Copie de wharf

 

 

Les rejets..La pollution…une histoire..

Le Wharf de la plage de la Salie sud, au nord de Biscarrosse-plage…

 

12471737

 

 

AU WHARF DE LA SALIE

 

Copie de carte

 

 

La Salie du Sud, son Wharf bleu
et l’océan Atlantique vue d’en haut.

 

 

wharf-la-salie-plage-gironde-02

 

Les plages de Gironde et leurs petits secrets. A la frontière des Landes, la plage de la Salie Sud est connue pour son Wharf bleu. Entendez par là un déversoir, qui rejette « depuis 35 ans des eaux susceptibles d’être polluées ». La baignade et la pêche y sont d’ailleurs interdites et pourtant ce jour là, au milieu de la Brume, ce sont des dizaines de pêcheurs que nous avons croisés tout au bout du Wharf. Une brume qui lui donnait un côté encore plus impressionnant. 400m de tuyaux dont nous distinguons à peine l’horizon.

 

wharf-la-salie-plage-gironde-03

 

Malgré la polémique qui entoure le Wharf de la Salie, c’est un endroit qui offre une vue exceptionnelle sur l’Océan. Vue d’en haut. Les vagues sont d’autant plus envoutantes et impressionnantes. Et ses immenses pilonnes plongés dans  l’Atlantique est quelque chose d’assez unique dans la région. Nous avons attendu que le ciel se dégage pour faire envoler notre drone et mettre en mouvement cet endroit si particulier de la Gironde. C’était d’ailleurs un peu compliqué de savoir si nous avions le droit de diffuser la vidéo mais la sous-préfecture du Bassin d’Arcachon a répondu par la positive. Le Wharf de la Salie interroge, mécontente et intrique toujours autant les locaux et les promeneurs d’un jour. A découvrir à une heure en voiture de Bordeaux.

wharf-la-salie-plage-gironde-04-1

 

Les Pavés Bordelais 

27 MARS 2017

 

Le wharf de la Salie

 

870x489_20161115_121218

Biscarrosse plage nord (et wharf de la Salie au fond)

dsc03817-r

 

Photo de la plage de La Salie Sud, avec la cabane des secours, et au fond, visible, le Wharf..

Avez vous déjà entendu parler du wharf de la Salie ? Peut-être pas sauf si vous vivez en pays de Born, donc à proximité du littoral nord des Landes.

Depuis plus de 35 ans, le déversoir du Wharf de la Salie rejette des eaux susceptibles d'être polluées directement en mer où la baignade et la pêche sont interdites et où des surfeurs de tous les âges domptent les vagues. Entre eaux usées concentrées sur un seul point de rejet et rejets industriels mal traités, les usagers locaux du littoral constatent régulièrement les effets de cette pollution sur les plages: eaux noirâtres, mousses marron; odeurs nauséabondes.

Depuis plusieurs années déjà, le comité de vigilance environnementale de Biscarrosse s'est saisi du dossier. Ce comité est l'addition de plusieurs associations et le maire de Biscarrosse, Alain Dudon, en est le président. Depuis 2 ans, Jean Marc Vigneaux a pris la tête de la coordination, à la suite de René Capo, bien connu pour avoir mené différents combats liés par exemple à quelques soucis de pollution. Bernard Tessier est donc sur place, à Biscarrosse Plage, avec Jean-Marc Vigneaux.

 

860_20161115_122816

Biscarrosse Plage Nord et le Wharf de la Salie

Copie de 187-west3

 

Un peu d’histoire..

Copie de 2commente

Depuis plus de 35 ans, le déversoir du Wharf de la Salie rejette des eaux susceptibles d'être polluées directement en mer où la baignade et la pêche sont interdites et où des surfeurs de tous les âges domptent les vagues. Entre eaux usées concentrées sur un seul point de rejet et rejets industriels mal traités, les usagers locaux du littoral constatent régulièrement les effets de cette pollution sur les plages: eaux noirâtres, mousses marron; odeurs nauséabondes.

2012-smurfit-kappa-manifaspx

À plusieurs reprises, Surfrider a attribué des Pavillons Noirs à la Plage de La Salie Sud pour protester contre les rejets du Wharf de la Salie. Situé à mi-chemin entre le Banc d’Arguin et Biscarrosse Plage, le wharf de La Salie déverse depuis 1974 en moyenne 70 000 m3 par jour d’effluents urbains et industriels. A l’origine les rejets du wharf étaient prévus à 4 500 m de la côte, ils ont lieu à seulement 400 m du rivage. Le panache émis par le wharf, à marée descendante, va jusqu’à Biscarrosse et se répand dans les passes du Bassin d’Arcachon, à hauteur du Banc d’Arguin, et au-delà à marée montante. L’association soutient le Comité de Vigilance de Biscarosse, dont le Gardien, qui préfère rester anonyme, est porte-parole, depuis sa création en 2001 aux côtés d’élus de Biscarosse et d’associations telles que l’ADREMA, le POULP et Bisca-Surf Biscarosse. Les actions menées par le Comité ont conduit à la création de 2 stations d'épuration en 2007. Mais tous les problèmes ne sont pas résolus pour autant. En effet, ces stations ne traitent pas les composés chimiques comme les détergents par exemple. Pour preuve les grande quantités de mousses marron observées très régulièrement sur les plages de Biscarrosse. De plus, en période estivale ces stations ne sont pas en capacité de traiter la totalité des effluents urbains. Surfrider soutient le comité dans sa mobilisation contre cette pollution en organisant de nombreuses manifestations et des journées conférence-débats annuelles pour informer et sensibiliser les usagers du littoral.

Copie de 552443_418647084848853_430627402_n

Surfrider a également participé à la rédaction d’un plaidoyer pour « un océan propre » et a rencontré les autorités compétentes pour exiger des normes plus strictes. Récemment, l’association a réaffirmé sa place en cosignant « l’appel de Biscarrosse » au sein d’un collectif et en le diffusant à tout son réseau de sympathisants par un nouvel appel à mobilisation. En effet, le 14 avril 2012, les membres du « Collectif aquitain contre les Rejets en Mer » ont appelé à la mobilisation des connaissances, à la diffusion des informations et à la promotion des actions en faveur d’une limitation de l’impact des activités d’origine anthropique sur le milieu marin. Le 12 février 2013, Henry Augier, expert international concernant la pollution et la protection de la nature, présente son avis concernant le projet d'infiltration des eaux usées du wharf et propose une solution radicale plus efficace que l'infiltration pour se débarrasser définitivement des rejets du wharf. Sa solution qui consiste à épurer les eaux du wharf à 100% et à les recycler, permettrait d'éviter les critiques recevables d'un transfert de la pollution de la mer vers le sol, au risque de contaminer les nappes phréatiques, les plans d'eau et autres réserves naturelles aquatiques du sol. Le Gardien* partage cet avis et considère que l’alternative du projet d’infiltration ne semble pas une solution satisfaisante car cela pourrait menacer le lac et son écosystème. D’autres solutions plus efficaces et propres sont à l’étude. En avril 2013, le Gardien a notamment été interviewé dans « Objectif Aquitaine ». Au sein du collectif, il ne cesse d’informer et de sensibiliser les citoyens.

Photo-affiche-wharf-smurfit

* Le Gardien – René Capo..

Pour un océan propre..

18

hqdefault

 

smurfit06

 

smurfit11

 

SNC12237

 

image016

 

image003

 

image003

 

rené

Le Wharf de La Salie

 staticmap

 

1commente

Le wharf de La Salie est un émissaire en mer qui permet de rejeter les effluents épurés du Bassin d’Arcachon (60 000 m3/j en moyenne annuelle). Naturellement sur le Bassin d’Arcachon, on ne présente généralement pas cet ouvrage et son existence s’il n’est pas secret, reste confidentiel.

image001

 

Wharf-de-La-Salie-mai-2004-800x533

 

Pyla-Sur-Mer-Vialard_html_5500c8e7

Un collecteur de 65Km transporte vers ce wharf les effluents des communes du Bassin qui sont traités par 4 stations d’épuration. Il n’est pas facile de connaître la qualité des eaux évacuées. Sur site on peut apercevoir des traces sombres des rejets qui seraient dues aux boues car seulement 50% celles-ci sont utilisées pour l’agriculture*. Cependant il parait que ces eaux troubles ne présagent pas d’une pollution...

carte-2_0

* On croit rêver !..

image004 (1)

L’hiver les courants ont plutôt tendance à renvoyer ces boues vers le Nord et l’été c’est l’inverse. La station balnéaire de Biscarosse est alors baignée en partie dans ces rejets.

1971-Premiers rejets sur la plage de La Salie

 

Photo ci-dessus prise en 1971 lors des premiers rejets sur la plage de La Salie Sud..

plage_lagune1_1

 

Photo ci-dessus avec la plage de La Lagune, un peu plus au nord, et avec ces plaques de boue visibles..

Personnellement, il m’est arrivé l’été sur la plage nord de Biscarosse de sentir à la surface de l’eau les jours de beau temps sans vent une petite odeur à peine perceptible... la même odeur sentie près du Wharf !

6 - Mousse- premiers rejets 1971

 

Photo ci-dessus de 1971 lors de ces premiers rejets sur la plage de La Salie Sud et avec ces mousses..

DSCF3125_m

Mais ce Wharf attire aussi pêcheurs et surfeurs, les uns pour le poisson présent autour de cet émissaire et attiré par les eaux troubles et les autres pour les vagues qui ont bonnes réputations à cet endroit, probablement sans aucun rapport avec l’ouvrage.

maxresdefault

les-pecheurs-habitues-du-wharf-y-viennent-pour-le-panorama-la-tranquillite-et-labondance-de-poissons

 

le-wharf-a-la-teste-de-buch-sale-et-malodorant-mais-avec-de-bonnes-vagues

 

le-wharf-a-la-teste-de-buch-sale-et-malodorant-mais-avec-de-bonnes-vagues (1)

 

warf-juillet-2012-2

C’est aussi un amer remarquable pour les bateaux de passage avec une bouée de marque isolée (NRN) placé à plus de 2,5M du bout de la jetée (entourée sur la photo ci-après).

 

Wharf_26

Wharf+bassin-559x600

Et les jours le beau temps, c’est aussi un véritable point de vue [1] sur les passes sud du Bassin d’Arcachon.

 

PassesBassin

Photo ci-dessus avec les passes vers le Bassin d'Arcachon.

Le Wharf..quelle histoire, mais aussi quelle affaire !

 

warf

 

Il y a longtemps de cela, l’usine de Facture s’appelait la Cellulose du Pin et appartenait au groupe Saint-Gobain. Elle fabriquait du papier kraft et pour ce faire elle extrayait la cellulose des troncs de pin au préalable écorcés en les trempant dans des bains à base de soude ou d’autres produits chimiques tout aussi sympathiques. 
Quand les bains étaient renouvelés, les anciens étaient rejetés dans la Leyre qui les absorbait avant de les amener sans le Bassin. Les marées faisaient le reste. 
Devant des quantités de plus en plus industrielles de ces rejets, devant les premiers soubresauts de l’écologie*, il a bien fallu envisager un système pour protéger le Bassin de ces dangereux effluents. 

* Enfin..on y vient..


La mairie d’
Arcachon a été partie prenante dans cette affaire sinon son initiatrice. C’était l’époque ou les politiques ne volaient pas encore l’argent public, ils se contentaient de le gaspiller
Le maire et de nombreux conseillers municipaux se mirent à courir le monde pour aller examiner de près tous les émissaires en mer que comptait la planète. Et d’aller au
Japon, en Finlande, aux Etats-Unis, etc. tout cela bien sûr aux frais du contribuable
Quand nous avons eu un
Conseil Municipal spécialiste ès émissaires, un contrat a été signé avec une grosse entreprise néerlandaise. Je ne sais pas qui était véritablement les contractants. Est-ce que le SIBA existait déjà ? 

Pyla-Sur-Mer-Vialard_html_m4e14cff1



Le projet de cette entreprise néerlandaise était de construire
un wharf en dur de 400 mètres d’où déboucherait un long tuyau enterré dans le sable de telle façon que le rejet se fasse à 4 kilomètres en mer. C’était le projet qui nous avait été vendu, à nous les citoyens. La société néerlandaise apporta force barges gigantesques à quelques brasses du bord de mer de la Salie et se mit au travail. Elle choisit de commencer par placer le tuyau qui de 4 kilomètres en mer devait venir rejoindre l’extrémité du wharf à construire. Pour cela elle utilisait une énorme charrue qui creusait, sous la mer, un sillon dans lequel on plaçait un énorme tuyau en plastique noir d’au moins un mètre de diamètre. Après cela, la même ou une autre machine refermait le sillon sur le tuyau qui était ainsi enterré. 

chariot_warf


On découvrit bien vite qu’aux termes du contrat qui nous liait à l’entreprise néerlandaise celle-ci ne travaillerait que les jours de beau temps et aurait droit à un dédommagement pour chaque jour de mauvais temps. Et la première année, les jours de beau temps furent particulièrement rares. J’ai le souvenir d’un chiffre ridicule. Je ne sais pas qui décidait qu’un jour dit était de beau ou de mauvais temps. Si bien qu’il fallut
une bonne année pour enterrer les 3,6 kilomètres de tuyau en plastique. Bonjour les coûts. 

187-west2



Quand cette opération fut terminée, il y eut une grande tempête. Les barges dérapèrent sur leurs ancres sans gros dégâts, mais quand le calme fut revenu, il fut absolument impossible de retrouver ne serait-ce qu’un seul bout du tuyau enterré. Et ce n'est pas faute d'avoir cherché. Tout le travail était perdu. L’incompétence de la société néerlandaise ne pouvait pas être sans conséquence sur sa solidité financière et un jour un télex tomba à la mairie d’
Arcachon : cette société avait déposé son bilan en laissant tout en plan. 
Cela n’allait pas déstabiliser nos
Conseillers spécialistes ès émissaires qui prirent tout de suite les mesures conservatoires qui s’imposaient. Ils firent saisir tout le matériel abandonné par la société néerlandaise pour essayer de récupérer une partie de l’argent ainsi gaspillé. Las, tout le matériel était en leasing et fut récupéré par la société financière qui l’avait loué. Tant et si bien que lors de la saison touristique suivante, le tuyau en plastique qui sortait de la forêt était supporté pendant 30 ou 40 mètres en mer par des poteaux provisoires en bois

image-wharf1m-e87df


Le tuyau dégorgeait ainsi ses horreurs jour et nuit au bord de la plage dans une bonne odeur de Facture. Alors que ces effluents se dissolvaient sans faire d’histoire dans l’eau douce de la Leyre, ils se mirent à émulsionner quand ils étaient ainsi rejetés sans précaution dans l’eau salée. Bonjour le spectacle. 
Devant la colère du peuple, un ministre, je ne sais plus lequel, vint se baigner trois minutes devant force caméras au pied dudit tuyau pour montrer qu’il n’y avait aucun danger pour la population locale. Il n’y avait pas besoin de cette démonstration pour prouver que décidément dans notre pays les hommes politiques sont prêts à tout pour conserver leur poste. 

La saison finie, il fallut reprendre le problème à la base. On fit un nouvel appel d’offre. Cette fois il s’agissait de construire d’abord le
wharf de 400 mètres, pour les 3,6 kilomètres suivants, on verrait après. Une grosse société nationale soumissionna et emporta le marché. Elle amena tout son matériel à La Salie, et huit jours plus tard, elle pliait tout et repartait. Sans doute que ses ingénieurs avaient compris qu’il y avait plus à perdre qu’à gagner dans cette affaire. 

1810542-2467981

wharf6m-7da3e

Une autre entreprise la remplaça qui construisit enfin le wharf que nous voyons de nos jours. A quelques jours de son inauguration, je ne sais plus si c’était avant ou après, voilà qu’une plateforme pétrolière rompt ses amarres dans le Golfe de Gascogne. Elle se met à dériver en se dirigeant dangereusement vers l’extrémité de ce wharf tout neuf. Il s’en fallut d’un cheveu qu’elle ne l’emporta. 

ble-wharf-de-la-salie-a-ete-en-partie-renove-l-an-dernier-span-style-text-transform-uppercase-photo-siba-brigitte-ruiz-span-b

Une fois le wharf construit, on abandonna l’idée de le prolonger d’un tuyau enterré. Où l’on ne trouva pas l’argent pour le faire. 

image-wharf2m-b3d76

Ballade-Warf-2011-06-19-0558

Dans les premières années de son exploitation, la mer gagna sur la côte et il fallut enrocher le début du wharf pour le défendre contre les vagues. Puis la mer changea d’avis et se mit à reculer. 

blog-dsc_02933-vagues-sous-le-wharf1

 

image005

Aujourd’hui il n’y a plus que la moitié du wharf qui est en mer à marée basse. Bien sûr, tous les effluents qui sortent de son tuyau et qui ne proviennent plus que de la seule usine de Facture mais de toutes les communes riveraines sont parfaitement traités et sans danger aucun pour la santé publique
Cela fait je ne sais pas combien d’années qu’on nous le répète. 

blog-dsc_02894-vue-densemble-wharf1

Quoi qu’il en soit, il y a quelque temps sont apparues des pancartes interdisant de ramasser des coquillages à je ne sais plus quelle distance à gauche et à droite dudit wharf. Des coquillages à l’océan, il n’y en a jamais eu des masses. La baignade par contre est parfaitement autorisée au mépris du sacro-saint principe de précaution

Avant-Mai-2001-Panneau-dinfo-du-Wharf



Une idée. Nous devrions demander à
Tchernoblaye, ce sont des spécialistes, de nous concocter un somptueux dépliant publicitaire sur le Bassin d’Arcachon portant en couverture une de ces belles photos que je vous ai conseillé de regarder pour vous demander si nous étions bien autorisés à parler d’écologie. Il suffirait ensuite de diffuser ce prospectus dans la région à nos nombreux visiteurs pour qu’il se passe assez vite quelque chose. 

 

!cid_image014_jpg@01CB439D

 

 

ATTENTION, accès et pêche sont interdits sur le site et aux alentours !

 

 

Wharf de la Salie : Va-t-on pouvoir surfer en eaux claires ?

 

wharfloin

 

Le 8 Juin est la Journée Mondiale des Océans. Nous avons souhaité faire un point sur le Wharf de la Salie, sur la commune de La Teste de Buch en Gironde, longtemps présenté comme le tuyaux d'évacuation des eaux usées du Basssin d'Arcachon... Que fait-on pour ne pas polluer ?

 

Depuis 1974, le wharf de la plage de la Salie est le point de sortie immergé (long de 800 mètres) qui porte au large les  eaux usées du Bassin d'Arcachon dans l'Océan. Après 65 kms de canalisations et un traitement dans les stations d'épuration70.000 m3 d'effluents urbains et industriels par jour rejoignent l'océan.

Ce spot bien connu des surfeurs a été longtemps montré du doigts pour sa pollution, du moins visuelle, avec régulièrement des eaux boueuses et malodorantes venant questionner sur les risques sanitaires... Des efforts ont été faits mais les habitués restent vigilants.

 

Wharf_la_salie_2000_04_panache_capo


La Surfrider en vigilance

La Surfrider Foundation Europe s'est depuis longtemps saisi du sujet. A plusieurs reprises, elle a attribué des Pavillons Noirs à la Plage de la salie Sud pour protester contre ces rejets et l'association soutient le Comité de Vigilance depuis sa création en 2001 aux côtés d’élus de Biscarrosse et d’associations telles que l’ADREMA, Le POULP et Bisca-Surf Biscarrosse.


Leurs actions ont conduit à la création de 2 stations d'épuration en 2007. Mais toutes les pollutions ne seraient pas suffisamment traitées. Selon la Surfrider : "Ces stations ne traitent pas les composés chimiques comme les détergents par exemple. Pour preuve les grande quantités de mousses marron observées très régulièrement sur les plages de Biscarrosse. De plus, en période estivale ces stations ne sont pas en capacité de traiter la totalité des effluents urbains".

 

 

Les rejets du Bassin d’Arcachon..

 

le-pipeline-du-wharf-a-la-teste-de-buch-en-gironde

 

 

La Genèse de cette affaire et l’historique réel..

Le Bassin d’Arcachon et ses effluents…

 

Avant la construction du réseau d’assainissement du Bassin d’ Arcachon les communes[Lège Cap-Ferret, Arès, Andernos, Lanton, Biganos, Audenge, Gujan-Mestras, La Teste de Buch, Arcachon] du Bassin rejètent leurs eaux usées dans l’océan ??? chacune de leur coté et sans traitement. La papeterie de Facture évacue directement ses effluents industriels dans le Bassin d’ Arcachon, via la Leyre.

 

En 1964, 
Création d’ un syndicat ayant pour vocation de construire et d’ exploiter un réseau d’ eaux usées d’ origine urbaine et industrielle. Nom : SIACRIBA, puis SIBA

 

En 1967, 
Début des travaux des réseaux d’ eaux usées d’ origine urbaine et industrielle. Construction d’ un collecteur général d’ une longueur 65 kms, fonctionnant soit gravitairement, soit en pression, le refoulement est assuré par plusieurs stations de refoulement. (le diamètre augmente de 300 mm pour finir 1500 mm.)

 

Après 1971, 

Les premiers rejets en mer devaient avoir lieu, sans aucun traitement par l’ intermédiaire d’ une canalisation ensouillée de 4500 M. Ce projet utopique échoua lamentablement en laissant derrière lui au fond de l’ océan 1500 m de tuyau, que l’ on retrouvera en partie à Biscarrosse-plage ( déjà le courant NORD-SUD… ) et un engin amphibie, toujours échoué qui sert de « récif sous marin artificiel » et de lieu de pêche pour les plaisanciers.

 image-wharf1m-e87df

Le 4 Janvier 1971, 


Les effluents industriels de SMURFIT, sont rejetés du haut de la dune de la plage de la Salie, directement sur le sable, provoquant une étendue de mousse recouvrant les plages à perte de vue. ( voir photos )

1971-Premiers rejets sur la plage de La Salie

6 - Mousse- premiers rejets 1971

En Juin 1971, 

Un émissaire provisoire de 400 m fut mis en service

 

En 1972, 
Le « Comité Interministériel d’ Action pour la Nature et l’ Environnement » imposa la construction de stations d’ épuration. Les effluents urbains et industriels devraient donc subir un traitement primaire avant d’ etre évacués.

 

Le 16 Janvier 1973 

La solution de l’ émissaire court sur pilotis fut finalement adoptée par la réunion interministérielle. Elle impose le traitement primaire des effluents dès lors que le rejet à 800 m ne garanti pas une dilution et un assainissement suffisant pour le milieu marin. C’ est ainsi que fut pris la décision de créer « Le Wharf de la Salie » (Notons qu’ un Wharf au sens littoral est un appontement perpendiculaire à la rive auquel les navires peuvent accoster des deux cotés). Le Wharf de la Salie est situé dans la commune de la Teste-de-Buch, sur la plage de la Salie Sud.

 

En 1974, 


Réalisation d’ un émissaire au Sud de la plage de la Salie. Il s’ agit d’ une construction métallique sur pilotis de 792 m de long avec possibilité de prolongement…

 

 

RESEAU URBAIN

COLLECTEUR PRINCIPAL

 65 km diamètre de 300 mm à 1500 mm (1)

RESEAUX SECONDAIRES

 857 km

STATIONS DE POMPAGE

 373

Service Assainissement

 59 000 abonnés soit 98 % de desservis

Entre fin 1999 ET DEBUT 2003, 

image-wharf2m-b3d76


Le SIBA entreprend un gros chantier pour réhabiliter la portion gravitaire du « Collecteur SUD », rongée sur la voûte supérieure depuis de nombreuses années sur une longueur de 5 982 m. L’ opération consiste à poser sur les conduites d’ origine un chemisage intérieur constitué de tuyaux de 6 m de long et 1,20 m de diamètre.

20090127_wharf-de-la-sallie

Coût :

16 121 000 euros!...

Remarques concernant ce chantier : 

 il serait important de savoir si la nappe phréatique n’ a pas été polluée le long de la portion gravitaire ? 
 comme se fait-il que les effluents après traitement soient aussi corrosifs ? Le P.H est-il respecté ? ( voir photo ) 
 ces dégradations du réseau ont été constatées depuis 1980. ? 18 ans pour réagir 
 en 1987 une plainte a été déposée contre la société qui avait installé ces conduites. Que devient l’ instruction ? Qui paie ?

 

Une des caractéristiques de ces stations d’épuration est que le réseau de collecte des eaux usées est en mode séparatif. Cela signifie que les eaux usées sont séparées des eaux pluviales, ce qui évite à la station d’épuration de recevoir des volumes d’eau trop important par temps de pluie et donc de déborder.

 

 

AUTORISATIONS – ARRETES

 

DE 1976 à 1991, aucun arrêté n’ a autorisé les rejets.

Le 8 août 1991, un arrêté préfectoral donne l’ autorisation « d’ établir un dispositif de rejet en mer » Il impose : 
  des conditions techniques à l’ utilisation de l’ ouvrage. 
  un flux de pollution maximum pour une durée de 24 h qui est de 8800 kg pour les matières en suspension ( MES ) 
  de 25 000 kg pour la demande chimique en oxygène ( DBO ) 
  un débit maximum instantané de 12 000 M3 par heure 
  un débit maximum moyen de 16 000 M3 pour 2 heures ( soit 8000/ H) 
  un débit de 110 000 M3 pour 24 heures soit une moyenne de 4600 M3/H. 
  la concentration de l’ effluent doit etre inférieur ou égale, en moyenne sur 24 h, à 80 mg/l pour les MES et 250 mg/l pour la DBO.

 La température doit etre inférieure à 30° C ( 35° en période estivale du 1 juin au 30 septembre
  Le « PH » doit etre compris entre 5,5 et 9,5 dans le panache
  l’ effluent ne doit pas avoir une couleur de nature à provoquer une coloration visible du milieu récepteur. (Voir photo ) 

Ballade-Warf-2011-06-19-0563

Ballade-Warf-2011-06-19-0555


  Il ne doit pas contenir de substances capables d’ entraîner la destruction du poisson après mélange avec les eaux réceptrices à 50 m du point de rejet. Le SIBA effectue un contrôle : 
  de l’ effluent tout d’ abord, avec la mesure des volumes rejetés de façon continu au niveau au niveau de la dernière station de relevage et de la sortie de la station d’ épuration de Cazaux : 
  des analyses mensuelles physico-chimique (MES,DBO..) 
  bactériologiques ( coliformes ) 
  analyses dans le panache de l’ effluent (de type bactériologique et d’ une périodicité mensuelle) 
  suivi du champ proche avec des prélèvements : 2 points à 200 m et 400 m au nord du Wharf, ainsi que 5 points au Sud de la plage, espacés de 200 m. 
  Les analyses sont de type physico-chimiques et bactériologiques avec une périodicité trimestrielle, sauf durant la période estival ou la périodicité est hebdomadaire pour les analyses bactériologiques. 
  Suivi du champ lointain avec des points de prélèvements : 
  A terre, à Biscarrosse plage , au petit Nice ; au Cap Ferret (La torchère), 
  En mer, à 4 km au large des passes du Bassin d’ Arcachon et à 4 km au large de Biscarrosse
  Les analyses sont les mêmes que pour le champ proche et la périodicité est trimestrielle.

 

Le 31 décembre 1999, 
Date d’ expiration de l’ arrêté, son renouvellement devait s’ effectuer au moins six mois avant la date d’ expiration de l’ autorisation par le permissionnaire, par écrit, à l’ administration compétente en indiquant la durée pour laquelle il désirait renouveler cette autorisation. Nota : Même si les délais de renouvellement n’ ont pas été respectés, l’ autorisation a finalement été prolongée jusqu’ au 31 décembre 2001.

 

Le 23 Novembre 1994, 
le Bassin d’ Arcachon a été classé en « Zone sensible » par un arrêté ministériel. Le 22 décembre 1994 un arrêté fixe des normes de rejet pour les stations d’ épuration, obligeant le SIBA a procédé à l’ étude et aux travaux de mise conformité.

 

Le 27 Février1998, 
Un arrêté préfectoral porte délimitation de l’ agglomération des communes du Bassin d’ Arcachon.

 

Le 21 Septembre 2000, 
Un arrêté préfectoral proroge la durée de cette autorisation jusqu’ au 30 décembre 2001

 

Le 19 décembre 2000, 
Un arrêté préfectoral du 19 décembre impose une réduction des substances polluantes de l’ agglomération du Bassin d’ Arcachon.

 

Le 31 décembre 2001, 
Date d’ expiration de l’ autorisation de rejets

 

Le 12 juillet 2002, 
Un arrêté préfectoral met en demeure le SIBA :

  de déposer un dossier de demande d’ autorisation avant le 31 décembre 2002 
  de mettre en conformité les systèmes d’ assainissement avant le 31 décembre 2005 
  de fournir avant le 31 décembre 2002 une nouvelle convention de raccordement du rejet de la papeterie SMURFIT.

 

 

ETUDE DE COURANTOLOGIE

 

 Etude SOGREAH Octobre 1991 : Sur le rejet en mer par l’ intermédiaire du Wharf de la Salie des Effluents Traités Industriels et Urbains.

Conclusion : « il apparaît donc que pour la situation 1991, la tache(nappe) se situe plus prés du littoral et stagne entre le Wharf de la Salie et la pointe d’ Arcachon… Au bilan, il faut donc s’ attendre pour la situation 1991 à une dégradation des eaux le long du littoral entre la pointe d’ Arcachon et au Sud de la passe Sud. »

 Etude IFREMER en juillet 1997, d’ une modélisation de la dispersion des effluents rejetés au Wharf de la Salie. 
 Etude SOGREAH 27 11136 de janvier 2003 « modulation numérique de la dispersion des rejets en mer : Wharf de la Salie ». 
 Le commissaire enquêteur s’ étonne de voir s’ implanter des cultures ostréicoles sur le Banc d’ Arguin à proximité du Wharf…

 

AUTRE ETUDES…. 


 Etude bio-sédimentaire de l’ Institut Universitaire de Bordeaux 1 a été effectuée en 1974.. 
 Etude micro-biologique menée par le laboratoire de Microbiologie de l’ Université de Bordeaux 1 en 1975-1976 
 Etude « Modèle alternatif au traitement des eaux usées par le milieu marin », soutenu par le Conseil régional d’ Aquitaine, a été réalisé en 2000 par l’ Institut du PIN,le Laboratoire de physico Toxico chimie des systèmes naturels de l’ Université de Bordeaux 1 et SMURFIT.

 

Pourquoi le Wharf de la Salie pose problème ?

 

 le choix de son emplacement : à la limite du département des Landes, dans un courant Nord-Sud. ( On va rejeter chez le voisin ses propres déchets ) 
 Sa distance par rapport à la plage, on passe de 4 500 m (1er projet) à 
 800 m Actuellement du fait de son ensablement il se déverse dans la zone de baignade à moins 300 M) (1) 
 Plus d’un milliard de m3 d’effluents ont été déversé sans traitement biologique depuis 1974 à deux pas du rivage. 
 Les stations construite de 1977 à 1988 sont physico-chimiques , sans traitement biologique ( l’ Océan n’ a pas un pouvoir d’ épuration,) 
 L’ auto surveillance pratiquée par le SIBA est mise en cause. Celui-ci dispose d’ une ligne budgétaire pour payer un laboratoire de bordeaux ( I.E.EB ) pour lui demander si ses rejets sont conformes aux normes en vigueur. La ville de Biscarrosse à pris l’initiative de prendre le même laboratoire pour lui faire dire qu’ en septembre 2000 nous avions un taux de coliformes fécaux 100 fois supérieur à celui annoncé par le SIBA pour la même période.

  • pour Biscarrosse 4 300 000 coliformes fécaux
  • pour le SIBA 43 000 coliformes fécaux

 Le manque de transparence au niveau de l’ information. Ex : le panneau à l’ entrée de la plage de la salie Avant Mai 2001 : « Baignade pour fort courant de Baine » Après Mai 2001 : les courants de Baine ont disparu…à la place, on peut lire : « Baignade interdite-Ramassage des coquillages interdit- pêche interdite »

 Le dimensionnement insuffisant des stations d ‘ épuration au vue de l’ évolution démographique du Bassin d’ Arcachon et des conséquences de la saison estivale la capacité de traitement des 3 stations d’ épuration est sous évalué par rapport à la population du bassin d’ Arcachon l’ Eté. 
 Les travaux d’ extension prévoient pour atteindre l’ horizon 2007 :

  • la suppression de la station d’ épuration de Gujan-Mestras sans expliquer pourquoi.
  • l’ extension de la station d’épuration de la Teste-de-Buch pour porter sa capacité de 70 000 habitants à 150 000 habitants.
  • l’ extension de la station d’ épuration de Biganos pour porter sa capacité de 100 000 habitants à 135 000 habitants.

Ce qui fait un total avec la station d’ épuration de Cazaux (5000 habitants) de capacité de traitement de : 290 000 habitants

Sachant que la population actuelle du Bassin d’ Arcachon est de : 93 000 habitants hors saison

Et que Biscarrosse passe de 12 000 habitants hors saison à prés de : 100 000 habitants l’ Eté.

SNC11052

SNC11056

 

On peut dire que la base de l’étude est faussée !

 

 Le SIBA n’ a jamais fourni d’ estimation concernant le nombre d’ habitants sur le Bassin d’ Arcachon pendant la saison estivale.

 Nous n’ avons pas d’ information quant aux rejets des cliniques d’ Arcachon et d’ Andernos et de l’ Hôpital de la Teste-de-Buch
 Aucune étude d’ impact sur le milieu marin depuis la création du Wharf de la salie en 1974. ( prés d’ un milliard de M3 d’ effluents urbains et industriels ont été déversés à moins de 800 M du littoral Aquitain). 
 Pas de programme de réhabilitation des réseaux visant à supprimer les eaux parasitaires.

 Pas de traitement efficace des mousses et des odeurs

 Pas de conventions de raccordement sur le réseau du SIBA des Effluents de la papeterie SMURFIT et de la Base Aérienne de120 de Cazaux.

 Le commissaire enquêteur signale dans son rapport un état de fonctionnement fortement dégradé ( page 14 )

 Les travaux pour résoudre les odeurs, ainsi que pour lutter contre la formation des mousses ne sont pas envisagés dans un premier temps pour des raisons de coût d’ exploitation.

 

POURQUOI NOTRE REACTION

 

NOUS NE VOULONS PLUS ÊTRE LA DECHARGE MARITIME DU  BASSIN

D' ARCACHON

 

LA MER NE DOIT PLUS ETRE CONSIDERE COMME UNE  POUBELLE

 

 

Le Comité de Vigilance de Biscarrosse doit procéder à une enquête pour 2005 auprès des médecins, pour obtenir un suivi médicale des personnes, ayant pratiqué la baignade à proximité de l’égout de la Salie et présentant des otites, conjonctivites, gastro-entérites etc.…

 

Les choses qui fâchent !...

appel-a-manifester-rejet-la-salie

86850642

 

wharf01

1280x720-k2z

 

SF-24-800x600

 

fetesdelamer09

 

images (6)

photo14_14

2520431858

 

get-attachment-aspx

3914999872

 

DalkiapowerSmurfitKappaDuPinBiganosWEB

 

smurfit-biganos

dechargeaudenge05

 

image004 (2)

image002

autres_zones_de_rejets

xOkcdbBfB-0mnRldsGf794XXXL4j3HpexhjNOf_P3YmryPKwJ94QGRtDb3Sbc6KY

le_bassin

On est bien loin de l'époque de Jacques Yves Cousteau..

jean-michel-cousteau-e1339019724948

 

 

Restera-t-il encore de vraies bonnes huîtres après tout cela, dans le bassin d'Arcachon et autour ?

images (5)

huitre

 

Voir les différents liens ci-dessous :

 

http://cv.bisca.free.fr/v0/spip.php?article1

 

 

http://www.sudouest.fr/2012/05/07/vigilance-sur-le-wharf-708110-739.php

 

http://renecapo.blogspot.fr/p/le-wharf-de-la-salie.html

 

 

https://lebetey.com/tag/warf-de-la-salie/

 

 

Les Amis de la Terre

 

mimzan2_juin2011

 

Voir lien ci-dessous :

http://www.amisdelaterre40.fr/spip/spip.php?article99

 

wharf-de-la-salie-11-1024x683

Allons-nous, longtemps encore, laisser voir et faire ce genre de chose et les conséquences qui en découlent ?

wharf-de-la-salie-12-1024x683

 

wharf-de-la-salie-9-683x1024

Allons nous laisser une réelle situation catastrophique, tant sur le plan humain que de la santé, à nos enfants, petits-enfants, et générations futures ?

wharf-de-la-salie-10-1024x683

 

 

 

Je me devais de faire ce ''post'' ou long article sur un sujet qui fâche et concerne un tas de gens, baigneurs, surfeurs, comme pêcheurs, mais aussi ostréiculteurs, locaux, et pas seulement touristes de passage et vacanciers...