securitevslibertes

 

Faut-il interdire l’anonymat sur Internet ?..

2018-11-17t142855z_1158355609_rc15f9609870_rtrmadp_3_france-politics-fuel-blockades_0

La liberté d'expression bafouée !..

Les chaînes télévisées au service du gouvernement et des politiques..

Les stations radios guère mieux..

La presse égelemnt "muselée" et au service du gouvernement et des politiques..

dyvvhjawsaaosqr

Il ne reste plus que l'expression de la rue..

Il ne reste plus que les manifestations..

122844225

122844203

Malheureusement, la seule réponse de ce gouvernement face à ce mouvement des "Gilets jaunes", de plus..pacifiste, c'est la répression et la violence, l'usage de la force !

La seule réponse apportée en guise de faux dialogue c'est..LBD40..Les Flashball !

2018-11-17t142855z_1158355609_rc15f9609870_rtrmadp_3_france-politics-fuel-blockades_0

Racisme, sexisme, homophobie, fake news... Faut-il lever l'anonymat sur Internet, comme le propose Emmanuel Macron?

VOUS TEMOIGNEZ  Le chef de l’Etat s’est prononcé pour la levée de l’anonymat sur le Web. Une revendication de longue date qui dépasse les clivages politiques. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Nils Wilcke

Publié le 22/01/19 à 16h12 — Mis à jour le 24/01/19 à 17h57

830x532_emmanuel-macron-veut-levee-progressive-tout-anonymat-web

Emmanuel Macron veut une «levée progressive de tout anonymat» sur le Web. — LUDOVIC MARIN / AFP

Indispensable à la liberté d’expression pour les uns, dangereux pour la démocratie pour les autres. L’anonymat sur le web et en particulier sur les réseaux sociaux, prisé par de nombreux internautes, pourrait être remis en cause.

Emmanuel Macron s’est prononcé pour une « levée progressive de tout anonymat » sur le Web, lors de sa visite surprise devant les maires pour le second épisode du Grand débat national, le 18 janvier dernier. Raison invoquée par le chef de l’Etat : redonner une « hygiène démocratique du statut de l’information ». « On a beaucoup d’informations, tout le temps, mais on ne sait pas d’où elles viennent », a-t-il ajouté.

« Distinguer le vrai du faux »

Emmanuel Macron n’a pas donné de détails concernant les moyens pour mettre un terme à l’anonymat en ligne. Il a simplement évoqué un « processus où on sait distinguer le vrai du faux et où on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ». Ses propos emboîtent le pas à une revendication soutenue par Nicolas Sarkozy puis par François Hollande pendant leurs quinquennats respectifs.

Cette annonce dépasse les clivages politiques : l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot a fait part de son soutien à cette mesure. Un choix qui ne plaît pas à tout le monde, comme en témoignent certains internautes.

BFMTVCompte certifié @BFMTV

SuivreSuivre @BFMTV

Plus

#BourdinDirect "Je suis favorable à la levée de l'anonymat sur les réseaux sociaux". "Il faut assumer ce qu'on dit, c'est trop facile de se cacher derrière un compte anonyme" dit @yjadot https://www.pscp.tv/w/1YqKDywjLnLGV 

Dxa0XC0XgAAJGAd

BFMTV

✔@BFMTV

#BourdinDirect "Je suis favorable à la levée de l'anonymat sur les réseaux sociaux". "Il faut assumer ce qu'on dit, c'est trop facile de se cacher derrière un compte anonyme" dit @yjadot
https://www.pscp.tv/w/1YqKDywjLnLGV 

161

08:45 - 21 janv. 2019

424 personnes parlent à ce sujet

 

Myriam CAU@myricau

 · 22 janv. 2019

En réponse à @BFMTV @yjadot

Je crains que cela ne soit juste pas possible @yjadot ... Est ce même souhaitable ? Il faut trouver d’autres types de garde-fous @EELV

 

Christophe LAMARRE@doclamarre

Ça m’a fait hurler, surtout lorsque ça sort d’une bouche #EELV!
Pourtant ni toi ni moi ne sommes sous pseudo
Je n’ai rien à cacher, même mon ordi pourrait être en accès libre (les codes bancaires sont sur celui de ma femme) mais je veux pouvoir le faire quand je veux.#Liberté

5

13:53 - 22 janv. 2019

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Voir les autres Tweets de Christophe LAMARRE

 

’’ Cool, on ne pourra plus s'exprimer et discuter sur le web de peur dêtre viré par son employeur. Brillante idée que voilà.

— Appelez Moi Lili (@AppelezL) January 22, 2019

>> Et vous, que pensez-vous de l’anonymat sur le web de manière générale et en particulier sur les réseaux sociaux ? Considérez-vous que l’anonymat est nécessaire à la liberté d’expression ? Ou au contraire, pensez-vous que cette mesure est salutaire pour faire reculer les messages de haine et les fake news ? Faites-nous part de votre avis en envoyant un mail à temoignez@20minutes.fr. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un futur article.

HIGH-TECH

VIDEO. Facebook reconnaît que les réseaux sociaux peuvent être dangereux pour la démocratie

SOCIÉTÉ

VIDEO. Les sites de rencontres sont-ils propices au racisme?

2018-11-17t142855z_1158355609_rc15f9609870_rtrmadp_3_france-politics-fuel-blockades_0

Macron : « Je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet »

Le Président français confirme qu'il veut bien la fin de l'anonymat en ligne

Le 8 février 2019, par Michael Guilloux

830x532_emmanuel-macron-veut-levee-progressive-tout-anonymat-web

« Moi je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet », a insisté le Président français le 7 février, dans le cadre du grand débat après qu'une jeune fille lui a demandé comment il comptait s'attaquer au problème de harcèlement en milieu scolaire. Ces propos d'Emmanuel Macron montrent qu'il pensait vraiment ce qu'il disait la première fois sur l'anonymat en ligne, et en même temps balaient du revers de la main les explications données par Mounir Mahjoubi dans une tentative de faire croire que Macron ne parlait pas de l'anonymat en général.

Comme nous l'avons rapporté, le 18 janvier, Emmanuel Macron avait plaidé en faveur d'une « levée progressive de tout anonymat » devant les maires réunis pour le deuxième acte du grand débat national au Palais des congrès de Souillac (Lot). Le Président français a déclaré que pour améliorer la qualité de la démocratie participative, l'on « doit aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat » en faisant mention de « processus où on sait distinguer le vrai du faux et où on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ». Macron pense que cela est nécessaire étant donné qu'aujourd'hui, « on a beaucoup d’informations, tout le temps, mais on ne sait pas d’où elles viennent. »

Avec de tels propos, le Président français n'a pas échappé aux critiques des internautes et des défenseurs des droits et libertés des citoyens sur Internet, comme la Quadrature du Net. Mais Mounir Mahjoubi, le Secrétaire d'État chargé du Numérique, invité sur RMC quelques jours plus tard, a essayé de clarifier les déclarations de Macron. Selon lui, le Président français ne voulait pas parler de l’anonymat en général, mais plutôt de l’anonymat lié à la démocratie participative en ligne. Sur les réseaux sociaux, Mounir Mahjoubi dit souhaiter qu'on ne mette pas fin à l’anonymat. « Sur un site de rencontres, je veux bien que tout le monde s’appelle Robert234 ou Angeline2828. Chacun doit pouvoir choisir son pseudo et sa vie virtuelle. Mais quand on est sur un site de démocratie participative, notamment les dispositifs numériques pour que les citoyens puissent s’exprimer régulièrement, faire des pétitions légales, je ne veux plus que ce soit anonyme », disait-il.

Que faut-il penser à présent avec les nouvelles déclarations de Macron ? Interpelé dans le cadre du grand débat sur la question du harcèlement en milieu scolaire, le Président s’est à nouveau attaqué, et en des termes très clairs, à l’anonymat sur Internet. « On se bat contre », dit-il à propos du harcèlement en milieu scolaire. « On va continuer à travailler avec les plateformes Internet, pour sanctionner ce qui est fait sur ces plateformes. Moi je ne veux plus de l’anonymat sur les plateformes Internet, et je veux une vraie responsabilité des parents et l’interdiction, c’est le seul moyen », a-t-il ajouté.

encoremacron

On peut donc mieux comprendre pourquoi des députés LREM ont récemment proposé d'imposer une pièce d'identité à la création de comptes sur les réseaux sociaux, alors que le Secrétaire d'État chargé du Numérique disait quelques jours plutôt qu'il n'y était pas favorable. « Nous proposons que soit envisagée l’hypothèse de créer une obligation légale de recueil des pièces d’identité à l’occasion de la création de comptes sur les réseaux sociaux, à l'image de ce qui existe sur d'autres plateformes telles que AirBnb », avaient suggéré les députés Laurence Vanceunebrock-Mialon, Raphael Gérard et Gabriel Serville, en rebondissant sur les agressions qu'a connues le chanteur LGBT Bilal Hassani sur Twitter. Leur proposition fait bien écho de la position d'Emmanuel Macron sur la fin de l'anonymat en ligne. Ainsi, comme pour la loi sur la manipulation de l'information en période électorale, les élus vont-ils entamer un processus législatif pour la suppression de l'anonymat en ligne ?

Devinez qui c’est..

pynchon_0

Pour Emmanuel Macron, l'anonymat sur Internet nuit à la démocratie

511111 Rating 5.00 (6 Votes)

Catégorie parente: Actualités françaises

Catégorie : Actualités françaises

 Publication : 23 janvier 2019

Création : 23 janvier 2019

Écrit par folamour

 Affichages : 625

fShare

Cet homme est un fasciste, et il commence à montrer son vrai visage. Doutez-vous encore que nous soyons dans une « dictature soft » ? Prenez notre cas à nous, car c'est du concret, si nous pouvons attirer votre attention sur des dossiers sensibles, c’est bien parce que nous sommes anonymes, ce qui nous évite des pressions et des représailles. Du reste, cela n’a pas empêché l’avocat d’Emmanuel Macron de nous contacter pour nous imposer (sous menace de poursuite judiciaire) le retrait d’un article concernant le financement de sa campagne présidentielle. De plus, les personnes qui dérape sur Facebook ou Twitter et consorts sont vite retrouvés et poursuivis, c’est donc une « petite phrase » de plus de notre éminent président. L’anonymat, au contraire, est bénéfique pour les démocraties, car cela permet aux lanceurs d’alerte de s’exprimer, ce qui évidemment n’est pas du goût de tout le monde… Enfin, je vous rassure, ce n’est pas Emmanuel Macron dans son petit coin qui va décider des lois qui régissent Internet. Heureusement le réseau est mondial, ce qui le protège des dérives de certains pays.

Update 23.01.2019Un député LREM veut sanctionner les « lanceurs numériques » de manifestations violentes(Nextinpact.com)

fasciste_23_01_2019

Emmanuel Macron s'est exprimé devant une assemblée composée de maires et s'est positionné contre l'anonymat, sous toutes ses formes. Selon lui, il faciliterait la propagation de fausses informations, en mettant toutes les paroles sur un pied d'égalité.

Vendredi dernier, à Souillac, dans le cadre du grand débat national, le président Emmanuel Macron s'est attaqué aux fake news. Pour lutter contre ce phénomène, l'État doit, d'après lui, mettre en place « une forme d'hygiène démocratique du statut de l'information ». Qui passerait par la fin de l'anonymat, en particulier sur les réseaux sociaux. 

DxOIdtDWsAEzTjD

BFMTV

✔@BFMTV

Démocratie participative: Emmanuel Macron souhaite "une levée progressive de toute forme d'anonymat"

311

21:37 - 18 janv. 2019

762 personnes parlent à ce sujet

 

L'anonymat nuirait à la transparence de l'information

Car, pour le chef de l'État, ce statut laisserait penser que « toutes les paroles sont égales ». Alors qu'il faudrait plutôt faire davantage confiance aux propos d'experts, sur chaque sujet. Le président a résumé sa conviction de la manière suivante : «Toutes les expressions sont légitimes, mais les paroles ne se valent pas toutes. » (Ndlr. Liberté, égalité, fraternité ,version Macron)

Conséquence de cette croyance, selon lui : aujourd'hui, « beaucoup d'informations fausses, relatives, décontextualisées circulent », ce qui entraînerait une défiance des individus envers les décideurs politiques.

Pour une meilleure transparence de l'information, Emmanuel Macron estime donc qu'il faut « aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat », pour identifier clairement l'origine de chaque prise de parole.
 

Une attaque contre la liberté d'expression ?

Comme le relève NextInpact, cette prise de position n'est pas nouvelle pour le président de la République. Il s'était ainsi déjà exprimé contre l'anonymat en novembre dernier, mais plutôt pour lutter contre la criminalité et le terrorisme. Il semble cette fois avoir élargi son propos à tous les citoyens français.

Cette initiative ne serait toutefois pas une première dans le monde. Nos confrères de 01net mentionnent ainsi plusieurs exemples de gouvernements bannissant l'anonymat : Russie, Chine, Venezuela... Des pays souvent pointés du doigt pour un manque de liberté d'expression.

Quoi qu'il en soit, si le président Macron entend lancer un débat sur le sujet, sa conviction affirmée va à l'encontre d'un rapport des Nations Unies en 2015. Celui-ci considérait en effet le chiffrement et l'anonymat comme « nécessaires à l'exercice du droit à la liberté d'opinion et d'expression à l'ère numérique ».

Source : Clubic.com

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : N. Polony Consternée par les propos de Macron : « Il est lamentable… »

Crashdebug.fr : Droit voisin : le Sénat a voté l’interdiction pendant 20 ans de reprendre des articles de presse, photos vidéos de sites mainstreams sans payer de redevance

Crashdebug.fr : Internet : tout contenu « terroriste » devra être supprimé en une heure maximum

Crashdebug.fr : Secret des affaires : la loi des plus forts...

Crashdebug.fr : Même Orwell n’aurait pas imaginé cela ! La critique de l’immigration sera interdite et poursuivie en Europe !

Crashdebug.fr : « Liberté, égalité, informés » : cinq mesures pour protéger la liberté et l’indépendance de l’information

Crashdebug.fr : [RAPPEL] Comment les médias forment et déforment notre réalité

Crashdebug.fr : Information sous contrôle. Presse française : qui possède quoi…

Crashdebug.fr : Docu : Les nouveaux chiens de garde (Complet)

Crashdebug.fr : Liste des sites « officiels » dits « d’informations » qui en fait... désinforment la population...

Crashdebug.fr : Presse écrite : 5 milliards d’euros de subventions entre 2009 et 2011

Crashdebug.fr : Moment détente : « Coluche dénonce les médias »

Crashdebug.fr : 

Crashdebug.fr : La France a perdu sa souveraineté au profit des USA, dénonce un ex-DGSE

Crashdebug.fr : John Perkins : Les confessions d’un assassin financier

Crashdebug.fr : La France vend son patrimoine à des états plus endettés...

Crashdebug.fr : J'Accuse

DxeWzrzXgAE1qg8

Anonymat sur Internet : les internautes de 20 Minutes très divisés : « Il faut protéger le droit à ne pas s’exposer »

VOUS TEMOIGNEZ Emmanuel Macron s’est prononcé pour la levée de l’anonymat sur le Web. Une revendication de longue date qui dépasse les clivages politiques. Mais qui divise nos internautes…

Nils Wilcke

Publié le 24/01/19 à 11h52 — Mis à jour le 24/01/19 à 17h56

téléchargement (4)

Photo d'illustration : l'anonymat sur le web. — pixabay

  • Emmanuel Macron s’est prononcé pour la « levée progressive de l’anonymat sur Internet » pour restaurer le « statut de l’information ».
  • La question divise les internautes de « 20 Minutes ». Certains sont pour afin de lutter contre les fake news et les discours de haine.
  • D’autres rappellent que l’anonymat permet aux personnes et notamment aux victimes de témoigner librement sur Internet.

« Lever l’anonymat serait pour moi une atteinte fondamentale à notre droit d’expression à toutes et tous », avance Ray en réponse à notre appel à témoignages. Comme lui, de nombreux internautes s’inquiètent d’une éventuelle interdiction de l’anonymat surInternet évoquée par Emmanuel Macron le 18 janvier dernier.

Lutter contre les fake news

Le chef de l’Etat s’est en effet prononcé pour une « levée progressive de tout anonymat » sur le Web, lors de sa visite surprise devant les maires pour le second épisode du grand débat national. « En théorie, il serait possible d’obliger les internautes à pointer au commissariatpour leur donner un permis leur permettant d’utiliser Internet », explique Arthur Messaud, de la Quadrature du Net, une association de défense des libertés en ligne. Dans certains cas, Facebook demande déjà depuis 2015 ses utilisateurs de prouver leur identité sous peine de perdre leurs comptes.

Raison invoquée par le chef de l’État ? Redonner une « hygiène démocratique du statut de l’information ». Autrement dit, l’anonymat permettrait aux fake news de prospérer. Un argument largement partagé par les internautes qui réclament plus de transparence, notamment dans la diffusion des informations. « Les fake news tuent notre démocratie », juge Hélène, qui a répondu à notre appel. « Combien de personnes ont le réflexe de vérifier la véracité de ce qu’ils ont lu sur internet ? », s’interroge Cécile. A l’inverse, d’autres internautes estiment que les fausses nouvelles ne vont pas forcément de pair avec l’anonymat. Donald Trump promettait qu’il n’avait « jamais bu un verre d’alcool » de sa vieavant d'être rattrapé par ses déclarations.

« Il est urgent d’interdire l’anonymat »

La fin de l’anonymat sur le Net est une revendication portée de longue date par les politiques. Lors de la dernière présidentielle, les messageries instantanées cryptées étaient dans le viseur du candidat Macron qui voulait les contraindre à livrer leurs clefs de chiffrement aux autorités dans le cadre de la lutte antiterroriste. Plus récemment, l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot a fait part de son soutien à la levée de l’anonymat au nom de la lutte contre les discours de haine, notamment sur les réseaux sociaux.

Un avis partagé par de nombreux internautes. « Il est urgent d’interdire l’anonymat, cela pourrait endiguer au moins partiellement cette marée de haine qui déferle à flots continus », selon Vivian. « Celui qui n’a rien à se reprocher n’a rien à cacher », tranche Yves de son côté. « C’est trop facile d’insulter ou de mentir de façon anonyme. Je suis scandalisé par ce que je peux lire malgré moi », affirme Hugues.

Mais les réseaux sociaux permettent aussi aux victimes de se parler et de s’entraider. De nombreux témoignages reçus par 20 Minutes défendent l’utilisation d’un pseudo sur les réseaux sociaux pour des raisons variées. Victimes de harcèlement, lanceurs d’alerte au travail

Protégés par le pseudonymat

L’utilisation d’un pseudonyme permet de s’exprimer en toute liberté. « Si j’utilisais mon véritable nom, mon ex me harcèlerait, confie Tara. Cela fait quinze ans qu’il répand ses calomnies, j’aimerais bien en être enfin débarrassée ». « Le pseudonymat m’est impératif pour défendre mes idées politiques, radicalement opposées à celles de la majorité de mon milieu professionnel », explique Thaliane. « Interdire l’anonymat sur Internet, c’est la mort de la démocratie », tranche Charles qui a pu trouver un soutien en ligne face à des difficultés avec son employeur. « Il faut protéger le droit à ne pas s’exposer. »

D’autant que l’idée selon laquelle l’anonymat favoriserait les trolls, les agresseurs et les discours de haine est battue en brèche par plusieurs études. En 2016, des chercheurs de l’université de Zurich ont analysé pendant trois ans les commentaires d’une plateforme de pétitions. Verdict : les personnes les plus agressives ne s’exprimaient pas sous pseudonyme. Bref, le débat ne fait que commencer.

2018-11-17t142855z_1158355609_rc15f9609870_rtrmadp_3_france-politics-fuel-blockades_0

L'anonymat sur internet en voie d'extinction ?

2246689

Les géants du web Facebook et Google plaident pour la disparition de tout anonymat sur internet. Une fausse bonne idée ?

Par Boris Manenti

Publié le 01 août 2011 à 18h02


"Je pense que l'anonymat sur internet doit disparaître." Le message de Randi Zuckerberg, directrice marketing de Facebook et sœur du PDG du réseau social, est très clair.

Elle estime que "les gens se comportent beaucoup mieux lorsque leur véritable nom est visible... Je pense que les gens qui se cachent derrière l'anonymat ont le sentiment de pouvoir dire ce qu'ils veulent derrière des portes closes".

De quoi relancer le débat sur anonymat et internet.

2246691

"Un manque d'intégrité"

Mark Zuckerberg n'a jamais caché sa volonté d'en finir avec les pseudonymes au profit de l'usage du véritable patronyme de l'internaute. "Nous allons vers un monde de plus en plus transparent", explique le fondateur et PDG de Facebook dans le livre "The Facebook Effect". "Vous n'avez qu'une seule identité. Avoir deux identités de vous-même, c'est l'illustration d'un manque d'intégrité."

Une philosophie qui s'illustre avec l'outil de commentaires made inFacebook, qui impose de se connecter avant de pouvoir réagir à un texte. Un outil déjà mis en pratique sur de nombreux sites ou blogs.

Google est sur la même ligne avec son nouveau réseau social Google +qui interdit tout pseudonyme, sous peine de voir son compte suspendu. "Les profils Google sont conçus pour être des pages publiques sur le web, destinées à aider à trouver de vraies personnes dans le monde réel", argue Katie Walson, responsable communication de Google.

De même, l'ancien patron de Google Eric Schmidt a toujours affiché son opposition à l'anonymat, plaidant pour "une vraie transparence". "La vie privée n'est pas la même chose que l'anonymat. Si vous essayez de commettre un terrible crime, il n'est pas normal que vous puissiez le faire dans l'anonymat le plus complet", a-t-il déclaré.

1780306

"Facebook n'est pas internet"

L'anonymat sur internet, "un concept en voie de disparition sur internet" ? C'est ce qu'estime Guillaume Champeau, rédacteur en chef du site spécialisé Numerama. "Avant, l'usage pseudonyme était la règle, désormais, avec l'avènement des réseaux sociaux, c'est l'exception", souligne-t-il au "Nouvel Observateur".

Reste que "Facebook n'est pas internet", tempère Jean-Baptiste Soufron, directeur du think tank Cap Digital, interrogé par "le Nouvel Observateur". "Ce n'est pas parce qu'un jeune patron veut identifier tout le monde, qu'il faut lui céder. Le principe de liberté de conscience, induit par l'anonymat, est bien plus important que les intérêts commerciaux de Facebook", plaide-t-il.

Pour Jean-Baptiste Soufron, supprimer l'anonymat pour améliorer les débats n'est qu'"un argument de forme", la véritable raison étant : "faciliter l'analyse et le traitement des données personnelles, soit dudata mining, avec l'objectif publicitaire".

Même son de cloche chez un ténor du web underground : Christopher Pool, fondateur du forum 4chan. "[Mark] Zuckerberg a tout à fait tort quand il dit que l'anonymat est une lâcheté totale. L'anonymat c'est l'authenticité, il vous permet de vous exprimer sans fard", a-t-il plaidé lors d'une conférence.

2246841

"Un moyen pour libérer la parole"

Pour autant, les internautes ne semblent pas prêts à renoncer à leur anonymat en ligne. Le géant du jeu vidéo Blizzard (notamment connu pour son "World of Warcraft") a ainsi tenté de supprimer l'utilisation des pseudonymes sur ses forums officiels, avant de se rétracter après la levée de boucliers des fans.

Même chose à l'échelle législative où la proposition de loi du sénateur Jean-Louis Masson visant supprimer tout anonymat sur les blogs a été rejetée.

Jean-Baptiste Soufron rappelle que "sur internet, on est beaucoup moins anonyme que dans la vie réelle : il est très facile pour les enquêteurs de remonter des adresses IP jusqu'à une personne. On est toujours identifiable. La preuve avec les récentes arrestations dans les groupes Anonymous et LulzSec... Pour autant, doit-on être 'tous fichés' comme le réclame Facebook ?", interroge-t-il.

Guillaume Champeau pointe également un risque sur les "appels à témoigner". "L'anonymat est un moyen pour libérer la parole. Que restera-t-il sur les forums dédiés à certaines maladies, aux employés en souffrances ou aux débats politiques si l'anonymat disparaît ?", tonne-t-il.

Enfin, la disparition de l'anonymat repose la question du droit à l'oubli vis-à-vis d'un internet où "tout ce qui est publié est indexé et archivé". Quid alors d'un commentaire vieux de dix ans ou d'une vidéo ridicule postée par un(e) adolescent(e) (le Star Wars Kid ou la groupie de DSK) ?

Boris Manenti - Le Nouvel Observateur

7371424173452

Boris Manenti

Journaliste

Macron et les dérives..

Photo-Macron-La-Vie-des-autres

Pour terminer

Allons-nous connaître, à notre tour, la dictature, sous sa forme la plus répressive ?..

Tous espionnés.. Tous contrôlés ?..

A force d’avoir fustigé Mr. Victor Oraban, tout comme Mr. Matteo Salvini, tout en félicitant un certain Jair Bolsonaro, Mr. Macron joue un jeu dangereux qui laisse entrevoir le pire !..

2018-11-17t142855z_1158355609_rc15f9609870_rtrmadp_3_france-politics-fuel-blockades_0

Pour conclure

Il ne faudrait cependant pas être trop spontané dans l’analyse pour évoquer cette forme de risque vers une forme de dictature ou dictature déguisée, cependant, on est en droit de se poser la question de façon légitime…