Nicolas-Hulot-juillet-2017-lElysee-Paris_0_729_486

 

Photo ci-dessus - Nicolas Hulot en juillet 2017 à l’Elysée, Paris. / Nicolas Kovarik/IP3 PRESS/MAXPPP

DlrOFyjX0AYv9P4

Bye..bye..La politique..à moi la Liberté !

mqkusv-L

Hulot démissionne..Macron dans l’embarras..

hulot-1

Visiblement amer, le ministre de la Transition écologique évoque "la décision la plus difficile de [s]a vie".

arton15325-d9883

La démission de Nicolas Hulot : « Je ne veux plus me mentir »

« Je me suis surpris à des moments à abaisser mon seuil d’exigence », s’est justifié l’ex-ministre, qui n’a prévenu ni Emmanuel Macron ni Edouard Philippe.

france-nicolashulot-emmanuelmacron

« Parce que les lobbys sont là »

pieuvre

Cette oligarchie et fausse élite..

oligarchie20

004494i518

7083315_fba871a83b40c192337253f913861d7a3d537c0c_1000x625

353806_533_400

2153210_nexter-decroche-une-commande-de-blindes-legers-web-0301291079333

nexter-and-texelis-win-lightweight-vbmr-contract-l

Capture

1453840928

VARCES-0687447939-TGY 193

2970921-646299-jpg_2596107

1091557-la-ministre-de-la-culture-francoise-nyssen-a-paris-le-23-janvier-2018

Emmanuel Macron-5a25ef9190fd4

Selon Yannick Jadot

1a2808f3-1e14-44a1-ba8f-57e705e31206

Yannick Jadot : « Macron cajole les lobbys »

stephane-travert

Photo ci-dessus de Mr. Stéphane Travers, ministre de l’agriculture qui a mené un bras de fer face à Mr. Nicolas Hulot, au sujet, notamment du « Glyphosate ».

Cinq-questions-sur-le-glyphosate

Le « Glyphosate » mais pas seulement..

Derrière le problème du « glyphosate » se trouve, immédiatement concerné et aux aguets, la toute puissante « F.N.S.E.A. » de feu Mr. Xavier Beulin (qui était à la tête du groupe « Avril » et « Prohitéol »..), à présent Mme. Christiane Lambert, mais également..Monsanto et Bayer *, bref..L’Europe entière de Bruxelles et de tous les « lobbyistes »…

christiane-lambert-arrivait-au-ministere-de-l-ecologie-lorsqu-elle-a-appris-la-demission-de-nicolas-hulot

Photo ci-dessus de Mme. Christiane Lambert.

* Le groupe Monsanto  a été racheté par le groupe BAYER..

Les ONG l'ont poussé à bout, sur beaucoup de sujets et aussi sur ce sujet des produits phytosanitaires, en lui reprochant de ne pas aller assez vite (...). [Ces critiques] très violentes, très fortes, en direction de Nicolas Hulot (...) ont fini d'achever ses espoirs de changer les choses.

Nous avions réussi à nouer un dialogue sans concession, parce que nous n'étions pas d'accord sur tout, mais un dialogue constructif, comme l'illustre le rendez-vous impromptu que nous avons eu au Salon de l'agriculture.

Nous sommes pour une écologie pragmatique, c'est historique de changer de cette façon-là et de dire “oui, nous sommes au travail sur le sujet des produits phytosanitaires, mais une transition se fait sur un temps long'.

capture_d_e_cran_2018-08-28_a_09

Interrogé sur ses motivations, Nicolas Hulot a dit qu’il avait le sentiment que l’écologie n’était pas la priorité de ce gouvernement, alors que « ce sujet conditionne tous les autres ». Et d’ajouter :

« On s’évertue à entretenir un modèle économique cause de tous ces désordres climatiques. (…) Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d’autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent… la réponse, elle est non. »

Photo-Wambrechies-tornade_trombe_tuba_nord_10_16_aout_14_07

Photo ci-dessus d’une tornade avec trombe d’eau, photo prise à Wambrechies dans le nord de la France.

trombe_dieppe_21_août_14_01

Photo ci-dessus d’une tornade au-dessus de Dieppe.

Photo-Tornade-Bussy-le-Repos-Marne-est-Châlons-en-Champagne-le-29-avril-2018-

Photo ci-dessus d’une tornade, photo prise à Bussy-le-repos dans la Marne à l’est de Châlons-en-Champagne, le 29 avril 2018.

Photo-tornade-cellule-orageuse-large-de-Marseille

Photo ci-dessus d’une tornade suite à une cellule orageuse, photo prise au large de Marseille.

1525111307_image1

Photo ci-dessus d'une tornade, photo prise depuis l'accès au port de Marseille.

Photo-tornade-trombe-d'eau-Nice

Photo ci-dessus d’une tornade avec trombe d’eau au-dessus de Nice.

tornade_afp

Photo ci-dessus d’une tornade au-dessus de la Grande Motte.

Photo-trombe-marine-lau-arge-de-San-Remo

Photo ci-dessus d’une tornade avec trombe d’eau, photo prise à San Remo en Italie.

Photo-trombes-d'eau-Rimini

Photo ci-dessus de tornades avec trombe d’eau, photo prise à Rimini en Italie.

Oklahoma-Tornado-May-20-20131-500x579

Photo ci-dessus d'une tornade dans l'Oklahoma (Etats-Unis), pour comparaison.

x240-hJC

NICOLAS HULOT DÉMISSIONNE, EMMANUEL MACRON VIVEMENT ATTAQUÉ

Dlqq30GXoAA8RR1

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé ce matin sa démission au micro de France Inter.

"Je vais prendre la décision la plus difficile de toute ma vie. Je ne veux plus me mentir. Je prends la décision de quitter le gouvernement," a déclaré ce matin Nicolas Hulot contre toute attente lors de l'interview politique de Léa Salamé sur France Inter ce mardi 28 août.

"Est-ce que nous avons commencé à baisser l'utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer la chute de la biodiversité ? La réponse est non" ; après avoir cité plusieurs de ses regrets, le désormais ex-ministre a annoncé ne pas vouloir "donner l'illusion que [sa] présence au gouvernement signifie que l'on est à la hauteur sur ces sujets-là."

Nicolas Hulot : "Je prends la décision de quitter le gouvernement"

Dlqt6ybWwAABCBu

Emmanuel Macron et Edouard Philippe n'auraient pas été mis au courant avant l'interview. "Si je les avais prévenus, ils m'en auraient peut-être dissuadé ", a déclaré Nicolas Hulot. Marlène Schiappa n'était pas au courant non plus, si l'on en juge par sa réaction ce matin sur le plateau de Radio Classique. "C'est une plaisanterie ? " a-t-elle demandé avant de laisser place à un très long silence.

661-magic-article-actu-3da-d8c-4e79607f4e3dcf928f3b71ddcf-demission-de-nicolas-hulot-marlene-schiappa-apprend-la-nouvelle-en-direct-3dad8c4e79607f4e3dcf928f3b71ddcf

Une décision difficile à prendre, mais choisie..

960x614_nicolas-hulot-demissionne-poste-ministre-transition-ecologique-solidaire-mardi-28-aout

Nicolas Hulot : "Je ne regrette pas d'avoir accepté mais je n'avais peut-être pas les épaules pour être ministre..’’

Un ministre mal à l’aise, dans son rôle de ministre  de la transition et de l’écologie solidaire, avec, sans doute un profond mal être intérieur..

Nicolas Hulot a même été critiqué et..attaqué par Brigitte Bardot, un comble !

13056699lpw-13057129-article-00542319000007-jpg_4948311

5b6ff046488c7bd7648b4569

Dlqq30GXoAA8RR1

Invité de RMC et BFMTV, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a indiqué qu'il "regrette" le départ du ministre et rend "hommage" à son travail. "Est-ce qu'on fait une révolution écologique en une année ? Non. C'est le sort des ministres de ne pas gagner tous les arbitrages" a-t-il commenté à propos des regrets de l'ex-ministre.

XVMf9688604-aaab-11e8-bc61-2e9f952ed857

Macron en déplacement au Danemark et à Copenhague..pris de court..

16692322lpw-16692845-article-jpg_5519647

880x495_cmsv2_5a5abb86-2ac3-5a3e-96f5-d7a4b56646f6-3291108

Après l’affaire « Benalla », cette démission tombe au plus mal !

289663

000_17h1zu-3772441

Le gouvernement de Macron au cœur des attaques

http---o

Les réactions de politiques de tous bords ne se sont pas faites attendre.

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a déclaré sur RTL : "Je peux comprendre  que Nicolas Hulot se sente trahi par Emmanuel Macron, comme pas mal de Français par des promesses fortes qui avaient été faites, et le sentiment à l’arrivée que ce n’est pas très tenu", a-t-il réagi sur RTL.

156-rrb61-demission-de-hulot-c-est-le-reflet-d-une-rentree-difficile-pour-macron-reagit-wauquiez-x240-H-O

Interrogé par France Culture, Nicolas Sarkozy a estimé qu'il y avait "tellement plus important. La question de l’immigration est centrale, la question du montant des impôts qu’on paye ou pas est centrale."

15671511

A gauche, les réactions tombent également : "La démission de Nicolas Hulot fonctionne comme un vote de censure contre Macron. Il confirme le diagnostic de mon discours de samedi. La macronie commence sa décomposition." a déclaré Jean-Luc Mélenchon, le chef des Insoumis.

images (40)

Benoît Hamon s'est également exprimé sur Twitter, estimant que cette démission est "un appel au réveil des consciences global pour engager la transformation de notre modèle de développement."

Demission-de-Nicolas-Hulot-une-decision-courageuse-estime-Benoit-Hamon

Ségolène Royal a affirmé "respecter le choix" de Nicolas Hulot et rappeller que "la France doit garder le leadership climatique et être au combat avec les forces vives de la planète qui espèrent".

d16fab82e91c6bc3d40617bbcc9c21df

Une décision douloureuse

000_18N6O2

Nicolas Hulot a parlé d’une décision « douloureuse », demandant à ce « que personne n’en tire profit parce que la responsabilité, elle est collégiale, elle est collective, elle est sociétale. J’espère que cette décision, qui est lourde, qui me bouleverse, ne profitera pas à des joutes ou des récupérations politiciennes. »

« J’ai une immense amitié pour ce gouvernement auprès duquel je m’excuse de faire une mauvaise manière. Mais sur un enjeu aussi important, je me surprends tous les jours à me résigner, tous les jours à m’accommoder des petits pas. Alors que la situation universelle au moment où la planète devient une étuve mérite qu’on se retrouve et que l’on change de paradigme. »

Le désormais ex-ministre a ensuite évoqué le « véritable dilemme » auquel il a été confronté : « Entre soit m’accommoder des petits pas, en sachant que si je m’en vais je crains que ce soit pire. Ou, soit rester en craignant que par ma présence, nous nous mettions en France ou en Europe, dans une situation d’être à la hauteur sur le pire défi que l’humanité ait jamais rencontré. » Autrement dit, M. Hulot craignait que sa présence au gouvernement laisse croire que la France serait à la hauteur des enjeux écologiques. « Je décide de prendre cette décision qui est une décision d’honnêteté et de responsabilité », a-t-il conclu.

« Je souhaite que personne ne récupère et ne fustige le gouvernement parce qu’à l’observation, c’est l’ensemble de la société — et je peux m’y mettre également — qui portons nos contradictions, a-t-il insisté. Peut-être n’ai-je pas su convaincre, peut-être je n’ai pas les codes. Mais je sais très bien que si je repars pour un an, cela ne changera pas l’issue. »

Une décision que M. Hulot aurait prise hier soir [lundi 27 août], mais « mûrie cet été » :« J’espérais justement qu’à la rentrée, fort des longues discussions que j’ai eu avec le Premier ministre, le Président, il y aurait un affichage clair. Sur le fait que c’est l’ensemble du gouvernement. L’Industrie, l’Économie, le Budget, le Transport c’est déjà le cas, l’Agriculture, et bien d’autres, qui allaient être avec moi à mes côtés pour porter, incarner, inventer, cette société écologique. Je sais que seul je n’y arriverai pas. J’ai un peu d’influence, je n’ai pas de pouvoir. Je n’ai pas les moyens. »

Le déclic a été la réunion de ce lundi 27 août entre Emmanuel Macron et les chasseurs : « Cela va paraître anecdotique, mais pour moi c’était symptomatique et c’est probablement un élément qui a achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner. On avait une réunion sur la chasse avec une réforme qui peut être importante pour les chasseurs mais surtout la biodiversité. Mais j’ai découvert la présence d’un lobbyiste [Thierry Coste] qui n’était pas invité à cette réunion. C’est symptomatique de la présence des lobbys dans les cercles du pouvoir. Il faut à un moment poser ce problème sur la table. »

Au delà de ce « détail », Nicolas Hulot reconnaît une « accumulation de déceptions » : « Mais c’est surtout que je n’y crois plus. Pas en l’état, pas en ce mode de fonctionnement, pas tant que l’opposition ne sera pas capable de se hisser au dessus des querelles habituelles pour se retrouver sur un enjeu supérieur. »

36142-fashion-week-chanel-abat-arbres-defile-parisien

Presque un peu comme un arbre abattu.

« À la sortie de l’été où la Californie brûle, où la Grèce brûle, où après nous-même une année terrible, à Saint-Martin, mais y compris en métropole », Nicolas Hulot pensait que la prise de conscience de l’urgence d’agir aurait avancé. Mais, poursuit-il, « petit à petit, on s’accommode de la gravité et on se fait complice de la tragédie qui est en cours de gestation. Je n’ai pas forcément de solutions. J’ai obtenu un certain nombre d’avancées. Mais quand on n’a plus la foi… »

Quant aux raisons profondes qui l’ont motivé, il a précisé : « Ce n’est pas l’énergie qui me manque. Mais je n’ai pas réussi à créer par exemple une complicité de vision avec le ministre de l’Agriculture alors que nous avons une opportunité absolument exceptionnelle de transformer le modèle agricole. On se fixe des objectifs mais on n’en n’a pas les moyens parce qu’avec les contraintes budgétaires on sait très bien à l’avance que les objectifs qu’on se fixe on ne pourra pas les réaliser. »

M. Hulot explique n’avoir prévenu ni Emmanuel Macron ni Édouard Philippe de sa décision : « Si je les avait prévenus avant, ils m’en auraient peut-être une fois encore dissuadé. Mais c’est une décision entre moi et moi. Je ne veux pas me mentir. Je ne veux pas me donner ce sentiment encore une fois que si je repars, c’est parce que j’y crois. »

Et, malgré sa « profonde admiration » pour le Président et le Premier ministre, l’ex-ministre reconnait que « sur les sujets que je porte, on n’a pas la même grille de lecture. On n’a pas compris que c’est le modèle dominant qui est la cause. Est-ce qu’on le remet en cause ? »

jean-ziegler

Si Nicolas Hulot s’est effectivement prononcé contre les traités de libre-échange, il ne pouvait pas non plus ignorer la position libérale d’ Emmanuel Macron, comme l’a rappelé la journaliste Léa Salamé sur France Inter« Mais on peut évoluer, s’apporter les uns les autres. Je ne critique personne. J’espère que mon départ provoquera une profonde introspection de notre société sur la réalité du monde. »

Il a notamment évoqué les migrants, qui quittent leur pays « aussi pour des questions climatiques », a-t-il souligné. « L’Europe ne gagnera que si l’Afrique gagne. Où est passée la taxe sur les transactions financières ? » S’est-il interrogé.

« Mais je ne suis pas là pour faire la liste, » s’est-il repris. « Je dis simplement que la société, que vous-même les journalistes, nous devons remettre les priorités dans le bon ordre. Ce sujet conditionne tous les autres, je le dis en boucle », a-t-il assené.

images (37)

Il a ensuite enchaîné sur le nucléaire« cette folie inutile économiquement, techniquement, dans lequel on s’entête. » Encore un sujet sur lequel il estime ne pas avoir réussi à « convaincre »« Je pense que ce que les gens attendent d’un ministre c’est que s’il n’est pas à la hauteur, s’il n’est pas assez fin, il doit en tirer les leçons. Je les tire ce matin », a-t-il ajouté.

757

Léa Salamé et Nicolas Demorand, les journalistes de France Inter, l’ont également fait réagir à la réponse de Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, qui était interrogé en parallèle sur BFM et déclarait que c’était « le lot d’un ministre de ne pas gagner tous ses arbitrages. »

a6b0a6ef-a64f-4e6b-b7d1-e0663d5a4da0

« Vous croyez que la situation climatique s’accommode des petits pas ? » A répondu Nicolas Hulot.« Cela fait 40 ans qu’on s’en accommode et la situation est en train de nous échapper. »

Au cours de l’entretien, qui a duré plus de 45 minutes sur France Inter, Nicolas Hulot est revenu sur son bilan, sur la difficulté de mettre à l’agenda politique l’urgence écologique, sur son souhait de se mettre à distance de la scène politique à présent. Voici quelques unes de ces déclarations :

  • « Oui, ces douze derniers mois ont été une souffrance. Sauf à basculer, à devenir cynique, avoir une forme d’indifférence sur les échecs. Je me suis surpris par lassitude à certains moments à baisser les bras, à baisser mon seuil d’exigence. Je me suis dit, c’est le moment d’arrêter. »
  • Malgré des discussions « franches et amicales » avec Emmanuel Macron et Édouard Philippe,« la situation n’était pas claire et je ne voulais pas repartir dans le flou. J’ai une telle conscience aiguë de la gravité de la situation ; quand j’ai regardé ce qui s’est passé cet été, on a perdu la main, on a basculé dans les conséquences du changement climatique. (…) Sur tous les sujets que je porte, pas un député, pas un sénateur pour me défendre. J’avance tout seul. Je ne veux pas donner l’illusion d’être à la hauteur. »
  • Pour le moment, « la politique, c’est terminé. Je ne veux pas nuire plus au gouvernement. Je chercherai à influer pour l’écologie mais je vais m’astreindre à prendre des distances et observer un certain silence. »

Pour conclure, l’ex-ministre de la Transition écologique et solidaire est revenu sur cette décision« cruelle mais responsable » :

C’est la décision la plus intime, la plus difficile, la plus cruelle mais la plus responsable que je devais prendre. Ou alors ça voulait dire que tout ce que je dis depuis des années sur la gravité de la situation, je n’y crois pas. Mon acte n’est pas un acte de résignation mais de mobilisation, et j’espère qu’il va entraîner un sursaut.

Nicolas_Hulot-1-600x360

Démission de Hulot : Macron souhaite « pouvoir compter sur son engagement libre et convaincu »

7867482_4987a332-aae7-11e8-bb04-57fe3659c71a-1_1000x625

« Je souhaite pouvoir toujours compter sur son engagement d’homme libre et convaincu. Ce que nous avons à bâtir, c’est une société du XXIe siècle pour vivre avec une alimentation saine dans un environnement sain. C’est un combat qui ne se fait pas du jour au lendemain. Il implique de se confronter au réel. Il vaut mieux que les petites phrases. »

15671287

Thierry Coste à l’origine du départ de Nicolas Hulot ?

thierry-coste-demission-hulot-francesoir_field_mise_en_avant_principale_1_0

On a évoqué le fait de l’opposition de Mr. Nicolas Hulot face à Mr. Thierry Coste, lors de la réunion, la veille, des représentants du monde de la chasse en réunion avec le gouvernement, sans raison.

En fait, Mr. Nicolas Hulot a tout simplement profité de cette occasion d’une nième discorde pour décider de démissionner du gouvernement, sans plus..

 

Démission de Nicolas Hulot : « Il ne prenait aucun plaisir dans ses fonctions ministérielles »

direct-demission-de-nicolas-hulot-edouard-philippe-fera-des-propositions-dans-les-jours-qui-viennent

Nicolas Hulot, à l'hôtel Matignon, le 13 décembre 2017. | CHARLES PLATIAU / REUTERS

Faute d’avancées environnementales suffisantes à ses yeux, l’imprévisible Nicolas Hulot quitte son poste de ministre de la Transition écologique après un peu plus d’un an. Une annonce surprise, faite ce mardi 28 août, au détour d’une interview dans la matinale de France Inter. Son départ soudain porte un coup à l’exécutif, désormais en chasse d’un remplaçant.

 

Remplacer Hulot au gouvernement, "un casting impossible"

 

156-rrnr3-politique-nicolas-hulot-demissionne-du-gouvernement-x240-tqU

Un remaniement aura lieu dans les prochains jours, après le départ du ministre de la Transition écologique. Mais remplacer Nicolas Hulot s'annonce compliqué pour l'exécutif

Des noms se prononcent, ci et là, en vue de ce remplacement..

b2d6d38a2a8d04e1b054a284b7ff9

Corinne Lepage a non seulement voté pour M. Macron, mais elle a fait aussi campagne pour lui. Aujourd’hui, après la démission de Nicolas Hulot, elle a dit, sur Franceinfo, regretter son engagement auprès d’ Emmanuel Macron, justifiant (et regrettant) la démission du ministre de la transition écologique et solidaire. Il semble donc peu probable de la voir rallier le gouvernement d’ Edouard Philippe.

 

Comment expliquer la complaisance de M. Macron pour les chasseurs quand on voit le peu de poids réel que ceux-ci ont dans la société actuelle ?

img605

La France compte 1,2 million de chasseurs, ce qui n’est pas rien, même si leur nombre a chuté de moitié en quarante ans. En outre, ils incarnent la “ruralité” et Emmanuel Macron a à cœur de montrer qu’il n’est pas seulement “le président des villes” ou “le président des riches” comme on le lui a reproché.

Cela étant, le vote des chasseurs est complexe et fluctuant, et il n’est pas certain que diviser par deux le prix du permis de chasse, comme prévoit de le faire M. Macron, suffise à rallier leurs voix, par exemple pour les élections européennes.

 

Votes, voix, électoralisme..

forc3aat-e28093-a

Mr. Macron est également un opportuniste, dans ses choix et calculs..

Il « courtise » uniquement les chasseurs dans le sens d’un vote en sa faveur et de LREM aux prochaines élections Européennes..

Les chasseurs représentent, à eux seuls..10% de possibilité de voix en vote, un pourcentage non négligeable dans une balance « fluctuante »…

wh68aiy9

C’était en..2017..rappelez-vous

nicolas-hulot-demissionne-du-gouvernement-20180828-1554-b07848-0@1x

961912-news-conference-de-presse-de-en-marche-paris-26102016

Photo ci-dessus, les deux complices de la première heure..

640_maxnewsworldfour141963

richard-ferrand-ici-au-cote-d-emmanuel-macron-le-mois_3305588_438x330p

La bataille engagée du Yuan face au dollar..

ob_56326b_yuan-gold

delocalisations

citationdecoluche

108061507

Ce que je pense de ce sordide gâchis qui n’en est pas un..

img_1223

La France "écologique" est à son plus bas niveau, et pas que dans les sondages.

Je n'ai rien contre Mr. Nicolas Hulot, mis à part qu'il est lui-même un « grand lobbyiste ». Pour quelqu'un comme lui, à la tête d'un grand groupe comme "Ushuaïa", et avec des retombées, non négligeables, et pas que pour tous ces produits dérivés et autres (dont shampoing..), c'est un comble que d'évoquer les lobbyistes à l'intérieur de ce même gouvernement !!!

82551f3_11145-1980tgb

Après avoir été "contre" le site de Bure, et également "contre", ce projet, non utile et ni nécessaire, de N.D.D.L. , il a juste réussi, façon de parler, à faire abandonner ce projet coûteux et..polluant..

Pour ce qui est du "glyphosate", dont on connait les méfaits, et risques encourus pour les personnes exposées comme pour celles qui traitent eux-même, c'est une honte !

images (14)

Et l'on nous dit, à grands renforts de publicité en boucle à la télé qu'il faille manger 5 fruits et 5 légumes par jour ? où vas-t'on ?

Le problème du "Glyphosate", c'est toute la chaîne alimentaire, notre alimentation, et donc la santé de tout le monde qui est en jeu ! Le glyphosate, pour ce faux bras de fer, entre Mr. Travers et Mr. Hulot, concernait surtout les plantations et la culture des carottes (entre autre..), mais également la vigne, et donc le vin..

Sauf que, en Gironde, il existe toujours et encore et à présent 136 établissements scolaires directement exposés..que fait-on ?..Rien !

Il n'a pas réussi à faire "abandonner " complètement l'utilisation de ce produit hautement cancérigène, car, il s'est retrouvé face à Mr. Stéphane Travers (ministre de l'agriculture..), et autre lobbyiste, à l'intérieur du gouvernement, avec tous les intérêts financiers et retombées, dont par le biais de la puissante F.N.S.E.A. , mais également des deux grands groupes "Monsanto" et "Bayer", à présent.."Bayer"..seul (le groupe « BAYER » ayant racheté « MONSANTO »..), et les intérêts de cette grande Europe menée par Mr. Juncker et Mme. Merkel, et également corrompue...

Pour mémoire, il y a, et il existe 35 000 fonctionnaires "lobbyistes" au sein de l'Europe à Bruxelles, et 150 à 160, par pays, à l'intérieur de l'Europe (dont en France..) et qui eux seuls décident sur le plan de l'agriculture industrielle et mécanisée à outrance, idem dans le domaine de l'agro-alimentaire et de l'alimentation, lié étroitement avec les grandes surfaces, sans oublier en passant les médicaments (marché fort juteux..) et les grands groupes pharmaceutiques..un comble !!!

Je ne m'éterniserai pas d'avantage sur un sujet qui me tiens à coeur (moi qui vient et suis issu de la "vraie" ruralité et du "vrai" monde paysan d'avant, tellement je suis écoeuré, profondément dégoûté !

_kumme10

Oui, un autre modèle social est possible, comme une autre politique de l’environnement, tout comme d’autres comportements « citoyens », mais..pour quand ?

La question reste posée…

Photo-globe-de-cristal-la-terre-g

Je laisse à chacun et chacune la liberté de penser ce qu’il ou elle voudra là-dessus, mais, force est de constater que dans un tas de domaines tout est déjà bien trop tard pour pouvoir faire face et y remédier, pollution et réchauffement climatique compris…