travert-gouvernement-ecologie-agriculture-dd8ba4-0@1x

 

Le gouvernement envisage-t-il le retour des néonicotinoïdes ?

pesticides-un-assouplissement-de-l-interdiction-est-envisage

Après une interdiction sous le président Hollande, les pesticides de type

’’néonicotinoïdes’’ pourraient retrouver la faveur de l’Etat. [AFP]

 

Un document interministériel de travail envisage de revenir sur deux interdictions concernant les pesticides utilisés dans l'agriculture, assure RMC qui s'est procuré le texte. Le retour de l'épandage aérien et des néonicotinoïdes, ces pesticides accusés de tuer les abeilles, est inscrit dans ce document destiné à servir de base à la future loi de "simplification". Nicolas Hulot assure de son côté que rien n'est tranché.

 

RMC annonce ce lundi matin s'être procuré un document de travail interministériel de 44 pages qui doit servir de trame à une future loi dite de « simplification ». Dans ce texte, le gouvernement étudie la possibilité de revenir sur des décisions concernant les pesticides dans l'agriculture, des décisions prises par la France et considérées comme plus précautionneuse que ce que Bruxelles exige.

Les deux hypothèses de travail qui risquent de faire polémique sont : le possible retour à l'épandage aérien des pesticides et le retour éventuel des néonicotinoïdes.

 

972990_22760690_460x306

Photo ci-dessus d’un épandage par tracteur, entre des rangs de vignes.

Malgré la protection (relative et faible..) l’ouvrier agricole est cependant exposé sur le plan des mains comme des voies respiratoires surtout !

 

En plus de la combinaison (non déchirée, bien-sûr..), il faut que les bottes ou chaussures soient recouvertes, les mains également, et pour ce qui est du masque, il faut un masque spécifique spécial avec des cartouches filtrantes !!!

>> Lire aussi : Pesticides. Les néonicotinoïdes, qu'est-ce que c'est ?

 

action-44

 Les députés ont voté contre

Les députés ont voté l'été dernier pour interdire l'usage de ces néonicotinoïdes, accusés de décimer les colonies d'abeilles, à partir de 2018. Des dérogations restent cependant possibles jusqu'en 2020 où l'interdiction doit devenir totale. Une interdiction qui va plus loin que le moratoire partiel imposé par l'Union européenne.

La semaine dernière, le gouvernement d'Edouard Philippe a annoncé son intention d'arrêter de « surtransposer » les directives européennes dans le droit français afin de renforcer l'attractivité de la place de Paris, notamment dans le cadre du Brexit.

« Pas encore arbitrées »

Mais RMC rappelle que pendant sa campagne, Emmanuel Macron interrogé par une association environnementale sur la question des néonicotinoïdes s'était engagé à ne pas revenir sur leur interdiction. Interviewé dimanche par la radio sur ce document de travail, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique, assurait ne pas en avoir connaissance et que de telles décisions n'étaient « pas encore arbitrées ».

Le tout nouveau ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, était l'invité de RMC-BFMTV ce lundi à 8 h 30. Interviewé par Jean-Jacques Bourdin, il a confirmé que sa position était d'autoriser certains néonicotinoïdes en agriculture quand « il n'existe pas de produits de substitution ». Une position qui n'a pas été tranchée et qui le sera, après discussion avec Nicolas Hulot, par le Premier ministre Edouard Philippe.

 

epandage-de-pesticides-sur-un-champ-de-riz

Photo ci-dessus d’un épandage dans un champ de riz, à titre d’exemple et de comparaison (hmm ! le bon riz..( !).

Il faut savoir, à titre d’information, que ce n’est guère mieux pour le blé comme pour les pâtes…

 

Néonicotinoïdes : les abeilles,

première passe d'armes au gouvernement entre Travert et Hulot

 

 Copie de Ventileuses-et-vol-des-abeilles

La confirmation par le ministre de l'Agriculture qu'il est favorable à un assouplissement de la loi sur l'interdiction des néonicotinoïdes, insecticides tueurs d'abeilles, va à l'encontre des positions du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. Elle suscite également de nombreuses réactions hostiles. 

téléchargement (6)

Les abeilles vont-elles semer la zizanie au gouvernement ? Ce lundi matin, sur BFMTV et RMC, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, a confirmé que la loi française sur les néonicotinoïdes n'étant «pas conforme avec le droit européen», il envisageait d'assouplir le texte de juillet 2016 qui les interdisait. Cet insecticide est accusé de tuer les abeilles, et la fondation du désormais ministre de la Transition écologique avait, il y a deux ans, lancé une pétition contre lui. «Nous devons avoir une discussion avec mon collègue Nicolas Hulot sur cette question, je suis ouvert à la discussion», a expliqué le ministre de l'Agriculture. 

les-ruches-peuplees-de-farmili-contiennent-1-reine-et-10-000-abeilles_5781219

 

Mais à peine une heure après les propos de Stéphane Travert, Nicolas Hulot a fermé la porte à un débat sur l'assouplissement de l'interdiction de ces insecticides. «Les interdictions de néonicotinoïdes ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens», a assuré le ministre de la Transition écologique sur Twitter. 

 

Nicolas Hulot 

✔@N_Hulot

@RMCinfo les interdictions de neonicotinoides & épandage aerien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens

9:30 AM - 26 Jun 2017

870x489_maxnewsfrthree883345

 

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, s'est dit favorable ce lundi matin au retour des pesticides de type néonicotinoïde en agriculture car pour certaines cultures, "il n'existe pas de produit de substitution". Mais Nicolas Hulot, qui ne veut faire "aucune concession", affirme que les interdictions ne seront pas levées.

« Nous avons la volonté de gérer les impasses techniques », explique Stéphane Travert, le nouveau ministre de l'Agriculture. « Il y a des produits estimés dangereux qui sont retirés. Mais d'autres, dont nous ne connaissons pas la dangerosité, qui n'ont pas de produits de substitution ». Voilà comment Stéphane Travert a justifié ce lundi matin sur RMC- BFMTV son souhait d'autoriser l'utilisation de certains pesticides de type néonicotinoïde en agriculture. La radio s'était en effet procuré un document de travail interministériel, datant de mercredi dernier, qui évoquait ce retour possible des néonicotinoïdes, pourtant accusés de décimer les abeilles.

 

neonicotinoides-travert-et-hulot-s-opposent-sur-ces-pesticides-tueurs-d-abeilles

Les pesticides de type ’’néonicotinoïdes’’ seraient responsables du décès de nombreuses abeilles. [Archives Ouest-France/ Thierry Creux.

 

Sans abeilles, plus de pollinisation,

plus de fruits, bref, plus rien...

 

Il y avait déjà le ’’Régent’’ qui était responsable et la cause de la mort de milliers d’essaims d’abeilles !

I - Regent GR

 

Les pesticides de type néonicotinoîdes seraient responsables du décès de

nombreuses abeilles. [Archives Ouest-France/Thierry Creux]

 

« Pas conforme au droit européen »

« Nous ne sommes pas en conformité avec le droit européen », estime Stéphane Travert.Les députés français ont en effet voté l'interdiction de ces pesticides, avec des dérogations possibles jusqu'en 2020. A compter de cette date, tous les néonicotinoïdes seront interdits en France. Mais les normes européennes ne sont si exigeantes et les agriculteurs français seront donc lésés, en terme de concurrence, par rapport aux autres producteurs européens qui eux continueront d'utiliser ces produits. L'Union européenne envisage néanmoins d'interdire une partie de ces pesticides.

 

37a9f781a1a7bb9a374f1b3efbafc

« Il y a des produits estimés dangereux qui sont retirés. Mais d’autres, dont nous ne connaissons pas la dangerosité, qui n’ont pas de produits de substitution », dit Stéphane Travert. [ Archives Ouest-France (Thierry Creux) ]

 

macron

« Le président Macron avait dit qu'il ne reviendrait pas sur cette interdiction », s'agace Jean-Jacques Bourdin. « Il a même dit : Ce qui est mauvais pour les abeilles est mauvais pour l'homme ». Le ministre de l'Agriculture assure que la dangerosité de certains néonicotinoïdes n'est pas forcément avérée et que ces produits doivent faire l'objet d'études sanitaires.

« Nicolas Hulot est contre »

384f827322de2b8fe0b5504fb10b9

« Nicolas Hulot est contre », lui rétorque le journaliste de RMC« Nous allons discuter avec mon collègue ministre », répond Stéphane Travert. « L'arbitrage n'est donc pas rendu ? », lance Jean-Jacques Bourdin. « Non, c'est ma position. Je suis un homme de compromis, pas de compromission. Je veux travailler sur le sujet avec mon collègue Nicolas Hulot ». En dernier ressort, « c'est le Premier ministre qui arbitrera ».

0c327bb38696950ceb24a098a1e5a

 

Nicolas Hulot a aussitôt réagi : « les interdictions de néonicotinoïdes et épandage aérien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens », a déclaré M. Hulot dans un tweet. « Dès lors que la santé est mise en cause, je ne veux faire aucune concession », a-t-il redit un peu plus tard dans la matinée, devant la presse en marge d'un déplacement à Lyon. 

 

Nicolas Hulot 

✔@N_Hulot

@RMCinfo les interdictions de neonicotinoides & épandage aerien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens

09:30 - 26 Jun 2017

 

malgre-l-interdiction-il-est-possible-d-obtenir-des-derogations-qui-autorisent-a-repandre-des-pesticides-par-pulverisation-aerienne_51578_w300

Malgré l’interdiction, il est possible d’obtenir des dérogations ( !)..

 

Sur le retour de l'épandage aérien, dont il est également question dans le document de travail interministériel, Stéphane Travert avait confirmé dans son interview que la question était déjà tranchée : « Il n'y aura qu'une seule dérogation possible : les épandages aériens seront autorisés uniquement en cas de crise sanitaire grave et à condition de ne présenter aucun risque pour la population et les agriculteurs ».

« Aucune concession », confirme Hulot

Interviewé en marge d'un de ses déplacements, Nicolas Hulot a enfoncé le clou : « Ma ligne est simple : il ne faut faire aucune concession. On ne reviendra pas sur des acquis. Les arbitrages sont faits. Je vais en débattre avec le ministre de l'Agriculture ».

nicolas-hulot-stephane-travert-gouvernement-ecologie-agriculture-dd8ba4-0@1x

 

Les deux ministres doivent toutefois se voir cette semaine. «Je dois le voir toute cette semaine sur ces sujets», a confirmé Nicolas Hulot en déplacement à Lyon avant de faire un lapsus et d'appeler le ministre de l'Agriculture Sébastien au lieu de Stéphane. «Sur tout ce qui concerne la santé, ma ligne est simple, il ne faut faire aucune concession. On ne reviendra pas sur des acquis, je veux être le garant de ce que mes prédécesseurs ont acquis», a ajouté l'écologiste.  

Sur BFMTV, Stéphane Travert a expliqué que s'ils ne trouvaient pas de terrain d'entente, le Premier ministre Edouard Philippe trancherait. Vu le poids de Nicolas Hulot dans l'opinion, il n'est pas sûr qu'Emmanuel Macron et Matignon s'opposent déjà à lui.

 

Batho appelle les «citoyens à se mobiliser»

Delphine-Batho-110

Il a en tout cas déjà reçu des soutiens extérieurs. Notamment celui de l'ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho, qui appelle les «citoyens à se mobiliser». Sur RMC, elle estime que cette proposition de loi revenant sur l'interdiction de ces insecticides serait «un coup de force des lobbies». Elle réaffirme son «soutien et sa confiance en Nicolas Hulot pour empêcher toute régression».  

 

Delphine Batho 

✔@delphinebatho

#StopNéonicotinoïdes #StopÉpandageAérien Soutien et toute confiance à @N_Hulot pour empêcher toute régression.

8:33 AM - 26 Jun 2017

 

« Impact des néonicotinoïdes sur la santé humaine »

 

Au niveau européen, le dossier progresse également. Le 22 juin, la commission ENVI (environnement, santé publique et sécurité sanitaire) du Parlement de Strasbourg a validé le projet de la Commission européenne d’interdire la clothianidine, le thiaméthoxame et l’imidaclopride. Cette décision est fondée sur une évaluation du risque conduite par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a passé en revue la littérature scientifique disponible sur les trois molécules en question. Sur les autres molécules de la famille des « néonics », les données de la littérature scientifiques sont moins abondantes. Cependant, des expertises déjà anciennes, comme celles du Comité scientifique et technique de l’étude multifactorielle des troubles des abeilles (CST), en 2003 et 2005, ont souligné que les méthodes d’évaluation des risques de ces substances, préalables à leur mise sur le marché, étaient inadéquates…

La députée (PS) Delphine Batho, à l’origine de l’amendement sur les « néonics », dans la loi pour la biodiversité et la reconquête des paysages, estime qu’« aucune argutie juridique ne peut justifier que l’on revienne sur la loi française »« Le règlement européen autorise les Etats membres à prendre des mesures de précaution, précise-t-elle. L’Allemagne et l’Italie ont fait usage de cette possibilité pour interdire certains néonicotinoïdes au-delà des dispositions européennes. » Enfin, rappelle-t-elle, « des études scientifiques ont établi l’impact des néonicotinoïdes sur la santé humaine avec “des conséquences neurologiques défavorables sur l’être humain” ».

 

En marge d’un déplacement à Lyon, lundi matin, M. Hulot a confirmé sa position. « Dès lors que la santé est mise en cause, je ne veux faire aucune concession », a-t-il lancé. Les arbitrages « ont déjà été faits, on ne va pas revenir sur la loi », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’« on ne reviendra pas sur des acquis ».

Cependant, à bien y regarder, la sortie de M. Hulot ne démentait pas formellement la déclaration de son collègue de l’agriculture : ce dernier fait référence à la loi européenne qui s’achemine vers l’interdiction de trois néonicotinoïdes, alors que la France s’est engagée à interdire l’usage des sept molécules de cette famille d’agrotoxiques. Ambiguë, la formulation de Nicolas Hulot (les interdictions « de » néonicotinoïdes et non « des » néonicotinoïdes) pouvait laisserentendre que seules certaines substances de cette famille seraient effectivement interdites – comme l’Union européenne est en train de le décider. Le premier ministre Edouard Philippe a finalement éteint la controverse en fin de matinée, annonçant dans un communiqué que « le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes à partir de septembre 2018 ».

 

Polémique sur les pesticides : Pour Castaner, Hulot a "réagi très vite"

2048x1536-fit_christophe-castaner-depute-maire-forcalquier

Après la polémique sur les pesticides appelés les néonicotinoïdes, le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a réagi, estimant que Nicolas Hulot avait "réagi très vite, peut-être trop". 

 

Au sein du gouvernement d'Edouard Philippe, les tensions s'amplifient.

Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert et le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot s'étaient opposés au sujet des néonicotinoïdes. Sur BFM TV, le ministre de l'agriculture avait sous-entendu qu'il faudrait revenir sur l'interdiction de ce produit, qualifié de "tueurs d'abeilles". Nicolas Hulot, lui, a affirmé qu'il ne ferait "aucune concession", ajoutant qu'il ne "reviendra pas sur des acquis". 

 

La polémique n'est "pas un couac" 

Christophe Castaner, le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, s'est également exprimé au micro de BFM TV : "Nicolas Hulot a réagi très vite, peut-être trop". Pour le porte-parole du gouvernement, cette polémique n'est "pas un couac". Ce dernier a ajouté : "Nous défendrons notre position face à la commission européenne. (...) Les néonicotinoïdes, il faut s'en débarrasser."

 

Pesticides: Philippe et Hulot confirment l'interdiction

 

000_jo5jh

La firme ’’Monsanto’’ n’est innocente en rien, pour ce qui est de l’utilisation de pesticides – insecticides concernant notamment le maïs, dont maïs transgénétique (modifié en laboratoire..) ’’Mons 810’’..

 

Hier au soir, lundi 26 juin 2017, en rentrant de la forêt et de la chasse (affût au mirador pour le chevreuil mâle, brocard..), j’ai suivi une émission, à la radio, et sur la station ’’France Culture’’ (tout en prenant mon café derrière la maison sur la terrasse..).

fh_xb

 

L’hypocrisie est la routine..

 

f2eb5fdcf732f33a2b07058732c25af4c912fc8e

Mr.Stéphane Le Foll a toujours été en parfait accord et adhésion avec Mr. Xavier Beulin, dans quels intérêts ?..

 

arton1057

 

Photo ci-dessus, dessin humoristique, en guise de petit clin d'oeil..

Dans cette émission, il y a eu l’intervention d’un représentant (nombreux..) de la F.N.S.E.A. (les bandits de l’agriculture..), au sujet des pesticides et de ce premier ’’couac’’ gouvernemental, entre le ministre de l’Agriculture, monsieur Stéphane Travert, et le ministre de la transition énergétique et de l’écologie, monsieur Nicolas Hulot.

f5788026aca9d92a44808721055e8

 

Dans cette discussion (faux débat de jeu de questions réponses..), l’intervenant de la F.N.S.E.A. espère que Mr. Stéphane Travert ira dans leur sens, car, d’après lui (dixit..) si l’on autorise pas et utilise pas les néonicotinoîdes, la carotte risquerait de disparaître.. je crois rêver…

 

8D2LLIOT_5

Photo ci-dessus de Mr. Xavier Beulin ; on remarquera la personne, une dame, à sa droite, Christiane Lambert, nouvelle présidente de la F.N.S.E.A., en remplacement de Mr. Xavier Beulin décédé..

 

Quand on connait les intérêts de la F.N.S.E.A. dans le cas des pesticides et insecticides, avec cette main mise des grands groupes comme ceux dont Mr. Xavier Beulin (décédé depuis peu..) était à la tête, je veux parler des deux groupes ’’Avril’’ et ’’Sofiprotéol’’, on comprend mieux..business is business..money is money..no comment !

 

ob_bcf013_ob-a5efe1-organigramme-x-beulin-670

Photo ci-dessus d’un organigramme assez édifiant de cet empire créé par Mr. Xavier Beulin, à l’époque..

drapeaux-2

 

La F.N.S.E.A. pour se faire écouter et accepter a pris tous les jeunes agriculteurs en otage pour adhérer à leur processus, vu que les anciens, plus méfiants, n’en voulaient pas..

 

marchetransatlantique

Photo ci-dessus de Mr. Mario Draghi, patron à la tête de la B.C.E. (Banque Centrale Européenne..) et ancien membre de la banque ’’Goldmann&Sachs par qui le scandale de la crise financière est arrivée en août 2007 !

 

Et avec tout cela, on nous conseille (et demande..)

de consommer cinq fruits et légumes par jour..

une hérésie !!!

 

 

Pesticides dans les fruits:

attention au cocktail de résidus

 

 

018954e1180305b1788ffc08cc7a5

Certains fruits contiennent des résidus de plusieurs pesticides. - iStock - nata_zhekova.

 

L'association UFC-Que Choisir a demandé à un laboratoire d'analyser des résidus de plusieurs types de pesticides sur des échantillons de fruits. Résultat: sauf en agriculture "bio", de nombreux fruits cumulent des molécules nocives et les laver ou les éplucher ne permet pas de limiter totalement l'exposition.

C'est un thème qui revient souvent quand il s'agit d'alimentation: à quel point s'expose-t-on aux pesticides présents sur les fruits quand ces derniers passent des champs à nos assiettes? L'association UFC-Que Choisir vient de publier une nouvelle enquête dont la conclusion montre que le risque est bien présent.

Cette dernière a confié à un laboratoire la recherche de résidus de plus de 500 pesticides sur 150 échantillons de pommes, poires, fraises et raisins, issus de l’agriculture conventionnelle ou biologique. Les analyses révèlent que de nombreux fruits cumulent plusieurs traces de ces produits chimiques. Plus précisément, le bilan a établi que 80% des fruits renfermaient au moins un résidu tandis que ceux qui n'en ont aucun sont pratiquement tous issus de l'agriculture biologique.

En moyenne sur un échantillon, et selon le type de fruit, 5 à 7 molécules sont retrouvées. Le raisin est le fruit qui en contient le plus (15 en moyenne), suivi des fraises (14), poires (12) et pommes (11). En tout, 85 substances différentes ont été retrouvées. Et même si ces doses sont minimales, il s'agit de "cocktails aux effets potentiellement nocifs pour notre santé", estime UFC-Que Choisir.

Les raisins contiennent le plus de molécules

arton5744

Pour savoir si laver les fruits et éplucher ceux pour qui l'opération est possible suffisait à éliminer les traces de pesticides, l'association a procédé à un test sur huit lots de pommes, chacun divisé en trois groupes. Le premier a été analysé à l’état brut, le deuxième après avoir été lavé (frotter les pommes sous l'eau pendant environ 10 secondes) et le troisième après avoir été épluché.

Les résultats sont décevants. Sur les échantillons bruts "9 molécules en moyenne sont détectées, sur les échantillons lavés le chiffre ne tombe qu’à 8 molécules et les pommes épluchéescontiennent en moyenne 6 molécules". Pourquoi ces méthodes ne sont-elles pas efficaces? Selon l'association, deux obstacles majeurs s’opposent à l’élimination des pesticides.

Le premier est l'utilisation de produits dits "systémiques". "Appliqués notamment en enrobage des semences ou dans le sol et conçus pour pénétrer à l’intérieur de la plante, ils restent ensuite dans le fruit". En clair, ce type de produit est absorbé par la plante ou le fruit pour s'attaquer aux parasites de l'intérieur et y demeure. Quant aux pesticides de "contact", c'est-à-dire présents sur l'extérieur du fruit, certains sont difficilement solubles dans l’eau.

Un mélange avec d'autres polluants

En juin dernier, une ONG américaine du nom d'Environnemental Working Group avait dressé sa liste annuelle des fruits et légumes les plus et les moins pollués. Outre la présence d'un total de 146 pesticides sur des milliers d'échantillons de fruits et de légumes examinés, ses tests ont révélé que les fraises, pommes, nectarines, pêches, céleris, raisins, cerises, épinards, tomates, poivrons doux, tomates cerises, et concombres affichaient les teneurs les plus élevées.

A l'inverse, les avocats, maïs sucré, ananas, choux, petits pois surgelés, oignons, asperges, mangues, papayes, kiwis, aubergines, melon miel, pamplemousse, melon cantaloup et chou-fleur étaient les aliments les moins exposés à ces molécules. Or, selon l'Association Santé Environnement France, les pesticides ont la particularité d’avoir des effets immédiats (tremblements, maux de tête) et  différés (troubles d'orientation, maux de tête permanents) sur notre santé.

Même s'ils ne sont présents qu’en très petites quantités dans nos aliments, ils ne sont pas les seuls polluants rencontrés au quotidien puisque la pollution,les cosmétiques et les produits ménagers soumettent les consommateurs à un mélange de substances chimiques "dont l’effet que l’on nomme 'effet cocktail' est difficile à évaluer", conclut l'association.

 

pierre-rabhi (1)

 

Tous les pesticides comme insecticides contiennent des produits endocriniens néfastes et qui génèrent des troubles physiques et psychiques chez l’humain !!!

 

Pesticides: que reproche-t-on au glyphosate?

 

 

desherbant-glyphosate-25-l

 

 

 

 

Le glyphosate ne doit pas être classé comme cancérogène, selon des experts européens. Cette substance suscite la controverse depuis plusieurs années car elle est accusée d'être cancérogène et toxique pour l'ADN humain. Seulement, les autorités sanitaires n'arrivent pas se mettre d'accord sur sa dangerosité.

glyphosate

Il y a un risque évident sur le plan de la santé et de la fertilité, comme des risques de malformations pour le fœtus et bébé à naître..

 

C'est une décision en demi-teinte qu'a rendu l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) à propos du glyphosate, un herbicide notamment vendu sous l'appellation Roundup par la firme Monsanto. Les experts de son comité d'évaluation des risques ont reconnu que cette substance causait des lésions oculaires graves et présentait une toxicité pour les milieux aquatiques, mais n'ont pas évoqué de caractère cancérogène, une question qui fait débat depuis plusieurs années.

 

FR-Glyphosate

"Les preuves scientifiques disponibles ne répondaient pas aux critères pour classer le glyphosate comme cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction", ont-ils indiqué à l'occasion d'une conférence de presse.Un avis qui a son importance puisqu'il "sera pris en compte lorsque la Commission européenne et les États membres envisageront de renouveler l'homologation de l'utilisation du glyphosate en tant que substance active dans les pesticides plus tard cette année", affirme l'ECHA.

 

glyphosate

Photo ci-dessus d’un épandage de Glyphosate à grande échelle, pour traiter des cultures..

Ce dernier indique néanmoins que sa décision n'a pas pris en compte un facteur déterminant, la durée d’exposition, un risque "pris en considération, par exemple, lors de la décision de renouveler l'homologation du glyphosate". La dernière réunion sur le sujet s'était tenue en juin 2016 alors que la licence de l'herbicide arrivait à expiration, et que le débat avait fait rage à Bruxelles pendant plusieurs semaines. En effet, la France et Malte avaient voté contre la réautorisation du glyphosate et sept pays s'étaient abstenus (Allemagne, Italie, Portugal, Autriche, Luxembourg, Grèce, Bulgarie).

hotyuck2

Même lors d’analyses de l’eau, on constate la présence de résidus de Glyphosate, c’est peu dire..

 

Des rapports contradictoires

 

001_CK81T_reference

La décision finale est revenue à la Commission, qui a prolongé son utilisation pour 18 mois. Une hésitation liée à une synthèse du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) en mars 2015 qui le classait dans la catégorie "cancérogène probable pour l’homme". "Il y a des preuves limitées de cancérogénicité chez l'homme pour le lymphome non hodgkinien (…) il a également causé des dommages à l'ADN et aux chromosomes dans les cellules humaines", a indiqué cette autorité qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé.

Mais alors que ce classement constituait une bonne raison pour les Etats membres de ne pas prolonger l'utilisation du glyphosate l'année suivante, un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), au nom de l'Union européenne, a conclu neuf mois plus tard "qu'il est improbable que le glyphosate soit génotoxique (qu'il endommage l'ADN) ou qu'il constitue une menace cancérogène pour l'homme".

En France, la question de la dangerosité du glyphosate reste entière puisqu'en 2013 une expertise collective de l'Inserm* affirmait qu'il semblait exister une association entre exposition professionnelle à des pesticides, dont les produits qui contiennent du glyphosate, et certaines pathologies chez l’adulte. Sont cités notamment des risques de maladie de Parkinson, cancer de la prostate et certains cancers hématopoïétiques (lymphome non hodgkinien, myélomes multiples).

glyphosate-in-wine

 Il y a même des résidus de Glyphosate dans le vin..

Toutes les grandes villes, moyennes villes, villes, tout court, comme une grande partie des communes de France utilisent et ont recours au ’’Glyphosate’’ pour désherber leurs massifs, bordures de trottoirs, etc..

 

Pesticides: l'agriculteur qui attaquait l'Etat débouté

 

 

3077156lpw-3077182-article-pesticides-jpg_3395609_660x281

Cet agriculteur a été le premier en France dont le cancer est reconnu maladie professionnelle.

Un agriculteur de Meurthe-et-Moselle qui demandait réparation à l'Etat pour son cancer qu'il impute à l'usage de pesticides a vu sa demande rejetée par la cour d'appel de Metz ce jeudi.

Dominique Marchal, 58 ans, souffre depuis 2002 d'un syndrome myéloprolifératif, une pathologie du sang de type cancéreux. Depuis le diagnostic, cet exploitant de Serres (Meurthe-et-Moselle) n'a eu de cesse, avec son épouse, de faire reconnaître le lien entre sa maladie et le benzène présent dans plusieurs pesticides et herbicides. 

 

L'Etat d'abord condamné puis dédouané

En 2006, après quatre années de combat, la Sécurité sociale lui donne raison: il devient alors le premier agriculteur français dont le cancer est reconnu maladie professionnelle. Dominique Marchal décide ensuite d'aller en justice pour demander à la Commission d'indemnisation des victimes d'infraction (Civi) du tribunal d'Epinal de condamner l'Etat, via son Fonds de garantie, à l'indemniser. Condamné en première instance et en appel à Nancy, l'Etat s'était pourvu devant la Cour de cassation, qui a annulé sa condamnation en décembre 2014 et renvoyé l'affaire devant la cour d'appel de Metz.

Appel débouté et sentiment de colère

Cette dernière a estimé ce jeudi que les preuves de "l'imputabilité de la maladie de M. Marchal aux effets nocifs du benzène présent dans les produits phytopharmaceutiques utilisés" n'étaient pas suffisantes et a rejeté la demande d'indemnisation. Une décision "injuste et incompréhensible", a regretté Dominique Marchal. "Nous nous laissons le temps d'avaler tout ça avant de voir la suite". "Mes clients sont très déçus mais également en colère", a commenté son avocat, Me François Lafforgue. "Il a fallu passer devant plusieurs experts pour en arriver à la reconnaissance de lien entre maladie et pesticides et aujourd'hui on remet tout en cause".

La cour privilégie le fond du dossier

La cour d'appel se fonde notamment sur l'absence de mention du benzène sur les étiquettes des produits - ce que dénonçait l'accusation, estimant qu'il s'agissait de "désinformation volontaire". "Elle se borne à statuer sur la question du lien de causalité - alors que nous avions toujours apporté des éléments permettant de le démontrer - sans se prononcer sur le fond du dossier, c'est-à-dire les fautes commises par les fabricants", a dénoncé Me Lafforgue. A l'audience le 25 février, l'avocate générale avait demandé à la cour de reconnaître le droit de Dominique Marchal à être indemnisé.

 

 

Conclusion : tout cela me dégoûte et me fait vomir, au seul nom de l’argent et du profit et des intérêts des grands lobbyistes et gros de l’Agroalimentaire, rien de plus … !

 

Posté par Janus157 à 15:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 juin 2017

Une nouvelle lutte des classes en Occident..

 

lutte_des_classes-1728x800_c (1)

Une nouvelle lutte des classes en Occident..

 

Copie de 20071128182236_1968_mai_paris_manif_0574

 

Pendant des années, la vie politique en Occident fut assez simple et se résumait principalement à un affrontement entre la droite et la gauche. Sociologiquement, la bourgeoisie et les personnes pourvues de fortune ou de revenus élevés étaient majoritairement de droite. Les personnes moins riches et notamment les ouvriers votaient à gauche.

Certes, la droite et la gauche n’étaient pas homogènes. En France, on avait essentiellement deux droites et deux gauches. A droite, il y avait la bourgeoisie libérale et atlantiste, d’une part, et les classes moyennes patriotes mais aussi attachées aux libertés, les gaullistes. A gauche, il y avait les socialistes et les radicaux, mélangeant des éléments de libéralisme et de socialisme étatique. Il y avait aussi l’extrême gauche dont la force majeure était le parti communiste français.

Ce paysage a été complètement bouleversé par trois phénomènes sociologiques majeurs, la globalisation de l’économie avec ses bénéficiaires et ses perdants, l’arrivée d’une immigration de masse de culture extra européenne, le développement d’une importante criminalité diversifiée lié à un déclin des valeurs et des institutions traditionnelles : la famille, l’église, les syndicats et partis politiques, le village du monde rural. Les institutions n’ont guère su s’adapter à la nouvelle situation et n’ont pas montré de force de résistance. Le tissu social s’est donc défait et déchiré. Il s’est défait parce que l’individualisme matérialiste et hédoniste est devenu une philosophie dominante. Il s’est déchiré car peu à peu les élites se sont coupées totalement du peuple, le dialogue devenant extrêmement difficile entre les deux nouvelles catégories montantes.

Cette opposition a conduit à l’affrontement entre deux conceptions du monde, celle des jouisseurs privilégiés ( les élites dominantes) et celle des souffrants déracinés. (le petit peuple). L’axe gauche droite s’est inversé et les élites défendent désormais des idées « de gauche » issues de mai 68.

2fe630ed0fc600fdc84243741ac9e007

 

1/ l’idéologie des jouisseurs privilégiés (les élites dominantes).

heidegger_1955

Photo ci-dessus de Heidegger.

Reprenant le schéma des quatre causes aristotéliciennes amendé par Heidegger, nous allons tenter de définir l’essence de l’idéologie des jouisseurs privilégiés par quatre pôles complémentaires : la cause matérielle de cette nouvelle classe sociale est indiscutablement le nomadisme. On est dans le cadre d’une idéologie cosmopolite : les hommes doivent être interchangeables pour le profit du système économique et l’attachement à un territoire est considéré comme un obstacle du passé à éradiquer. Les nouvelles élites vont donc diffamer toute attitude patriotique au nom de l’égalitarisme, de la non-discrimination (sauf par l’argent), de l’antiracisme, de la liberté illimitée d’aller et de venir par-delà les frontières.

 

La cause formelle qui va déterminer l’orientation morale de la société est l’argent. L’argent est nomade, c’est le seul critère légitime de discrimination entre les hommes. L’argent va se retourner contre la famille. On est « childfree » (libre par rapport à la fonction parentale) car les enfants ne rapportent pas d’argent mais en coûtent. Le goût de l’argent va inciter à une criminalité croissante. Le sens de l’honneur et du sacrifice personnel est dévalorisé. Les vocations sacrificielles sont méprisées : le clergé et l’armée sont marginalisés car l’acquisition d’argent n’est pas au centre de leurs préoccupations. Le droit prend de l’importance car il convient de l’utiliser à des fins profitables. Le grand romancier russe Boulgakov choisit comme premier assistant du diable le juriste pervers qui transforme le mal en bien et vice versa. Le relativisme devient roi. Ce qui était autrefois considéré comme mal, la débauche illimitée, la désertion face à l’étranger, le mensonge utilisé par les commerçants comme par les politiques, deviennent des qualités : il faut « libérer » ses instincts de base gouvernés par le cerveau reptilien, il faut ne pas défendre sa patrie au nom du pacifisme et de l’amour de l’étranger, il faut masquer la vérité car elle n’est pas « politiquement correcte » et se méfier du peuple insuffisamment éclairé.

 

Du côté de la cause finale, qui donne du sens à l’existence, on va se contenter de l’utilitarisme, faisant de l’autre un objet à exploiter, on va promouvoir la consommation de masse. Comme l’homme vulgaire du marchand de Venise de Shakespeare, on veut « ce que beaucoup d’hommes désirent » et l’or passe avant tout. On va combattre toute forme de spiritualité organisée socialement, qui risquerait de dériver en institutions contraignantes. On fait cela au nom de belles idées comme « la laïcité » : Lénine avait vu là une idée géniale pour dissoudre la société « bourgeoise ». Mais c’est la bourgeoisie qui la première s’est écartée des valeurs de la religion au profit du nouveau Dieu : Mammon, l’argent !

Du côté de la cause efficiente, c’est-à-dire des hommes, l’idéologie des élites dominantes fait l’éloge de l’oligarchie, masquée sous le nom de la démocratie. Les oligarques considèrent que leurs privilèges de fortune ou de pouvoir sont justifiés par leurs mérites, comme le niais de Shakespeare dans le marchand de Venise. Le niais est suffisant et prétend à la fille du riche vénitien à cause de ses mérites. Il n’est pas question d’amour. Il n’est pas non plus question de se sacrifier à son pays. La première promotion de l’Ecole Nationale d’Administration s’appelait « France combattante ». Cela faisait allusion au combat de la libération face à l’Allemagne nazie. Aujourd’hui, cet idéal n’est plus à la mode. Il faudrait plutôt parler de « carrière méritante ». Le mérite est révéré ce qui est l’aspect positif mais ce mérite a pour seul objectif la satisfaction de l’égo. Dostoïevski dans les frères Karamazov met en scène un personnage à la fois niais, intelligent et suffisant qui déclare :

« Les crétins ont été mis sur terre pour être pillés et utilisés par les gens intelligents. »

C’est Rakitine, qui aujourd’hui aurait sans doute fait carrière de politicien dans les partis oligarchiques de droite ou de gauche.

On obtient ainsi un « monde » de significations qui a sa cohérence propre et est fermé à toute autre vision.

l-homme-a-derobe-211-661-62-euros-a-la-nonagenaire

 

Le monde de l’idéologie des jouisseurs dominants :

L’argent

Utilitarisme de l’égo ← Idéologie des élites → oligarques

Nomadisme

Cette idéologie que l’on appelle souvent « le politiquement correct » permet aux dominants du moment de justifier leur domination et de dévaloriser les visions concurrentes. C’est la forme moderne du pharisaïsme auquel en son temps s’est heurté Jésus Christ.

jesus-homme-parfait-768x292

Photo ci-dessus de Jésus l'homme parfait.

 

2/ L’idéologie des souffrants déracinés

Les souffrants deviennent des dissidents face à l’idéologie des élites dominantes car leur souffrance leur fait voir l’évolution sociale d’une façon différente. Ils souffrent du déracinement provoqué par l’immigration, de l’insécurité face au crime mais aussi face au chômage. Ils souffrent de l’effondrement des valeurs traditionnelles qui donnaient du sens à leur existence. Dans le pire des cas, certains vont essayer de retrouver ce sens, dans une autre forme de crime : le terrorisme à prétexte religieux. Certains, de plus en plus nombreux, veulent résister au cancer social qui menace de submerger leur pays et leur civilisation : ce sont les résistants, qui souvent se regroupent dans les partis dit populistes et les associations identitaires.

 

La cause matérielle qui fait apparaitre l’idéologie des souffrants est le déracinement. Les gens ont quitté leurs villages pour beaucoup pour des raisons économiques et s’entassent dans des banlieues sans âme. Le village avait sa cohérence civilisatrice avec son église, son école, sa mairie, son château, ses petits commerces et exploitations agricoles, son monument aux morts et son cimetière. Ce monde humain a peu à peu disparu. Dans les banlieues sans âme ni religion se sont entassés des millions d’étrangers, à la culture étrangère aux traditions européennes. Ces populations déracinées sont tombées pour une part dans la délinquance ou la criminalité. Les Français d’origine ont entretemps perdu une partie de leur identité : on ne leur a pas enseigné l’histoire du pays ni appris à l’aimer.

 

La cause efficiente, les hommes est donc composé de victimes : victimes de la mondialisation et du chômage, victimes de l’insécurité, de la perte de l’environnement français habituel, victimes de l’immigration sur laquelle ils n’ont jamais été consultés. Ils s’aperçoivent que la démocratie a été confisquée : ils ne maitrisent plus rien et les puissants ne cessent de vouloir les culpabiliser. La culpabilisation est sociale (des pauvres types), morales (des racistes sans repentances), politiques (leurs choix sont diabolisés) culturelle (ils adhèrent à des valeurs du passé : la famille, leur condition d’homme ou de femme, leur nationalité, leur attachement à la morale des parents), économiques (ils ne sont pas « rentables » ou pas assez).

 

La cause finale est sentie confusément : les souffrants voudraient conserver leur être, leur identité et le monde nouveau leur oppose les seules valeurs de l’avoir, et veut leur imposer des principes dictatoriaux soit disant au nom des droits de l‘homme. Comme l’a bien vu le philosophe Schiller a propos de la révolution française, les principes servent à détruire les sentiments humains. Le marxisme est mort mais son moule d’origine, le jacobinisme révolutionnaire est toujours vivant avec tout son sectarisme. C’est au nom des principes de la révolution française que l’on impose au peuple le carcan du politiquement correct. La liberté a été dévoyée par la vanité. L’égalité par la férocité (la guillotine physique ou morale) et la fraternité par la vénalité (fraternité entre « frères » de partis sur le dos du peuple).

 

La cause formelle est alors l’esprit de résistance. Des clubs identitaires se forment, des partis populistes progressent de plus en plus. Certes, ils sont diabolisés, critiqués, calomniés. Ils ont aussi leurs défauts. Mais ils incarnent l’espoir d’un monde nouveau que les élites sont incapables de voir et de comprendre. Elles font appel à des experts pour tenter d’exorciser le mal. Mais ces experts, inconscients de leur rôle social de défense des jouisseurs privilégiés, ne sont que des charlatans.

Copie de 20071128182138_1968_mai_paris_manif_0459ma (1)

 

On a alors le schéma suivant :

Esprit de résistance

Conservation de l’être ← Idéologie des souffrants → victimes du système

déracinement

 

20071128183824_1968_mai_paris_piquet_de_greve_0105

 

3/ Un fossé se construit et le dialogue semble impossible

L’Occident est malade politiquement car ses bases sociologiques d’autrefois se sont effondrées. Il a produit lui-même cet effondrement, par sa pensée réductionniste ne voyant que le calcul économique et le droit, les deux alliés pour subordonner les souffrants et empêcher leur révolte. Mais les hommes ne sont pas que des « ressources humaines » (mot ignoble devenu courant dans les entreprises, évacuant le mot de « personnel » dans lequel il y avait encore des « personnes »). Les hommes ont une vie biologique, importante bien sûr, mais ils ont à la différence de l’animal une « existence » porteuse de sens. Or, l’existence de l’homme est tragique car il ne peut échapper à la mort. Mais il peut donner  à sa vie le sens d’une mission pour sa famille, sa patrie et son Dieu. Cela, l’idéologie des jouisseurs dominants ne permet pas de le comprendre. Les dirigeants sont desséchés et regardent les souffrants de haut. Leur intelligence se consacre à la technique, au calcul et au droit, non sans succès d’ailleurs. Mais le cœur leur manque. Marx l’avait prédit : la religion est le cœur d’un monde sans cœur. Le monde sans cœur est toujours là mais on lui a retiré son remède spirituel. Pas de cœur donc peu de courage, ce qui est dramatique dans un monde qui reste celui de la lutte, comme le nouveau terrorisme le montre.

000_h35c6

 

La société est divisée et le dialogue semble impossible. Dans les milieux bourgeois, on ne doit même pas parler de Trump ou du Front National. La haine sociale l’interdit : on est bien en présence d’une nouvelle lutte des classes. Pour sortir de cette situation, il faudrait une politique et des idées qui rassemblent : historiquement, cela a existé, cela s’appelle le patriotisme. La Russie de Poutine s’est engagée sur ce chemin, après de cruelles épreuves. Hâtons-nous de faire de même car le temps presse !

0

 

 

Ivan Blot

http://reseauinternational.net/une-nouvelle-lutte-des-classes-en-occident/

 

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/une-nouvelle-lutte-des-classes-en-occident/#gMdzRwmJE5DpwQst.99

 

Posté par Janus157 à 10:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 juin 2017

Retour à l’essentiel..l’écologie..La vraie..

 

10772

Photo ci-dessus d'un coin de forêt quelque part dans les Landes.

Retour à l’essentiel..l’écologie..La vraie..

 

Le gouvernement Philippe II a été formé..

 

Au ministère, non pas de..l’écologie, mais de..La transition énergétique, nous retrouvons et gardons un certain Nicolas Hulot..

 

2213367_603_hulot-cop21-1600_800x562p

Photo ci-dessus de Mr. Nicolas Hulot, ministre de la transition énergétique.

 

Suite à la formation de ce nouveau gouvernement, ces derniers propos tenus ont été :

 

 

 

1. Le ministre de la transition énergétique veut interdire toute nouvelle exploitation d’hydrocarbures en France.

 

( pourtant, il y a eu des campagnes de prospections sismiques pour d’éventuelles extractions de gaz de schiste avec ce procédé ‘’pollueur’’ d’extraction par fracturation..)

 

2. La santé, une des priorités de mon ministère.

 

3. La condition des paysans et des agriculteurs, aujourd’hui, est tragique !

 

4. L’enjeu écologique est une transformation profonde de notre société.

 

 

Développons un peu pour voir..

 

 1. Le ministre de la transition énergétique veut interdire toute nouvelle exploitation d’hydrocarbures en France.

 

Total sur le point de démarrer ses activités sur le gaz de schiste en France ?

1455188243_Total-sur-le-point-de-demarrer-ses-activites-sur-le-gaz-de-schiste-en-France-_grand



http://www.legazdeschiste.fr/exploitation-en-europe/11022016,total-sur-le-point-de-demarrer-ses-activites-sur-le-gaz-de-schiste-en-france-,1277.html 

http://www.humanite.fr/la-justice-permet-total-douvrir-les-vannes-du-gaz-de-schiste-597590 

https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/290116/en-recuperant-son-permis-total-rouvre-la-bataille-des-gaz-de-schiste

 

( pourtant, il y a eu des campagnes de prospections sismiques pour d’éventuelles extractions de gaz de schiste avec ce procédé ‘’pollueur’’ d’extraction par fracturation..)

 

http://stopgaz34.canalblog.com/archives/2014/12/11/31121541.html

http://oiseauxetcie.canalblog.com/archives/2016/02/29/33387811.html

http://janus157.canalblog.com/archives/2015/08/01/32433847.html

 

J'espère que vous n'avez pas peur avec cette ''autorisation'' en prospection accordée à ''TOTAL'' pour le gaz de schiste dans le Gard... 
Il avait été convenu que les extractions avec le principe de fracturation hydraulique 
( injection d'eau, sel, ammoniac et autres saloperies..) seraient interdites ( dixit le gouvernement..), mais pas les..prospections, alors? 
J'ose espérer et souhaite que..jamais, je dis bien..jamais, la France, notre beau pays ne devienne comme le Dakota du nord..l'horreur... 

 

https://www.ardeche-nature-randonnee.com/gds.html

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/28/01016-20160228ARTFIG00067-des-opposants-au-gaz-de-schiste-se-mobilisent-dans-le-gard.php

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/gaz-de-schiste-le-nouvel-eldorado_1492256.html

http://congenies.canalblog.com/archives/2011/02/22/20454579.html

 

barrage-de-sivens-travaux-sivens-1280_scalewidth_906

Photo ci-dessus de travaux au barrage de Sivens..

(pensées pour Rémy Fraisse..)

 

LA COP 21..un..bide !

 

http://oldgaffer.canalblog.com/archives/2015/12/04/33022892.html

 

 

La vraie situation en France, une situation..tragique !

 

INF4c3a78b6-280d-11e6-bb15-07d0dc61c50d-805x765

 

 

 

2. La santé, une des priorités de mon ministère.

 

Il est vrai que sur le seul plan de la..pollution, on est..gâté !

Paris..

carte-pollution-une

 

CzABRbVXEAAVoOT

 

brouillard-de-pollution-le-8-decembre-2016-a-lyon_2981087

 

la-defense-pollution-afp-m

 

7786171603_les-invalides-a-paris-lors-du-pic-de-pollution-en-france-le-1er-decembre-2016

 

Lyon..

640_000_ix4eq

 

2048x1536-fit_lyon-engluee-dans-un-episode-de-pollution-le-8-decembre-2016-afp-photo-philippe-desmazes

 

Grenoble..

 

870x489_maxnewsworldfour145254

 

 

La santé et les soins médicaux..

carte-deserts-medicaux_0_730_730

Sainte-Feyre_médecin

v-lutte-desert-medicaux

medecin_8

XVMe6fecf72-2818-11e6-9264-dda125dc9906

 

La ruralité s'étouffe et se meurt..

Photo-carte-bassins-hyper-ruraux-2015

brachay

738_photo01

738_photo02

738_photo03

738_photo05

 

 

3. La condition des paysans et des agriculteurs, aujourd’hui, est tragique !

un-wwoofer-allemand-au-travail-dans-une-ferme-de-gourin_956659

1200px-Vue_bois

4041677695

Photo-livre-Sylvain-Tesson-ma-France-a-pied

 

 

4. L’enjeu écologique est une transformation profonde de notre société.

s40d_moustey_mobilisation_pour_maintien_epicerie-00_01_39_17

Photo ci-dessus d’une (rare..) épicerie traditionnelle et locale.

 

Il faut changer nos habitudes, modes de vies et surtout..consommations..

 

1409pierre-rabhi

Photo ci-dessus de Mr. Pierre Rabhi.

PIERRE-RABHI

7_45495_436094247992_2961284_n

herve_gruyer_v2

114673516

7_pierre-rabhi

cpatrick-lazic-102_0_1

 

Vandana-Shiva-ok

Photo ci-dessus de Mme. Vandana Shiva.

51OYtPC3s6L

 

permaculture_kaizen3

Photo ci-dessus d’un exemple de permaculture.

 

Les fermes de l’avenir et les jardins potagers

 

Les fermes d’avenir

ferme-avenir

ZZMLpi6iY860M4Ud7UnB3zl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

 

Les jardins potagers

792113ef039696786b11eb8627936570

 

e6aaac0d9fb2590b8167ad1b116cad1a

potager2

Photo-le-jardindecruik

Photo-le-jardindecruik-bis

Photo-travail-traction-animale-Chevaux-communauté-Arche

pierre_rabi_398_b_bio_agriecologie

lavie1241-2

8275702-12946925

Photo ci-dessus de Mr. Jean-Marie Pelt et de Mr. Pierre Rabhi.

pierre-rabhi (1)

3214008213_1_18_z9LmnzX9

images (4)

 

Si nous ne voulons pas que la France, un jour, ressemble à cela :

 

Le-paysage-est-resculpt

Photo ci-dessus d’un point de fracturation hydraulique de gaz de schistes, pour le pétrole, dans le Dakota du nord, aux Etats-Unis.

 

schiste-usa-fracking-impact

Photo ci-dessus de la situation actuelle dans le Dakota du nord aux Etats-Unis.

Il y a un point de captage tous les..12 km carré !!!

 

Kern-River-oil-field-in-Bakersfield

Photo ci-dessus d’un champ de points de captage-remontées de pétrole, près de Kern-River..Bakersfield.

 

Alors, il faut se battre, pour nous-mêmes, pour nos enfants et petits-enfants aussi !

 

 

114007569

Photo ci-dessus d’une manifestation de protestations contre ces prospections qui polluent les nappes phréatiques et l’eau..l’eau potable !

 

https://www.nytimes.com/2016/02/08/us/built-up-by-oil-boom-north-dakota-now-has-an-emptier-feeling.html

 

https://www.usnews.com/news/best-states/articles/2017-03-03/north-dakotas-oil-boom-fuels-economic-growth

 

https://www.theatlantic.com/business/archive/2015/06/north-dakota-oil-boom-bust/396620/

 

http://blogs.denverpost.com/captured/2014/05/06/oil-booms-man-camps-life-north-dakota/6935/ 

 

 

Posté par Janus157 à 16:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 juin 2017

Macron.et les Législatives..

 

6610cc11bb1f6796aed06f4708f6aafbf1506ddd_field_mise_en_avant_principale_1_0

Macron.et les Législatives..

 

Macron et sa tactique

Bien avant les élections présidentielles et le résultat obtenu, Mr. Emmanuel Macron avait réuni et consulté un groupe de scientifiques et Mathématiciens de renom.

 

cover-r4x3w1000-58ad56796099e-macron-et-savants

Photo ci-dessus de ce groupe rencontré.

 

Un calcul savamment orchestré

 

115942300

 

Mr. Macron s’est appuyé sur Mr.  Cédric Villani (photo ci-dessus) pour faire une stratégie en calcul pour les résultats des élections, mais aussi pour la suite et concernant les élections législatives.

 

Le célèbre mathématicien, médaille Fields 2010, a confirmé à Sciences et Avenir sa candidature sous l'étiquette La République en Marche aux élections législatives.

 

 

Macron et sa tactique pour effacer les partis

 dits traditionnels, droite comme gauche.

 

 

115942231

On est dans la tactique de Napoléon..diviser pour mieux régner..

 

Macron président : et maintenant, les législatives

 

55a6545cc4618823368b457e

Le nouveau président de la République va devoir relever un premier défi avec son mouvement En marche !, celui des élections législatives.

 

À peine élu, Emmanuel Macron doit maintenant obtenir une majorité aux législatives des 11 et 18 juin où la droite espère prendre sa revanche, la gauche faire mentir sa déroute annoncée et le FN entrer en force à l'Assemblée. Mais toute projection à partir de la présidentielle est périlleuse en raison de la recomposition politique en cours, avec des changements d'étiquette possibles jusqu'à la date limite de dépôt des candidatures le 19 mai. Sans compter l'influence de l'ancrage des candidats et l'inconnue de la participation, qui rendra plus ou moins possible des triangulaires, voire des quadrangulaires entre ceux ayant obtenu plus de 12,5 % des inscrits au premier tour.

Emmanuel Macron fait le pari que les Français lui donneront une majorité comme ils l'ont toujours fait avec un nouveau président. Alors que pour l'instant seules 14 investitures En marche ! ont été rendues publiques, le nouveau président veut présenter des candidats dans les 577 circonscriptions, dont la moitié issue de la société civile. Pour constituer l'autre moitié, M. Macron a un accord avec le MoDem de François Bayrou et tente actuellement de débaucher des personnalités LR ou PS qui se présenteraient sous l'étiquette « majorité présidentielle ». « Il faut que les investitures soient officialisées en tout début de semaine prochaine », avait dit Emmanuel Macron vendredi. Les premières semaines de sa présidence et la composition du nouveau gouvernement influenceront également la campagne et le vote des électeurs.

 

Carte_Regions_France

Photo ci-dessus, carte simplifiée, des nouvelles grandes régions.

 

La droite peut-elle rêver d'une cohabitation ?

Malgré l'échec de François Fillon dès le premier tour, LR et UDI tentent de serrer les rangs et de mobiliser leur électorat pour imposer une cohabitation à Emmanuel Macron. Le sénateur-maire LR de Troyes (Aube) François Baroin va mener la campagne des législatives et s'imposerait comme Premier ministre en cas de victoire. Le député Éric Woerth est en train de retravailler le projet. LR et UDI sont alliés dans plus de 90 % des 577 circonscriptions, selon l'accord scellé dès mars et qui a résisté jusqu'ici malgré la tentation Macron. Mais si la droite perd les législatives, un éclatement des Républicains entre ceux prêts à soutenir une coalition de plusieurs forces politiques de droite et de gauche, comme Bruno Le Maire, et ceux qui y sont hostiles, comme Laurent Wauquiez, semble inéluctable.

À l'extrême droite, le futur s'annonce intéressant. Pour la première fois depuis 1986, le FN devrait obtenir un groupe parlementaire (au minimum 15 députés actuellement) à la suite de ses bons scores à la présidentielle dans ses bastions (Hauts-de-France, Grand Est, Paca...). Au premier tour, Marine Le Pen a ainsi dépassé 30 % des suffrages dans 85 circonscriptions. Mais pourra-t-il viser « un groupe extrêmement important comme première opposition », selon les mots de Marion Maréchal-Le Pen, avec un mode de scrutin qui lui reste défavorable dans des duels de second tour ? Dans une cinquantaine de circonscriptions, le FN soutiendra un candidat Debout la France à la suite de l'accord passé entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan. L'ex-candidate pourrait elle-même se présenter à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Des responsables FN espèrent aussi récupérer quelques figures isolées de la droite, comme Henri Guaino ou Jacques Myard, pour former un courant « national-souverainiste » à l'Assemblée.

 

Le PS peut-il rester uni et éviter la déroute ?

Le PS craint une débandade à l'image de celle de 1993, lorsqu'il avait été réduit à une cinquantaine d'élus. Pour conjurer cette perspective, le parti compte sur la notoriété de ses députés sortants, même si un tiers d'entre eux ne se représentent pas, et son chef de bataille Bernard Cazeneuve. Mais le PS, qui réunit ses candidats mardi et débattra de sa ligne dans un bureau national, pourra-t-il seulement maintenir son unité jusqu'aux législatives ? D'un côté, Manuel Valls, partisan d'être dans la majorité présidentielle, estime « n'avoir plus de raison d'être dans le même parti que des socialistes qui espèrent encore des alliances avec Mélenchon ». De l'autre, les proches de Benoît Hamon estiment que ceux qui ont appelé à voter dès le premier tour pour Emmanuel Macron ne peuvent pas avoir l'investiture socialiste.

Fort de ses sept millions d'électeurs, Jean-Luc Mélenchon va mener la bataille des législatives pour transformer l'essai, notamment dans les 67 circonscriptions où il est arrivé premier. Lui-même pourrait être candidat à Marseille, Toulouse ou Lille qui l'ont placé en tête, tout comme la Seine-Saint-Denis. Mais son manque de volonté à conclure des alliances à gauche pourrait lui coûter des sièges. Aucun accord ne sera ainsi conclu avec les écologistes qui ont déploré vendredi avoir reçu « une fin de non-recevoir » à leur appel au rassemblement. Quant aux négociations entre La France insoumise et le PCF, elles coincent sur un accord de désistement portant sur 60 circonscriptions30 pour chaque formation.

 

La projection en places obtenues possibles à l’Assemblée Nationale.

( Sondage d’évaluation avant le vote du premier tour des Législatives)

 

LEGISLATIVES SONDAGE 20 05 17

 

La république en Marche obtiendrait………..29%

Les Républicains (L.R.) obtiendraient………23%

Le F.N. obtiendrait……………………………...17%

La France insoumise obtiendrait…………….11%

Le P.S. obtiendrait……………………………….9%

 

Ce qui correspondrait, à peu de choses près à :

 

En Marche :………………………………………280-300 postes ?

L.R. ………………………………………………..180-220 postes ?

F.N. ……………………………………………….15 postes ?

La France Insoumise ………………………….10-12 postes ?

Le P.S. …………………………………………...6-8 postes ?

 

 

Macron souhaite avoir les pleins pouvoirs et pouvoir gouverner seul..

 

L-honnetete-d-Emmanuel-Macron-l-oblige-a-vous-dire-qu-il-demissionne-du-gouvernement

Comme sur cette photo ci-dessus prise au Puy du Fou, Macron souhaite tenir seul les rennes du gouvernement.

 

61722-qjfjesw758hsZYb2-s-

 

 

Législatives: quels sont les enjeux pour chaque parti?

 

Construire une majorité derrière Emmanuel Macron pour En Marche!, imposer une cohabitation pour LR, devenir de grandes forces d’opposition pour le FN et La France insoumise, éviter la débâcle pour le PS: les législatives constituent un enjeu majeur pour les principaux partis dans un paysage politique en recomposition.

 

 

En Marche! : objectif majorité

 

Large vainqueur de la présidentielle, Emmanuel Macron doit encore franchir un obstacle majeur: obtenir avec son jeune mouvement En Marche! la majorité absolue à l’Assemblée - 289 députés sur 577 - pour lui donner les outils pour mener ses réformes.
En Marche! veut incarner le renouvellement mais ses candidats, pour moitié issus de la société civile, devront batailler face à des adversaires souvent bien implantés localement.

Le mouvement a investi environ 530 candidats et la liste ne comprend qu’une petite minorité de députés sortants, en majorité des ex-PS

Une absence de majorité absolue compliquerait la tâche du président: il devrait bâtir une coalition avec des élus de droite et de gauche, contre les consignes officielles des partis d’origine.

 

LR: imposer une cohabitation

Menacée d’explosion après les ralliements à Emmanuel Macron et la nomination d’Edouard Philippe (ex-LR) à Matignon, la droite veut faire des législatives un troisième tour de la présidentielle, voire imposer une cohabitation au nouveau président.

Objectif ambitieux, car Les Républicains et leurs alliés de l’UDI ne semblent pas en capacité d’obtenir la majorité et devraient se borner à faire élire un maximum de députés pour peser sur le quinquennat. LR tentera de retenir les électeurs qui seraient tentés de voter En Marche!

Une cinquantaine de députés LR ne se représentent pas. Le pari de la droite est que son électorat traditionnel (20% pour François Fillon le 23 avril) se mobilisera pour prendre sa revanche. Le risque, c’est de voir une partie de ses élus rejoindre En Marche! au lendemain des élections.

 

Les "insoumis", premiers opposants ?

Nouveau défi pour Jean-Luc Mélenchon. Battu en 2012 dans le Pas-de-Calais, où il était allé défier Marine Le Pen, il tente de se faire élire à Marseille dans la circonscription détenue par le socialiste Patrick Mennucci.

Fort de ses sept millions de voix au premier tour de la présidentielle ( 19,6% ), le leader de La France insoumise veut s’imposer comme le premier opposant à Emmanuel Macron. LFI présente des candidats dans quelque 500 circonscriptions. Objectif de repli: envoyer suffisamment de députés à l’Assemblée (15 au minimum) pour constituer un groupe parlementaire.

 

FN: cap sur l’opposition

Fragilisé après le score moins bon qu’espéré de Marine Le Pen à la présidentielle ( 33,9% ), le Front national veut compter sur ses 10,7 millions d’électeurs et se présenter comme le principal opposant au chef de l’Etat.

Le FN espère l’emporter au moins dans les 45 circonscriptionsMarine Le Pen a franchi les 50% le 7 mai. La bataille s’annonce difficile: le retrait de Marion Maréchal-Le Pen fragilise le parti dans son fief du Vaucluse et dans le Gard, la désignation de la torera Marie Sara par la République en Marche complique la tâche de son autre député, Gilbert Collard.

 

PS: éviter l’effondrement

Après un score historiquement bas au premier tour de la présidentielle (6,3% pour Benoît Hamon), l’enjeu est considérable pour le Parti socialiste. Une partie de ses électeurs l’a quitté pour Emmanuel Macron, une autre s’est tournée vers La France insoumise. De nombreux députés socialistes sortants ne se représentent pas et une vingtaine figurent sur la liste d’En Marche!.

L’alternative est simple: soit le PS résiste, soit il subit une nouvelle défaite avec seulement quelques dizaines d’élus - à l’image de la débâcle de 1993 (57 députés socialistes et alliés). Il devient alors une formation résiduelle et s’enfonce dans la crise.

 

PCF, EELV, Debout la France

- PCF: après l’échec des négociations avec LFI, le Parti communiste tentera de contenir la poussée mélenchoniste dans environ 500 circonscriptions.

- Europe Ecologie-Les Verts présentera 455 candidats, soutient une cinquantaine de candidats socialistes et une quinzaine de communistes, ainsi que le candidat de La France insoumise François Ruffin dans la Somme.
- Debout la France: l’accord conclu entre le
FN et le parti de Nicolas Dupont-Aignan, entre les deux tours de la présidentielle, est caduc. DLF est présent dans plus de 400 circonscriptions.

 

Les enjeux pour les candidats à l’Assemblée Nationale sont financiers !

 

 

L’Assemblée nationale..les enjeux..

 

5126137_6_415d_a-l-assemblee-nationale-le-22-fevrier_0c4ac0bce8c702fd5a129bd31a01600a

Derrière les législatives, l’enjeu financier..surtout !

C’est en fonction des résultats des législatives et sénatoriales, qu’est calculé le montant de l’aide publique à laquelle ont droit les partis ou mouvements politiques.

 

Touche pas à mon magot ! Les discussions politiques en cours – ou pour certaines d’entre elles en rade – en vue des élections législatives des 11 et 18 juin sont aussi sous-tendues par des intérêts bien sonnants et trébuchants. Pour les deux grandes forces émergentes de l’élection présidentielle, En marche ! et La France insoumise, qui jusqu’à présent n’émargent pas, ou quasiment pas, au financement public des partis, le prochain scrutin sera déterminant.

 

C’est en effet en fonction des résultats, en voix et en élus aux législatives et en élus aux sénatoriales, qu’est calculé le montant de l’aide publique à laquelle ont droit les partis ou groupements politiques ayant présenté des candidats. En ce qui concerne les élections législatives, ils avaient jusqu’au 5 mai pour se signaler auprès du ministère de l’intérieur et pouvoir en bénéficier. Ce dernier devrait publier au plus tard le 12 mai l’arrêté établissant la liste des partis ayant déposé une demande. Le dépôt des candidatures en préfecture sera clos le 19 mai à 18 heures et les partis auront jusqu’au 25 mai à 18 heures pour faire parvenir au ministère la liste complète des candidats qu’ils présentent.


1,42 euro par voix et 37 280 euros par élu.. !

 

L’aide publique, versée annuellement pendant toute la durée de la législature, est scindée en deux fractions. La première est attribuée proportionnellement au nombre de voix obtenues par les candidats d’un parti, à condition que ceux-ci aient obtenu au moins 1 % des suffrages exprimés dans au moins cinquante circonscriptions. A l’exception des partis n’ayant présenté des candidats qu’en outre-mer : pour ceux-là, il faut que leurs candidats aient recueilli chacun au moins 1 % des suffrages exprimés dans l’ensemble des circonscriptions où ils étaient présents.

Pour les partis remplissant les conditions de l’aide publique, chaque voix rapporte en moyenne 1,42 euro. Cette première fraction est cependant amputée si les partis n’ont pas respecté le principe de la parité dans les candidatures présentées : une diminution égale à 150 % de l’écart entre le nombre d’hommes et de femmes rapporté au nombre total de candidats. Exemple : si un parti présente 100 candidats, dont 60 hommes et 40 femmes, soit un écart de 20, la pénalité sera de (20x150 %) divisé par 100, soit 30 %. A ce titre, l’UMP, devenue Les Républicains, dont un quart des investitures seulement avait été attribué à des femmes en 2012, a été lourdement pénalisée durant ces cinq dernières années.

Seuls les partis ayant bénéficié de la première fraction peuvent prétendre au versement de la seconde fraction, calculée proportionnellement au nombre de parlementaires, députés et sénateurs, qui leur sont rattachés. Un élu équivaut à 37 280 euros.

 

63,1 millions d’euros en 2016 !

 

En 2016, le montant total de l’aide publique s’est élevé à 63,1 millions d’euros : 28,8 millions pour la première fraction et 34,3 millions pour la seconde. Les principaux bénéficiaires en étaient le PS (24,9 millions avec 398 élus), LR (18,6 millions avec 334 élus), le FN (5,1 millions avec 4 élus), le PCF (2,9 millions avec 26 élus) et Europe Ecologie-Les Verts (2,8 millions avec 19 élus). Certains risquent de devoir sérieusement revoir leurs budgets à la baisse dans les cinq ans à venir.

Le résultat de l’élection présidentielle laisse présager un chamboulement majeur de la carte électorale aux législatives. Poussés par des vents favorables, En marche !, le Front national et La France insoumise veulent profiter de l’élan de la présidentielle et pousser leurs pions dans le maximum de circonscriptions. C’est pour cela qu’ En marche ! a refusé tout « accord d’appareil », sous-entendu de répartition des circonscriptions. Les prétendants à l’investiture doivent s’engager à se rattacher à La République en marche et concourront sous cette étiquette. Seule exception, les candidats du MoDem, au titre de l’alliance scellée en février entre Emmanuel Macron et François Bayrou.

 

Le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen entre les deux tours de l’élection présidentielle comportait également une clause dans la perspective des élections législatives. Les deux formations, Front national et Debout la France (DLF), devraient s’engager chacune à ne pas présenter de candidat dans cinquante circonscriptions. Un accord qui garantit pratiquement à DLF de réunir les conditions du financement public et d’augmenter son pactole. En 2016, la formation de M. Dupont-Aignan avait bénéficié de 431 000 euros d’aide publique avec 6 élus.

 

« Intérêts d’appareil »

Fort de son résultat au premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, traite de haut ses anciens alliés du PCF. Dès le départ, il avait d’ailleurs imposé dans la « charte des insoumis » une association de financement unique. Les négociations pour les législatives ont tourné court. Le divorce a été acté mardi soir : La France insoumise et le PCF présenteront chacun leurs candidats, avec de gros risques pour le parti de Pierre Laurent d’y laisser des plumes, et une bonne partie de ses ressources financières.

 

La Place du Colonel-Fabien ne décolère pas. « Ce qui intéresse La France insoumise, c’est l’élection de Mélenchon, d’un ou deux de ses proches et d’aller chercher du financement public. Ce qui ressemble à une feuille de route pour des intérêts d’appareil », tempête Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Le trésorier du parti, Jean-Louis Le Moing, le reconnaît : « Il y a un enjeu financier derrière les législatives pour La France insoumise, ça me paraît tout à fait évident. Il s’agit de transformer cette formation en parti. L’objectif est de toucher de l’argent public que seul un parti peut utiliser. »


L’argent, c’est le nerf de la guerre politique.

 

A ce sujet, il faut savoir qu’une voix rapporte 1,46 Euros par an et pendant 5 ans !

 

Ce qui représente, au bas mot..37 000 Euros par an, par député, pour la caisse du parti politique représenté !

 

Il y a de nombreux députés élus sortants et qui ne souhaitent pas se représenter.

 

Il y aura donc de futurs députés sans expérience dans le domaine..

 

Une discussion aura lieu à la rentrée sur la limitation du nombre de députés et de sénateurs.

 


Le gouvernement et la responsabilité du gouvernement

640_ide-assemblee-procedure-49-3

 

L’utilisation de l’article 49-3

 

motion-de-censure

 

La loi travail

 

Un dossier..explosif..

 

111537302

La Loi travail..dite Loi El Khiomri a été retravaillé par Macron, avant les

élections présidentielles..

3edc2cf9a244512d2f347da74a1e8

 

115842729

Photo ci-dessus de Mr. Emmanuel Macron (alors candidat) aux côtés de Mr. Yvon Gattaz, président du MEDEF.

 

115848254

Photo ci-dessus de Mr. Yvon Gattaz entrant à l’Elysée.

 

La Loi travail..dite Loi El Khiomri a été retravaillé par Macron, avant les élections présidentielles.. et après, également, avec Mr. Edouard Philippe, le premier ministre, Mme.      , la ministre du travail, et les principaux acteurs et représentants des grands groupes syndicaux..

 

 

Le chantier explosif d’une Loi El-Khomri à la puissance 10 !

 

Macron en est persuadé : pour faire reculer le chômage, il faut s’attaquer au Code du Travail. La fronde monte déjà !

 

Macron : La rénovation du système social passe par la réforme des retraites, du code du travail et de l’assurance

                     chômage !

 

Le chômage est devenu un risque universel..

 

S’il n’y a pas de résultats dans ce quinquennat dans cinq ans, la colère des Français sera encore plus forte !

 

La ministre du travail Muriel Pénicaud a assuré que le C.D.I. restera la norme après..

 

Muriel Pénicaud, ministre du travail

 

Lien ci-dessous, site du Ministère du Travail :

http://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/projet-de-loi-travail/

 

 

Les révélations du Parisien

 

Réforme du travail : les 8 points clés du plan Macron

 

FAIT DU JOUR. Nous dévoilons l'avant-projet de loi devant permettre au gouvernement de prendre par ordonnance des mesures pour l'emploi. A l'abri des regards, huit réformes d'envergure sont en préparation. 

 

A ce stade de son écriture, au 12 mai 2017, l'«avant-projet de loi habilitant le gouvernement à prendre, par ordonnances, des mesures pour l'emploi» que nous nous sommes procuré, prévoit dans son article 1er neuf ordonnances. Les huit premières, que nous détaillons ci-dessous, concernent les réformes voulues par Emmanuel Macron. La neuvième ordonnance est purement technique, afin de transposer ces mesures dans certaines collectivités d'outre-mer.

 

1028290-doc1-103jpg

Principale mise en garde, même si elle est notée en tout petit et en bas de page : le nombre des ordonnances est «à ajuster selon les options retenues». Car tous les thèmes énumérés dans le «premier brouillon de cet avant-projet [...] ne doivent pas forcément donner lieu à ordonnances». Il ne serait «ni possible ni souhaitable» d'adopter toutes ces réformes par ordonnances, précise même le document. Ainsi, certaines réformes y sont indiquées comme «prioritaires» tandis que d'autres, rédigées en italique, «apparaissent comme moins prioritaires».

 

1028292-doc2-001jpg

 

 

Ordonnance n°1 : négociation à la carte dans les entreprises

Ce que dit le texte.

«Attribuer une place centrale […] à la négociation collective d’entreprise en élargissant ses champs de compétence». Cette ordonnance est jugée prioritaire sur le contrat de travail, pas sur les autres points.

 

L'enjeu

Contrat de travail, durée de travail, santé et sécurité, salaires et emploi... seront désormais au menu des négociations en entreprises selon l'avant-projet de loi. La liste des sujets est très longue, et couvre des thèmes pour lesquels la loi prévoyait jusqu'ici qu'il était impossible de déroger par accord d'entrepriseLa loi El Khomri avait ouvert une première brèche sur l'organisation du temps de travail, renvoyant à la négociation d'entreprise par exemple les heures supplémentaires : un accord d'entreprise ou de branche peut prévoir une majoration limitée à 10 %, la règle des 25 et 50 % n'étant que supplétive, c'est-à-dire qu'elle s'applique seulement quand il n'y a pas d'accord d entreprise.

 

Voir lien ci-dessous, avec une page d'accueil et de présentation un peu comme celle de ''SOSH''

https://loitravail.lol/

 

 

Une réforme à double emploi

 

Exit les partenaires sociaux, l’Etat prend en main l’Unédic*. Avec deux objectifs : étendre les droits Assedic et renforcer le contrôle des chômeurs.

 

L’Etat des lieux : l’assurance chômage est un gouffre financier pour 

                             l’Etat. Ce n’est pas moins de 34 milliards d’Euros

                             pour un déficit annuel de 3,8 milliards à la fin de

                             l’année.

 

1314_cazenave_supporters_emploi

Thomas Cazenave

 

Cet énarque de 39 ans, ex-directeur adjoint d’Emmanuel Macron à Bercy, est l’inspirateur de la réforme de l’assurance-chômage. Un sujet qu’il connait bien puisqu’il a été le numéro deux de Pôle emploi de 2012 à 2016, organisme public dirigé actuellement par Jean Bassères. Ce dernier a été le chef d’Emmanuel Macron à l’Inspection Générale des Finances.

 

10061675-le-patron-de-pole-emploi-va-rempiler

Photo ci-dessus de Mr. Jean Bassères, le patron de Pôle Emploi.

 

Adieu les heures, bonjour les comptes en Euros !

 

Taxer moins le capital pour..travailler plus…

 

 

Dans les différents groupes syndicaux et représentants :

 

La C.F.D.T. :

 

15502576-son-salaire-ses-horaires-laurent-berger-joue-le-jeu-du-quiz-de-la-cfdt

Laurent Berger est déjà..acquis et du côté de Macron..

 

La F.O. :

 

mailly

Mr. Mailly serait d’accord avec Macron mais pas sur tout..

 

La C.G.T. :

 

648x360_philippe-martinez-secretaire-general-de-la-cgt-lors-d-une-manifestation-contre-le-projet-de-loi-travail-a-paris-le-19-mai-2016

Mr. Philippe Martinez quand à lui, il ne veut céder sur aucun texte ni modifications !

De plus, le secrétaire général de la C.G.T., Mr. Philippe Martinez estime que le gouvernement avance masqué !

 

Quand à Mr. Dupont Aignan La France debout :

 

Pour lui, il s’agit là d’un Massacre social !

 

Transparence et..honêteté..

640_2014-06-12t173627z-1007180001-lynxmpea5b0t4-rtroptp-3-ofrtp-france-justice-karachi-0

 

Ce qui était prévu, normalement, avant la désignation du gouvernement..

 

 

115953344

 

 

Affaire Richard Ferrand.. ce n’est pas terminé !

 

D’après la Loi dite L 820- 4, sur la communication, Mr. Ferrand n’a pas joué la transparence dans cette affaire, bien au contraire.

 

Aussi, le F.R.I.I.C. a porté plainte contre Mr. Ferrand pour utilisation frauduleuse d’argent public.

 

Nouvelles révélations :

 

Les collectivités locales ont aidés ’’Les Mutuelles de Bretagne’’ à s’installer dans les locaux achetés par la compagne de Ferrand.

Dans un cadre comme celui-ci, on peut parler de..prises d’intérêts.

 

Le 1er décembre 2011, le département du Finistère a alloué une somme de

15 000 Euros aux Mutuelles de Bretagne !

 

La ville de Brest quand à elle a octroyé, fin 2012, une somme de 20 000 Euros,

Et en 2013, une nouvelle somme d’un montant identique de 20 000 Euros !

 

Ce qui fait un total de : 55 000 Euros !

 

Cette somme représente 1/3 du coût de la rénovation des locaux, et non pas achats divers en fournitures diverses pour l’installation comme énoncé !

 

 

Il y a bien eu dans ce cas, des fonds publics, détournés, et utilisés, dans le montage financier..

 

L’ensemble de ces pratiques est courante, selon Benjamin Griveaux, porte-parole LRM du gouvernement ( !)…

 

Suite aux révélations de l’affaire Richard Ferrand, il a fallu quelque peu accélérer les choses au regard de la date initiale prévue..

 

 

Présentée par Bayrou ce jeudi, la loi sur la moralisation de la vie politique déjà décrédibilisée?

 

7788815541_francois-bayrou-a-devoile-les-grandes-lignes-du-projet-de-moralisation-de-la-vie-publique-jeudi-1er-juin

En pleine affaire Ferrand, le ministre de la Justice dévoile les contours de la première loi emblématique du quinquennat.

 

CEST POLITIQUE - C'était la clef de voûte de "l'alliance" proposée à Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Renonçant à se présenter, François Bayrou avait exigé du fondateur d'En Marche! une "véritable alternance, un vrai changement des pratiques et non pas un recyclage des pratiques antérieures", pour mettre fin aux "privilèges" et aux "affaires" qui gangrènent la vie politique. A la clé, une loi de moralisation de la vie publique, rapidement présentée comme l'Acte 1 du quinquennat.

Engagement tenu puisque François Bayrou, devenu entre temps ministre de la Justice, a dévoilé ce jeudi 1er juin après-midi les contours du fameux projet de loi, premier texte de la nouvelle législature. Son intitulé ne mentionnera pas la "moralisation", le texte étant baptisé "pour la confiance dans notre vie démocratique".

 

Problème: en pleine affaire Ferrand, le jour même où le parquet de Brest a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire, le contexte se prête particulièrement mal à cette démonstration d'exemplarité.

 

L'affaire Ferrand, une faille dans la cuirasse

 

"Cette proposition de loi est aujourd'hui décrédibilisée", a tonné ce jeudi, avant le point presse de François Bayrou, le patron LR des Hauts-de-France Xavier Bertrand. Ce dernier n'était pourtant pas jusqu'alors le plus virulent des opposants à Emmanuel Macron. A deux semaines des élections législatives, les soucis du ministre de la Cohésion des territoires sont devenus un prétexte pour attaquer tant l'ambition du texte que le ministre chargé de le porter.

Xavier Bertrand s'en est ainsi pris au Garde des Sceaux, "très discret, muet", sur l'affaire Ferrand, "lui qui en permanence pourfendait ceux qui prenaient des distances avec non pas seulement la légalité (...), mais surtout la moralité". "J'aimerais qu'il nous dise s'il pense que l'attitude de M. Ferrand a été morale ou pas et si lui, François Bayrou, (...), en tant que président de la République, aurait gardé M. Ferrand".

Cette charge résonne d'autant plus que François Bayrou a toujours refusé de s'exprimer sur le dossier, prétextant que le Garde des Sceaux n'avait pas à commenter les soucis d'un justiciable, fut-il son collègue au gouvernement. Comme on pouvait s'y attendre, le ministre est resté sur cette ligne lors de son point presse, s'abritant derrière la règle fixée et rappelée par le premier ministre selon laquelle seule une mise en examen est synonyme de démission automatique. Un exercice périlleux, François Bayrou étant lui-même sous le coup d'une mise en examen pour diffamation.

 

Un texte plus compliqué que prévu

 

La présentation de ce projet de loi, initialement prévue "avant les législatives", aura lieu dans l'entre-deux-tours, lors du Conseil des ministres du 14 juin, avait annoncé mardi sur France 2 le Premier ministre Edouard Philippe.

Le premier texte du quinquennat Macron, dont la préparation se fait dans un contexte marqué par la polémique autour du ministre Richard Ferrand, comprendra "des dispositions assez innovantes" qui rendent le texte "compliqué à écrire" car "on veut que le texte soit parfaitement conforme", avait justifié le chef du gouvernement.

"Nous allons prendre des règles claires, pour éviter cette espèce de choses qui ne sont pas illégales mais ne sont plus acceptables", avait-il dit, citant le cas des emplois familiaux qui feront l'objet d'une "interdiction absolue" dans le projet de loi.

Trois textes dont un constitutionnel

La réforme annoncée, dont l'intitulé a donc été changé, sera composée de trois projets de loi, comme l'avait déjà indiqué une source judiciaire confirmant une information du Canard enchaîné.

Ce jeudi, François Bayrou a annoncé vouloir "restaurer la confiance des citoyens dans l'action publique" à l'aide de deux lois et, "dans quelques semaines", d'une révision de la Constitution. Une révision qui nécessiterait la convocation du Congrès et la majorité des 2/3 des parlementaires, ce qui n'a rien d'acquis. Une consultation publique va être lancée en parallèle pour recueillir les doléances des citoyens.

Un projet de loi constitutionnel va être mis sur le chantier et devra être ratifié par une réunion du Parlement réuni en Congrès à Versailles. Il contiendra quatre mesures:

 1.                            Suppression de la Cour de justice de la République *

2.                              Fin de la présence des anciens présidents de la République au Conseil constitutionnel

3.                              Limitation du cumul à trois mandats successifs pour les parlementaires et les présidents des

                                 grands exécutifs locaux

4.                              Interdiction pour un ministre d'exercer une fonction exécutive locale

 

* cette mesure n’est pas une bonne mesure !

 

Une loi organique et une loi simple seront également votées.

 

Elles contiendront de nombreuses mesures:

 

  • Interdiction du recrutement de membres de sa famille pour les ministres, parlementaires et élus locaux *
  • Suppression de la réserve parlementaire  1.
  • Création d'une banque de la démocratie pour assurer le financement de partis reconnus

 

*c’est ce qui avait déjà été demandé auparavant..

 

1.  enfin une bonne chose.

 

Un pas en avant, un pas en arrière. Après avoir annoncé, mardi 30 mai, que l’examen en conseil des ministres de la loi de moralisation de la vie politique aurait lieu non pas avant les législatives, mais le 14 juin, entre les deux tours, le gouvernement accélère le mouvement. La chancellerie a convié la presse à un point presse de François Bayrou sur le sujet jeudi 1er juin à 15 heures.

Des dispositions innovantes

La loi de moralisation de la vie politique sera le premier texte de la nouvelle législature. Un texte hautement symbolique destiné à marquer l’entrée dans une nouvelle ère politique, mais dont la présentation se trouve ternie par les révélations successives concernant la conduite Richard Ferrand lorsque celui-ci était à la tête des Mutuelles de Bretagne. Si rien d’illégal ne lui a jusqu’alors été reproché, l’actuel ministre de la cohésion sociale s’est au moins trouvé en position de conflit d’intérêts.

ENTRETIEN : « Ceux qui nous représentent doivent faire preuve d’une exemplarité particulière »

 

« Nous allons prendre des règles claires pour éviter cette espèce de choses qui ne sont pas illégales mais ne sont plus acceptables », a indiqué le chef du gouvernement. Édouard Philippe a cité le cas des emplois familiaux, qui feront l’objet d’une « interdiction absolue » dans le projet de loi. Il a aussi assuré que la loi comprendrait « des dispositions assez innovantes » qui la rendent « compliquée à écrire », car « on veut que le texte soit parfaitement conforme », a-t-il expliqué afin de justifier le report de sa présentation en conseil des ministres.

Trois projets de loi

La réforme annoncée, dont l’intitulé pourrait être changé, sera en fait composée de trois projets de loi, selon une source judiciaire.

Il y aurait d’abord un projet de loi ordinaire comprenant certaines dispositions, comme l’obligation d’un casier judiciaire vierge pour les candidats aux élections ou l’interdiction pour un élu d’embaucher un membre de sa famille.

Il y aurait ensuite un projet de loi dit organique, c’est-à-dire d’application d’un principe constitutionnel, et qui doit comme tel être soumis au conseil constitutionnel, qui traitera notamment de la situation fiscale des parlementaires et de la suppression de la réserve parlementaire.

 

Il y aurait enfin un projet de loi constitutionnel sur l’interdiction de plus de trois mandats successifs dans une même fonction, la suppression de la Cour de justice de la République ou encore la suppression du droit pour les anciens présidents de siéger au Conseil constitutionnel. Ces deux dernières mesures ont déjà fait l’objet de textes déposés sous le mandat de François Hollande.

 

Qu'est-ce que la "banque de démocratie" voulue par François Bayrou ?

 

http---o

ÉCLAIRAGE - Le dispositif, censé financer les campagnes électorales des partis, fait partie du projet de moralisation de la vie publique, dévoilé par le garde des Sceaux jeudi 1er juin.

 

C’est l'une des mesures phares du projet de moralisation de la vie publique, cher à François Bayrou qui en avait fait la condition sine qua non de son ralliement à Emmanuel Macron en février dernier. Entre-temps nommé ministre de la Justice par le nouveau président, il a eu quelques jours pour élaborer le texte, avant de le présenter à la presse jeudi 1er juin. Outre l'interdiction des emplois familiaux ou encore la fin de la réserve parlementaire, une mesure inédite a particulièrement retenu l'attention : la création d'une "banque de la démocratie"

 

Cette banque publique aura pour mission d'aider les partis à financer leurs activités et leurs campagnes électorales, et sera "adossée à la Caisse des dépôts". Pour justifier la création de cette nouvelle instance, François Bayrou a rappelé les "très grandes difficultés" auxquelles il a été confronté lorsqu'il était candidat.

 

Le maire de Pau a ainsi évoqué les "démarches parfois humiliantes à l'égard de banques privées" faisant référence aux problèmes rencontrés par le MoDem lorsque le parti tentait d'obtenir des prêts pour démarrer certaines campagnes. Certaines banques avaient même refusé de le financer "alors même que les garanties existaient, soit en termes d'intentions de vote, soit en termes de patrimoine". "Il est insupportable qu'une banque privée ait le droit de vie ou de mort sur une formation politique", a-t-il ajouté. 

 

Si les intentions de vote suffisent, le prêt va de soi

 

Mais sur quels critères se basera cette "banque de la démocratie" pour octroyer ces prêts ? Si "ses intentions de vote suffisent, le prêt va de soi", a expliqué François Bayrou. Concrètement, si le parti est crédité de 5%, soit le seuil minimum pour se faire rembourser ses frais de campagneil pourra bénéficier sans problèmes de l'aide financière de cette nouvelle instance. Mais pour les petits partis ou petits candidats, qui ne sont pas assurés de récolter les 5% requis, le garde des Sceaux explique que la "banque de la démocratie" pourra" proposer des assurances, un mécanisme assurantiel, qui permettent de garantir l'équilibre de ses comptes et la bonne allocation des fonds publics", autrement dit, dans le but d'éviter la banqueroute.

En contre-partie de la mise en place de ce dispositif, le ministre de la Justice souhaite 
interdire les prêts aux partis provenant de personnes morales "autres que les banques européennes", a-t-il précisé. 

Le FN se réjouit de cette "banque de la démocratie"

Ce volet du projet de loi a plutôt été bien accueilli par la classe politique et plus particulièrement par le Front nationalen proie à des difficultés de financementpendant la dernière campagne présidentielle. Le parti s'était confronté à de nombreux refus de la part des banques françaises, au point de demander des prêts à l'étranger. Le FN a salué "un certain nombre d'aspects positifs" dans le projet présenté par François Bayrou, citant donc la création d'une d'une "banque de la démocratie". "Nous portions depuis des années cette proposition et nous nous réjouissons qu'elle ait été enfin reprise".

Le
FN a effectivement de quoi se réjouir puisque le parti manque une nouvelle fois de fonds pour les prochaines élections législatives. Marine Le Pen a ainsi annoncé jeudi 1er juin que puisqu'"aucune banque n'accepte de (leur) prêter", elle lançait un "emprunt patriotique" afin que leurs électeurs puissent leur faire des dons

 

Dernière info : Le Modem rattrapé, lui aussi par des affaires !

 

En effet, d’après une révélation d’une personne faisant partie du mouvement du Modem de François Bayrou, ce groupe politique a lui aussi utilisé des emplois fictifs dans le cadre des Euro-députés, et pour alimenter la caisse de son parti !

 

France :

 

Annulation de l’activité de production de bio-masse pour un groupe Allemand installé à Gardanne.

En effet, dans son dossier d’étude et de présentation, le groupe n’a pas inscrit l’impact environnemental forestier, lié à cette exploitation et fonctionnement, dans un rayon large, mais seulement pourtour immédiat.

 

Angleterre :

 

Mme. Theresa May, actuelle premier ministre, a été mise en difficulté, suite aux récentes élections législatives qui se sont déroulées en Angleterre..à suivre..

La difficulté, pour elle, va être d’avoir une majorité en alliance et pour pouvoir négocier au mieux à Bruxelles Le BRexit..

 

 

Etats-Unis :

 

Le président Trump dans une forme de mise en cause et vers une destitution possible Impeachment, suite aux révélations de l’ancien directeur du F.B.I, Mr. James Comney (viré et licencié..).

 

Mais dans sa plaidoirie, en guise de défense et d’accusations, Mr. James Comney n’accuse pas directement Mr. Trump et se fourvoie dans ses dires, en guise de revirement et défense suite aux diffamations subies par sa mise sur la touche..

 

 Il faut savoir, cependant, que cette procédure d’Impeachment, si elle était engagée, serait longue, et sur plusieurs années, et ne risquerait donc pas d’inquiéter Mr. Trump durant son mandat.

 

Russie :

Photo-Poutine-Medvedev

Le gouvernement Russe, dont Mr. Poutine et Mr. Lavrov, ministre des affaires étrangères, doit se gausser et rire intérieurement de tout ce qui se passe à l’étranger, dans les différents pays, dont de l’union Européenne, et sur les différents gouvernements.

 

 

115953439

P.S. : dernier article et volet sur la politique..

 

Posté par Janus157 à 13:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]


07 juin 2017

Poutine et la Russie..

diplom_znazii_roskovo_yazika

 

Poutine et la Russie..

XVM655ab5ba-b271-11e6-8924-aaf6bf1e52ea

 

Enquête sur la Génération Poutine

 

1469161-15-nationalgeographic-2748-60994

 

L’Union Soviétique a disparu il y a vingt cinq ans.

 

Les Russes nés depuis n’ont connu que Vladimir Poutine, et ils l’adorent.

 

Rencontre avec ces jeunes qui préfèrent la stabilité aux libertés.

 

1_poutine_4

 

Un jeu dangereux

 

ouv_poutine

Kirill Vselenski est juché sur la corniche d’un bâtiment, à Moscou, et Dima Balashov prend la photo. Âgés de 24 ans, ces “toiturophiles” immortalisent leurs exploits sur Instagram.

@ kirbase  et @ blashovenator

 

En Russie, la jeunesse de Vladimir Poutine

 

7780004012_vladimir-poutine-lors-d-une-competition-de-rap-a-moscou-le-13-novembre-2009

 

quotgeneration_pquot_comme_poutine

 

21536aca918616d060db9150563_prev

 

 

1019438803

Photo ci-dessus de Poutine entouré de jeunes de l’académie du F.S.B. actuel et digne successeur du K.G.B.

 

La jeunesse et le style ’’cosplay’’..

66JecQ5

 

Pour fuir la routine, les jeunes se déguisent.

 

Se déguiser pour fuir la routine.

se-deguiser-pour-fuir-la-routine

 

Dans leur appartement de la banlieue de Moscou, Alexandre Khlynin, banquier de 28 ans, et son épouse Victoria, décoratrice d’intérieur de 25 ans, s’évadent de la routine grâce au ’’cosplay’’ (sorte de jeu de rôle en costumes de personnages de film, BD ou jeu vidéo..).

Ils possèdent plusieurs déguisements d’animaux.

 

Festival en plein air

 festival-en-plein-air

Le festival Dikaia Miata (“menthe sauvage”)a lieu sur plusieurs jours à environ 150 km de Moscou. Il attire plus de    36 000 amateurs de musique, qui campent dans un village de tentes et écoutent des groupes jusqu’à 3 heures du matin.

 

une-fete-a-la-moscovite

 Photo ci-dessus d’une soirée Moscovite quelque part en Russie.

 

GhiKvYC

Reportage

 

 

1200px-Map_of_Russia_-_Sverdlovsk_Oblast_(2008-03)

 

abur-carte

 

La ville de Nizhny-tagil

 

3295002151_115cd8671e_b

Photo ci-dessus d’une partie de la ville de Nijni Taguil.

nizhny-tagil-factory-smoke

Photo ci-dessus d’une rue, avec le tram, dans la ville de Nijni Taguil.

 

Nous nous sommes donné rendez-vous à l’hôtel, à côté de la gare. Comme il ne sait pas où m’emmener, nous marchons simplement dans les rues poussiéreuses de Nijni Taguil, une ville industrielle déclinante, située dans l’est des monts Oural. Il s’appelle Sacha Makarevitch. Ce cimentier de 24 ans a les cheveux blonds noués en queue-de-cheval.

 

1822221

Photo ci-dessus de la gare centrale de Nijni Taguil.

25RUSSIA-1-master768

Photo ci-dessus (prise de nuit) de la gare centrale de Nijni Taguil.

 

Nous passons devant un bâtiment de plain-pied couvert de photos d’étoiles rouges soviétiques et du ruban de Saint-Georges noir et orange retenant des médailles militaires impériales, soviétiques et russes.  « On pourrait aller là, propose Sacha en haussant les épaules. C’est plein de gens qui ont survécu aux années 1990. »

Sacha aussi a survécu aux années 1990. En décembre 1991, quelques mois après sa naissance, le drapeau soviétique a été déposé du Kremlin, et les couleurs russes ont été hissées. L’espoir que les Russes pourraient commencer à vivre comme leurs prospères voisins occidentaux a cédé la place à une réalité douloureuse : transformer une économie planifiée en une économie de marché, transformer en démocratie une société vivant depuis des siècles sous la monarchie absolue et le totalitarisme serait un labeur long et difficile.

 

41d3e959525102de98fd-w637-h800

Photos ci-dessus Mr. Poutine en pleine discussion avec des personnes revendiquant des mécontentements.

 

Je n’ai pas connu ces années-là. Ma famille a quitté Moscou en avril 1990. J’y suis revenu pour la première fois en 2002. L’ère du président Vladimir Poutine, antidote aux turbulences des années 1990, battait son plein. Depuis, je suis souvent revenue en Russie, et je m’y suis installée pendant plusieurs années comme journaliste.

La plupart des Russes que je connais ont été plus ou moins façonnés par les soixante-quatorze années de l’expérience soviétique. Nous savons tous à quel point des tragédies personnelles ont touché nos familles lors de cette période. Mais la nouvelle génération ne connait qu’un pays traumatisé par les années 1990, puis gouverné avec fermeté par Poutine. J’y suis venue en 2016, vingt-cinq ans après l’effondrement de l’Union soviétique, pour rencontrer des jeunes tels que Sacha. Qui sont-ils ? Que veulent-ils faire de leur vie ? Que souhaitent-ils pour la Russie ?

A l’intérieur du bar dépourvu de fenêtres, tout en linoléum et panneaux de faux bois, Sacha et moi commandons une bière légère servie dans de fins gobelets de plastique. A Nijni Taguil, dit le jeune homme, «  il n’y a que des usines et des camps de prisonniers ». Jadis célèbre pour fabriquer les wagons et les chars de l’Union soviétique, la ville est aujourd’hui connue pour ses usines désaffectées, son chômage et Vladimir Poutine.

 

L’œil du pouvoir

 

l-oeil-du-pouvoir

Radik Minnakhmetov, un chef d’entreprise de 27 ans, redresse le portrait officiel de Poutine dans son bureau. À côté figure celui du président du Tatarstan.

      En 2011, quand Poutine a annoncé son intention de briguer un troisième mandat présidentiel, des manifestations ont éclaté à Moscou et et dans d’autres grandes villes. Les protestataires étaient en général issus de la classe moyenne urbaine, jeune et instruite. Cet hiver-là, un ouvrier de Nijni Taguil a déclaré à Poutine à la télévision nationale que lui et  « les gars » étaient prêts à venir à Moscou tabasser les contestataires. Poutine a décliné l’offre, mais la ville est désormais considérée comme le cœur du «  Poutineland ».

 

Opposition nationaliste

 

 opposition-nationaliste

Des sympathisants du parti d’opposition l’Autre Russie manifestent à Moscou. Leurs drapeaux et brassards sont ornés d’une grenade, leur emblème. L’Autre Russie, formé en 2010 par des membres d’un parti ultranationaliste interdit, n’a pas été reconnu par le gouvernement de Poutine.

 

   A présent, Nijni Taguil a un nouveau maire, que Poutine a envoyé là avec mission d’embellir la ville, mais la vie y reste dure. Sacha a appris la soudure et travaillé dans une usine où il gagnait bien sa vie. Puis, après la chute du prix du pétrole et les sanctions occidentales liées à l’invasion de l’Ukraine, l’économie s’est affaissée. Sacha ne touchait plus de salaire. Il a passé un an à chercher du travail avant de décrocher un emploi dans une usine de Boeing, à deux heures de là. Il gagne à présent 30 000 roubles, soit 420 euros par mois- peu ou prou le salaire moyen dans la région.

 

Sacha a derrière lui une longue journée de travail. Il est fatigué. La ville qu’il décrit est violemment conformiste. « Les gens d’ici sont agressifs envers ceux qui ne leur ressemble pas », dit-il. L’uniforme local est celui de la classe ouvrière ; survêtement et cheveux ras, avec une petite frange. Les gens de son âge, affirme Sacha, sont souvent des enfants d’anciens détenus. « Ils ne respectent pas la loi. Un homme, un vrai, est soit à l’armée, soit en prison. » Sacha a appris à se battre, avec ses poings, avec des couteaux. Une fois, il est rentré chez lui couvert de sang de quelqu’un d’autre, et il me raconte cela avec une étrange joie béate.

Ce que Sacha veut vraiment, c’est partir à Saint-Pétersbourg, la métropole cosmopolite, et y ouvrir un bar. Il y est allé quelques fois ; c’est là qu’il se sent le mieux. Mais sa petite amie n’ira que s’il y achète un appartement. Avec leur deux salaires, son rêve a peu de chance de se réaliser.

renouer-avec-la-nature

 

C’est devenu une rengaine à Nijni Taguil : les jeunes ne peuvent réaliser leurs rêves de jeunes à cause de la réalité de la Russie de Poutine.

Ils veulent voyager, mais leur salaire est en roubles, dont la crise économique a divisé la valeur par deux. Certains veulent créer leur entreprise, mais ne savent pas comment faire face à la corruption locale. Alors ils apprennent à réduire leurs prétentions. Ils désirent avoir une maison ou un appartement, une voiture et une famille. Ils aspirent à des choses qu’un grand nombre d’entre eux ne possédaient pas, précisément parce que leur famille a subi les années 1990.

« Les années 1990 ont été très dures pour nous, financièrement », confie Alexandre Kouznetsov. Il a vingt ans et habite Nijni Taguil. « En 1998, mon père nous a quittés. » Alexandre avait alors 3 ans.  « Tout le salaire de ma mère servait à me nourrir. Je n’avais pas beaucoup de jouets. Je suis le seul enfant. » Cette époque a marqué Alexandre. « Pour moi, le plus important, c’est la famille. Je ne veux pas viser des postes de haut niveau et avoir une maison vide. »

Son père a été soldat pendant la première guerre de Tchétchénie, en 1994. Ne t’engage pas dans l’armée, mon fils », lui a-t-il conseillé. Mais Alexandre ne cherche pas à échapper à la conscription. « J’ai toujours voulu m’engager m’explique-t-il. Dans ma famille, tout le monde a été dans l’armée. Mon arrière-grand-père a combattu durant la seconde guerre mondiale. »

De plus, le service militaire offre des débouchés plus lucratifs pour un jeune Russe : on peut ensuite travailler dans la police ou pour le Service fédéral de sécurité (F.S.B.), le successeur du K.G.B. Faire l’armée permettrait à Alexandre de devenir policier, comme l’a été son père : « Je veux vraiment avoir un revenu stable. »

 

 

« Alors, vous écrivez sur ce qu’était la vie en Union soviétique ?

Eh bien, on vivait beaucoup mieux à l’époque. »

 

01_0496_0368_37

Alors que nous parlons, son ami Stepan, un jeune homme robuste et souriant, nous rejoint. « Alors, dit-il avec un air malicieux, vous écrivez sur ce qu’était la vie en Union soviétique ? Eh bien, on vivait beaucoup mieux à l’époque.

- Quoi ! , s’exclame Alexandre. Nous vivions mieux ? Ce n’est pas vrai ! »

Ils se disputent à propos de l’existence à l’époque soviétique, jusqu’à ce que Stepan, né en 1992, se rende compte qu’il a une question à me poser : « Vous les Américains, vous faites pression sur nous avec vos sanctions. Qu’est-ce que vous nous préparez ? Une guerre ? » Il explique pourquoi la Russie a bien fait d’annexer la Crimée et Poutine de tenir tête à l’Occident.

Stepan rechigne à me donner son nom de famille, car je suis une journaliste américaine. Mais, lorsque je souhaite prendre congé, il propose de me reconduire.

« En fait, dit-il, je veux vraiment partir d’ici. – Partir d’où ?, je demande. De Nijni Taguil ? – Non. De Russie. »

Après son beau discours patriotique, c’est inattendu. Je lui demande de m’expliquer.  « Il n’y a rien à faire ici, dit-il sans aigreur. Pas de débouchés, aucun moyen de progresser et de se réaliser.

 

 

« Ceux qui sont nés en U.R.S.S. et ceux qui sont nés après son effondrement n’ont pas vécu la même chose,

red-square_10907_600x450

 

A écrit Svetlana Alexievitch., lauréat du prix Nobel de littérature 2015. « C’est comme s’ils venaient de planètes différentes. »

L’Union soviétique a été balayée dans une grande vague d’optimisme. Beaucoup ont cru que la Russie ne tarderait pas à devenir une démocratie prospère, à l’occidentale. Mais cet optimisme de 1991 s’est noyé dans une décennie de contradictions souvent déprimantes. La fin de l’économie planifiée a permis à certains d’amasser des fortunes ou d’intégrer la nouvelle classe moyenne, quand d’autres sombraient subitement dans la pauvreté. Des produits jusque-là indisponibles ont envahi les rayons des magasins, mais l’argent permettant de les acheter perdait régulièrement de sa valeur. La criminalité surtout dans le secteur commercial, a grimpé en flèche. La politique arrivait sur la place publique, mais de nombreux Russes ont fini par la considérer comme un « sale boulot ».

Les Russes ont tenté de s’adapter à cette réalité étrangère. C’était une époque de liberté sans précédent, mais beaucoup l’ont trouvée extrêmement déroutante. « Quand ces valeurs [occidentales] se sont heurtées à la réalité et que les gens ont vu que les changements arrivaient trop lentement, ces valeurs ont été reléguées au second plan », analyse Natalia Zorkaïa, sociologue, à l’institut Levada, un institut de sondage indépendant moscovite. À la place, dit-elle, les jeunes générations adoptent « les piliers de la société soviétique ».

Sacha, Alexandre, Stepan et leurs pareils vivent effectivement sur une planète différente de celle de leurs parents et grands-parents, mais, à certains égards, ils deviennent encore plus soviétiques. Chose étrange, ils en savent peu sur les privations, les habitudes et la dureté de la vie sous l’Union soviétique. La génération Poutine n’a pas connu tout cela. Son désir de normalité sage – une famille et un emploi fiable, même s’il est peu satisfaisant – est sa façon de réagir à ce dont elle a manqué dans les années 1990 et qu’elle a trouvé sous Poutine.

Ils ressentent pourtant un profond sentiment d’insécurité. Selon le Centre Levada, 65 % des Russes de 18 à 24 ans (soit la première génération née après l’Union soviétique) ne planifient pas leur vie au-delà d’un ou deux ans. Ils sont politiquement inactifs. En général, ils ne savent rien des événements dont l’État ne souhaite pas les informer. Et 83 % disent n’avoir pris part à aucune activité politique ou au sein de la société civile.

1-690x430

 

Nés après l’Union soviétique) ne planifient pas leur vie au-delà d’un ou deux ans. Ils sont politiquement inactifs. En général, ils ne savent rien des événements dont l’Etat ne souhaite pas les informer. Et 83% disent n’avoir pris part à aucune activité politique ou au sein de la société civile.

 

Lisa me retrouve dans l’étincelant hall blanc de l’une des nombreuses tours de verre qui constitue Moscow City,un quartier financier.

9_noyabrya_2012_god_(84)_2

 

Je la suis dans les tunnels qui relient les tours. On y trouve des cafés, des magasins et une exposition de peintures représentant Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères. Nous commandons à déjeuner, puis Lisa me raconte son histoire en avalant bruyamment son bortsch. Elle me demande de ne pas mentionner son nom de famille, car elle ne veut pas contrarier ses parents.

Lisa est née en 1992 à Blagovechtchensk, ville de l’Extrême-Orient russe. Un an plus tôt, son père, professeur d’histoire, fêtait dans les rues de Moscou l’arrivée de la démocratie. Mais, quand il est rentré chez lui, après la dissolution de l’Union soviétique, il a dû trouver de nouveaux moyens de subvenir aux besoins de la famille. Il s’est mis à franchir la frontière chinoise et à rapporter toutes sortes de marchandises, des vêtements aux appareils électriques, pour les revendre en Russie.

Lisa est avocate dans une grande entreprise occidentale. C’est bien, mais ce n’est pas ce dont elle rêvait : « J’ai toujours voulu être journaliste ; j’écrivais sans arrêt.

 

Pourquoi Poutine est aimé

Il est celui qui a apaisé la Russie post-soviétique et le premier chef d’Etat prêt à tenir tête à l’Occident depuis des décennies : ainsi est souvent perçu Vladimir Poutine dans son pays. Sa forte personnalité et sa mainmise sur les médias l’ont aidé à conserver son prestige. S’il est réélu en 2018, seul Staline aura dirigé la Russie post-tsariste plus longtemps que lui.

 

Le niveau de vie progresse

Poutine a bénéficié des rudes réformes économiques adoptées par Boris Eltsine et son prédécesseur, Mikhaïl Gorbatchev, ainsi que de l’augmentation des recettes issues du pétrole, dont le prix a commencé à augmenter en 2003. Le PIB par habitant a progressé de 70% en Russie sous Poutine, contre 17% dans l’Union Européenne.

Sous Boris Eltsine

en 1992, le PIB par habitant était de 16 705$,

alors que sous Poutine, au tout début, en 2000,

le PIB par habitant avait chuté et était tombé à..14 051$ !

En 2008, la limite de mandat a forcé Poutine à quitter  la présidence pendant quatre ans, mais il est resté au pouvoir en tant que premier ministre..

Après un léger infléchissement, au tout début des années 2008, le PIB est remonté quelque peu jusqu’en 2012, pour stagner ensuite, avant de connaître, à nouveau, un nouvel infléchissment, tout en restant à 23 895$ !

 

Le marché de l’emploi renoue avec la stabilité

Dans les années 1930, les dirigeants soviétiques affirmaient qu’ils avaient « liquidé » le chômage. Ces pourquoi les Russes ont été atterrés par le chômage galopant apparu sous Boris Eltsine, puis soulagés par le retour de la prospérité et de plein emploi, le chômage a reculé sous Poutine, en 2000.

Sous Boris Eltsine

En 1992, le chômage représentait 5%, pour..rapidement atteindre 13%, à la fin des années 1990.

Puis sous Poutine

en tout début d’année 2000, le chômage a reculé et chuté à 11%, pour connaître, ensuite, des effets de chute et de baisse du chômage jusqu’en 2015 et ne s’élever plus qu’à..6% !

 

 

putin

 

Acclamé chez lui

En l’absence d’une opposition forte, Poutine reste populaire malgré des revers tels que l’entrée de trois anciennes républiques soviétiques dans l’OTAN (Estonie, Lettonie, et Lituanie), des attentats terroristes ou l’effondrement du rouble.

En 2000

Seconde guerre de Tchétchénie

En 2002

Prise d’otages dans un théâtre de Mossoul

2004

Extension de l’OTAN aux pays baltes (évoqué au-dessus entre parenthèse)

2008

Guerre avec la Géorgie (situation voulue par les Etats-Unis, aidé en cela par la C.I.A. et pour contrer le pipeline ’’BTR’’, pour s’emparer des ressources de pétrole de la Mer Caspienne..sous Shakaschvili président de la Géorgie, mis en place par les Américains eux-mêmes)

2008-2009

La « grande récession »

2011-2012

Manifestations anti-gouvernementales

2014

Annexion de la Crimée

(normal, au regard des intérêts militaires avec le port maritime militaire de Sébastopol..)

2014..toujours

Effondrement du rouble

(dû à la chute du prix du pétrole et l’embargo des sanctions..)

 

Taux d’approbation

Sondage national

Janv 2000 – 2001

Approbation normale presque à l’unanimité, et jusqu’en Mai 2008

2009

Approbation en légère chute progressive jusqu’en Mai 2012, pour finir en Juillet 2016 à..20%.. !

Aux Etats-Unis

Dans la même période, pour ce qui est des Etats-Unis

De janv 2000 à 2001, et pour Bill Clinton, moyenne à 55%,

De 2001 à 2209, et pour George W.BUSH, moyenne à 49%,

De 2009 à juillet 2016, et pour Barack Obama, moyenne à 48%..

 

Un « monsieur tout le monde » actif

Poutine a exercé en public beaucoup de sports traditionnellement masculins. Un contraste saisissant avec Boris Eltsine, vieillissant et infirme, à qui il a succédé le 31 décembre 1999.

 

Poutine au sport

vladimir_poutine

 

562288

Poutine avec Medvedev.

putin_story_647_083115081102

art-poutine-medvedev-fonte

 

Poutine à la pêche

1308453591

putin-rian_02253137_b

poutine-vacances-siberies_2522888

 

album_large_3936402

20

6028089-900-626_opt

 

222238120_ID7001565_web-poutine_175108_H3GAY2_0

4353237_3_2686_le-15-aout-2007-vladimir-poutine-se-detend_66c9f541fd880a9d9ed10d0b533c6891

poutine1

 

Poutine à la chasse

les-vacances-du-commandant-poutine-diaporama

1310031916_1

XVM05d77b1e-692a-11e5-9756-cafddef863fe

 

648x415_vladimir-poutine-entretient-conseillers-apres-attentat-contre-train-depuis-lieu-vacances-pres-frontiere-mongole-14-aout-2007-1

14513320363447bbd0-9923-4cdd-8956-21b14557aab5_original

Bon, vous faites comme d’habitude, s’il y a quelque chose de grave ou d’urgent, vous me rappelez..

ku-xlarge

Photo-Poutine-a-cheval-montagnes-Touva-Sibérie

poutine-torse-nu-a-cheval

image (5)

file-in-this-sept-2010-35fe-diaporama

 

poutine8

234944005

 

Poutine au judo

 

poutine-judoka

 

Poutine au ski

Poutine-un-corps-de-com

poutine-fait-du-ski-REUTERS_scalewidth_460

 

dmitry_medvedev_and_vladimir_putin_tass_2665546_b

 

 

Poutine au hockey sur glace

Vladimir-Poutine-hockey

le-president-russe-vladimir-poutine-a-l-honneur-dans-un-calendrier-2016-surrealiste

 

Poutine et la plongée

PHO5f285ca6-edfd-11e2-af0a-3d1c181b0487-805x453

57193244ce46b5a2f2820c96feff0

401172-jpg_264480_1000x667

Vladimir-Poutine-dans-un-sous-marin-en-Crimee

Photo ci-dessus de Poutine à bord d’un sous-marin de type ’’batiscaphe’’ quelque part en Crimée.

 

Poutine s’adonne à l’escalade

Vladimir-Pou72fb-046c2

 

Poutine fait de la F1

1139786_poutinef12_545x460_autocrop

poutine-fait-de-la-F1-REUTERS_scalewidth_460

 

Poutine pianiste

s_p24_07537958

aHR0cDovL3BlMS5pc2Fub29rLmNvbS9ucy8wL3VpLzE5Ny85ODc3MDIvcDEuanBn

 

 

La fierté militaire retrouvée

la-fierte-militaire-retrouvee

Dans un camp d’entraînement sportif et militaire, des parachutistes apprennent à des enfants à manier les armes dès l’âge de 10 ans.

maxresdefault (8)

Photo ci-dessus manifestation contre la coruption.

Mes parents m’ont dit que le journalisme n’était pas un métier sérieux, que c’était une profession vénale. » Le journalisme s’achetait et se vendait ici dans les années 1990 comme n’importe quelle marchandise. « Ils me disaient : ‘’Tu ne gagneras pas beaucoup d’argent. Tu es l’aînée et la plus intelligente. Tu dois choisir un métier solide qui te permettra de manger à ta faim et de t’occuper de ta sœur.’’ » Depuis, ses parents se sont séparés. L’entreprise de son père a fini par décoller et Lisa a pu passer une année de lycée dans l’Orégon (U.S.A.), puis étudier à Londres.

Femme moderne et occidentalisée, Lisa parle à sa mère de ses copains et des fêtes où elle se rend, où l’on consomme de la drogue. Mais, par certains côtés, elle est très tr-s russe. « Poutine m’énerve », commence-t-elle, ce que l’on entend souvent à Moscou dans les milieux d’opposition et instruits. « Mais qu’un étranger ne s’avise pas de le critiquer ! Je défendrai toujours la Russie. »

120612025350-vladimir-putin-protest-russia-horizontal-large-gallery

Désormais, son engagement politique s’arrête là. En 2011, Lisa s’est intéressée à la politique libérale, qui faisait fureur à Moscou. Elle a adhéré à Amnesty International et au parti libéral Iabloko, en tant qu’observatrice pour les élections législatives de décembre. Affectée au bureau de vote dans l’école de sa petite sœur, elle a vu des professeurs bourrer les urnes. Quand elle a essayé de protester, ceux-ci lui ont crié dessus, l’ont forcé à s’assoir dans un coin et le chef de l’établissement l’a même empêchée de regarder. Les mêmes faits se sont reproduits dans tout le pays.

Beaucoup d’observateurs du scrutin ont photographié ces irrégularités avec leur téléphone portable et ont posté les clichés sur Internet. Ce qui a déclenché à Moscou et dans les grandes villes un mouvement de protestation d’une ampleur inédite en Russie depuis vingt ans.

Mais Lisa a craqué.  « J’étais hystérique. J’ai pleuré pendant deux heures. » Ensuite, elle a pris sa décision :  « Plus de politique. Jamais plus. Cela ne me concerne pas, et je ne suis pas assez forte pour me battre. »

La jeune femme s’est tenue à sa décision, même quand le rouble s’est effondré, réduisant ses moyens de réaliser l’autre activité qu’elle adore : voyager. « Oui, c’est horrible. Il y a moins de possibilités », admet-elle, mais elle refuse de chercher une réponse dans la politique.

Kseniya Obidina, qui était l’amie de Lisa en faculté de droit, a le même point de vue. Elle aussi est une enfant du divorce, et dit que la famille et la stabilité sont d’une importance primordiale pour elle. Elle veut un travail sûr et bien payé. Elle veut avoir les moyens de voyager et de faire vivre sa mère et sa sœur. Comme Lisa, Kseniya Obidina refuse de penser à la politique :  « Je ne vois pas l’intérêt de parler de quelque chose sur quoi on a pas de prise », explique-t-elle alors que nous sommes assis dans un ’’Starbucks’’ de Moscou. Au moment où nous partons, elle ajoute : « Il vaut mieux savoir et se taire. Il vaut mieux ne pas dire ce qu’on pense. Pourquoi se gâcher la vie ? »

 

Star des réseaux sociaux

star-des-reseaux-sociaux

Avec 7 millions d’abonnés sur Instagram, l’actrice de télévision Nastasia Samburskaya, 29 ans, est l’une des superstars des réseaux sociaux russes. Cependant, comme de nombreux moscovites, elle habite dans un petit appartement.

Comment en est-on arrivé là ? Poutine y est pour beaucoup. Il a conquis le pouvoir en 2000,

 

mubis_7

En tant que candidat anti-années 1990, à l’heure où la génération de Lisa et Kseniya prenait conscience du monde qui l’entourait. Il a promis de rétablir la prospérité et la sécurité. Grâce à des prix du pétrole au plus haut et aux réformes économiques menées dans les années 1990. Poutine a pu aisément tenir une grande partie de ses promesses, mais aux dépens des libertés démocratiques.

Poutine a qualifié la désintégration de l’Union soviétique de  « plus grande catastrophe géopolitique » du XXè siècle ; celui qui ne ressent pas cela, a-t-il dit, « n’a pas de cœur ». Dans le jargon des affaires de l’époque, Staline est devenu un « gestionnaire efficace » qui était allé un peu trop loin. Les manuels scolaires et les chaînes de télé ont fini par répercuter cette nouvelle nostalgie validée par l’Etat. Aujourd’hui, 58% des Russes souhaiteraient encore le retour de l’ordre soviétique, et quelques 40% jugent Staline favorablement.

 

Une bonne partie de la vie post-soviétique est la quête malheureuse d’une idée qui unirait le pays. Au début, ce fut la démocratie ; puis, le consumérisme est devenu un substitut à l’occidentalisation. « La modernisation est venue à travers la consommation, explique la sociologue Natalia Zorkaïa, mais cela ne suffit pas. »

Ikea, arrivé en Russie en 2000, est très prisé de la nouvelle classe moyenne, car ses objets représentent un mode de vie à l’européenne (autrement dit, non soviétique) abordable et chic. « La marque est devenue un symbole de la façon dont on peut améliorer son cadre de vie sans dépenser beaucoup d’argent, explique Natalia Zorkaïa. Mais, derrière ce décor, il y a une conception de son troisième mandat présidentiel, en 2012, Poutine défend une idéologie néo-soviétique encore plus agressive, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Il s’est battu pour maintenir d’ex-républiques soviétiques, comme l’Ukraine et le Kazakhstan, dans la sphère d’influence de Moscou, et a démontré la puissance militaire russe en Syrie. Des lois ont renforcé les valeurs sociales traditionnelles et rendu la contestation encore plus risquée. L’un des résultats est une génération dont les rêves sont l’incarnation de tout ce que Poutine veut qu’ils soient : conformistes, matérialistes et extrêmement timorés.

Au moment ou ce récit a été rédigé, 80% des Russes sondés se disaient favorables à Poutine. Mais les Russes âgés de 18 à 24 ans lui sont encore plus favorables que les autres classes d’âge- à 88% ! Plus que toute autre génération, ils sont fiers de leur pays et de son importance dans le monde, associent sa puissance militaire à la grandeur, et croient en son avenir.

bk2mq_1350905364

 

L'Islam, deuxième religion de Russie

l-islam-deuxieme-religion-de-russie

Des élèves font une pause à la madrasa Muhammadiya, à Kazan. La population de cette ville située sur la Volga est à moitié russe, moitié tatare. 7 % de la population de la Russie – dont la plus grande partie des Tatars – est musulmane. 

A Novossibirsk, dans une étroite et sombre cour, entre deux bâtiments du XIX è siècle, en briques,

28-cliches-vertigineux-dans-lesquels-un-photographe-fou-de-sensation-fortes-defie-la-mort2

Photo ci-dessus, vue d’ensemble de Novosibirsk prise depuis une tour.

depositphotos_34849587-stock-photo-novosibirsk-russia-november-3-2013

Photo ci-dessus de la gare centrale de Novosibirsk.

5

Photo ci-dessus de la gare centrale de Novosibirsk.

 

La bohême locale boit de la bière et écoute de la musique électronique. C’est ici que Filipp Krikounov, né en 1995, a ouvert une galerie. Il s’extrait du groupe pour me faire visiter les lieux. Une lumière rose fluorescente éclaire l’une des pièces. Au mur, sur des étagères, trônent des mini bustes de Lénine peints de motifs loufoques. Dans la pièce suivante,, de jeunes artistes ont conçus des façons compliquées de prendre des ’’selfies’’ : mettez la tête dans une boîte en carton remplie de miroirs brisés ; mettez la tête dans une autre pour découvrir les reliefs d’un repas de Burger King.

J’ai rencontré Filipp plus tôt ce jour-là dans un café chic de Novosibirsk. Il était entouré de jeunes femmes incroyablement à la mode et aux lèvres ostensiblement retouchées. Novosibirsk est la troisième ville de Russie, et un centre industriel et scientifique. Beaucoup d’argent circule ici, mais Filipp n’en a guère vu la couleur.

Il a grandi sans son père. Comme de nombreux jeunes Russes, il a été élevé par sa mère et sa grand-mère. Son arrière-grand-père a combattu durant la seconde guerre mondiale avant d’être éliminé par Staline. Sa grand-mère est devenue une célèbre chimiste, et sa mère a également travaillé dans le domaine scientifique. Mais leur véritable passion était la politique. « Les principaux sujets ici sont tous politiques », résume Filipp.

Il avait 16 ans quand les manifestations en faveur de la démocratie ont éclaté à Moscou et gagné des villes telles que Novosibirsk. Des dizaines de milliers de personnes sont descendus dans la rue pour exiger des élections libres et justes. Ces protestations ressemblaient plus à des fêtes de quartier qu’ à des manifestations. Filipp, lui aussi, en avait assez de Poutine. « On lui envoyait des messages, des messages de mécontentement, et pourtant il n’y avait aucun dialogue avec ces personnes », regrette-t-il. Il ne reconnaissait pas la Russie que montrait la télévision, aux ordres du Kremlin : «  C’était un autre pays. Je ne connaissait personne qui soit comme cela. »

« Je suis allé aux manifestations. J’ai essayé d’être actif sur le plan politique, me raconte Filipp. Je bouillais intérieurement. Je ne pensais à rien d’autre. Le pays entier se soulève pour protester, et j’en fais partie. » Il a vite déchanté. « J’ai regardé autour de moi, j’ai vu que les gens qui participaient aux meetings n’étaient pas comme nous. Je ne me sentais pas complètement à l’aise. Et tout cela n’a mené à rien.

 

Cocktail, mais pas pour tous

cocktail-mais-pas-pour-tous

Un bal de promo chic au Grand Hotel Emerald, à Saint-Pétersbourg. La fin du communisme a apporté à la fois pauvreté et richesse à la Russie, et créé une petite classe moyenne.

En réalité les manifestations ont changé les choses, mais pas pour le mieux. En mai 2012,

Le Kremlin a sévi. Depuis, des dizaines de manifestants ont été arrêtés, jugés et incarcérés. La situation politique du pays n’a fait qu’empirer à mesure que Poutine suivait une ligne de plus en plus autoritaire. Il se sentait trahi par la classe moyenne qu’il estimait avoir créée. Poutine a traité publiquement les progressistes qui prônaient la liberté et la démocratie de  « traîtres à la nation » et de « cinquième colonne ».

96124

Photo ci-dessus, intérieur d’une prison russe.

Photo-Mikhail-Khodorkovsky

Photo ci-dessus de Mikhail Khodorkovsky (ex.patron de Gazprom..) incarcéré à l’époque par Poutine et sur sa demande.

 

La brutalité de cette répression a fortement marqué la génération Poutine. Cela lui a appris à ne pas se mêler de la politique.

« J’ai décidé de combattre ce système, affirme Filipp,, ou de vivre dans un autre système. » En l’occurrence, il a choisi le monde de l’art. « C’est plus positif. La politique c’est stressant. On est constamment insatisfait. On ne profite pas pleinement de la vie. »

Poutine est partant pour un nouveau mandat en 2018. Il ne fait guère de doute qu’il se représentera, et encore moins qu’il sera réélu pour six ans. Poutine resterait donc au pouvoir jusqu’en 2024, voir au-delà. A cette date, Filipp, qui avait 5ans en 2000, quand Poutine est devenu président, aura 29 ans. Cela ne lui pose-t-il pas de problème ? Il hausse les épaules. « J’ai vécu ma vie entière avec ma main droite, et ça va.

 

Akademgorodok est une petite ville tournée vers la recherche, bâtie autour de l’université d’Etat de Novosibirsk et de ses nombreux laboratoires.

Akademgorodok

La Silicone valley Russe

russie__akademgorodok_la_silicon_valley_de_siberie

Photo ci-dessus de cette cité d’Akademgorodok.

th_Akademgorodok_2

Photo ci-dessus de cette cité d’Akademgorodok.

Entrance-to-Akademgorodok-Novosibirsk

 

Photo ci-dessus le passage de l'entrée dans la cité Akademgorodok.

akadem7

 

43145099

 

Photo ci-dessus d'une partie d'une zone d'habitation pavillonaire à l'intérieur d'Akademgorodok.

information_items_326

Photo ci-dessus d'un bpâtiment un peu particulier.

 La N.S.A. Russe

1 (14)

 

maxresdefault (11)

maxresdefault (9)

 

maxresdefault (10)

Photo site bâtiment N.S.A. d’Akademodorok.

 

J’y rencontre Alexandra Mikhaîlova, 20 ans, qui porte un short coupé dans un jean et a les cheveux teints en rouge à la mode punk.

Alexandra vient d’une famille de scientifiques-sa mère est géologue, et son père, physicien-qui a été attirée par cette agglomération fondée en 1957 comme incubateur scientifique et moteur dans la course technologique de l’Union soviétique contre l’Occident. Mais, depuis l’effondrement du communisme, les chercheurs russes se sont fait distancer par leur collègues occidentaux, faute de budgets. Les parents d’Alexandra ont chacun créé leur propre entreprise.

Actuellement en troisième année d’études de journalisme, elle prépare un documentaire sur la ville et sa riche histoire intellectuelle, en particulier sur l’avant-garde des années 1960. « Ils avaient leur propre système de gouvernement jusqu’en 1966 », m’explique Alexandra tandis que nous nous tenons dans le hall étincelant du nouveau bâtiment de l’université. Ses yeux brillent quand elle me parle de ses recherches dans ce petit coin de liberté et de ferment intellectuel perdu dans un océan de totalitarisme.

En 1996, certains de ces jeunes scientifiques à l’esprit libre ont écrit au Kremlin pour se plaindre de certaines choses qui ne leur plaisaient pas. La réaction n’a pas tardé, raconte Alexandra ; beaucoup des signataires ont été licenciés, et un contrôle politique strict a été mis en place. Mais son documentaire commence dans les années 1990, quand le punk rock underground soviétique s’est répandu dans tout le pays.

 

Le regain orthodoxe

le-regain-orthodoxe

À l’Académie théologique de Moscou, les séminaristes étudient, entre autres, le Nouveau Testament, la musique liturgique, la peinture d’icônes. Poutine considère l’Église orthodoxe, brutalement réprimée sous le communisme, comme une alliée pour restaurer la grandeur de la nation.

 

Jeunesse dorée

jeunesse-doree

Dans une banlieue prospère de Kazan, sur les rives de la Volga, le restaurant chic Voda Sneg attire la jeunesse branchée. 

 

Flirt au village

flirt-au-village

Avant les fêtes du “Jour du village”, à Nikolskoye, à 285 km au nord-est de Moscou, les jeunes traînent et flirtent, comme partout où il y a peu de loisirs. Jusqu’à la récente récession, l’économie du pays a connu une croissance rapide grâce au pétrole, et les jeunes Russes ont afflué dans les villes en quête d’emplois mieux rémunérés.  

 

Skate sous l'œil du poète

skate-sous-l-oeil-du-poete

Mikhaïl Vasilev, 29 ans, est vendeur d'équipement de billard. Il répète ses figures de skate sur la place du Triomphe, à Moscou. À côté de lui s'élève la statue de Vladimir Maïakovski, poète qui célébra la révolution de 1917. 

Aujourd’hui, «  la situation stagne, constate Alexandra. Il manque quelque chose. Les gensne s’engagent plus sur le plan politique.

En ce qui concerne le gouvernement, les jeunes sont soit neutres, soit bien disposés à son égard. Personne ne défend ses opinions, et la frontière est ténue entre indifférence et accord. »

La censure gouvernementale a fait son retour. Un rockeur connu des années 1990, a vu son concert annulé parce qu’il a dénoncé l’invasion de l’Ukraine. « Tous les ans, dit Alexandra, ils ferment un nouvel organe de presse, parmi ceux qui montrent les choses de manière plus objective. »

Mais, plus que tout, Alexandra regrette que l’Akademgorodok où elle vit ait perdu la ferveur créative des années 1960 et 1980. La société qui l’entoure, contrairement à celle que ses parents ont connue, et prudente et insipide. Elle désire un changement, un bouleversement. Mais elle sait qu’il ne viendra pas de sa génération.

« Il viendra des enfants qui ont 13 ou 15 ans aujourd’hui », estime Alexandra avec mélancolie. Quand ils auront l’âge qu’elle a maintenant, sa génération à elle aura d’autres priorités. « Nous essaierons d’aider, mais, à 30 ans, on ne mène pas une révolution avec un bébé dans les bras.

Récit, d’actualité, tiré d’un reportage situé, à l’intérieur de la revue ’’National Geographic’’, dossier ’’Spécial Russie’’..de janvier 2017.

Récit par..Julia Ioffe

Photographies insérées du texte du dossier..Gerd Ludwig

Toutes les autres photographies insérées sont ’’ perso’’, et sinon récupérées.

 

Au sujet de Nijni Taguil

Alors que tout semblait en déclin après 1990 et jusqu’en 2008, à présent tout a changé. En effet, chaque année se tient, dans cette ville, une grande exposition d’armement, du savoir-faire soviétique et de la vente d’armes.

 

Russian_Expo_Arms_2011_rehearsal_Nizhny_Tagil_T-90S

Photo ci-dessus de l’exposition d’armement en 2011.

Cq9meZprAex1DEeM2RNAzn7Ur3bke4Q6

1017699600

1018074337

113669645

1018074400

9d2935b920dc265eb91dd20dd1679de9

1199

576806

1027026023

1018074495

1018074527

big-3520811a32

Photo ci-dessus du moteur (moderne) d’un char Russe.

 (pas un moteur de 2 CV)

 

La propagande est de mise..mise en scène orchestrée.

1018074370

1018074307

1018074700

1018149873

648x415_premier-ministre-vladimir-poutine-entre-char-assaut-t-90am-nizhny-tagil-oural-9-septembre-2011

 

Tout est fait pour attirer (les éventuels acheteurs) et..vendre.

1018074561

untitled-article-1442216618-body-image-1442217392

1022933863

 

93cdeaba53c92414fb8fb0d25b80dbf6

1018074618

ob_907b39_ca091c252d93d10f7d5d69fc1f920e3d

1025597838

125010

 

Les Russes ont mis au point des ordinateurs pour drones et drones très performants

1018627749

756

1019011261

 

L’armement individuel ou pour l’infanterie, les paras et autres

35725259-nizhny-tagil-russie--26-septembre-2013-le-salon-international-de-l-armement-de-mata-riel-militaire-e

Kalashnikov-business-608x400

j1ky

1025902395

 

Les nouvelles salles de commande

On est bien loin de l’époque de Kroutchev, Gorbatchev ou Eltsine

6RIAN_02546091

 

 

build3

 

 

 

Le centre de commandemant et de défense nationale Russe

russia-national-defence-center

Photo ci-dessus du projet.

Un nouveau centre opérationnel voulu par Poutine a été créé

 

Le nouveau centre opérationnel

RIAN_02546087

Visite de Poutine

 

putinov-stab-foto-ap-6-1728x800_c

dot-nhap-trung-tam-chi-huy-quoc-phong-nga

 

Dans le domaine spatial, les Russes en pointe

 

Lancement Soyouz - Vostochny - 28 Avril 2016

Photo ci-dessus de la fusée Soyouz-Vostochny depuis la base de lancement de Baykonour. (photo prise le 28 avril 2016)

 

Nous avons l’équivalent en France avec l’Euro-Satory qui se déroule à Paris au Bourget tous les deux ans

salon-eurosatory-2016

Photo ci-dessus prise durant l’Euro-Satory en 2016.

Leclerc-French-tank-I-1728x800_c

Photo ci-dessus du char Français Leclerc.

Poutine en-dehors

 

1577555_3_38f4_apres-le-congres-de-russie-unie-dmitri

AAEAAQAAAAAAAAmFAAAAJGQ2OTI5NTkzLWFhNzEtNDkzMy1iNWIwLTUwYWI0MzBjMjliZA

360873

140

Qui-est-Lioudmila-la-discrete-et-future-ex-epouse-de-Poutine

Poutine-l-homme-de-glace-fond-pour-Alina

image (10)

0DB8569A-3BAA-4EE8-807D-6B741BECCFBC_cx23_cy22_cw77_w1023_r1_s

3570345

poutine2

Vladimir-Poutine-tireur

25_5

Poutine-Medvedev-le-couple-de-fer-de-la-Russie-moderne

63b41884

poutine-oiseau-1-tt-width-470-height-347-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1

43916_LGG_20120308_19779_berlusconi_con_putin_e_medvedev_a_sochi

1490802942_CACHSxGTex2hZ0vzBMHzrhrG0tFDzuXA1

3,w=559,c=0

 

Photo ci-dessus Zaldostanov chef des bikers russes reçu par Poutine.

 

Photo-Zaldostanov-chef-bikers-russes

1404612_6_5143_fin-juillet-il-s-est-offert-une-balade-en-tri_ae8b2145cb26ec95009d2431e69b15f6

RUSS

ChNwY_fUkAQXQZq

the-surgeon-we-spoke-with-the-leader-of-putins-favorite-biker-gang-the-night-wolves-1427231296

Vladimir-Putin-President-of-Russia-and-Alexander-Zaldostanov-Surgeon-president-of-motor-club-Night-Wolves-2-2

image

putin-biker-gang

Poutine1 (1)

tumblr_nnumy1Xf5w1tl2cbeo1_500

13773382-zaldostanov-chef-des-bikers-russes-et-frere-de-poutine

 

13752139

1872249

 

article-0-0DA1406B00000578-460_1024x615_large

 

poutine-006

41d48bd0ebd5ba06415b

401162-jpg_264476_1000x667

425ca246d3ec61df6e8179e7681f4ada

blog326_phpoutine

vladimir-poutine-4

1019313542

564104-russian-president-vladimir-putin-arrives-for-a-meeting-with-ecuadorean-president-rafael-correa-in-mo

le-president-russe-vladimir-poutine-au-kremlin-a-moscou-le-1er-octobre-2015_5429459

putin_2000

images (50)

0e405-obamapoutine

20151007_071954_putintoons10

Putin-CrimeaforDinner

poutine-hollande3

 

ob_729a0c_sans-titre

vladimir-poutine-aura-les-honneurs-lundi-du-grand-trianon_3441783_300x200

Vladimir-Poutine-fait-le-menage-parmi-ses-opposants

000_dv1720561_0

Deux-hommes-de-sang-froid-rallument-la-guerre-froide

Photo ci-dessus..deux hommes de sang-froid rallument la guerre froide..

teaserbreit

vladimir_poutine_t_shirt-r018bf2f0b8d34fc58884ab6b55321b48_jyrei_324

poutine-sweat-shirt-homme-de-dickies

 

Posté par Janus157 à 16:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 juin 2017

Macron..son agenda..

 

 

88820359f84915a96a6fa56790f73173-627x429

Macron..son agenda..

 

Macron, le plus jeune des présidents..

(comparaison..)

 

emmanuel-macron-le-plus-jeune-des-presidents-de-la-republique

 

La comparaison avec les différents premiers ministres..

les-premiers-ministres-depuis-1958

 

Le calendrier politique de Macron..

images (37)

 

L’agenda de Macron à court et moyen terme..

 

3edc2cf9a244512d2f347da74a1e8

la-composition-du-gouvernement-annoncee-mardi-en-fin-de-journee_0

 

Lundi 15 mai

La nomination du premier ministre..

2085142_presidence-macron-le-gouvernement-dedouard-philippe-web-tete-0212089091032

Photo ci-dessus de Mr. Edouard Philippe premier ministre du gouvernement.

 

Le 1er déplacement de Mr. Macron à l’étranger

 

Rencontre avec la chancelière Mme. Angela Merkel à Berlin..

 

207909-f424390b1b709325aeebb85226c658e7

Photo ci-dessus de Mr. Emmanuel Macron à côté de la chancelière Allemande Mme. Angela Merkel.

 

Cette première rencontre et entrevue a été, avant tout, une première prise de contact, bien que les deux personnages se connaissent déjà.

 

Pour ce qui est de la discussion autour de l’Europe et au sujet de l’Europe, rien de bien significatif, ni aucune avancée réelle dans ce sens, il faudra attendre encore quelque peu avant d’entrevoir des formes de changements positifs dans ce sens et pour la France, aussi, et..surtout !

 

Mardi 16 mai

La composition du gouvernement

Capture d’écran 2017-05-17 à 15

 

C’est fait, j’en ai déjà parlé..

 

Mercredi 17 mai

Le premier conseil des ministres

 

1022892-le-president-emmanuel-macron-4e-d-face-a-son-premier-ministre-edouard-philippe-4e-g-lors-du-premier-

Photo ci-dessus du salon Murat, lieu de réunion et de travail des conseils de ministres.

 

Là également, il s’agissait d’une réunion informelle et de prise de contact, bref, faire connaissance tout simplement.

Mr. Edouard Philippe, le premier ministre, a, peut-être, donné une feuille de route jusqu’aux législatives et sur le plan du comportement et de la discrétion avec la presse dans son ensemble..

 

Jeudi 25 mai

Sommet de l’OTAN à Bruxelles

(mini sommet de l’OTAN et inauguration du nouveau bâtiment et complexe de l’OTAN..)

5133642_6_e443_le-nouveau-qg-de-l-otan-a-bruxelles_af61acf228d40cf09b5ba2b7f70073b6

Photo ci-dessus du bâtiment et nouveau complexe de l’OTAN à Bruxelles.

Trump, Macron, Daech, et un QG de l'OTAN à un milliard d'euros !

view

Photo ci-dessus de ce même bâtiment avec des explicatifs en points clés.

 

La lutte contre Daesch sera le sujet principal du sommet de l'OTAN, ce jeudi à Bruxelles. Donald Trump et Emmanuel Macron se rencontreront avant de rejoindre le nouveau quartier général de l'alliance, qui a couté plus d'un milliard d'euros !

1161579609_B9712128599Z

Photo ci-dessus du nouveau bâtiment et complexe de l’OTAN avec le dispositif d’accueil en place pour l’inauguration.

Sommet de l'OTAN : une nouvelle étape dans la lutte contre le terrorisme

cover-r4x3w1000-5926f73281434-000-ow6ni

Le 25 mai 2017, les 28 chefs d’Etat et de gouvernement membres de l’OTAN se sont réunis à Bruxelles pour inaugurer le nouveau siège de l'organisation internationale. Premier déplacement du président américain Donald Trump en Europe depuis son élection, cette rencontre avec les dirigeants européens a marqué une nouvelle étape dans la lutte contre le terrorisme. Mais malgré des avancées significatives sur le plan de la coopération interalliée, l’attitude du nouveau président américain à l’égard de l’Alliance atlantique demeure source d’inquiétude.

5134568_6_a161_donald-trump-a-l-ambassade-des-etats-unis-a_0aa4245ef6e864adb2c015d49243fe66

Photo ci-dessus de Donald Trump avec une expression attentive et en même temps, sans doute, d’analyse.

Les Etats-Unis sur le devant de la scène

 

Le-president-des-Etats-Unis-Donald-Trump-Sommet-de-l-OTAN-a-Bruxelles-Belgique-le-25-mai-2017_exact1024x768_l

 

Derrière le message d’unité du Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, l'attitude du président américain n'a pas rassuré les Européens sur l'avenir des relations UE-OTAN. Bien que Donald Trump aurait confié au chef de l'Etat français lors de leur déjeuner bilatéral "faire 100 % confiance à l’OTAN", le ton martial de son discours n’a pas donné lieu à la même interprétation.

5a2afca61e35f45a7dd44ca46e0225f4-1495783134

 

Attendu sur la réaffirmation de l’article 5 du traité fondateur de l’Alliance, qui prévoit que les alliés volent au secours d'un des leurs en cas d'agression extérieure, le président américain s’est abstenu de toute mention sur ce texte. Ce principe avait déjà été mis à mal par François Hollande qui avait préféré invoquer, au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 la solidarité européenne prévue à l’article 47.2 du Traité sur l’Union Européenne.

file6v2zngmtlna16wfgq616

Grande absente des sujets abordés, la relation UE-OTAN avait pourtant connu un regain d’intérêt significatif au cours du sommet de Varsovie en 2016. Par souci de prudence cette année, les sujets de coopération interalliée ont été l’unique préoccupation, marquant néanmoins de significatives avancées.

hqdefault (3)

 

Un nouveau plan d’action contre le terrorisme

La question de la lutte contre le terrorisme a dominé l’ensemble de la rencontre entre le président américain et les dirigeants européens. L'attentat perpétré à Manchester le 22 mai dernier a poussé certains Etats - comme la France et l’Allemagne - à se rallier à la décision de l’OTAN d’intégrer la Coalition internationale contre le groupe armé Etat Islamique.

"L’OTAN va devenir un membre à part entière de la coalition mondiale à laquelle les 28 Alliés participent déjà", a déclaré le secrétaire général de l’OTAN. Jens Stoltenberg a fait observer que cela permettra à l’OTAN de prendre part aux délibérations politiques, notamment en matière de coordination de la formation et du renforcement des capacités. 

Sans pour autant s’engager sur des opérations de combats terrestres, l’Alliance a adopté un nouveau plan d’action. Parmi les nouvelles mesures présentées figurent celle de créer, au sein de la nouvelle Division Renseignement, une cellule de renseignement sur le terrorisme, qui favorisera le partage d’informations entre Alliés, notamment sur la menace liée aux combattants étrangers. Un pôle régional de lutte contre le terrorisme sera également inauguré à Naples. 

700a4d3e9b7edabf9e4b69008b0718d6-1495605891

 

"Payer la juste part du fardeau"

Conformément aux souhaits de Donald Trump, les Alliés se sont par ailleurs engagés à définir chaque année des plans nationaux afin d’augmenter progressivement leurs dépenses en matière de défense. "Aujourd’hui, nous avons décidé que les Alliés établiraient des plans nationaux annuels décrivant comment ils comptent respecter l’engagement en matière d’investissements de défense qu’ils ont pris ensemble en 2014. Ces plans comprendront trois grands volets : moyens financiers, capacités et contributions", a expliqué le secrétaire général.

En 2016, 5 pays de l’OTAN consacraient plus de 2 % de leur PIB à la défense : les Etats-Unis, la Grèce, l’Estonie, le Royaume-Uni et la Pologne (par ordre décroissant). Cette même année, 22 des 28 membres de l’Alliance ont augmenté leur budget de défense (+3,8% entre 2015 et 2016, hors Etats-Unis). Emmanuel Macron a promis d’atteindre la barre des 2% en 2025 (soit 50 milliards en 2025 contre 32,7 milliards d'euros en 2017).

Ces plans nationaux contribueront à atteindre progressivement la barre des 2 % de PIB de dépenses en matière de défense d’ici 2024. Cet objectif décidé lors du sommet de Newport en 2014 a ressurgi dans le débat depuis l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Lors de l’inauguration du nouveau siège, ce dernier a dénoncé l’attitude des Alliés jugée "injuste envers le contribuable américain", ces derniers "tirant profit des montants astronomiques des dépenses de défense des Etats-Unis" (3,7 % de PIB en 2016). Le président a appelé ses partenaires à "payer la juste part du fardeau". C'est une dette que les Alliés "doivent aux Etats-Unis depuis des années", a-t-il avancé.
 
"Les Alliés doivent comprendre que c’est dans leur intérêt, et non pas seulement dans celui des Etats-Unis, d’investir dans des dépenses de défense", a tenu à souligner le Secrétaire général de l’OTAN, visiblement irrité des questions des journalistes qui voient dans ce nouvel engagement budgétaire une réponse aux exigences de Donald Trump.
 
Au cours de leur entretien bilatéral, Emmanuel Macron a rappelé au président américain que le montant des dépenses n’était pas synonyme d’efficacité. Le président français se prépare à entamer l’un des grands chantiers de son quinquennat, le financement de programmes de recherche et technologie militaires lancés au niveau européen, pour réduire la dépendance de l'UE aux équipements américains.

000_bl98g_0

 

La Russie, gagnante de ce sommet ?

 

Le président américain s’est retenu de faire mention de l’article 5 - et son principe de défense collective - qui constitue le socle même de l’Alliance atlantique, soulevant des inquiétudes quant à la réaction américaine en cas d’une éventuelle agression russe. 

En marge du sommet, Donald Trump a également rencontré le président du Conseil européen qui a indiqué qu’ils n’avaient pas trouvé de position commune concernant la Russie. "Je ne suis pas sûr à 100 % que l'on puisse dire aujourd'hui, Monsieur le Président et moi-même, que nous avons une position commune, une opinion commune au sujet de la Russie", a souligné Donald Tusk, après une bonne heure d'entretien avec M. Trump.

A l’inverse, le Secrétaire général de l’OTAN a mis en avant une approche duale quant à la question russe : une défense fondée sur la dissuasion ainsi qu’une ouverture au dialogue pour éviter un conflit. Le président américain semble donc isolé sur cette question. Une situation qui pourrait être à l’avenir profitable à la Russie.

Ce sommet de Bruxelles aura été marqué par la prudence de ses différents acteurs. Contrairement aux autres rencontres de l'OTAN, aucune déclaration commune n’a d’ailleurs été signée, pour éviter tout étalage officiel des divergences. Les responsables politiques ont préféré avancer sur des sujets de coopération interalliée plutôt que d’aborder des sujets sensibles aux yeux de Donald Trump, tels que la Russie ou l’UE. C’est dans cette perspective qu’un nouveau sommet a été annoncé en 2018 afin de travailler à l’unité de l’Alliance qui peine pour le moment à trouver un nouveau souffle durable depuis la fin de la Guerre froide. 

f87fa382976477411c087acefbad1293-1495723091

 

Plusieurs milliers de policiers sont mobilisés pour assurer la sécurité des 29 chefs d'Etat présents dans la capitale Belge. 

Circulation coupée sur certa

6982155_05987175_1000x625

Photo ci-dessus de militaires belges, en place sur un balcon, pour la sécurité.

Premier sommet de l'Otan de Trump: Brexit, armement, Russie et terrorisme

 

6985479_vor2f3zd

 Sommet de l'Otan: Trump "inquiet de l'impact du Brexit sur l'emploi aux Etats-Unis" - © MANDEL NGAN - AFP

 

Le président des Etats-Unis Donald Trump est arrivé jeudi après-midi au siège de l'Otan à Bruxelles pour participer à son premier sommet de l'Alliance depuis son arrivée au pouvoir en janvier.

Le président des Etats-Unis Donald Trump a appelé jeudi à Bruxelles les pays de l'Otan à se concentrer sur le terrorisme et "les menaces de la Russie", renouvelant son appel au respect des engagements financiers de tous les États membres. S'il a souligné que l'Alliance était un outil de "paix et de sécurité" dans le monde, M. Trump n'a pas, contrairement à ce qui était attendu, affirmé explicitement son attachement à "l'article 5", véritable socle de l'Otan qui prévoit que les Alliés volent au secours d'un des leurs en cas d'agression extérieure.

Défilé d'avions devant le bâtimenet de l'OTAN..

Voir le lien ci-dessous:

(sinon le copier et reprendre pour ouvrir et voir et consulter..désolé..)

https://www.rtbf.be/auvio/detail_le-defile-aerien-devant-le-nouveau-batiment-de-l-otan-a-bruxelles?id=2217651

otan593

 

Photo ci-dessus de la salle de réunion de l'ancien siège de l'OTAN.

Armement et Brexit

Il a par contre appelé les États membres de l'organisation qui ne respectaient pas leurs obligations financières à s'exécuter. Les pays alliés se sont en effet engagés en 2014 à consacrer d'ici 2024 2% du PIB à la défense. M. Trump a rappelé qu'à peine cinq pays avaient atteint le seuil requis. Vingt-trois membres de l'Otan sont donc redevables d'"énormes sommes d'argent", selon Donald Trump.

Par ailleurs, Donald Trump a exprimé son inquiétude quant aux conséquences du Brexit sur l'emploi aux Etats-Unis lors de sa réunion de travail avec les dirigeants européens jeudi matin, a indiqué une source européenne à plusieurs médias.

Volte-face

Il effectuerait ainsi une volte-face sur la question alors qu'il avait loué les vertus de la sortie du Royaume-Uni de l'Union pendant sa campagne et après son investiture. Pendant sa campagne pour l'élection présidentielle, M. Trump avait salué la décision des Britanniques de quitter l'Union.

J'aurais pensé, quand cela s'est produit, que d'autres suivraient, mais je pense vraiment que l'UE est en train de se ressaisir..

 Il avait prédit la désintégration de l'Union, prophétisant que "d'autres pays (allaient) quitter" l'UE en suivant l'exemple de Londres. "J'aurais pensé, quand cela s'est produit, que d'autres (pays) suivraient, mais je pense vraiment que l'UE est en train de se ressaisir", a-t-il estimé début avril, tout en maintenant que le Brexit restait "une très excellente chose pour le Royaume-Uni et une très, très bonne chose aussi pour l'UE".

 

Un revirement d'appréciation

De hauts fonctionnaires européens ont remarqué ces dernières semaines que l'administration américaine semble mieux apprécier l'intégration européenne. Selon des sources anonymes américaines, les négociations pour le TTIP pourraient reprendre plus rapidement que celles relatives à un traité de libre-échange avec le Royaume-Uni.

La chancelière allemande Angela Merkel aurait même convaincu Donald Trump des bénéfices d'un traité USA-UE par rapport à un accord commercial avec Londres. Mercredi également, Charles Michel se montrait confiant quant à sa capacité de persuasion sur le président américain.

Le chef de file du UKIP Nigel Farage, fervent partisan du Brexit, fut l'un des premiers responsables politiques étrangers à rencontrer Donald Trump après sa victoire à l'élection présidentielle. La Première ministre britannique Theresa May avait quant à elle rencontré M. Trump une semaine après son investiture.

otan-sommet

Photo ci-dessus de la nouvelle salle de réunion du nouveau bâtiment de l'OTAN.


Au sommet de l’OTAN, le réquisitoire déplacé,

brutal et maladroit de Donald Trump

 

otan-un-sommet-aux-multiples-enjeux_3445544_509x330p

 OTAN..Un sommet aux multiples facettes..

Editorial. A Bruxelles, devant 27 dirigeants de pays membres de l’Alliance atlantique, le président américain a choisi de mettre l’accent sur ce qui divise plutôt que sur ce qui rassemble.

 

Sommet-de-l-Otan-la-capacite-de-concentration-de-Donald-Trump-inquiete

Photo ci-dessus de Donald Trump.

( La capacité de concentration de Donald Trump inquiète..)


En visite officielle en Arabie saoudite, première étape de son périple, au début de la semaine, le président Donald Trump s’était déclaré soucieux de ne pas « faire la leçon » aux dirigeants du monde arabo-musulman. Le président américain ne s’est pas embarrassé de telles prévenances à l’égard de ses alliés européens, jeudi 25 mai, à Bruxelles. Devant 27 chefs d’Etat et de gouvernement de pays membres de l’OTAN qui l’écoutaient, debout, M. Trump, choisissant de mettre l’accent sur ce qui divise plutôt que sur ce qui rassemble, s’est livré à un réquisitoire déplacé, maladroit et contre-productif sur les niveaux de dépenses de défense.

 

Déplacé, parce que, au lendemain de l’attentat à Manchester, l’ambiance était solennelle et parce que les Européens venaient de faire une concession aux Etats-Unis en acceptant que l’OTAN s’implique davantage, en tant que telle, dans la lutte antiterroriste. Après avoir fait observer une minute de silence pour les victimes de Manchester, Donald Trump est immédiatement passé aux affaires de financement, auxquelles il a consacré l’essentiel de son discours, sur un ton comminatoire.


Maladroit, parce que les Européens, soumis déjà par M. Obama à ces reproches – justifiés – sur la faiblesse de leur contribution au partage du fardeau de l’Alliance atlantique, ont entrepris un réel effort pour augmenter ces dépenses. Ceux qui sont encore loin de consacrer 2 % de leur PIB au budget de défense se sont engagés à le faire d’ici à 2024. M. Trump est en droit de leur demander d’accélérer ce calendrier ; il eût été plus efficace de sa part de le faire, plutôt que de les sermonner comme des enfants.

 Une unité cruciale

Contre-productif, enfin, parce que cette brutalité, verbale et physique, manifestée notamment par la manière dont le président américain a écarté de son chemin le premier ministre du Monténégro, n’est pas de nature à améliorer le climat entre Américains et Européens, dans un contexte où leur unité est pourtant cruciale.


Si M. Trump a longuement rappelé leurs devoirs aux Européens, il a par ailleurs ostensiblement omis de confirmer l’engagement des Etats-Unis à appliquer l’article 5 de la charte atlantique, pierre angulaire de l’Alliance, qui fonde l’obligation d’intervenir pour défendre tout allié attaqué. La seule fois où cet article a été appliqué, faut-il le rappeler à M. Trump, il l’a été par les Européens, qui se sont battus aux côtés des Américains en Afghanistan après les attaques du 11-Septembre.

Elu sur le slogan « America First », Donald Trump applique cette philosophie à sa diplomatie, y compris à l’égard de ceux qui sont supposés être ses amis. Ce ne doit pas être une surprise. Si une leçon positive peut être tirée de cette première tournée à l’étranger du président américain, sur fond de divergences transatlantiques persistantes et de chaos politique à Washington, c’est celle-ci : non seulement les Européens doivent prendre davantage en charge leur sécurité, mais ils doivent le faire ensemble, en construisant une défense européenne. Alliés, certes, mais autonomes.

photo-prise-23-2017-montre-nouveaux-batiments-OTAN-siege-OTAN-Bruxelles_0_728_449

Photo ci-dessus d'une partie du nouveau bâtiment de l'OTAN, prise le 23 mai 2017.

 

La rencontre avec Donald Trump..

cover-r4x3w1000-592686420dc28-000-ow4bf

Photo ci-dessus, de la poignée de mains entre Mr. Donald Trump et Mr. Emmanuel Macron.

 

Cette poignée de mains est et fait partie de la ’’com’’, et a, de plus, été interprétée comme..de l’opérette, par Mr.   Vladimir Fédorovski   Ancien diplomate Russe à Paris..et écrivain.

Climat et terrorisme au menu des discussions

 entre Macron et Trump

A l'occasion d'un mini-sommet de l'Otan, le chef de l'Etat français a déjeuné avec son homologue américain. Emmanuel Macron a ainsi fait état de discussions "franches" et "pragmatiques" avec Donald Trump et a appelé les Etats-Unis à éviter toute décision "précipitée" sur la question du climat.

 

Emmanuel Macron a rencontré pour la première fois Donald Trump et Recep Tayyip Erdogan à l'occasion, jeudi 25 mai, d'une journée qui marque son entrée sur la scène internationale, en marge d'un mini-sommet de l'Otan à Bruxelles.

Le nouveau président français, qui devait s'entretenir avec cinq dirigeants au total, s'efforce de poser les jalons de sa politique étrangère et de se positionner face à Washington et au reste du monde, notamment Moscou, dix jours après son investiture officielle. A 39 ans, il fait ses premiers pas dans un contexte géopolitique mouvant, marqué par une certaine imprévisibilité américaine et des tensions avec la Russie sur les dossiers syrien et ukrainien.

Emmanuel Macron a ainsi fait état de discussions "franches" et "pragmatiques" avec Donald Trump et a appelé les Etats-Unis à éviter toute décision "précipitée" sur la question du climat. "Nous avons évoqué tous les dossiers avec le président Trump durant un long échange qui a été extrêmement direct et très franc", a dit le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse. "Ce fut un très bon entretien, pragmatique et chaleureux".

"Il y a des sujets sur lesquels nous n'avons pas forcément la même lecture, il y a des choix qui ont été faits mais nous avons échangé de manière extrêmement directe avec une volonté affichée de renforcer notre partenariat et notre coopération en matière de lutte contre le terrorisme", a-t-il ajouté. Les deux dirigeants ont également évoqué la crise syrienne et le climat - Donald Trump ayant promis "d'annuler" l'accord de Paris de décembre 2015 lors de sa campagne présidentielle.

"Je lui ai rappelé l'importance de ces accords (de Paris-NDLR) pour nous et l'importance de ces engagements pour la communauté internationale", a dit Emmanuel Macron, qui s'exprimait aux côtés du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. "Mon souhait, c'est qu'il n'y ait aucune décision précipitée sur ce sujet de la part des Etats-Unis d'Amérique", a-t-il ajouté.

"La lutte contre le terrorisme" abordée avec Erdogan

Début mai, Emmanuel Macron avait indiqué qu'il s'appuierait sur la Chine pour tenter de convaincre les Etats-Unis de rester engagés dans l'accord de Paris, âprement négocié et signé par plus de 190 pays en décembre 2015.

Peu avant le déjeuner Macron-Trump, la discussion avec Recep Tayyip Erdogan, dont les relations avec l'Union européenne se sont dégradées depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet dernier et la vague d'arrestations qui a suivi, s'est déroulée à huis clos.

Les deux chefs d'Etat se sont accordés "pour travailler ensemble sur la lutte contre le terrorisme dans toutes ses formes. Les deux présidents ont souhaité renforcer leurs consultations sur la Syrie", a-t-on précisé dans l'entourage d'Emmanuel Macron.

De même source, on ajoute qu'Emmanuel Macron a mis sur la table le sort du photojournaliste français Mathias Depardon, arrêté le 8 mai dans le sud-est de la Turquie et qui a entamé depuis plusieurs jours une grève de la faim.

"Le président turc a indiqué qu'il examinerait rapidement sa situation", dit-on encore.

L'Europe était également au menu de la journée d'Emmanuel Macron, qui a rencontré le Premier ministre belge, Charles Michel, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, pour la première fois depuis son entrée à l'Elysée.

"Agenda de protection"

Avec Charles Michel, Emmanuel Macron a souligné la nécessité de mettre en oeuvre ce qu'il a appelé un "agenda de protection".

"Il y a tout une partie du peuple européen, nos classes moyennes et nos classes populaires, qui doutent, qui ont pu douter de nombre de nos gouvernements et qui doutent parfois de l'Europe", a dit le président français lors d'une déclaration à la presse aux côtés du Premier ministre belge.

"Parce qu'elles ont le sentiment que nous ne le protégeons plus face aux grands risques du cours du monde", a-t-il pousruivi.

L'Europe doit donc "protéger nos travailleurs les plus fragiles", "travailler pour l'harmonisation de nos droits sociaux", "l'harmonisation fiscale", "la protection de nos industries et de nos travailleurs face aux dérèglements du commerce international" et agir pour "la protection face à le menace terroriste", a insisté Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat français devait retrouver Jean-Claude Juncker avant de rejoindre l'Otan pour la cérémonie officielle et la photo de famille.

"L'idée est de parler un peu d'investissements mais ce sera un sujet parmi d'autres puisque c'est un sujet qui avance plutôt bien", souligne-t-on à l'Elysée. "L'idée c'est de progresser sur des sujets concrets comme la directive travailleurs détachés, la réciprocité commerciale, etc.".

Dans la soirée, juste après le dîner de travail des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Otan, le président français rencontrera son homologue polonais, Andrzej, Duda sur fond de froid diplomatique entre les deux pays depuis la décision de Varsovie en octobre d'interrompre les négociations sur l'achat d'hélicoptères Caracal à Airbus.

 

Sommet de l'Otan à Bruxelles : Magritte, château et sacs de luxe pour Melania Trump, Brigitte Macron et les "Premières dames"

 

Sommet-de-l-Otan-a-Bruxelles-Magritte-chateau-et-sacs-de-luxe-pour-Melania-Trump-Brigitte-Macron-et-les-Premieres-dames

Photo ci-dessus de Brigitte Macron lors du sommet de l'OTAN à Bruxelles.

 

Vendredi 26 et samedi 27 mai

Sommet du G7 à Taormine, Sicile, en Italie

 

Pourquoi le G7 se tient à Taormina, le "Saint-Tropez" de la Sicile?

 

taormine

sicile_taormine_hotel_atlantis_bay_carte

Si l'Italie a choisi la ville de Taormina, ce n'est pas que pour son cadre idyllique.

 

taormina-sicile-etna

taormina-sicile-panorama

INTERNATIONAL - Les dirigeants des sept pays les plus riches de la planète (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie et Canada), ainsi qu'une vingtaine de délégations, se réunissent dans la très prisée commune de Taormina, au nord-est de la Sicile.

 

437586

Ce vendredi 26 mai, Emmanuel MacronDonald TrumpTheresa May et le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni participent à leur premier G7, dans un cadre à première vue idyllique. Ils y ont posé ensemble pour la traditionnelle "photo de famille", comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 

DAv8LRBWsAEK3dK

 

La petite ville de Taormina est devenue une station balnéaire prisée, considérée comme "le Saint-Tropez sicilien". De quoi trancher avec la mauvaise réputation parfois accolée à l'île, entre pauvreté et présence de la mafia. C'est d'ailleurs justement pour donner tort à ce cliché que Matteo Renzi a annoncé à l'improviste en mai 2016 qu'il déplaçait la rencontre, initialement prévu en Toscane.

"Tout était déjà prévu mais quand, lors d'un sommet international, j'ai entendu un leader faire une blague stupide et pleine de préjugés sur la Sicile soi-disant "terre de la mafia", (...) j'ai décidé que le G7 devait avoir lieu là-bas, et non à Florence", avait alors déclaré l'ancien chef du gouvernement italien.

Dans les premiers temps, c'est l'île de Lampedusa qui avait été évoquée pour accueillir le sommet. Matteo Renzi y voyait alors une façon d'attirer l'attention des dirigeants sur la crise migratoire. Située à proximité des côtes africainesl'île et ses habitants ont en effet du faire face à un afflux migratoire massif, non sans conséquences. Mais l'idée a finalement été abandonnée, principalement pour des raisons logistiques. Une réunion des polices des pays méditerranéens de l'UE sur l'immigration, terrorisme et criminalité est cependant prévue sur l'île le 7 juin prochain.

C'est donc finalement sur Taormina, que s'est porté le choix de Renzi. Dominée par l'Etna, la ville est également un haut lieu de la culture italienne, grâce notamment à la présence d'un amphithéâtre datant de l'époque romaine, encore en état et régulièrement utilisé par des artistes à la renommée internationale. Un concert réservé aux participants du G7 y est d'ailleurs prévu en fin de journée ce vendredi.

000_O45ZT

Photo ci-dessus de l’ancien amphithéâtre antique à Taormine.

 

Tensions internes

 

000_O45VM

 Photo ci-dessus d’une rue à Taormine, durant les travaux avant le sommet du G7.

( le mauvais côté du G7, et ce que l’on ne dit pas, ni montre, souvent, et en général..)

 

Habitués à recevoir les touristes du monde entier, les habitants de Taormina ont cependant du se plier cette fois à des mesures exceptionnelles, pas toujours au goût de tous.

Depuis le début du mois de mai, bulldozers et autres engins de chantier ont envahi les ruelles de la petite ville. Le théâtre grec antique a été nettoyé après 50 ans de négligence tandis que la route principale menant à Taormina a été restaurée, tout comme un viaduc dont le maire assure qu'il pouvait s'écrouler "à n'importe quel moment". Pour répondre aux moindres caprices des dirigeants, un héliport a même été construit à la hâte début mai pour accueillir l'hélicoptère de Donald Trump. "The Beast", la voiture officielle du président était trop large pour les ruelles étroites de la vieille ville...

Au moins 14 millions d'euros ont été déboursés par l'état italien, une dépense d'autant plus critiquée qu'elle intervient uniquement dans le cadre d'une rencontre d'envergure mondiale.

"On dirait que la ville vient d'être bombardée, c'est de la folie", explique à l'AFP Turi Siligato, 53 ans, propriétaire d'un restaurant, en désignant les gravats tout autour de lui et les trottoirs dont la rénovation a contraint plus d'un commerce à fermer ses portes.

"Les touristes qui voient ça ne reviendront jamais. C'est inimaginable de démarrer des travaux de cette ampleur alors que la saison touristique est déjà largement entamée", explique-t-il. Des hôtels situés dans la zone la plus sensible ont d'ailleurs été priés d'annuler leurs réservations.

 

Le maire de la ville, Eligio Giardina, reconnaît volontiers que l'accueil des chefs d'Etat et de gouvernement du G7, n'a guère rencontré le soutien de ses administrés. "Je suis sans doute l'homme le plus détesté de Taormina", a-t-il reconnu. "Mais, ajoute-t-il, une fois que ce sera terminé et que la colère sera tombée, les travaux réalisés seront toujours là". Il mise également sur la publicité internationale dont bénéficiera la ville, au centre de toutes les attentions dès ce vendredi.

"L'Italie est prête à se présenter au monde", a également assuré lundi 22 mai la ministre italienne Maria-Elena Boschi. "On a dit beaucoup de banalités sur la Sicile. Mais nous avons surmonté de vieux stéréotypes".

 

Sécurité maximale

5133169_6_59f3_a-taormine-le-22-mai_df08cb533e6ff314cb39d23879394e9b

Présence de leaders mondiaux oblige, la sécurité atteint son paroxysme. La ville a d'ailleurs été bouclée dès le 13 mai, avec accès interdit aux voitures et aux non résidents. Idem sur l'eau, où les nombreux paquebots et autres bateaux privés ont du quitter le port. Les habitants ont quant à eux du montrer patte blanche avant d'être escortés jusqu'à leur domicile.

 

Les mesures de sécurité ont donc atteint un niveau impressionnant, et ce d'autant plus qu'au-delà de la menace terroriste qui plane sur l'Europe, les autorités locales doivent aussi faire face aux risques de possibles débordements au cours de manifestations anti-G7. Un mouvement de protestation d'envergure a d'ailleurs été annoncé pour la journée de samedi, à Giardini Naxos, en bord de mer au pied de la colline de Taormina.

Les organisateurs de ce défilé anti-mondialiste ont annoncé 3000 à 4000 personnes dans ce cortège autorisé par la préfecture. Mais il pourrait être infiltré par des extrémistes ou des casseurs. Pour les forces de l'ordre, l'objectif est d'éviter une réplique du terrible G8 de Gênes en juillet 2001, qui s'était soldé par trois jours d'émeutes, la mort du manifestant Carlo Giuliani, des dizaines de blessés et une ville mise à sac.

Pour calmer les inquiétudes, les autorités ont donc prévu un dispositif humain exceptionnel avec 7000 hommes - policiers, carabiniers, militaires - chargés d'assurer la sécurité à Taormina et dans ses environs. Des contrôles aux frontières italiennes (terrestres, maritimes et aériennes) ont été renforcés entre le 10 et le 30 mai et les mesures de sécurité sur place se sont intensifiées au cours des semaines.

Des tireurs d'élite seront positionnés sur les toits tandis que des drones, des caméras de vidéosurveillance assureront un contrôle permanent du site et il faudra montrer patte blanche pour accéder à la "zone de sécurité maximale".

 

Poutine à Versailles: les coulisses d'une visite très symbolique

 

640_000_9z8aj

Macron et Poutine, une rencontre à Versailles pour relancer les relations franco-russes

 

6994578_jbq2

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine peuvent-ils s’entendre ?

De par leurs parcours politiques, les deux hommes sont très différents. Mais tous deux ont déjà fait un pas pour se rapprocher. C’est Vladimir Poutine qui a pris l’initiative de leur premier entretien téléphonique. Emmanuel Macron, sur les recommandations de son conseiller diplomatique Philippe Étienne, réputé fin connaisseur de la Russie, a alors proposé la rencontre. Le premier rendez-vous a lieu dans un endroit symbolique : Versailles, où est inaugurée l’exposition consacrée à la visite en France de Pierre le Grand en 1717, ce tsar tant désireux d’ouvrir son pays à l’Europe.

Le contexte est cependant lourd car, pendant la campagne présidentielle, Vladimir Poutine avait soutenu verbalement François Fillon puis avait reçu au Kremlin Marine Le Pen. Contre Emmanuel Macron, le Kremlin, ses médias et ses hackers sont soupçonnés d’avoir orchestré informations mensongères et opérations de piratage informatique.

Après l’élection du président français, les télévisions russes ont multiplié les programmes insultants à son égard. « Cette propagande devrait cesser », anticipe Andreï Kortounov. « En allant à Versailles, Poutine envoie un signal : en bon tacticien, il montre qu’il veut travailler avec Macron. »

Candidat, celui-ci avait envoyé de discrets signaux d’ouverture pour un dialogue « indépendant » mais « constant » avec Moscou dans le cadre européen. Et, ministre de l’économie, il avait, lors d’une visite à Moscou en janvier 2016, multiplié les déclarations enthousiastes et mit le cap sur l’après-sanctions.

 

Galerie-glaces-chateau-Versailles-24-2014_3_1398_931

 

Photo ci-dessus de la galerie des glaces située à l'intérieur du château de Versailles.

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se rencontreront ce lundi à Versailles. Les deux chefs d'État visiteront le Grand Trianon et inaugureront une exposition très symbolique dédiée au tsar Pierre le Grand.

portrait-de-pierre-ier-en-1717-huile-sur-toile-par-jean-marc-nattier-1685-1766

Photo ci-dessus du portrait (toile) de Pierre Le Grand.

Visite de Poutine à Paris : "Il y a beaucoup à faire pour rétablir la confiance"

 

poutine-macron-2-87635d-0@1x

 

Après un sommet de l’Otan et du G7 sans faux pas, Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine à Versailles, ce lundi. Ce premier rendez-vous entre les deux chefs d’État s’opérera au Grand Trianon qui accueille une exposition sur la visite historique effectuée par le tsar Pierre le Grand en France, en 1717.

640_visactu-emmanuel-macron-recoit-vladimir-poutine-a-versailles-15c50bd70e3

 

Les deux chefs d'État traverseront la cour du Grand Trianon puis traverseront cinq salons de l'aile droite du palais, dont le salon des Malachites où se trouve un ensemble de meubles offerts par le tsar Alexandre Ier à Napoléon. Ils regagneront ensuite la galerie des Cotelle, haut lieu de réception du palais, et inaugureront l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France".

1031587686

le-grand-trianon-le-palais-d-apparat-des-presidents

french-president-emmanuel-macron-meets-with-russian-president-vladimir-putin-at-the-chateau-de-versailles-before-the-opening-of-an-exhibition-mark (1)

french-president-emmanuel-macron-meets-with-russian-president-vladimir-putin-at-the-chateau-de-versailles-before-the-opening-of-an-exhibition-marking-

 

"Cette exposition est importante [pour les Russes] parce que le tsar Pierre le Grand représente la nouvelle Russie, c'est celui qui a étendu son territoire, c'est celui qui l'a ouvert et c'est celui aussi qui a modernisé son pays, c'est le tsar réformateur par excellence" explique Gwenola Firmin, l'une des commissaires de cette exposition, au micro de BFMTV.

portrait-de-pierre-ier-en-1717-huile-sur-toile-par-jean-marc-nattier-1685-1766

russian-president-putin-and-french-president-macron-walk-during-a-meeting-at-the-chateau-de-versailles-near-paris-1_5888425

Photo ci-dessus du salon spécialement aménagé pour l’occasion et concernant le déjeuner, en tête à tête, des deux présidents.

 

Un "dialogue exigeant" 

20170529-macron-poutine-confpresse-m

Au total, 155 œuvres sont exposées, dont plus des trois quarts ont été prêtées par le Musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg. Cette exposition symbolique, qui marque les 300 ans de relations diplomatiques entre la France et la Russie, semble surtout servir de prétexte à cette rencontrequi intervient dans un contexte particulièrement tendu alors que le G7, réuni à Taormine (Italie) ces vendredi et samedi, a brandi la menace de nouvelles sanctions à l’encontre de Moscou.

 

Le président de la République a promis "un dialogue exigeant avec la Russie" et souhaite notamment parler de la question syrienne, en vue de "changer le cadre de sortie de crise militaire" et de "construire de manière beaucoup plus collective une solution politique inclusive" en Syrie. De son côté, le Kremlin dit s’attendre à une discussion "très intéressante et franche" sur cette question. Il ajoute que "la France fait partie des pays qui ont une attitude très sévère envers le régime de Bachar al-Assad."

 

6995355_macpout_1000x625

 

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait affirmé ne "pas faire partie de ceux qui sont fascinés par Vladimir Poutine", dont il disait ne pas partager les "valeurs". De son côté, le président russe l’avait exhorté à "surmonter la méfiance mutuelle" dans un message adressé au président français peu après son élection.

 

84a955d5ff75f508ec01007bc2b9b301-1496073022

president-francais-Emmanuel-Macron-homologue-russe-Vladimir-Poutined-conference-presse-Chateau-Versailles-29-2017_0_1399_933

«Prise de contact» ou «faute politique lourde» : les réactions à la visite de Poutine à Versailles

Alors que Vladimir Poutine doit être reçu ce lundi au château de Versailles par le président de la République, les réactions sont nombreuses dans la sphère politique. Si dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on évoque une «première prise de contact», le député européen Yannick Jadot parle quant à lui d’un «premier faux pas politique» et d’une «faute politique lourde».

53c47c251f3da8aaddeaaf5543d5379f67455b8b_xwh_1800x1199_xwh

 

Mais qui est vraiment Poutine ?

0

 

Kgb 

KGBVostok

k

-mg-8595-36222256

 

Ancien du KGB*, Vladimir Poutine a rapidement réussi à établir une image publique en tant qu'homme fort et de bon sens prêt et déterminé à agir dans la poursuite des intérêts de la Russie. Plus le temps passe et plus ses ambitions pour le pays sont grandes. Poutine était clairement animé à l\'idée de défier la superpuissance américaine et voulait recréer une forme d'union soviétique tout en conservant sa place selon les diktats de la démocratie. Dans le but d'accomplir ses plus grands desseins.

* Services secrets et de renseignements soviétiques jusque peu avant 1990, puis, peu après, appélé..F.S.B.

 

0 (3)

Photo ci-dessus du bâtiment du G.R.U. en 1957.

Untitled-9

Photo ci-dessus du K.G.B. dans les années 1980..entre 1985-1990.

 

Personne ne connait mieux Poutine que Poutine lui-même..

 

Russkie-idut-2-1728x800_c

Vladimir Poutine

Né à Saint-Pétersbourg (Russie) le 07/10/1952 

Vladimir Poutine est un homme politique russe. Il est réélu à la présidence du pays en 2012 pour la troisième fois.

Vladimir Poutine naît en 1952 à Leningrad (actuellement Saint-Pétersbourg), dans une famille modeste d'ouvriers. Il suit des études de droit à l'université de Leningrad et obtient son diplôme en 1975. Il intègre ensuite le KGB (les services de renseignement, qu'il quitte en 1991) et devient officier. Il est ensuite envoyé en RDA en 1985, où il travaille sous couverture. Après la réunification de l'Allemagne, Poutine revient à Leningrad en 1990. Lorsque son ancien professeur de droit, Anatoli Sobtchak, est élu maire de la ville en 1991, il lui propose de rejoindre l'équipe en tant que conseiller. Vladimir Poutine devient un membre influent de la mairie et est nommé premier adjoint au maire en 1994, avant de démissionner en 1996. Commence alors une ascension rapide : il entre dans l'administration présidentielle en 1997, est nommé Premier ministre par Boris Eltsine en 1999, puis devient président par intérim après la démission de ce dernier cette même année.

Il est élu président de la Fédération de Russie en 2000, puis réélu en 2004. Il donne plus de pouvoir aux services de sécurité tout en reprenant le contrôle sur les gouverneurs dans les différentes régions. Il bénéficie d'une assez forte popularité, même si la société civile (médias, opposants) est de plus en plus contrôlée par l'État. En 2008, il ne peut se représenter pour un troisième mandat consécutif. Il choisit alors Dmitri Medvedev pour occuper le poste de président et se fait élire Premier ministre. En mars 2012, malgré de nombreuses voix contestataires, il est réélu pour une durée de six ans tandis que Medvedev occupe le poste de Premier ministre.

 

 

GRU_visite_de_Poutine_ITAR_TASS_-2

Photo ci-dessus de Mr. Vladimir Poutine lors de l’inauguration du nouveau bâtiment du G.R.U.

L'extraordinaire carrière de Vladimir Poutine

Nom : Vladimir Vladimirovitch Poutine
Né le 7 octobre 1952 à  Leningrad (Saint Pétersbourg)
Passions : avions de guerre, lutte entre ours, judo, peinture
Il épouse en 1983 une hôtesse de l'air, Lioudmila, avec qui il a eu deux filles.

 

Vladimir Poutine vient d'être réélu président de la Russie, avec près de 64% des votes. Fraude? En tout cas, son personnage fascine. Revenons un instant sur la carrière de l'homme fort de Russie.

Le 4 mars ont eu lieu les élections présidentielles russes. Il n'y avait aucun suspense quant à  leur issue : c'est Vladimir Poutine qui rempile pour un troisième mandat, après avoir laissé son sbire Dimitri Medvedev  en exercer un pour respecter la loi russe sur les mandats consécutifs. Retour sur la carrière du mâle dominant russe, qui pourrait rester au pouvoir jusqu'en 2024.

 

13c7b524b10addde21816b2e7db40d21

 

Photo ci-dessus du Tsar.

Poutine se voudrait l'équivalent du Tsar et de Pierre Le Grand..

 

Sa jeunesse en URSS

 

299__x_vladimir_poutine_1977-garr-fr_

 

Vladimir naît dans une famille ouvrière. Il obtient sa licence en droit en 1975. Après quoi, il rejoint le KGB, et devient officier spécialisé dans le contre-espionnage et la lutte contre les dissidents de l'empire. En 1985, le lieutenant-colonel Poutine entre en poste dans l'Allemagne de l'est (ex-RDA), à  Dresde. Il y est espion à  la solde du KGB.

 

Le déclin de l'empire communiste

En 1989, le mur de Berlin tombe. Un jour de fête pour les jeunes berlinois, mais une réelle tragédie pour Poutine, très attaché aux valeurs communistes dans lesquelles il a grandi. Il déclarera d'ailleurs en 2005 que la chute de l'URSS avait été la plus grande catastrophe géopolitique du siècle dernier.

112C5891-3B55-4B27-B03C-4B26EFEFC760_w1023_s_s

Photo ci-dessus de Vladimir Poutine (à gauche), en présence du maire de la ville de St-Pétersbourg.
Vladimir Putin and St. Petersburg Mayor Anatoly Sobchak (right) during a naming ceremony for Austrian Square in St. Petersburg on September 28, 1992.


Il revient donc en Russie en 1990. D'après Emmanuel Carrère (auteur du livre 'Limonov'), il sera chauffeur de taxi sauvage pendant quelques temps à  son retour, ce qui le rend encore plus amer.

En août 1991, des communistes conservateurs s'élèvent contre la politique progressiste de Gorbatchev : c'est le putsch de Moscou. Boris Eltsine prend alors la tête de la Russie. Pendant ce temps, Poutine fait carrière dans l'administration municipale de Saint-Pétersbourg. Il entre en 1996 dans l'administration présidentielle. Et en 1998, il est nommédirecteur du FSB (le successeur du KGB).

 

La présidence

En août 1999, Poutine est nommé Président du gouvernement par Boris Eltsine. Peu connu auparavant, il devient donc le 'second' de Russie. Il se fait remarquer par son franc-parler : au lancement de la deuxième guerre de Tchétchénie,  Poutine lâche cette phrase avec fracas : "On ira buter les terroristes jusque dans les chiottes". 


Boris Eltsine transmettant la Constitution à Vladimir Poutine, le 31 décembre 1999, dans le bureau présidentiel du Kremlin.


Le 31 décembre 1999, Eltsine démissionne et Vladimir Poutine devient Président par intérim, puis président élu en mars 2000. Il sera réélu en mars 2004. Poutine s'attachera au cours de ces deux mandats à  redresser l'économie du pays et à  tenter de lutter contre la corruptionet l'oligarchie, ainsi qu'à  museler, parfois avec violence, les médias qui manifestaient leur désaccord avec sa politique.

Vladimir_Putin_with_Boris_Yeltsin-2

Photo ci-dessus de Boris Yeltsin remettant la constitution Russe( dogme..) à Vladimir Poutine.

La constitution russe prévoit qu'un président ne puisse exercer que deux mandats consécutifs. En février 2008, c'est donc son fidèle Dimitri Medvedev qui reprend le flambeau. Selon les observateurs, Poutine aurait malgré tout continué à  tenir les rênes du pays depuis son poste de Président du gouvernement.

 

Et après ?

Candidat à  un troisième mandat, Poutine pourrait rester en pouvoir jusque 2024. Le citoyen russe s'est-il résigné au fait que rien ne bougera ou bien apprécie-t-il réellement cet homme fier et redoutable? Il est peut-être dur pour les pays occidentaux de concevoir que beaucoup de gens en Russie sont nostalgiques du communisme. En effet, malgré l'austérité et les magasins vides, l'empire avait alors du prestige et les russes étaient fiers de leur pays.

Même si la situation socio-économique russe est toujours une catastrophe sans nom, Poutine a rendu une partie de sa superbe à  la Russie. A défaut d'en avoir fait une démocratie, il en a fait une nation forte et dure en négociation.

 

carte-11

 

Une brillante carrière au sein du K.G.B.

Carrière d'officier du KGB

Vladimir_Putin_in_KGB_uniform

Vladimir Poutine, alors officier du KGB.

D'après son propre récit, il se présente dès l'âge de 16 ans au KGB pour se faire embaucher, en vain6. Après une formation initiale sommaire dont on ne sait pas grand-chose, il entre au service territorial déconcentré du KGB – la Direction du KGB pour la ville de Léningrad et sa région, où il sert pendant plusieurs années d'abord comme subalterne, ensuite comme officier opérationnel dans le service du contre-espionnage local, chargé en particulier de la lutte de la police politique contre les dissidents et autres « éléments antisoviétiques » (sous le patronage de la cinquième direction du KGB).

Avec le grade militaire de commandant, il est envoyé en 1984 suivre un cours annuel de formation continue à l’Institut Andropov (ou institut du Drapeau rouge, Krasnoznamenny Institoute - KI) du KGB à Moscou, en principe pour devenir espion. Lors de ses études supérieures à Moscou, il porte le nom de code « Platov » et exerce les fonctions de chef bénévole de son unité d’élèves-officiers.

À la sortie du KI du KGB, Poutine n’entre pas dans le personnel de l’appareil central du KGB à Moscou, mais revient à Léningrad où une partie de son service se passe dans l’unité locale sous la tutelle de la première direction générale du KGB, le service de renseignements extérieurs. Il passe dans la « réserve active » du KGB pour se préparer à une mission opérationnelle en République démocratique allemande (RDA)9.

À partir d'août 1985, il officie, pour son premier poste à l'étranger, à Dresde en RDA, officiellement comme employé consulaire, en fait pour recruter des espions en tant que major des services secrets russes10. Il cherche notamment à contraindre un professeur de médecine à lui donner accès à une étude sur des poisons mortels qui ne laissent presque aucune trace, en le faisant chanter avec des éléments pornographiques10. Il est rappelé en février 1990, dans le contexte de la réunification allemande. D'après le média allemand CORRECT!V, il doit son retour au fait que Werner Grossmann, dernier dirigeant des services d’espionnage à l’étranger de RDA, révèle à ses collègues du KGB que Poutine recrute des agents de RDA dont la couverture a été cassée, ce qui génère un risque important pour le KGB10.

 

Poutine nostalgique de la RDA

 

115844371

 

Le premier ministre russe Vladimir Poutine, ancien agent du KGB, a dit éprouver de la "nostalgie" pour l'Allemagne de l'Est où il fut en poste à l'époque communiste tout en estimant que la chute du Mur a permis des relations de confiance entre Moscou et Berlin.

Dans un documentaire baptisé "le Mur" tourné par la chaîne de télévision NTV, Vladimir Poutine évoque son séjour à Dresde, entre 1985 et 1990, qui lui a permis d'apprendre l'allemand et de comprendre une autre mentalité. "Je me souviens encore de cette chaleur et de cette cordialité", a dit l'homme fort de la Russie, dans cet entretien qui devait être diffusé dimanche, à la veille du 20e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, et dont les agences russes ont publié des extraits. 

"Nous sommes devenus amis avec nos collègues, nous découvrions un nouveau monde, j'apprenais la langue, je communiquais avec des gens (...) Cela fait comprendre comment vivent les gens, ce qu'ils pensent et comment bâtir les relations avec eux", a-t-il poursuivi. "Je suis très reconnaissant de cela. A cet égard, il y a un sentiment de nostalgie", a-t-il souligné. "Ce n'étaient pas les pires années de ma vie, je dirais même qu'elles étaient plutôt bonnes". 

M. Poutine qui a été président de la Russie entre 2000 et 2008 a toutefois reconnu que les succès de l'Allemagne actuelle et les bonnes relations russo-allemandes rendaient sa nostalgie "secondaire".  Dans un discours à la Nation prononcé en 2005, quand il était le chef de l'Etat, Vladimir Poutine avait déclaré que l'effondrement de l'URSS en 1991 avait été "la plus grande catastrophe géopolitique" du XXe siècle.

 

carte (1)

Cinq ans en Allemagne sans (presque) laisser de traces. De 1985 à 1990, l'agent du KGB Vladimir Poutine a travaillé à Dresde (RDA). En toute discrétion.

Dresde, envoyée spéciale.

C'est un de ces immeubles gris marron et brut de béton comme la RDA en construisait par milliers. Dressé au bout d'une impasse sur les hauteurs de Dresde, il abritait des familles de cadres, des membres du Parti communiste, de la police politique ou des officiers russes. C'est ici, dans un modeste deux-pièces, qu'a habité le nouvel homme fort de la Russie, avec sa femme et leurs deux filles, nées en 1985 et 1986.

Poutine a vécu à Dresde de 1984 à 1990, quand il travaillait pour le service international du KGB, à la section science et technique. Sa tâche consistait à recruter des agents dans des firmes de haute technologie. Son bureau était tout près de son domicile. Les traces de ce passé sont depuis longtemps effacées. L'ancienne villa du KGB abrite aujourd'hui une société d'«anthroposophie»: là où Poutine et la demi-douzaine de ses collègues du KGB de Dresde administraient leurs réseaux, on enseigne aujourd'hui «la spiritualité dans les soins» ou «la thérapie par l'art».

Astreint à la réserve par son métier d'agent secret, Vladimir Poutine ne semble pas avoir laissé de souvenirs très marquants. Dans un bistrot de Leipzig, ville voisine où il était régulièrement convoqué à la Kommandantur russe, des journalistes allemands ont retrouvé ses clients disant se souvenir du «petit homme pâle en costume de confirmand». Ils ont décrit un hôte «très réservé», qui «lisait le journal dans son coin» et se distinguait surtout par sa sobriété: «Il ne buvait qu'une bière en deux heures.» Poutine ne disait pas grand-chose, bien qu'il maîtrisât bien l'allemand.

Agence Tass. Son allemand, Poutine aurait eu le temps de le perfectionner depuis plus longtemps qu'on le croit, assure un ancien agent de la Stasi retrouvé par le quotidien de Dresde Sächsische Zeitung. Selon lui, il aurait été une première fois en poste en Allemagne, à Bonn en 1975, où il aurait eu pour couverture un emploi à l'agence de presse soviétique Tass, jusqu'à ce que les autorités ouest-allemandes le pressent de quitter le pays, à la fin des années 1970. Les services de renseignements allemands gardent le silence sur cet épisode: dans sa biographie de Poutine, le BND *se contente de mentionner pour les années 1975-1992: «Activité au KGB, d'abord comme officier opératif des renseignements extérieurs.»

*Bundesnarichtendienst..Service d'écoute et de renseignement de la RFA.

Les rares officiers de la Stasi *qui ont eu à traiter avec Poutine et ont accepté d'en parler n'ont lâché que des banalités: «Poutine aimait les Allemands. Il appréciait leur discipline», a raconté l'ancien officier de la Stasi Günther Kohler au journal Welt am Sonntag, traçant un portrait très obligeant du futur président russe: efficace mais pas autoritaire, accessible mais poursuivant ses missions sans relâche" Selon des témoignages concordants, Poutine aurait fait partie de Lutsch, un cercle de sympathisants de la perestroïka de Gorbatchev qui cherchait à encourager le courant réformateur au sein du régime est-allemand.

* Staatsicherheitsdienst.. Service de sécurité de l'Etat Est Allemand - RDA.

Après la révolution est-allemande de 1989, Poutine demeure jusqu'en 1990 à Dresde, avec pour tâche de faire le ménage dans les archives et de récupérer les meilleurs agents de la Stasi pour le compte du KGB. On spécule encore sur le nombre d'anciens agents de Poutine toujours au travail. Mais aucun n'a été démasqué.

Officier de liaison. Si les services allemands ont récolté quelques informations sur le passé de Poutine, ils les gardent précieusement en réserve. «Ne croyez pas qu'on va s'amuser à ressortir des placards des choses compromettantes contre le deuxième homme le plus puissant du monde», explique un responsable des anciennes archives de l'ex-RDA. Un des rares documents à avoir passé ce filtre est une lettre provenant des archives de la Stasi, datée de septembre 1989. Poutine s'y adresse au chef de la police politique de Dresde pour demander le rétablissement du téléphone d'un de ses agents, un Allemand, qui en a besoin pour le «travail opérationnel». Poutine signe en qualité d'«officier de liaison du KGB». «C'est une lettre exceptionnelle, explique un expert. Ce type de démarche se faisait plutôt par oral ou était griffonné sur une note jetée ensuite. Cette lettre semble avoir été rédigée dans la panique.» Maigrelet, cet indice viendrait confirmer la tension qui régnait en 1989 entre Stasi et KGB.

Les deux autres traces de Poutine retrouvées dans les archives sont encore plus anodines. En novembre 1987, il reçoit l'épingle d'or de l'amitié germano-soviétique, remise par le patron de la Stasi, Erich Mielke. Et trois mois plus tard, il est décoré de la médaille du mérite de l'armée est-allemande. La trentaine d'officiers russes distingués en même temps que lui étaient tous plus gradés que lui. Un détail que les experts interprètent comme le signe d'un mérite exceptionnel.

KMO_153995_00037_1_t218_223108

Dans les années 80, alors en poste en RDA, Poutine battait sa femme

360873

Rédaction en ligne

Un journaliste allemand affirme que la femme de Vladimir Poutine s’était plainte de son infidélité et de violences conjugales dans les années 1980. Il était alors agent du KGB à Dresde, alors en RDA

 

Erich Schmidt-Eenboom, journaliste indépendant et expert des services secrets allemands, a confirmé lundi à l’AFP une information parue récemment dans la presse allemande. Il affirme que le BND (services secrets ouest allemands) avait réussi à infiltrer un agent femme agissant comme traductrice au sein de la “ Maison pour l’amitié germano-soviétique ” à Dresde. L’ex-président et actuel Premier ministre russe dirigeait cette institution de 1985 à 1990.

Cette agent infiltrée, Lenchen, s’était liée d’amitié avec l’épouse du directeur, Ludmila, recueillant ainsi quelques confidences sur les déboires du couple. “ Elle lui a raconté qu’il y avait très souvent des violences et que Vladimir la battait et elle a également évoqué des infidélités de son mari ”, a encore expliqué M. Schmidt-Eenboom.

 Il y a 5 mois, j’ai obtenu cette information d’un ancien membre des services secrets (BND) de haut niveau. J’ai ensuite eu une confirmation par une deuxième source il y a quelques semaines, un ancien membre de l’Office fédéral de protection de la Constitution (renseignements intérieurs)“, à qui le BND avait transmis cette information, a-t-il précisé.

Il y a une dizaine de jours, deux autres sources parmi d’anciens dirigeants du BND ont également directement confirmé l’existence de ces rapports au journaliste.

 

russes

 

Les barbouzes de Poutine en mission (Ukraine..)

 

Vladimir Fédorovski :

«Emmanuel Macron

a amorcé la détente avec Poutine»

 

800px-Vladimir_Fedorovski

 Photo ci-dessus de Mr. Vladimir Fédorovski, ancien diplomate Russe à Paris et écrivain.

 Retour en France..ce qui attend le gouvernement et Macron..

Les ’’ Vrai dossiers de travail’’..

 

La Loi Santé

(celle que promettait de changer radicalement François Fillon..)

2868173-ide-loisante-jpg_2504416

 Les sujets qui fâchent

(le travail du dimanche..)

 

3213589-694077-jpg_2897102

 

Des professions dans la tourmente

 

4505191_les-notaires-dans-la-rue-33394-hd

 

 

La Loi travail dite Loi El Khomri

867325-manuel-valls-entre-najat-vallaud-belkacem-et-myriam-el-khomri-le-11-avril-2016-a-matignon-a-paris

Photo ci-dessus de Mr. Manuel Walls , entouré de Mme. Myriam El Kohmri, ministre du travail, et de Mme. Naja-Vallaud Belkacem, ministre de l’éducation nationale.

La-ministre-travail-Myriam-El-Khomri-arrivee-Hotel-Matignon-Paris-11-avril-2016_0_1400_933

Photo ci-dessus de Mme.Myriam El Kohmri, ministre du travail.

conges2-2-4e5bc 

Photo ci-dessus, de l’époque, la révolte des ouvriers pour les congés payés.

 

Loi Travail

kNN1E7Dz-fotolia-84446969-subscription-xl-s-

 

La loi El Khomri (ou Loi Travail) publiée en août 2016 a profondément modifié la législation du travail. Voici les principaux changements instaurés par ce texte. 

 

Dans l’ensemble, le texte assouplit de nombreuses règles du Code du travail en privilégiant le recours à la négociation collective, notamment en matière de temps de travail. Mais cette réforme du travail prévoit également des dispositions concernant le licenciement économique, les heures supplémentaires ou les visites médicales au travail. 

 

Entrée en vigueur

La loi El Khomri a d'abord été présentée au Conseil des ministres du 24 mars 2016. Le texte a ensuite été examiné par la Commission des affaires sociales au début du mois d'avril. 

Après sa présentation à l'Assemblée nationale le 3 mai, le Premier ministre Manuel Valls a utilisé la procédure de l'article 49-3 de la Constitution qui a permis de faire adopter le projet de loi par l'Assemblée nationale en 1ère lecture sans vote des députés. La motion de censure déposée par la droite a en effet été rejetée le 12 mai (246 voix alors que 288 voix étaient nécessaires). 

Le projet de loi El Khomri a ensuite été voté par le Sénat (dans une version très remaniée) le 28 juin. De nouveau examiné par l'Assemblée nationale à compter du 5 juillet, le texte à été adopté le 6 juillet, le gouvernement ayant recouru une deuxième fois à la procédure de l'article 49-3 pour faire passer le projet de loi. 

Le texte a ensuite été ré-examiné par le Sénat le 18 juillet. Puis il est à nouveau revenu devant l'Assemblée qui a procédé à sa lecture définitive le 20 juillet, date à laquelle Manuel Valls a de nouveau annoncé un ultime recours à l'article 49-3. Le texte a été définitivement adopté le jeudi 21 juillet, aucune motion de censure n'ayant été déposée par l'opposition. 

Avant sa parution définitive, le projet de loi devait encore être examiné par le Conseil Constitutionnel qui a été saisi après l'adoption du texte par l'Assemblée. 

Dans sa décision rendue le 4 août 2016, le Conseil constitutionnel a validé l'essentiel des dispositions de la loi travail. Après sa promulgation, le texte a été publié au Journal officiel du 9 août 2016. 


Voir 
comment se vote une loi pour en savoir plus sur la procédure législative applicable à la loi travail.

Décrets d'application

Une partie des dispositions prévues par la loi travail ne sont toutefois pas encore entrées en vigueur. Beaucoup d'articles n'entrent en application qu'après la publication de décrets d'application qui viennent préciser différents dispositifs issus de la nouvelle législation. De nombreux textes sont donc progressivement publiés depuis l'été 2016. D'après les chiffres du Sénat, plus de 130 décrets et arrêtés doivent suivre la publication de la loi. 

Pour connaitre les dates approximatives de publication des décrets encore à paraitre, vous pouvez consulter l'échéancier mis en ligne par l'administration le 8 septembre 2016 et régulièrement mis à jour depuis cette date. 

 

Macron

Elu le 7 mai dernier, le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, souhaite toutefois aller plus loin que la loi travail en matière de flexibilité, en prévoyant notamment un allègement considérable du Code du travail. Il compterait mettre en oeuvre sa réforme dès cet été, par ordonnances. Voir ainsi Macron et droit du travail : ce qui va changer

Projet de loi El Khomri : ce qu'il pourrait changer pour les salariés

 

DECRYPTAGE - Contesté, remanié, le texte de la ministre du Travail va profondément changer la vie en entreprise.

>> Cet article a été mis à jour le 11 mai après la décision du gouvernement de recourir au 49.3 pour faire passer cette loi et empêcher les parlementaires de modifier certains articles.

Contesté par les syndicats, la rue et même une partie de la gauche, le projet de loi El Khomri a été remanié à de nombreuses reprises pour tenter de trouver un consensus. Cette réécriture n’a pas pour autant permis de sortir de l’impasse puisque le gouvernement a décidé de recourir à l’article 49-3 pour faire adopter sans vote le projet de loi travail. Le projet de loi de la ministre du Travail est donc désormais figé. Mais au fait, que prévoit concrètement la dernière version de ce paquet de réformes ? Que devrait-il changer dans la vie des salariés ? Europe 1 passe en revue les mesures du projet de loi El Khomri.

 

• HEURES SUPPLÉMENTAIRES. Toute heure travaillée au-delà des 35 heures hebdomadaires continuera à être mieux payée. La majoration reste de 25% pour les huit premières heures supplémentaires, et de 50% pour les suivantes, mais une entreprise pourra négocier avec les syndicats un accord interne qui lui permet de limiter ce bonus à 10%.

Ce que cela change. Les entreprises vont avoir une plus grande marge de manœuvre. Aujourd’hui, une entreprise doit prendre en compte les accords de branche avant de négocier le bonus versé pour les heures supplémentaires : si l’accord de branche prévoit une majoration de 30%, l’entreprise ne peut donc pas descendre en dessous de ce taux. Avec la loi El Khomri, l’accord d’entreprise primera sur l’accord de branche : une entreprise pourra négocier une majoration de 10%, le minimum légal, même si l’accord de branche prévoit un bonus bien plus élevé. Une possibilité qui risque de devenir la norme puisque le rapport de force est moins favorable aux salariés au niveau de l’entreprise qu’au niveau de la branche, où les syndicats sont plus forts. Résultat, si les employeurs regretteront toujours qu’une heure supplémentaire coûte plus cher, ils pourront néanmoins réduire la facture.

• LICENCIEMENT ÉCONOMIQUE. Des critères plus précis définissent le motif économique d'un licenciement : les difficultés économiques sont caractérisées par quatre trimestres consécutifs de baisse du chiffre d'affaires ou deux trimestres consécutifs de perte d'exploitation. 

Ce que cela change. Aujourd’hui, une entreprise ne peut procéder à un licenciement économique que pour deux motifs : une cessation d’activité ou une mutation technologique. Elle peut également invoquer une réorganisation nécessaire à la sauvegarde de l’entreprise, mais il faut alors prouver qu’elle est en péril. Demain, il suffira de remplir les conditions fixées par la loi El Khomri : les licenciements économiques seront donc plus faciles et moins contestables. Pour éviter que les multinationales les moins délicates ne profitent de cette opportunité, une filiale française ne pourra pas être considérée comme en difficulté si sa maison-mère et le reste du groupe se portent bien.

• LICENCIEMENT ABUSIF. La loi El Khomri instaure un barème qui fige dans le marbre le montant maximal d’indemnités qu’un salarié peut percevoir si les prud’hommes jugent qu’il a été licencié sans justification ou en dehors des règles. Censé être obligatoire, ce barème ne sera finalement qu’indicatif.

Ce que cela change. Aujourd'hui, les juges des prud’hommes décident du montant des indemnités au cas par cas, ce qui aboutit à des décisions très variables et inquiète les employeurs poursuivis. La loi El Khomri veut mettre fin à cette imprévisibilité avec un barème censé avoir deux conséquences : permettre d’accélérer les jugements - qui sont particulièrement longs en France - et offrir une plus grande visibilité aux employeurs. Mais face à la bronca des syndicats, le barème ne sera finalement qu’un indicatif : le juge pourra le suivre mais il n’y sera pas obligé. Au final, cette réforme ne change pas grand-chose, ni pour l’employeur, ni pour l’employé, le barème permettant seulement de se faire une idée des montants en jeu.

ob_6b2a59_img-7121

• RÉFÉRENDUM D'ENTREPRISE. En cas de blocage pour adopter un accord d’entreprise, les syndicats représentant au moins 30% des salariés pourront demander l’organisation d’un référendum. Le vote des salariés, à la majorité des suffrages exprimés, primera sur la décision des syndicats. Pour l’instant, ces référendums ne pourraient porter que sur certains dossiers (durée du travail, des repos et des congés).

le-secretaire-general-de-la-cgt-philippe-martinez-g-lors-d-une-reunion-sur-l-emploi-avec-le-premier-ministre-manuel-valls-d-a-matignon-le-11-janvier-2

Ce que cela change. Actuellement, pour qu'un accord soit valide, il doit recueillir soit la signature de syndicats ayant obtenu au moins 50% des voix aux élections professionnelles, soit la signature de syndicats représentant 30% des salariés mais à condition que les syndicats majoritaires ne s'y opposent pas. Un syndicat ayant obtenu plus de 50% des voix peut donc bloquer un texte, même si la majorité des salariés y est favorable. Avec ce référendum, une entreprise pourra donc contourner le ou les syndicats majoritaire(s), à condition de s’appuyer sur un syndicat pesant au moins 30% des suffrages. C’est d’ailleurs la stratégie qu’avait choisie la direction de l’usine Smart d’Hambach, en Moselle, pour revenir sur les 35 heures malgré l’opposition de la CGT et de la CFDT. Le vote qui y avait été organisé, qui n’a aujourd’hui aucune valeur, s’imposerait alors à tous.

09

• ACCORD DE DÉVELOPPEMENT DE L'EMPLOI. C’est une nouveauté qui n’existe pas aujourd’hui dans le droit du travail : donner la possibilité à une entreprise de conclure un "accord de développement de l’emploi". Une entreprise pourra conclure un accord pour moduler temps de travail et rémunération des salariés afin de partir à la conquête de nouveaux marchés. Cet accord pourra durer jusqu’à deux ans.

Ce que cela change. Aujourd’hui, il est déjà possible de réduire le salaire des employés ou de les faire travailler plus pour un salaire inchangé, mais seulement dans les entreprises qui vont mal : il s’agit des accords de maintien dans l’emploi, qui sont dits "défensifs" car conçus pour éviter les licenciements. Avec la loi El Khomri, de tels accords pourront devenir "offensifs" : les salariés pourront être moins payés ou travailler davantage si c’est pour décrocher un nouveau contrat. Les syndicats devront donner leur accord, mais si un salarié refuse la modification de son contrat de travail en vertu de cet accord collectif, il pourra être licencié non pas pour motif économique mais pour "cause réelle et sérieuse". Et donc dans des conditions bien moins avantageuses qu’aujourd’hui.

• HERARCHIE DES NORMES. Comme le montrent la possibilité de mener un référendum interne ou des accords de développement de l’emploi, la philosophie de la loi El Khomri est de mener les négociations au plus près des entreprises, et non plus au niveau des branches professionnelles comme c’est le cas aujourd’hui. Cette loi instaure donc une inversion des normes : les règles ne seront plus négociées pour tout un secteur mais entreprise par entreprise.

Ce que cela change. En menant les négociations, sur l’organisation du temps de travail par exemple, au plus près de l’entreprise, les règles seront censées être plus adaptées à la réalité du terrain. Mais si ce changement de paradigme permet d’être plus souple et pragmatique, il risque d’être défavorable aux salariés puisque leurs représentants pèseront bien moins lors des négociations que les syndicats ne pouvaient le faire au niveau de la branche professionnelle. Pour éviter les abus, la branche professionnelle pourra une fois par an passer au crible ces accords et jouer les vigies en cas d'abus.

11

• COMPTE PERSONNEL D’ACTIVITÉ. Visant à "protéger les actifs" et présenté par François Hollande comme la grande réforme sociale du quinquennat, le compte personnel d'activité (CPA) est ouvert à toute personne âgée d'au moins 16 ans, occupant un emploi ou à la recherche d'un emploi. Il est constitué du compte personnel de formation (CPF), du compte personnel de prévention de la pénibilité et d’un futur compte d’engagement citoyen, dans lequel les heures de formation récompensent bénévolat et volontariat.

Ce que cela va changer. C’est l’une des rares mesures de la loi El Khomri qui avantage le salarié et embarrasse l’employeur. Le CPA devrait faciliter la vie des employés, notamment ceux qui changent fréquemment d’employeurs : ils n’auront plus à multiplier les démarches pour obtenir un décompte de leurs droits à la formation et des tâches pénibles qu’ils ont effectués dans leur carrière. Obtenir une formation pour améliorer sa qualification ou changer d’orientation serait aussi plus aisé. C’est en revanche une tâche administrative supplémentaire pour les employeurs. Les parlementaires pourraient également y ajouter un quatrième chapitre, le compte épargne-temps : un compteur permettant de mettre de côté des jours de congés ou des RTT non pris pendant l'année. Ce stock de jours serait transférable d'une entreprise à une autre.

• GARANTIE JEUNES. Alors qu’il s’agissait d’une expérimentation testée depuis 2013, la garantie jeunes sera finalement généralisée par la loi El Khomri : le gouvernement a voulu faire une geste envers la jeunesse. Offrant une dernière chance à ceux qui ont décroché des études ou du monde du travail, la garantie jeune est l’autre mesure favorable aux travailleurs, les plus jeunes en l’occurrence.

Ce que cela change. Les jeunes sans compétence ni expérience professionnelle entament leur carrière dans les pires conditions, avec un risque de chômage bien plus élevé que la moyenne et une mobilité professionnelle très limitée. La garantie jeunes fait donc le pari suivant : consacrer des moyens financiers pour offrir à ces jeunes une séance de rattrapage plutôt que les laisser s’enfermer dans la précarité et les longues périodes de chômage qui, au final, coûtent plus cher à la collectivité. Concrètement, les 18-25 ans ayant peu de moyens pourront bénéficier d’un suivi régulier et se verront proposer une formation, un stage, voire un emploi. Le temps de leur accompagnement, les bénéficiaires pourront recevoir une aide de 461 euros par mois.

Et le ’’compte pénibilité’’ dans tout ça ?

( tout simplement relégué au banc des oubliettes, pour l’instant..)

 

3473429346

 

La Loi Macron

la-loi-macron-en-conseil-des-ministres-36268-hd

 

loimacron_autocar

loimacron_notaires

Loi-Macron-la-bataille-parlementaire-lancee_reference

 

 

12303903

And when i say i’m working..i’m working, or not ?

 

Les méthodes de travail, ou plus exactement, la façon d’opérer

(Lois, décrets, et ordonnaces..)

capture

 

 

 

Les affaires..

 

Comment ça ? des..affaires ?

Encore et toujours..des affaires..

 

Ces sparadraps qui collent et dont le gouvernement ne veut pas..

 

L’affaire Richard Ferrand

5133523_6_53f7_richard-ferrand-dans-la-cour-de_a76260a6a729cc819e2add371c2c5a58

 

Mr. Richard Ferrand, un homme au-dessus de tous soupçons ? Cela m’étonnerait fort !

 

 

Le garde des sceaux dans l’embarras, avec l’affaire Richard Ferrand, et au regard de cette mise en œuvre et mise en place d’une nouvelle loi de moralisation politique..

 

francois-bayrou-34_5804695

Photo ci-dessus de Mr. François Bayrou, ministre de la justice et garde des sceaux.

 

De plus, monsieur Bayrou a ’’Tweeté’’ (ou liké en retour, comme on dit..), pour prendre la défense de sa collègue du groupe ’’ Modem ’’, ce qui n’est pas de bon goût..

 

Une nouvelle affaire de prises d’intérêts et d’emplois fictifs, cette fois, au parlement Européen..

 

ministre-Affaires-europeennes-Marielle-Sarnez-13-2017-Paris_0_729_520

Mis en cause par le FN pour d'éventuels emplois fictifs d'assistants au Parlement européen, 19 eurodéputés font l'objet d'une enquête pour abus de confiance, dont la ministre Marielle de Sarnez qui a porté plainte pour "dénonciation calomnieuse" à une dizaine de jours des législatives.

Une enquête préliminaire avait été ouverte le 22 mars au parquet de Paris après le signalement d'une eurodéputée du Front national qui dénonçait une trentaine d'assistants cumulant leur travail au Parlement avec des fonctions politiques, soit comme élus soit au sein des partis.

Outre la nouvelle ministre des Affaires européennes, des députés de tous bords sont concernés, a-t-on appris de source proche du dossier: à droite, les ex-ministres Brice Hortefeux et Michèle Alliot-Marie ainsi que Jérôme Lavrilleux, ancien haut responsable de l'UMP au coeur de l'affaire Bygmalion, et Marc Joulaud, qui fut suppléant de François Fillon à l'Assemblée nationale ; à gauche, l'ancien syndicaliste Edouard Martin (PS), l’écologiste Yannick Jadot, un élu du Front de gauche Patrick Le Hyaric. Jean Arthuis (ex-UDI), soutien de La République en marche, est aussi dans la liste.

presidente-Front-national-Marine-Pen-candidate-Pas-Calais-Henin-Beaumont-19-2017_1_728_485

 

Cette contre-attaque du FN, qui avait également saisi l'office antifraude européen (Olaf), est intervenue alors que le parti frontiste et sa présidente Marine Le Pen sont eux-mêmes soupçonnés d'avoir eu recours à des emplois fictifs d'assistants au Parlement de Strasbourg.

Sophie Montel, l'eurodéputée à l'origine du signalement, a reconnu sur France 3 que cumuler des fonctions politiques et d'assistants parlementaires n'avait "rien d'illégal" mais que ces signalements s'imposaient car "nous n'acceptons pas le deux poids deux mesures".

-         'Dans les règles' –

ministre-cohesion-territoires-Richard-Ferrand-29-2017-Deauville-Calvados_2_729_486

 

La mise en cause de Marielle de Sarnez, élue MoDem proche du ministre de la Justice François Bayrou, pourrait mettre en difficulté le gouvernement, d'autant qu'un autre ministre, Richard Ferrand, est épinglé pour une affaire immobilière impliquant sa compagne.

François Bayrou, en pleine préparation du projet de loi de moralisation de la vie publique, qui doit être présenté avant les législatives, ne s'est pas exprimé publiquement sur ces affaires. Le garde des Sceaux a toutefois répercuté sur Twitter un communiqué de Marielle de Sarnez.

Dans ce message publié mardi, la ministre a démenti toute irrégularité dans l'emploi d'une assistante dont "le contrat de travail a été (...) validé et approuvé par le Parlement européen, encadré par des règles européennes bien plus strictes que les règles en vigueur en France".

depute-LR-Brice-Hortefeux-Paris-2-2017_3_729_486

 

Dans la foulée, elle a annoncé porter plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre Sophie Montel. Plusieurs eurodéputés lui ont emboité le pas, dont Brice Hortefeux. Ce proche de Nicolas Sarkozy a défendu dans un communiqué les mandats d'élus municipaux de certains de ses assistants. "Cet engagement est non seulement légal mais aussi moral", a-t-il déclaré.

 

Quant à Yannick Jadot, éphémère candidat écologiste à la présidentielle, il voit dans ces accusations le "signe du désespoir d'eurodéputés" frontistes pris selon lui "la main dans le sac".

Cette dénonciation est un "contre-feu, clairement, de la part du Front national qui contournait les règles du Parlement de façon industrielle", à déclaré Eva Joly, eurodéputée écologiste française, à l'AFP.

Dans le cas du parti frontiste, les juges d'instruction cherchent à déterminer si le parti d'extrême droite a mis en place un système généralisé: 17 élus, dont Marine et Jean-Marie Le Pen, et plus d'une quarantaine d'assistants sont visés, et le préjudice pour le Parlement européen s'élèverait à près de cinq millions d'euros de 2012 à 2017, d'après des chiffres communiqués par l'institution européenne.

Deux assistants FN ont été mis en examen par les juges parisiens. Marine Le Pen a elle-même été convoquée en vue d'une possible mise en examen, mais elle refuse de se présenter à la justice avant la fin de la période électorale.

DBBz1u9XsAALZ3c

 

 

INFO LE FIGARO - Outre Marielle de Sarnez, Brice Hortefeux, Jérôme Lavrilleux (LR), Yannick Jadot (EELV) et Emmanuel Maurel (PS) figurent sur les documents transmis par le Front national à l'office européen de lutte antifraude à Bruxelles et au procureur de la République à Paris.

 

Les collaborateurs parlementaires des élus français n'ont jamais autant intéressé la justice. Après le “PenelopeGate”, l'affaire des assistants FN au Parlement européen, voilà que 19 autres eurodéputés de tous bords voient une enquête préliminaire ouverte contre eux par le parquet de Paris pour «abus de confiance»,comme l'a révélé Le Parisien. La liste de ces parlementaires européens avait été transmise à la justice dès le 14 mars par le Front national, qui fait lui-même face à une enquête sur ses assistants parlementaires à Bruxelles. Sophie Montel, députée européenne et candidate aux législatives avait saisi le procureur de la République et la structure de contrôle du Parlement européen (Olaf), selon les articles 40 du code de procédure pénale et 2 de l'annexe XI du règlement du parlement. Le Figaro a pu prendre connaissance de cette liste dans laquelle figurait Marielle de Sarnez, députée européenne membre de l'Alliance des démocrates et des libéraux. Au-delà de la nouvelle ministre des Affaires européennes, on trouve dix-huit personnalités issues de huit formations politiques.

Dans les rangs du Parti socialiste, apparaissent Edouard MartinEmmanuel Maurel, Christine Revault d'Alonnes Bonnefoy et Jean-Louis Cottigny. Côté LR, sont cités Michèle Alliot-Marie, Angélique Delahaye, Brice Hortefeux, Marc Joulaud, Tokia Saïfi, Jérôme Lavrilleux (ex-LR) et Constance Le Grip. A l'UDI, apparaissent Jean Arthuis (devenu En Marche) et Dominique Riquet. Avec Marielle de Sarnez pour le MoDemRobert Rochefort est également évoqué. Enfin, on découvre Yannick Jadot et Michèle Rivasi élus EELV, Patrick Le Hyaricdu Front de Gauche et Virginie Rozière du PRG. Selon cette liste, établie sur la base des informations diffusées sur le site internet du Parlement européen, ces élus disposent de un à trois assistants parlementaires occupant, par ailleurs, diverses fonctions (chargés de communication, présidences de parti, secrétariats de section, direction de cabinet, membre de conseil politique, direction de fédération…).

Photo-François-Fillon-Marc-Joulaud

Photo ci-dessus de Marc Joulaud (à droite..), en compagnie de François Fillon.

 

Hortefeux et Lavrilleux se défendent

 

depute-LR-Brice-Hortefeux-Paris-2-2017_3_729_486

Brice Hortefeux, à qui il est reproché d'avoir salarié une ex-avocate qui est aussi conseillère municipale de Clermont-Ferrand et de la communauté urbaine de Clermont-Auvergne Métropole, s'est défendu. «Tout est clair, le travail a été effectué et le Parlement européen informé», jure l'ancien ministre de l'Intérieur au Parisien-Aujourd'hui-en-France. «Rien n'empêche un assistant parlementaire d'être élu. Je pousse les miens d'ailleurs à cela», dit-il en indiquant que cette collaboratrice a fait campagne aux élections départementales de 2015- sans succès- sur ses jours de congés.

Reproche identique pour Jérôme Lavrilleux, déjà mis en examen dans l'affaire Bygmalion, qui compte parmi ses assistants parlementaires un conseiller municipal LR de Feurs, une commune de la Loire. «Tout est en règle avec le Parlement européen, rien n'empêche un attaché parlementaire d'être élu», rétorque Lavrilleux. Le collaborateur visé met en avant une lettre du Parlement européen qui l'autorise à exercer son mandat d'élu local: «J'ai le plaisir de vous informer que je vous autorise à exercer le mandat susmentionné, tout en continuant à exercer votre activité au Parlement européen comme auparavant, et à utiliser vos congés annuels, si besoin, en conformité avec l'article 15, paragraphe 1, points b/ et d/ du statut», écrit Klaus Welle, le secrétaire général du Parlement européen.

 

DBESR0IWAAAuOgq

Le collaborateur de Jérôme Lavrilleux indique qu'il va porter plainte contre Sophie Montel pour dénonciation calomnieuse, une démarche déjà initiée par la ministre Marielle de Sarnez.

Sur les réseaux sociaux, l'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux nie les accusations, et annonce son intention de porter plainte contre Sophie Montel.

 

DBEdJc_XUAA-oET

 

 

12582676

 Photo ci-dessus de la salle de l’assemblée du Parlement Européen à Strasbourg.

 

Assistants parlementaires : qui sont les 19 députés européens concernés par l'enquête ?

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "abus de confiance", le 22 mars, à la suite d'une lettre d'une eurodéputée FN dénonçant des emplois fictifs parmi les collaborateurs de 19 eurodéputés français. 

 

 

 

ministre-Affaires-europeennes-Marielle-Sarnez-13-2017-Paris_0_729_520

Marielle de Sarnez

Parti politique : MoDem.

Sa réaction : La ministre a rapidement annoncé son intention de porter plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre Sophie Montel. Elle dément toute irrégularité dans l'emploi de l'assistante visée : "Sa situation a été déclarée et vérifiée par le Parlement européen".

 

Michèle Alliot-Marie

Parti politique : Les Républicains.

Sa réaction : Dans un communiqué diffusé sur Twitter, l'ancienne ministre a annoncé son intention de porter plainte pour dénonciation calomnieuse. "Tenter de jeter gratuitement l'opprobre sur des personnes pour se dédouaner de ses propres turpitudes devient, pour certains, une règle de fonctionnement", dénonce-t-elle. L'élue assure que ses collaborateurs obéissent tous "aux règles de transparence, de réalité de leur activité à mes côtés et de conformité stricte aux règles et procédures des instances européennes".

 

Brice Hortefeux

Parti politique : Les Républicains.

Sa réaction : Au Figaro, l'ancien ministre de l'Intérieur assure que "tout est clair""Le travail a été effectué et le Parlement européen informé" du mandat d'élu de son assistante, explique-t-il, avant de rappeler : "rien n'empêche un assistant parlementaire d'être élu. Je pousse d'ailleurs les miens à cela".

 

Yannick Jadot

Parti politique : Europe Ecologie - Les Verts.

Sa réaction : Contacté par franceinfo, l'élu EELV dément les accusations portées contre lui. "Je n'ai aucun souci à répondre sur mes assistants parlementaires, j'ai toujours agi en transparence avec les services du Parlement, explique-t-il. Le FN, qui est embourbé dans les affaires, cherche à faire diversion en dénonçant tous azimuts."

 

Jérôme Lavrilleux

Parti politique : ex-Les Républicains.

Sa réaction : Joint par Le Figaro, l'élu balaye les accusations qui visent l'un de ses attachés parlementiares. "Tout est en règle avec le Parlement européen, rien n'empêche un attaché parlementaire d'être élu", assure-t-il. Jérôme Lavrilleux a même communiqué au journal une lettre du Parlement européen, autorisant son assistant à exercer son mandat de conseiller municipal.

 

Marc Joulaud

Parti politique : Les Républicains.

Sa réaction : Dans un communiqué diffusé sur Twitter, le maire de Sablé-sur-Sarthe – mis en examen dans l'affaire Fillon – assure que ses collaborateurs"répondent aux règles strictes de transparence édictées par le Parlement européen""Mon collaborateur local travaille à temps partiel et exerce en parallèle un mandat électif. J'ai personnellement vérifié sa situation avec les services administratifs du Parlement européen, développe-t-il. Tout est parfaitement clair et conforme".

 

Jean Arthuis

Parti politique : ex-UDI, En marche !

Sa réaction : Après la publication de la liste, Jean Arthuis s'est fendu d'un tweet"Je vois mon nom apparaître dans une enquête sur les assistants parlementaires. Je ne me sens concerné en aucune façon", a-t-il lancé.

 

Edouard Martin

605745-edouard-martin-ancien-leader-syndical-de-l-acierie-arcelormittal-a-florange-le-18-decembre-2014

Parti politique : Parti socialiste.

Sa réaction : Contacté par franceinfo, l'ancien syndicaliste "tombe de sa chaise""C'est n’importe quoi, le FN essaye de faire diversion", lâche-t-il. "Je peux prouver que mon assistante parlementaire locale travaille pour moi, rien que pour moi, tout pour moi, elle n’a pas d’autre responsabilité que conseillère municipale d'opposition à Sélestat", développe l'élu. Il réfléchit à porter plainte contre Sophie Montel.

10157226_794455340579458_4534697025903676821_n

 

hollande-aubry-edouard-martin

11480875

edouard-martin-député-européen-dhollande

13-12-18-martin-hollande-ayrault

edouard-martin-2_4901599

92482659_o

5053844_6_7a29_pour-la-primaire-a-gauche-l-eurodepute_8ea87876a04d104730ed061ac46e8860

 

Et voilà comment un digne (façon de parler..) représentant du groupe syndical C.G.T., défenseurs des employés, à fait le pas et sauté la barrière..l’argent..toujours l’argent..

 

Cet Edouard Martin est l’exemple même du faux-cul, vendu, et ne pensant d’abord qu’à lui-même avant les autres !

 

La différence est notoire, entre un salaire, disons normal, et celui d’un Euro député, il n’y a pas photo, sachant qu’un Euro député gagne, au bas mot..

20 000-25 000 Euros net/mensuel !

 

La question reste posée : conscience ou pas conscience ?

 

Robert Rochefort

Parti politique : MoDem.

Sa réaction : Au Journal du dimanche, l'eurodéputé explique que l'un de ses assistants effectue ses activités militantes "à titre bénévole et hors de son temps de travail". Il assure avoir reçu une lettre du Parlement européen autorisant cet engagement.

 

Michèle Rivasi

Parti politique : Europe Ecologie - Les Verts.

Sa réaction : Sur son site personnel, Michèle Rivasi se dit "extrêmement surprise" et parle d'une "dénonciation calomnieuse" visant à faire"diversion". "Les assistants de mon équipe n’exercent aucune responsabilité interne (au sein d’EELV) ou externe (élu local) ; ils travaillent à mes côtés à temps plein pour m’aider dans mes combats pour bâtir une Europe qui protège", assure-t-elle.

 

Emmanuel Maurel

Parti politique : Parti socialiste.

Sa réaction : Contacté par franceinfo, Emmanuel Maurel préfère en rire. "Ce serait assez drôle qu’on me reproche de payer des permanents du PS, je suis dans l’opposition du PS depuis des années", explique-t-il, en référence à l'affaire du Front national. "Tous les assistants travaillent pour moi, exclusivement pour moi, dans le cadre de leurs missions", assène l'élu, avant de s'en prendre au FN : "Comme ils ne sont pas souvent au Parlement européen et qu’ils n’y connaissent rien, ils prêtent aux autres leurs propres turpitudes. Ils ferait mieux de venir au Parlement européen, ils verraient qu’il y a des assistants qui bossent".

 

Christine Revault d'Allonnes Bonnefoy

Parti politique : Parti socialiste.

Sa réaction : Sur Twitter, l'élue a annoncé son intention de porter plainte pour"dénonciation calomnieuse". Elle a également relayé un communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen, qui dénonce "avec force cette diversion grossière vis-à-vis de l’affaire qui concerne le Front national".

 

Jean-Louis Cottigny

Parti politique : Parti socialiste.

Sa réaction : A La Voix du Nord, celui qui n'est plus élu au Parlement depuis 2014 assure qu'il a "toutes les preuves qu'il faut si la justice en a besoin""Sa fonction d’attaché parlementaire a été validée par le Parlement européen après enquête. Ce n’était donc pas incompatible avec ses autres fonctions", dit-il à propos de son collaborateur visé par la lettre de Sophie Montel.

 

Angélique Delahaye

Parti politique : Les Républicains.

Sa réaction : A l'heure actuelle, elle n'a pas encore réagi publiquement.

 

Tokia Saïfi

Parti politique : Les Républicains.

Sa réaction : Sur Twitter, l'édile dénonce "une nouvelle tentative de diversion politicienne" et un "écran de fumée" du FN. "Face à de tels procédés, je tenais donc à préciser que l'ensemble de mes collaborateurs ont toujours parfaitement respecté les règles en vigueur au Parlement européen", se défend Tokia Saïfi. 

 

Constance Le Grip

Parti politique : Les Républicains.

Sa réaction : A l'heure actuelle, elle n'a pas encore réagi publiquement.

 

Dominique Riquet

Parti politique : UDI.

Sa réaction : Au Journal du Dimanche, le centriste dénonce "un désir très malsain du FN de me nuire". Comme d'autres de ses collègues, il assure avoir obtenu "la validation du secrétariat général" du PE pour l'emploi de son collaborateur, par ailleurs conseiller départemental.

 

Patrick Le Hyaric

Parti politique : Front de gauche.

Sa réaction : Au Journal du dimanche, l'élu communiste assure que"l'ensemble de [s]es assistants en circonscription, comme ceux basés à Bruxelles, concourent à [s]es activités parlementaires". "Que l'enquête aille à son terme", demande-t-il.

 

Virginie Rozière 

Parti politique : Parti radical de gauche.

Sa réaction : Son équipe a répondu au Journal du dimanche en dénonçant"un enfumage pour détourner l'attention de l'enquête en cours". Ses collaborateurs démentent tout "emploi fictif".

 

 

Affaire Karachi..20 ans après..

 

Edouard Balladur mis en examen dans l’affaire de Karachi

L’ex-premier ministre est soupçonné d’avoir financé une partie de sa campagne présidentielle de 1995 grâce à des rétrocommissions sur des contrats d’armement.

 

5136287_6_c465_2017-05-31-84ae132-6294-dwiusg-nksiawz5mi_1714427c5d81aff9ac942f8acc9152a6


Plus de vingt ans après les faits, Edouard Balladur a été mis en examen, lundi 29 mai, par la Cour de justice de la République (CJR) pour « complicité et recel d’abus de biens sociaux », a déclaré au Monde une source judiciaire, confirmant une information du Canard enchaîné. L’ancien premier ministre, âgé de 88 ans, est soupçonné d’avoir financé une partie de sa campagne présidentielle de 1995 grâce à des rétrocommissions sur des contrats d’armement.

12584452

Un marché d'armement avec le Pakistan a-t-il servi à financer la campagne d'Edouard Balladur pour l'Elysée, en 1995? Quels sont les liens entre les commissions versées et l'attentat de Karachi en 2002. L'Express fait le point sur ce dossier explosif.

Photo-attentat-suicide-karachi-2002

A bus sits in ruins after an explosion in Karachi on May 8, 2002. [According to police nine French nationals were among the 11 dead in the explosion which also wounded at least 22 people after a bomb exploded near a hotel and near the bus on Wednesday.]

 

Reuters

 

Photo-sous-marin-classe-Agosta-90B-Karachi

Photo ci-dessus du sous-marin-classe-Agosta-90B-Karachi.

 

 

1026424-edouard-balladur-le-14-janvier-2017-a-paris

L'ancien Premier ministre Edouard Balladur a été mis en examen dans l'affaire Karachi

L'affaire porte sur des soupçons de rétrocommissions versées en échange de la signature d'un contrat d'armement avec le Pakistan, qui auraient permis de financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995.

 

L'ancien Premier ministre est poursuivi pour «complicité d’abus de biens sociaux et recel» dans le cadre de cette affaire de rétrocommissions sur des contrats d'armement.

 

Photo-missile-Balladur

 

 

Edouard Balladur, par la voix de ses avocats, réaffirme ce lundi avoir respecté la loi et rejette les soupçons portés contre lui. François Léotard est aussi visé par l'enquête de la CJR sur la campagne présidentielle de 1995.

Photo-article-Leotard

Photo ci-dessus de Mr. François Léotard, alors ministre de la défense..

Photo-10-11-18-balladur-sarkozy

 

Photo-attentat-suicide-karachi-2002

Photo ci-dessus 

AFFAIRE KARACHI : NOTRE ENQUÊTE

 

Photo-tableau-affaireKarachi

 

Les aveux de l'intermédiaire Ziad Takieddine, qui a reconnu avoir contribué au financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur de 1995, apportent une nouvelle pièce au dossier largement alimenté par Mediapart depuis le 13 septembre 2008, date de la publication de l'article titré : «Ventes d'armes: la corruption au cœur de la République».

 

 

Karachi : les doublures de Balladur, Léotard et Sarkozy renvoyées devant le tribunal

Photo-tableau-karachi-01

 

 

Après trois ans et demi d'enquête, les juges Van Ruymbeke et Le Loire renvoient devant le tribunal correctionnel Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, deux proches de Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres, ainsi que les marchands d'armes Ziad Takieddine et Abdul Rahman el-Assir. Il s’agit du premier épilogue, avant procès, de l’un des plus importants scandales politico-financiers de ces dernières décennies.

 

Affaire Karachi en 3 minutes Le Monde

Takieddine reconnaît le financement occulte de la campagne de Balladur

26 JUIN 2013 PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

69205818

 

L'homme d'affaires admit devant les juges avoir versé des rétrocommissions, remises en liquide à Thierry Gaubert, destinées à financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur de 1995.

 

75551799

 

Attentat de Karachi: les mensonges des services secrets embarrassent la justice

 

capture-d-e-cran-2016-06-01-a-22-22-46

 

Ali Ben Moussalem, acteur clé des deux volets de l'affaire Karachi © DR

 

Le parquet de Paris refuse d'ouvrir une enquête sur les mensonges de plusieurs hauts responsables des services de renseignement français concernant l'un des personnages clés de l'affaire, le Saoudien Ali Ben Moussalem. Mêlé à la corruption sur les marchés militaires français, il est aussi étroitement lié au financement du terrorisme.

640_rtr4x65-reuters-photographer

870x489_karachi-8-mai-2002-1

Photo-Cherbourg-la-stèlequirendhommage-aux-onzevictimesdela-DCN-Karachi

Photo ci-dessus de la stèle érigée à Cherbourg, en mémoire des marins et ouvriers victimes de cet attentat de Karachi.

 

Karachi : le faux semblant des fonds secrets

 

640_vr248

 

 

https://www.franceinter.fr/info/karachi-le-faux-semblant-des-fonds-secrets

 

h-20-2310100-1290120013

http://meuse.ardennes.over-blog.com/page/198

 

Quelles conséquences peut avoir l’affaire Karachi sur Nicolas Sarkozy?

 
Les différents rebondissements jour après jour créent une sorte de feuilleton qui engendre un mauvais climat. Cela donne une impression de fin de règne. Avec la mise en cause vendredi de Brice Hortefeux, on touche aux proches du président de la République. Ce dossier ne ressort pas de manière anodine, à la fin du quinquennat. Mais le sort de Nicolas Sarkozy relèvera plus de son bilan que de telle ou telle affaire. Les expériences récentes montrent que le Président n’est pas jugé sur ce type d’affaires.

 

Ce genre de dossiers n’a donc pas de résonances particulières dans l’opinion publique?


Le président est impopulaire depuis maintenant trois ans et demi parce les Français estiment qu’il n’a pas tenu ses promesses, que son bilan est mauvais. Dans ce cadre-là, une affaire aussi grave soit-elle, est moins majeure que d’autres sujets de préoccupations des Français. Deux exemples historiques en attestent : en 1981, Valérie Giscard d’Estaing perd l’élection présidentielle non pas à cause de l’affaire des diamants, ni de l’affaire Papon, mais parce qu’il y a à ce moment-là un chômage très fort et une inflation à deux chiffres. En 1992, au moment des élections régionales, le Parti socialiste est touché par beaucoup d’affaires. Et le sondage Ifop de sortie des urnes montrent que ces affaires ont eu un poids moins important que le fait que les socialistes aient échoué sur le chômage.

 

Les Français sont donc moins sensibles aux sujets qui ne les touchent pas directement?

Exactement. L’affaire Karachi est compliquée. Tout le monde n’a pas compris les tenants et les aboutissants. C’est une affaire qui ne touche pas seulement au financement d'une campagne électorale. Les observateurs font un lien entre cette affaire et un attentat qui a couté la vie des Français. Et ce n’est pas la même chose pour l’opinion publique.

"On n’a jamais vu un président aborder une élection avec tant de difficultés"

Est-ce que ce genre d’affaires peut alimenter le "Tous pourris" et faire le jeu des extrêmes?

Les forces politiques à la droite de la droite pourront, comme le FN l’a fait dans le passé, exploiter cette affaire. Le Front national peut en effet réactiver le levier du « tous pourris » même si Marine Le Pen ne veut plus uniquement se situer sur ce registre protestataire. Le PS cherche aussi à exploiter l’affaire.

 

La "République irréprochable" est-elle définitivement enterrée?

Cette affaire rentre en contradiction complète avec la promesse du président. La nomination des patrons du service public, la succession d’affaires - Blanc, Boutin, Woerth - font qu’il y a une circonspection de l’opinion sur ce souhait de République irréprochable. Cela rentre dans le cadre du bilan que font les Français du quinquennat.

 

Nicolas Sarkozy était dans une phase de reconquête de l’opinion. En termes de calendrier, cette affaire tombe au plus mauvais moment…

Elle tombe aussi au moment même où le PS est extrêmement visible avec la primaire. Pour autant, la cote du président reste faible, minoritaire. La représidentialisation ne séduit qu’une partie de l’opinion mais ça ne parvient pas à convaincre les mécontents qui sont majoritaires depuis trois ans et demi. C’est dans ce cadre-là qu’il est vraiment en difficulté à maintenant huit mois du 1er tour de la présidentielle. On n’a jamais vu un président aborder une élection avec tant de difficultés.

 

La communication de l’Elysée sur ce dossier a engendré une vaste polémique. Nicolas Sarkozy a-t-il eu tort de réagir de cette manière?
Cette stratégie de communication est classique de Nicolas Sarkozy : répondre vite pour clore la séquence, ne pas laisser de blanc, ne pas laisser le silence s’installer. Peut-être y a–t-il eu une erreur. Le communiqué de l’Elysée est un petit peu étrange parce qu’il sous-entend qu’ils ont eu accès au dossier. Même s’il y a une certaine hypocrisie dans les milieux autorisés puisqu’on sait très bien que l’indépendance entre le parquet et le pouvoir sur des sujets très sensibles est un mythe

Source le JDD

Les révélations sur l’affaire Karachi se succèdent jour après jour. Et les proches de Nicolas Sarkozy sont de plus en plus nombreux à être mis en cause dans ce dossier brûlant. Quelles retombées sur le chef de l’Etat à huit mois de la présidentielle? Éléments de réponses avec Frédéric Dabi, directeur du département opinions de l’Ifop.

source le JDD 

 

Photo-Nicolas-Bazire-directeur-de-cabinet-affaire-Karachi

Photo ci-dessus de Nicolas Bazire directeur de cabinet, à l’époque, de Mr. Balladur.

 

L'affaire Karachi - Nicolas Bazire (photo) et Thierry Gaubert, respectivement directeur de cabinet et directeur de campagne d'Édouard Balladur, proches de Nicolas Sarkozy, ont été mis en examen le 22 septembre. Brice Hortefeux a été mis en cause le lendemain.

 

 

https://twitter.com/edouardmartineu

 

 Clonclusion:  Elle est où la morale dans tout cela ?

                       On se le demande..

                       Il n'y a que l'argent, le pouvoir et la corruption à tous les

                       étages..qu'on se le dise, un popint c'est tout, et rien d'autre !

 

 P.S.: avant denier volet sur la politique...

Posté par Janus157 à 15:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]

30 mai 2017

Macron..le gouvernement Macron..

 

116111015

Macron..le gouvernement Macron..

A peine élu, le nouveau président, Mr. Macron, a, tout d’abord, désigné les proches de son entourage direct à l’Elysée..

C_8A7Y-VwAA9Xfq

 

 La première partie du cabinet du nouveau président a été annoncée ce dimanche , en marge de la cérémonie d’investiture.

 

Les premières nominations d’Emmanuel Macron..

 

Deux proches, un diplomate et deux vétérans: voici les premières nominations de l’équipe du nouveau président Emmanuel Macron à l’Elysée annoncées dimanche par son entourage.

 

Le secrétaire général de l’Elysée

 

Secrétaire général de l’Elysée : Alexis Kohler, 44 ans

 

Photo-Alexis-Kohler

Photo ci-dessus d’Alexis Kohler , secrétaire général à l’Elysée.

 

Alexis Kohler, 44 ans, secrétaire général de l’Elysée.

Enarque, homme de confiance et ami proche du nouveau président, cet Alsacien a notamment travaillé à l’Agence des participations de l’Etat, avant d’être le directeur adjoint de cabinet de Pierre Moscovici au ministère des Finances puis de diriger le cabinet d’ Emmanuel Macron à Bercy de 2014 à 2016.

C’est un expert en finances publiques: après l’ENA (1998-2000), où il a côtoyé les futures ministres Fleur Pellerin et Audrey Azoulay, il est entré à Bercy au Trésor, avant de se spécialiser dans l’endettement international (Club de Paris, FMI, BIRD...), puis à la puissante Agence des participations de l’État (APE). C’est le seul qu’ Emmanuel Macron «écoute vraiment», assure un proche du nouveau président, qui juge son aîné de cinq ans «plus intelligent que lui». Il succède à Jean-Pierre Jouyet, ami de François Hollande, qui avait poussé la carrière d’ Emmanuel Macron à son arrivée à l’Elysée en 2012.

 

Alexis Kohler, le général en chef de Macron

89cbd6069593f94c5d32e2d2b8421

Décrit comme brillant et bosseur, le nouveau secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, 44 ans, est bardé de diplômes (Sciences-Po Paris, ENA, Essec..). Le président de la République aurait confié qu’il le trouvait « plus intelligent que lui » ! Pourtant son début de carrière a été long et austère, car Alexis Kohler n’est ni inspecteur des Finances, ni conseiller d’Etat. Il n’est qu’administrateur civil. Oui, mais au Trésor. Ce qui le classe, dans la hiérarchie, juste après les grands corps. Il est donc passé par le cursus classique : la direction du Trésor (adjoint au chef de bureau D1, puis F1), le F.M.I., la BIRD (administrateur suppléant), l’Agence des participations de l’Etat (chef de bureau C2). Il avait été promu sous-directeur des Transports quand, en 2012, le ministre de l’économie Pierre Moscovici le nomme directeur adjoint de son cabinet. Le début d’une ascension fulgurante. Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint de l’Elysée, le repère. Il le prendra comme directeur de cabinet lorsqu’il sera nommé à Bercy.

Dévoué et disponible 24 heures sur 24, c’est lui qui a concocté la « Loi Macron », lui qui a supervisé l’élaboration du programme, lui qui a servi d’agent recruteur dans la haute administration. Car, face à une classique politique renouvelée mais morcelée et en grande partie inexpérimentée, Emmanuel Macron va gouverner de manière très centralisée.

En faisant relayer son action par une haute administration à sa main (le fameux ’’Spoil System’’..). D’où son désir d’installer un spoil system, et de nommer partout des hauts fonctionnaires Macron-compatibles (c’est un peu le système Poutine, et ou chaque grande ville à l’intérieur de la Russie est tenue par un ancien camarade de classe et copain de banc d’école..).

Il s’est heurté à un premier refus : il voulait choisir le directeur de cabinet de son premier ministre. Edouard Philippe s’y est opposé.

 

Le directeur de cabinet

 

Patrick-Strzoda-Prefet-de-Bretagne-nomme-Directeur-de-cabinet-du-ministre-de-l-Interieur_articleimage

Patrick Strzoda, 64 ans, directeur de cabinet

Ce haut fonctionnaire devient directeur de cabinet du président, après avoir rempli la même fonction auprès de Bernard Cazeneuve en 2016 à l’Intérieur puis à Matignon. Il suivra les questions régaliennes à l’Elysée. Énarque, il a fait l’essentiel de sa carrière dans la préfectorale. Préfet de la région Bretagne entre 2013 et 2016, il devait d’ailleurs devenir préfet de la région Île-de-France avant sa nomination à l’Elysée.

 

patrick-strzoda

Directeur de cabinet : Patrick Strzoda, 64 ans

 

« C’est le meilleur des préfets ! » Ce cri du cœur émane d’un des plus fins connaisseurs de la fonction publique. A 64 ans, Patrice Strzoda est nommé directeur de cabinet du président de la République. Comme ses prédécesseurs, ce pur produit de la préfectorale dirigera le palais et suivra les questions régaliennes. Ancien préfet de la région Bretagne et de la zone de défense et de sécurité Ouest, ce sportif amateur de golf fit respecter l’ordre d’une main de fer au moment des manifestations contre la loi El Khomri, au risque d’une escalade dans les violences. En décembre 2016, il devient l’éphémère directeur de cabinet de Bernard Cazeneuve à Matignon, avant d’être nommé préfet de la région Ile-de-France entre les deux tours de la présidentielle. Un poste auquel il a dû renoncer avant même de l’occuper.

Avant d’arriver à Matignon, puis à l’Elysée, cet énarque (promotion Léonard de Vinci) s’était peu engagé politiquement, ne devant sa carrière ni à la droite, ni à la gauche. « Il est extrêmement apprécié dans le corps, observe l’un de ses collègues préfet. Personne n’en dira du mal car il n’a aucun ennemi. Manuel Valls l’adore, Bernard Cazeneuve l’adore. Et apparemment, Emmanuel Macron l’avait repéré aussi. » En 1992, Patrice Strzoda a dirigé le comité d’organisation des JO d’Albertville. Avant la Bretagne, il fut préfet de Corse (2011-2013), l’un des postes les plus délicats de la préfectorale, préfet des Hauts-de-Seine (2009-2011), préfet des Hautes-Alpes (2002-2004) ou encore des Deux-Sèvres (2005).

Le conseiller diplomatique

téléchargement (2)

Conseiller diplomatique : Philippe Etienne, 61 ans

 

Il se préparait à partir comme ambassadeur à Moscou après presque trois ans à Berlin. Finalement, Philippe Etienne, 61 ans, restera à Paris aux côtés du nouveau président comme conseiller diplomatique. Un poste stratégique, le plus puissant et le plus exécutif en matière de politique étrangère, où, comme le résume un diplomate, « on donne des instructions à tout le monde sauf au président ». Ce choix d’Emmanuel Macron rappelle combien l’Europe, et notamment la relation avec Berlin, sera prioritaire dans sa politique.

Ex-élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé de mathématiques, licencié en sciences économique, cet ancien énarque de la promotion Voltaire (la même que François Hollande), est aussi un polyglotte diplômé en serbo-croate, qui manie aussi bien l’anglais que l’allemand, l’espagnol, le russe et le roumain. De Belgrade au début des années 1980 à Bonn comme premier secrétaire puis Moscou (chef des services culturels et scientifiques) il part ensuite à Bruxelles, auprès de l’Union Européenne, comme premier conseiller, puis à Bucarest comme ambassadeur entre 2002 et 2005, et joue un rôle clé dans le processus d’adhésion de ce pays. Il revient à l’UE comme ambassadeur entre 2009 et 2014 après avoir dirigé pendant deux ans, entre 2007 et 2009, le cabinet de Bernard Kouchner.

S’il lui manque une longue expérience directe du Moyen-Orient et des Etats-Unis, son équipe encore en voie de constitution d’une dizaine de personnes devrait y suppléer. Dans un quinquennat où les enjeux européens seront centraux, la nomination de Philippe Etienne est une garantie pour le Quai d’Orsay de garder la haute main sur ces dossiers, alors même que l’on parle d’un super-ministère des affaires européennes dépendant directement de Matignon.

Philippe-Etienne-17-novembre-2016-Berlin_2_729_1026

Photo ci-dessus de Mr. Philippe Etienne, prise à Berlin, le 17 novembre 2016.

Le conseiller spécial

images_list-r4x3w1000-5905e8aa573f9-ismae-l-emelien

Conseiller spécial : Ismaël Emelien, 30 ans.

 

« C’est le meilleur stratège politique de Paris », assure Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, un think tank libéral qui a nourri le programme d’Emmanuel Macron lors de la campagne. Pourtant, le nouveau conseiller spécial du chef de l’Etat n’a pas connu que des succès. C’est notamment lui qui avait piloté, à l’époque pour le compte de l’agence Havas, la campagne du très autoritaire président vénézuélien Nicolas Maduro en 2013, à l’issue de laquelle l’héritier de Chavez l’avait emporté de justesse, avec seulement 50,6 % des voix.

Etudiant à Sciences Po, « Isma » n’a que 19 ans lorsqu’il se fait vamper par Dominique Strauss-Kahn, qui enseigne alors à l’école de la rue Saint-Guillaume. Embarqué dans la campagne de la primaire de 2006 – que DSK perdra –, il rejoint ensuite Gilles Finchelstein à la fondation Jean-Jaurès, qui lui apprend le métier de politologue. C’est là qu’il rencontre pour la première fois Emmanuel Macron, qui vient d’intégrer la banque Rothschild. Le courant passe immédiatement, les deux hommes ne se quitteront plus.

Durant la campagne, Ismaël Emelien est celui qui a disséqué l’opinion, mis au point la stratégie, décidé des meetings. Il est devenu le sparring partner préféré de M. Macron, qui lui fait une confiance absolue, ce qui est rare chez lui. A l’Elysée, le jeune homme, qui détonne dans l’entourage avec ses grosses lunettes, sa barbe de trois jours et sa doudoune sans manches, devrait continuer à conseiller dans l’ombre le chef de l’Etat, loin des médias qu’il évite de côtoyer.

Le responsable de la communication

8650816lpw-8655086-jpg_4290152

Communication : Sylvain Fort, 45 ans

 

Normalien et agrégé de lettres classiques, Sylvain Fort va s’occuper de la communication du nouveau président, comme cela a été le cas durant la campagne. Passé par BNP Paribas – il fut notamment la plume de son PDG Michel Pébereau – et DGM Conseils, l’agence de communication de Vincent Bolloré et de Bernard Arnault (LVMH), il avait monté sa propre agence, Steele & Holt, avant de finalement proposer ses services à Emmanuel Macron à l’été 2016, lorsque celui-ci a quitté le ministère de l’économie pour se lancer dans la course à l’Elysée.

« Sylvain, c’est quelqu’un d’extrêmement brillant, mais aussi de très impatient, assure l’un de ses anciens patrons. Il avait du mal à rester plus de six mois dans la même entreprise, il veut que ça bouge. » Féru de musique classique, auteur de livres sur Puccini, le successeur de Gaspard Gantzer va désormais devoir gérer les mots et les images du chef de l’Etat, qui aime penser sa communication dans les moindres détails.

Au Château, il sera épaulé par deux conseillères presse, qui ont, elles aussi, fait la campagne du candidat Macron. Sibeth N’Diaye, remarquée dans le documentaire de Yann L’Hénoret « Les coulisses d’une victoire », traitera des affaires nationales. Elle a rencontré Emmanuel Macron au ministère de l’économie, où elle s’occupait déjà des relations presse de son prédécesseur, Arnaud Montebourg. Les déplacements à l’étranger seront, eux, gérés par Barbara Frugier, passée par Bercy et par Matignon durant le quinquennat.

 

310x190_sylvain-fort-14-mai-2017-pres-arc-triomphe

 

Le Chef d’Etat-major particulier

 

Mr. Bernard Rogel (Amiral..), Chef d’Etat-major particulier..

 

l-amiral-bernard-rogel-le-14-octobre-2013-a-paris

 

Bernard Rogel, 61 ans, chef d’état-major particulier

C’est l’un des rares de l’équipe Hollande maintenu en poste: l’amiral Bernard Rogel, Breton au caractère bien trempé, ex-chef d’état-major de la Marine de 2011 à 2016, était devenu en juillet 2016 chef d’état-major particulier (CEMP) de François Hollande, fonction qu’il gardera auprès du nouveau président. Bernard Rogel avait succédé l’an dernier au général Benoît Puga, qui avait servi successivement Nicolas Sarkzoy (2010-2012) et François Hollande (2012-2016). Sous-marinier, spécialiste de la dissuasion nucléaire, il avait aussi servi Jacques Chirac comme adjoint au CEMP de 2004 à 2006.

Le «CEMP», éminence grise militaire du chef de l’Etat, est le numéro trois dans l’ordre hiérarchique de la présidence, après le chef de l’Etat et le secrétaire général de l’Elysée. L’amiral Rogel a servi auprès du chef d’état-major des Armées de 2006 à 2011, notamment pour conduire l’opération Harmattan en Libye et l’intervention française en Côte d’Ivoire en 2011.

 

 

vlcsnap-2015-01-15-10h10m34s0_374

 

« Notre finalité est non seulement de servir notre pays mais aussi de préparer son avenir»

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Rogel

 

 

« Macron ? Ce sera une gauche techno, gestionnaire, fille de l’improbable accouplement de Michel Rocard avec Dominique Strauss-Kahn. » La sentence, qui émane d’un haut fonctionnaire (étiqueté à droite) résume assez bien l’esprit avec lequel Emmanuel Macron entend constituer le cabinet qui va l’entourer à la présidence de la République. Depuis son irruption en politique, lorsqu’il est devenu secrétaire général-adjoint de l’Elysée en 2012, l’énarque promotion Senghor (celle du hollandais Gaspard Gantzer et du Sarkozyste Sébastien Proto) aime s’entourer de technos plutôt jeunes, surdiplômés comme lui et souvent passés par la strauss-kahnie. Plusieurs de ceux qui l’ont épaulé chez En marche ! devraient ainsi le suivre à l’Elysée, à l’image d’Ismaël Emelien, son conseiller spécial, ou de Sibeth N’Diaye, son attachée de presse.

Pragmatique, le nouveau chef de l’Etat devrait néanmoins s’entourer de personnalités plus aguerries ou plus politiques. Parmi les cinq membres de son cabinet officiellement nommés dimanche 14 mai, on trouve ainsi deux sexagénaires rompus aux arcanes de l’administration et de la diplomatie. Selon son entourage, le chef de l’Etat n’hésitera pas non plus à faire appel à des hommes qui n’ont pas participé à sa conquête de l’Elysée. « Regardez Patrice Strzoda, il n’était pas dans sa campagne et il devient son directeur de cabinet, pointe Christophe Castaner, député des Alpes-de-Haute-Provence et compagnon de route de M. Macron. Emmanuel nous échappe, c’est normal. Les proches vont devoir le laisser partir, faire de la place pour les autres. »

 

d1d57e434416f554568f250f0b2de79f82387750_reference

 

Enfin, le premier ministre, tant attendu, et qui n’était plus un secret pour personne, et depuis un peu plus d’une semaine, a été désigné et choisi..

 

Photo_field_mise_en_avant_principale_1_0

Photo ci-dessus d’Emmanuel Macron avec Edouard Philippe, son premier ministre choisi et voulu..

(on remarquera une certaine connivence..)

 

And the winner is :

 

c96886fd5e30858108aa22a836f51e6d-627x379

 

 

Il s’agit d’Edouard Philippe, maire du Havre et député.

 

2085142_presidence-macron-le-gouvernement-dedouard-philippe-web-tete-0212089091032

Photo ci-dessus du premier ministre Edouard Philippe.

( tout, sauf un blond aux yeux bleus..)

Premier ministre de Macron

Edouard Philippe a été nommé le lundi 15 mai 2017 à Matignon. Depuis lundi 8 mai, plusieurs médias prêtaient à Emmanuel Macron l'intention de se tourner vers le député-maire du Havre. Ce (très) proche d' Alain Juppé a l'immense avantage de pouvoir tisser des liens très utiles avec une partie de la droite, dans la perspective - possible - de la fracture de LREdouard Philippe incarne aussi le renouveau, l'homme de 46 ans n'ayant jamais joué les premiers rôles sur la scène nationale. Par ailleurs, cet énarque, qui a un passé de militant rocardien durant ses années d'étudiant à Sciences-Po Paris, a travaillé quelques années dans le privé, ce qui lui offre d'autres atouts pour incarner, aux yeux d' Emmanuel Macron, l'homme de la situation.

 

Lorsqu’un Normand remplace un autre..Normand..

(où lorsqu’un normand s’en va, chassé par l’autre qui prend sa place..hum..hum..)

 

d010dd32be9fa9eae374d6b3b9b5aa5f-627x480

 

Les meilleures places sont une quête et conquête âpre et se négocient parfois en coulisse..

 

ob_313f6b_pas-degueu-le-service-de-l-etat-1-fe

Photo ci-dessus d’un dessin humoristique qui traduit tout.

 (pas dégueu le service de l'Etat..)

 

ac171758-e6d6-4de7-93a0-660539cd034e

Photo ci-dessus d’Edouard Philippe, premier ministre, au balcon de l’hôtel Matignon.

 

Secrétaires d'Etat auprès du Premier ministre: 
- Chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement: Christophe Castaner  
- Chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes: Marlène Schiappa 
- Chargée des personnes handicapées: Sophie Cluzel 
- Chargé du numérique: Mounir Mahjoubi 

 

Puis, comme il se doit, selon la règle et la coutume, le premier ministre Mr. Edouard Philippe a choisi, désigné, et formé son gouvernement..

 

B9712041534Z

 

Le gouvernement d'Edouard Philippe

- Ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur: Gérard Collomb 
- Ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire: Nicolas Hulot 
- Ministre d'Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice: François Bayrou 
- Ministre des Armées: Sylvie Goulard 

- Ministre de l'Economie: Bruno Le Maire 

- Ministre du Travail: Muriel Pénicaud 

- Ministre des Solidarités et de la Santé: Agnès Buzyn
- Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Jean-Yves Le Drian

- Ministre de la Culture: Françoise Nyssen 

- Ministre de l'Education nationale: Jean-Michel Blanquer 

 

115979196

 

 Le Trombinoscope..

 

115959801

- Ministre de la Cohésion des Territoires: Richard Ferrand 
- Ministre des Solidarités et de la Santé: Agnès Buzyn 
- Ministre de la Culture: Françoise Nyssen 
- Ministre de l'Economie: Bruno Le Maire 
- Ministre du Travail: Muriel Pénicaud 
- Ministre de l'Education nationale: Jean-Michel Blanquer 
- Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation: Jacques Mézard 
- Ministre de l'Action et des comptes publiques: Gérald Darmanin 
- Ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation: Frédérique Vidal  
- Ministre des Outre-mer: Annick Girardin 
- Ministre des Sports: Laura Flessel 
- Ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports: Élisabeth Borne 
- Ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes: Marielle de Sarnez   

 

Le premier conseil des ministres

 

2085142_presidence-macron-le-gouvernement-dedouard-philippe-web-tete-0212066457962

Photo ci-dessus du salon Murat, lieu de travail lors des réunions de travail des conseils de ministres.

Les choses sérieuses ont commencé dès ce jeudi 18 mai : l'ensemble des ministres se retrouvera pour son premier conseil, exceptionnellement décalé au jour suivant puisqu'il se tient d'ordinaire le mercredi. Sur le haut de la pile de dossiers figurera celui de la moralisation de la vie politique, un projet dont François Bayrou avait fait la condition sine qua non de son ralliement à Emmanuel Macron.

Le gouvernement d'Edouard Philippe

- Ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur: Gérard Collomb 
- Ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire: Nicolas Hulot 
- Ministre d'Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice: François Bayrou 
- Ministre des Armées: Sylvie Goulard 
- Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Jean-Yves Le Drian 
- Ministre de la Cohésion des Territoires: Richard Ferrand 
- Ministre des Solidarités et de la Santé: Agnès Buzyn 
- Ministre de la Culture: Françoise Nyssen 
- Ministre de l'Economie: Bruno Le Maire 
- Ministre du Travail: Muriel Pénicaud 
- Ministre de l'Education nationale: Jean-Michel Blanquer 
- Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation: Jacques Mézard 
- Ministre de l'Action et des comptes publiques: Gérald Darmanin 
- Ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation: Frédérique Vidal  
- Ministre des Outre-mer: Annick Girardin 
- Ministre des Sports: Laura Flessel 
- Ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports: Élisabeth Borne 
- Ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes: Marielle de Sarnez   
                   
Secrétaires d'Etat auprès du Premier ministre: 
- Chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement: Christophe Castaner  
- Chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes: Marlène Schiappa 
- Chargée des personnes handicapées: Sophie Cluzel 
- Chargé du numérique: Mounir Mahjoubi 

 

 

Premier ministre de Macron

Edouard Philippe a été nommé le lundi 15 mai 2017 à Matignon. Depuis lundi 8 mai, plusieurs médias prêtaient à Emmanuel Macron l'intention de se tourner vers le député-maire du Havre. Ce (très) proche d'Alain Juppé a l'immense avantage de pouvoir tisser des liens très utiles avec une partie de la droite, dans la perspective - possible - de la fracture de LR. Edouard Philippe incarne aussi le renouveau, l'homme de 46 ans n'ayant jamais joué les premiers rôles sur la scène nationale. Par ailleurs, cet énarque, qui a un passé de militant rocardien durant ses années d'étudiant à Sciences-Po Paris, a travaillé quelques années dans le privé, ce qui lui offre d'autres atouts pour incarner, aux yeux d'Emmanuel Macron, l'homme de la situation.

Ministre de l'Intérieur

Le ministre de l'Intérieur est un proche du président Emmanuel Macron, le maire de Lyon, Gérard Collomb. Les bruits de couloirs le donnaient très réticent à occuper ce poste, très exigeant, en période de menace terroriste pesant sur la France.

Ministre de la Transition écologique l'Environnement

C'est une demi-surprise, en tout cas un coup de force : Emmanuel Macron a choisi de faire de Nicolas Hulot le ministre d'Etat chargé de la Transition écologique. Il est le numéro 2 du gouvernement Philippe, derrière Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur.

Ministre de la Justice

C'est le président du MoDem, François Bayrou, qui est nommé garde des Sceaux. Il est également ministre d'Etat, signe qu'il est l'un des grands poids lourds du gouvernement. Le maire de Pau est à l'origine de la première loi que fera voter l'Assemblée nationale, la grande loi de moralisation de la vie publique.

Ministre des Armées (ministre de la Défense)

Pour remplacer Jean-Yves Le Drian, le président et le Premier ministre a nommé Sylvie Goulard, eurodéputée centriste, pressentie un temps pour le ministère des Affaires étrangères. Le nom de son portefeuille surprend, d'autant que les institutions de la Ve République confère à Emmanuel Macron le titre de chef des Armées.

Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères

A ce poste, Emmanuel Macron a choisi Jean-Yves Le Drian, l'ancien ministre de la Défense de François Hollande. Il change donc de portefeuille, mais reste à un poste régalien avec une grande partie de dossiers en commun avec son ancien poste.

Ministre de l'Economie

Emmanuel Macron connaît très bien Bercy. Celui qu'il a désigné - en accord avec son Premier ministre Edouard Philippe - pour occuper son ancien poste est donc Bruno Le Maire. En acceptant de devenir le patron de Bercy, le député de l'Eure, qui avait fait campagne pour devenir président de l'UMP puis pour être investi candidat LR à la présidentielle rompt avec son parti.

Ministre de l'Action et des comptes publics (Budget)

C'est le très proche de Xavier Bertrand, Gérald Darmanin, qui a été nommé ministre en charge de l'Action et des Comptes publics. Le jeune maire de Tourcoing se met lui-aussi en marge de son parti politique. Il y a quelques semaines, il s'affichait aux côtés de François Baroin pour préparer la campagne LR des élections législatives.

Ministre de l'Education nationale

C'est Jean-Michel Blanquer, directeur de l'Essec, grande école de commerce, est le nouveau ministre de l'Education nationale. Ancien étudiant de Sciences Po Paris et de Harvard, il a été recteur de l'Académie de Guyane entre 2004 et 2006, recteur de l'Académie de Créteil entre 2007 et 2009, directeur général de l'enseignement scolaire au ministère de l'Education nationale entre 2009 et 2012, puis directeur général du groupe ESSEC (écoles supérieures de commerce) à partir de juin 2013.

Ministre des Solidarités et de la Santé

A ce grand ministère élargi, dont on ignore encore les contours, c'est Agnès Buzyn qui a été choisie par le président et le Premier ministre. Agnès Buzyn est médecin, spécialisée en hématologie, et enseignante à l'université. Elle a exercé à l'hôpital Necker jusqu'en 2011. Elle dirigeait depuis plus d'un an la Haute autorité de la santé, après avoir été présidente de l'institut national du cancer. La HAS est notamment chargée d'évaluer l'utilité et l'efficacité des médicaments ou actes médicaux et de juger de la pertinence de leur remboursement. Dans le gouvernement Philippe, elle est donc nommée ministre des Solidarités et de la Santé.

Ministre du Travail

Murielle Pénicaud a été nommée ministre du Travail. C'est à elle que revient la lourde charge de piloter la prochaine réforme du droit du Travail, très attendue par les syndicats. La nouvelle ministre fait partie des recrues issues de la "société civile". Murielle Pénicaud dirigeait jusqu'à présent et depuis janvier 2015 Business France, une agence publique dont le but est de promouvoir la France et ses entreprises dans le monde, pour convaincre des investisseurs de s'engager dans l'Hexagone. Elle a également travaillé au sein du groupe Danone et de Dassault Système. Elle a siégé au sein du conseil d'administration d'Aéroports de Paris, de la SNCF, du groupe Orange...

Ministre de la Cohésion des territoires

Le président a nommé l'un de ses plus proches, Richard Ferrand, qui était jusque-là secrétaire général de La République en Marche, le parti politique lancé par Emmanuel Macron pour accéder à l'Elysée.

Ministre de l'Agriculture

A ce poste, c'est Jacques Mézard, sénateur PRG du Cantal, qui a été choisi. Il avait publiquement soutenu Emmanuel Macron ces dernières semaines. Il sera ministre de l'Agriculture dans le gouvernement Philippe et succède donc à Stéphane Le Foll. Auparavant, il a aussi été conseiller général du Cantal et adjoint au maire d'Aurillac, sa ville d'origine.

Ministre de la Culture

La nouvelle ministre de la Culture est Françoise Nyssen. Elle s'est fait un nom dans le monde de l'édition, comme PDG d'Acte Sud, qui a édité ces dernières années des best-sellers, des Prix Goncourt et un Prix Nobel. Françoise Nyssen fait parti de ces ministres issus de la société civile. Début mai, elle avait appelé à voter pour Emmanuel Macron dans une tribune publiée par le site littéraire Actualitté : "Dimanche je voterai avec détermination et joie pour Emmanuel Macron. (...) On a vu que lorsque l’extrême droite arrive au pouvoir ces libertés (d'expression) sont remises en cause. Avec Emmanuel Macron qui a mis la culture en première position de son programme, on pourra continuer".

Ministre des Sports

C'est l'ancienne championne d'escrime qui hérite du poste de ministre des Sports. Il s'agit d'une surprise, puisque d'autres personnalités étaient attendues à ce poste, notamment l'élu parisien Pierre-Yves Bournazel. A noter : Paris accueillait ces derniers jours la Commission d'évaluation du CIO, dans le cadre de sa candidature à l'organisation des JO 2024. Un projet soutenu par le président de la République Emmanuel Macron et qui sera donc portée par la toute nouvelle ministre des Sports. Laura Flessel, qui a remporté deux fois le titre olympique et a été sacrée 6 fois championne du monde d'escrime, faisait partie des sportifs signataires d'un appel à voter Macron au 2eme tour de l'élection présidentielle  La Guadeloupéenne avait pris sa retraite sportive en 2012. L'épéiste n'est pas la première escrimeuse à occuper le poste avant elle, Jean-François Lamour avait aussi été ministre des Sports.

Ministre des Transports

Diplômée de Polytechnique et des Ponts et chaussées, Elisabeth Borne est âgée de 56 ans. La haute-fonctionnaire était, avant sa nomination en tant que ministre des Transports, directrice de la Régie autonome des transports parisiens, et ce depuis mai 2015. Auparavant, elle a travaillé au sein du ministère de l'Ecologie (auprès de Ségolène Royal), a été préfet de Poitou-Charente, a officié au sein de la SNCF ou encore d'Eiffage. La thématique du Transport ne lui est pas étrangère puisqu'elle a déjà été conseillère technique chargée des transports dans le cabinet de Lionel Jospin à Matignon en 1997.

Ministre de l'Enseignement supérieur

Frédérique Vidal intègre le gouvernement. Cette ancienne professeur de Sciences et Vie de la Terre, mariée, deux enfants, a 53 ans. Depuis 2012, elle dirigeait l'université de Nice Sophia Antipolis, après y avoir été professeur et maître de conférences. Fait amusant : sa nomination à 15h en tant que ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation est intervenue alors qu'elle était en plein vol entre New York et Paris, de retour d'un déplacement professionnel...

Ministre des Affaires européennes

Marielle de Sarnez, cette proche de François Bayrou, membre du Modem, a été nommée Chargée des Affaires européennes, auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Agée de 66 ans, Marielle de Sarnez siégeait jusqu'à présent au Parlement européen (un mandat qu'elle occupe depuis 1999). En parallèle, elle a été conseillère de Paris entre 2001 et 2010, mandat qu'elle exerce de nouveau depuis 2014. Avec l'entrée du gouvernement de François Bayrou (au ministère de la Justice) et Marielle de Sarnez, Macron confirme la confiance accordée au Modem, alliée de La République En Marche pour les législatives.

Ministre des Outre-mer

Annick Girardin a été ministres des Outre-mer. Comme Jean-Yves Le Drian, elle reste donc au gouvernement, mais change de poste. Elle était ministre de la Fonction publique dans les gouvernements Valls 2 et de Bernard Cazeneuve. Ancienne députée de Saint-Pierre-et-Miquelon entre 2007 et 2014, elle est également conseillère territoriale de cet archipel depuis dix-sept ans. De 2014 à 2016, elle a été secrétaire d'Etat chargée du Développement et de la Francophonie. Durant la primaire citoyenne de 2017, elle a soutenu Sylvia Pinel. Elle a ensuite soutenu Emmanuel Macron durant l'élection présidentielle.

Ministre de l'Egalité des femmes et des hommes

Il s'agit en réalité d'un poste de secrétaire d'Etat, et non d'un ministère de pleine activité, ce qui provoque déjà l'agacement de quelques associations féministes. Elle est l'un des visages neufs de ce gouvernement : Marlène Schiappa, 34 ans, a plus d'une corde à son arc. Elle s'est fait connaître en 2008 à travers le blog "Maman travaille", qui a rapidement trouvé une prolongation dans une association du même nom, destinée à promouvoir l'égalité parentale et la conciliation travail/domicile. Marlène Schiappa est également l'auteur de chroniques, essais et d'un roman (Pas plus de 4 heures de sommeil). En 2014, elle fait partie de la liste PS pour les élections municipales au Mans. Suite à la victoire de Jean-Claude Boulard dans la préfecture de la Sarthe, elle devient adjointe au maire, chargée de l'Egalité, de la Lutte contre les discriminations et de la Charte LGBT. Elle avait soutenu le mouvement En Marche d'Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle.

 

gouvernement-philippe-jm

 

Tout ce que l’on peut dire est que toutes ces personnes auront du pain sur la planche et donc..du travail, beaucoup de travail !

 

Ce ne sont pas les différents dossiers qui les attendent qui vont leur laisser beaucoup de répit et de marge de manœuvre, loin de là !

 

De plus, il avait été dit, par l’intermédiaire du président, lui-même, que la forme de retard pris dans l’annonce du nouveau gouvernement, de sa composition et des nommés était légitime, car il fallait s’assurer que tous étaient dignes et sans reproches, ni..prise ou forme quelconque de prise d’intérêts…

 

115871150

 

 

emmanuel-macron-veut-des-ministres-exemplaires

 

kak_gouvernement_transparence

 

 

kak_edouard_philippe_macron_attaque_la_droite

 

 

 

115953345

 

 

115975503

 

Françoise Nyssen, une éditrice au ministère de la culture

Par Alain Beuve-Méry - Le Monde

La patronne de la maison d’édition Actes Sud hérite de la rue de Valois.

Rue de Valois, il y a eu des écrivains célèbres comme André Malraux, prix Goncourt 1933 pour La Condition humaine et ministre du général de Gaulle, mais jamais de responsable de maison d’édition. C’est désormais le cas avec Françoise Nyssen, patronne d’Actes Sud, société créée en 1978 par Hubert Nyssen, son père, et dont le siège social est installé à Arles (Bouches-du-Rhône) et dont elle a repris progressivement la direction avec son époux Jean-Paul Capitani.

Aujourd’hui, la maison arlésienne et parisienne est la plus petite des grandes sociétés d’édition, très loin derrière les Hachette, Editis ou Madrigall (groupe Gallimard), mais elle est riche d’un catalogue prestigieux d’auteurs tant français qu’internationaux : Nina Berberova, Stieg Larsson, Nancy Huston, Alice Ferney, Laurent Gaudé, Jérôme Ferrari, Paul Auster, Pierre Rabhi, Henry Bauchau.

Née le 9 juin 1951, à Etterbeek (Belgique), Françoise Nyssen présente l’originalité d’avoir la double nationalité belge et française. Elle est d’ailleurs une Européenne convaincue.

Dans sa vie personnelle, elle a aussi pour caractéristique d’être à la tête d’une famille recomposée, avec sept enfants et beaux-enfants, petits-enfants qui forment une tribu unie au Méjan, le siège d’Actes Sud, mais elle a été marquée par un drame intime : le suicide de son fils Antoine, en février 2012.

« Détermination et joie »

De cette douleur, Françoise Nyssen a décidé de faire un ressort pour encore plus se tourner vers les autres. Avec son mari, elle a souhaité créer une structure, l’école Domaine du possible, pour aider les enfants qui n’ont pas su, n’ont pas pu ou n’ont pas voulu s’adapter au système scolaire français.

Dans la foulée, elle a essayé d’acquérir le groupe d’édition Flammarion, mis en vente par l’italien RCS Libri et dont le chiffre d’affaires était trois fois supérieur à celui d’Actes Sud. En vain, c’est Gallimard qui a finalement remporté la mise, et Actes Sud a dû se contenter, en lot de consolation, du groupe Payot-Rivages.

C’est aussi dans cette démarche d’ouverture que s’inscrit le choix de Mme Nyssen d’accepter la proposition d’Emmanuel Macron et de relever ce nouveau défi : devenir ministre de la culture. Entre les deux tours de l’élection présidentielle, elle avait fait savoir qu’elle « voterait avec détermination et joie pour Emmanuel Macron », car, reprenant les mots du philosophe Antonio Gramsci, elle estimait que « le pessimisme de la raison nous oblige à l’optimisme de la détermination ».

« Nous avons la chance en tant qu’éditeur de publier des auteurs de tous les pays qui enrichissent la langue française par leurs textes. Parmi ces auteurs, nombreux sont ceux qui s’expriment avec talent et courage pour dire l’obscurantisme, le manque de liberté, l’enfermement, la haine de l’autre au risque de leur vie. Je pense, entre autres, à Alaa Al-Aswany en Egypte, à Kamel Daoud en Algérie, à Salman Rushdie sous menace d’une fatwa, à Asli Erdogan en Turquie et bien d’autres encore », écrit alors la PDG d’Actes Sud.

Chef d’orchestre

Rien ne prédestinait Françoise Nyssen, d’abord chercheuse en laboratoire de biologie moléculaire, à devenir éditrice, sauf la passion des livres transmises par son père, Hubert. Aujourd’hui, elle est une éditrice comblée qui a réalisé, en novembre 2015, le coup double de voir deux de ses auteurs recevoir le prix Nobel de littérature, avec la Russe Svetlana Alexievitch, et le Goncourt, avec Mathias Enard, le troisième trophée pour Actes Sud.

Elle est aussi en France l’éditrice du Charme discret de l’intestin, de Giulia Enders, un best-seller, vendu à plusieurs millions d’exemplaires. En 2004, c’est grâce au succès de la trilogie Millenium que Mme Nyssen a pu redevenir propriétaire à 95 % de sa maison d’édition, alors qu’elle avait songé à se retirer peu de temps avant et qu’un acte de cession de son groupe avait même été préparé.

Plus qu’éditrice, Françoise Nyssen se dit accompagnatrice de livres, chef d’orchestre d’auteurs, voire – le mot qu’elle préfère – « ourleuse », autant de qualités dont elle devra user rue de Valois, pour répondre aux attentes des différents publics du ministère de la culture.

A la tête d’Actes Sud, Mme Nyssen détient aussi des librairies sur l’ensemble du territoire national. Elle est aussi éditrice de pièces de théâtre.

Femme de culture au sens plein du terme, elle a été nommée présidente de la commission de soutien au scénario de projets de film de long-métrage du Centre national du cinéma et membre du Haut Conseil pour l’éducation artistique et culturelle en 2015.

Afin d’exercer pleinement ses fonctions ministérielles, Mme Nyssen devrait annoncer qu’elle se met en disponibilité de la direction d’Actes Sud.

 

Où en est-on avec la..moralisation de la politique ?

 

Le nouveau gouvernement et les ..premiers couacs !

 

A peine nommés, à peine en place, voilà que l’on apprend, par l’intermédiaire du fameux journal ’’Le canard enchaîné’’, des formes de prises d’intérêts pour certains membres du gouvernement..

 

Pourtant c’était clair et la consigne donnée avec, non ?

 

Pas d’intérêts, ni de prises d’intérêts quelconques pour aucun des membres de ce nouveau gouvernement, ah ! bon !

 

Il n’en est rien !

Répétez tout après..Transparence claire..

 

88820359f84915a96a6fa56790f73173-627x429

Richard Ferrand accusé d’avoir favorisé sa compagne selon le Canard Enchaîné

 

 

5133523_6_53f7_richard-ferrand-dans-la-cour-de_a76260a6a729cc819e2add371c2c5a58

Selon de nouvelles révélations du Canard Enchaîné, le ministre récemment nommé, aurait permis à son épouse de réaliser une bonne opération immobilière

"Après le feuilleton des emplois familiaux, voici la saga des locations familiales", annonce dans son édition de mercredi le Canard enchaîné. L’hebdomadaire satirique rapporte en effet "un petit arrangement de Richard Ferrand", ancien secrétaire d’ En Marche et nouveau ministre de la Cohésion des territoires d’ Emmanuel Macron

 

Nouvelles révélations sur le mélange des genres. Le journal Le Monde révèle aujourd'hui les pratiques de Richard Ferrand depuis 20 ans, où se mêlent intérêts publics et privés, et où se posent des questions d'éthique et de morale. Sur le terrain, hier, lundi 29 mai, le ministre de la Cohésion des territoires ne changeait pas de ligne. "Nous sommes dans une démocratie. Et dans une démocratie, ce sont les électrices et les électeurs qui marquent leur confiance à l'égard de celles et ceux qui se présentent devant eux", a-t-il déclaré.

Colère de la droite

Epinglé dans une affaire immobilière et l'emploi de son fils comme attaché parlementaire, Richard Ferrand aurait aussi fait bénéficier d'autres proches de contrats, alors qu'il était à la tête des Mutuelles de…

 

Richard Ferrand pris à son tour dans la tourmente des affaires

 

Alors que la Chancellerie prépare une loi sur la moralisation publique, le ministre est mis en cause par Le Canard enchaîné.

 

Il y a ce qui est légal et ce qui est moral. Moins de quinze jours après son arrivée à l'Élysée, Emmanuel Macron se retrouve, à son tour, sur la ligne fine qui sépare les deux notions et sur l'exigence d'exemplarité qu'il a revendiquée pour son quinquennat et les membres de son gouvernement. Il souhaitait que son premier texte législatif soit celui sur la moralisation de la vie publique et voilà Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, mais surtout principal artisan de la campagne et de la victoire du nouveau président, soupçonné de favoritisme envers sa compagne. Des faits qui remontent à 2011.

 

Selon Le Canard enchaîné, les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était le directeur général, souhaitaient louer des locaux commerciaux à Brest pour ouvrir un centre de soins et choisissent, entre trois propositions, celle d'une société immobilière appartenant à la compagne de Ferrand. Cette dernière, selon l'hebdomadaire, monte alors très rapidement une société civile immobilière (SCI) et la promesse de location lui permet d'obtenir un prêt bancaire équivalent à la totalité du prix de ces locaux «en mauvais état».

Outre une rénovation complète des locaux aux frais de la mutuelle pour 184.000 euros, toujours selon Le Canard enchaîné, la valeur des parts de la SCI «a été multipliée par 3000» six ans plus tard. «Les administratrices et les administrateurs du conseil d'administration, dont je ne suis pas, ont retenu la meilleure offre, pour les conditions de travail des salariés, pour la proximité avec les transports, qui était celle d'un local détenu par ma compagne», a détaillé M. Ferrand sur BFMTV, ajoutant que le local avait fait l'objet d'un «renouvellement de bail, donc ça veut dire que les gens se satisfont de l'endroit où est situé ce local».

 

L'affaire s'aggrave avec les soupçons qui pèsent sur l'emploi d'attaché parlementaire que son fils a occupé entre le 13 janvier et le 16 mai 2014

 

Pas tout à fait à l'aise, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, affirme mercredi matin sur Europe 1: «Il n'y a pas de mise en cause par Le Canard enchaîné de Richard Ferrand. Il y a une information que Richard Ferrand lui-même ne conteste pas, qui relève d'un acte qui n'est pas délictuel, ni pénal, d'un acte de droit commun», «un acte de droit privé parfaitement légal», mais poursuit-il, «ça tombe mal car cela crée de la suspicion dans un contexte de suspicion».

En parallèle sur RTL, Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche, a tenté de trier le bon grain de l'ivraie: «La moralisation de la vie publique concerne l'argent public. Là,c'était de l'argent privé», a-t-il déclaré.

Mais l'affaire s'aggrave avec les soupçons qui pèsent sur l'emploi d'attaché parlementaire que son fils a occupé entre le 13 janvier et le 16 mai 2014 et qui a été rémunéré à hauteur de 6800 euros. Richard Ferrand s'est empressé de produire les preuves d'un travail effectif de son fils. Mercredi, sur Franceinfo, il s'est exprimé sur l'embauche de son fils, précisant que, «si c'était à refaire», il «ne le referai(t) pas». Pour sa défense, un membre de son cabinet a déclaré: «Je vous invite à aller faire un tour en centre Bretagne. Ce n'est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur Internet.» Des propos jugés «honteux» et condamnés «fermement» par Richard Ferrand.

 

Le parquet national financier a déjà annoncé qu'il n'ouvrirait au­cune enquête

 

Le ministre doit par ailleurs affronter un tombereau de critiques: pour Marine Le Pen, Richard Ferrand, auteur d'un «enrichissement personnel parfaitement immoral», doit «poser sa démission». «C'est à lui de voir s'il est en situation» de continuer au sein du gouvernement, a réagi pour sa part François Baroin, chef de file de la campagne LR pour les législatives. Tandis que le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a demandé mercredi «solennellement» au premier ministre Édouard Philippe et au ministre de la Justice François Bayrou de s'exprimer au sujet des révélations du Canard enchaîné. Comme si, au passage, il revenait au garde des Sceaux de diligenter d'éventuelles poursuites contre un justiciable quel qu'il soit.

Le parquet national financier a d'ailleurs déjà annoncé qu'il n'ouvrirait aucune enquête. Les Républicains avaient auparavant annoncé leur intention de saisir l'instance judiciaire. Les politiques de droite et d'extrême droite rappellent, tour à tour, en substance, que leur champion respectif, François Fillon et Marine Le Pen, n'ont pas été épargnés. Cela en dit long sur les pièges que tend la future loi sur la moralisation de la vie publique qui, à force de rigueur, peut se transformer en prison de verre des politiques.

 

Des faits qui remontent à 2001

L’affaire remonte àjanvier 2011, lorsque Richard Ferrand, était directeur général des Mutuelles de Bretagne. Cet organisme à but non lucratif était à la recherche d’un nouveau local destiné à un centre de soins à Brest. C’est une société civile immobilière (SCI *) nommée Saca qui est alors choisie à l’unanimité pour un loyer annuel de 42 000 euros

Problème, cette société n’existe pas encore légalement, "n’est même pas propriétaire des surfaces qu’elle propose à la location", et sa future gérante n’est d’autre que Sandrine Doucenla compagne de RichardFerrand, rapporte Franceinfo.

* Les SCI sont des montages financiers banquiers..

La société n’est enregistrée que le mois suivant au greffe du tribunal de commerce, précise leCanard enchaîné, et ce n’est qu’en juillet que Sandrine Doucen achète les locaux concernés.

Elle obtient alors un prêt de 402 000 eurossoit 100% du prix d’achat ainsi que les frais de notaire. "Un traitement réservé aux acquéreurs qui disposent d’un locataire dont les revenus sont garantis", précise le journal. "La décision des Mutuelles va ainsi permettre à la compagne du directeur général de rembourser, à terme, la totalité de son emprunt bancaire."

Les lieux seront donc entièrement rénovés, et sans contrepartie, aux frais des Mutuelles, pour un montant de 184 000 euros", poursuit l’hebdomadaire. 

Rien d’illégal pour Richard Ferrand

Si Richard Ferrand ne dément pas les faits, il assure toutefois que l’opération n’a rien d’illégal, qu’elle ne met pas en question de l’argent public et qu’elle n’a débouché sur aucune plainte. 

"C’était la solution la moins chère. Le prix était conforme au marché, et rien n’a été caché : tout le monde savait que cette SCI était la propriété de ma compagne"  Richard Ferrand au Canard enchaîné

Mais selon le journal, le président des Mutuelles de Bretagne n’était pas au courant que la SCI retenue allait appartenir à la compagne du directeur général.

L’hebdomadaire rappelle également que Richard Ferrand n’apparaît pas dans les statuts de la SCI. Et pour cause : un ami de la famille a accepté d’investir un euro afin de permettre sa création, avant de s’en retirer au profit de la fille de Richard Ferrand et Sandrine Doucen, explique Le Canard enchaîné. En six ans, "la valeur des parts aurait été multipliée par 3 000", précise le journal.

Suite à ces révélations, Richard Ferrand a évoqué ce mercredi "un cadeau de bienvenue" sous forme de "dénonciations calomnieuses".

 

"C’est une sorte de cadeau de bienvenue pour ma nomination au gouvernement, où on essaie de faire d’un acte de gestion banal une pseudo-affaire" Richard Ferrand sur BFMTV

 

L’organisateur en chef du mouvement macronien, Julien Denormandie a quant à lui dénoncé une "cabale" dont l’origine serait à chercher dans la "malveillance de la vieille politique".

 

MONTAGE IMMOBILIER ET EMPLOI DE SON FILS À L’ASSEMBLÉE : RICHARD FERRAND DANS LA TOURMENTE

 

POLÉMIQUE - Juste avant le projet de loi sur la moralisation de la vie publique, c’est une première "affaire" qui touche le gouvernement. Selon Le Canard enchainé, le ministre Richard Ferrand, un proche d'Emmanuel Macron, aurait organisé un montage immobilier impliquant sa femme, et aurait aussi embauché son fils comme collaborateur parlementaire en 2014.

 

DÉCRYPTAGE - Richard Ferrand, nommé ministre et investi par la majorité présidentielle pour les législatives en Bretagne, est au coeur de la tourmente depuis des révélations, le 24 mai, du "Canard Enchaîné" sur un montage immobilier qui remonte à 2011. Si la justice n’a pas souhaité ouvrir d’enquête, le polémique est loin de se tarir et ce mardi après-midi, après de nouvelles révélations parues dans Le Monde, le ministre dénonce des "amalgames" et répond "point par point aux allégations" dans un communiqué. De quoi s’agit-il exactement ?

 

Six jours après les révélations du Canard Enchaîné sur une "affaire" immobilière le concernant, Richard Ferrand est toujours ministre de la Cohésion des territoires et candidat aux législatives. La justice française a exclu d’ouvrir une enquête. 

 

Pour autant, entre demandes d'enquête et appels à la démission, la polémique ne cesse d'enfler et les soupçons pèsent sur celui qui a été investi par La République en marche en Bretagne. Elle s’ajoute à une autre accusation, celle d’avoir embauché pendant plusieurs mois son fils à l’Assemblée. Si vous avez loupé les précédents épisodes à propos de ce montage immobilier, LCI vous résume l’essentiel de "l’affaire". 

 

Ce qu’a révélé le "Canard Enchaîné"

 

Dans un article du 24 mai, le Canard enchaîné évoque une opération immobilière remontant à 2011. A cette époque, Richard Ferrand, conseiller régional de Bretagne (mais pas encore député) est le directeur général des Mutuelles de Bretagne, organisme à but non lucratif(sic !). L’institution cherche de nouveaux locaux pour son centre de soins à Brest. En janvier 2011, le conseil d’administration des Mutuelles choisit à l’unanimité, parmi trois propositions, une société civile immobilière (SCI) baptisée Saca, pour héberger le centre de soin pour un loyer annuel de 42.000 euros. Il se trouve que la gérante de cette société est l’avocate Sandrine Doucen, compagne de Richard Ferrand. Pour former la SCI, elle s'associe à un ami du couple. Problème : au moment où elle est désignée par les Mutuelles, cette SCI n’existe pas encore légalement, et n’est pas encore propriétaire des surfaces proposées. Les statuts de la SCI seront déposés un mois plus tard.

 

Il faudra attendre encore six mois pour que la SCI souscrive un prêt de 402.000 euros - ce qui inclut la totalité du prix d’achat et les frais de notaire - et finalise l’acquisition des locaux. Ces derniers, négociés avec un vendeur qui se trouvait sous la menace d’une saisie immobilière, seront rénovés aux frais des Mutuelles de Bretagne, pour 184.000 euros. Le crédit, lui, sera remboursé par les loyers versés par les Mutuelles. Le montage rend objectivement l’opération immobilière particulièrement intéressante : l'avocate n'a pas déboursé un centime dans l'opération. 

 

Montage immobilier et emploi de son fils à l’Assemblée : Richard Ferrand dans la tourmente

 

Quel est le problème ?

 

Outre le décalage entre le contrat passé avec les Mutuelles et la constitution a posteriori de la SCI, ce qui sous-tend ces révélations est le soupçon d’enrichissement personnel et de conflit d’intérêts. L’avocat Alain Castel, à l’origine du montage immobilier de l’affaire, n’a pas hésité à évoquer au Parisien "une manoeuvre". "Richard Ferrand allait louer l’immeuble à la mutuelle et il allait s’enrichir avec tous les travaux à la charge des Mutuelles. Il faut appeler un chat un chat." Comme l’a révéléLe Parisien, Richard Ferrand serait intervenu en personne bien en amont de la transaction entre Sandrine Doucen et les Mutuelles, en signant de sa main un compromis avec le vendeur avant que le bien ne parte aux enchères. Une clause conditionnait même l’achat du bien à l’obtention du contrat de bail de la SCI avec les Mutuelles. 

 

Richard Ferrand s’est défendu de tout enrichissement personnel, arguant du fait qu’il n’était "ni marié ni pacsé" avec Sandrine Doucen à l’époque (le couple s’est finalement pacsé en janvier 2014). "Nous n’avons pas de patrimoine commun", a plaidé le ministre auprès du Parisien. Pas une affaire familiale, donc… Mais dans un article publié ce mardi, Mediapartsouligne que l’unique part de la SCI n’appartenant pas à Sandrine Doucen a été confiée à la fille du couple, âgée de 13 ans à l’époque. Le site d’investigation révèle aussi que le contrat d'aménagement des locaux brestois acquis par la SCI a été confié... à l’ex-épouse de Richard Ferrand, dont il est divorcé depuis 1994. En 2013, cette dernière a été à nouveau sollicitée puis retenue à la suite d’une mise en concurrence pour "repenser l’enseigne et les boutiques de certains opticiens du réseau".

 

 

Affaires : Richard Ferrand dans la tourmente

L’affaire Ferrand embarrasse le gouvernement,

d’autant plus qu’une autre ministre,

Marielle de Sarnez,

est à son tour dans la tourmente, soupçonnée,

elle, d’emplois fictifs au Parlement européen.

 

http://www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-une-candidate-rem-aurait-loue-un-logement-insalubre-7788764765

 

COUAC - Selon Mediapart, Véronique Avril, candidate aux législatives pour La République en marche à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a loué son appartement insalubre à un prix exorbitant (650 euros pour 23 mètres carrés). Or, elle en avait l'interdiction, la mairie de la commune ayant pris un arrêté de péril interdisant la location de l’appartement.

29 mai 23:27Justine Faure

 

Législatives 2017 : une candidate REM aurait loué un logement insalubre..

7788764827_veronique-avril-candidate-la-republique-en-marche-aux-elections-legislatives-a-paris-le-13-mai-2017

Véronique Avril, candidate dans la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis, est visée par une enquête de Mediapart. À la suite de ces révélations, le parti d' Emmanuel Macron a saisi son "comité d'éthique".

 

Une candidate aux législatives a-t-elle été une marchande de sommeil ? Véronique Avril, candidate dans la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis, est soupçonnée par une enquête de Mediapart d'avoir mis en location un appartement de 23m² dans un immeuble insalubre.

D'après le site d'information en ligne, l'immeuble était classé depuis plusieurs années dans un état de péril imminent. L'appartement, acheté en 2011 par la candidate, aurait été loué à
une famille de cinq personnes pour un loyer de 650 euros charges comprises à Saint-Denis. Cela fait 28 euros/m², ce qui est "très au-dessus des tarifs pratiqués dans la ville", souligne Mediapart.

Véronique Avril, affirmant qu'elle s'attendait à ce que ces informations puissent être divulguées durant la campagne, assure cependant que "la mairie avait dit qu'elle procédait aux travaux" nécessaires pour lever l'arrêté de péril imminent. Elle indique aussi que depuis trois ans, elle ne touche plus le loyer réclamé pour cet appartement. "La famille locataire ne voulait pas partir. Ils ont été violents, ont changé la serrure. Je m'estime victime", plaide l'intéressée.

Dans un communiqué, 
La République En Marche "tient à préciser qu'à sa connaissance la candidate n'a pas été condamnée et qu'à ce jour aucune plainte n'a été déposée contre elle". "Néanmoins, dès qu'elle en a été informée, La République En Marche a saisi le comité d'éthique qui statuera dans les meilleurs délais sur la situation de Mme Avril", ajoute le parti d'Emmanuel Macron.

 

http://www.lci.fr/elections/legislatives-la-candidate-la-republique-en-marche-de-saint-denis-accusee-d-avoir-loue-a-un-prix-exorbitant-son-appartement-insalubre-2053632.html

 

 

 

 

Assistants parlementaires d'eurodéputés : quatre questions sur l'enquête qui vise la ministre Marielle de Sarnez

Selon une élue FN,

la ministre des Affaires européennes

du gouvernement d'Edouard Philippe

aurait employé son assistante rémunérée par le Parlement européen

pour l'aider dans le cadre de son activité politique au niveau national.

 

 

Après l'affaire Richard Ferrand, l'affaire Marielle de Sarnez ? Une enquête préliminaire a été ouverte sur des soupçons d'emplois fictifs visant des assistants d'eurodéputés, dont une ex-collaboratrice de la ministre des Affaires européennes. Marielle de Sarnez a annoncé, mardi 30 mai, sa volonté de porter plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre l'eurodéputée FN qui a transmis son nom à la justice. De quoi s'agit-il ? Franceinfo répond aux questions que vous pouvez vous poser. 

 

Sur LCI, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a minimisé cette enquête. Il souhaite toutefois qu'elle aille au bout. "Il faut évidemment lever le doute sur cette dénonciation du FN qui apparaît calomnieuse", a-t-il expliqué. Il en a profité pour rappeler que Marine Le Pen ne s'est pas rendue à une convocation des juges : "Si Marielle de Sarnez était convoquée, elle s'y rendrait, c'est la vraie différence avec le FN."

 

Le FN accuse des eurodéputés d'emplois fictifs

 

Le Front National a saisi l'Office européen anti-fraude (Olaf) du cas d'eurodéputés d'autres partis qui auraient recours, selon lui, à des emplois fictifs ou irréguliers d'assistants au Parlement européen, selon cet organe de l'UE. Cette contre-attaque intervient alors que le parti et sa présidente Marine Le Pen, candidate à la présidentielle française, sont eux-mêmes soupçonnés d'avoir eu recours à des emplois fictifs d'assistants au Parlement européen.

"L'Olaf peut confirmer avoir reçu, le 28 mars, ces allégations" de la part du Front National (FN), a indiqué une porte-parole de l'organe anti-fraude, tandis que le parti avait déjà annoncé le projet plus tôt. Des "experts spécialisés" vont évaluer les informations transmises par le FN, pour déterminer s'il est compétent pour les exploiter et s'il y a une "suspicion suffisante de fraude, de corruption ou d'activité illégale affectant les intérêts financiers de l'UE" pour ouvrir une enquête, a précisé la porte-parole.

 

Des eurodéputés français sous le coup d'une enquête pour emplois fictifs

 

En France, une vingtaine d'élus de tous bords, dont la ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez, sont visés par une enquête ouverte après des accusations du Front national (FN) sur d'éventuels emplois fictifs d'assistants au Parlement européen. Marielle de Sarnez a réagi ce mardi matin 30 mai, en annonçant qu'elle comptait déposer une plainte en dénonciation calomnieuse.

 Il y aurait 17 Euro-députés concernés, dont..Mme. Michel Alliot-Marie, Mr. Brice Hortefeux, Mr. Lavrillier, Mr. Jandet,etc..

 

La plainte déposée par Marielle de Sarnez vise Sophie Montel, qui a rédigé le courrier à l'origine de la procédure judiciaire. En mars dernier, cette eurodéputée frontiste a envoyé à la justice une lettre dénonçant l'usage par 19 de ses collègues d'assistants parlementaires ayant par ailleurs des fonctions au sein de leur formation politique respective.

Cette contre-attaque du Front national est intervenue alors que le parti d'extrême droite et sa présidente Marine Le Pen sont eux-mêmes soupçonnés d'avoir eu recours à des emplois fictifs d'assistants parlementaires à Strasbourg.

Une pratique courante

Selon Florian Philippot, vice-président du FN, la démarche de Sophie Montel a pour but de montrer que les faits reprochés à son parti n'ont rien d'illégaux et sont une pratique courante.

Les députés européens de droite Brice Hortefeux et Jérôme Lavrilleux font également partie des parlementaires dénoncés par l'extrême droite et concernés par l'enquête ouverte par le parquet de Paris.

Marielle de Sarnez affirme pour sa part que son assistante a fourni un travail assidu dans sa mission et que sa situation a été vérifiée par Bruxelles. Reste que sur les questions de probité, le contexte politique est particulièrement sensible dans l'Hexagone, alors que le gouvernement prépare sa première loi du quinquennat sur la moralisation de la vie publique.

 

Assistants parlementaires: le FN va signaler une trentaine d'eurodéputés à la justice

 

Selon cette même source, le FN espère ainsi déclencher des "enquêtes préliminaires", des "perquisitions" et des "convocations d'élus" sur la base des articles 40 du code de procédure pénale et 2 de l'annexe XI du règlement du parlement

 

 

 

 Le mot de la fin:

 

Je suis tellement..écoeuré de la politique et de tous nos hommes politiques,

comme femmes aussi que je ne vais mettre plus que deux ''posts'' et/ou articles

sur le sujet..stop..trop c'est trop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Janus157 à 23:36 - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 mai 2017

Macron..Merkel..et l'Europe..

207909-f424390b1b709325aeebb85226c658e7

 

Macron..Merkel..et l'Europe..

A peine élu et nommé légitimement par vote, notre jeune président prend son premier envol pour aller rencontrer Mme. Angela Merkel.

En visite à Berlin, Emmanuel Macron appelle à une "refondation historique" de l'Europe

"Le sujet des changements de traité fut un tabou français, en l'espèce il n'y en aura pas avec moi."

000_OF5UD

 

Photo ci-dessus de Mr. Emmanuel Macron, président de la France, peu après son arrivée à Berlin, et à côté de Mme. Angela Merkel, chancelière Allemande.

 

POLITIQUE - Emmanuel Macron a rencontré lundi 15 mai à Berlin où, en dépit de quelques divergences sur des questions comme la réforme des traités européens, il a souhaité réaffirmer le rôle moteur du couple franco-allemand dans une Europe en crise qu'il voudrait "refonder".

Au lendemain de son investiture et sitôt son Premier ministre, Edouard Philippe, nommé, le nouveau président s'est donc envolé pour la capitale allemande choisie pour son premier déplacement présidentiel à l'étranger, comme Nicolas Sarkozy ou François Hollande avant lui.

 

Après l'accueil en grande pompe à la chancellerie, Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont retrouvés pour un entretien avant de tenir une conférence de presse et de partager un dîner.

La chancelière et le président français se sont dits ouverts lundi si nécessaire à l'idée d'un changement des traités pour réformer l'Europe en crise face à la montée des populismes. "Du point de vue allemand, il est possible de changer les traités si cela fait sens", a déclaré à la presse Angela Merkel, tandis que le chef de l'Etat français a souligné, à ses côtés, qu'il n'aurait "pas de tabou" à l'égard de cette idée.

"Le sujet des changements de traité fut un tabou français, en l'espèce il n'y en aura pas avec moi", a-t-il dit.

Le-gouvernement-Macron-s-annonce-tres-europeen

 

Photo ci-dessus de Mr. Emmanuel Macron, président de la France, peu après son arrivée à Berlin, et à côté de Mme. Angela Merkel, chancelière Allemande.

Sur la photo, on apperçoit Mme. Angela Merkel, la chancelière, inviter et désigner l'estrade au jeune président Français Mr. Emmanuel Macron.. (ist dieser teppisch nicht schön ? ist dieser sockel nicht schön ?..ce tapis n'est-il pas beau ? cette estrade n'est-elle pas belle?..)

Emmanuel Macron appelle à une "refondation historique"

Ce dernier appelle de ses voeux à terme un tel changement de traité depuis longtemps, en particulier pour réformer le fonctionnement de la zone euro. Mais Berlin s'est montré jusqu'ici très réservé. Le souvenir du rejet en France du projet de Constitution européenne en 2005 a laissé de mauvais souvenir et la perspective de devoir fait valider un nouveau changement de traité par ratification dans tous les pays européens suscite des réticences.

Les propos de la chancelière, tout en restant prudents, constituent un geste et une marque d'ouverture à l'égard du nouveau président français. Emmanuel Macron a appelé à une "refondation historique" de l'Europe face à la montée des populismes et au risque "de délitement".

La réaction face à ces phénomènes ne peut se faire que "dans une refondation historique" de l'Europe, passant notamment par des réformes en France mais aussi par un "travail de conviction" d'Angela Merkel à l'égard de son opinion, a dit Emmanuel Macron. Il lui lançait ainsi un appel du pied à l'aider dans son projet face à une opinion allemande, qui se méfie des projets européens du nouveau chef d'Etat en redoutant que cela ne conduise l'Allemagne à devoir payer davantage.

B608598C-2024-4E3D-A696-65ABA1811359_w1023_r1_s

Opposé à l'idée d'une mutualisation des dettes

Dans le même temps, le président s'est efforcé de rassurer son hôte allemande en assurant qu'il était opposé à l'idée d'une mutualisation des dettes du passé des pays de la zone euro. Un chiffon rouge en Allemagne.

"Je ne suis pas un promoteur de la mutualisation des dettes du passé" dans la zone euro, a dit Emmanuel Macron, car "cela conduit à une politique de déresponsabilisation". Il a revanche appelé à ouvrir le débat concernant des projets d'investissement d'avenir.

"Ce que je crois, c'est que nous avons des investissements nouveaux à prendre et donc à réfléchir à des mécanismes d'investissements nouveaux pour le futur et à travailler à une plus grande intégration pour le futur", a souligné le président français. "Ce dont la zone euro a besoin, c'est d'une politique volontariste en termes publics et privés et donc de réfléchir aux moyens d'injecter de l'argent neuf", a-t-il dit.

Des débuts "magiques" entre les deux chefs d'États... mais "la magie ne pourra durer que s'il y a des résultats", a prévenu Angela Merkel tout en citant Herman Hesse.

 

Pour Mme. Angela Merkel, cette visite, de prise de contact et de courtoisie, n'en est pas moins une occasion de plus, ni plus ni moins, de faire de la ''com'', en même temps, auprès de son électorat et de l'ensemble de la population Allemande, en vue des prochaines élections et de sa propre candidature, pour un..quatrième mandat de chancelière (Bundeskanzler..)..

 

Mais, cette entrevue, un peu trop ''glamour'', malgré quelques sujets évoqués, en parlant de l'Europe, ne va pas effacer pour autant les réelles divergences qui existent entre les deux pays, et surtout, concernant la dette publique abyssale de la France, et où, le ministre de l'économie Allemand, Mr.Schaüble, voit d'un très mauvais oeil que l'Allemagne continue à payer pour la France et les Français..

Voilà le vrai problème et dilemne..

Posté par Janus157 à 19:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mai 2017

L’Europe ! pour quelle Europe ?..

04-banniere-traite-de-rome-680-385

 

L’Europe ! pour quelle Europe ?..

 

c_t-l5vwsaaifij

Dans cinq ans, Macron ou pas Macron, l’Europe va exploser et sinon imploser..

000_OF5UD

 

Dans cinq ans, la zone Euro va exploser et sinon imploser..l4euro avec..

 

Ce n'est pas l'Europe de Bruxelles, ni Mr. Juncker, ni Mme. Merkel, ni chaque pays à l'intérieur de l'Europe et de la zone Euro qui décident sur le plan économique et monétaire, mais bien une oligarchie..

Pg-12-eurozoe92e-1fd5f

Dernières nouvelles, en parlant de l’Europe..

 

 

mardi 9 mai 2017

Actualités européennes (5)

115842702

Photo ci-dessus de Mr. Junker et Mr. Juha Sipila, premier ministre Finlandais.

La Finlande a adressé à la Commission son nouveau programme national de réforme (PNR), tel un élève à son maître..

Le 28 avril 2017, le gouvernement finlandais a publié un communiqué de presse qui a attiré mon attention. [1]

Ce communiqué présente le nouveau programme national de réforme (PNR) de la Finlande pour la période allant de mai 2016 au printemps 2017. Dans celui-ci, on y apprend que le gouvernement d’Helsinki s'est efforcé d'appliquer l’intégralité des recommandations du Conseil, comme cela lui avait été demandé au moi de mai 2016, dans la mise en œuvre des mesures visant :

Au démantèlement du système de santé et des services sociaux ;

  • À la diminution rampante des compétences de l'État et du secteur public au profit du secteur privé, dans des domaines importants comme la Santé ;
  • À la baisse de la durée des prestations chômages et la précarisation des chômeurs à venir ;
  • À l'allongement de la durée de travail dans certains secteurs ;
  • À la dégradation des conditions de travail au niveau des entreprises, notamment en cas de difficultés économiques ;
  • Au transfert des pouvoirs entre l’état central et un nouvel échelon régional (projet de loi de nouvelles régions).
  • À l'ouverture à la concurrence des secteurs jusque là protégés, telles que : la distribution, le transport.

Il est intéressant de noter que les recommandations adressées à la Finlande [2] — en vertu de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) [3] — et les réformes qui en découlent, sont assez proches de celles pour la France.

 

Pas seulement la Finlande..

 

Dans ce cadre évoqué ci-dessus, la France, comme la Finlande, mais aussi d’autres pays membres, tel, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce, etc..se trouvent dans un même cadre et contexte voulu et imposé par l’Europe, mais aussi l’Europe de Bruxelles, dont le duo infernal que représentent Mr. Juncker et Madame Angela Merkel..

 

A suivre..

 

Je propose ci-après une traduction en français de ce communiqué, qui confirme, pour la énième fois, la justesse des analyses de François Asselineau.

Frédéric Hatier 08 mai 2017

https://www.facebook.com/uprlimousin/

hqdefault (2)

La bannière étoilée de l’Europe a son apogée ou..déclin ?..

 

uea28getty583739308_web2

 

 

L’Euro et la zone Euro en danger ?..

 

hqdefault-1-300x225

 

 

Les différences entre les différents pays membres de l’Europe et..divisions..

 

écarts-puissance-UE

Photo ci-dessus d’une carte de l’Europe montrant bien ces différences.

( c'est d'ailleurs toujours en l'état..tel..)

 

Les principaux traités Européens..petit récapitulatif :

Les+principaux+traités+européens

 

L’élargissement de l’Europe, voulue ou non, une fausse bonne idée ?..

 

En passant de 6 Etats membres à 28, l'Union européenne est devenue aujourd'hui une grande puissance, avec plus de 500 millions d'habitants et un PIB * représentant en 2012 près d'un quart du PIB mondial (et supérieur à celui des Etats-Unis). 

carte-elargissement-6-28

 

 

Cette carte européenne présente les différentes vagues d'élargissement : 1957, 1973, 1981, 1986, 1995, 2004, 2007 et 2013.

 

La construction européenne est née de la volonté d'hommes politiques visionnaires - Jean MonnetRobert SchumanKonrad Adenauer, Alcide de Gasperi, pour ne citer qu'eux - dont l'ambition était de préserver la paix en Europe et d'en assurer la prospérité économique.

La construction d'un avenir commun à tous les pays européens s'est réalisée en plusieurs étapes, du lendemain de la Seconde guerre mondiale à nos jours.

De six partenaires, l'Europe est passée à neuf, à dix, à douze puis à quinze dans un premier temps. Ainsi, en 1995, l'Union européenne se composait de : la France, l'Allemagne, l'Italie, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l' Irlande, le Danemark, la Grèce, l' Espagne, le Portugal, la Suède, la Finlande et l' Autriche. Ces Etats sont traditionnellement considérés comme étant les anciens Etats membres de l'Union européenne.

A partir de 200410 nouveaux pays sont entrés dans l'UE (la Pologne, la République Tchèque, la Hongrie, la Slovaquie, la Slovénie, la Lettonie, la Lituanie, l'Estonie, Malte et Chypre), rejoints en 2007 par la Roumanie et la Bulgarie, puis en 2013 par la Croatie.

Aujourd'hui, l'Union européenne se compose de 28 Etats membres. A la suite du référendum du 23 juin 2016 en faveur du Brexit, le Royaume-Uni a prévu de quitter l'Union européenne.

 

L’adhésion de la Croatie

page_9

 

Voir lien ci-dessous :

http://www.touteleurope.eu/actualite/carte-de-l-union-europeenne-et-de-ses-elargissements-successifs-de-6-a-28-etats-membres.html

 

 

Les différentes étapes de l’élargissement de l’Union Européenne

 

Union_europeenne

 

Voir lien ci-dessous:

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/03/10/m-juncker-relance-l-idee-d-une-armee-europeenne_4590561_3214.html

 

Le cadre particulier de l’OTAN, pour la défense, et son élargissement, aussi, vers l’Est, et surtout aux frontières de la Russie..

L-Europe-de-la-Defense-en-2010_large_carte

Photo ci-dessus d’une carte montrant bien cette évolution, entre pays membres fondateurs et pays intégrés.

 

L’Europe stratégique, un bien ou un mal ?

 

carte-l_europe-strategique-bezamat-mantes-diploweb-com

Photo ci-dessus d’une carte montrant (vue globale..) de ce plan défensif stratégique..face à la..Russie..

 

Les élargissements successifs dans l’Union Européenne de1957 à 2005-2007

dyn006_original_695_563_jpeg__0f6470a7c3f9670ecd5b56be16941cc6

 

Evolution de l’élargissement de l’Union Européenne avec les différentes étapes d’intégration des différents territoires

ob_a196ae_diapositive30

 

L’OTAN et son élargissement vers l’Est de 1957 à 2013

 Charlotte_Bezamat-Mantes_Les_elargissements_de_l_otan_donnent_le_rythme_de_ceux_de_l_UE_v3

 

Les 19 Etats membres de la zone Euro

 

carte_1_730_472

 

L’élargissement de l’Europe de 1957 à 1995 et au-delà, le début d’un ’’Patchwork’’ indescriptible..

 

dda_6_carte_euro

 

Les-etapes-de-la-construction-europeenne-1957-2007_large_carte

dcefd438191a7e657523ffb4030b3b3b

Le traité de Rome et la base de la C.E.E. en 1957

 

lunion-europenne-construction-et-fonctionnement-institutionnel-9-728

europe-2

 

traite_de_rome-376e5

Photo ci-dessus d’une pièce de monnaie frappée à l’occasion du traité de Rome.

 

Le traité de Rome..explications

 

Six+pays+(Fr,+All,+Italie,+Luxem,+Bel,+Pays-Bas)

dcefd438191a7e657523ffb4030b3b3b

 

Six ans plus tard, en 1957, les six membres de la Ceca signent un traité à Rome, qui forme une union douanière, la Communauté économique européenne, ...

le 25 mars 1957 : signature du Traité de Rome

 

La construction Européenne, un travail de longue haleine.

La+Construction+européenne

 

L’Europe du début, premiers vrais débuts, voulue par Jean Monnet, Robert Schuman et Konrad Adenauer.

 

2131712

 

La construction européenne est née de la volonté d'hommes politiques visionnaires - Jean Monnet, Robert Schuman, Konrad Adenauer, Alcide de Gasperi, pour ne citer qu'eux - dont l'ambition était de préserver la paix en Europe et d'en assurer la prospérité économique.

 

Europe-pere

Photo ci-dessus des pères fondateurs de l’Europe.

 

Peu après la seconde guerre mondiale, il y a eu de nombreux efforts de réconciliation entrepris entre l’Allemagne et la France, avec cette main tendue entre Charles De Gaulle et Konrad Adenauer.

A la suite de cela, il y a eu ce désir et cette volonté de la construction et création d ’ « une union commune », base de la démocratie et base de l’union Européenne.

 

313

Les Américains, après s’être servis des Allemands contre les Russes, se servirent à nouveau des Allemands, pour l’Europe et leur plan d’invasion dans le cadre de l’OTAN ..

 

250px-Le_bloc_de_l'est_après_1945

Photo ci-dessus d’une carte représentant le monde contemporain de 1945-1965.

rideau_de_fer

Photo ci-dessus dessin – schéma du rideau de fer.

 

IMG_0001

Photo ci-dessus du rideau de fer entre les deux Allemagnes, R.F.A. et R.D.A.

2163832_orig

Photo ci-dessus d’une partie du rideau de fer avec un mirador et le système d’enceinte et de séparation.

 

Peu après différentes tensions, entre les Etats-Unis et la Russie est intervenu le blocus de Berlin, puis la mise en place du rideau de fer et par la suite du fameux mur de Berlin.

 

carte (1)

Photo ci-dessus carte simplifiée pour montrer le tracé du mur autour de Berlin, entre Berlin ouest et Berlin est.

Photo-Berliner_Mauer_1987-Glienickebrücke-Potsdam

Photo ci-dessus du pont appelé ’’Glienickebrücke’’, pour aller vers Potsdam et pont des échanges (pour les espions..).

 Photo-drapeau-sovietique-barrage-antichar-installation-frontiere-checkpoint-charlie

Photo ci-dessus du mur, vu du côté du point de passage pour les alliés vers Berlin est et appelé ’’Check Point Charly’’.

Photo-schema_mur-de-berlin

Photo ci-dessus, cartes simplifiées explicatives et schéma du mur.

Photo-Grenzanlagen_Berlin-Lichtenrade

Photo ci-dessus d’une partie du mur avec les installations et explicatifs en allemand.

 historisch2-5

Photo ci-dessus d’une jeep est-allemande de garde frontière, appelée ‘’Grenz-Traban’’, pour effectuer les patrouilles sur la piste ou chemin de ronde.

Photo-mirador-mur-Stresemanstrasse

Photo du mur dans Berlin, vu de la partie ouest, avec les chevaux de frise anti-chars, le mirador et un abri au sol, juste à côté.

csm_O_3

Photo ci-dessus de deux mères de familles, l’une côté est, l’autre côté ouest( cette photo n’est pas un montage, je précise..).

 

 

Cette fois, une grande partie de l’Europe, dont l’Allemagne, était vraiment divisée, avec l’Allemagne de l’est (ex R.D.A. ..), d’un côté, et l’Allemagne de l’ouest (R.F.A. ..) de l’autre..

 

carte05

Photo ci-dessus d’une carte montrant bien cette séparations de l’Allemagne d’avant, et des deux Allemagnes, du contexte, avec la RDA.

carte_guerre_froide_europe1

Après la seconde guerre mondiale, et le traité de Yalta, il s’en est suivi un partage de l’Europe entre les Etats-Unis et la Russie, avec cette frontière et fameuse ligne Oder-Neisse.

 

 

Il s’en est suivi, le fameux ’’ Plan Marshall ’’ d’aide à la reconstruction et..reconstruction économique..

 

historisch2-8

 

La seconde guerre mondiale s’était achevée dans un bain de sang, de millions de morts, et d’une destruction massive d’un ensemble de bâtiments industriels, comme structures, mais aussi, sur le plan de l’habitation, d’immeubles et maisons, fermes et granges aussi..

 

Photo-berlin-22-avril-1945

Photo ci-dessus de combat dans les rues de Berlin à la fin de la seconde guerre mondiale.

Photo-berlin-22-avril-1945bis

Photo ci-dessus de combat dans les rues de Berlin à la fin de la seconde guerre mondiale.

 

images (33)

Photo ci-dessus du chancelier Allemand, monsieur Konrad Adenauer, en conversation avec le tout jeune président des Etats-Unis, Mr. John Fitzgerald Kennedy.

Le jeune Kennedy semble se moquer quelque peu du chancelier surnommé ’’Der Alte’’ (le vieux..).

Posté par Janus157 à 16:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]